I. introduction








télécharger 161.46 Kb.
titreI. introduction
page13/13
date de publication08.06.2018
taille161.46 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

VIII.1. Wireless Local Area Network



- Technologie de communication :
La technologie WLAN, connue aussi sous le nom de WIFI ou 802.11b, a pour but de remplacer les câblages des réseaux locaux. Elle utilise la technique DSSS (Direct Acces Spread Spectrum) ou accès direct à étalement de spectre pour la radio diffusion des données. WIFI envoie ses données à l’aide de plusieurs fréquences à la fois. Par contre, Bluetooth utilise la technologie FHSS (Frequency Hope Spread Spectrum). Bluetooth se sert d’une seule fréquence à la fois mais toujours une différente et ceci jusqu’à 1600 sauts de fréquence par seconde.
- Domaine d’utilisation :
Il faut remarquer que la différence la plus importante entre Bluetooth et WLAN c’est que les produits WLAN sont utilisés pour distribuer les informations disponibles d’une prise réseau vers les équipements de bureau ou le réseau d’une entreprise ou d’une université. A contrario, Bluetooth sert pour communiquer avec n’importe quel autre appareil Bluetooth et non avec un point d’accès au réseau.

- Inter connectivité
WLAN est toujours connecté dans des systèmes de type étoile où il y a un serveur central qui distribue les données aux esclaves. Dans le cas de Bluetooth, un esclave peut jouer le rôle de maître d’un deuxième piconet ou aussi un module peut être esclave de deux maîtres à la fois. Ce sont les caractéristiques d’inter connectivité qui font de Bluetooth une norme plus adaptée à presque toutes les opérations imaginables malgré la vitesse, qui pour l’instant, reste limitée.
- Problèmes associés à la fréquence des émissions radio :
WLAN utilise le même domaine de fréquences que Bluetooth et aussi les mêmes environnements de travail, soit au bureau ou à la maison. WLAN est aussi plus répandu sur le marché que Bluetooth. C’est pour ces deux raisons qu’il est important de mettre en évidence la possibilité réelle de trouver des espaces de travail où les deux technologies pourraient être utilisées simultanément.

Par exemple, on imagine qu’on a deux modules WIFI et deux modules Bluetooth, l’un est le maître et l’autre l’esclave, ceci pour les deux technologies. Il est possible que le maître WIFI, à un certain instant, envoie des informations sur la même fréquence que le maître Bluetooth. On suppose que l’interférence est assez importante pour détruire les informations transmises. Le module Bluetooth esclave qui attend les informations recevra un paquet défectueux. Une possibilité sera d’essayer de corriger la faute grâce aux mécanismes de correction d’erreurs dont Bluetooth dispose mais si cela n’est pas possible, alors l’esclave transmettra un message au maître en lui demandant une retransmission du même message. Le maître Bluetooth va alors renvoyer le même message mais dans ce cas là, la fréquence aura changé, car Bluetooth change de fréquence à chaque fois qu’un message est envoyé. Le message sera sûrement transmis de manière correcte puisqu’il est peu probable de rencontrer le même problème deux fois consécutives. Si le problème persiste, Bluetooth réagira de la même manière jusqu’à réussir l’envoi du message.

On peut conclure que si des interférences sont rencontrées systématiquement lors de l’échange d’informations, seulement la vitesse de transmission sera affectée et pas le contenu des messages qui sera toujours parfait aux yeux d’une application.

VIII.2. Infrared Data Association



D’autre part, IrDA sert à connecter des appareils, par canal infrarouge, qui normalement utiliseraient des fils pour être connectés. Le propos de IrDA semble le même que Bluetooth mais une différence, c’est la plage de fréquences utilisées par IrDA, celle-ci utilise les infrarouges alors que Bluetooth utilise les micro-ondes.

En outre, IrDA crée seulement des connexions d’un point à un autre si et seulement si les deux appareils se trouvent l’un en face de l’autre (30º d’angle de vision). Aussi la portée n’est que d’un mètre avec une vitesse en théorie de 16Mbps mais en pratique la vitesse atteinte aujourd’hui n’est que de 4 Mbps.

Bluetooth peut travailler d’un point à un autre (point to point) et aussi il peut travailler d’un point à plusieurs (point to multipoint), la portée est aussi plus longue mais la vitesse reste encore inférieure à celle de IrDA.

Actuellement IrDA se trouve très bien placée dans le marché. Il y a plus de 50 millions d’appareils différents utilisant cette technologie. IrDA permet de changer facilement d’un appareil à un autre, il peut s’adapter à des normes futures, il n’est pas susceptible aux interférences d’autres appareils électriques et sa vitesse de transmission est assez importante.

Il existe des appareils tels que des imprimantes, MODEMS, ordinateurs, PADS, téléphones, caméscopes et même des montres qui utilisent IrDA,

Tout ceci nous fait penser que Bluetooth pourrait avoir des problèmes sérieux pour s’implanter sur le marché vu la quantité d’appareils disposant d’autres technologies de connexion sans fils. Cependant, beaucoup d’applications de IrDA sont compatibles avec Bluetooth, et souvent Bluetooth est mieux adapté car Bluetooth est omnidirectionnel et que le signal peut traverser même des murs.

VIII.3 CONCLUSIONS



WIFI et IrDA sont, pour l’instant beaucoup plus présents sur le marché que Bluetooth. Aussi, ces deux technologies ont de vitesses plus importantes que Bluetooth. Mais aucune de ces deux technologies n’a les caractéristiques d’inter connectivité que Bluetooth offre. Reste à franchir deux obstacles : la vitesse de transmission et la présence sur le marché. Pour l’instant on peut conclure que Bluetooth est plutôt un complément qu’un concurrent des technologies sans fils.

IX. CONCLUSION



Bluetooth va se développer de manière spectaculaire car il est soutenu par des entreprises très puissantes telles que IBM et Microsoft qui sont très présentes dans le marché informatique actuellement.

D’autre part, le prix de Bluetooth n’arrête pas de diminuer, il y a deux ans un appareil Bluetooth coûtait plus de 200€ si jamais on le trouvait. Aujourd’hui on peut les trouver même à 50€ dans n’importe quel magasin d’informatique et dans deux ou trois ans, le prix d’une unité sera au maximum de 5€.

Et finalement, Bluetooth peut être utilisé pour n’importe quelle application imaginée, par exemple, on prévoit utiliser Bluetooth pour créer une norme Universelle des télécommandes ; aussi Bluetooth servira pour contrôler l’accès à des sites payants tels que le cinéma, les stades, etc. ; le paiement électronique se fera grâce à Bluetooth ; dans le champ de la médecine, on peut utiliser Bluetooth pour récolter les informations de tous les patients dans un hôpital, il suffit qu’une infirmière passe dans la proximité du lit d’un malade pour connaître l’état de tous les appareils et modifier les paramètres s’il est nécessaire sans avoir besoin de toucher les appareils ; et ainsi on peut tout imaginer !

Bluetooth a tous les atouts pour pouvoir dominer le marché des technologies sans fils, depuis tous les périphériques d’un ordinateur jusqu’aux systèmes industriels, médicaux, automobiles, bancaires et tout ce qui a besoin de transférer des données.


X. DICTIONNAIRE DES ABREVIATIONS





ACL

Asynchronous Connection Link

BB

BaseBand

BC flag

BroadCast flag

BD ADDR

Bluetooth Device ADDRess

DSSS

Direct Acces Spread Spectrum

FHSS

Frequency Hope Spread Spectrum

GFSK

Gaussian Frequency Shift Keying

HCI

Host Control Interface

IrDA

Infrared Data Association

L2CAP

Link Logical Control and Adaptation Protocol

LM

Link Manager

OCF

Opcode Command Field

OGF

Opcode Group Field

OpCode

Operator Code

PAD

Personal Assistant Device

PB flag

Packet Boundary flag

RFCOMM

Radio Frequency Communication

SCO

Synchronous Connection Oriented

SDP

Service Discovery Protocol

USB

Universal Serial Bus

WLAN

Wireless Local Area Network



XI. BIBLIOGRAPHIE



BLUETOOTH SIG, Specification of the Bluetooth System: Core Version 1.1, 2001, 1084p.
MORROW Robert, BLUETOOTH OPERATION AND USE, McGraw-Hill Professional Publishing, USA, 2002, 652p.

XII. INDEX





I. INTRODUCTION 3

II. SUPAERO 4

III. BLUETOOTH ET LE SPECIAL INTEREST GROUP 7

III.1. HISTOIRE DE BLUETOOTH 7

III.2. BLUETOOTH SIG 8

III.3. CARACTERISTIQUES PRINCIPALES DE BLUETOOTH 9

III.3.1 Objectifs commerciaux 9

III.3.2 Aspects techniques 10

III.4. BLUETOOTH AUJOURD’HUI ET DEMAIN 12

III.5. NORMALISATION INTERNATIONALE 12

III.6. VERSIONS 14

IV. ROK 101 007 15

IV.1. BLUETOOTH RADIO 16

IV.2. BLUETOOTH BASEBAND 17

IV.2.1. TYPES DE CONNEXION 17

IV.2.2. CANAUX DE COMMUNICATION 17

IV.2.3. SLOTS 18

IV.3. BLUETOOTH LINK MANAGER 20

IV.4. BLUETOOTH HOST CONTROL INTERFACE 21

IV.5. BLUETOOTH AUDIO 22

V. HOST CONTROL INTERFACE DRIVER 23

V.1. HCI COMMAND (0x01) 23

V.2. HCI EVENT (0x04) 25

V.3. HCI ACL DATA (0x02) 25

V.4. HCI SCO DATA (0x03) 26

VI. PROTOCOLES DES COUCHES SUPERIEURES 27

VI.1. ARCHITECTURE DES PROTOCOLES 27

VI.2. LOGICAL LINK CONTROL AND ADAPTION PROTOCOL 27

VI.3. SERVICE DISCOVERY PROTOCOL 29

VI.4. RFCOMM 30

VII. TEST DU MODULE ROK 101 007 31

VII.1. CIRCUIT REALISE 31

VII.2. CONFIGURATION DU HCI (SETUP) 33

VII.3. ENVOI D’UN FICHIER 35

VII.4. RECEPTION D’UN FICHIER 36

VIII.1. Wireless Local Area Network 38

VIII.2. Infrared Data Association 40

VIII.3 CONCLUSIONS 40

IX. CONCLUSION 41

X. DICTIONNAIRE DES ABREVIATIONS 42

XI. BIBLIOGRAPHIE 43

XII. INDEX 44

ANNEXES 46



ANNEXES



RS232
ROK 101 007 Bluetooth Module
Ericsson ASIC Specific HCI Commands and Events for Baseband C
Ericsson HCI Implemented Features and Limitations for Baseband C
MAX3223
Bluetoot.c


1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

I. introduction iconIntroduction générale Introduction aux ordinateurs

I. introduction iconTD/tp 1 Introduction au sdk d’Android 1 Introduction
«*. univ-lr fr» pour éviter d’utiliser le proxy pour les adresses internes à l’ulr

I. introduction icon1. Clique d’abord sur «Visite virtuelle Haussman» et regarde l’introduction...
«Visite virtuelle Haussman» et regarde l’introduction à la belle architecture du bâtiment

I. introduction iconI introduction

I. introduction iconI introduction

I. introduction iconI. Introduction

I. introduction iconI introduction

I. introduction iconA. Introduction

I. introduction iconI introduction

I. introduction iconI. introduction








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com