Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à








télécharger 61.65 Kb.
titreAu cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à
date de publication09.06.2018
taille61.65 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
Modèle OSI
Vue d'ensemble
Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à l'aide de plates-formes matérielles et logicielles différentes. Il en a résulté une incompatibilité entre de nombreux réseaux et il est devenu difficile d'établir des communications entre des réseaux fondés sur des spécifications différentes. Pour résoudre ce problème, l'Organisation internationale de normalisation (ISO) a examiné de nombreuses structures de réseau. L'ISO a reconnu l'opportunité de créer un modèle réseau qui aiderait les concepteurs à mettre en œuvre des réseaux capables de communiquer entre eux et de fonctionner de concert (interopérabilité). Elle a donc publié le modèle de référence OSI en 1984.

Ce chapitre explique comment les normes servent à assurer une compatibilité et une interopérabilité supérieures entre diverses technologies réseau. Ainsi, vous y apprendrez comment la structure de réseau que constitue le modèle de référence OSI soutient les normes en matière de réseau. En outre, vous découvrirez comment les informations, ou données, circulent à partir d'un programme d'application (un tableur, par exemple) en passant par un média réseau (les fils, par exemple) jusqu'à un autre programme d'application situé sur un autre ordinateur au sein d'un réseau. Tout au long de ce chapitre, vous apprendrez les fonctions de base qui s'exécutent dans chaque couche du modèle OSI. Ce dernier vous servira de base lorsque vous commencerez à concevoir, à construire et à dépanner des réseaux.

Le modèle général de communication

Utilisation des couches pour analyser les problèmes de flux

Le concept de couches vous aidera à comprendre ce qui se produit pendant la communication entre deux ordinateurs. Les questions indiquées dans la figure portent sur le mouvement d'objets physiques comme le trafic routier ou les données électroniques. Ce déplacement d'objets, qu'il soit physique ou logique, s'appelle flux. De nombreuses couches aident à décrire en détail le cheminement du flux. Voici d'autres exemples de systèmes comportant un flux le réseau public d'alimentation en eau, le réseau routier, le système postal et le réseau téléphonique.

Examinez maintenant la figure qui est un tableau comparatif des réseaux. Quel réseau examinez-vous ? Qu'est-ce qui circule ? Quelles formes différentes prend l'objet qui circule ? Quelles règles régissent la circulation ? Où cette circulation s'effectue-t-elle ? Les réseaux figurant dans ce tableau constituent d'autres analogies qui vous aident à comprendre les réseaux informatiques.

L'examen de la conversation humaine constitue un autre exemple d'utilisation des couches pour analyser un sujet de tous les jours. Lorsqu'une idée vous vient et que vous désirez la communiquer à une autre personne, la première chose que vous faites est de déterminer comment vous allez exprimer cette idée, puis vous décidez de la meilleure façon de la communiquer et, enfin, vous exprimez votre idée. 

Supposons qu'un jeune garçon soit assis à une extrémité d'une très longue table. À l'autre bout de la table, se trouve la grand-mère de ce jeune garçon. Le jeune parle français. La grand-mère préfère l'espagnol. La table a été dressée autour d'un excellent repas préparé par la grand-mère. Soudain, le jeune garçon crie à tue-tête " Hé, toi ! Passe-moi le riz ! " et s'étire pour saisir le plat. Dans de nombreuses cultures, ce comportement serait jugé très impoli. Qu'aurait dû faire le jeune garçon pour communiquer son désir de manière acceptable ?

Pour vous aider à trouver la réponse à cette question, analysons le processus de communication à l'aide de couches. Tout d'abord naît une idée – le jeune garçon désire du riz. Vient ensuite la représentation de l'idée – les mots français au lieu de l'espagnol, puis la méthode de livraison – " Hé toi " et finalement, le média – crier (son) et saisir le plat (action) de riz sur la table. 

De ce groupe de quatre couches, vous pouvez voir que trois d'entre elles empêchent le jeune garçon de communiquer son idée de manière acceptable. La première couche (l'idée) est acceptable. À l'évidence, la deuxième couche (représentation) - les mots en français au lieu de l'espagnol, et la troisième couche (livraison) - une demande à tue-tête au lieu d'une demande polie - ne respectent pas le protocole social acceptable. La quatrième couche (média) - l'action de crier et de s'emparer brusquement du plat au lieu de demander poliment l'aide d'une autre personne assise à côté - est un comportement inacceptable dans la plupart des situations sociales.

L'analyse de cette interaction en terme de couches vous aide à mieux comprendre certains des problèmes de communication (humaine ou informatique) et comment vous pourriez les résoudre.

La source, la destination et les paquets de données

Comme vous l'avez appris dans le premier chapitre, les chiffres binaires ou bits (constitués des chiffres 0 et 1) représentent le niveau le plus élémentaire des données informatiques. Les ordinateurs qui envoient un ou deux bits d'information ne sont toutefois pas très utiles. Aussi, faut-il regrouper ces bits en octets, kilo-octets, méga-octets et giga-octets.  Pour que les ordinateurs puissent envoyer des informations sur un réseau, les communications doivent provenir d'une source et se diriger vers une destination. 

Comme le montre la Figure, les informations qui circulent dans un réseau sont appelées données, paquets ou paquets de données. Un paquet de données est constitué d'une unité de données groupées de manière logique qui circule entre des ordinateurs. Ce paquet comprend les informations source, ainsi que d'autres éléments nécessaires à l'établissement d'une communication fiable avec l'unité de destination. L'adresse d'origine d'un paquet identifie l'ordinateur qui envoie le paquet. L'adresse de destination identifie l'ordinateur auquel est destiné le paquet.

Le média

Au cours de votre étude des réseaux, vous rencontrerez le mot " média ". Dans le domaine des réseaux, un média est un matériau ou un support dans lequel voyagent des paquets de données. Il peut s'agir de l'un des matériaux suivants :

  • Du fil téléphonique

  • Des câbles UTP de catégorie 5 (utilisés dans les réseaux Ethernet 10Base-T)

  • Du câble coaxial (du même genre que les câbles utilisés pour la télédistribution)

  • De la fibre optique (fibre de verre mince transportant la lumière)

Il existe également deux autres types de médias qui sont moins évidents, mais qui doivent tout de même être pris en considération dans les communications réseau. Le premier est l'atmosphère (principalement composée d'oxygène, d'azote et d'eau) qui transporte les ondes radioélectriques, les micro-ondes et la lumière.

Les communications n'utilisant aucun type de fil ou de câble sont appelées communications sans fil ou en espace libre. Ce type de communication est rendu possible grâce à l'utilisation d'ondes électromagnétiques. Les ondes électromagnétiques qui voyagent dans le vide à la vitesse de la lumière comprennent les ondes électriques, les ondes radioélectriques, les micro-ondes, l'infrarouge, la lumière visible, le rayonnement ultraviolet, les rayons X et les rayons gamma. Les ondes électromagnétiques voyagent dans l'atmosphère (constituée principalement d'oxygène, d'azote et d'eau), mais circulent également dans le vide de l'espace extra-atmosphérique (qui ne contient pratiquement aucune matière, aucune molécule et aucun atome).

Le protocole

Pour que des paquets de données puissent se rendre d'un ordinateur source à un ordinateur de destination sur un réseau, il est important que toutes les unités du réseau communiquent dans la même langue ou protocole.  Un protocole consiste en un ensemble de règles qui augmentent l'efficacité des communications au sein d'un réseau. Voici quelques exemples :

  • À l'Assemblée, une forme de droit de parole permet aux centaines de députés, qui désirent tous parler, de s'exprimer à tour de rôle et de faire connaître leurs idées de manière ordonnée. 

  • En conduite automobile, il faut indiquer, à l'aide de son clignotant, que l'on désire tourner à gauche, sinon ce serait le chaos sur les routes. 

  • Lorsqu'ils pilotent un avion, les pilotes obéissent à des règles très précises pour communiquer d'un appareil à l'autre ou d'un appareil à la tour de contrôle. 

  • En répondant au téléphone, vous dites " Allo "et la personne qui appelle répond " Allo. Ici... ", et ainsi de suite. 

Voici une définition technique d'un protocole de communication de données. Un protocole est un ensemble de règles, ou convention, qui détermine le format et la transmission des données. La couche n d'un ordinateur communique avec la couche n d'un autre ordinateur. Les règles et conventions utilisées lors de cette communication sont collectivement appelées protocole de couche n.

L'évolution des normes réseau de l'ISO

Au début, le développement des LAN (réseaux locaux), des MAN (réseaux métropolitains) et des WAN (réseaux étendus) a été plutôt chaotique à bien des égards. Le début des années 1980 a été marqué par une croissance exceptionnelle du nombre et de la taille des réseaux. Les entreprises ont rapidement pris conscience des économies qu'elles pouvaient réaliser et des gains de productivité associés à la technologie des réseaux. Elles en ont donc ajouté de nouveaux et développé ceux qui existaient aussi rapidement que le permettait le progrès des nouvelles technologies et des produits de gestion de réseau. 

Vers le milieu des années 1980, les entreprises ont commencé à faire face à des problèmes consécutifs à cette extension effrénée. Il devenait en effet de plus en plus difficile pour les réseaux utilisant des implémentations et des spécifications différentes de communiquer entre eux. Les entreprises se sont alors rendu compte qu'elles devaient s'éloigner des systèmes de réseau propriétaires.

Un système propriétaire appartient à une société privée qui en assure le développement et le contrôle. En informatique, l'adjectif " propriétaire " s'oppose à " ouvert ". Propriétaire signifie qu'une entreprise ou un petit groupe d'entreprises contrôle entièrement l'utilisation de la technologie. En revanche, le public peut utiliser gratuitement une technologie ouverte.

Pour résoudre le problème de l'incompatibilité des réseaux et leur incapacité à communiquer entre eux, l'Organisation internationale de normalisation (ISO) a examiné des structures de réseau telles que DECNET, SNA et TCP/IP afin d'en dégager un ensemble de règles. À la suite de ces recherches, l'ISO a mis au point un modèle de réseau pour aider les fournisseurs à créer des réseaux compatibles avec d'autres réseaux. 

Le processus de répartition des communications complexes en petites tâches distinctes peut être comparé au processus de fabrication d'une automobile.  Dans son ensemble, la conception, la fabrication et le montage d'une automobile est un processus très complexe.  Il est peu probable qu'une seule personne sache comment accomplir toutes les tâches nécessaires à la fabrication d'une automobile.  C'est pourquoi les ingénieurs en mécanique conçoivent la voiture, les ingénieurs de fabrication conçoivent les moules servant à la fabrication des pièces et les techniciens en montage assemblent chacun une partie de la voiture.

Le modèle de référence OSI

La fonction du modèle de référence OSI

Le modèle de référence OSI (Open System Interconnexion - interconnexion de systèmes ouverts) (Remarque : Ne pas confondre avec ISO ), publié en 1984, a ainsi été créé comme une architecture descriptive. Ce modèle a offert aux fournisseurs un ensemble de normes assurant une compatibilité et une interopérabilité accrues entre les divers types de technologies réseau produites par de nombreuses entreprises aux quatre coins du globe.

Le modèle de référence OSI est le principal modèle des communications réseau. Bien qu'il en existe d'autres, la majorité des fournisseurs de solutions réseau relient aujourd'hui leurs produits à ce modèle de référence, en particulier lorsqu'ils souhaitent former les utilisateurs à l'exploitation de leurs produits. Ils le considèrent comme le meilleur outil offert pour décrire l'envoi et la réception de données sur un réseau.

Le modèle de référence OSI vous permet de voir les fonctions réseau exécutées au niveau de chaque couche. Plus important encore, ce modèle de référence constitue un cadre que vous pouvez utiliser pour comprendre comment les informations circulent dans un réseau. Vous pouvez en outre vous servir du modèle de référence OSI pour visualiser comment les informations, ou paquets de données, circulent à partir des programmes d'application (ex. : tableurs, documents, etc.), en passant par un média réseau (ex. : fils, etc.), jusqu'à un autre programme d'application se trouvant sur un autre ordinateur en réseau, même si l'expéditeur et le destinataire utilisent des types de médias réseau différents.

Le modèle de référence OSI comporte sept couches numérotées, chacune illustrant une fonction réseau bien précise. Cette répartition des fonctions réseau est appelée organisation en couches. Le découpage du réseau en sept couches présente les avantages suivants :

  • Il permet de diviser les communications sur le réseau en éléments plus petits et plus simples.

  • Il uniformise les éléments du réseau afin de permettre le développement et le soutien multiconstructeur.

  • Il permet à différents types de matériel et de logiciel réseau de communiquer entre eux.

  • Il empêche les changements apportés à une couche d'affecter les autres couches, ce qui assure un développement plus rapide.

  • Il divise les communications sur le réseau en éléments plus petits, ce qui permet de les comprendre plus facilement.

Les sept couches du modèle de référence OSI

Dans le modèle de référence OSI, le problème consistant à déplacer des informations entre des ordinateurs est divisé en sept problèmes plus petits et plus faciles à gérer. Chacun des sept petits problèmes est représenté par une couche particulière du modèle. Voici les sept couches du modèle de référence OSI :

Couche 7 : la couche application
Couche 6 : la couche présentation
Couche 5 : la couche session
Couche 4 : la couche transport
Couche 3 : la couche réseau
Couche 2 : la couche liaison de données
Couche 1 : la couche physique

Au cours de ce module, vous verrez toutes les couches du modèle OSI, en commençant par la couche 1. En examinant chacune des couches du modèle de référence OSI, vous comprendrez comment les paquets de données circulent dans un réseau et découvrirez les unités qui sont utilisées au niveau de chaque couche pour l'acheminement des paquets de données. Par conséquent, vous comprendrez comment résoudre les problèmes touchant le flux des paquets de données sur le réseau, au fur et à mesure qu'ils se produisent.

Les fonctions de chaque couche

Chaque couche du modèle OSI doit exécuter une série de fonctions pour que les paquets de données puissent circuler d'un ordinateur source vers un ordinateur de destination sur un réseau. Vous trouverez ci-dessous une brève description de chaque couche du modèle de référence OSI qui est illustré dans la figure.

Couche 7 : La couche application
La couche application est la couche OSI la plus proche de l'utilisateur. Elle fournit des services réseau aux applications de l'utilisateur. Elle se distingue des autres couches en ce sens qu'elle ne fournit pas de services aux autres couches OSI, mais seulement aux applications à l'extérieur du modèle OSI. Voici quelques exemples de ce type d'application : tableurs, traitements de texte et logiciels de terminaux bancaires. La couche application détermine la disponibilité des partenaires de communication voulus, assure la synchronisation et établit une entente sur les procédures de correction d'erreur et de contrôle d'intégrité des données. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 7, pensez aux navigateurs.

Couche 6 : La couche présentation
La couche présentation s'assure que les informations envoyées par la couche application d'un système sont lisibles par la couche application d'un autre système. Au besoin, la couche présentation traduit différents formats de représentation des données en utilisant un format commun. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 6, pensez à un format de données courant.

Couche 5 : La couche session
Comme son nom l'indique, la couche session ouvre, gère et ferme les sessions entre deux systèmes hôtes en communication. Cette couche fournit des services à la couche présentation. Elle synchronise également le dialogue entre les couches de présentation des deux hôtes et gère l'échange des données. Outre la régulation de la session, la couche session assure un transfert efficace des données, classe de service, ainsi que la signalisation des écarts de la couche session, de la couche présentation et de la couche application. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 5, pensez aux dialogues et aux conversations.

Couche 4 : La couche transport
La couche transport segmente les données envoyées par le système de l'hôte émetteur et les rassemble en flux de données sur le système de l'hôte récepteur. La frontière entre la couche transport et la couche session peut être vue comme la frontière entre les protocoles d'application et les protocoles de flux de données. Alors que les couches application, de présentation et transport se rapportent aux applications, les quatre couches dites inférieures se rapportent au transport des données.

La couche transport tente de fournir un service de transport des données qui protège les couches supérieures des détails d'implémentation du transport. Pour être précis, les questions comme la façon d'assurer la fiabilité du transport entre deux systèmes hôtes relèvent de la couche transport. En fournissant un service de communication, la couche transport établit et raccorde les circuits virtuels, en plus d'en assurer la maintenance. La fourniture d'un service fiable lui permet d'assurer la détection et la correction des erreurs, ainsi que le contrôle du flux d'informations. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 4, pensez à la qualité de service et à la fiabilité.

Couche 3 : La couche réseau
La couche réseau est une couche complexe qui assure la connectivité et la sélection du chemin entre deux systèmes hôtes pouvant être situés sur des réseaux géographiquement éloignés. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 3, pensez à la sélection du chemin, au routage et à l'adressage.

Couche 2 : La couche liaison de données
La couche liaison de données assure un transit fiable des données sur une liaison physique. Ainsi, la couche liaison de données s'occupe de l'adressage physique (plutôt que logique), de la topologie du réseau, de l'accès au réseau, de la notification des erreurs, de la livraison ordonnée des trames et du contrôle de flux. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 2, pensez aux trames et aux adresses MAC.

Couche 1 : La couche physique
La couche physique définit les spécifications électriques, mécaniques, procédurales et fonctionnelles permettant d'activer, de maintenir et de désactiver la liaison physique entre les systèmes d'extrémité. Les caractéristiques telles que les niveaux de tension, la synchronisation des changements de tension, les débits physiques, les distances maximales de transmission, les connecteurs physiques et d'autres attributs semblables sont définies par la couche physique. Pour vous souvenir facilement des fonctions de la couche 1, pensez aux signaux et aux médias.

L'encapsulation

Vous savez que, au sein d'un réseau, toutes les communications partent d'une source, qu'elles sont acheminées vers une destination et que les informations envoyées sur le réseau sont appelées données ou paquets de données. Si un ordinateur (hôte A) veut envoyer des données à un autre ordinateur (hôte B), les données doivent d'abord être préparées grâce à un processus appelé encapsulation. 

Ce processus conditionne les données en leur ajoutant des informations relatives au protocole avant de les transmettre sur le réseau. Ainsi, en descendant dans les couches du modèle OSI, les données reçoivent des en-têtes, des en-queues et d'autres informations. (Remarque : Le terme " en-tête " fait référence aux informations d'adresse.) 

Pour comprendre comment se produit l'encapsulation, examinons la manière dont les données traversent les couches, comme l'illustre la figure . Les données qui sont envoyées par l'ordinateur source (voir la figure) traversent la couche application et les autres couches.  Comme vous pouvez le constater, la présentation et le flux des données échangées subissent des changements au fur et à mesure que les réseaux fournissent leurs services aux utilisateurs. Comme le montrent les figures, les réseaux doivent effectuer les cinq étapes de conversion ci-dessous afin d'encapsuler les données :

Figure :

  1. Construction des données.
    Lorsqu'un utilisateur envoie un message électronique, les caractères alphanumériques qu'il contient sont convertis en données pouvant circuler dans l'interréseau.

  1. Préparation des données pour le transport de bout en bout.
    Les données sont préparées pour le transport interréseau. En utilisant des segments, la fonction de transport s'assure que les systèmes hôtes situés à chaque extrémité du système de messagerie peuvent communiquer de façon fiable.

  1. Ajout de l'adresse réseau à l'en-tête.
    Les données sont organisées en paquets, ou datagrammes, contenant un en-tête réseau constitué des adresses logiques d'origine et de destination. Ces adresses aident les unités réseau à acheminer les paquets dans le réseau suivant un chemin déterminé.

  1. Ajout de l'adresse locale à l'en-tête de liaison.
    Chaque unité réseau doit placer le paquet dans une trame. La trame permet d'établir la connexion avec la prochaine unité réseau directement connectée dans la liaison. Chaque unité se trouvant sur le chemin réseau choisi doit effectuer un verrouillage de trame pour pouvoir se connecter à la prochaine unité.

  1. Conversion en bits pour la transmission.
    La trame doit être convertie en une série de un et de zéro (bits) pour la transmission sur le média (habituellement un fil). Une fonction de synchronisation permet aux unités de distinguer ces bits lorsqu'ils circulent sur le média. Tout au long du trajet suivi dans l'interréseau physique, le média peut varier. Ainsi, le message électronique peut provenir d'un réseau local, traverser le backbone d'un campus, sortir par une liaison WAN pour atteindre sa destination sur un autre LAN éloigné. Les en-têtes et en-queues sont ajoutés au fur et à mesure que les données descendent dans les couches du modèle OSI.

Désignation des données dans chaque couche du modèle OSI

Afin de permettre l'acheminement des paquets de données entre l'ordinateur source et l'ordinateur de destination, chaque couche du modèle OSI au niveau de l'ordinateur source doit communiquer avec sa couche homologue sur l'ordinateur de destination. Cette forme de communication est appelée communication d'égal à égal.  Au cours de ce processus, le protocole de chaque couche assure l'échange d'informations, appeléee unités de données de protocole (ou PDU), entre les couches homologues. Chaque couche de communication, sur l'ordinateur source, communique avec l'unité de données de protocole propre à une couche, ainsi qu'avec la couche correspondante sur l'ordinateur de destination, comme l'illustre la figure.

Dans un réseau, les paquets de données proviennent d'une source et sont acheminés vers une destination. Chaque couche dépend de la fonction de service de la couche OSI sous-jacente. Pour fournir ce service, la couche inférieure a recours à l'encapsulation pour placer l'unité de données de protocole de la couche supérieure dans son champ de données. Elle ajoute ensuite les en-têtes et les en-queues dont elle a besoin pour remplir ses fonctions. Par la suite, à mesure que les données traversent les couches du modèle OSI, d'autres en-têtes et en-queues sont ajoutés.  Dès que les couches 7, 6 et 5 ont ajouté leurs informations, la couche 4 en ajoute d'autres. Ce regroupement des données, soit l'unité de données de protocole de couche 4, est appelé segment.

Ainsi, la couche réseau fournit un service à la couche transport, qui présente les données au sous-système de l'interréseau. La couche réseau est chargée de déplacer les données dans l'interréseau. Pour ce faire, elle encapsule les données et leur annexe un en-tête de manière à créer un paquet (soit la PDU de couche 3). L'en-tête contient les informations requises pour effectuer le transfert, notamment les adresses logiques de source et de destination.

La couche liaison de données fournit un service à la couche réseau. Elle encapsule les informations de couche réseau dans une trame (PDU de couche 2). L'en-tête de trame contient les informations (des adresses physiques, par exemple) nécessaires à l'exécution des fonctions de liaison. La couche liaison de données fournit donc un service à la couche réseau en encapsulant les informations de couche réseau dans une trame.

La couche physique fournit également un service à la couche liaison de données. Elle code la trame de liaison en une série de uns et de zéros (bits) en vue de la transmettre sur un média (habituellement un fil) dans la couche 1.

Comparaison du modèle OSI et du modèle TCP/IP

Le modèle de référence TCP/IP

Même si le modèle de référence OSI est universellement reconnu, historiquement et techniquement, la norme ouverte d'Internet est le protocole TCP/IP (pour Transmission Control Protocol/Internet Protocol). Le modèle de référence TCP/IP et la pile de protocoles TCP/IP rendent possible l'échange de données entre deux ordinateurs, partout dans le monde, à une vitesse quasi équivalente à celle de la lumière. Le modèle TCP/IP présente une importance historique semblable aux normes qui ont permis l'essor des industries du téléphone, de l'électricité, du chemin de fer, de la télévision et de la bande vidéo.

Les couches du modèle de référence TCP/IP
Le ministère américain de la Défense a créé le modèle de référence TCP/IP parce qu'il avait besoin d'un réseau pouvant résister à toutes les conditions, même à une guerre nucléaire. Imaginez en effet un monde en guerre, quadrillé de connexions de toutes sortes : fils, micro-ondes, fibres optiques et liaisons satellites. Imaginez ensuite que vous ayez besoin de faire circuler les informations/les données (sous forme de paquets), peu importe la situation d'un nœud ou d'un réseau particulier de l'interréseau (qui pourrait avoir été détruit par la guerre). Le ministère de la Défense veut que ses paquets se rendent à chaque fois d'un point quelconque à tout autre point, peu importe les conditions. C'est ce problème de conception très épineux qui a mené à la création du modèle TCP/IP qui, depuis lors, est devenu la norme sur laquelle repose Internet.

Lors de vos lectures sur les couches du modèle TCP/IP, gardez à l'esprit le but initial d'Internet, cela vous aidera à comprendre pourquoi certaines choses sont ainsi. Le modèle TCP/IP comporte quatre couches : la couche application, la couche transport, la couche Internet et la couche d'accès au réseau. Comme vous pouvez le constater, certaines couches du modèle TCP/IP portent le même nom que des couches du modèle OSI. Il ne faut pas confondre les couches des deux modèles, car la couche application comporte des fonctions différentes dans chaque modèle.

La couche application
Les concepteurs du modèle TCP/IP estimaient que les protocoles de niveau supérieur devaient inclure les détails des couches session et présentation. Ils ont donc simplement créé une couche application qui gère les protocoles de haut niveau, les questions de représentation, le code et le contrôle du dialogue.  Le modèle TCP/IP regroupe en une seule couche tous les aspects liés aux applications et suppose que les données sont préparées de manière adéquate pour la couche suivante.

La couche transport
La couche transport est chargée des questions de qualité de service touchant la fiabilité, le contrôle de flux et la correction des erreurs. L'un de ses protocoles, TCP (Transmission Control Protocol - protocole de contrôle de transmission), fournit d'excellents moyens de créer, en souplesse, des communications réseau fiables, circulant bien et présentant un taux d'erreurs peu élevé. Le protocole TCP est orienté connexion. Il établit un dialogue entre l'ordinateur source et l'ordinateur de destination pendant qu'il prépare les informations de couche application en unités appelées segments. Un protocole orienté connexion ne signifie pas qu'il existe un circuit entre les ordinateurs en communication (ce qui correspondrait à une commutation de circuits). Ce type de fonctionnement indique qu'il y a un échange de segments de couche 4 entre les deux ordinateurs hôtes afin de confirmer l'existence logique de la connexion pendant un certain temps. C'est ce que l'on appelle la commutation de paquets.

La couche Internet
Le rôle de la couche Internet consiste à envoyer des paquets source à partir d'un réseau quelconque de l'interréseau et à les faire parvenir à destination, indépendamment du trajet et des réseaux traversés pour y arriver. Le protocole qui régit cette couche est appelé protocole IP (Internet Protocol). L'identification du meilleur chemin et la commutation de paquets ont lieu au niveau de cette couche. Pensez au système postal. Lorsque vous postez une lettre, vous ne savez pas comment elle arrive à destination (il existe plusieurs routes possibles), tout ce qui vous importe c'est qu'elle arrive à bon port.

La couche d'accès au réseau
Le nom de cette couche a un sens très large et peut parfois prêter à confusion. On lui donne également le nom de couche hôte-réseau. Cette couche se charge de tout ce dont un paquet IP a besoin pour établir une liaison physique, puis une autre liaison physique. Cela comprend les détails sur les technologies LAN et WAN, ainsi que tous les détails dans les couches physique et liaison de données du modèle OSI.

Le schéma de protocoles TCP/IP

Le diagramme illustré dans la figure est appelé schéma de protocoles. Il présente certains protocoles communs spécifiés par le modèle de référence TCP/IP. Au niveau de la couche application, vous ne reconnaîtrez peut-être pas certaines tâches réseau, mais vous les utilisez probablement tous les jours en tant qu'internaute. Vous étudierez chacune de ces tâches dans le cadre du cursus. Ces applications sont les suivantes :

  • FTP - Protocole de transfert de fichiers ou protocole FTP

  • HTTP - Protocole HTTP (Hypertext Transfer Protocol)

  • SMTP - Protocole SMTP (Simple Mail Transfer protocol)

  • DNS - Système DNS (Domain Name System)

  • TFTP - Protocole TFTP (Trivial File Transfer Protocol)

Le modèle TCP/IP met l'accent sur une souplesse maximale, au niveau de la couche application, à l'intention des développeurs de logiciels. La couche transport fait appel à deux protocoles : le protocole TCP (protocole de contrôle de transmission) et le protocole UDP (User Datagram Protocol). Vous approfondirez ces protocoles plus tard au cours du programme. La couche inférieure, soit la couche d'accès au réseau, concerne la technologie LAN ou WAN utilisée.

Dans le modèle TCP/IP, IP (Internet Protocol) est le seul et unique protocole utilisé, et ce, quels que soient le protocole de transport utilisé et l'application qui demande des services réseau. Il s'agit là d'un choix de conception délibéré. IP est un protocole universel qui permet à tout ordinateur de communiquer en tout temps et en tout lieu.

Comparaison du modèle OSI et du modèle TCP/IP

En comparant le modèle OSI au modèle TCP/IP, vous remarquerez des similitudes et des différences. Voici des exemples :

Similitudes

  • Tous deux comportent des couches.

  • Tous deux comportent une couche application, bien que chacune fournisse des services très différents.

  • Tous deux comportent des couches réseau et transport comparables.

  • Tous deux supposent l'utilisation de la technologie de commutation de paquets (et non de commutation de circuits).

  • Les professionnels des réseaux doivent connaître les deux modèles.

Différences

  • TCP/IP intègre la couche présentation et la couche session dans sa couche application.

  • TCP/IP regroupe les couches physique et liaison de données OSI au sein d'une seule couche.

  • TCP/IP semble plus simple, car il comporte moins de couches.

  • Les protocoles TCP/IP constituent la norme sur laquelle s'est développé Internet. Aussi, le modèle TCP/IP a-t-il bâti sa réputation sur ses protocoles. En revanche, les réseaux ne sont généralement pas architecturés autour du protocole OSI, bien que le modèle OSI puisse être utilisé comme guide.

Utilisation des modèles OSI et TCP/IP dans le cursus
Bien que les protocoles TCP/IP constituent les normes sur lesquelles repose Internet, le modèle OSI a été choisi pour les raisons suivantes dans le cadre de ce cursus :

  • Il s'agit d'une norme universelle, générique et indépendantes du protocole.

  • Ce modèle comporte davantage de détails, ce qui le rend plus utile pour l'enseignement et l'étude.

  • Cette richesse de détails peut également s'avérer fort utile au moment du dépannage.

L'opinion de nombreux professionnels des réseaux diffère quant au modèle à utiliser. Vous devez vous familiariser avec les deux modèles. Vous utiliserez le modèle OSI comme microscope pour l'analyse des réseaux, mais vous utiliserez également les protocoles TCP/IP tout au long du programme d'études. Souvenez-vous qu'il existe une différence entre un modèle (c'est-à-dire les couches, les interfaces et les spécifications de protocole) et un protocole réel utilisé dans les réseaux. Ainsi, vous utiliserez le modèle OSI, mais les protocoles TCP/IP.

Vous vous concentrerez sur TCP comme protocole de couche 4 OSI, sur IP comme protocole de couche 3 OSI et sur Ethernet comme technologie de couches 2 et 1. Comme vous le montre ce diagramme, vous aurez l'occasion d'étudier ultérieurement une technologie particulière de couche physique et liaison de données parmi les nombreux choix existants, à savoir : Ethernet.

similaire:

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconTable des matières
«l’acquisition» de ces biens de l’autre, a fortement augmentée au cours des dernières décennies. Le malaise qui en découle se fait...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconQuestion N°1 Quel diagnostic a été posé par les médecins qui ont...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconLe présent rapport a été préparé par un grand nombre de volontaires...
«Lignes directrices à moyen terme (mtg) sur la transition progressive des réseaux mobiles existants vers les imt-2000 pour les pays...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconCours théorique et pratique de la taille des arbres fruitiers. Quatrième...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconLa course autour du monde en équipage, avec escales
«Espoirs» ont été effectuées dans différents pays depuis décembre 2004. A chaque séquence, cinq marins ont été retenus pour une sélection...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconRésumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconConseil International des Architectes Français
...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconImage & Réseaux met le Designer en résidence à disposition d’un petit...

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à iconTri code tsri titre du module Conception de réseaux locaux commutés
«Administration de Réseaux Informatiques» et «Supervision de Réseaux Informatiques»

Au cours des deux dernières décennies, le nombre et la taille des réseaux ont augmenté considérablement. Cependant, bon nombre de réseaux ont été mis sur pied à icon2. 2 Projet d'enfouissement des réseaux sur Saint Eutrope
«vote» a été réalisé lors des vœux à la population. 57 pour démolition et 17 pour la conservation








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com