Thèse Pour obtenir le grade de








télécharger 1.49 Mb.
titreThèse Pour obtenir le grade de
page6/37
date de publication11.06.2018
taille1.49 Mb.
typeThèse
ar.21-bal.com > documents > Thèse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   37

2. Les courants du changement conceptuel

Introduction


Le but de notre étude est de regarder les effets d'une séquence d'enseignement sur l'apprentissage des élèves. Les différents travaux en didactique sur le changement conceptuel s'intéressent aux étapes de l'évolution et/ou aux facteurs responsables de l'évolution des connaissances initiales des élèves. Nous proposons de présenter les principaux travaux de ce courant, tout en nous situant par rapport à eux. Le but de cette présentation est de choisir parmi les différents types de modélisation proposés, celle qui sera la plus pertinente pour mener à bien notre étude.

2.1 Présentation des courants du changement conceptuel


Après avoir fait un rapide rappel des travaux sur les conceptions, nous présenterons les principaux travaux du changement conceptuel.

2.1.1 Les conceptions


Comme le signale Tiberghien (2002) dans la synthèse des connaissances naïves au savoir scientifique, les premiers travaux sur les conceptions en didactique des sciences se sont déroulés dans les années 1970. Leur but était de mieux connaître les connaissances préalables des élèves, leurs difficultés pendant l'apprentissage et les acquis après enseignement. Malgré l'utilisation d'approches théoriques peu élaborées et assez différentes, il est apparu que ces travaux "ont produit un noyau de résultats extrêmement stables, d'un chercheur à un autre, d'un pays à un autre au moins dans les pays de culture occidentale, et d'un élève à un autre." (Tiberghien 2002, p.25-26). En effet, il est apparu rapidement que les "erreurs" des élèves n'étaient pas le fruit du hasard ou de l'inattention, mais qu'elles provenaient de raisonnements cohérents pour les élèves. Ces raisonnements d'élèves ont été baptisés de différentes façons suivant les courants théoriques : représentation, conception, misconception, alternative framework...

Selon Clément (1994), le terme "représentation" aurait été utilisé dès le 18ème siècle et se serait imposé en sciences sociales avec le concept de "représentations sociales". Cependant, il précise que c'est surtout en psychologie cognitive qu'il sera le plus repris et que son utilisation soulève la question des liens avec la mémoire. À ce sujet, Richard (1990) établit à propos des "représentations" une distinction entre les structures de connaissances stabilisées en mémoire à long terme et les structures transitoires liées à la mémoire de travail. En se basant sur cette distinction, tout en trouvant que la définition de représentation n'est pas stabilisée chez les psychologues, Clément (1994) distingue : les conceptions, qui sont associées à la mémoire à long terme et les conceptions conjoncturelles, qui sont mobilisées (en mémoire de travail) dans une situation précise (dialogue, apprentissage réalisation d'une tâche) (Clément 1994, p.20-21).

L'utilisation du terme "misconception" d'un côté et celui de "conception" ou "alternative framework" de l'autre renvoie à un débat qui a eu lieu au sein de la communauté des didacticiens. En effet, les connaissances des élèves qui ne sont pas en accord avec la physique peuvent être considérées par le chercheur : soit comme des connaissances fausses (paradigme des misconceptions de Confrey 1987), soit comme des connaissances qui peuvent être pertinentes, mais qui se révèlent inadaptées à la situation (paradigme de l'erreur de Brousseau 1976). Nous pensons que le paradigme des misconceptions revient à donner un statut épistémologique particulier aux connaissances erronées. Nous ne partageons pas ce choix car nous n'avons trouvé aucun résultat de recherche attestant que les élèves utilisent leurs connaissances "erronées" de façon différente des connaissances "correctes" du point de vue de la physique.

Comme en témoigne l'énorme bibliographie établie par Duit (2002) contenant plus de 7000 références sur les conceptions des élèves et des enseignants, le courant de la recherche en didactique s'est fortement intéressé aux conceptions. Comme le soulignent Buty & Cornuéjols (2002), la plupart de ces études mettent en avant l'incorrection des conceptions initiales vis-à-vis de la physique et seul un petit nombre attribue l'origine de ces conceptions à des pseudo-théorisations de la vie quotidienne. Dans tous les cas, la plupart de ces études s'accorde sur la persistance des conceptions initiales même après enseignement. Cette forte persistance a amené certains travaux à s'interroger sur les facteurs responsables de l'évolution des conceptions initiales vers des connaissances scientifiques.

2.1.2. Les théories du changement conceptuel


Des travaux essayant de découvrir les mécanismes responsables de l'évolution des connaissances ont contribué à l'élaboration d'une théorie didactique de l'apprentissage des sciences nommée changement conceptuel (conceptual change en Anglais). Posner et ses coauteurs posèrent la base de ce courant en 1982. En partant des travaux traitant des changements théoriques dans l’histoire des sciences (Kuhn 1970, Lakatos 1970 & Toulmin 1972), ils établirent un parallèle entre les changements historiques et les changements se déroulant au sein des individus. Ceci leur permit de proposer quatre conditions nécessaires au changement conceptuel (Posner & al. 1982) :

  1. Les conceptions actuellement utilisées par l’apprenant doivent être de son point de vue insatisfaisantes.

  2. Une nouvelle conception doit être intelligible.

  3. Une nouvelle conception doit apparaître a priori plausible.

  4. Une nouvelle conception doit pouvoir suggérer la possibilité de recherches fructueuses.
Nouveaux facteurs pour le changement conceptuel

À la suite de ces premiers travaux, le terme changement conceptuel, prendra des sens extrêmement divers dans les recherches en didactique (Duit 1999). La théorie du changement conceptuel a été révisée par Strike & Posner (1992) dans le sens d'une plus grande prise en compte des divers facteurs d'une "écologie conceptuelle". Ceci signifie que le changement conceptuel ne se limite plus à des conditions portant uniquement sur le contenu, mais qu'il doit tenir compte des facteurs motivationnels (Pintrich 1999), ainsi que du rôle que peut jouer la vision de la science ou de l’enseignement, aussi bien chez l’apprenant que chez l’enseignant. De plus, de nombreux travaux venant de la didactique (White & Gunstone 1989, Chi 1992, Adey 1999, Aufschnaiter 2001), montrent l'importance du rôle de "la métacognition" dans le changement conceptuel. On peut définir la métacognition comme étant les connaissances qu'ont les individus de leur capacité, de leur fonctionnement et de leurs connaissances elles-mêmes. Son importance a d'abord été soulignée par Flavell, en 1977, à propos d'études sur la mémoire chez l'enfant, en montrant que la capacité de mobiliser des stratégies de mémorisation efficaces était corrélée avec la capacité qu'avaient les enfants à s'exprimer à propos des ces stratégies. Actuellement de nombreux travaux se développent sur la métacognition (Brown 1987, Weinert & Kluwe 1987, Gunstone 1992, Chin & Brown 2000), mais sans nier leur importance, nous faisons le choix de ne pas aborder pas cet aspect dans notre recherche.
Critique du terme "changement conceptuel"

Dans les premières publications, Posner et ses coauteurs (1982), posent la question : "sous quelles conditions un concept central va-t-il être remplacé par un autre ?" (p.213) et associent ainsi le terme changement conceptuel au fait de remplacer une connaissance par une autre. Comme le signale Duit (1999, p. 270) "on doit insister sur le fait qu’il n’y a pas une seule étude recensée dans les deux grandes bibliographies de recherche sur les conceptions des étudiants (Carmichael et al., 1990 ; Pfundt et Duit, 1999) dans laquelle une conception particulière de l’espèce profondément enracinée disparaisse complètement pour être remplacée par une idée nouvelle". De plus, Buty & Cornuéjols (2002, p. 53) insistent sur le fait que le mieux qu’on obtient est un remplacement "périphérique" d'une conception et donc que le changement conceptuel observé se présente non comme un remplacement mais comme le développement de nouvelles idées, valables au moins au début dans d’autres contextes, les anciennes gardant leur validité dans les contextes de la vie quotidienne.
Un changement progressif décrit de plusieurs façons

Au début de son développement, la théorie du changement conceptuel défendait l'idée d'un changement en profondeur des structures cognitives, rejoignant ainsi l'accommodation de Piaget. Cependant, il est difficile d'obtenir des résultats montrant des changements radicaux. En effet, la plupart des travaux montre des changements progressifs. Vosniadou (1994) envisage que la radicalité du changement sur un temps assez long provient de microchangements progressifs distribués tout au long de ce temps.

D'autres travaux se basant sur les conditions de Posner & al. (1982) envisagent le changement conceptuel en termes de statut (Hewson & Hewson 1992, Petri & Niedderer 1998, Hewson & Lamberger 2000). Le statut d'une conception est déterminé par le degré d'importance relatif aux conditions de Posner & al. (1982) : intelligible, plausible fructueuse. Le statut peut être envisagé comme la puissance intellectuelle accordée par l'apprenant à ses conceptions. Cette définition permet d'envisager un changement progressif : la conception scientifique gagnant en statut ce que la conception initiale perd. En résumé, le statut permet de faire une description du changement conceptuel en fonction de l'importance accordée aux conditions de Posner.

Une autre manière de procéder pour décrire le changement conceptuel est de regarder, pour une conception donnée, l'ensemble des situations dans laquelle l'élève l'utilise. Thagard (1992, p. 248) propose un ensemble de critères permettant de rendre compte de la "cohérence exploratoire" d'une hypothèse (hypothèse est à prendre dans le sens d'une conception d'élève) :

  • How much does the hypothesis explain?

  • Are its explanations economical?

  • Is the hypothesis similar to ones that explain similar phenomena?

  • Is there an explanation of why the hypothesis might be true?

Ces critères permettent aussi d'évaluer la pertinence d'une hypothèse face à une autre. Thagard insiste sur le premier critère : la "largeur" exploratoire d'une nouvelle théorie (the explanatory breadth of the new theory, dans le texte), qu'il considère comme le facteur le plus important. Cette notion "de largeur exploratoire" d'une théorie rejoint la notion de domaine de validité d'une conception (Minstrell 1992, Balacheff 1999). En effet, le domaine de validité d'une conception est "l'ensemble des situations qui appellent la mise en oeuvre de la conception considérée". (Balacheff 1999, p. 227). L'abandon de l'utilisation d'une conception "quotidienne" au profit d'une autre plus "scientifique" sera interprété par une diminution du domaine de validité de la conception "quotidienne" et d'une augmentation du domaine de validité de la conception "scientifique".
Le courant de l'étude des "processus d'apprentissage" (learning processes)

Parmi les nombreux travaux sur le changement conceptuel, une petite partie s'est orientée vers l'étude des processus cognitifs de l'apprentissage. Ce nouveau courant en didactique porte le nom de Learning process. Il regroupe un petit nombre de travaux issus de la didactique de la physique dont la plupart viennent d'Allemagne. L'originalité de cette orientation est d'essayer d'inférer à partir de phénomènes observés empiriquement, des processus du fonctionnement cognitif à l'aide de théories issues de la psychologie cognitive. Niedderer, Goldberg & Duit, (1991) décrivent les différentes méthodologies pouvant être utilisées pour suivre l'apprentissage et précisent que l'étude des processus ne peut se faire que par la prise continue de données durant l'apprentissage. Ceci place la prise de données par la vidéo au cœur de leurs dispositifs. À l'intérieur de ce courant, il est intéressant de remarquer que la description des processus d'apprentissage se base, suivant les auteurs, sur des éléments théoriques différents, notamment :

  • sur les modèles de la mémoire pour décrire les éléments stables et les éléments en cours de construction (Niedderer & Schecker 1992, Niedderer 2001),

  • sur la théorie des raisonnements par analogie en utilisant la notion de source et de cible, pour décrire la mobilisation des connaissances (Wilbers & Duit 2001)

  • sur la neurobiologie pour décrire la connaissance en termes de complexité des liaisons (Fischer & Aufschnaiter 1992, Aufschnaiter 2001).

Nous proposons maintenant de nous arrêter sur certains aspects des travaux de Niedderer (1) et de von Aufschnaiter (2), car ils vont nous permettre, par la suite, de nous situer par rapport aux travaux de didactique sur les processus d'apprentissage.

1. Niedderer (2001)

En se basant sur des données empiriques relatives au comportement des apprenants en situation de classe, Niedderer (2001) conclut que pour envisager la connaissance en termes de structure cognitive il faut utiliser certains modèles de la mémoire (figure 1.3).



Figure 1.3 : Un modèle de la mémoire (Niedderer 2001, p. 3)

À partir de ces modèles de la mémoire, Niedderer propose de distinguer les éléments cognitifs en cours de construction (de l'ordre de la seconde) et les éléments cognitifs stables, dont la "stabilisation" est envisagée sur des durées allant de l'heure au mois, voire à l'année. À partir de cette distinction, il envisage l'apprentissage comme étant la modification des éléments stables.

2. Von Aufschnaiter (2001)

Von Aufschnaiter adopte une approche similaire, qui distingue les processus des structures. Il utilise cette distinction pour situer son travail par rapport à d'autres approches, qu'il résume dans le tableau suivant :




Processes

Structures

Structural Changes

Piaget

assimilation

schema

accommodation

Adey

construction of knowledge

schema

metaconstruction of new schema

diSessa & Sherin

reading out information

coordination class

(p-prim)

development of "new" coordination classes

Marton & Booth

experience the world

ways of understanding

development of new ways of understanding

von Aufschnaiter & al.

construction of meaning

cognitive tool

development of cognitive tools

Tableau 1.1 : différents positionnements par rapport au processus d'apprentissage

Il précise notamment que :

-en accord avec Marton et Booth (1997), il considère que le monde "interne" et le monde "externe" ne peuvent pas être envisagés comme séparés durant les processus cognitifs.

-comme Adey (1999), il envisage le développement des structures cognitives en termes de "méta" processus.

-le développement du sens se déroule dans des intervalles allant de la seconde à la minute alors que le développement d'outils cognitifs est considérablement plus long (allant de l'heure au mois).

-dans son modèle, les différentes classes de coordinations (diSessa & Sherin 1998) ainsi que les différentes façons de comprendre (ways of undersanding) les phénomènes spécifiques (Marton & Booth, 1997) peuvent être assignées aux différents niveaux de complexité.

Dans son approche, Aufschnaiter envisage la construction du sens par rapport à trois variables : le contenu (physique, biologie...), la complexité et le temps (figure 1.4).



Figure 1.4 : Développement dans un espace à trois dimensions (Aufschnaiter 2001, p. 200)

Dans cette figure, la construction du sens est envisagée selon plusieurs niveaux de complexité. À partir de travaux basés sur des vidéos d'élèves en classe, Aufschnaiter distingue quatre niveaux différents :

I Construction du sens par rapport à des objets concrets (objets, aspects, opérations)

II Construction du sens par rapport à une propriété invariante parmi plusieurs objets ou situations (propriétés et événements)

III Construction du sens à propos d'une variable simple ou de la co-variation entre deux variables (programmes et principes)

IV Construction du sens à propos des co-variations entre plus de deux variables (connections, systems)

Maintenant que nous avons fait un rapide tour d'horizon des travaux sur le changement conceptuel, nous proposons de préciser la position que nous adoptons pour la suite de notre étude.

2.1.3. Quels sont nos choix par rapport aux théories du changement conceptuel ?


Compte tenu du nombre important de résultats montrant qu'une connaissance n'était pas remplacée par une autre, mais que les deux cohabitaient chez un même individu, nous préférons utiliser le terme "évolution de connaissance" plutôt que celui de changement conceptuel. De plus, en accord avec Vosniadou (1994), nous pensons que la radicalité de l'évolution des connaissances à long terme dépend de microchangements intervenus dans le court terme. Nous faisons le choix de décrire ces microchangements en termes de domaine de validité (Minstrell 1992, Balacheff 1999) plutôt qu'en termes de statut (Hewson & Hewson 1992). C'est pourquoi, nous envisageons que l'évolution d'une connaissance quotidienne vers une connaissance scientifique du point de vue du chercheur, passe simultanément par la diminution du domaine de validité de la connaissance quotidienne et l'augmentation de celui de la connaissance scientifique. Cette évolution des domaines de validité passe par l'utilisation de la connaissance scientifique à la place de la connaissance quotidienne dans chacune des situations où la connaissance scientifique est pertinente. Dans ce cas, nous parlerons "d'évolution situationnelle". Les connaissances quotidiennes des élèves possèdent un très grand domaine de validité, qui s'est développé au cours d'expériences personnelles dans des situations variées. L'utilisation d'autres connaissances nécessite qu'un changement s'opère sur un grand nombre de ces situations. Ceci pourrait expliquer en partie la grande résistance au changement des connaissances quotidiennes.

Comme le précisent Strike & Posner (1992), les facteurs du changement conceptuel ne se limitent pas au seul contenu, ils dépendent aussi de la métacognition, de la motivation, ainsi que de la vision de ce que doit être la science. Nous sommes convaincus de l'importance que peuvent jouer ces différents aspects. Cependant, dans le cadre de notre étude, nous faisons le choix de ne pas traiter les facteurs liés à ces aspects (métacognition, motivation...). En effet, nous nous limiterons à l'étude des éléments avec lesquels l'élève interagit durant l'enseignement.

Nous nous considérons comme très proches du courant de l'étude des processus d'apprentissage. En effet, nous utilisons des méthodologies poursuivant les mêmes objectifs : analyser finement les raisonnements des élèves en situation de classe. La différence essentielle est que nous nous limitons à la description du fonctionnement des élèves sans chercher à le rattacher à des processus cognitifs, même si dans certains cas nous les utilisons dans nos interprétations.

2.2 Les types de modélisation de la connaissance


    Dans la partie précédente, nous avons choisi d'utiliser la notion de domaine de validité pour rendre compte de l'évolution des connaissances des élèves. Nous allons maintenant nous situer par rapport à différents modèles sur le fonctionnement des connaissances des élèves. Le but étant de sélectionner le modèle le plus adapté à cette étude.

2.2.1. Changement d'ontologies


Plutôt que de refaire une description du changement de catégorie ontologique de Chi, nous nous appuyons sur la synthèse faite par Buty & Cornuéjols (2002 p.51) à ce sujet, qui présente de façon axiomatique la construction théorique élaborée par Chi (1992) par les énoncés suivants :

-Toute entité est classable dans une catégorie ontologique. Il y a trois grandes classes ontologiques : les entités (objets/substances), les processus (événements/complex dynamic systems), et les états mentaux (les états émotionnels/les états cognitifs).

-Une catégorie ontologique est pourvue d’attributs ; par exemple la catégorie « événements » a cinq attributs principaux : il peut y avoir des sous-événements distincts ; un événement est limité dans le temps ; une suite d’événements peut présenter un ordre chronologique ou séquentiel ; il peut y avoir des liens de causalité entre événements ; un événement peut être déterminé par ses buts.

-Face à une situation donnée, les attributs donnés par l'apprenant à l’entité qui est en jeu peuvent être repérés dans son discours et classés dans une catégorie ontologique. L’entité ou le concept hérite de tous les attributs de la catégorie.

-Les concepts scientifiques appartiennent à des catégories ontologiques particulières.

-Le particularisme de la catégorie des concepts scientifiques fait que l’apprenant a du mal à les acquérir, parce qu’il les catégorise la plupart du temps comme des événements.

-Chi en conclut qu’il faut donner aux élèves une méta-instruction explicite en même temps qu’on leur enseigne le concept en jeu.

Cette théorisation se fonde essentiellement sur le processus de catégorisation. En effet, elle envisage le fonctionnement des connaissances de l'élève par la catégorisation d'une entité dans une catégorie ontologique donnant ainsi à l'entité l'ensemble des attributs de la catégorie. Ce modèle offre l'avantage de pouvoir suivre l'évolution d'un concept d'une catégorie ontologique à une autre (changement conceptuel fort) ou d'une sous-catégorie à une autre (changement conceptuel moins fort). Cependant, il soulève un certain nombre de critiques :

- à propos du choix des catégories ontologiques : pourquoi choisir matière, processus et états mentaux comme catégories ontologiques et pas d'autres ? Comment être sûr que ces trois catégories sont à même de décrire l'apprentissage dans sa globalité ? (Duit 1999).

- Ce modèle ne prend pas en compte la différenciation entre certains concepts, par exemple comment expliquer la différentiation entre champ magnétique et excitation magnétique alors que ces deux entités sont classées dans la même catégorie (Duit 1999).

- On reste toujours dans le changement conceptuel sans tenir compte des aspects affectifs et sociaux.

- Et surtout, le problème de ces classifications ontologiques est "qu'à un niveau fin, elles supposent une monosémie des termes désignant les concepts qui ne peut être demandée qu'aux concepts scientifiques, alors même qu'elles prétendent expliquer l'activité langagière d'acteurs qui s'expriment en général en langue naturelle." (Buty & Cornuéjols 2002, p.52).

2.2.2. Cohérence partielle ou totale du fonctionnement cognitif d'un individu


Au sein du courant du changement conceptuel, deux approches distinctes se sont développées à propos de la cohérence du fonctionnement cognitif des individus. D'un côté, Vosniadou insiste sur la grande cohérence du fonctionnement des élèves en décrivant les connaissances des élèves comme des théories, c'est-à-dire des structures relationnelles et explicatives. La grande cohérence de ces théories peut être envisagée comme une raison de la résistance au changement visé par l'enseignement. De l'autre, diSessa suppose une non-cohérence du système cognitif de l'individu, en le décrivant par des "connaissances en pièces", c'est-à-dire un ensemble de "p-prims" (phenomenological primitives), qu'il considère comme étant toutes équivalentes et qui sont activables suivant les situations. Un des enjeux du changement conceptuel serait de rendre plus cohérentes les p-prims entre elles.

Dans le but de nous situer par rapport à ces deux approches, nous allons détailler un peu plus ces deux points de vue.
La cohérence des individus de Vosniadou (1994)

Vosniadou (1994) considère que, dès le début de l'activité cognitive d'un individu, les concepts et les connaissances sont incorporés dans des structures théoriques assez larges. En effet, les premières expériences de la vie courante créent chez l’enfant un cadre théorique qui impose des contraintes sur le comportement des objets physiques (continuité, solidité, pas d’action à distance, gravité, inertie) ; ce cadre théorique permet des explications et joue un rôle analogue à celui des paradigmes en science. À l’intérieur de ce cadre théorique et sous ses contraintes, se développent des théories spécifiques adaptées à des domaines phénoménologiques restreints et particuliers. Chaque théorie spécifique s’applique à des situations réelles par le moyen de modèles mentaux, des représentations analogiques de la situation, qui incorporent des mécanismes explicatifs de la théorie spécifique et des contraintes du cadre théorique. Vosniadou distingue deux types de modèles mentaux : ceux créés sur-le-champ, spécifiques à la situation et au contexte, qu’elle désigne par tokens ; et ceux qui ont été suffisamment efficaces dans des situations passées pour êtres stockés et réutilisés ; elle les désigne par types de modèles mentaux, ou modèles mentaux génériques.

Il y a des moments dans le développement d’un individu où un certain modèle mental relatif à une classe de phénomènes est fixé ; pendant ces phases, l’individu répond de façon cohérente aux questions qu’on peut lui poser sur le champ phénoménologique ou conceptuel en jeu. Exemple : à 4 ans, un enfant utilise en général un modèle de « force interne » (associée au poids d’un objet) ; à 12 ans il utilisera plutôt un modèle de « force acquise » (associée au mouvement de l’objet).

Il y a d’autres phases de transition où l’individu utilise des modèles mixtes : à un ensemble de questions il peut alors, fournir des réponses incohérentes entre elles, parce qu’il utilise à la fois des critères appartenant au modèle « force interne » et au modèle « force acquise ». Le contexte de l’utilisation peut alors changer le modèle utilisé, et même la fréquence avec laquelle on associe telle situation à tel modèle.

Buty & Cornuéjols (2002) précisent dans leur synthèse que les travaux de Vosniadou (1994, 1999) insistent sur l’idée que l’incohérence de surface observée chez les élèves résulte en grande partie de leur manque de conscience métaconceptuelle (ils n’ont pas conscience de la nature hypothétique de leurs connaissances).
La connaissance en pièces de diSessa (1993)

diSessa (1993) considère qu'un individu possède un très grand nombre de p-prims, dont la plupart ont été acquises pendant l'enfance. Chaque p-prim est une petite structure de connaissance, qui est activable dans un ensemble de situation donné. Par exemple, on parlera de la p-prim "équilibre", qui dans le domaine de la mécanique implique l’existence de deux efforts opposés qui s’annulent. Une situation peut mobiliser plusieurs p-prims et diSessa s'intéresse aux liens entre les p-prims. Comme le précisent Buty & Cornuéjols (2002) "Les classes de coordination sont des ensembles de p-prims assez larges ; ce sont des moyens, connectés systématiquement, de recueillir certaines classes d’information sur le monde. Coordination renvoie à la fois à la nécessité de recueillir de multiples aspects de l’information pour qu’elle ait un sens (intégration), et à la nécessité de trouver ce qui est semblable dans cet ensemble d’aspects (invariance). Deux composants obligatoires des classes de coordination sont les stratégies de lecture et le réseau causal."

Des situations différentes, ou des sollicitations différentes du milieu dans la même situation, vont provoquer chez l’apprenant l’activation de p-prims différentes. diSessa donne l’exemple suivant : une élève est questionnée sur la trajectoire d’une balle de tennis qu’on tient dans la main et qu’on jette verticalement ; on lui demande d’abord quelles forces s’exercent sur la balle quand elle monte puis descend ; elle répond conformément à la physique enseignée que seule la gravité s’exerce sur la balle : diSessa interprète cette réponse en disant qu’elle fait intervenir la p-prim « gravité ». On pose alors à l’élève une deuxième question : que se passe-t-il au point où la balle rebrousse chemin ? Elle répond en disant que deux forces s’exercent, la gravité et la résistance de l’air, et que ces deux forces s’équilibrent momentanément, c’est ce qui explique que la balle s’arrête un bref instant avant de redescendre : diSessa interprète ce revirement en disant que la deuxième question a activé la p-prim « équilibre ».

Il est intéressant de remarquer que ces approches très différentes envisagent toute les deux que les connaissances d'un élève puissent êtres contradictoires entre-elles du point de vue du chercheur, mais pas forcément du point de vue de l'élève. Ceci semble être confirmé par un certain nombre de travaux (diSessa 1987, 1988 et 1993, Vosniadou 1994, Warren & al. 2001, Taber 2001, Balacheff & Gaudin 2002). En effet, on a d'un côté, Vosniadou qui postule une grande cohérence des théories des élèves tout en envisageant que certains modèles mentaux puissent être contradictoires (modèles mixtes) et de l'autre diSessa qui postule une non-cohérence des p-prims, mais envisage qu'elles puissent devenir cohérentes.

Cependant, est-ce que la différence de ces deux approches ne viendrait pas de l'âge des élèves étudiés ? En effet, Vosniadou travaille surtout sur des jeunes enfants (de 6 à 10 ans) possédant un petit nombre de connaissances sur les thèmes scientifiques, alors que diSessa étudie des étudiants à l'université possédant un nombre beaucoup plus important de connaissances scientifiques. Ceci nous conduit à supposer que la théorie de diSessa correspond plus directement aux comportements des individus possédant un grand nombre de connaissances pouvant êtres contradictoires et fluctuants, alors que celle de Vosniadou correspondrait plus à ceux des individus avec un petit nombre de connaissances cohérentes et stables. Le problème est que nous étudions des élèves de Seconde, âgés de 15-16 ans et que ces deux types de connaissances risquent d'apparaître. C'est pourquoi, il nous faut utiliser un modèle permettant de décrire à la fois des connaissances cohérentes et stables ainsi que des connaissances contradictoires et fluctuantes.

2.2.3. Domaine de validité


Les modèles développés par Minstrell (1992) et Balacheff (1999) offrent l'avantage de considérer qu'un individu possède un ensemble de connaissances (que Balacheff nomme "conceptions" et que Minstrell appelle "facettes") pouvant êtres contradictoires entre elles ou non et dont chacune possède un domaine de validité. Ces modèles permettent d'envisager chez un même individu des connaissances cohérentes entre elles ou non et de déterminer la stabilité d'une connaissance par rapport à son domaine de validité (plus le domaine de validité est grand et plus la connaissance sera stable).

Ainsi, les théories des enfants de Vosniadou peuvent êtres décrites par des connaissances ayant un très large domaine de validité. Par exemple, le domaine de validité du modèle mental considérant que la "Terre est plate" concerne toutes les situations où le sol est plat, c'est-à-dire presque toutes les situations que nous rencontrons dans le quotidien. De même, le modèle de "force interne" sera appliqué dans toutes les situations faisant intervenir des objets ayant un poids, ce qui là encore englobe un très grand nombre de situations. La grande résistance au changement de ces connaissances peut être expliquée à l'aide de la notion "d'évolution situationnelle" exposée ci-dessus. En effet, pour passer du modèle de la "Terre est plate" au modèle de la "Terre est sphérique" il faut que pour chacune des situations où ces deux modèles sont en concurrence, l'élève arrive à utiliser le modèle de la "Terre est sphérique" au lieu de celui de la "Terre est plate".

De même, les p-prims des étudiants de diSessa peuvent être envisagées comme des connaissances contradictoires sur certaines situations et non-contradictoires sur d'autres. Par exemple la p-prim "gravité" et la p-prim "équilibre" peuvent s'appliquer à l'ensemble des situations où les objets sont immobiles.

Nous pensons que les modèles mentaux de Vosniadou ou les p-prims de diSessa peuvent être très pertinent pour décrire certaines connaissances. Cependant, nous considérons que pour notre étude, le fait d'attribuer un domaine de validité à une connaissance est la solution la plus pertinente pour étudier l'évolution des élèves. De plus, il permet de rendre compte du fonctionnement des élèves sans préjuger de la cohérence ou de la non-cohérence de leurs connaissances. Ce qui est important puisque, à l'heure actuelle, il n'existe pas à notre connaissance de travaux sur le sujet permettant de trancher.

2.2.4. Comparaison entre le modèle de Minstrell et celui de Balacheff


Avant de commencer notre comparaison, il nous semble important de préciser que les travaux de Balacheff ne s'inscrivent pas dans le courant du changement conceptuel, puisqu'ils se situent dans le cadre de la didactique des mathématiques. Son modèle des conceptions a été conçu à la base pour rendre compte des connaissances des élèves en mathématiques. Cependant, nous considérons que ce modèle est assez large pour décrire des connaissances dans d'autres disciplines, notamment en physique. Cette précision étant donnée, nous proposons maintenant de regarder plus en détail les points communs et les différences de chacun des modèles proposés par Minstrell (1992) et par Balacheff (1999).
Le paradigme de l'erreur

Tout d'abord, il est intéressant de voir que la vision de Minstrell sur la connaissance se rapproche très fortement de celle de Balacheff, qui refuse le paradigme des misconceptions (Confrey 1986) et adopte le paradigme de l'erreur.

Cependant Balacheff part de la citation de Bachelard (1938, p.13) "Le réel n'est jamais 'ce qu'on pourrait croire' mais il est toujours ce qu'on aurait dû penser", qui exprime que la connaissance est toujours en devenir. Pour conclure que l'originalité du paradigme de l'erreur énoncé par Brousseau (1976, p.171), est d'avoir su articuler le point de vue constructiviste avec le postulat Bachelardien : " l'erreur n'est pas seulement l'effet de l'ignorance, de l'incertitude, du hasard que l'on croit dans les théories empiristes ou béhavioristes de l'apprentissage, mais l'effet d'une connaissance antérieure, qui avait son intérêt, ses succès, mais qui maintenant se révèle fausse ou simplement inadaptée." "l'erreur n'est pas seulement l'effet de l'ignorance, de l'incertitude, du hasard que l'on croit dans les théories empiristes ou béhavioristes de l'apprentissage, mais l'effet d'une connaissance antérieure, qui avait son intérêt, ses succès, mais qui maintenant se révèle fausse ou simplement inadaptée." (Balacheff 1999, p. 222). Cette définition sera complétée par le travail de Salin (1976), mettant en évidence les caractéristiques cognitives de l'erreur : d'une part, "l'erreur est un point de vue d'une connaissance sur une autre connaissance (éventuellement chez un même sujet, d'une connaissance nouvelle sur une connaissance ancienne),"  d'autre part, "l'existence d'une erreur ne peut être perçue que si le feedback de l'environnement peut être lu comme témoignage d'un échec (une attente non satisfaite)." (Balacheff 1999, p. 223)

La position de Minstrell va dans le même sens. En effet, pour lui "la plupart des connaissances des élèves sont pertinentes, elles peuvent avoir besoin de modification, de limitation ou d'élaboration, mais elles sont utiles "(Minstrell 1992. p.112). De plus, Minstrell choisit d'utiliser le terme facette afin d'éviter l'association avec les termes comme les "mauvaises"conceptions ("mis" conception dans le texte). Pour lui, beaucoup de "mauvaises" conceptions sont des idées qui sont sur-appliquées ou sous-appliquées par rapport au contexte. Par exemple, si on considère la facette "le plus lourd tombe le plus vite". La validité de cette idée dépend du contexte d'application." (Minstrell 1992. p.112-113).
Le formalisme des conceptions de Balacheff (1999)

Balacheff (1999, p. 224-225) propose de passer par une formalisation du concept de conception, afin de résoudre le problème de modélisation posé par la coexistence chez un sujet de structures mentales contradictoires du point de vue d'un observateur, et cependant cohérentes lorsqu'elles sont replacées dans le contexte d'une mise en oeuvre particulière dans le référentiel du sujet. Cette formalisation est la suivante :

"Nous appelons conception C, un quadruplet (P, R, L, ) dans lequel :

- P est un ensemble de problèmes sur lequel C est opératoire ;

- R est un ensemble d'opérateurs ;

- L est un système de représentation, il permet d'exprimer les éléments de P et R ;

-  est une structure de contrôle, elle assure la non contradiction de C.

En particulier, un problème p de P est résolu s'il existe r de R et s de  tel que

s(r(p)) = vrai" (Balacheff 1999, p. 225)

Pour caractériser une conception, il faut déterminer :

-l'ensemble des problèmes P, qui décrit le domaine de validité de la conception. Il existe deux approches possibles pour le définir :

-la première se base sur la théorie des champs conceptuels de Vergnaud (1990) et consiste à prendre "l'ensemble des situations" qui appellent à la mise en oeuvre de la conception.

-la seconde utilise la théorie des situations de Brousseau (1986) et essaie de réduire cet ensemble à un nombre fini de problèmes spécifiques.

-L'ensemble des opérateurs R, qui permet la manipulation des éléments de L, et donc la transformation des problèmes, ils sont attestés par des productions et des comportements.

-Le système de représentation L, peut être un complexe de systèmes de représentations langagières ou non-langagières dont la caractéristique fonctionnelle est de permettre l'expression des éléments de P et de R.

-La structure de contrôle S, a pour rôle d'assurer la non-contradiction de la conception, elle contient sous forme d'oracles les outils de décision sur la légitimité de l'emploi d'un opérateur ou sur l'état (résolu ou non) d'un problème." (l'ensemble de ces définitions est tiré du site http://conception.imag.fr/)

Cette formalisation donne une définition précise d'une conception. Les différents éléments qui la composent peuvent servir de base pour la comparer avec d'autres conceptions. Il est possible par exemple de comparer le domaine de validité de deux conceptions ou bien les opérateurs qu'elles mobilisent. Ce formalisme permet entre autres de définir une conception partielle : "une conception C est partielle relativement à une conception C' si et seulement si C est équivalente à C' sur une partie stricte de P'." (Balacheff 1999, p.236).

La connaissance d'un individu est définie comme un ensemble de conceptions ayant le même -objet (-objet décrit dans ce cas un objet mathématique). Ceci permet à la fois de parler de son domaine de validité (union des domaines de validité des conceptions qui la constituent) tout en reconnaissant son caractère contradictoire (l'une des conceptions qui la constituent est fausse au sens d'une autre). Avec cette définition de la connaissance, il est possible de décrire la cohérence de l'ensemble des conceptions qui la constituent (cet ensemble est appelé Q), ainsi que son domaine de validité (appelé ).

À partir de cette définition, Balacheff propose de décrire l'évolution des états de connaissances d'un sujet à un moment donné. Il précise :"Un état de connaissance (Q, ) d'un -objet M peut évoluer en conséquence de l'évolution de ses constituants Q ou , ou des deux simultanément.

Une modification de Q peut être le résultat de l'ajout ou au contraire du retrait d'une conception, ou encore la substitution d'une conception à une autre ou à un sous-ensemble d'autres conceptions. De même  peut être modifié en supprimant ou en ajoutant des problèmes ou en substituant un problème à un sous-ensemble de problèmes.

Une évolution simple est celle qui rend compte de la modification du domaine de validité d'une conception.

Une évolution particulièrement intéressante d'un état de connaissance est celle qui conduit à éliminer les contradictions actuelles dans Q" (Balacheff 1999, p.240).
Les aspects pratiques des facettes de Minstrell

Minstrell dans son article de 1992, propose d'identifier et de cataloguer des éléments de connaissance ou de raisonnement qu'il appelle des facettes. Pour lui, les facettes de connaissance sont des unités de pensée "commodes", des éléments de connaissance ou des stratégies utilisées par l'élève dans une situation particulière. Minstrell utilise le langage des élèves en essayant de capturer l'intention de l'idée exprimée. "La "vérité" ou la pertinence d'une facette dépend du contexte de la situation."(Minstrell 1992, p.112). Pour lui, les facettes fausses du point de vue de la physique, possèdent quand même un certain nombre d'aspects utiles.

Concernant la cohérence des facettes entre elles, Minstrell considère que lorsque l'apprenant tente de rendre compatibles certaines facettes, cela a pour conséquence de rendre "l'ensemble de ses connaissances1" incohérent. Il explique que ce manque de cohérence provient du fait qu'en général, les élèves font un amalgame des idées proches en ne les différenciant pas entre elles, qu'ils n'élaborent pas de relation entre les différentes grappes (clusters dans le texte) de connaissance et qu'ils n'essaient pas de délimiter le contexte d'application de ces connaissances." (Minstrell 1992, p.117)

Le fonctionnement d'une ou plusieurs facettes qu'un élève met en oeuvre dans un problème particulier dépend : des facettes que l'élève a acquises lors d'expériences préalables, des caractéristiques du problème que l'élève identifie et de l'association faite par l'élève entre ces caractéristiques et ces facettes. Pour Minstrell :

"1. L'élève aborde la situation d'apprentissage avec des éléments de connaissances existants, appelés facettes. Les facettes peuvent être spécifiques ou générales. On peut en rendre compte par le contenu, les stratégies, ou le raisonnement.

2. L'application d'une facette dépend des facettes que l'élève a de disponible, des caractéristiques de la situation, de la perception qu'en à l'élève ou des liens entre les caractéristiques et les facettes

3. Le nombre de facettes utilisées par un élève dépend, de son souhait à répondre simplement à la question ou plutôt de satisfaire sa curiosité. Ce postulat implique une autre série de facettes pour décrire les croyances des élèves à propos de la nature de la science et de l'épistémologie. Cette nouvelle série commence seulement à être explorée.

4. L'ordre d'application des facettes va du spécifique au générique. Lorsque l'élève a des connaissances spécifiques à propos d'une situation problématique, les facettes spécifiques sont appliquées. Lorsque les connaissances spécifiques des facettes ne complètent pas la solution du problème, une ou plusieurs facettes génériques peuvent être utilisées." (notre traduction de Minstrell 1992, p. 119-120).

Partant de cela, plusieurs changements dans les facettes peuvent se produire :

-le premier consiste à ajouter une nouvelle facette à l'ensemble des facettes que l'individu à déjà,

-la seconde envisage la modification d'une facette en élargissant ou en limitant son contexte d'application,

-le troisième revient à élaborer un nouveau réseau de relations entre les facettes.

Conclusion sur ces deux modèles


Le modèle des conceptions de Balacheff permet de caractériser la connaissance de manière beaucoup plus précise que les facettes de Minstrell, notamment grâce au formalisme mis en place pour décrire les conceptions. Concernant l'évolution, ces deux modèles envisagent une augmentation ou une diminution du domaine de validité, ainsi que l'ajout de nouvelles conceptions (ou facettes). Cependant, le modèle de Minstrell envisage en plus la possibilité que les facettes établissent des liens entre elles, ce qui rejoint notre approche de l'apprentissage en termes de lien. En revanche, le modèle de Balacheff propose qu'une conception puisse être substituée à une autre, ce qui ne correspond pas au fonctionnement des connaissances des élèves décrit par les travaux du changement conceptuel (voir partie critique du terme changement conceptuel). Notre étude se centre beaucoup plus sur l'évolution que sur la caractérisation des connaissances. C'est pourquoi, nous faisons le choix de ne pas adopter le formalisme proposé par Balacheff et de décrire l'évolution en adoptant une vision proche des critères proposés par Minstrell (notamment les liens). Bien que nous n'adoptons aucun de ces deux modèles, nous nous en inspirons fortement pour développer notre propre modèle : les idées.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   37

similaire:

Thèse Pour obtenir le grade de iconThèse présentée pour l’obtention du grade de Docteur

Thèse Pour obtenir le grade de iconLa création d’un nouveau grade de directeur des finances publiques...
«administrateur de 1ère classe», avec éventuellement maintien d’un système de type tour de piste pour l’accès à la 1ere classe. Les...

Thèse Pour obtenir le grade de iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse Pour obtenir le grade de iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le...
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne méritait pas d’être...

Thèse Pour obtenir le grade de iconProgramme conçu pour détecter, identifier et obtenir des indications sur la sécurité d’un réseau

Thèse Pour obtenir le grade de iconTHÈse pour le diplôme d’État

Thèse Pour obtenir le grade de iconTHÈse pour l’obtention du diplôme de

Thèse Pour obtenir le grade de iconClé de ce grade, ajoutée à la truelle et l’épée conduit l’initié...
«liberté de passage» qui avec le symbolisme du pont reliant les deux rives, avec l’action libre de passage qui représente la clé...

Thèse Pour obtenir le grade de iconNote that you will receive a zero for the tombstone and a grade for the essay

Thèse Pour obtenir le grade de iconThèse Pour le diplôme d’archiviste paléographe








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com