Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j'avais cru pouvoir finir. C'est ce que j'appelle ailleurs la passe : je croyais que c'était passé. Seulement voilà : cette créance «je croyais que c'était passé»








télécharger 0.73 Mb.
titreLeçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j'avais cru pouvoir finir. C'est ce que j'appelle ailleurs la passe : je croyais que c'était passé. Seulement voilà : cette créance «je croyais que c'était passé»
page2/16
date de publication25.12.2016
taille0.73 Mb.
typeLeçon
ar.21-bal.com > documents > Leçon
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

Leçon II , 20 novembre 1973



Il y a un petit livre, là que... je vais commencer comme ça sur le ton de la confidence, hein, parce que, évidemment je me demande, je me demande en repartant, n'est-ce pas : suis-je assez dupe - suis-je assez dupe, hein - pour ne pas errer ?

Errer au sens où je vous l'ai précisé la dernière fois, ce qui veut dire est-ce que je colle assez à... au discours analytique, qui n'est quand même pas sans comporter une certaine sorte d'horreur froide. Est-ce que je colle assez pour ne pas... pour m'en distraire, c'est-à-dire ne pas le suivre vraiment selon son fil, ou même, pour employer un terme dont je me servirai plus tard, là où on m'attend, sur les espaces vectoriels,) e vous le dis tout de suite; enfin, j'aborderai pas ça aujourd'hui, mais les espaces ça introduit une notion, comme ça, un autre espace dans l'espace. On appelle ça espace fibré.

Mais enfin, ce discours analytique, faut quand même pas oublier, pour m'excuser si je n'y colle pas tout à fait, c'est que je l'ai fondé. je l'ai fondé d'une élaboration écrite, celle qui s'écrit le petit a et le S2 superposés à gauche, et puis le S barré et le S1 à droite.



Quand il s'agit d'être dupe, n'est-ce pas, il ne s'agit pas en l'occasion d'être dupe de mes idées, parce que ces quatre petites lettres, ça n'est pas des idées. C'est pas même des idées du tout, la preuve, c'est que c'est très

-23-

très très difficile d'y donner un sens. Ce qui ne veut pas dire que... qu'on ne puisse pas en faire quelque chose. C'est ce qui s'inscrit d'une certaine élaboration de ce que j'appellerai, c'est la même chose de dire que ça s'inscrit que de dire ce que je vais dire maintenant, à savoir : la mathé­matique de Freud, ce qui est repérable à la logique de son discours, à son errance à lui. C'est-à-dire à la façon dont il essayait de rendre ce discours analytique adéquat au discours scientifique. C'était ça son erre. C'est ce qui l'a - je ne peux pas dire « empêché », enfin - d'en faire la mathé­matique; puisque la mathématique il la faisait comme ça, fallait un deuxième pas pour ensuite pouvoir l'inscrire.

Alors, pendant que je vous parlais la dernière fois, il m'est revenu, comme ça, des bouffées de souvenirs, de quelque chose qui bien sûr ne m'arrivait pas ici, qui m'avait tracassé le matin en préparant ce que j'avais à vous dire.

Voilà, ça s'appelle - tout de suite, disons-le - ça s'appelle die Grenzen der Deutbarkeit. C'est quelque chose qui a un rapport étroit, enfin, avec l'inscription du discours analytique; c'est que si cette inscription est bien ce que j'en dis, à savoir le début, le noyau-clé de sa mathématique, il y a toutes les chances à ce que ça serve à la même chose que la mathématique. C'est-à-dire que ça porte en soi sa propre limite. je savais que j'avais lu ça, parce que je l'avais dans un vieux machin que j'ai racheté comme ça, d'oc­casion, dans les débris de ce qui surnageait de l'histoire de Freud, après l'histoire nazie, alors j'ai eu ce débris... et je me disais que quand même ça avait dû être recueilli quelque part, vue la date. C'est vrai. Ça a été recueilli dans le tome III des Gesammelte Schriften. Mais! Mais pas ailleurs, à savoir là où ça aurait dû paraître, étant déjà édité en 1925, en fait, et même déjà paru, enfin, une première fois si mon souvenir est bon dans... Eh ben, c'est pas paru du tout avant... avant ça, que j'ai eu, donc.

Alors c'était donc - c'est sorti dans les Gesammelte Schriften mais ça n'a pas paru là où ça devait paraître au moment où ça sortait, c'est à savoir dans la huitième édition de la Traumdeutung. Et c'est pas paru parce que, dans ces notes additionnelles en question, il y a un troisième chapitre - le premier étant constitué par ces Grenzen der Deutbarkeit, le second je vous le passe, je vous en reparlerai - et le troisième signifie die okkulte Bedeutung des Traumes. C'est-à-dire la signification occulte. C'est pour ça que ce n'est pas paru.

--

Ce qui m'est resté dans l'esprit, ce qui me tracassait, c'était die Grenzen. Mais à cause du fait que ces Grenzen étaient associées à la signification occulte, ça n'est pas sorti. Jones raconte ça quelque part l'occulte, enfin, il y a une objection. Il y a une objection de la part du dis­cours scientifique. Et en effet, tel que ça se présente maintenant, l'occul­te, ça se définit très précisément en ceci, enfin : ce que le discours scien­tifique ne peut pas encaisser. C'est même, on peut le dire sa définition. Alors, c'est pas étonnant qu'il y fasse objection. Cette objection est venue, comme ça, par le véhicule de Jones, et ça peut paraître une expli­cation toute simple, du fait que ça ne soit pas paru là où ça devait paraître, à savoir dans la huitième édition.

Freud, vous le savez, c'était pas du tout neuf, enfin, qu'il se tracassât sur l'occulte. Il le faisait, comme ça, par... par erre. Par erre concernant le discours scientifique. Oui, parce qu'il s'imaginait que le discours scientifique ça devait tenir compte de tous les faits. C'était une pure erre. Et erre plus grave encore : une erre poussée jusqu'à l'erreur. Ça ne tient compte, le discours scientifique, que des faits qui ne collent pas avec sa structure, à savoir là où il a commencé de s'avancer, son rapport avec sa propre mathématique. Mais pour que ça ne colle pas, encore faut-il que ça vienne à la portée de cette structure mathématique.

De sorte qu'il tient compte de tous les faits qui font trou dans son, disons, je vais vite, là, parce que c'est pas un mot qui vaut... mais qui font trou parce que c'est plus sensible, tout de suite, de la dire comme ça, qui font trou dans son système! Mais ce qui n'est pas de son système du tout, il ne veut rien en savoir. Alors, en se tracassant, comme ça, sur les phénomènes occultes - dits occultes - ça ne veut pas dire du tout qu'ils sont occultes, qu'ils sont cachés, parce que, ce qui est caché, c'est ce qui est caché par la forme du discours lui-même, mais ce qui n'a abso­lument rien à voir avec la forme du discours, c'est pas caché, c'est ailleurs.

Vous là, tels que vous êtes, comme ça - je fais appel à votre senti­ment, enfin - il y a rien de commun entre l'inconscient et l'occulte. En tout cas au niveau où vous êtes là pour m'entendre, je pense que quand même vous êtes déjà assez rompus à cette idée que l'inconscient... c'est fondamentalement du langage, hein. Et si vous avez pu l'autre jour regarder ce que j'avais commencé de faire comme ça, vaguement au -25-

l'édition suivante de l'Interprétation des rêves, c'est pas simplement parce que c'était à l'ombre de l'occulte, c'est parce que quand même, là, ça... ça en remettait. Ça dépassait un peu le truc de l'affirmation que le désir est indestructible, ça montrait dans cette structuration du désir lui-même quelque chose qui justement aurait permis d'en mathématiser autrement la nature. C'est pour ça que ça vaut la peine, quand même, que je vous en donne comme ça - il est évident que devant une pareille assistance il n'est pas possible que je commente vingt-cinq pages de Freud, il n'y en a pas plus, il y en a même moins - mais j e pourrai quand même aborder le premier paragraphe, ça vous incitera à aller le trouver, parce que quand même ça a fini par être publié, comme me le fait remar­quer ma chère amie Nicole Sels, qu'à la suite de la séance dernière j'ai lancée sur ce truc, je lui ai dit : « Mais enfin où diable c'est, cette histoi­re ? », cette histoire qui pourtant dans les Gesammelte Schriften, est indi­quée tout de suite après cette pointe sur laquelle j'ai terminé du désir indestructible et invariant, car c'était de ça qu'il s'agit.

Alors, comme me le commente - ça vaut la peine, n'est-ce pas, comme me le commente la chère Nicole, qui en connaît un bout pour ce qui est de chercher l'édition d'un texte (qui en connaît un bout et qui en fout un coup, enfin, c'est inimaginable ce que je la fais cavaler, je veux dire que, elle cavale, et qu'elle me rapporte le truc dans les deux heures; là elle a mis beaucoup plus longtemps : elle a mis au moins trois jours), oui, il ne figure ce chapitre supplémentaire, parce que je lui avais dit

« Quand même, ce serait curieux que je le trouve pas dans les Gesammelte Werke. Et je le trouve pas! » elle me répond qu'il n'est dans cet ouvrage à aucune place logique, ni au tome qui correspond - de la Traumdeutung, ça bien sûr je m'en étais aperçu, c'est même ce qui m'avait rendu enragé, ni dans le tome XIV qui correspond à l'année 1925. « Il a paru in extremis et - ajoute-t-elle - sournoisement dans le tome i, car ce tome a été le dernier à paraître: en 1952. » Là elle me rapporte bien sûr l'opinion de Strachey, qui lui-même l'a traduit dans la Standard Edition, n'est-ce pas, mais au tome XIX - c'est-à-dire à son année nor­male, oui, c'est vrai - mais il pense que ce sort est dû aux mines que tout le monde a fait devant l'okkulte Bedeutung des rêves. C'est ce que pense Strachey. Je ne sais pas ce qu'en pense Nicole Sels, mais c'est, au regard des - simplement - des faits qu'elle m'apporte, secondaire.

--

l'édition suivante de l'Interprétation des rêves, c'est pas simplement parce que c'était à l'ombre de l'occulte, c'est parce que quand même, là, ça... ça en remettait. Ça dépassait un peu le truc de l'affirmation que le désir est indestructible, ça montrait dans cette structuration du désir lui-même quelque chose qui justement aurait permis d'en mathématiser autrement la nature. C'est pour ça que ça vaut la peine, quand même, que je vous en donne comme ça - il est évident que devant une pareille assistance il n'est pas possible que je commente vingt-cinq pages de Freud, il n'y en a pas plus, il y en a même moins - mais je pourrai quand même aborder le premier paragraphe, ça vous incitera à aller le trouver, parce que quand même ça a fini par être publié, comme me le fait remar­quer ma chère amie Nicole Sels, qu'à la suite de la séance dernière j'ai lancée sur ce truc, je lui ai dit : « Mais enfin où diable c'est, cette histoi­re ? », cette histoire qui pourtant dans les Gesammelte Schriften, est indi­quée tout de suite après cette pointe sur laquelle j'ai terminé du désir indestructible et invariant, car c'était de ça qu'il s'agit.

Alors, comme me le commente - ça vaut la peine, n'est-ce pas, comme me le commente la chère Nicole, qui en connaît un bout pour ce qui est de chercher l'édition d'un texte (qui en connaît un bout et qui en fout un coup, enfin, c'est inimaginable ce que je la fais cavaler, je veux dire que, elle cavale, et qu'elle me rapporte le truc dans les deux heures; là elle a mis beaucoup plus longtemps : elle a mis au moins trois jours), oui, il ne figure ce chapitre supplémentaire, parce que je lui avais dit

« Quand même, ce serait curieux que je le trouve pas dans les Gesammelte Werke. Et je le trouve pas! » elle me répond qu'il n'est dans cet ouvrage à aucune place logique, ni au tome qui correspond - de la Traumdeutung, ça bien sûr je m'en étais aperçu, c'est même ce qui m'avait rendu enragé, ni dans le tome XIV qui correspond à l'année 1925. « Il a paru in extremis et - ajoute-t-elle - sournoisement dans le tome i, car ce tome a été le dernier à paraître: en 1952. » Là elle me rapporte bien sûr l'opinion de Strachey, qui lui-même l'a traduit dans la Standard Edition, n'est-ce pas, mais au tome XIX - c'est-à-dire à son année nor­male, oui, c'est vrai - mais il pense que ce sort est dû aux mines que tout le monde a fait devant l'okkulte Bedeutung des rêves. C'est ce que pense Strachey. Je ne sais pas ce qu'en pense Nicole Sels, mais c'est, au regard des - simplement - des faits qu'elle m'apporte, secondaire.

-27-

Alors, je ne vous lis pas tout de suite la chose en allemand.

Ça se dit comme ça : « La question si on peut donner de tout produit de la vie de rêve une complète et assurée traduction » - vollständige und gesicherte Übersetzung - déjà cet emploi de Übersetzung, c'est pas mal, c'est très lacanien, bon - in die Ausdrucksweise des Wachslebens : « dans le mode de s'exprimer de la vie de veille » - et il met là entre paren­thèses : Deutung, c'est-à-dire sens; Deutbarkeit ça veut dire interpréta­tion mais Deutung, ça veut dire sens, Traumdeutung, ça veut dire sens des rêves - « ne peut pas être traitée abstraitement ». « Mais sous la Beziehung - relation - avec : Verhältnisse » - c'est un autre terme pour exprimer relations - avec les relations - donc désignées par un autre mot, c'est-à-dire posées autrement : Beziehung, c'est quelque chose, comme ça d'approximatif; Verhältnisse, ça peut être pris dans le sens des relations qui s'écrivent, je veux dire de ce qui est constitué à proprement parler dans une articulation propre au sens du terme, n'est­-ce pas, comme quelque chose qui peut arriver à se poser là - les rela­tions, unter denen, sous le coup desquelles on travaille à l'interprétation des rêves : man an der Traumdeutung arbeitet ».

Et c'est là qu'on rentre un peu plus avant.

« Nos activités geistige, celles de l'esprit », c'est comme ça : unsere geistigen Tätigkeiten. Pour Freud, ça veut dire « ce qu'on pense ». Les activités de l'esprit, c'est ce qui est généralement désigné comme les pen­sées.

Streben. Streben, c'est un mot qui a d'autres résonances, n'est-ce pas, que ce par quoi on le traduit en anglais, à savoir - dans cette occasion, n'est-ce pas, c'est la traduction de Strachey justement - pursue. Ça ne poursuit rien du tout. Ça poursuit rien du tout, streben, quand on suit bien ce que c'est, quand on voit l'étoffe du mot, ce qui évidemment se fait avec ses usages précédents, c'est quelque chose qui est, à inscrire, quelque chose comme ça : vous comprenez si vous avez une voûte, comme ça, quelque chose en bois : c'est les tirants. Ça a l'air de la sup­porter comme ça; si vous aviez la moindre notion d'architecture, vous sauriez que les tirants, dans une voûte, eh bien, ça tire. Je veux dire que ça tire vers l'extérieur. Les tirants, ça ne soutient pas. Enfin, qu'importe, sur le streben, ce qu'ils tirent : ce qu'ils font tenir ensemble, c'est « ou bien ein nützliches Ziel» et vous retrouverez les fonctions essentielle

­-28-

ment lacaniennes de l'utile et du jouir, elles sont précisées comme telles, c'est là-dessus qu'au départ j'ai fait entièrement pivoter ce que j'ai dit de l'éthique de la psychanalyse - un but utile, c'est, ou ça qu'elles anstre­ben, qu'elles attirent, « ou bien : oder unmittelbaren Lustgewinn », à savoir, à savoir tout simplement mon plus-de jouir.

Die Frage, ob man von jedem Produkt des Traumlebens eine voll­ständige und gesicherte Übersetzung in die Ausdrucksweise des Wachlebens (Deutung) geben kann, soll nicht abstrakt behandelt werden, sondern unter Beziehung auf die Verhältnisse, unter denen man an der Traumdeutung arbeitet.

Unsere geistigen Tätigkeiten streben entweder ein nützliches Ziel an oder unmittelbaren Lustgewinn.

Car qu'est-ce que ça veut dire un Lustgewinn ? Un gain de Lust. Si l'ambiguïté de ce terme en allemand, n'est-ce pas, ne permet pas d'intro­duire dans le Lustprinzip, traduit principe du plaisir, justement cette for­midable divergence qu'il y a entre la notion du plaisir telle qu'elle est commentée par Freud lui-même selon la traduction antique, seule issue de la sagesse épicurienne, ce qui voulait dire jouir le moins possible, parce que qu'est-ce que ça nous emmerde, la jouissance! C'est justement pour ça qu'ils se faisaient traiter de pourceaux, parce qu'en effet, les pourceaux, mon Dieu, ça jouit pas tellement qu'on s'imagine, n'est-ce pas, ça reste dans sa petite porcherie, bien tranquilles, enfin, ça jouit au minimum...

C'est bien pour ça qu'on les a traités de pourceaux, parce que tous les autres, enfin, ils étaient vachement tracassés par la jouissance. Fallait, enfin, qu'ils en mettent un coup, enfin : ils étaient esclaves de la jouis­sance. C'est même pour ça, tiens... là je me laisse emporter, hein, c'est même pour ça qu'il y avait des esclaves, hein. La seule civilisation qui était vraiment mordue par la jouissance, il fallait qu'elle ait des esclaves. Parce que ceux qui jouissaient, c'était eux! Sans les esclaves, pas de jouis­sance, hein. Vous, vous êtes tous des employés. Enfin, vous faites ce que vous pouvez pour être des employés. Vous n'êtes pas tout à fait arrivés, mais croyez-moi, vous y viendrez.

Bon, je me suis un peu laissé emballer, là comme ça. Réfléchissez quand même un peu à ça, enfin, n'est-ce pas, qu'il y a que les esclaves qui

-29-

jouissent. C'est leur fonction. Et c'est pour ça qu'on les isole, que même on n'a pas le moindre scrupule à transformer des hommes libres en esclaves, puisqu'en les faisant esclaves, on leur permet de ne plus se consacrer qu'à jouir. Les hommes libres, ils n'aspirent qu'à ça. Et comme ils sont altruistes, ils font des esclaves. C'est arrivé comme ça dans l'his­toire, dans notre histoire à nous. Évidemment, il y avait des endroits où on était beaucoup plus civilisés : il n'y avait pas d'esclavage en Chine. Mais le résultat c'est que, malgré tout ce qu'on dit, ils ne sont pas arrivés à faire la science, hein. Maintenant, ils ont été touchés par un petit peu de Marx, alors ils se réveillent. Comme disait Napoléon : les réveillez pas, surtout! Maintenant, ils sont réveillés. Ils n'auront pas eu besoin de passer par le truc des esclaves. Ce qui prouve, quand même, qu'il y a des greffes, n'est-ce pas, que c'est pas le pire qu'on peut éviter. On peut évi­ter le meilleur. Et arriver quand même.

Bon, enfin, unmittelbaren Lustgewinn, ça veut dire « un plus-de-jouir, là, immédiat ». « Dans le premier cas, hein, celui du but d'utilité, ce sont, (ces geistigen Tätigkeiten, ces opérations spirituelles) ce sont des déci­sions intellectuelles, des préparations à la manipulation, hein, Handlengun, ou des communications an andere aux autres », à savoir que l'on parle pour les - comme je viens de dire - pour les manipuler, comme vous dites.

« Dans l'autre cas, nous appelons ça - nennen wir sie (sie, c'est à savoir les geistigen Tätigkeiten) Spielen und Phantasieren nous appelons ça des jeux et le fait de fantasmer. Bien sûr, qu'il dit, bekanntlich, n'est-­ce pas, l'utile, c'est simplement aussi quand même un détour, ein Umweg, pour une satisfaction de jouissance ». Mais c'est pas en soi qu'elle est visée, n'est-ce pas.

« Le rêver - il n'a pas dit le rêve - le fait de rêver est donc une acti­vité de la seconde espèce », à savoir ce qu'il a défini par le unmittelbaren Lustgewinn. « Il est une erreur, irreführend, de dire que le rêver s'effor­ce à ces devoirs pressants toujours imminents de la vie commune, et cherche à mener à bonne fin le travail du jour, Tagesarbeit. De ça se sou­cie le penser préconscient : das vorbewusste Denken. Pour le rêve, cette utilisation, cette intention utile, n'est-ce pas, est tout à fait aussi étrangè­re que la mise en jeu, en Oeuvre, la préparation, le fignolage, n'est-ce pas, d'une communication einer Mitteilung à un autre, an einen anderen ». -30-

En quoi il a ceci de lacanien, notre cher Freud, n'est-ce pas, que, puisque tout ce qu'il vient de nous dire autour du rêve, c'est uniquement de la construction, du chiffrage, ce chiffrage qui est la dimension du langage n'a rien à faire avec la communication.

Le rapport de l'homme au langage, lequel ne peut se... simplement, s'attaquer que sur la base de ceci : que le signifiant c'est un signe, qui ne s'adresse qu'à un autre signe; que le signifiant, c'est ce qui fait signe à un signe, et que c'est pour ça que c'est le signifiant. Ça n'a rien à faire avec la communication à quelqu'un d'autre, ça détermine un sujet, ça a pour effet un sujet. Et le sujet, c'est bien assez qu'il soit déterminé par ça, en tant que sujet, à savoir qu'il surgisse de quelque chose qui ne peut avoir sa justification qu'ailleurs. À ceci près que dans le rêve, on la voit, à savoir que l'opération du chiffrage, c'est fait pour la jouissance. À savoir que les choses sont faites pour que dans le chiffrage on y gagne ce quelque chose qui est l'essentiel du processus primaire, à savoir un Lustgewinn. C'est ça qui est dit là.

Et puis ça continue. Et non seulement ça continue, mais ça appuie. Et ça montre bien en quoi, pour quoi le rêve fonctionne, c'est à savoir qu'il n'est fait et n'est fait en rien, et c'est pour ça qu'il fonctionne, pour ça il n'est fait en rien - « que pour le sommeil, den Schlaf verhüten, proté­ger ». Il protège le sommeil. Ce que Freud n'a dit, comme ça, qu'inci­demment dans divers points, là il insiste. je veux dire que la question qu'il introduit, c'est en quoi précisément ce qui du rêve dépend de l'in­conscient, c'est-à-dire de la structure, de la structure du désir - ce qui du rêve pourrait bien incommoder le sommeil.

Sur le sommeil, il est clair que nous ne savons pas grand-chose. Nous ne savons pas grand-chose justement parce que, parce que ceux qui les étudient, comme ça, comme faits, avec deux petits encéphalographes, encéphalopodes, encéphalo-tout-ce-que-vous-voudrez, ben, ils lient des choses ensemble, enfin mais... c'est quand même curieux, n'est-ce pas, qu'une chose aussi répandue dans la vie, là, comme on dit, que le som­meil - enfin je n'avance rien, là, je constate que : on n'a jamais posé la question de ce que ça avait à faire avec la jouissance. Tout ça parce que la jouissance, enfin, c'est, faut bien dire qu'on n'en a pas fait un ressort tout à fait majeur de la conception du monde, comme on s'exprime. Qu'est-ce que le sommeil? C'est peut-être là que la formule de Freud -31 -

pourrait évidemment prendre son sens et rejoindre l'idée du plaisir : si j'ai parlé des pourceaux tout à l'heure, c'est parce qu'ils roupillent sou­vent, oui. Ils ont le moins de jouissance possible dans la mesure où plus ça dort mieux ça vaut. En tout cas ça collerait avec - si mon hypothèse est bonne à savoir que c'est dans le chiffrage qu'est la jouissance; on peut voir aussi, on peut voir par là, enfin, quelque chose, c'est que en effet le chiffrage du rêve, après tout, il est pas poussé si loin que ça, si loin qu'on le dit, enfin! C'est... j'ai déjà expliqué la condensation, le déplacement, c'est... c'est la métaphore, c'est la métonymie, et puis c'est toutes sortes de petites manipulations, comme ça, qui étendent la chose dans l'Imaginaire.

C'est dans cette direction-là, hein, qu'il faut voir la jouissance. Alors on pourrait peut-être s'élever, n'est-ce pas, à une structure, comme ça conforme, conforme à l'histoire du chiffrage, c'est que si c'est dans le sens de ce quelque chose qui arrive... à quoi ? die Grenzen, les limites. Là est l'erreur. Les limites der Deutbarkeit, si vous lisez bien ces quatre pages, car il n'y en a pas plus, vous vous apercevrez que, ce qui la signa­le, cette limite, c'est exactement le même moment quand ça arrive au sens. À savoir que le sens il est en somme assez court. C'est pas trente-six sens qu'on découvre au bi-du-bout de l'inconscient : c'est le sens sexuel. C'est-à-dire très précisément le sens non-sens. Le sens où ça foire la Verhältnis. La Beziehung, elle, a lieu avec ceci : qu'il n'y a pas de sexuelles Verhältnisse, que ça: la Verhältnis en tant qu'écrite, en tant que ça peut s'inscrire ou que c'est mathème, ça, ça foire toujours.

Et c'est bien pour ça que, il y a un moment où le rêve, ça se dégonfle, c'est-à-dire qu'on cesse de rêver et que le sommeil, il reste à l'abri de la jouissance. C'est parce qu'en fin de compte on en voit le bout.

Mais l'important, l'important pour nous, s'il est vrai que ce sens sexuel il ne se définit que de ne pas pouvoir s'écrire, c'est de voir juste­ment ce qui, dans le chiffrage - non pas dans le déchiffrage - ce qui dans le chiffrage nécessite die Grenzen, le même mot, ici employé dans le titre, le même mot sert à ce qui, dans la mathématique, se désigne comme limite. Comme limite d'une fonction, comme limite d'un nombre réel. Ça peut augmenter tant que ça veut, la variable, - la fonc­tion ne dépassera pas certaines limites. Et le langage, c'est fait comme ça. C'est quelque chose qui, aussi loin que vous en poussiez le chiffrage, -32-

n'arrivera jamais à lâcher ce qu'il en est du sens, parce qu'il est là à la place du sens; parce qu'il est là à cette place. Et ce qui fait que le rapport sexuel ne peut pas s'écrire, c'est justement ce trou-là, que bouche tout le langage en tant que tel, l'accès, l'accès de l'être parlant à quelque chose qui se présente bien, comme en certain point touchant au Réel, là, dans ce point-là; dans ce point-là se justifie que le Réel je le définisse de l'im­possible, parce que là, justement, il n'arrive pas, jamais - c'est la nature du langage - il n'arrive pas, jamais à ce que le rapport sexuel puisse s'inscrire. Ouais... Ouais...

Alors il reste nos histoires de Freud avec son occulte.

L'histoire d'occulte, c'est très curieux, n'est-ce pas ? Je vous ai parlé de la huitième édition, mais pas de la septième. La septième, c'est impossible de mettre la main dessus, non pas à cause des nazis, cette fois, mais parce qu'elle est parue probablement en très peu d'exem­plaires, enfin, c'est sorti en 1919, vous vous rendez compte! La chose fabuleuse, c'est que quand même, grâce à une autre amie (vous voyez, je n'ai que des amis), Nanie Bridgman, Nanie Bridgman qui est à la B.N. a mis la main sur la septième. Eh bien, ça m'a soulagé, hein. Parce que la façon dont Freud est traduit - il est vrai que ça a surtout com­mencé avec Marie Bonaparte, bon... mais avant, il y avait eu Isaac Meyerson; j'avais été, je lui en demande pardon, jusqu'à penser que pour lui, c'était le même truc, à savoir qu'il écrivait n'importe quoi; j'avais été jusque-là, et pourquoi ? Parce que (je ne l'ai pas apporté là, comme ça, c'est malheureux,) e l'ai oublié, voilà la vérité) il y a une peti­te phrase, il y a une petite phrase au moment où Freud pose la question, c'est ça qui culmine dans ce dernier paragraphe dont je vous ai parlé, au moment où Freud pose la question de ce qu'il en est, quel est l'ordre de réalité de ce rêve - il est forcé d'appeler ça psychique, mais en même temps ça le tracasse de l'appeler psychique, parce qu'il sent bien que l'âme, enfin, ça colle pas cette histoire, enfin que l'âme c'est quand même pas différent du corps, bon.

Alors là, il évoque la réalité matérielle, il n'a pas vu très bien à ce moment-là que le matériel, il l'avait là : c'était tout son bouquin, tout simplement à savoir la façon dont il avait traité le rêve, en le traitant par la manipulation du déchiffrage, c'est-à-dire après tout avec simplement ce que le langage comporte dimension, de chiffré.

-33-

Alors là, il s'engage dans ce qu'il en est, en fin de compte, de cette réa­lité, et il est saisi - il est saisi uniquement là, c'est la seule édition où il y a une phrase comme ça, une phrase où, tout d'un coup, il répudie ce fait : un savant, un savant certes modeste, il le qualifie comme ça, il y a quand même deux trucs que de toute façon - enfin, il met là une bar­rière, il ne peut pas encaisser - c'est la subsistance de ce qui est mort. Ça, ça vise l'immortalité de l'âme.

Et deuxièmement, le fait que tous les éléments de l'avenir soient cal­culables. Ce qui, évidemment là, rejoint n'est-ce pas, rejoint le sol soli­de d'Aristote, hein. L'âme dans Aristote est définie de telle sorte qu'el­le n'implique nullement son immortalité, et c'est d'ailleurs grâce à ça qu'il peut y avoir un progrès de la science, c'est à partir du moment où en effet on s'intéresse au corps - et puis deuxièmement, deuxièmement ceci : c'est le maintien du contingent comme essentiel. Et après tout, pourquoi le contingent, à savoir ce qui va se passer demain, nous ne pouvons pas le prédire? En beaucoup de choses nous pouvons le pré­dire. De quoi se sert Aristote dans sa définition du contingent ? De savoir qui est-ce qui va demain avoir la victoire, de savoir si dès aujour­d'hui, au nom de ceci, que demain une chose s'appellera « victoire de Mantinée », est-ce que nous pouvons écrire dès aujourd'hui, écrire : vic­toire de Mantinée. C'est uniquement de ça qu'il s'agit dans l'argumen­tation d'Aristote à propos du contingent. C'est tout de même une belle occasion de nous interroger sur ce pour quoi des événements qui ne sont pas d'ailleurs n'importe lesquels, qui sont des événements, disons, humains - je ne vois pas pourquoi je répugnerais là à l'énoncer ainsi - pourquoi est-ce que c'est ça le contingent ? Parce qu'après tout, il y a quand même des événements humains qui sont d'autant plus prévisibles qu'ils sont constants. Par exemple : j'étais sûr que vous seriez aussi nombreux aujourd'hui que la dernière fois - pour des raisons d'ailleurs aussi obscures - mais enfin, c'était calculable. Pourquoi est­-ce qu'une victoire n'est pas calculable ?

Qui est-ce qui me répond? [À Madame Gloria Gonzalez, sa secrétai­re : Donnez-moi un cigare].

Écoutez : une victoire n'est pas calculable...

[Quelqu'un dans la salle] : - Parce qu'il faut être deux... ! -34-

Il y a de l'idée...

Il y a de l'idée, c'est évident, enfin, c'est vrai, comme vous dites, il faut être deux, et même parfois un peu plus... Mais en allant dans ce sens-là, n'est-ce pas, vous voyez bien que, malgré tout, vous glissez tout douce­ment du côté, du côté où ce deux, où ce deux foire : à savoir du côté du rapport sexuel. C'est tout un truc, hein, d'être deux. Oui. Quand je pense que je n'aurai pas le temps aujourd'hui de vous raconter toutes les belles choses que j'avais préparées pour vous sur l'amour, eh ben, ça me déçoit un peu mais c'est parce que j'ai traîné, et puis j'ai traîné comme ça parce que... parce que j'ai voulu faire quand même un chiffrage soigné, c'est-à-dire ne pas trop errer, hein, alors pour le reste, enfin, vous pour­rez peut-être un petit peu attendre.

Mais pour me référer à quelque chose que j'ai déjà avancé - je l'ai dit de mille façons, bien souvent, mais un jour je l'ai dit tout à fait cru, comme ça, en clair, j'ai dit que : l'effet de l'interprétation - pour me limiter à ce à quoi, n'est-ce pas, je dois rester collé, je dois rester dupe, et plus encore dupe sans me forcer, parce que si je suis dupe en me forçant, eh bien j'écrirai le Discours sur les passions de l'amour, justement, c’est-à-dire ce qu'a écrit Pascal, et qu'est-ce qu'on voit qu'il se force, hein ? Après ça, naturellement ça a lâché, ça a claqué, il n'a jamais pu y revenir, mais enfin, il est assez probable (j'en suis pas sûr) qu'il s'est forcé, quand il a écrit ça, quand même. Ça donne des résultats absolument stupéfiants, n'est-ce pas. C'est absolument magnifique, enfin : en se forçant, on arri­ve à dire... on arrive, on arrive vraiment à ne pas errer. Lisez ça, enfin ça colle, l'amour ça se passe comme ça. Absolument déconcertant, mais ça se passe comme ça. Bon.

Qu'est-ce que ça veut dire que l'interprétation est incalculable dans ses effets ? Ça veut dire que son seul sens, c'est la jouissance; c'est la jouissance, d'ailleurs, qui fait tout à fait obstacle à ce que le rapport sexuel ne puisse d'aucune façon s'inscrire, et qu'en somme, ça permet d'étendre à la jouissance cette formule que l'effet de l'interprétation est incalculable. Si vous réfléchissez bien, en effet, à ce qui se passe à la ren­contre de ces deux troupeaux qui s'appellent armée, n'est-ce pas, et qui d'ailleurs sont des discours, des discours ambulants, enfin je veux dire que chacun ne tient que parce qu'on croit que le capitaine, c'est S1. Bon... Il est tout de même tout à fait clair que si la victoire d'une armée -35-

sur une autre est strictement imprévisible, c'est que du combattant on ne peut pas calculer la jouissance. Que tout est là, enfin : si il y en a qui jouissent de se faire tuer, ils ont l'avantage. Voilà. C'est un petit aperçu concernant ce qui peut en être du contingent, c'est-à-dire de ce qui ne se définit que de l'incalculable... Ouais.

Alors maintenant, quand même, je ne vais tout de même pas vous quitter sans vous dire, enfin quelques petits mots de ce qu'il en est tout à l'opposé de la ligne, comme ça, où nous nous sommes, enfin, exercés - ou bien je me suis exercé devant vous - mais où quand même - enfin il y a des chances, comme ça - un peu suivi, au moins suivi par votre silence, n'est-ce pas...

L'occulte, ça peut quand même pas seulement se définir par le fait enfin, que c'est rejeté par la science. Parce que, comme je viens de vous dire, c'est fou tout ce que ça rejette, la science hein! En principe tout ce que nous venons de dire, et qui existe pourtant, quand même. À savoir la guerre. Ils sont là, tous, les savants, à se creuser la tête : Warum Krieg ? Ah! ah! pourquoi la guerre ? Ils n'arrivent pas à comprendre ça, les pauvres... ouais... Ils se mettent à deux pour ça, hein, Freud et Einstein. C'est pas en leur faveur...

Mais enfin, l'occulte, l'occulte c'est bel et bien sûrement ça : cette absence de rapport. Et je vous en dirais bien même un petit peu plus, enfin, s'il fallait pas tout de même que je précise bien comment ça se pré­sentait du temps de Freud. Parce que là c'est tout à fait clair. Tout ce qu'il a écrit, n'est-ce pas, Psychoanalyse und Telepathie, Traum und Telepathie, dont ont fait Dieu sait quel mauvais usage les gens qui ont isolé ça sous le nom de phénomène psi, c'est des escrocs, n'est-ce pas. Il faut quand même bien voir que Freud, alors - lisez ses textes, n'est-ce pas, ceux dont je viens de donner le titre, quand même, ceux-là, on les trouve. Contrairement aux Grenzen der Deutbarkeit, c'est tout à fait clair : il dit que le rêve et la télépathie, par exemple, ça n'a strictement rien à faire. C'est même au point qu'il va jusqu'à dire que la télépathie, c'est quelque chose du même ordre, enfin, je l'admets, pourquoi pas, c'est de l'ordre de la communication. Et dans le rêve, c'est traité comme n'importe quelle autre, à savoir la première partie de ce que je vous avais énoncé tout à l'heure, à savoir etwas nützliches, n'est-ce pas, quelque

chose qui sert aux manigances de la journée. Et c'est repris de la même -36-

façon dans le rêve, non seulement il préfère admettre, mais très précisé­ment il démontre que dans tous les cas où il y a eu télépathie soi-disant rêvée, ce sont des cas où on peut admettre le fait direct qu'il y a eu mes­sage, à savoir annonce par fil spécial si je puis m'exprimer ainsi, car c'est ça la télépathie, n'est-ce pas, c'est le fil spécial. On peut, il n'y a qu'à trai­ter le cas, il n'y a qu'à l'envisager, à opérer avec lui, en pensant que, comme n'importe quel autre résidu du jour, il y a eu avertissement télé­pathique. Que ce soit télépathique ou pas, autrement dit, il s'en fout, la seule chose qui l'intéresse c'est que c'est repris dans le rêve, ceci (je ne peux pas vous faire la lecture parce qu'il est trop tard, n'est-ce pas) ceci est énoncé dans Freud : il faut considérer pour concevoir quelque chose aux rapports de la télépathie et du rêve, que la télépathie s'est produite comme un reste, résidu de la journée précédente. Il préfère admettre ça, quoique bien sûr, naturellement... il préfère admettre le phénomène télépathique - c'est ça le sens de sa position - que de le faire rentrer dans le rêve. Et il souligne, il souligne, à savoir il dit pourquoi: parce que le rêve c'est fait - et il fait toute la liste - avec toute une série de chif­frages et que ces chiffrages ne peuvent porter que sur un matériel qui est constitué par les restes diurnes. Il préfère mettre la télépathie, la ranger dans les événements courants, à ceci : de la rattacher en rien aux méca­nismes eux-mêmes de l'inconscient. C'est si facile à confirmer, il suffit que vous vous reportiez - bien sûr naturellement en français ça n'a jamais été traduit mais quand même, il y en a certains d'entre vous qui lisent l'anglais, même j'espère, beaucoup, et d'autre part un certain nombre qui lisent l'allemand - reportez-vous aux textes de Freud sur l'inconscient et la télépathie : il n'y a jamais d'ambiguïté, il préfère tout à savoir, en somme, non seulement ce qu'il met en doute, mais ce sur quoi... ce dont il se lave les mains, ce dont il dit : je n'ai là-dessus aucu­ne compétence. Mais il préfère admettre que la télépathie existe à sim­plement la rapprocher de ce qu'il en est de l'inconscient. Autrement dit, tout ce qu'il émet, tout ce qu'il avance comme remarquable, considérant certains rêves, tout ce qu'il avance comme remarquable consiste tou­jours à dire : il n'y a rien eu d'autre que de rapport au rêve en tant que chiffrage. Ou encore que de rapport de l'inconscient de l'occultiste ou du diseur de bonne fortune avec l'inconscient du sujet. En d'autres termes il dénie tout phénomène télépathique auprès de ceci - il dénie au -37-

regard de ceci: qu'il n'y a eu que repérage du désir. Ce repérage du désir, il le considère comme toujours possible, ce qui veut dire - ce qui veut dire par rapport à mon inscription de l'autre jour de la vie comme voya­ge et de la structure qui se déplace en même temps que le voyage dessi­né, dessiné linéairement.

La question peut se poser, et comment ne se poserait-elle pas, si vrai­ment la structure est ponctuée par le désir de l'Autre, en tant que tel, si déjà le sujet naît inclus dans le langage, inclus dans le langage et déjà déterminé dans son inconscient par le désir de l'Autre, pourquoi n'y aurait-il pas entre tout ça une certaine solidarité ? L'inconscient n'exclut pas - si l'inconscient est cette structure, cette structure de langage - l'inconscient n'exclut pas, et ce n'est que trop évident, l'inconscient n'exclut pas la reconnaissance du désir de l'Autre comme tel, en d'autres termes le réseau, le réseau de structure dont le sujet est un déterminé particulier, il est concevable qu'il communique avec les autres struc­tures : les structures des parents certainement, et pourquoi pas à l'occa­sion avec ces structures qui sont celles d'un inconnu, pour peu, pour peu, souligne Freud, que son attention soit, comme ça, un peu ailleurs.

Et le plus fort, ce qu'il souligne, n'est-ce pas, c'est que ce détourne­ment de l'attention, il est justement obtenu par la façon dont le diseur de bonne fortune se tracasse lui-même avec toutes sortes d'objets mythiques. Ça détourne assez son attention pour qu'il puisse appréhen­der quelque chose qui lui permette de faire la prédiction suivante à une certaine jeune femme qui a enlevé sa bague de mariage pour lui faire croire que... enfin, pour rester anonyme; il lui dit qu'elle va se marier et qu'elle aura deux enfants à trente-deux ans. Il n'y a d'explication à cette prédiction - qui d'ailleurs ne se réalise absolument pas, mais qui mal­gré qu'elle ne se soit pas réalisée, laisse le sujet qui en a été le destinatai­re, absolument dans l'enchantement. Chaque fois que Freud souligne un fait de télépathie, c'est toujours un fait de cet ordre, à savoir où la pré­diction ne s'est nullement réalisée; ne s'est nullement réalisée, mais qui par contre laisse le sujet dans un état de satisfaction absolument épa­nouie. On ne pouvait rien lui dire de mieux. Et en effet, ce chiffre de trente-deux ans en l'occasion, était inscrit dans son désir. Si l'inconscient est ce que Freud nous dit, si ces chiffres choisis au hasard, n'est-ce pas,

ne sont en réalité jamais choisis au hasard, c'est précisément par le cer­tain

-38-

rapport avec le désir du sujet; c'est ce qu'étale tout au long la Psychopathologie de la vie quotidienne.

L'intérêt. L'intérêt est ceci que Freud sait très bien souligner éventuel­lement, n'est-ce pas, c'est que, le seul point remarquable de ces faits dits d'occultisme, c'est qu'ils concernent toujours une personne à qui on tient, pour qui on a de l'intérêt. Que l'on aime. Mais il est tout ce qu'il y a de plus concevable que d'une personne que l'on aime, on ait avec elle quelques rapports inconscients. Mais ce n'est pas, ce n'est pas en tant qu'on l'aime, parce qu'en tant qu'on l'aime, c'est bien connu, n'est-ce pas, on la rate. On n'y arrive pas. Alors il s'agit tout de même de deux choses, dans ces prétendues informations télépathiques. Il y a le conte­nu de l'information. Et puis il y a le fait de l'information. Le fait de l'in­formation, c'est à très proprement parler ce que Freud repousse. Il veut bien l'admettre comme possible, mais dans un monde avec quoi il n'a strictement rien à faire. Pour le contenu de l'information, il n'a rien à faire avec la personne dont il s'agirait d'avoir une information. Il a affai­re uniquement avec le désir du sujet, en tant que l'amour, ça ne compor­te que trop cette part de désir. Ça désirerait être possible.

Alors, ce que je veux simplement, en vous quittant, accentuer, c'est qu'il y a quand même quelque chose qui se véhicule depuis le fin fond des temps, et qui s'appelle l'initiation. L'initiation c'est ce dont nous avons des débris au titre de l'occultisme. Ça prouve simplement que c'est la seule chose qui, en fin de compte, nous intéresse encore dans l'initiation. Je ne vois pas pourquoi je ne donnerais pas à l'initiation, que l'Antiquité connaissait, enfin, un certain statut. Tout ce que nous pou­vons entrevoir des fameux Mystères - et tout ce qui peut nous en res­ter encore dans des pays ethnologiquement situables, de quelque chose de l'ordre de l'initiation - c'est lié, c'est lié à ce que quelque part, quel­qu'un comme Mauss n'est-ce pas, avait appelé technique du corps - je veux dire que, ce que nous avons et qui nous concerne dans ce discours, autant analytique que scientifique, voire universitaire, voire celui du Maître et tout ce que vous voudrez... c'est que, elle se présente elle-même, l'initiation, quand on regarde la chose de près, toujours comme ceci : une approche, une approche qui ne se fait pas sans toutes sortes de détours, de lenteurs, une approche de quelque chose où ce qui est ouvert, révélé, c'est quelque chose qui, strictement, concerne la jouis­-39-

sance. Je veux dire qu'il n'est pas impensable que le corps, le corps en tant que nous le croyons vivant, soit quelque chose de beaucoup plus calé que ce que connaissent les anatomo-physiologistes. Il y a peut-être une science de la jouissance, si on peut s'exprimer ainsi. L'initiation en aucun cas ne peut se définir autrement. Il n'y a qu'un malheur, c'est que de nos jours, il n'y a plus trace, absolument nulle part, d'initiation.

Voilà.
-40-
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   16

similaire:

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Labyrinthe algérien Passé masqué, Passé retrouvé

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Si l’an passé notre première lettre de l’année vous était parvenue...
«Amis» de toutes les villes de la Communauté de Communes le même attachement et intérêt pour leur territoire, son animation et la...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\I-pourquoi l’Europe se découvre-t-elle alors une vocation coloniale ? (1830-1910)
«réparation», reconnaissance des méfaits du système colonial (loi Gayssot, puis loi Taubirat de 1997, puis loi de 2005 sur le «rôle...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Je vais faire une lecture méthodique de Zone. J’étudierais dans un...
«Christianisme» Vers 7 et «Pape Pie X» Vers La modernité est présente grâce au rejet des valeurs du passé évoquées par le poète ainsi...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Ou se passe cette légende ?

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Le carrefour de Belleville
«sale et sauvage»; en latin cela viendrait de savarda : «terres pauvres et à demi-cultivées». En effet le passé lointain de Belleville...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Littérature québécoise
«Jean Rivard» quel nom commun ! que pouvait-on imaginer de plus vulgaire ? Passe encore pour Rivard, si au lieu de Jean c’était Arthur,...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Littérature québécoise Volume 52 : version 1 «Oh ! que tout était...
«La Huronne» qui faisait autrefois le coin des deux routes conduisant à Longueuil et à Saint-Jean, que quelques pierres encore enkystées...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Le rosier de Mme Husson
«Albert Marambot.» C’était un ancien camarade de collège, que je n’avais pas vu depuis douze ans au moins, et qui exerçait à Gisors...

Leçon I, 13 novembre 1973 Je recommence. Je recommence puisque j\Poème de Guillaume apollinaire
«Je me rappelle nos amours. Pourquoi faut-il que je me souvienne de cette heureuse époque? J'y connaissais parfois la peine, IL est...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com