Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats








télécharger 0.53 Mb.
titreLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats
page3/13
date de publication23.03.2017
taille0.53 Mb.
typeProgramme
ar.21-bal.com > documents > Programme
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Infos : 04 67 60 60 60 - www.ot-montpellier.fr
Erratum

Dans le dossier de Montpellier Notre Ville du mois de mai, consacré à la comédie du livre, il faut ajouter les contacts de la librairie montpelliéraine, Koleshi, également spécialiste de mangas. Elle est située sous le Triangle, 26 allée Jules-Milhau.

Infos : 04 67 56 99 41


Page 8
la ville

évolue
dossier Universités
Article 1

Opération Campus. Le site de Montpellier a été retenu parmi

les six premiers pôles universitaires français.
Pôle position
L’opération Campus doit faire émerger une dizaine de sites universitaires français à même de faire jeu égal avec les grandes universités européennes et mondiales. Ce plan bénéficie d’un financement de 5 milliards d’euros, issus de la vente par l’Etat de 3 % du capital d’EDF. Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, avait reçu 46 notes d’intention adressées par les universités qui souhaitent participer à l’appel à projets.

Un comité d’évaluation* a examiné les dossiers, en fonction de quatre grands critères :

- l’ambition pédagogique et scientifique du projet : rayonnement scientifique, capacité à développer des pôles d’excellence en terme de formation et de recherche, objectifs en matière d’insertion professionnelle, d’ouverture internationale et de valorisation de la recherche ;

- la capacité à optimiser le patrimoine immobilier ;

- le développement d’une vie de campus : instaurer des conditions d’accueil de l’ensemble de la communauté universitaire, française ou étrangère, faciliter les rencontres et les échanges et permettre à tous de réaliser des activités extra-universitaires sportives, associatives et culturelles ;

- le caractère structurant et innovant du projet pour le territoire. Il devra s’inscrire dans le développement cohérent du territoire universitaire concerné et développer une politique de site ambitieuse en s’appuyant notamment sur les outils de coopération en place.

Six premiers sites ont été sélectionnés le 28 mai et Montpellier figure parmi les lauréats aux côtés de Bordeaux, Grenoble, Lyon, Strasbourg et Toulouse. Les équipes dont les dossiers ont été retenus ont jusqu’au mois de novembre pour présenter leurs projets immobiliers et les partenariats financiers associés. Ces derniers seront évalués avant la fin du mois de novembre.

Le démarrage opérationnel des projets financés aura lieu début 2009.

* Le comité d’évaluation est composé de : Guy Aubert, physicien ; Hubert Blanc, conseiller d’Etat honoraire ; Catherine Cesarsky, astrophysicienne, membre de l’Académie des sciences ; Jean-Lou Chameau, président de Caltech (Los Angeles) ; Jacques Glowinski, chercheur de l’Inserm, spécialiste en neuropharmacologie ; Françoise Benhamou, économiste ; Gilles Pélisson, directeur général du groupe Accor et Robert Lacroix, ancien président de l’université de Montréal.
Légende

Un Montpelliérain sur quatre est étudiant.
Encadré

Les atouts de Montpellier

Les trois universités et Sup Agro rassemblés sous le nom de Montpellier Université Sud de France (Musf) comptent 4 000 chercheurs et enseignants et accueillent 63 000 étudiants, ce qui place Montpellier respectivement au 5e et 7e rang des sites français.

Un campus unifié au cœur de la ville.

Les sites universitaires et les grands centres de recherche s’inscrivent dans un espace triangulaire au nord-ouest de la ville relié au centre par le tramway.

Le soutien des quatre collectivités locales, Région, Département, Agglomération et Ville.

Page 9
la ville

évolue
dossier Universités

Article 1

La candidature de Montpellier a été officialisée par une signature de toutes les institutions participant à l’appel à projet.
Tous unis pour réussir
Le 28 avril dernier, tous les partenaires associés au projet Campus se sont réunis pour signer une déclaration d’intention commune, jointe au dossier de candidature. Les présidents d’universités, Dominique Deville de Périère (Montpellier 1), Jean-Louis Cuq (Montpellier 2), Jean-Marie Miossec (président sortant de Montpellier 3 remplacé depuis par Anne Fraïsse), Etienne Landais, directeur de Sup Agro, Georges Frêche pour la Région et l’Agglomération, André Vézinhet pour le Département, Hélène Mandroux pour la Ville, Cyrille Schott, préfet et Christian Nique, recteur de l'académie. « La Ville avec ses partenaires se préparent à construire l’université du xxie siècle, a précisé le maire de Montpellier. Une université fidèle à son passé, mais résolument tournée vers l’avenir ».

Une note d’intention a été signée afin de sceller cette volonté commune de voir le site Montpellier Université Sud de France retenu au titre des projets sélectionnés par le ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur.
Légende

Universités, collectivités locales, rectorat et préfecture réunis.


Article 2

Une tradition universitaire

L’enseignement universitaire remonte à Montpellier au haut Moyen âge. L’université de Montpellier est fondée officiellement le 26 octobre 1289 par le Pape Nicolas IV et regroupe des écoles de médecine, d’art et de droit. C’est la troisième université créée en France, après celles de Paris et Toulouse.

Au début du xve siècle, une faculté de théologie voit le jour, suivie par la fondation de la première chaire de chimie en 1676. Née en 1808 sous Napoléon Ier, la faculté

des sciences de Montpellier préfigurait par ses sept chaires initiales (mathématiques transcendantes, astronomie, physique, chimie, zoologie, botanique, minéralogie) l’université sciences et techniques du Languedoc (Montpellier 2) fondée en 1970. Dotée, dès 1964, d’un campus de 30 hectares, la faculté des sciences, puis l’université, se sont progressivement étendues à l’extérieur de ce domaine par le développement successif de l’IUT de Montpellier et la création récente d’un campus dédié aux sciences pour l’ingénieur. Héritière d’un passé prestigieux dans le domaine de la botanique, l’université Montpellier 2 a conservé

la propriété de l’Institut de botanique, créé en 1889 et situé à côté du jardin des plantes. L’institut de chimie, créé en même temps que celui de botanique, est devenu Ecole nationale supérieure de chimie en 1957.

Source : www.univ-montp2.fr

Interview de Michel Passet, adjoint au maire délégué à la jeunesse et à la ville étudiante.

« C’est une chance pour Montpellier »

Pourquoi ce conseil municipal extraordinaire sur l’opération Campus ?

L’université est le poumon de la ville. Il nous appartient, en tant qu’élu de tout faire pour saisir la chance qu’elle se développe. Je regrette que l’unanimité n’ait pas été trouvée au sein du conseil municipal car c’est un des dossiers d’envergure régionale qui a recueilli un consensus auprès de toutes les collectivités locales, des présidents d’universités et de l’ensemble des partenaires.
Quelles sont les chances de Montpellier d’être retenue ?

Montpellier Université Sud de France occupe une place déterminante dans la recherche et notamment dans deux domaines, l’agronomie et l’eau. Il me semble difficilement imaginable que la France se prive de ce potentiel qui a un rôle capital en direction des pays émergents. Toutes les institutions, le monde universitaire et les centres de recherche associés se sont mobilisés en un temps record pour faire de ce dossier, un projet gagnant.
Qu’est-ce que la Ville va apporter dans le projet ?

Elle va mettre en place les structures urbanistiques nécessaires au développement des universités et intégrer les étudiants dans la ville. Cela passe par la construction de logements, mais aussi par la multiplication de services. L’ensemble des secteurs d’action (culture, sport, santé...) doivent intégrer cette priorité. Brahim Abbou, conseiller municipal, travaille à mes côtés sur ses questions.
Vous êtes délégué à la ville étudiante. Quelles sont vos premières actions ?

La réflexion est entamée avec les élus et les associations. Nous réfléchissons à de nouveaux lieux et à développer l’Espace Montpellier jeunesse qui reçoit chaque année 50 000 jeunes, ou encore à agrandir l’auberge de jeunesse.

Je souhaite aussi créer une commission extramunicipale sur la jeunesse.

Pages 10 et 11
la ville

évolue
dossier Universités
Article 1

Montpellier Université Sud de France (Musf), qui regroupe les trois universités et Sup Agro mise sur son campus déjà intégré

dans la ville. Détails du projet.
Construire l’université de demain
Dans l’appel à projets présenté au ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur, Montpellier Université Sud de France (Musf) a détaillé un certain nombre de pistes d’évolution pour favoriser à la fois le rayonnement international, développer la pédagogie et valoriser la recherche en partenariat avec les entreprises régionales.

Pour accroître le rayonnement de leurs pôles d’excellence, les universités vont accueillir davantage d’étudiants étrangers niveau master et doctorat (de 5 000 aujourd’hui à 9 000 dans les 10 ans à venir) et multiplier les partenariats universitaires. Le développement de l’enseignement numérique, par la mise à disposition de banques de ressources numériques et la généralisation de visioconférences, permettra de développer une offre de formation à distance dans le cadre des partenariats internationaux. La mobilité des enseignants et des étudiants sera encouragée par des accords avec les meilleures universités mondiales. Des sessions d’intégration seront prévues pour les étudiants étrangers en préalable au démarrage de leur cursus. La généralisation des stages comme outil d’insertion sera poursuivie, nécessitant la mise en place d’une banque recensant les offres, issues d’un partenariat renforcé avec les acteurs économiques régionaux. Dans la même logique, les dispositifs d’accompagnement au projet professionnel et à l’insertion professionnelle seront intensifiés et mis en synergie au sein des universités.

Ces dernières vont s’appuyer sur l’Agglomération qui a développé un incubateur, le “Business innovation center” et de nombreuses pépinières d’entreprises. Sous le label de Musf, les actions de valorisation seront mutualisées au sein d’une Maison de l’innovation.

Les partenariats avec les universités européennes, les pays émergents et les entreprises seront intensifiées, notamment par le biais de fondations universitaires.
Un campus intégré à la ville

Les sites universitaires et les centres de recherche s’inscrivent dans un espace au nord-ouest de la ville directement relié au centre.Trois universités, 7 cités universitaires et 3 restaurants universitaires y sont concentrés, tous connectés à la ligne 1 du tramway. Au sein de ce campus, les déplacements à vélo et à pied seront privilégiés et un “réseau vert”, constitué de pistes et chemins reliera les différents sites. Pour compléter la desserte de la ligne 1 du tram, il est envisagé un transport en commun qui, partant de la station Saint-Eloi, empruntera la route de Mende et desservira la cité U Vert-Bois et Agropolis. Près de la faculté des sports, de part et d’autre de l’avenue Vincent-Auriol, une zone à dominante universitaire sera développée sur le site de Veyrassi-Blanquette. A proximité de la station Occitanie, près du site de la future faculté de médecine qui accueillera aussi des logements étudiants, un nouvel espace d’animation sera créé. Un autre lieu de vie est envisagé sur la place de la Voie-Domitienne. Dans le quartier Boutonnet, plusieurs bâtiments pourraient permettre de développer une vie universitaire.

Enfin, pour faciliter l’accueil des étudiants et chercheurs étrangers, le projet prévoit la construction d’un centre d’accueil international qui hébergera les professeurs de renom en mission à Montpellier.

La Ville a lancé une étude de structuration urbaine du quartier, où se développera le projet campus. Elle vise à décloisonner les sites, à analyser les potentialités d’accueil de nouveaux lieux d’enseignement, en favorisant la réutilisation de friches urbaines. Les résultats de cette étude constitueront le support du volet immobilier et territorial du dossier.
Légende

Montpellier compte 63 000 étudiants.
Ils témoignent

« Nous avons saisi l’exceptionnelle opportunité offerte par Campus pour nous rassembler enfin et dessiner un horizon commun de formation, d’innovation et de développement économique qui solidarise pour longtemps l’université et la Ville. Cet élan collectif légitime l’ambition de Montpellier Université Sud de France de compter parmi les 10 campus français à vocation mondiale. »

Bernard Pau, professeur à l’UM1, ex-directeur du département des Sciences de la vie, CNRS
« Etre retenu au titre du projet Campus permet à Montpellier et à ses grandes universités de se positionner sur l’échiquier international. Les labels de qualité, on le voit avec le Réseau thématique recherche et soins (RTRS) dans le pôle biologie-santé, créent de véritables dynamiques : l’intérêt pour les chercheurs est plus marqué, l’excellence universitaire se développe et des industriels sont attirés ».

Christian Devaux, ex-directeur des Sciences de la vie au CNRS, chargé de mission au ministère de la recherche
« Le projet Campus ne doit pas seulement viser à favoriser le rayonnement international des universités. Il doit aussi s’attacher à mettre en œuvre une politique cohérente pour les universités, améliorer la vie étudiante, créer et réhabiliter des logements, rénover les locaux universitaires... »

Tina Biard, étudiante en histoire à l’université Paul-Valery, présidente de l’Unef
«J’ai choisi de faire mes études de thèse à Montpellier, parce que c’est une ville du sud de la France et qu’il y a beaucoup d’étudiants étrangers. J’ai eu la chance de m’intégrer très vite, grâce à l’aide du pôle universitaire européen. Le projet Campus vise à faciliter l’accueil des étudiants étrangers et c’est bien. Car ce n’est pas toujours facile quand on arrive, surtout quand on ne parle pas très bien le français. »

Lili Du, étudiante chinoise à l’université Paul-Valery


Les sites universitaires…

Université Montpellier 1

Forte de 21 226 étudiants et 958 enseignants-chercheurs, elle accueille 7 unités de formation : médecine, pharmacie, odontologie, Staps, sciences et techniques des activités physiques et sportives, droit, sciences économiques et administration économique et sociale ainsi que 2 instituts : l’institut supérieur de l’entreprise et du management (Isem) et l’institut de préparation à l’administration générale (Ipag).

Infos : www.univ-montp1.fr
Université Montpellier 2

Elle compte plus de 13 000 étudiants répartis au sein d’une unité de formation de recherche des sciences, d’un institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), de 3 IUT, de l’école polytechnique universitaire de Montpellier et de l’institut d’administration des entreprises (IAE).

Infos : www.univ-montp2.fr
Université Montpellier 3

17 243 étudiants sont accueillis dans les disciplines des arts, langues et sciences humaines et sociales. Elle dispose de 650 enseignants et plus de 300 intervenants extérieurs.

Infos : www.univ-montp3.fr
Agropolis International

Avec plus de 112 unités de recherche labellisées représentant une communauté de 2300 chercheurs et enseignants, Agropolis International constitue le premier pôle européen dans les domaines de l’agriculture, l’alimentation, la biodiversité et l’environnement.

Il associe les compétences portées par Montpellier SupAgro à celles des organismes de recherche spécialisés (Inra, Cirad, IRD, Cemagref, IAM.M, Ifremer, BRGM) et à celles du CNRS et des universités.

La recherche agronomique a été reconnue comme l’un des 13 grands pôles d’excellence scientifique français. Le réseau thématique de recherche avancée, porté par Agropolis Fondation, a bénéficié du soutien de 4 établissements fondateurs : Inra, IRD, Cirad, et Montpellier SudAgro, en partenariat avec les membres d’Agropolis International.

Infos : www.agropolis.fr
Légende

A la BU de Richter - Montpellier 1.

Six pôles d’excellence

Les universités montpelliéraines font figure d’excellence dans six domaines.
Le pôle agronomie

Il compte 2 300 chercheurs et enseignants structurés sous la bannière d’Agropolis International. En dehors de sa spécialisation historique dans la vigne et le vin, il est reconnu dans les domaines suivants : biologie intégrative des plantes, eau et environnement, biodiversité et environnement, fonctionnement des écosystèmes naturels et cultivés, écosystèmes aquatiques, productions et santé animales, sciences et techniques intégrées des aliments, etc.
Le pôle biologie-santé

Avec ses 1 200 enseignants-chercheurs et chercheurs, le pôle biologie-santé est adossé au Réseau thématique recherche et soins (RTRS) “Infectiopôle Sud”, aux pôles de compétitivité Orphème (maladies orphelines et pathologies émergentes) et Qu@limed et au CHRU. Trois axes d’excellence sont reconnus : la cancérologie (intégrée au Cancéropôle Grand Sud-Ouest), les neurosciences (proposées pour une labellisation en Neuropôle) et l’infectiologie (RTRS “Infectiopole Sud”).
Le pôle chimie

Avec 800 enseignants et chercheurs et 1 600 étudiants, il constitue le 3e centre français dont l’ouverture vers le monde économique est reconnue par l’obtention de la labellisation Carnot. Il s’organise autour de 3 thématiques, l’énergie et matériaux, la chimie de l’environnement et la chimie au service de la santé et du bien être de l’homme. Il s’est structuré en un institut Balard. Un important programme de construction est en cours de réalisation dans le cadre du contrat de projet Etat- Région 2007 - 2013.
Pôle mathématique, informatique, physique

Fort de 550 chercheurs et de 2 000 étudiants en niveau supérieur et bientôt renforcé par l’installation d’équipes de l’Inria, il développe des recherches dans des domaines stratégiques tels que l’interface avec la biologie, la sécurité et l’intelligence numérique.
Le pôle eau

Montpellier possède la plus grande communauté structurée de recherche dans le domaine de l’eau avec 600 scientifiques qui développent la transdisciplinarité indispensable pour répondre aux enjeux mondiaux. Cette excellence a pesé dans le choix de Montpellier pour l’accueil en septembre prochain du 13e congrès mondial de l’eau, confié aux équipes montpelliéraines. L’ambition de ce pôle est de créer un institut international de l’eau qui s’adossera aux politiques publiques.
Pôle sciences humaines et sociales

Avec plus de 2 000 chercheurs, ce pôle offre une importante capacité de recherches appliquées et d’interactions avec les sciences fondamentales dans le domaine du risque et de la gestion des territoires, de la santé, du développement durable et du développement économique et social. Une maison des sciences de l’homme sera réalisée dans le cadre du contrat de projet Etat-Région.

Page 12 et 13

la ville

évolue
sur le terrain
Photo 1

Le Parc Clemenceau fêtait son cinquième anniversaire le 26 avril en présence d’Hélène Mandroux, maire de Montpellier. Véritable poumon vert, il a été créé par la Ville à l’initiative de l’association Pave.

Photo 2

Le vernissage de l’exposition Max Rouquette à l’hôtel de Ville s’est déroulé le 6 mai. Frédéric Tsitsonis, adjoint au maire et Michaël Delafosse, adjoint délégué à l’action

culturelle entourent Jean-Claude Fôret, professeur d’occitan à l’UM3.

Photo 3

Le Festival international des sports extrêmes de Montpellier s’est installé sur les berges du Lez. Il a placé la ville au centre du calendrier sportif mondial.

Photo 4

La cérémonie du souvenir du 8 mai 1945 a été célébrée sur la place de la Comédie en présence de Serge Fleurence, 1er adjoint au maire et des personnalités de l’Etat et des armées.

Photo 5

Le Montpellier Beach Master, de l’avis même des participants, est la rencontre phare du circuit national de beach volley. Sophie Boniface-Pascal, adjointe déléguée au sport solidaire a coupé le ruban inaugural.

Photo 6

Sur le chantier de la nouvelle mairie, les architectes Jean Nouvel et François Fontès ont été reçus par les élus : Hélène Mandroux, Philippe Saurel, adjoint délégué à l’urbanisme, Annie Benezech, adjointe déléguée au quartier Près-d’Arènes et Frédéric Tsitsonis, adjoint délégué à l’économie des ressources et du patrimoine.

Photo 7

La 3e Comédie de la santé a été inaugurée par Christiane Fourteau, adjointe déléguée

aux actions solidaires, Claudine Troadec-Robert, conseillère déléguée à la maison de la prévention, Magalie Couvert, adjointe déléguée au handicap, ainsi que Jean-Louis Gély, adjoint au maire et Eric Perolat, président du Codes 34.    

Photo 8

La 21e Antigone de l’artisanat a été inaugurée le 16 mai par le maire, Marc Dufour, adjoint délégué au développement économique et commercial, Fanny Dombre-Coste, adjointe déléguée au quartier centre, Philippe Saurel adjoint au maire et Claude Lopez, président de la chambre régionale des métiers et de l’artisanat.

Photo 9

Le 40e anniversaire de mai 68 est l’occasion d’une exposition proposée par la Ville jusqu’au 15 juin sur l’Esplanade. Transmettre des clés de compréhension

de la société française, c’est aider les jeunes à inventer la société de demain.

Photo 10

Les diplomates ont été reçus : Wilhelm Spät, consul général d’Allemagne en France (le 29 avril par Hélène Mandroux), Soutsakhone Pathammavong, ambassadeur du Laos en France (le 10 mai par Jacques Touchon, adjoint délégué au rayonnement international et Jacques Martin, conseiller) et Luzmila Carpio Sangueza, ambassadeur de Bolivie en France (le 13 mai par Mme le maire).

Pages 16, 17 et 18
la ville

évolue
conseil municipal
Conseil municipal extraordinaire du vendredi 18 avril

1. Opération Campus. Appel à projet et position de la Ville.

2, 3, 4 et 5. Désignations des représentants de la Ville dans les conseils d’établissements des écoles maternelles et élémentaires, des écoles privées sous contrat d’association, des collèges de Montpellier, des lycées professionnels, généraux et autres établissements du second degré.
Conseil municipal du jeudi 24 avril

Adoption de l’ordre du jour.

Lecture des décisions prises depuis la dernière séance publique du Conseil municipal.

1. Répartition des postes de secrétariat des groupes d’élus.

2, 3 et 4. Désignation des représentants de la Ville au comité d’éthique de la vidéosurveillance urbaine, à la commission consultative des services publics locaux et au conseil d’administration de l’hôpital local de Lodève.

5. Convention de partenariat entre la Ville et l’association Comédie du livre et de la bande dessinée. 23ème édition les 30, 31 mai et 1er juin 2008.

6. Cinéma de Celleneuve. Travaux d’aménagement. Demande de permis de construire.

7. Carré Sainte-Anne. Restauration de la façade principale, retour et clocher. Avenant n°1 au marché de maîtrise d’œuvre.

8. Attribution de subventions à diverses associations culturelles.

9. Mise à disposition d’installation sur le domaine public (fourreaux). Tarification.

10. Parc zoologique de Montpellier, serre amazonienne. Réalisation de supports pédagogiques. Autorisation de signer une convention.

11. Cité Gély. Organisation par l’association esTP (espace Travaux Publics), d’une manifestation artistique. Attribution d’une subvention.

12. Préparation de la rentrée scolaire 2008-2009. Evolution des postes d’enseignants dans les écoles publiques de la ville de Montpellier. Avis du conseil municipal.

13. Construction du groupe scolaire dans la ZAC de la Lironde - Ecole maternelle : Michel de l’Hospital. Ecole élémentaire : André Malraux - Résiliation du lot n°16, voirie et réseaux divers, marché public de travaux.

14. Hôtel de Rozel. Modification de la division en volume entre Ville de Montpellier/Syndicat des copropriétaires.

15. Attribution d’une subvention exceptionnelle à l’Office central de coopérative de l’école élémentaire Léopold Sédar Senghor. Manifestation festive : l’Andalousie.

16. Ecoles privées sous contrat d’association. Participation de la ville, année 2008.

17. Séjours de vacances 2008. Participation de la Ville.

18. Attribution de financements aux associations Adages, Baobab et Abri Languedocien- Gingko Biloba.

19. Bourse Animation Jeunes 2008. Attributions de subventions.

20. Bourse Initiatives Jeunes 2008. Participation Ville.

21. Dénomination du boulodrome des Beaux-arts, Jean Puccinelli.

22. Prestations de nettoiement de la ville. Lancement d’un appel d’offres européen.

23. Aménagement et entretien de divers espaces verts. Autorisation de signer

les marchés annuels après appel d’offres ouvert.

24 et 25. Contrat de prestations de service avec les clubs de haut niveau Eusrl Montpellier Agglomération handball et Sasp Montpellier Hérault sport club.

26. Quartier Croix-d’Argent. Complexe sportif Albert-Batteux. Réaménagement de locaux. Permis de construire.

27. Quartier Port-Marianne. Complexe sportif de Grammont. Création d’un local associatif pour l’auto modélisme. Autorisation de déposer le permis de construire.

28 et 29. Attribution de subventions à diverses associations sportives, 2008. Partenariat Ville de Montpellier / associations Sportives.

30. Quartier Hôpitaux-Facultés Vert bois - Montmaur. Création d’un équipement sportif. Autorisation de déposer le permis de construire.

31. Commission communale des impôts directs. Liste des contribuables proposés par le conseil municipal.

32. Achat de manuels scolaires, livres, matériels pédagogiques et didactiques.

33 et 34. Transfert de raison sociale de la société Crea système en Videmont système urbain et de la Société Phytagri en Euramed. Autorisation de signer l’avenant.

35. Fonds Départemental d’aide aux jeunes. Délégation de gestion du Département à la Ville et transfert de gestion de la Ville au CCAS de Montpellier.

36 et 37. Attribution de subventions à diverses associations intervenant dans le champ de la solidarité et à l’association Avenir santé.

38. Maison pour tous François-Villon. Construction. Autorisation de signer l’avenant.

39. Maison pour Tous Fanfonne Guillierme. Extension. Autorisation de déposer le permis de construire.

40. Maison pour tous Michel-Colucci. Création d’une salle d’activité. Autorisation de déposer le permis de construire.

41. Désignation des élus de la Ville siégeant à l’assemblée générale de l’association porteuse du manager de centre-ville.

42. Place royale du Peyrou. Réfection des revêtements de sol. Avenant n°1 lot 1.

43. ZAC Malbosc. Convention de participation aux équipements publics Ville/Mme Thomas. Lot 7B.

44. ZAC Ovalie. Demande d’agrément de candidature. Tranche 2. Lot 13 A. COGIM.

45. Quartier Croix d’Argent. ZAC des Grisettes. Approbation du dossier de réalisation.

46. Route de Nîmes. Opération d’aménagement.

47. Secteur Prés d’Arènes/quartier de la Restanque. Lancement d’une ZAC. Objectifs et modalités d’association du public.

48. Port Marianne. Secteur de la Baume. Instauration d’un périmètre d’étude.

49 et 50. ZAC Port Marianne. Parc Marianne, agrément de candidature RBC Mobilier (Ilot 8). Rive Gauche, choix d’un concessionnaire et élection des membres de la commission chargée d’émettre un avis sur les candidatures.

51. Autorisation de signer l’avenant n° 3 au marché de maîtrise d’oeuvre du nouvel hôtel de Ville. ZAC Port Marianne/Consuls de Mer.

52. Elargissement Avenue du Maréchal-Leclerc. Acquisition au titre du permis de construire : propriété “SCI Les Jardins du Mail”.

53. Acquisition à Mme Mireille COSTE, 548, rue du Moulin des Sept Cans, parcelle EZ 152.

54. Immeuble 19 rue Leenhardt. Acquisition des lots 7 et 8, propriété de M. et Mme Jankowski.

55. Economies d’eau. Appel à projet régional.

56. Chapelle de la Visitation. Renforcement de la structure. Autorisation de déposer le permis de construire.

57. Halles et marchés. Modification de tarification des marchés Salengro et Mosson.

58. Quartier Mosson. Convention d’animation territoriale de la Zone franche urbaine de Montpellier.

59. Hôpital Arnaud-de-Villeneuve. Installations classées pour la protection de l’environnement. Autorisation d’exploiter des installations de réfrigération.

60 et 61. Désignation des représentants de la Ville au Conseil d’administration et à l’assemblée générale de la Serm et d’Enjoy Montpellier.

Article 1

Affaire 12. Le conseil municipal émet un avis favorable aux 6 ouvertures de classes et défavorable aux 7 fermetures.
Des classes supprimées
L’inspecteur d’académie a informé la Ville que, compte tenu des effectifs scolaires et après avis du Comité technique paritaire départemental (CTPD) et du Conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN), il a été arrêté des mesures d’ouvertures et de fermetures de classes pour la rentrée prochaine comme suit :

Ouverture de 6 postes dans les écoles élémentaires ; François-Rabelais (2), Jean-Macé (1), Jules-Simon (1), Marie-Curie (1) et Michel-de-l’Hospital (1). A cela, il convient d’ajouter 2 ouvertures encore conditionnelles dans les écoles maternelles Michel-de-l’hospital et Pablo neruda.

Coté fermetures, 7 postes sont supprimés ; 6 dans les écoles élémentaires Condorcet, Diderot, Galilée, Jean-Mermoz, Balard et Pottier (3 sont en zone sensible). L’école maternelle Jean-Jacques-Rousseau perd également un poste.

Trois fermetures conditionnelles sont aussi à craindre dans les écoles élémentaires Jean-Moulin, Paul-Bert/ Victor-Hugo et Dante-Alighiéri et 2 dans les maternelles Maria-Callas et Vasco-de-Gamma.

Au total : 8 ouvertures potentielles d’un coté et 12 fermetures éventuelles de l’autre...

L’inspecteur d’académie précise, concernant les fermetures et ouvertures conditionnelles, qu’un point sera établi en juin, les décisions définitives intervenant au plus tard dans les premiers jours de septembre. La Ville a prévu le personnel spécifique (Atsem...) à l’accueil des élèves pour les nouvelles classes de maternelles.

Le conseil municipal a émis un avis favorable aux ouvertures et défavorable aux fermetures.
Légende

Autre sujet d’inquiétude : 2 ouvertures et 5 fermetures conditionnelles.


Article 2

Affaire 19 et 20. Les crédits inscrits au titre des bourses

animation et initiatives jeunes ont été votés par le conseil municipal.
Soutenir de jeunes initiatives
Sur les crédits prévus au budget 2008 du service jeunesse, 4 500 € sont prévus pour la bourse Animation jeunes et 7 840 € pour la bourse Initiatives jeunes. Ils concernent la réalisation des projets de la session du mois d’avril.

La première somme est répartie entre les associations Pacim (réalisation d’un livre à base de récits recueillis auprès de personnes âgées par des adolescents du quartier Mosson), Plume ! (édition d’un numéro spécial Prévention sida, à distribuer gratuitement aux lycéens et étudiants) et le collectif Koa (rencontres pour découvrir le jazz, notamment auprès des écoles élémentaires du quartier Figuerolles). La seconde somme est partagée entre Aurore Martinet (atelier théâtre dans un lycée du Burkina-Faso), Gabriel Chebili Hakim (fresque sur les murs du local associatif des jeunes des Hauts-de-Massane), Julia Marie Chamodon (spectacle pluridisciplinaire), Julien Colardelle (court-métrage vidéo sur le tramway) et Christophe Vuillier, Elody Margot, Charly Astie et Yannick Delort pour enregistrer leur premier album.
Une exigence éducative

La bourse animation jeunes constitue un des volets du contrat d’actions jeunes de la Ville de Montpellier. Cette aide financière, accessible toute l’année, s’adresse à de jeunes Montpelliérains entre 13 et 25 ans. Les projets doivent valoriser la place des jeunes dans la cité, au sein de la vie sociale. Les actions menées doivent répondre à une exigence éducative.

L’objectif de la bourse initiatives jeunes est de participer à l’émergence de projets conçus par de jeunes Montpelliérains de 16 à 25 ans. Sens des responsabilités, esprit d’initiative et de solidarité doivent en être la préoccupation majeure, que ce soit dans le domaine de la culture, de l’aide humanitaire ou du développement de la vie sociale... Ces projets doivent faire l’objet de co-financement par autofinancement, sponsoring ou bourses d’autres organismes.

Les boursiers justifient leurs actions par la présentation d’un bilan.

Infos : Espace Montpellier jeunesse, 04 67 92 30 50.
Légende

Les lauréats.

Article 3

Affaire 17. Pour les séjours vacances, la Ville de Montpellier développe

sa politique sociale.
L’été pour tous
La Ville de Montpellier apporte aux familles modestes une aide financière, afin de faciliter le départ en centre de vacances d’un ou plusieurs de leurs enfants durant la période estivale. Cette action complète le dispositif de la CAF et permet chaque année à près de 500 enfants entre 4 et 16 ans, de bénéficier de séjours organisés par des structures agréées. 76 224 € ont été inscrits au budget 2008 à cette fin.

Infos : direction enfance, jeunesse et sports, service enfance, 04 67 34 71 59


Article 4

Affaire 23. La Ville inscrit une clause d’insertion au sein du marché d’aménagement et d’entretien des espaces verts.
Les clauses d’insertion au service de l’emploi
Jusqu’à présent, les clauses d’insertion n’avaient été intégrées qu’aux seuls marchés de construction : la Petite Sirène ou la maison pour tous Rosa-Parks, à Malbosc.

Avec l’appel d’offres lancé par la Ville de Montpellier concernant l’aménagement et l’entretien de divers espaces verts, incluant dorénavant une clause d’insertion, ce sont 5 400 heures par an (soit 3 équivalents temps plein) sur 3 ans qui vont bénéficier à des personnes rencontrant des difficultés d’insertion. « Ces chantiers sont très formateurs, note Serge Fleurence, 1er adjoint délégué à la qualité de l’espace public, la qualification acquise permet de mieux aborder ensuite le marché de l’emploi. Nous allons poursuivre sur les autres marchés. Les résultats seront vite visibles. »
Un levier pour l’emploi

Montpellier préserve et met en valeur son patrimoine vert dans le but de maintenir un équilibre entre bâti et milieu naturel. En parallèle, alors que l’emploi n’est pourtant pas une de ses compétences, la Ville renforce grâce à la commande publique et les clauses d’insertion, les actions menées en faveur des personnes rencontrant des difficultés sociales. Celles-ci conduisent les entreprises titulaires à réserver 10 % des heures de travail réalisées sur les chantiers à des chômeurs longue durée, bénéficiaires du RMI ou encore, jeunes en accompagnement renforcé. « Ce ne doit pas être une contrainte pour l’entreprise, précise Serge Fleurence, mais une des solutions pour trouver de la main d’œuvre dans des secteurs en tension. L’entreprise repère ainsi une personne intéressante et motivée, qui se professionnalise pour répondre à ses besoins. »

La Ville poursuit les mêmes objectifs d’insertion avec l’Agglomération, le Département et l’Etat. Dans le cadre de chantiers d’insertion, 12 personnes sont en contrats d’accompagnement à l’emploi (CAE) pendant 6 à 12 mois. Un de ces chantiers école vient d’être mis en place pour la réhabilitation des futurs ateliers des métiers d’art, sous la partie inférieure de l’hôtel de Sully. L’opportunité, selon le maire, de « mettre en valeur, à proximité du Corum et des visiteurs, le travail des artisans montpelliérains et relancer la faïence

de Montpellier, autrefois fameuse. »

Infos : Jean-Marc Tabouret, 04 67 99 24 95 pour les entreprises et l’ANPE de référence ou la Mission locale des jeunes de l’agglomération de Montpellier (pour les 16 - 25 ans) pour les demandeurs d’emploi.
Légende

La clause d’insertion : une condition d’exécution du marché.

Encadré

Entreprises : un engagement encadré

Plusieurs possibilités sont proposées aux entreprises afin de faciliter les recrutements, la prise en charge des démarches administratives, ainsi que la prévention des risques professionnels :

- Le recrutement direct par l’entreprise, validé par l’ANPE, des publics en insertion.

- la co (ou sous)traitance à une entreprise en insertion.

- l’appel à un groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ) ou à une entreprise de travail temporaire d’insertion.

Article 5 en occitan

Afar 42. Lo revestiment de sòl del plan del Peirós es adobat amb una matèria mai confòrma.
Un sòl conciliable amb lo siti
Pel mercat de refeccion dels revestiments de sòl del plan reial del Peirós, l'apèl d'ofèrta presentava una alternativa per çò qu'es de la causida de la matèria. Un revestiment revestit de clar foguèt primièr presat, per una soma de 392 145 € FT. Mas las exigéncias repòrt a la color e a la teissura poguèron pas èstre satisfachas. Aprèp analisi conjunta, la Drac, lo servici depertamental de l'arquitectura e del patrimòni, lo mestritge d'òbra e la Vila preconizan ara d'utilizar un estabilizat d'una brava qualitat estetica, conscients que son pasmens qu'aquela causida mena de prendre de precaucions per çò qu'es de l'usatge del plan reial, essent la natura de la matèria. Siá una mensvalença de 144 775 € CTC.

De notar que las gandòlas foguèron tornadas fachas e las grasilhas d'intrada adobadas.

* Es pas polit tot aquò?
Traduction en français

Affaire 42. Le revêtement de sol de la place du Peyrou est revu avec un matériau plus conforme.
Un sol en accord avec le site
Pour le marché de réfection des revêtements de sol de la place royale du Peyrou, l’appel d’offres présentait une alternative quant au choix du matériau. Un revêtement en enrobé clair a d’abord été retenu, pour un montant de 392 145 € HT. Mais les exigences en matière de couleur et de texture n’ont pu être satisfaites.

Après analyse conjointe, la Drac, le service départemental de l’architecture et du patrimoine, la maîtrise d’œuvre et la Ville préconisent d’utiliser un stabilisé d’une grande qualité esthétique, conscients toutefois que ce choix conduit à prendre des précautions quant à l’usage de la place royale, compte tenu de la nature du matériau. Soit, une moins value de 144 775 € TTC.

A noter que les caniveaux ont également été refaits et les grilles d’entrée, rénovées.

* C’est pas joli comme ça ?
Page 17
la ville

évolue
tribune politique
la majorité municipale
Mobilisation

Max Lévita, président du groupe socialiste - radical de gauche - mouvement des citoyens et apparentés

Le 15 mai, la fonction publique a manifesté son inquiétude. Celle-ci est partagée par toutes celles et tous ceux qui savent que notre vivre ensemble puise sa force aussi dans l’action publique. Inquiétude face notamment à la réduction des effectifs voulue par le Président de la République, qui s’appuie sur la seule logique budgétaire et ne tient pas compte de la nécessité sociale de notre service public. Mobilisation face à des décideurs politiques qui appliquent une doctrine de “casse” et méprisent le dialogue social sous couvert de défendre une “modernité” qui passe toujours par la réduction des missions et des moyens donnés à la puissance publique. Nous refusons cette logique et nous refusons d’admettre ses conséquences concrètes sur chacun des habitants de notre ville et de notre région.
L’urgence de la riposte

Michel Passet président du groupe communiste

Les services publics doivent répondre, chaque citoyen doit avoir les mêmes droits sur le territoire national. Privatiser, démanteler les services publics, telle est la politique du gouvernement. Pour le financement des infrastructures : aux communes et aux régions de payer, tant pis pour les pauvres. La casse de l’enseignement se poursuit, suppression de postes, mise en concurrence des universités, centres de recherche mis à disposition des entreprises privées. Il est urgent de dire stop, que chaque citoyen puisse intervenir. C’est le but que s’est fixé notre groupe en demandant un conseil municipal extraordinaire sur les universités. Parce qu’il en va de l’avenir de toute la jeunesse, de la ville, du pays, le débat doit se poursuivre. Le conseil municipal doit être un outil au service de ce débat.
Quel avenir pour le 39 19 ?

Marc Dufour, président du groupe Modem

Une femme décède tous les 3 jours sous les coups de son compagnon. Pour faciliter la prise en charge de ces victimes, le gouvernement avait lancé à grand renfort médiatique le 14 mars 2007 un numéro national unique, le 3919. Face à la multiplicité et l’hétérogénéité des dispositifs téléphoniques existant au niveau local, ce numéro devait améliorer l’écoute et l’orientation des victimes et des témoins. Cette initiative permettait une réelle prise en charge des femmes battues. Mais sans attendre les chiffres pour 2007, le gouvernement aurait décidé de mettre fin à ce numéro. Comment les femmes vont-elles pouvoir s’orienter ? Obtenir une réponse à leur angoisse profonde ? Il est évident que face à une telle injustice, le groupe MoDem sera une force de proposition aux côtés d’Hélène Mandroux.
Chengdu

Jacques Touchon, président du groupe Non inscrits

Un terrible séisme a frappé la région de Chengdu, notre ville jumelle en Chine.

Des milliers d’habitants sont sans abri, de nombreux enfants sont orphelins, le risque d’épidémies infectieuses se profile... Un message de soutien a été, dès les premiers jours, envoyé par Hélène Mandroux au maire de Chengdu. Un contact régulier a été établi entre la Maison des relations internationales et ses interlocuteurs à Chengdu. Nous avons proposé notre aide aux services municipaux chinois. Ceux-ci nous ont répondu qu’ils attendaient de notre part une aide matérielle. Une liste des besoins les plus urgents vient de nous parvenir. Afin de répondre de façon efficace à leurs attentes, il sera proposé au prochain conseil municipal l’attribution d’une subvention et l’ouverture d’un compte pour recueillir les dons.

l’opposition municipale
Soutien aux sinistrés de Chengdu
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconRésumé : Sur les joint-ventures internationales qui utilisent souvent...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconVeille media
«Turquie : Acteur majeur des relations internationales ?», mené sous la direction de Didier Billion, directeur adjoint de l’iris,...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconLes relations publiques et les relations presse
«Ce sont des activités professionnelles visant à informer l’opinion sur les réalisations d’une collectivité (entreprise) et à les...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconProgrammes Histoire des arts Lycée 2010
«gothique international», les échanges entre Italie et Flandres au xve s et leurs conséquences sur la peinture et la musique; la...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconInstitut du developpement durable et des relations internationales

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconLe rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat)
«dangereuse»; les enseignant travaillant en lien avec les entreprises ont une représentation bien plus positive. Réseau National...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconDans les communautés traditionnelles, les relations sociales étaient...
«morceler en plusieurs ‘’dèmoï’’ de nombreuses villes modernes étant donné leur gigantisme»3

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconSéminaire Paris/Londres
«Paris-Londres /London-Paris» qui s’est déroulé en janvier 2007 à Londres, ce séminaire s’articulera autour de deux problématiques...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconUn territoire enclavé, une population peu mobile, des services éloignés et éclatés
«Maquis» de permanences d’où un problème de lisibilité pour le public; absence de lieu d’accueil, d’information, d’orientation et...

Le catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur \"International\" et consultez l’actu de la maison des relations internationales, les programmes d’échange d’étudiants en entreprises, les bourses, la liste des villes jumelles, des consulats iconPourquoi echangeons-nous ? Pour la plupart des choses, nous ne pouvons...
«faire plaisir» à l’autre (ce qui n’est pas l’enjeu de l’échange lorsque, par exemple, on achète une baguette de pain). Ainsi, «l’échange»...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com