«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs








télécharger 120.14 Kb.
titre«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs
page8/10
date de publication30.03.2017
taille120.14 Kb.
typeAtelier
ar.21-bal.com > documents > Atelier
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Représentation alimentaire : comment travailler avec un diététicien, par Thibault Spire


Animateurs de l’atelier : D. Galtier, T. Mazars, J-C. Schwartz


L’alimentation est un sujet très en vogue actuellement. Selon une enquête de la SOFRES réalisée en 2000, 85% des français associent le terme diététique avec régime alimentaire amaigrissant. Par définition, la diététique est l’étude de l’hygiène alimentaire ou de ce que signifie « bien manger ». Prendre un repas a un caractère nutritionnel, psychologique par l’aspect sensoriel de la nourriture et sociologique par l’effet convivial que s’attabler procure.
Les représentations alimentaires : notre représentation de l’alimentation est influencée par de nombreux facteurs comme notre sensation de faim, notre état psychologique : stress, fatigue, tristesse, ennui, perfectionnisme. A cela s’ajoute l’éducation alimentaire (goûts, culture culinaire), les habitudes (nombre de repas par jour et horaires), la société (culte de l’image corporelle) et les croyances populaires (manger chaud quand on a froid…).

De nos jours, les comportements alimentaires sont marqués par plusieurs tendances : déstructuration, désocialisation, restriction et nomadisme. On saute le petit déjeuner, on mange souvent seul, on prend des repas simplifiés ne pouvant contenir qu’un plat et un yaourt et on se restaure en marchant !
Quelles sont les fonctions et les compétences du diététicien ? On parle beaucoup de diététique depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’une priorité de santé publique comme en témoigne l’importance donnée au PNNS (Programme National de Nutrition et Santé). La notion de diététique est apparue au tout début du siècle au Canada. En France, c’est après la seconde guerre mondiale qu’apparait la profession de « spécialiste en alimentation rationnelle ». Il y a 6000 diététiciens(nes) en France dont 26% en libéral, 60% en établissement de santé et 15% dans l’industrie et la restauration collective. Ils s’occupent de la prévention, de l’éducation thérapeutique, de soins nutritionnels. C’est une profession « vivante » avec une formation professionnelle dynamique.

La diététique s’associe à une prise en charge pluridisciplinaire du patient, psychologie (thérapie comportementale ou de soutien) et kinésithérapie essentiellement.

La consultation du diététicien fait suite à une prescription médicale ou une démarche volontaire du patient. Elle permet de faire un diagnostic diététique et de mettre en place une prise en charge régulière. Le diagnostic diététique consiste à recueillir des données pertinentes qui permettent d’identifier la nature du problème nutritionnel et de formuler des objectifs. Ceci s'effectue dans une attitude d'écoute active. Le diététicien pose et reformule des questions, tente de faire comprendre au patient que c’est à lui de gérer son alimentation. Cette prise en charge n’est pas remboursée par la CPAM mais de plus en plus de mutuelles financent 3 à 5 consultations par an. Il existe également beaucoup de réseaux qui aident les patients.

Le travail du médecin généraliste en collaboration avec le (la) diététicien(ne) :

Le médecin généraliste peut s'appuyer sur l'aide d'un diététicien pour prendre en charge ses patients souffrant de pathologies cardiovasculaires, cancer, obésité, diabète, dyslipidémies voir ostéoporose ; on parle alors de diététique de prévention.

Les bases de l’éducation thérapeutique sont de donner des conseils plutôt que des interdits. On evite tout conseil trop restrictif ou diabolisant certains aliments, et on essaye de tendre vers un équilibre alimentaire. Les objectifs se veulent réalistes et doivent s’adapter à la demande du patient. On attache une importance croissante au rôle des fibres, à l’index glycémique, la restriction cognitive, le plaisir et le goût des aliments, le « set-point » (ou poids de forme) et les "alicaments" (oméga 3, acides aminés…).

Le diététicien peut travailler avec le médecin généraliste pour mieux connaître son patient en recueillant des informations souvent intimes, sur son environnement, son entourage, son niveau socio-culturel, ses possibilités économiques et ses centres d’intérêt.

On utilise le carnet alimentaire pour évaluer les habitudes du patient (questionnaire concernant les dix derniers jours). Il évalue la variété et la qualité de l’alimentation ainsi que son conditionnement et les quantités consommées. Le diététicien évalue les portions alimentaires avec le livre suvimax qui estime les quantités d’aliments à l’aide de photos (par exemple ce que représente pour le patient une part de fromage). Il y a deux notes sur l’équilibre du patient et son comportement alimentaire. On peut alors commenter les résultats avec lui et orienter ses objectifs.
En conclusion, il faut fixer avec le patient des objectifs réalistes, éviter les interdits et valoriser son plaisir de manger.

Thibaut Spire
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconEn quoi la médecine générale et la médecine thermale peuvent être complémentaires?

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconNotes nouvelles sur Edgar Poe
«Le rouge et le noir représentent la vie, une vie surnaturelle et excessive» (Noir = fenêtre sur l’âme; rouge = augmentation de l’éclat...

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconLa medecine monastique dans l’occident medieval
«médecine monastique» comme une médecine pratiquée par des moines dans ou à partir d’un monastère. Elle eut son apogée du ixe siècle...

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconLes jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un...
«jardin moderne» avec des caractères esthétiques précis et des valeurs symboliques, sociales et culturelles spécifiques. Une sorte...

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconSÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconLe programme national d’alimentation et de nutrition axe sur les resultats (panar)

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconObjectif : Déterminer les adaptations évolutives de la nutrition...

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconAtelier artistique  Atelier de culture scientifique et technique

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconCommuniqué de presse – 15 juillet 2013
«Se donner les moyens d’apporter de l’intelligence citoyenne enrichissant le regard des spécialistes», tel est l’enjeu souligné par...

«La nutrition en médecine générale» Atelier fil rouge Animateurs iconSolutions M2M sans fil
«Digi JumpStart Kits™», qui intègrent plus de performance, plus de fonctionnalités sans fil et une interface graphique, sont désormais...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com