Portefeuille de documentation








titrePortefeuille de documentation
date de publication09.07.2017
taille108 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
Commission des Outils d’Évaluation
pour les Humanités Générales et Technologiques

Histoire
Élaborer une problématique de recherche

La situation politique en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres
Cinquième/Sixième année

Documents pour les élèves : page 2

Documents pour le professeur : page 14

OUTIL D’ÉVALUATION
La situation politique en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres (1919-1939)
Documents pour les élèves


Contexte de la recherche


Nous avons vu en classe la carte des régimes politiques en Europe Occidentale au lendemain de la première Guerre mondiale.

Tu te poses des questions à propos de l’évolution de ces régimes en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres. Pour traiter ce sujet, tu disposes d’un recueil documentaire.

A sa lecture, tu te rends compte que les documents ne sont pas assez complets pour étudier le sujet de manière satisfaisante. Par contre, leur analyse attentive et leur confrontation t’aident à construire un questionnaire de recherche sur ce sujet.


Tâche



Sur la base des documents fournis et en fonction de tes connaissances acquises au cours, à propos de l’évolution des régimes politiques en Europe dans l’immédiat après-guerre, formule quatre questions de recherche distinctes sur la situation politique en Belgique et/ou en Allemagne durant l’entre-deux-guerres (1919-1939).

Consignes


Chaque question doit :

  • être en lien avec le sujet et/ou avec les concepts de démocratie/autoritarisme ;

  • s’appuyer sur une interprétation correcte des informations contenues dans les documents ;

  • s’appuyer sur des contradictions et/ou des lacunes (des informations qui manquent) que tu as constatées en confrontant les documents entre eux, ou en confrontant les documents avec tes connaissances ;

  • préciser ce que tu as constaté dans les documents (dates, faits, lieux, personnes …) ;

  • être une vraie question de recherche, c’est-à-dire que la réponse ne doit pas se trouver dans les documents ; elle doit aussi dépasser la simple demande d’informations (qui, quand, quoi, où…) ;

  • être formulée dans un français correct.




Portefeuille de documentation


Les références complètes des documents se trouvent à la fin du présent dossier documentaire.
Document 1 Les gouvernements en Belgique, 1918-1936.


Gouvernements et Premiers ministres

Composition

Date de nomination

Cooreman

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

1er juin 1918

Delacroix I

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

21 novembre 1918

Delacroix II

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

2 décembre 1919

Carton de Wiart

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

20 novembre 1920

Theunis I

Catholiques & libéraux

16 décembre 1921

Vande Vyvere

Catholiques

13 mai 1925

Poullet-Vandervelde

Catholiques & socialistes (POB)

17 juin 1925

Jaspar I

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

20 mai 1926

Jaspar II

Catholiques & libéraux

22 novembre 1927

Renkin

Catholiques & libéraux

5 juin 1931

de Broqueville

Catholiques & libéraux

22 octobre 1932

Theunis II

Catholiques & libéraux

20 novembre 1934

van Zeeland I

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

25 mars 1935

van Zeeland II

Catholiques , libéraux & socialistes (POB)

15 juin 1936


Document 2 Évolution du nombre de sièges des partis présents à la Chambre des Représentants en Belgique entre 1929 et 1936.




1929

1932

1936

Parti catholique

76

79

63

Parti libéral

28

24

23

Parti Ouvrier Belge (POB)

70

73

70

Vlaams Nationaal Verbond (Alliance nationale flamande,VNV)

11

8

16

Parti Communiste belge

1

3

9

Parti rexiste

-

-

21

Autres

1

-

-

Total

187

187

202


Document 3 Discours radiodiffusé de Léon DEGRELLE, chef de file du Parti rexiste, le 7 janvier 1937.
Nous voici face à face, Rexistes de la Belgique nouvelle et vous, Italiens de Mussolini, en pleine résurrection nationale, ayant retrouvé vos vertus, ayant recréé la communauté de votre peuple (…). Vous étiez livrés, avant que le Duce1 ne vous rassemblât, à l’anarchie marxiste et à la lâcheté du libéralisme bourgeois. (…) Vous avez fait les premiers de l’Europe la révolution populaire (…). Nous rexistes, (…) notre action est exactement adaptée à l’âme de notre pays (…). Nous recréerons pour lui un État populaire et fort qui balayera (…) les partis (…) [et dégagera la Belgique] de la peste politicienne (…). Nous mettrons fin à la tyrannie de l’hyper capitalisme (…).
1 Le Duce (le « guide ») est le nom donné à Benito Mussolini, en Italie. Au pouvoir à partir de 1922, il instaure un régime autoritaire de type « fasciste ».
Document 4 Extraits d’un article de M. GREGOIRE, catholique de gauche, en réaction à la stratégie politique de L. DEGRELLE (1937).
Marcel GREGOIRE (1907-1982) est un avocat de tendance démocrate-chrétienne. Il fut Ministre de la Justice extraparlementaire de 1945 à 1946.
En 1937, Léon Degrelle, chef du Parti rexiste, demande aux parlementaires rexistes bruxellois de démissionner. Il provoque ainsi, le 11 avril 1937, une élection partielle, et espère augmenter sa popularité et le nombre de sièges de son parti.
Il convient (…), pour tous ceux qui ne sont pas encore disposés à se chausser de bottes et s’affubler d’une chemise de couleur – rouge1 ou brune2 –, il convient de ne pas se laisser manœuvrer. De quoi s’agit-il… ? Bien plus qu’entre deux hommes, de choisir entre deux systèmes. De dire si l’on veut conserver un régime de libre opinion, avec à sa tête un Roi constitutionnel, avec l’égalité de tous devant la loi, la possibilité pour tous d’exprimer ses opinions, de se réunir, de s’associer ; avec le respect des minorités, la garantie de la liberté individuelle (…). Ou d’affirmer que l’on préfère suivre un « Chef » – Duce3 en italien et, en allemand Führer4 – pour qui le Roi deviendra désormais « Sa Majesté Superflue » (…) qui (…) régnera sur un pays d’où dorénavant, tous les partis – sauf un seul – seront exclus. (…)

En présence de ce dilemme, l’hésitation n’est pas possible. Surtout pour un catholique pour qui (…) l’exemple hitlérien constituerait une suffisante invitation [à ne pas voter pour le parti rexiste].
1 Allusion au communisme.

2 Allusion au régime nazi en place en Allemagne depuis 1933.

3 Le Duce (le « guide ») est le nom donné à Benito Mussolini, en Italie. Au pouvoir à partir de 1922, il instaure un régime autoritaire de type « fasciste ».

4 Le Führer (le « guide ») est le nom donné à Adolf Hitler, en Allemagne. Au pouvoir à partir de 1933, il instaure un régime autoritaire aussi appelé « régime nazi ».

Document 5 Affiche de René Magritte pour le Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes, 1939

Le personnage qui tient le miroir est Léon Degrelle, chef du Parti rexiste.
http://www.extra-edu.be/theme_10.php?lang=fr © Ch. Herscovici – SABAM Belgium 2011

Document 6 Montage de photographies extraites du film de Léni Riefenstahl, Triomphe de la volonté, 1934
Léni RIEFENSTAHL (1901-2003) est une réalisatrice allemande qui a adhéré au nazisme. Son film Le triomphe de la volonté constitue un des plus grands documentaires de propagande jamais réalisés.



Au centre, Adolf Hitler, au pouvoir en Allemagne de 1933 à 1945.
Document 7 Loi pour la protection du sang et de l'honneur allemand, Nuremberg, 15 septembre 1935.
Pénétré de la conscience que la pureté du sang allemand est la prémisse de la perpétuation du peuple allemand (…), le Reichstag1a adopté à l’unanimité la loi suivante (…) :  

1. Les mariages entre Juifs et citoyens de sang allemand ou assimilé sont interdits. (…)

2. Le rapport extra-marital entre Juifs et citoyens de sang allemand ou assimilé est interdit.

3. Les Juifs ne peuvent pas utiliser au service de leur ménage des femmes de sang allemand ou assimilé âgées de moins de 45 ans.

4. Il est interdit aux Juifs de pavoiser aux couleurs allemandes nationales. Par contre, ils peuvent pavoiser aux couleurs juives (…).
1 En Allemagne, sous la République de Weimar, le Reichstag est le Parlement, détenteur du pouvoir législatif. À partir de 1933, date de l’accession au pouvoir du parti nazi, le Reichstag demeure mais le pouvoir législatif est transféré au Gouvernement. Son rôle se limite à acclamer les discours et les actions d’Adolf Hitler. Il ne se réunit plus après 1942.

Document 8 Règlement du camp de concentration de Dachau en Allemagne, 1er novembre 1933.
Art. 11. Les délinquants suivants, considérés comme agitateurs, seront pendus : quiconque (…) fait de la politique, tient des discours ou des réunions de provocation, forme des cliques, se rassemble avec les autres détenus; quiconque [agit] dans le but de fournir à la propagande adverse des récits d'atrocités, recueille des renseignements, vrais ou faux, sur le camp de concentration, en discute avec les autres, les fait parvenir hors du camp (…).

Art. 12. Les délinquants suivants, considérés comme mutins, seront abattus sur-le-champ ou pendus par la suite : quiconque se sera livré à des voies de fait sur la personne d'un garde ou d'un SS1, aura refusé d'obéir ou de travailler en corvée (…), aura protesté, crié, provoqué ou tenu des discours tout en marchant ou sur les lieux de travail.
1 à l’origine, la SS (« escouade de protection ») est issue du Parti nazi et forme la garde rapprochée de Hitler. Elle devient ensuite la police politique de l’Allemagne nazie. Elle est composée de plusieurs sections dont l’unité « tête de mort » chargée de la surveillance des camps de concentration.

Document 9 Déclaration de Staf De ClercQ, chef de file du Vlaams Nationaal Verbond (Alliance nationale flamande, VNV), 25 février 1934.
Nous voulons (…) un gouvernement fort détenant les pleins pouvoirs, bien que nous ne rendrions pas ce point de vue public (…). Si nous devenons les maîtres, nous ne laisserons aucun pouvoir aux fransquillons1. Les partis doivent disparaître : d’abord le parti catholique mais aussi le socialisme (…).
1 Francophones de Flandre.
Document 10 Pierre GRAPPIN, Souvenirs des années 1934-1938
Pierre GRAPPIN (1915-1997) est un traducteur français spécialisé dans la langue allemande.
En 1934, je fis, durant les vacances d’été, mon premier séjour en Allemagne, invité par la famille de mon correspondant (…) Günter. (…) Il m’a dit : « Il faut que je te dise, je suis membre de la jeunesse hitlérienne (…). » Je connaissais, chez les Français, les scouts, mais la Hitlerjugend1 était différente et, surtout, il y avait, à la fois spontané et dirigé, un plaisir à défiler ensemble, (...) un enthousiasme à chanter ensemble. (...) Et tout cela faisait une atmosphère toute nouvelle pour moi, totalement inconnue : c’était comme un enivrement (...), quelque chose qui attirait, mais semblait redoutable, comme un mythe redevenu vivant.
1 Jeunesses Hitlériennes ou mouvement de jeunesse fondé par le parti nazi en 1926 : rassemblant progressivement tous les mouvements de jeunesse existant, il se donne pour but l’éducation politique et physique des jeunes. En 1936, l’entrée dans la Hitlerjugend est rendue obligatoire pour tous les garçons et filles, de 6 à 18 ans. A 10 ans, ceux-ci prêtent le serment suivant : « En présence de cet étendard de sang, qui représente notre Führer, je jure de consacrer toute mon énergie et toute ma force au sauveur de notre pays, Adolf Hitler. Je suis prêt à donner ma vie pour lui et je m’en remets à Dieu. » (trad. M. Dumoulin)
Document 11  Déclaration de GOEBBELS dans un journal nazi en 1928
Membre du parti nazi depuis 1922, Goebbels devient député au Reichstag en 1928. Après la prise de pouvoir d’Hitler, en 1933, il deviendra son Ministre de l’Information et de la Propagande.
Nous allons au Reichstag1 pour utiliser à notre profit les armes de la démocratie. Nous devenons députés pour paralyser [la République] de Weimar avec sa propre collaboration. Si la démocratie est assez stupide pour nous donner des cartes de transports gratuits et une indemnité parlementaire, c’est son affaire… (…). Mussolini aussi s’est fait élire au Parlement. (…) Nous y venons en ennemis, comme le loup fait irruption dans la bergerie.
1 En Allemagne, sous la République de Weimar, le Reichstag est le Parlement, détenteur du pouvoir législatif. À partir de 1933, date de l’accession au pouvoir du parti nazi, le Reichstag demeure mais le pouvoir législatif est transféré au Gouvernement. Son rôle se limite à acclamer les discours et les actions d’Adolf Hitler. Il ne se réunit plus après 1942.


Références complètes des documents
Document 1 Les gouvernements en Belgique, 1918-1936 (D’après X. Mabille, Histoire politique de la Belgique, 1ère éd., Bruxelles, Crisp, 1986, p. 228).
Document 2 Évolution du nombre de sièges des partis présents à la Chambre des Représentants en Belgique entre 1929 et 1936 (D’après Les années 30 en Belgique. La séduction des masses, Bruxelles, CGER, p. 83).
Document 3 Discours radiodiffusé de Léon DEGRELLE, chef de file du Parti rexiste, le 7 janvier 1937 et publié dans Le Pays réel, Bruxelles, 8 septembre1937, p. 3 (D’après G.F. di Muro, Léon Degrelle et l’aventure rexiste, Bruxelles, Luc Pire, 2005, p. 136).
Document 4 Marcel GrÉgoire, Le billet de l’architecte, dans La Cité Chrétienne, 20 mars 1937, n° 248, p. 289.
Document 5 Affiche de René Magritte pour le Comité de Vigilance des Intellectuels antifascistes, 1939 Tirée de A. RHODES, La propagande dans la seconde guerre mondiale, Presses de la Cité, Paris, 1989. p.183. Crédit photographique « Chelsea House Publishers » http://www.extra-edu.be/theme_10.php?lang=fr © Ch. Herscovici – SABAM Belgium 2011
Document 6 Montage de photographies extraites du film de Léni Riefenstahl, Triomphe de la volonté, 1934, dans l’IIlustrieter Film Kurrier, numéro spécial, automne 1935.
Document 7 Loi pour la protection du sang et de l'honneur allemand, Nuremberg, 15 septembre 1935 (D’après L. Poliakov, Le bréviaire de la haine, Le IIIe Reich et les Juifs, rééd., Bruxelles, Complexe, 1987, p. 5).
Document 8 Règlement du camp de concentration de Dachau en Allemagne, 1er novembre 1933 (D’après W. Shirer, Le IIIe Reich : des origines à la chute, Paris, Stock, 1965, p. 297).
Document 9 Déclaration de Staf De ClercQ, chef de file du Vlaams Nationaal Verbond (Alliance nationale flamande, VNV), 25 février 1934 (D’après L. Wils, Histoire des nations belges, Ottignies, Quorum, 1996, p. 231).
Document 10 Pierre GRAPPIN, Souvenirs des années 1934-1938 (D’après E. François, Un étudiant français en Allemagne dans L’Histoire, n°118, janvier 1989, p. 85).
Document 11 Déclaration de Joseph GOEBBELS dans le journal nazi, Der Angriff, 20 avril 1928. Tiré de L. BOURQUIN (dir.), Histoire 1re L, ES, Belin, Paris, 2003. p. 253.



QUESTION 1

Je constate

Je me pose la question…





QUESTION 2

Je constate

Je me pose la question…





QUESTION 3

Je constate

Je me pose la question…





QUESTION 4

Je constate

Je me pose la question…




OUTIL D’ÉVALUATION


La situation politique en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres (1919-1939)
Documents pour le professeur

Famille de tâches 

Cette épreuve demande à l’élève, au départ d’une situation du passé ou du présent, d’élaborer une problématique de recherche et de sélectionner dans divers lieux d’information et de documentation des renseignements utiles.
Titre : La situation politique en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres (1919-1939)
Public cible : Cinquième ou sixième année de l’enseignement de transition
Épreuve : voir documents pour l’élève
Préalables à l’épreuve
Prérequis :

- La carte des régimes politiques en Europe Occidentale en 1919;

- Les concepts de démocratie/autoritarisme;

- La réactivation du concept de démocratie à travers l’exemple de la République de Weimar;

- La réactivation du concept d’autoritarisme à travers l’exemple du régime fasciste italien dans les années 1920 (uniquement la politique intérieure ; pas d’évocation de l’axe Rome-Berlin).
Modalités de passation
Durée de l’épreuve : 2 périodes de cours. Cette épreuve peut aussi être réalisée en une heure de cours moyennant certaines adaptations décrites p. 17 dans la rubrique "Construire des épreuves similaires appartenant à la même famille".
Support à traiter : voir les références des documents proposés.
Compétences, savoirs et savoir-faire évalués dans le cadre de cette épreuve


COMPÉTENCES DU RÉFÉRENTIEL


Compétence n° 1 : le questionnement. Au départ d’une situation du passé ou du présent, élaborer une problématique de recherche.

SAVOIRS – SAVOIR-FAIRE

Savoirs





  • La carte des régimes politiques en Europe Occidentale en 1919

  • Les concepts de démocratie/autoritarisme

  • La réactivation du concept de démocratie à travers l’exemple de la République de Weimar

  • La réactivation du concept d’autoritarisme à travers l’exemple du régime fasciste italien dans les années 1920 (uniquement la politique intérieure ; pas d’évocation de l’axe Rome-Berlin)


Savoir-faire


  • Identifier le type de documents sur lequel l’élève travaille en dressant sa carte d’identité

  • Sélectionner les informations pertinentes

  • Trier les informations recueillies

  • Confronter plusieurs informations




Critères, indicateurs, niveaux de maîtrise et pondération


CRITÈRES

INDICATEURS

PROPOSITION D’ÉVALUATION CHIFFRÉE (1)

PROPOSITION D’ÉVALUATION NON CHIFFRÉE (1)

Pertinence (2)

(prioritaire)

  • Question en lien avec le sujet et /ou avec les concepts de démocratie/autoritarisme

  • Question dont la réponse n’est pas fournie dans les documents





0 – 2 – 4 – 8 *

Si 3 questions sur 4 sont pertinentes : critère satisfait

Profondeur, richesse

(prioritaire)

  • Questions issues d’un constat de carence d’informations OU d’une confrontation entre informations tirées des documents et/ou des connaissances

  • Questions mobilisant de manière explicite les concepts de démocratie/autoritarisme

0 – 2 – 4 – 6– 8

0 – 1– 2 – 3 – 4


Si 3 questions sur 4 sont construites sur la base d’un constat de carence d’informations OU d’une confrontation ET si 2 questions mobilisent de manière explicite les concepts de démocratie/autoritarismes: critère satisfait

Exactitude

(prioritaire)

  • Pas d’erreur dans l’utilisation des informations provenant de l’analyse des documents ou des connaissances mobilisées




0 – 2 – 4 – 6 – 8



Si plus de deux erreurs : critère non satisfait

Précision

  • Mention des composantes de la situation historique sur laquelle les questions s’appuient (dates, faits, lieux, personnes)

0 – 1 – 2– 3– 4




Cohérence

(prioritaire)

  • Les questions sont distinctes les unes des autres

0 – 1 – 2 – 3

Si au moins 3 questions distinctes : critère satisfait

Langue


Soin

  • Orthographe correcte

  • Lexique adéquat

  • Syntaxe correcte




  • Ecriture lisible, alignement et espace entre les paragraphes


0 – 1 – 2– 3– 4

0 – 1




Total




/40

L’élève a réussi s’il satisfait à 3 ou 4 critères prioritaires (3)

(1) Le professeur a le choix entre une évaluation chiffrée et une évaluation non chiffrée.

(2) Si la question n’est pas pertinente, on n’attribuera pas non plus de points pour le critère de profondeur.

* Chaque question vaut 2 points. Pour attribuer les 2 points, les 2 indicateurs doivent être rencontrés. Il n’y a donc pas de 1 point.

(3) Selon que l’épreuve est proposée en cinquième ou en sixième, en fonction du programme des réseaux.

Construire des épreuves d’évaluation similaires appartenant à la même famille






La présente famille de tâches, illustrée par l’exemple d’épreuve d’évaluation, doit sa spécificité à des documents

  • adaptés aux élèves (en nombre et en complexité);

  • d’un genre déjà rencontré, traces du passé et travaux postérieurs;

  • pertinents par rapport à la problématique de recherche;

  • qui ne posent pas de problèmes de critique;

  • qui doivent comporter des paradoxes, des contradictions, des divergences entre eux et/ou avec d’autres informations préalablement apprises.


Pour rester dans la même configuration, et donc faire mobiliser les mêmes ressources, l’enseignant ne peut changer ces éléments. Par contre, il peut faire varier les paramètres suivants :


  • Le concept de référence; 

  • Le genre, le contenu et le nombre des documents;

  • Les savoirs mobilisés (en fonction du moment-clé choisi).




Ainsi par exemple, la présente épreuve pourrait être réalisée en une heure de cours si le professeur la centre uniquement sur la situation politique en Belgique durant l'entre-deux-guerres. Dans ce cas

  • Le concept d'autoritarisme aura été réactivé à travers les exemples du régime fasciste italien et du régime nazi; 

  • Seuls les documents 1, 2, 3, 5 et 9 (qui concernent la Belgique) seront proposés aux élèves;

  • Le professeur demandera aux élèves de rédiger 3 questions de recherche (au lieu de 4). Il adaptera la grille d'évaluation à cette modification..



Outils d’Évaluation pour les Humanités Générales et Technologiques

Histoire – Élaborer une problématique de recherche

La situation politique en Belgique et en Allemagne durant l’entre-deux-guerres - Mai 2011

similaire:

Portefeuille de documentation iconConsigne donnée aux élèves p. 3 Portefeuille de documentation p. 3
«Bourse» du métro de Bruxelles. Docteur Honoris causa de l’Université libre de Bruxelles

Portefeuille de documentation iconPour des informations plus détaillées sur les modifications des conditions...
«Documentation» signifie les manuels, spécifications et documentation similaire relatifs au logiciel, qui accompagnent le logiciel...

Portefeuille de documentation iconScuderi Group poursuit l'élargissement de son portefeuille de brevets internationaux

Portefeuille de documentation iconSourcefire annonce le lancement du premier ips du marché
«Agile Security», en élargissant son portefeuille de solutions de sécurité adaptatives

Portefeuille de documentation iconEditis… un Groupe d’édition intégré, créateur de propriété intellectuelle...

Portefeuille de documentation iconDocumentation technique

Portefeuille de documentation iconDocumentation technique

Portefeuille de documentation iconLe centre de documentation

Portefeuille de documentation iconBusiness Process Documentation

Portefeuille de documentation iconBusiness Process Documentation








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com