Conseil municipal








télécharger 17.82 Kb.
titreConseil municipal
date de publication12.07.2017
taille17.82 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > documents > Documentos
CONSEIL MUNICIPAL

Jeudi 25 mars 2010 délib. 2010-51
CONSTRUCTION DE LA BIBLIOTHEQUE ˝CENTRE˝

Approbation du programme de travaux

Lancement du concours de maîtrise d’œuvre

Intervention de Paul EUZIERE,

Président du groupe « Grasse à Tous »

Cette délibération comprend deux parties : la première est l’approbation de travaux et leur financement, la seconde la désignation d’un jury de concours qui, outre le choix du projet, a également fonction de commission d’appel d’offres spécifique.
Bien évidemment, le groupe ˝Grasse à Tous˝ est favorable à la culture et à la lecture publique qui doit être soutenue et encouragée.

Encore faut-il que l’on mesure la pertinence et l’impact des projets dans toutes leurs dimensions.
En 2007, lorsque nous avons eu à nous prononcer sur le projet de rénovation urbaine et la convention ANRU, j’avais formulé des réserves précises, au nom de l’ensemble du groupe de la Gauche Unie, sur deux propositions :


  • installer un cinéma multisalles dans les anciens locaux Monlaur face à Monoprix alors que nous avons quelques centaines de mètres plus loin un cinéma que nous avons du mal à faire vivre.

  • créer au Rouachier la ˝grande bibliothèque˝ de Grasse, en un lieu donc très difficilement accessible ; ce qui est complètement contradictoire avec la notion même d’équipement public.


Depuis trois ans, le projet à changé. On est passé de la ˝grande bibliothèque˝ unique avec abandon de l’actuelle bibliothèque municipale, à un projet plus réduit avec une bibliothèque municipale sur deux sites, l’un avec le maintien d’une partie des activités à Antoine Maure, l’autre toujours au Rouachier.
Nous avons dit à plusieurs reprises que ce site est particulièrement mal choisi.

C’est ce qui a motivé l’abstention de notre groupe lors du vote de la délibération 2009-166, le 24 septembre dernier.
Les rapports sur le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Centre Ancien (PSMV) sur lesquels nous allons avoir à nous prononcer au cours de ce même conseil justifie pleinement nos réserves.
En effet, concernant le Rouachier, le rapport de présentation du PSMV note (p. 141) : ˝une autre des questions soulevées par cet espace se situe dans son irrigation viaire sachant que la partie basse correspond à un cul de sac où les voitures ne peuvent passer confortablement ... Il faut envisager de créer en bas de la rue Paul Goby une aire de retournement.

L’aménagement de l’espace public et de la voirie doit prévoir une accessibilité aux voitures pour les livraisons vers les équipements culturels par la rue Paul Goby et donner la priorité à l’usage piétons˝.

Plus loin, on évalue à 50 places les besoins en stationnement, ˝le reste des usagers venant à pied ou en transport en commun˝.
On a donc de gros travaux -non chiffrés à ce jour- à envisager pour simplement aménager ˝le cul de sac˝ que constitue la rue Paul Goby.
Mais en outre, l’approche du PSMV concernant les équipements publics, Bibliothèque comme Centre Social, est caduque car elle n’intègre pas les exigences de la loi du 11 février 2005 ˝l’accès à tout pour tous˝ qui impose que les Établissements Recevant du Public (ERP) et Installations Ouvertes au Public (IOP) neufs soient accessibles aux personnes handicapées mais aussi à mobilité réduite.

Cette obligation d’accessibilité porte sur les parties extérieures et intérieures.

Elle concerne aussi bien les places de stationnement que les équipements eux-mêmes.

Cette dimension d’accessibilité du Rouachier -qui est une obligation légale- ne fait l’objet d’aucun chiffrage.
Quand on lit dans la convention signée avec l’ANRU en janvier 2008 que la construction de la ˝Grande Bibliothèque˝ au Rouachier est ˝nécessaire˝ pour remplacer la bibliothèque existante ˝mal desservie et dépourvue de places de stationnement˝, on reste sidéré !
On n’a donc aucun chiffrage sur l’accessibilité, mais on en a maintenant un sur le coût du projet :

9 961 925 € (HT) + 1 495 000 € (HT) pour le cabinet d’architecture

+ 240 000 € (HT) pour les 4 équipes admises à concourir

soit 11 696 925 € (HT)
Je note d’ailleurs que la maîtrise d’œuvre perçoit 15% -ce qui est un pourcentage très élevé- du montant des travaux (hors tranches additionnelles) compte tenu de ˝la complexité˝ de l’opération.
On n’est donc pas du tout à l’abri de dépassements du fait de mauvaises surprises qui sont toujours la règle dans le bâti ancien.

Je rappelle que le Secteur Sauvegardé -et donc la zone du Rouachier- sont irrigués par les eaux de la source de la Foux, qu’ils sont affectés par des ˝fuites importantes˝ dans le réseau d’eau. Ce qui cause ˝des désordres dans les fondations des immeubles du Centre Historique˝ (PSMV).
En outre, le Centre historique est classé Zone Bleue par la Plan de Prévention des Risques - Mouvement de Terrains du 1er janvier 2004.

Ce qui implique des mesures de prévention en matière de construction et de gestion de l’écoulement des eaux.
Construire une bibliothèque au Rouachier, c’est donc s’infliger des dépenses qui seraient évitables sur un autre emplacement et s’exposer à des surcoûts certains.
11 696 925 € (HT) sans compter les travaux liés à l’accessibilité, ni les risques, pour une telle opération, c’est beaucoup, beaucoup trop par rapport à ce que coûterait le même équipement public dans un lieu mieux choisi de la Ville.
En 30 ans, la population du Centre Historique a perdu 60% de ses habitants.

Le document du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS 2007-2009) fait état de 2196 habitants dans le Centre ancien.

Ils doivent avoir droit à toute notre attention et aux équipements publics nécessaires.

Mais, créer au Rouachier en plein cœur de la vieille ville, la bibliothèque centrale de Grasse, avec toutes les contraintes que j’ai relevées, est-ce bien pertinent ?
Nous pensons que non.
En même temps, vous nous demandez de proposer, conformément à la loi, deux élus de notre groupe comme membres du jury -commission d’appel d’offres spécifique.

Soucieux de l’utilisation de l’argent public, nous y participeront évidemment sans que cela signifie en aucune façon l’approbation de cette opération.




similaire:

Conseil municipal iconCompte rendu du conseil municipal du 2 juin 2008
Le Conseil Municipal doit approuver son Règlement Intérieur, dans un délai de six mois suivant son installation. Le contenu du règlement...

Conseil municipal iconCompte Rendu du Conseil Municipal
«Validation de la carte de enjeux ppri» séance du Conseil Municipal du 16 juin 2006

Conseil municipal iconDelegation generale du conseil municipal au maire
Afin de poursuivre la bonne fluidité des dossiers, IL convient, en vertu des articles L. 2122-22 et L. 2122-23 du code général des...

Conseil municipal iconSeance du conseil municipal

Conseil municipal iconRéunion du Conseil Municipal

Conseil municipal iconRéunion du Conseil Municipal

Conseil municipal iconSeance du conseil municipal

Conseil municipal iconRÉunion du conseil municipal

Conseil municipal iconSeance du conseil municipal

Conseil municipal iconSeance du conseil municipal








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com