Littérature et Poésie du XVI








télécharger 0.93 Mb.
titreLittérature et Poésie du XVI
page8/19
date de publication01.07.2017
taille0.93 Mb.
typeLittérature
ar.21-bal.com > documents > Littérature
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   19

155. Noël (Marie Rouget, dite. Auxerre, 1883-1967). 9 pièces. 1- Carte postale A.S., adressée à Ch. Melchior Bonnet, le 4.11.48, recto les œuvres de Marie Noël, verso texte et adresse : elle le remercie de son offre de publier ses poèmes. 2- L.A.S., du 13.01.50, in-8, 1 p. 3- C.A.S. du 7 octobre 1955, R.-V. : elle a accepté l’offre d’Hébertot et lui a envoyé son œuvre... 4- « Crépuscule » : poème A.S. de 20 vers (1 rature), in-4, 1 p., paru en 1961 dans Chants d’arrière-saison, p. 24-25. 5- « Messages » : poèmes A.S., 2 ff., écrits en 1940 et parus en 1961 dans Chants d’arrière-saison, p. 127-129. 6- L.S., du 17.04.66, à J.V., in-4, 1 p. 7- L.S., du 18.05.66, à J.V., in-4, 1 p. 8- L.S., in-4, 1 p., Auxerre le 1er.09.66 à J.V. : elle a reçu sa Solitude et la Neige qui lui rappelle des souvenirs ; elle a « été heureuse, que pour tant d’Art, [il ait] été choisi cette année comme lauréat du Prix Marie Noël ». 9- Prix Marie Noël décerné à Jean Vuaillat le 9 septembre 1966, signature autographe de Marie Noël. 200 / 400

156. Normandy (Georges Segault, dit. 1882-1946), écrivain, il fut l’exécuteur testamentaire de Jean Lorrain. 1- Préface au Poème du Bugey. 29 ff. manuscrits in-4, certains rallongés dont 1 double, ratures et corrections (dans l’ouvrage imprimé, cette préface occupe LIX pp.) (23 juin 1917). 2- Manuscrit du discours prononcé à Jujurieux pour la création de la Société Régionaliste du Bugey, en présence de Pierre Aguétant, du Dr Boccard, etc. ; in-4, 7 ff. 3- Photographie de Georges Normandy en uniforme militaire, dédicacée « A mes amis Pierre Aguétant, cette mauvaise image qui fut faite au début de la Grande Guerre... Paris le 9 février 1917 ». 4- 3 L.A.S. : 2 in-8, du 16 juin 1917 (1 p.) et s.d. (2 pp.) concernant la Tour d’Ivoire ; in-4, en-tête L’Ami, quotidien, au sujet de l’envoi du Poème du Bugey à des officiers américains. 5- Carte de visite R.V. et carte postale. 400 / 600
157. Parreiras (Antonio, 1860-1937), célèbre peintre et dessinateur brésilien. Correspondance avec Pierre Aguétant, poète, mis en relation par Georges Normandy : Parreiras travaille en France près d’Aubusson (juin-juillet 1918) et souhaiterait faire connaitre Aguétant dans son pays ; il a beaucoup peint en France et doit rentrer au Brésil pour y livrer notamment deux tableaux commandés par les autorités ; il espère pouvoir organiser une grande exposition à Paris et Londres avec au moins 200 tableaux, puis au Brésil où il pourrait accueilir Pierre Aguétant : lettre de Pierre Normandy du 15 juin 1918 (in-8, 2 pp.) et 5 L.A.S. de Antonio Parreiras datées de juin-octobre 1918 (in-8 de 4 ; 11 ; 8 ; 3 ; 11 pp. et enveloppes) ; il raconte notamment les difficultés qu’il eut pour récupérer un très grand tableau, confié au Chemin de Fer lorsqu’il quitta Aubusson pour Paris et qui fut retrouvé par hasard ! 500 / 900

158. Pasteur (Louis, 1822-1895). L.A.S., in-12, 3 pp., d’Arbois le 18 août 1887, à Emile Roux (1853-1933, qui découvrit et mit au point le sérum antidiphtérique), un des plus proches collaborateurs de Pasteur, fondateur avec lui de l’Institut Pasteur : « Mon cher Roux, J’avais connaissance de la jeune Maury de Béziers et j’en avais pris note. Ce piqueur de capitaine Lang m’avait inspiré de vives inquiétudes. Venu trop longtemps après une si grave morsure au bras, il avait en outre un air triste et impassible que je crois avoir remarqué chez plusieurs de ceux pour qui le traitement est inefficace. Chamberland [biologiste collaborateur de Pasteur] était d’avis et moi également que je devais répondre dans la semaine à la note de Koch [découvreur du bacille de la tuberculose] [...]. Travaille-t-on bien rue Dutot ? [au 25, adresse de l’Institut Pasteur récemment fondé] [...] Louis Pasteur. Merci pour les bonnes nouvelles des petits Anglais. Mais hélas ! Ils sont si soudains ces maudits insuccès qu’on ne sait jamais si on peut se réjouir pour tout de bon. » 700 / 1200

159. Peintres, dessinateurs, graveurs, sculpteurs. Lot de 17 documents autographes signés. Benjamin-Constant (Jean-Joseph Constant, dit. 1845-1902), peintre orientaliste : L.A.S., in-12, 1 p. du 29 novembre 1881. Daubigny (Charles, 1817-1878), peintre de l’École de Barbizon, in-8, 1 p. : « Madame, Je suis très heureux du lègue (sic) de mon bon ami Corot et je vous suis très reconnaissant de me l’avoir envoyé... ». David d’Angers (Pierre-Jean, 1788-1856), sculpteur : billet autographe signé, in-12, 1 p. « Je prie M. Michelli de couler les médaillons que lui demandera M. Kartner. David ». Carolus Duran (Charles-Emile-Auguste Durand, dit. 1837-1917), peintre portraitiste : L.A.S., in-12, 2 pp., de Paris 26 août 1903 à Henri Roujon, il le félicite pour sa nomination de secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts et regrette le directeur de l’École des Beaux-Arts. Gleizes (Albert, 1881-1953), un des fondateurs du Cubisme et philosophe de l’art : carte de visite signée, de remerciement, mars 1951. Granet (François Marius, 1775-1849), peintre et dessinateur : L.A.S., in-8, 1 p., de Paris, 23 mars 1846 : il autorise un monsieur à faire la lithographie d’un de ses tableaux exposés au Salon. Henner (Jean-Jacques, 1829-1905), peintre : L.A.S., in-12, 4 pp., s.d., à Jules Clarétie. Jacque (Charles-Emile, 1813-1894), peintre et graveur de l’École de Barbizon : L.A.S., in-8, 1 p. : « Si mardi entre 10h du matin et 3h du soir (quelle clareté) vous passiez non loin du 86 de la rue de l’Ouest, entrez-y, if you please, y aura quéqu’un, ce sera votre vieil ami, Ch. Jacque ». Le Corbusier (Charles-Edouard Jeanneret-Gris, dit. 1887-1965), architecte, décorateur et peintre : signature autographe et date 12.2.61, bas de feuillet découpé. Berthold Mahn (1885-1975), dessinateur et illustrateur de livres : carte A.S., in-12, 2 pp., du 2 mai 1931 : il a lu La Rose de Saron des frères Tharaud mais il se sent incapable de l’illustrer. Manessier (Alfred, 1911-1993), peintre non figuratif de la nouvelle École de Paris : L.A.S., in-4, 1 p., du 30 mars 1963, à un prêtre : « Amour du Christ ou de la fraternité humaine, c’est tout un... ». Moreau (Gustave, 1826-1898), peintre, graveur, dessinateur du courant symboliste : L.A.S., in-8, 1 p., s.l.n.d., à un confrère : il n’a pas vu la personne recommandée par lui et il regrette de ne plus le voir aux Juges de l’École, ces rencontres régulières lui permettaient de le rencontrer. Robida (Albert, 1848-1926), dessinateur, illustrateur, graveur, caricaturiste et écrivain : L.A.S., s.l.n.d. « Hélas, hélas, vous avez bien raison, les billets bleus [de banque] sont d’une trop grande légèreté, ils volent, volent trop vite ! La banque de France devrait les faire en zinc, pour le moins... ». Rouveyre (André, 1879-1962), journaliste, écrivain, portraitiste et caricaturiste, célèbre pour son amitié avec Matisse : 2 pièces : L.A.S., in-12, Barbizon le 22 septembre 1920, à M. de Rougemont : il veut bien lui confier les papiers d’Apollinaire qu’il a (M. de Rougemont fut un célèbre graphologue) et L.A.S., in-4, 2 pp., au même. Sennep (Jean, 1894-1982), dessinateur et caricaturiste : L.A.S., in-8, 2 pp. et adresse au verso, du 23 juin 1931, à Jules Véront de l’Écho de Paris : il le remercie pour ses articles flatteurs. Signac (Paul, 1863-1935), peintre paysagiste, pointilliste, cofondateur avec Seurat de la Société des Artistes Indépendants : L.A.S., in-12, 1 p., s.d., 3 lignes. 450 / 800

160. Péladan (Sar Joséphin, Lyon 1859-1918). L.A.S., in-8, 1 p. sur papier simili-parchemin, en-tête emblématique occultiste gravé, de Nîmes, 17 janvier 1888 : « Mon cher confrère. J’accepte le titre de correspondant d’honneur de la Société Magnétique de France. Je suis Kabbaliste chrétien, et pourtant très attentif à tout ce que l’expire mentalisme peut éclairer du Verbe judéo-catholique... J. Peladan ».Curieux personnage et curieux document ! 200 / 400

161. Pétain (Philippe, 1856-1951), Maréchal de France, chef d’État. C.A.S. du 8 février 1919, recto : « Mon cher ami, Votre proposition en faveur du Cel Marcel Prévost est acceptée. Bien affectueusement. Pétain ».Écrivain célèbre, un des premiers Dreyfusards avec Emile Zola, membre de l’Académie Française, Marcel Prévost fut décoré de la Croix de Guerre 1914-1918. 100 / 150

161 bis. Pie VII (Chiaremonti, Luigi Barnaba, 1742-1823), élu Pape le 14 mars 1800 ; c’est lui qui sacrera l’Empereur Napoléon Ier à Notre Dame le 2 décembre 1804 avant d’être son prisonnier (1809-1914). Accord de 2 lignes manuscrites et signature autographe sur une demande de prorogation de charge à l’abbaye d’Imola, datés du 10 mai 1804 (in-folio, 1 p.).Portrait gravé ajouté. 150 / 250

162. Poulbot (Francisque, 1879-1946), dessinateur, affichiste et illustrateur. L.A.S., in-8, 1 p., du 11 mars 1914, à un « Cher Monsieur » : il lui demande de venir à son atelier (à Montmartre), « nous parlerons des gosses et je pourrais vous remercier de m’avoir adressé les vôtres... ».

Poulbot venait juste (février) d’épouser Léonce Ondernard et de s’installer à Montmartre où il créa, en 1921, la « République de Montmartre » avec Willette, Forain et Neumont. 150 / 250

163. Précy (Louis François Perrin, comte de. 1742-1820), Lieutenant-général des Armées du Roi, défenseur de Lyon en 1793. Signature autographe sur un diplôme de Décoration du Lis, imprimé et complété à la main, qu’il décerne à un certain Mathieu Layat, qui a été fusilier dans le Bataillon de la Rue Tupin et Membre du Comité de Surveillance lors du Siège de Lyon ; le 15 septembre 1814. 100 / 150

164. Présidents de la République. Lot de 20 documents signés. Thiers (Adolphe, 1797-1837), du 31 août 1871 au 24 mai 1873. L.A.S., in-12, 2 pp., du 20 mai 1869. Grévy (Jules, 1807-1891), du 30 janvier 1879 au 30 janvier 1886 (et du 30 janvier 1881 au 3 décembre 1887). Décret manuscrit signé Jules Grévy et René Goblet, Ministre de l’Intérieur ; in-folio, 1 p. : nomination de Jules Develle au poste de Sous-secrétaire d’État, le 30 janvier 1882. Carnot (Sadi, 1837-1894), du 3 décembre 1887 au 25 juin 1894. 1- L.A.S., in-12, 1 p. ½, de Nolay, le 4 septembre 1882. 2- L.A.S., in-8, 2 pp., de Fontainebleau, le 23 septembre 1889, à « Mon cher Président » : il l’entretient du résultat des élections. Casimir-Périer (Jean, 1847-1907), du 25 juin 1894 au 15 janvier 1895. 1- L.A.S., in-8, 4 pp., du 31 mai 1894, au sujet d’affaires personnelles. 2- L.A.S., in-8, 1 p. ½, s.d., lettre de remerciements. Loubet (Emile, 1838-1929), du 16 février 1889 au 18 février 1906. L.A.S., in-12, 1 p., au Dr Léon Labbé, député, de Paris, 1er janvier 1906. Fallières (Armand, 1841-1931), du 18 février 1906 au 13 février 1913. L.A.S., in-8, 1 p. : il a pris froid à la chasse, il reste au coin du feu et ne peut assister au Conseil. Poincaré (Raymond, 1860-1934), du 18 février 1913 au 18 février 1920. L.A.S., in-8, 1 p. ½, de Paris, le 24 mai 1919, en-tête « Présidence de la République », lettre d’excuses. Deschanel (Paul, 1855-1922), du 18 février au 20 septembre 1920. L.S., in-4, 1 p., du 14 janvier 1913 : il transmet la lettre de l’archevêque arménien catholique d’Alep qu’il a reçue par erreur. Millerand (Alexandre, 1859-1943), du 20 septembre 1920 au 13 juin 1924. C.A.S., in-12, recto-verso, en-tête « Présidence de la République », du 26.10.23 : il demande à son correspondant et ami (un académicien), d’apporter son suffrage à la candidature d’Estaunié au fauteuil de Capus. Il sera effectivement élu le 15 novembre. Doumer (Paul, 1857-1932), du 13 juin 1931 au 6 mai 1932 (assassiné par Gorguloff). L.A.S., in-8, 1 p., du 22 septembre 1916, en-tête « Sénat », à M. Belval-Delahaye (Anatole), célèbre journaliste anarchiste. Lebrun (Albert, 1871-1950), du 10 mai 1932 au 10 mai 1939, puis au 10 juillet 1940. 3 cartes A.S., dont 2 avec enveloppe, remerciements au Sous-Préfet J. Feschotte. Auriol (Vincent, 1884-1966), du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954. C.A.S., in-12, recto-verso, à M. Luizet, Préfet de Police, Paris, 4 février : le Préfet vient d’être opéré et il lui souhaite un prompt rétablissement. Coty (René, 1882-1962), du 16 janvier 1954 au 8 janvier 1959. Signature autographe sur une carte de vœux illustrée d’une lithographie du Palais de l’Elysée. de Gaulle (Charles, 1890-1970), du 8 janvier 1959 au 28 avril 1969. L.S., in-4, 1 p., du 18 août 1970, en-tête « Le Général DE GAULLE », à Monseigneur Georges Dunand, recteur de la basilique de Lisieux, lettre de remerciements. Pompidou (Georges, 1911-1974), du 19 juin 1969 au 2 avril 1974. L.S., avec une ligne et demie autographe et enveloppe, en-tête « Le Président de la République », in-4, 1 p., du 13 octobre 1969 : il a appris sa réception dans le grade de Chevalier de la Légion d’Honneur qu’il lui a conféré et se rappelle à son bon souvenir. Mitterand (François, 1916-1996), du 21 mai 1981 au 17 mai 1995. L.S., in-4, 1 p., du 9 janvier 1984, à Monseigneur Alessandro Persichetti, Chancelier du Chapitre de l’Archibasilique de Saint-Jean de Latran et Monseigneur Joseph Geraud, chanoine français de Latran : il les remercie de la messe célébrée aux intentions de la France. Le Président de la République Française est le premier et unique Chanoine d’Honneur de Latran. 900 / 1800

165. Prévost (Marcel, 1862-1941), écrivain. 2 pièces. 1- Poème autographe, in-16, 1 p., « Un peu de classique, pour changer » (14 vers) et en bas de page « Mercredi à 10 ½ n’est ce pas ? », envoyé à son ami « Monsieur Emm. Ratoin. Avocat. Agen. », timbre postal de Paris 5 octobre 1885. Poème collé à l’enveloppe très joliment illustrée de personnages de théâtre japonais dessinés et coloriés par Prévost qui nous montre ici un beau talent de dessinateur. Emmanuel Ratoin est plus connu sous son nom de plume Jean Gascogne (1862-1904), avocat, journaliste, auteur de pièces de théâtre et de café-concert. 2- L.A.S., in-12, 2 pp., de Paris, 20 janvier 1906, à une dame, pensant qu’elle n’a pas lu un de ses ouvrages, il lui en envoie une réédition illustrée. 150 / 250

166. Psichari (Ernest, 1883-1914), officier et écrivain. L.A.S., in-8, 2 pp., papier à en-tête du 72e régiment d’infanterie, d’Amiens le 9 juin 1904, à Monsieur Dayot (très certainement Armand Dayot, chef du cabinet du Ministre des Beaux-Arts du cabinet Gambetta, inspecteur général des Beaux-Arts) : il le sollicite pour l’attribution des palmes académiques à un jeune artiste dramatique qui joue à la Porte Saint-Martin et qui s’appelle Georges Briat ; « Vous savez combien ce petit ruban peut être utile à un jeune artiste pour lui faciliter les débuts [...]. Ai-je besoin de vous dire que Georges Briat est absolument dans nos idées et qu’il est fervent dreyfusard ? ».Les lettres de Psichari sont plutôt rares. 150 / 250

167. Racine (Louis, fils cadet de Jean Racine. 1692-1763), poète d’inspiration janséniste, il écrivit La Grâce (1720) et La Religion (1742). L.A.S., in-4, 2 pp. ½, adresse, le 26 septembre (s.d.), au docteur Heerkens à Groningue (petite déchirure avec manque au cachet) : « je vous félicite pour votre charge de Gazetier ; vous devriez faire en sorte que la Gazette de Groningue qui n’est point connue à Paris, y fut répandue. Ne le pouvez-pas par le moyen de M. l’Ambassadeur, Vous devriez du moins en envoyer au Secrétaire deux ou trois exemplaires, il m’en enverrait un, et je vous adresserais par son canal, les nouvelles que j’apprendrais [...] Mme du Fort revenant des eaux de Barrèges a fait un souper à Thoulouse avec Mr Le Franc [de Pompignan] et lui a fait un si beau sermon contre la vie philosophique et célibataire, qu’elle a vaincu la répugnance qu’il avait toujours eue pour le mariage. Elle l’épouse et lui sacrifie 160 mille livres de rente parce qu’elle perd en se remariant la gardenoble de son fils. Mr Le Franc de son coté lui sacrifie son repos et son bonheur, l’auteur de Didon n’a pas imité son Enée... »En 1757, Le Franc de Pompignan épouse une riche Parisienne ambitieuse, Marie-Antoinette Félicité de Caulaincourt, veuve de Pierre Grimod du Fort, intendant général des Postes et Relais; il se mit à rechercher la gloire littéraire et fut élu à l’Académie Française. Très lié à Lefranc de Pompignan, Louis Racine est probablement un des premiers à annoncer ce mariage. 300 / 400
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   19

similaire:

Littérature et Poésie du XVI iconLa litterature du XVI siècle

Littérature et Poésie du XVI iconLivres anciens XVI, XVII, XVIII – histoire -litterature et divers

Littérature et Poésie du XVI iconLittérature Baroque chez les poètes protestants, fin XVI, D’Aubigné et Sponte

Littérature et Poésie du XVI iconLittérature écrite et orale (roman, nouvelle, fable, légende, conte,...

Littérature et Poésie du XVI iconLittérature écrite et orale (roman, nouvelle, fable, légende, conte,...

Littérature et Poésie du XVI iconArticle publié dans la revue Poésie n°120
«Poesie francesi» deux textes extraits des Mirlitonnades de Samuel Beckett (Due poesie francesi di Beckett, pour voix, flûte basse,...

Littérature et Poésie du XVI iconLa société française du Moyen-âge à nos jours
«humanistes» aux XV-XVI é siècles. La langue française supplante le latin dans les actes officiels et dans la littérature. L’imprimerie...

Littérature et Poésie du XVI iconLa poésie de Romain Fustier est une poésie qui se veut attentive...

Littérature et Poésie du XVI iconLes Hommes de la Renaissance XV-XVI ème siècle

Littérature et Poésie du XVI iconAutour de la figure d’Hugues Sambin, menuisier-architecte du XVI








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com