I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif








télécharger 199.21 Kb.
titreI. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif
page10/13
date de publication02.07.2017
taille199.21 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

IV.BLe Mélodrame, le théâtre du peuple

IV.B.1Un avatar du drame bourgeois


Offre “le spectacle de la vertu persécutée”, Beaumarchais. Influencé par la mode du roman noir. Sens étymologique, drame chanté

Genre de drame dans lequel les paroles et la musique au lieu de marcher ensemble, se font entendre successivement (Rousseau, Fragments d’observations sur « l’Alceste » de Gluck 1766)

IV.B.2Le manichéisme des personnages


Une jeune fille vertueuse, un protecteur désintéressé, un traître odieux.

Ces personnages, figés dans un rôle, ne sont pas capables d’évolution (MCH)

IV.B.3Des situations stéréotypées


Souvent en 3 actes. La pièce doit présenter la naissance de l’amour du jeune couple, l’intervention du traître et le dénouement. Exemple, L’Auberge des Adrets, Victor Ducange, 1823. Robert Macaire est un bandit qui veut briser un mariage à tout prix jusqu’au crime. Il se fait tuer par son complice. Juste avant, accès de repentir ce qui est incohérent mais conforme aux lois du genre. Autres pièces, Mille francs de récompense (Hugo), Coelina. Ce genre verra son existence refusée par le Dictionnaire général des théâtres.

IV.CLe drame romantique


Redécouverte de Shakespeare via Stendhal, Racine et Shakespeare 1823. Préface de Cromwell, Hugo. Les théoriciens du drame romantique devancent les dramaturges. Apogée en 1830-1835.

IV.C.1Le refus des règles


Il n’y a pas d’autres règles que les lois générales de la nature (Hugo, préf. de Cromwell)

Stendhal :

La tragédie romantique [=le drame] est une tragédie en prose qui dure plusieurs mois et se passe dans des lieux divers (Racine et Shakespeare II)
        • La durée


Dans Hernani, le pardon de Charles Quint, inconcevable au début, relève d’une maturation psy que souligne Hernani :

Qui donc nous change tous ainsi ?

Il est beau de voir Othello, si amoureux au premier acte, tuer sa femme au 5ème acte ; si ce changement a eu lieu en trente-six heures, il est absurde et je méprise Othello (Stendhal, Racine et Shakespeare)

Caractère subjectif d’une telle lecture : Shakespeare avait volontairement resserré le temps dans Othello pour souligner la soudaineté de l’accès délirant.
        • Un espace symbolique


Lorenzaccio, 35 changements de décor. Hugo considère l’espace comme un personnage muet

Le lieu où une telle catastrophe s’est passée en devient un témoin terrible et inséparable (Préf. de Cromwell)
        • L’unité d’action


La seule admise […] parce qu’elle résulte d’un seul fait, ni l’œil ni l’esprit humain ne sauraient saisir plus d’un ensemble à la fois (Hugo, préf. de Cromwell)

Contrairement au drame bourgeois, les péripéties sont motivées dans le drame romantique. Seul Musset abandonne totalement l’unité d’action, dans Lorenzaccio on a trois oppositions à Alexandre dont les intrigues se nouent en même temps ; celle de Lorenzaccio, celle des Strozzi, celle de la Marquise Cibo. Dans Les Caprices de Marianne, il n’y a pas de lien entre les scènes.

IV.C.2Les ambitions de la préface de Cromwell


Le drame ce n’est pas [Corneille, Racine, Molière, Voltaire, Beaumarchais] mais c’est tout cela à la fois ou pour mieux dire, ce n’est rien de tout cela (Hugo préf. de Cromwell)
        • Un drame lyrique et épique


Selon Hugo, on peut distinguer 3 âges de la poésie, poésie lyrique (Genèse), épique (Homère), drame (Shakespeare)

Le drame s’abreuve à la source lyrique et épique pour les transcender (MCH)
        • Le mélange du comique et du pathétique


Contradiction des personnages, Ruy-Blas est un « ver de terre amoureux d’une étoile » Ruy-Blas II2.

Mais le mélange est surtout théorique, le comique n’intervient que rarement, dans Cromwell et la scène III8 de Marion de Lorme. Le roi s’amuse est trop sombre malgré les pirouettes de Triboulet.

IV.C.3Le goût du sublime

        • Le drame historique


L’Histoire, traitée sur un mode épique constitue pour les romantiques un réservoir inépuisable d’événements grandioses. MCH.

Dans la préface des Burgraves, Hugo met sur un même plan « la chronique, la légende et l’Histoire » Il veut mettre en œuvre la fatalité (renoue en ce sens avec le classicisme) et en examinent les effets sur 4 générations.

Faire de toute cette famille comme le symbole palpitant et complet de l’expiation (préf. des Burgraves)

Drame conçu comme une trilogie en hommage à l’Orestie.
        • Des personnages qui font frémir


Tous les héros romantiques pourraient reprendre à leur compte ces propos de Don Carlos s’adressant à Charlemagne
Verse-moi dans le cœur, du fond de ce tombeau

Quelque chose de grand, de sublime et de beau ! (Hernani IV2)
“frémir” est un terme-clef dont l’occurrence est très élevée. Violence de l’amour, Doña Sol à toutes les tentatives d’Hernani pour la dissuader de le suivre répond toujours « Je vous suivrai » I2. Personnages grands par l’âme et petit par la condition. Ruy-Blas se définit lui-même comme
Ce misérable fou qui porte avec effroi

Sous l’habit d’un valet les passions d’un roi
La mort est inéluctable, ils meurent sur scène avec dignité. Pas de référence au corps.

Doña Sol au moment de mourir Ciel ! Des douleurs étranges !

Même ressort que le théâtre classique, pitié et crainte.
        • Vers/prose


Hugo, contrairement à Dumas, Vigny ou Musset bannit la prose. Le vers est :

une des digues les plus puissantes contre l’irruption du commun (préf. de Cromwell)

Mais plus de souplesse que l’alexandrin classique. Ses pièces en prose, Lucrèce Borgia, Marie Tudor et Angelo, tyran de Padoue seront boudées par le public. Modernité de la prose de Musset : monologue de Lorenzaccio IV9, discours non construit = distorsion du langage qui annonce les contemporains.



1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconEssai de Sémiotique Préventive
«Ne pas aller du discours vers son noyau intérieur et caché, vers le cœur d’une pensée ou d’une signification qui se manifesteraient...

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours du bâtonnier

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de la méthode

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de Mme la Ministre

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de m. Le président de la république

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de clôture du séminaire

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours auxquels IL a donné lieu a

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours sur les sciences








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com