I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif








télécharger 199.21 Kb.
titreI. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif
page13/13
date de publication02.07.2017
taille199.21 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

V.CLa révolution dramaturgique des années cinquante, son héritage

V.C.1Fécondité des années cinquante


Période d’enthousiasme créatif, selon Adamov

Nous étions les auteurs, les acteurs les metteurs en scène de l’avant-garde opérante, face au vieux théâtre dialogué condamné (L’Homme et l’enfant –autobiographie– 1968)

Nouvelle vague d’auteurs, Genet, Ionesco, Adamov, Vauthier, Beckett. Le public découvre Genet avec Les Bonnes en 1947 mis en scène par Louis Jouvet. En 1949, La Cantatrice Chauve fut considérée comme un canular. Mais après ces débuts méconnus par le public, les jeunes auteurs furent récompensés, Beckett par le prix Nobel en 1969 et Ionesco entre à l’Académie française en 1970.

Ces auteurs cultivent l’insolite, introduisent l’incohérence au sein du langage. Mais ce nouveau théâtre (à la différence du nouveau roman qui a son manifeste en 1963 avec Pour un nouveau roman) n’a pas de théoriciens sauf un peu Ionesco avec Notes et contre-notes.

V.C.2La tour de Babel


D’après leur interprétation de Freud, la vérité que l’homme clame au grand jour est svt démentie par une autre refoulée. Pour reconnaître l’existence de ces deux niveaux psychiques, les auteurs jouent souvent sur deux niveaux d’énonciation.

Il faudrait savoir que lorsqu’on désire une chose, c’est aussi (et surtout) son contraire que l’on désire (Ionesco, Notes et contre-notes)

Les autres sciences humaines ont entamé elles aussi les certitudes sur la fiabilité du langage (la logique, la linguistique). Les auteurs dramatiques entendent donc montrer que le drame de l’homme est de ne pas pouvoir communiquer. C’est pourquoi leurs perso sont des clochards, (Beckett) des « solitaires » (Ionesco) des vieillards sourds…
        • La Cantatrice Chauve, une pièce exemplaire


1950 : multiplication des “erreurs” de langage exemple « de l’eau anglaise ». Les phrases se succèdent en se contredisant. (l’idée de cette pièce lui a été donnée par la méthode Assimil ou les conversations sont fausses et absurdes)

Mme Smith : Elle est trop grande et trop forte […] Elle est trop petite et trop maigre.

Ionesco qualifie sa pièce de « tragédie du langage » Le final souligne ceci, les Smith et les Martin inversent leurs rôles ce qui prouve à quel point leurs répliques sont dépourvues de sens.
        • Une conception nouvelle de la dénomination


Perso en quête d’identité, désignés par un vague nom commun. « Un homme » dans Acte sans paroles de Beckett ou Striptease de la Jalousie d’Arrabal, « Elle » et « Lui » dans Délire à deux de Ionesco.

Je suis en train de devenir personne, même pas un numéro (un perso de Les Amants du métro, Tardieu)

La perte du nom dans le théâtre contemporain, apparaît comme le symbole de la solitude du héros, que personne ne reconnaît dans un nom et qui ne s’y reconnaît pas lui-même. (MCH)

Chez certains, à la suite de Jarry, le nom est un système classifiant. Contrairement à tout cela, Sartre et Camus1 tout en prônant l’absurde, conserve au langage sa fonction traditionnelle. Ceci étant dit, on peut peut-être l’expliquer par leur volonté de faire passer un message philo.

V.C.3Transformation du langage dramatique


Les auteurs contemporains utilisent de + en + le langage dans ses fonctions phatique et métalinguistique.
        • Fonction phatique et métalinguistique


Les perso jouent parfois avec les mots sans se préoccuper du sens car le but est de prolonger l’entretien le plus longtemps possible. cf Vladimir et Estragon dans En attendant Godot.

Ils vont se lancer et se relancer quelques mots ni trop vite ni trop lentement, comme des balles de tennis. Ils prononcent les mots du dictionnaire avec le maximum d’impersonnalité. (Tardieu, indications scéniques de L’ABC de notre vie)

Ce qu’il me faut, ce n’est pas le sens des mots, c’est leur volume et leur corps mouvant (Le perso de Pierre dans L’Invasion d’Adamov)
        • Les formes du dialogue


Je trouvai vexant que moi qui avais si bien démontré l’impossibilité de toute conversation, je fusse obligé d’écrire, tout comme un autre, de simples dialogues. […] Je cherchai […] des phrases clefs qui, apparemment se rapporteraient à la vie quotidienne, mais au fond, signifieraient “tout autre chose” (Adamov s’expliquant sur la genèse de l’Invasion dans Ici et Maintenant, 1964)

De même, Ionesco brise la structure traditionnelle du dialogue avec Les Chaises ; deux protagonistes hallucinés qui parlent avec des êtres invisibles, d’où périodes de silence pdt lesquelles ces êtres parlent.

Les monologues du théâtre contemporain sont très différents de ceux du théâtre classique

 le perso se perd cf Macbett*  le perso essaie d’y voir + clair

* « La répétition mécanique des deux monologues ridiculise les propos, tout en soulignant le caractère conventionnel du procédé. » (MCH)

On va encore plus loin avec Peter Handke qui a créé une forme mixte proche de l’essai voire du poème  les comédiens se partagent à leur guise les textes d’Outrage au public ou de Prédilection.

Dans le théâtre d’Ionesco, de Beckett, d’Adamov ou de Tardieu, on a souvent une opposition entre des monologues interminables et des séries de courtes répliques.

Mais cette mise en question du langage n’est pas unanimement effectuée, on ne la trouve ni chez Brecht, ni chez les auteurs américains comme Tennessee Williams ou Arthur Miller. Pour eux, l’aliénation n’est pas au niveau du langage mais au niveau politico-social.

V.C.4Un temps détraqué

        • Des perso désorientés


La pendule de La Cantatrice chauve « sonne tant qu’elle veut »

Sommes-nous samedi ? Ne serait-on pas plutôt dimanche ? Ou lundi ? Ou vendredi ? (Estragon dans En attendant Godot, Beckett)

Technique d’écriture : la parathèse  « suite d’énoncés contradictoires qui apparaît comme la négation d’un ordre temporel au sein du langage »(MCH)
        • Abandon de la chronologie


Jusque là, le temps était tjrs respecté, L’Illusion Comique était une exception. En revanche, dans le théâtre contemporain, la notion de chronologie n’a plus de signification cf Le Jardin des délices d’Arrabal où le casque de Teloc lui permet de voir le passé et l’avenir. Apparition de perso nés d’une fantasmagorie cf Amédée de Ionesco, apparition du couple Amédée Madeleine comme quand ils étaient jeunes et qu’ils s’aimaient encore : ils visualisent le passé qu’Amédée et Madeleine ont intériorisé.
        • La répétition


-Répétition de l’acte I à l’acte II de En attendant Godot.

-Répétition du meurtre du professeur sur un autre élève dans La Leçon

 d’où disparition de la notion de dénouement cf Fin de partie, Clov pourra t-il quitter Hamm ? A la fin, il reste à le fixer avec ses valises, sans se décider. Mais les répétitions dans le théâtre contemporain n’engendrent pas le rire.

V.C.5Rôle du corps

        • Le néosurréalisme de Ionesco.


Les corps sont occultés par des vêtements noirs. Ionesco affuble ses perso de formes surprenantes, homme sans tête dans Le Maître, métamorphoses dans Rhinocéros etc.
        • Le travestissement, un cérémonial chez Genet


Quête de l’identité corporelle qui passe par le vêtement. Les Bonnes débute par une séance de déshabillage qui est un mime de préparatif de meurtre. Déguisement des clients du bordel dans Le Balcon.
        • La cruauté chez Beckett et Adamov


Le corps crie le malheur et exhibe ses souffrances. Corps-déchet de Nagg et Nell qui pourrissent dans une poubelle dans Fin de Partie. Ils sont les héritiers du théâtre de la cruauté d’Artaud. Le monde de Beckett est un monde de vieillards aveugles, boiteux, etc. Cruauté de sang chez Adamov. Le corps est victime d’une double persécution individuelle et sociale. cf Le Mutilé qui perd ses membres dans La Grande et la Petite Manœuvre.

Les perso d’Arrabal sont sadiques et monstrueux car chez lui :

horreur et violence apparaissent à la fois comme un exutoire fantasmatique et comme une volonté d’agresser le public. (MCH)

Tandis que le sujet de la tragédie c’est le rapport de l’homme avec les forces des dieux ou de la passion, c’est la lutte qui souvent, certes, détruit le héros mais le grandit, le sujet de ces œuvres contemporaines, c’est le rapport de l’homme à son corps, le combat dérisoire qui le diminue et le déchoit (MCH, Langage et corps fantasme dans le théâtre des années cinquante : Beckett, Ionesco, Adamov)

V.C.6La mise en espace du corps

        • Un espace emblématique


La salle du trône dans Le Roi se meurt de Ionesco reflète l’état de santé du roi.

L’espace scénique présente les mêmes stigmates que le corps (MCH)

La chambre de l’Invasion d’Adamov envahie par des papiers épars figure le désordre dans l’esprit du héros.
        • Le modèle de la danse


La danse a précédé le théâtre en terme d’audace. A partir des années cinquante, les dramaturges se réfèrent à ce modèle, cf Arrabal 1957 parle d’ « orchestration théâtrale » pour Dieu tenté par les mathématiques où on a une alternance de ballets d’objets et de scènes de mime.

La danse du théâtre contemporain n’est plus un ornement ou la représentation d’une scène de danse. Cela peut, par exemple symboliser moments de paroxysme au sein du couple, la scène d’amour de Les Amants du Métro de Tardieu est figurée par une valse.
        • Le mimodrame ou le triomphe du discours didascalique


Cette primauté donnée au corps est à l’origine du changement dans l’écriture dramatique. Le discours didascalique est aussi important que celui des perso, cf Capitaine Bada de Vauthier le texte est typographié sur deux colonnes, à gauche les didascalies à droite les dialogues.

L’écriture dramatique se recherche alors du côté du scénar, d’ailleurs Beckett, Ionesco, Vauthier ont déjà écrit des scénarios de film.



Conclusion



On assiste actuellement à un ébranlement de la notion de genre, cf titres des pièces de Ionesco Cantatrice chauve  “anti-pièce“, Les Chaises  “farce tragique“. Il déclare dans Notes et contre-notes avoir tenté

d’opposer le comique au tragique pour les réunir dans une synthèse […] théâtrale nouvelle. Mais […] ces deux éléments ne se fondent pas l’un dans l’autre, ils coexistent, se repoussent l’un l’autre en permanence ; se mettent en relief l’un par l’autre ; se critiquent, se nient.

Il recommande d’ailleurs pour la mise en scène de La Leçon
Sur un texte burlesque, un jeu dramatique

Sur un texte dramatique, un jeu burlesque
De plus, c’est la notion même de théâtre qui est remise en question
L’écriture dramatique contemporaine se rapproche parfois de l’écriture romanesque (MCH)
D’où l’évolution de la critique théâtrale qui ne se contente plus d’étudier le texte et seulement le texte. Larthomas a souligné l’inscription de la mise en scène dans l’écriture dramatique dans Le Langage dramatique, sa nature, ses procédés.





1 Existentialisme = l’existence précède l’essence
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconEssai de Sémiotique Préventive
«Ne pas aller du discours vers son noyau intérieur et caché, vers le cœur d’une pensée ou d’une signification qui se manifesteraient...

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours du bâtonnier

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de la méthode

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de Mme la Ministre

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de m. Le président de la république

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de clôture du séminaire

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours auxquels IL a donné lieu a

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours sur les sciences








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com