I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif








télécharger 199.21 Kb.
titreI. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif
page9/13
date de publication02.07.2017
taille199.21 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > documents > Cours
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

IV.ALe drame bourgeois

IV.A.1Que deviennent les genres trad. au XVIIIème s. ?

        • La tragédie, un genre caduc.


cf St Preux, La Nouvelle Héloïse, ennui dvt la trag. Beaumarchais pense que la trag. est immorale car fatalité pas de choix pas de culpabilité possible car pas responsable de ce qui arrive. De plus :

Il n’y a moralité ni intérêt au théâtre sans un secret rapport du sujet dram. à nous (Beaumarchais, Essai sur le genre dramatique sérieux.)

[La représentation est] ce grand art de parler aux yeux (Voltaire)

L’effet de geste prime désormais sur la déclamation. On voit que le genre de la trag. est bel et bien mort avec Le roi s’amuse de Hugo en 1832 :

- C’est le bouffon Triboulet qui mène le jeu

-Opp° entre phrases en alexandrins / médiocrité des perso.
        • Une comédie spirituelle


cf Ctq de Turcaret (Lesage)

Désormais, on sourit plus qu’on ne rit. Rôle des sous-entendus, des quiproquos. 1737, Les Fausses confidences, chaque personnage est un tricheur. Marivaux écrit bcp pr les comédiens italiens car leur jeu est fait de stratagèmes et de mascarades. Principale source de comique : la satire sociale, les petits sont victimes des grands.

La comédie, on le voit, a su se transformer pour infléchir le comique vers le spirituel. MCH

Dans la préface de L’enfant Prodigue, Voltaire fait part de son désir de créer un « genre mixte » car

C’est ainsi que la vie des hommes est bigarrée.

IV.A.2Position médiane du drame


Diderot en 1758 dans Discours sur la poésie dramatique définit le “genre sérieux”. Le drame ne mélange pas comédie et tragédie mais il leur emprunte de multiples modalités de ton.

IV.A.3Le piège des contradictions

        • Une moralité touchante


Le XVIIIème siècle médite sur la vertu. Beaumarchais assigne un but moral à ses pièces, il déclare

Les larmes qu’on verse au théâtre, sur des maux simulés qui ne font pas le mal de la réalité cruelle sont bien douces. On est meilleur quand on se sent pleurer. (Un mot sur La Mère Coupable)
        • Le réalisme illusionniste


Saisir les perso dans leur réalisme, ils ont un passé, une famille.

Les conditions ! Combien de détails importants, d’actions publiques et domestiques, de vérités inconnues, de situations nouvelles à tirer de ce fonds ! (Diderot, Entretiens sur « le Fils Naturel »)

Changement de statu du perso car

Un personnage n’est plus un despote à qui l’on subordonne ou l’on sacrifie tous les autres ; il n’est point une espèce de pivot autour duquel tournent les événements et les discours de la pièce.(Sébastien Mercier)

Ils abolissent le vers pour être plus proche du langage parlé même si

On n’écrit presque jamais comme on parle (Marivaux, Avertissement des Serments Indiscret).

Diderot est l’inventeur du 4ème mur.
        • La multiplication des péripéties


Diderot veut conserver l’unité d’action pour que l’intérêt du spectateur soit toujours en éveil.

L’action théâtrale ne se repose point ; et mêler deux intrigues c’est les arrêter alternativement l’une l’autre (Diderot, Entretiens sur « Le Fils Naturel »)

Malgré cela, multiplication des péripéties, cf Eugénie Beaumarchais.

IV.A.4Le goût du spectacle


Vient de l’engouement pour l’opéra. Charmes du chant (dès le XVIIème s. avec Psychée de Molière, Corneille, Quinault & Lulli)

-Comédie à vaudeville  avec couplets chantés sur des airs à la mode, début XVIIIème.

- “ ariette  chant avec musiques créées pour cela.
        • Costumes et décors


Importance du vêtement (contrairement aux classiques). Le vêtement devient un moyen de saisir le personnage et surtout sa condition.
        • Le geste


Diderot y consacre un chapitre du Discours sur la poésie dramatique, ch. XXI, “De la pantomime”, nbses didascalies dans ces pièces. Le Père de famille : simultanéité des scènes avec Cécile et du Père de famille qui commencent le 2ème acte.   pantomime

discours
        • Musique & Danse


Idée que danse et théâtre sont deux univers proches, développement au XXème s.

La danse est à la pantomime comme la poésie est à la prose, ou plutôt comme la déclamation naturelle est au chant.(Diderot Entretiens sur « Le Fils Naturel »)
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconEssai de Sémiotique Préventive
«Ne pas aller du discours vers son noyau intérieur et caché, vers le cœur d’une pensée ou d’une signification qui se manifesteraient...

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours du bâtonnier

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de réception

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de la méthode

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de Mme la Ministre

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de m. Le président de la république

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours de clôture du séminaire

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours auxquels IL a donné lieu a

I. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif iconDiscours sur les sciences








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com