La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un








télécharger 0.67 Mb.
titreLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un
page12/13
date de publication03.07.2017
taille0.67 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

Centre équestre de Grammont
Roller hockey

Elite

Au complexe Batteux

13 décembre à 19h30

Montpellier - Tours
Hockey sur glace

Championnat D1

A la patinoire Végapolis

20 décembre

Montpellier - Courbevoie

10 janvier

Montpellier - Avignon
Canne de combat

Au gymnase Gambardella

13 et 14 décembre

Stage régional organisé par l’association forme, sport et loisir.
Viet-Vo-Dao

Stage

13 et 14 décembre

Gymnase les Garrigues

Pages 42 et 43

Art de vivre
patrimoine
Article 1

Jacques le Conquérant, roi d’Aragon et seigneur de Montpellier est un grand séducteur. Ses nombreuses conquêtes féminines défraient la chronique. Certaines ont scandalisé ses contemporains.
Le roi à la « gentille apparence »
Un chroniqueur espagnol décrit le roi Jacques comme un homme qui avait une « si gentille apparence que toutes les dames tournaient les yeux vers lui et qu’il n’avait que la peine de choisir ». Grand, aux épaules larges, il possède un visage agréable, encadré de cheveux roux. Sa vie amoureuse agitée lui vaut la réprobation de l’Eglise, qui ferme néanmoins les yeux. Elle ne peut oublier les services que ce roi conquérant rend à la chrétienté en faisant reculer les Maures d’Espagne.

En 1221, il épouse sa cousine, la princesse Léonor de Castille. Elle a 19 ans et lui, 13 ans seulement. Si bien, écrit il dans ses mémoires, « que pendant un an je restais avec elle sans pouvoir faire ce que font les hommes avec les femmes, car je n’en avais pas encore l’âge… » L’union est de courte durée. En 1125, Léonor retourne en Castille et Jacques demande le divorce, pour cause de liens de parenté.

C’est à cette époque que débarque à la cour de Barcelone, la comtesse Aurembiaix,  fille du comte d’Urgell. Elle réclame justice au roi Jacques contre son oncle qui l’a dépossédée du comté. Pour un roi chevalier, âgé de 20 ans, l’occasion est trop belle de faire justice et secourir une héritière en détresse. La belle comtesse récupère très vite son comté. Le château d’Agramunt en Catalogne abrite quelques mois les deux tourtereaux. On dit que Jacques, pas encore divorcé, aurait signé une promesse de mariage.

Pourtant, ce n’est pas Aurembiaix que le roi épouse en 1235. La nouvelle reine, Yolande, est une princesse hongroise âgée de 20 ans qui lui donne neuf enfants avant de mourir en 1251. Femme de tête, Yolande ne se contente pas de perpétuer la dynastie. Elle assure peu à peu un véritable rôle politique à mesure qu’elle gagne la confiance de Jacques. Une complicité durable s’installe dans le couple et Yolande ferme les yeux sur les incartades de son mari. Ils forment un tandem politique, fondé sur un sens aigu des intérêts communs. Le roi ne se fie qu’à elle et lui confie de nombreuses missions officielles. Yolande s’assure également que ses fils aient une part de l’héritage.

Dissensions familiales

Jacques a de nombreux bâtards qui sont élevés à la cour. L’un d’eux, Pedro Fernandez, est son préféré. Il est couvert d’honneurs et de terres. Le roi reconnait, en revanche la légitimité des fils qu’il a de sa troisième épouse, Teresa Gil de Vidaure, une jeune noble navarraise. Cette union est secrète, mais néanmoins connue de tous. La “quasi” reine est d’ailleurs aux côtés de la famille royale lors du mariage à Montpellier de l’infant Pierre avec Constance de Sicile, en 1262. Quelques années plus tard, Teresa contracte la lèpre et, ne pouvant rester à la cour, est contrainte de se retirer dans un couvent.

A près de 60 ans, Jacques vit sa dernière passion en tombant amoureux de Berenguela Alfonso de Molina, une cousine du roi de Castille. Contrairement aux précédentes, cette liaison royale provoque l’indignation générale. Car à l’adultère se joint l’inceste, les deux amants étant proches parents. Jacques refuse de renvoyer sa maîtresse et projette même de l’épouser. Mais du fond de son couvent, Teresa Gil de Vidaure proteste énergiquement auprès du Pape, qui refuse au roi d’Aragon d’annuler son mariage avec la malheureuse lépreuse.

Les dernières années de Jacques sont assombries par des drames familiaux. Sa chère Berenguela meurt à Narbonne en 1272. Son fils, l’archevêque de Tolède est fait prisonnier par les Maures et décapité tandis que Pedro Fernandez, devenu grâce à son père l’un des plus puissants barons d’Aragon, se ligue avec les opposants du roi. Son demi-frère, l’infant Pierre le fait exécuter, mettant son père devant le fait accompli. Pierre ne cache plus son impatience à régner. Personnage violent, voire inquiétant (la rumeur prétend qu’il aurait assassiné sa sœur), il s’oppose au partage du royaume que prévoit Jacques pour ses fils : à Pierre l’aîné, est destiné le bloc continental constitué de l’Aragon, de la Catalogne et de Valencia ; à Jacques le cadet, le royaume de Majorque, composé des îles Baléares, de la Cerdagne, du Roussillon et de la seigneurie de Montpellier. A contrecœur, Pierre doit s’incliner devant la décision paternelle.   

En 1276, une révolte des Maures à Valencia impose au roi Jacques de reprendre les armes. Mais il n’en peut plus. Le 21 juillet, il abdique et meurt six jours plus tard à l’âge de 68 ans.  

Sources : Le livre des faits de Jaume le Conquérant, de A. et R. Vinas (Perpignan-2007)
Légendes photos

Jacques Ier, roi d’Aragon et seigneur de Montpellier de 1213 à 1276.

Berenguela Alfonso de Molina, la favorite.


Article 2

Les consuls montpelliérains refusent de prêter de l’argent à leur seigneur-roi, Jacques le Conquérant si celui-ci ne part pas en croisade.

Pas d’argent sans croisade

Toute sa vie Jacques le Conquérant a rêvé d’aller délivrer Jérusalem. Un exploit qui couronnerait un règne glorieux. L’occasion se présente en 1269, quand il décide de prendre part à la 8e croisade. Il quitte Barcelone le 4 septembre 1269, à la tête d’une flotte considérable de 50 navires et de plusieurs milliers d’hommes. Le 2e jour de la traversée, une violente tempête disperse les vaisseaux. Le bâtiment du roi est séparé du reste de la flotte et repoussé vers les côtes languedociennes.

L’accalmie permet de se mettre à l’abri dans le port d’Agde. Voyant dans ces événements un signe de la volonté de Dieu, Jacques décide alors d’annuler l’expédition. Des voix se lèvent pour lui reprocher sa décision et certains y voient l’influence de sa favorite, Berenguela Alfonso de Molina. Mais Jacques est inébranlable. Avant de regagner l’Aragon, il passe par Montpellier, sa ville natale. Accueilli avec ferveur par ses sujets, le vieux roi tente alors d’obtenir des consuls de la ville des subsides en argent pour couvrir les frais de cette expédition ratée. Surpris, les consuls réservent prudemment leur réponse au lendemain.

Le jour suivant, ils font savoir au roi qu’ils consentent bien volontiers à lui remettre 60 000 sous tournois, à la condition qu’il reprenne la mer pour aller combattre les infidèles. Cette réponse n’est pas du goût de Jacques. Qui réplique, mi vexé, mi amer : « Voilà bien la réponse la plus extraordinaire qu’on ait jamais faite à un seigneur tel que moi. Je m’étonne qu’avec le bon sens de Montpellier vous pensiez me payer d’une telle réponse, en me donnant plus pour m’éloigner de vous que vous m’en donneriez si je restais avec vous. Car mes hommes d’Aragon et de Catalogne me donneraient mille milliers de sous pour que je reste sur ma terre sans partir ailleurs ; et vous, pour que je m’éloigne de vous et que j’aille outre-mer où je pourrais me trouver mort ou prisonnier, je suis stupéfait que vous puissiez me proposer de l’argent. »

Intimement froissé par l’attitude de ses compatriotes, Jacques quitte rapidement la ville, non sans avoir offert à Notre-Dame des Tables, un riche ex-voto pour remercier la Vierge de sa protection.

Sources : Jacques le Conquérant, de L.Deguéra (Montpellier – 2008)
Légende photo

Départ des croisés.

Page 44

Art de vivre
international
Article 1

Humanitaire. L’Association solidarité Montpellier Sainte-Marie
Madagascar (ASMSMM) milite pour offrir l’accès aux soins à tous.

Mission médicale

L’aventure de l’Association solidarité Montpellier Sainte-Marie Madagascar (ASMSMM) a débuté en juin 2000. Après un voyage pèlerinage à Sainte-Marie, un île, où il a passé une partie de son enfance, Me Bernard Fabre revient à Montpellier avec une idée en tête : donner un accès aux soins aux habitants de l’île. « A l’époque, il n’y avait rien. Un seul médecin à l’hôpital et du matériel hors d’usage. Les négociations ont été longues avec les autorités, mais on a réussi à signer une convention avec le ministère de la santé malgache. »

Les missions débutent sur le terrain en 2003. Quatre médecins montpelliérains (un dentiste, un généraliste, un gastro-entérologue et un rhumatologue) se rendent à Madagascar pour prodiguer des soins. Petit à petit, l’association prospère et aujourd’hui 20 médecins se succèdent pour assurer les missions.
Du matériel médical et des formations

Parallèlement, l’association a collecté des fonds et récupéré du matériel médical qu’elle a fait parvenir par containers (1 cabinet dentaire, 1 bloc opératoire, du matériel d’échographie, d’ophtalmologie, une ambulance…). Les médecins de l’association sont allés sur place pour l’installation du matériel et assurent des formations auprès de leurs confrères. Ils ont aussi aménagé un centre médial spécialisé, dont le local a été mis à disposition par la mairie de Sainte-Marie.

L’association a su créer une dynamique sur l’île, qui compte aujourd’hui 7 médecins hospitaliers et 6 praticiens privés. Elle a aussi construit une case pour accueillir les familles des malades, ce qui a poussé le ministère à investir et créer des lieux de séjour. « A notre arrivée, l’hôpital était vide. Il n’y avait qu’un seul malade. Le système hospitalier malgache est fait de telle sorte, que les familles doivent prendre en charge la nourriture et la propreté des malades. Les familles étant souvent éloignées, elles préféraient garder les malades à la maison. » indique Bernard Fabre. Actuellement en mission à Sainte-Marie, il négocie la création d’un pôle médical avec l’organisation des Journées médicales de Sainte-Marie. Il est aussi en discussion avec une école d’opticiens française qui pourrait fabriquer gratuitement les lunettes de vue prescrites par l’ophtalmologue malgache.

Infos : 04 67 20 80 80
Légendes photos

Le nouveau cabinet dentaire de l’hôpital installé par l’association.

L’ancien cabinet dentaire était rudimentaire.
Page 45

Art de vivre
international
Article 1

L’association Découverte des cultures du monde propose de découvrir
le Yemen à la maison des relations internationales, du 5 au 9 janvier.


Yemen : histoires de femmes

L’association Découverte des cultures du monde et le centre culturel yéménite de Paris proposent une exposition dans le cadre d’une semaine thématique sur le Yémen, du 5 au 9 janvier. Elle se déroulera à la Maison des relations internationales à travers plusieurs temps forts et expositions.

Anna Puig Rosado, photographe professionnelle, qui a vécu au Yémen, présentera son travail réalisé entre 1998 et 2005. Ses clichés ont fait l’objet d’un livre Yémen Détours, édité aux éditions L’Esprit des Péninsules. Un travail à découvrir sur son site internet : www.anna-puigrosado.com.

Seront aussi exposés durant cette semaine yéménite, des costumes et bijoux traditionnels réunis par Khadija Al Salami, attachée culturelle à l’ambassade du Yémen, mais aussi écrivain et cinéaste. Son court métrage L’homme de bronze de Saba sera projeté en sa présence le mercredi 7 janvier à 18h30 et sera suivi d’une conférence. Elle dédicacera aussi son livre Pleure, Ô Reine de Saba. Un ouvrage autobiographique dans lequel elle retrace les quatre dernières décennies de l’histoire du Yémen et de cette gamine des rues de Sanaa qu’elle était avant de devenir réalisatrice et écrivain. Une vie marquée par une enfance pauvre et une guerre civile. L’auteur a su faire son chemin, elle a travaillé à la radio et à la télévision au Yémen ainsi qu’à l’étranger, puis vécu aux Etats-Unis où elle s’est mariée, avant de devenir directrice du centre culturel yéménite de Paris.

Infos : 04 67 34 70 11
Légende photo

Femmes des hauts plateaux du Yemen.

Article 2

La Croix-Rouge organise une soirée pour rendre compte
de l’utilisation des fonds collectés pour les victimes du tsunami.

Comptes rendus !

Le 26 décembre 2004, un tsunami balayait les côtes de plusieurs pays d’Asie et certains pays d’Afrique touchés par le retour de la vague. La Ville et l’antenne locale de la Croix-Rouge ont lancé un appel à la générosité des Montpelliérains pour venir en aide aux victimes. Elles ont, à elles deux, collecté 400 000 Ä qui ont été destinés à la reconstruction de réseaux d’eau potable, d’eau usée, d’écoles et de maisons… Pour rendre compte de son action, la Croix-Rouge organise prochainement une conférence, suivie de questions-réponses à la Maison des relations internationales (MRI) (au moment où nous imprimons, la date et l’heure ne sont pas communiquées) . « Il est important que les personnes qui ont donné leur argent, que ce soit 15 Ä ou 1000 Ä, sachent à quelle destination leur don a été affecté » indique Charles Khoury, président de l’antenne montpelliéraine de la Croix-Rouge. Cette soirée arrive en prélude à la sortie nationale, en fin d’année, du livre blanc édité par la Croix-Rouge française. Une exposition de photos et d’affiches sera aussi présentée à la MRI.

Infos : Maison des relations internationales - 14 rue Descente-en-Barrat. 04 67 34 70 11
Légende photo

Une des affiches présentées lors de l’exposition.

Brèves

Lusophonie

L’inauguration du prêt et du fonds de la bibliothèque Amadis aura lieu le 9 décembre à 18h. Unique en son genre en France, cette bibliothèque bilingue portugais/français, a pour but de faire connaître au plus grand nombre, les auteurs et les pays de langue portugaise. Plus de 3 000 ouvrages sont disponibles : littérature générale, poésie, littérature enfantine, BD, histoire et sciences de l’homme, économie, géographie, tourisme, linguistique, méthodes de langue, auteurs français en traduction portugaise, ouvrages dans les différents créoles portugais, ainsi qu’en galicien... Elle est située dans les locaux de l’association Casa Amadis à l’Espace Jacques Ier d’Aragon. A cette occasion sera présentée une exposition sur le poète portugais,
Al Berto (à voir jusqu’au 20 décembre). Des lectures de poètes seront faites par la Cie Amadis Théâtre.


Infos : Casa Amadis - Espace Jacques Ier d’Aragon - 117 rue des Etats-Généraux (place de la Révolution-Française). 04 67 64 02 75
Plaisirs nippons

Du 8 au 12 décembre, l’association Assiana propose une semaine japonaise à la Maison des relations internationales. Durant la semaine, les amateurs d’art floral japonais pourront visiter l’exposition d’ikebana. Quatre films prêtés par l’ambassade du Japon seront programmés. Un atelier d’origami permettra de s’initier à l’art du pliage papier. Il sera aussi possible de participer à un atelier original qui devrait intéresser les jeunes : l’apprentissage de la langue japonaise par le manga. Le jeudi 11 décembre, un cours gratuit de japonais sera offert et une dégustation de plats nippons proposée en soirée.

Infos : 04 67 34 70 11
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier Notre Ville : Vous avez déclaré votre candidature à la...
«soigner la vie quotidienne» et «réparer la ville». Deux expressions clés de notre campagne

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n ° 3

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconRésumé Ce document permet d’appréhender les évolutions de la plateforme...
«utilisabilité» et précise, dans ce contexte, comment se traduit le meilleur respect possible des standards et des cadres de références...

La commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose une version remaniée du journal «Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un iconMontpellier notre ville / n° 365 • février 2012
«Son caractère de ville méditerranéenne, médiévale, mais néanmoins moderne et jeune» a également séduit le New York Times sensible...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com