Leçon 1 introduction








télécharger 174.71 Kb.
titreLeçon 1 introduction
page2/5
date de publication07.07.2017
taille174.71 Kb.
typeLeçon
ar.21-bal.com > économie > Leçon
1   2   3   4   5

les périphéries plus ou moins bien intégrées à la mondialisation


Ce sont uniquement des aires de production.

          1. les pays communistes en reconversion

Russie et anciens pays de l’Est. Passage rapide à la mondialisation. Grosses capacités pour l’avenir de la mondialisation, mais pas de réelle capacités de décisions internationales ( y compris la Russie du G8 ou la Chine )

          1. les puissances régionales

ce sont souvent de gds espaces, parfois des pays assez puissants ( au moins vis-à-vis de leurs voisins immédiats) et à fortes capacités de développement économique ( industriel en particulier) : Brésil, UI, Chine, Af du S, Mexique, Turquie, pays à revenus pétroliers, NPI d’Asie. On les appelle aussi les pays intermédiaires.

  1. et b. représentent près de 50 % de la surface de la planète




          1. les pays en grande partie marginalisés :

ce sont souvent les PMA ( mais pas uniquement ), marginalisés par leur pauvreté, par leur isolement continental ou insulaire , par leur pop pas suffisamment scolarisée…

ils subissent la mondialisation sans pouvoir y échapper : médias, produits …

l’Asie centrale et en partie extrême orientale ( Birmanie, Afghanistan…) , Océanie, la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne, une gde partie de l’Amérique Latine

Ils représentent environ 30 % de la planète.
Finalement, la mondialisation semble donner une image lisse de la géo de la planète : ceux qui décident sont ds les gdes métropoles mondiales de la sphère économique. Ainsi, le monde se rétrécit, les frontières disparaissent et la distance physique semble s’amenuiser : c’est ce que ‘on appelle le VILLAGE GLOBAL

Toutefois,

  • les frontières nationales restent souvent un obstacle au commerce ( voir USA / pdts F)

  • le commerce international se fait surtout avec les pays voisins ( au sein de l’UE par ex, ou au sein de l’ALENA)



C’est pourquoi, on voit avec ces deux exemples et les pays qui sont marginalisés ds la mondialisation, que celle-ci n’est finalement pas complète ( le monde n’est pas totalement mondialisé). Quelles sont les limites à la mondialisation ? Quels sont les débats autour de la mondialisation ? Quelles sont les autres lectures possibles du monde, en dehors de la mondialisation ?
II / Les autres logiques d’organisation de l’espace mondial
Il s’agit à la fois de faire le point sur les débats autour de la mondialisation actuelle, mais aussi de montrer l’existence d’autres lectures du monde que par les seules lunettes de la mondialisation.
A / Les débats autour de la mondialisation 
Idée directrice : la mondialisation semble être, pour beaucoup, la seule lecture possible actuelle du monde. Celle-ci se joue des frontières, des enjeux humains et environnementaux. Elle porte ses efforts sur la spéculation financière. D’où de nombreuses critiques : essentiellement d’ordre social , du développement et de l’environnement.
A préparer :

D’après vos connaissances personnelles, les cours, le manuel ( p 36 à 50) et les documents suivants ( 1 et 4 p 43 ; 2p41 ; 7 et 8 p 52 ; 9 et 10 p 52 ; 1 et 2 p 50)

Q1 : montrer que les organisations régionales sont à la fois un soutien et une limite à la mondialisation

Q2. En quoi peut on dire que la mondialisation est en partie responsable des inégalités de développement ?

Q3 ; définir « développement durable » (En T ES, se servir aussi du manuel de SES)

Q3. Comment conjuguer développement durable et mondialisation ? Quelles sont les conditions ?


  1. les organisations régionales : entre soutien et limite à la mondialisation



Partout, depuis plus de 20 ans, les Etats ont vu leur pouvoir se réduire à leurs fonctions régaliennes (Défense, monnaie, justice…) au détriment de leur intervention dans l’économie et la société ( fin du keynésianisme). D’où un besoin d’union entre Etats.
doc 2 p 41

- Les organisations économiques régionales apparaissent au lendemain de la 2° GM ( UE puis OPEP) et se sont surtout développées à partir des années 90 ( ALENA, MERCOSUR, ASEAN…) . Ce sont des regroupements d’Etats qui sont à la fois des remparts contre les dangers de la concurrence internationale, mais aussi cela permet de s’imposer sur la scène commerciale mondiale.

A l’intérieur, on trouve des zones de libre-échange des biens, marchandises, capitaux (et parfois des hommes). Elle permet donc de limiter le pouvoir des Usa ds la mondialisation, mais en même temps elle participe à la mondialisation (accepte transnationales sur son territoire, besoin d’être concurrentiel donc fortement mondialisé).
- les organisations internationales :

Le système onusien est né en 1945 ; c’est une nébuleuse qui comprend de multiples organisations : certaines poussent à la mondialisation sous la tutelle des USA ( BIRD, FMI, OMC…) ( voir texte 7 p 45) et d’autres tentent de protéger les enjeux humains (UNESCO, UNICEF…) et environnementaux ( parcs de biosphère / ex)


  1. la mondialisation, responsable des inégalités de développement ?


L’état actuel du monde est le résultat de 4 phénomènes importants, en gde partie liés à la mondialisation  :

- une population mondiale qui tend à stagner après avoir été très forte ( 6.3 MM de pers ; contre 4 MM en 1972)

- la chute des communismes qui ont mis fin au clivage : pays capitalistes / communistes et le passage au libéralisme de la quasi-totalité des pays de la planète

- un accroissement très fort des inégalités de développement et de l’absence de répartition mondiale des richesses : 2.8 MM de pers vivent au dessous du seuil de pauvreté ( -2$ /j) , dont 1.2 MM de pers vivent en dessous du seuil de minimum vital ( -1 $ / j) . Il faut y ajouter environ 130 M de pers qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ds les pays du N ( soit env. 1 pers sur 8)

Toutefois, la mondialisation a permis une amélioration moyenne du sort des hab de la planète, avec qd même un très net recul de l’IDH pour de très nbreuses catégories d’individus.

- une prise de conscience environnementale :

Après s’être posées souvent au niveau régionale, voire nationale ( mer d’Aral, Rhin…) la question environnementale se pose aujourd’hui à l’échelle mondiale et devient cruciale : 3 ex :

- 30 pays ds le monde ( sur 200) manquent déjà d’eau

- Ds tte l’Asie, un nuage polluant fait perdre 10 % du rayonnement solaire plusieurs mois / an

- Diminution permanente de la couche d’ozone au dessus des pôles, d’où moins de protection face aux rayons solaires

Quelles solutions ? des sommets internationaux, sous l’égide de l’ONU, pour ratifier des chartes de bonne conduite :

  • 1992 sommet de Rio ( idée de développement durable : développement non seulement économique et financier , mais qui concilie aussi le développement humain, culturel et de l’environnement ; afin que les générations futures soient en mesure de répondre à leurs propres besoin s. Eviter par ex l’industrialisation du Sud car elle accroit sur place les gaz à effet de serre)

  • Sommet de Kyoto , à propos de la pollution de l’air et des changements climatiques en 2001

  • Sommet de Johannesbourg en 2002 : partage de l’eau


La plupart des pays du N ( USA en tête) refusent de ratifier les protocoles des sommets. Ces échecs sont des tribunes internationales, mais ne sont jamais des réussites, car partout encore, la logique économique, financière et spéculative prévaut.
3. comment conjuguer développement durable et mondialisation ?
C’est le combat altermondialiste : doc 1 p 43

Contestation du fonctionnement de la mondialisation, car :

- son seul objectif est la logique spéculative

  • elle n’a aucun caractère démocratique

  • elle néglige les csq humaines, sociales, culturelles et environnementales

  • elle accroît des inégalités déjà fortes entre les populations et les pays


L’altermondialisme est un mouv. Pol qui vise à montrer qu’un autre monde est possible que la mondialisation (pour les raisons évoquées ci-dessus). Sa structure est très hétérogène car elle regroupe des syndicats, des partis pol, des médias. Ses moyens d’action sont variés : ils vont de la simple pétition à des actions coup de poing et à des pts travaux récurrents (commerce équitable, épargne solidaire, medias alternatifs…) ; la diffusion se faisant essentiellement par le net .

B / les autres lectures du monde
Doc 12 p 47 : une culture globale ?

Certes il y a de nbreux aspects globalisés et d’uniformisation : éco libérale, world music, fats food, anglais langue véhiculaire, paysages de CBD en ville… : cela tend à corroborer la mondialisation, et pourtant :

Religions différentes, pratiques différentes des langues, moeurs, culture, coutumes, habillement, langage de politesse…

Donc, notre monde produit à la fois de l’uniformisation et de la différenciation. C’est sur ce dernier critère que d’autres lectures du monde sont possibles :
D’autres lectures du monde ( que la mondialisation libérale, qui se concentre sur l’éco et les Kx ) sont possibles : il suffit de voir comment l’homogénisation a du mal , souvent, à entrer ds les mœurs : le monde reste donc pluriel sur de nbreux aspects ( hors éco) :
1. la démographie : carte 2 p 39
2. le RNB (et l’IDH) : carte 3 p 39
3. l’accès aux ressources technologiques : carte 1 p 38
4. la mosaïque de civilisations différentes : carte 1 p 40
- une aire de civilisation est un espace caractérisé par une culture, parfois une religion et /ou une langue communes. Cad que les populations ont en commun un ensemble de valeurs, de représentations, qui se manifestent par des comportements, des traces matérielles ( comme les représentations artistiques, l’architecture des édifices publics / ex)

- mise en garde de tte cartographie des aires de civilisations ( culturelle, religieuse )  :

Car, une religion , une culture ne sont pas des données géo ( comme une rivière, une ville….), ni des objets matériels que l’on peut poser ds l’espace. Ainsi, il faut en préciser l’intensité et faire apparaître les nuances qui peuvent être fortes et apporter un autre éclairage à la carte religieuse ( ex : monde musulman représenté tjrs, en vert, en Asie + Afrique + MO ss en représenter le % de pop qui pratiquent la religion : ainsi presque tte la pop est musulmane ds pas du MO, mais il ne faut pas oublier Israël qui n’est pas musulmane et à l’inverse ds les rép musulmane de l’ex URSS, l’Islam est réduite à un patrimoine culturel).

De la même manière, représenter le christianisme en Europe est totalement faux : c’est oublier les minorités fortes juives, musulmanes ou hindouistes, c’est oublier aussi que l’évolution religieuse du XX°s montre une baisse très importante de la pratique religieuse chrétienne et enfin c’est faire offense aux athées .

Quel intérêt de cette cartographie ?

Permettre de comprendre quels sont les liens entre les civilisations cad, où en est on ? contacts ? chocs ?


  1. contact ou chocs des civilisations ?

C’est un débat fort de nos jours :


  • la thèse de l’américain Samuel Huntington a réactualisé le vieux débat du choc entre les civilisations :

cad une vision du monde gouvernée par l’affrontement millénariste entre les civilisations (essentiellement sur le critère religieux). Cette thèse a été largement reprise après les attentats du 11.09.01 : thème de la croisade, de la guerre religieuse de part et d’autre.

Huntington distingue une civili occidentale ( dont l’Am latine ne serait qu’un secteur attardé), une communauté slavo orthodoxe, des japonais, des confucéens, des hindous et des musulmans.

Cette thèse justifie l’armement de certains pays (USA en tête) pour faire face aux risques de guerre provoqués par les autres civilisations (Irak, Corée du N / ex). La frontière slavo orthodoxe permet aussi de bien différencier la Russie pour conserver cet ennemi potentiel.

Cette thèse est reprise à d’autres niveaux, par la montée du fait religieux (surtout hors d’Europe) qui est systématiquement associé à un repli identitaire, régionaliste voire nationaliste, cad belliqueux.


  • Face à cela, idée de besoin de contacts pacifiques entre les civilisations :

Se base sur l’idée qu’aucune aire n’est perméable aux autres : échanges obligatoires pour commerce, pour population (migrations de travail , de tourisme, de réfugiés…) . D’où un besoin de culture et de tolérance et de minimum vital social afin de pouvoir comprendre les autres aires de civilisation : aspect pacifiste.
Pierre Hassner, politologue :

«  le phénomène le plus universel aujourd’hui semble être la globalisation et la fragmentation, liés à la modernisation. Sous l’effet du progrès technique, l’individu se trouve araché à se points de repères familiaux, nationaux, culturels ou religieux et livré sans protection aux rigueurs de la compétitivité dans un monde trop complexe et changeant pour répondre à ses besoins de stabilité et de sens

CCL :

- Après l’effondrement des systèmes communistes, la mondialisation a entraîné une révision fondamentale de l’organisation de la planète :

  • Elle produit à la fois de l’homogénéisation (économique, financière, technologique et matérielle) mais aussi une très forte fragmentation (sociale, culturelle, démographique…)

  • Elle permet aussi une amélioration de l’état moyen de la population mondiale, tout en accentuant les inégalités économiques et sociales entre les catégories d’individus

  • C’est pourquoi elle est contestée du point de vue humain, social, environnemental


SUJETS DE DEVOIRS


  • dossiers documentaires :

    • NYC, ville mondiale ( non corrigé). Magnard p 32.33

    • En quoi les mégapoles sont elles un des enjeux majeurs du développement durable ? BL p 82.83 ( non corrigé)

    • En quoi les mobilités reflètent elles le processus de mondialisation ? Belin p 38.39 ( non corrigé)

    • En quoi les activités illicites profitent elles de la mondialisation ? Belin p 70.71 ( non corrigé)




  • compositions :

    • facteurs, acteurs, aspects géographiques de la mondialisation . BL p 56 ( corrigé)

    • les grands centres d’impulsion et l’organisation géographique du monde . Belin p40. ( corrigé)



  • croquis :

    • l’organisation géoéconomique du monde. Belin p 41. (corrigé)



SUJETS CORRIGES DANS LE MAGNARD (Manuel du LVL) :


  • unité et diversité de l’espace mondial : dissertation

  • mondialisation : aspects, acteurs, limites : dissertation

  • mondialisation : un monde organisé par les échanges ? : dossier documentaire

  • la mondialisation, vers un monde uniformisé ? dossier documentaire

  • les centres d’impulsion et les flux : croquis

  • l’espace mondial : des Nords, des Suds ?


Les trois grandes aires de puissance dans le monde :

I / L’Amérique du Nord 

II/ l’Union Européenne

III/ L’Asie Orientale

L’AMERIQUE DU NORD : LECON 2

ES : puissance des Etats Unis et façade atlantique de l’Amérique du Nord

S : puissance des Etats-Unis, seulement

Devoirs et corrigés : manuel p 134 à 151


Puissance d’un pays

Food power

Soft power

(Aire de puissance )

CBD

Brain drain

Façade littorale

Dowtown

frontière

Services d’intégration / périproductifs / de distribution

métropolisation

Melting pot / salad bowl

Manufacturing belt / rust belt

suburb

NTIC

Externalisation

hub

Doctrine Monroe




Sun belt

Diagonale du vide

Agriculture intégrée

Homestead act ( 1862) / townships

Les termes entre parenthèses ne concernent que les T ES


Introduction :
Le leadership des EU à l’époque de la Guerre Froide s’est transformé en hégémonie depuis l’effondrement du bloc soviétique.

La première puissance économique du monde fournit le tiers du revenu de la planète. Décrié pour les inégalités et les maux qu’elle engendre, envié pour son dynamisme et sa capacité à créer la richesse, le modèle américain est tantôt admiré, tantôt décrié, tantôt imposé.

Aspects de la puissance américaine ? En quoi les Usa sont-ils au cœur du processus de la mondialisation ? Fondements territoriaux et humains ? Comment la puissance se manifeste t elle dans l’organisation des USA ? Quelles sont les fragilités de la superpuissance US ?
1   2   3   4   5

similaire:

Leçon 1 introduction iconCours n° 28: Sira partie 3 Thème IV: Histoire de l’Islam Leçon n°19:...
«successeur» (sous-entendu du Prophète), terme dérivé du verbe khalafa (xalafa, خَلَفَ) signifiant «succéder»

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 15 janvier 1964 Leçon 2 22 janvier

Leçon 1 introduction iconLeçon 1A Ça va?

Leçon 1 introduction iconIntroduction générale Introduction aux ordinateurs

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 17 novembre 1954

Leçon 1 introduction iconLa leçon se donne en 20 minutes

Leçon 1 introduction iconLeçon 1 01 Décembre 1965

Leçon 1 introduction iconLeçon I, 1er décembre 1965

Leçon 1 introduction iconLeçon n°24: Histoire de l’art islamique

Leçon 1 introduction iconLeçon 5 (Imaginez) La société en évolution








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com