Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation








titrePlan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation
page10/30
date de publication24.12.2016
taille2.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   30
Tableau 14


Rappelons que le Conseil interordres de l’éducation au Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui réunit les quatre commissions scolaires, les quatre cégeps et l’UQAC, travaillera à faire mentir ces prévisions en faisant de la région au cours des prochaines années une destination formation. La tâche s’annonce ardue puisque entre 2002 et 2006 le nombre d’étudiants inscrits dans les cégeps et provenant d’une autre région a diminué de 42,9%

(- 55,6% pour l’enseignement technique).21
3.2.4 La formation universitaire et l’UQAC
Pour la période allant de 1999-2000 à 2013-2014, le ministère prévoyait une baisse de 13,4% de l’effectif étudiant en équivalence au temps plein pour l’Université du Québec à Chicoutimi.22
C

ependant, les données des dernières années ne vont pas en ce sens. En effet, entre 1997 et 2005, l’effectif étudiant en équivalence au temps plein a augmenté de 8,8% à l’UQAC. Au total, les inscriptions à l’UQAC ont connu une hausse de 2,1% durant la même période, passant de 6 424 étudiants à 6 561 étudiants.




Graphique 10




Source: Système PRISME, Vice-présidence à l’enseignement et à la recherche

L’UQAC se lance un défi de taille pour les cinq prochaines années : faire passer le nombre d’étudiants étrangers de 330 (2007-2008) à 1 000 (2012-2013). Le recteur de l'UQAC, Monsieur Michel Belley, précisait dans un récent article paru dans le journal Le Quotidien, « qu'il s'agit là de la meilleure solution pour maintenir et même augmenter le nombre total des étudiants.23»
4. Environnement économique

L’information sur le profil économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean est présente de manière importante en nombre et en qualité. Les données disponibles sont souvent présentées après analyse d’économistes au service des ministères ou des entreprises ayant un intérêt à connaître en profondeur le profil de la région et les perspectives à venir. Après lecture et analyse de plusieurs sources, nous avons retenu trois sources qui permettent un excellent survol de la dynamique économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il s’agit des sources qui puisent leurs données principalement de l’Institut de la statistique du Québec et de Statistique Canada. Voici donc les trois principales sources qui seront utilisées dans la section 5 du présent chapitre :


Dans cette section nous traiterons notamment des créneaux de développement identifiés par le milieu et des principaux indicateurs du marché du travail régional. Nous aborderons aussi brièvement les aspects économiques du secteur culturel et de l’immigration.
4.1 Environnement économique et perspectives 2007-200924
Au cours des dernières années, le Saguenay–Lac-Saint-Jean a vu son économie se transformer considérablement. De sa structure traditionnelle d’exploitation des ressources primaires et de première transformation, la région s’est avancée dans la deuxième et troisième transformation du bois et de l’aluminium. La recherche et le développement y tiennent une place de plus en plus importante. Mais cette restructuration ne se fait pas sans douleur. Selon Claude Arsenault, économiste à Service Canada, les pertes d’emplois enregistrées dans les secteurs traditionnels ne seront pas comblées. Plus souvent qu’à son tour, la région métropolitaine de recensement de Saguenay s’est vue attribuer le championnat du chômage et les dernières années s’inscriront dans l’histoire, en raison des fermetures importantes des cuves Söderberg au complexe Jonquière d’Alcan et de la papeterie Port-Alfred d’Abitibi-Consolidated. La transformation et la valeur ajoutée sont des voies des plus intéressantes. Elles sont associées au savoir, à la technologie et à des organisations plus petites qui s’ajustent au changement. La région y est présente, mais le volume des nouveaux emplois créés est loin de balancer les pertes. De plus, ces nouveaux emplois exigent des compétences que n’ont pas, la plupart du temps, les travailleurs mis à pied dans l’économie traditionnelle.
Comme nous l’avons vu plus en détails dans la section sur la démographie, les jeunes quittent en grand nombre, entre autres pour aller compléter des études à l’extérieur de la région. La population qui vieillit et diminue, qui fait moins d’enfants qu’auparavant et qui les voit partir, se retrouvera devant des besoins de remplacement importants. Mais au-delà de ce phénomène, la région assiste à l’exode de ses forces vives capables de soutenir une future croissance et d’insuffler de la vitalité à son économie.
Bien que la population en âge de travailler soit en décroissance depuis quelques années au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le niveau d’emploi a atteint un sommet en 2006 avec
123 100 personnes en emploi. C’est le plus haut niveau d’emploi atteint sur une base annuelle depuis le début de la série historique actuelle qui commence en 1987.
Selon Monsieur Claude Arsenault, pour 2007-2009, l’emploi devrait continuer à progresser à un rythme de 0,9 % en moyenne annuellement (hausse de 1,0 % pour le Québec). Cette croissance d’emploi sera favorisée par les projets de construction d’importance en cours ou déjà annoncés sur le territoire comme le projet hydroélectrique de la rivière Péribonka, la Ligne Péribonka IV – Simard (Saguenay) 150M$, et l’élargissement de la route 175 dans le parc des Laurentides. À ces projets viennent s’ajouter deux autres projets d’envergure annoncés au cours des derniers mois par la Société Alcan, soit l’érection d’une usine de traitement de la brasque et une nouvelle ligne de production d’aluminium fondée sur une nouvelle technologie AP50. Ces deux nouveaux projets nécessiteront des déboursés de près de 800 M$. De plus, tout récemment, le gouvernement du Québec annonçait la construction d’une nouvelle prison régionale à Roberval, des investissements estimés à 92M$ et une cinquantaine de nouveaux emplois créés. Enfin, le gouvernement fédéral a également eu de bonnes nouvelles pour la région cet été avec l’annonce d’un investissement de 300 M$ pour une nouvelle escadre expéditionnaire aérienne. Ce sont 550 militaires de plus qui se joindront aux 1 200 militaires déjà en place à Bagotville.25
L’exploitation et la transformation des ressources naturelles dominent le paysage de l’économie du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le secteur primaire y est ainsi proportionnellement plus important qu’à l’échelle du Québec. Enfin, les services occupent 73,7 % des travailleurs.
Le secteur primaire génère 3,9 % de l’emploi total de la région (2,6 % pour le Québec), concentré dans les sous-secteurs de la foresterie et de l’agriculture. Même s’il compte pour une faible proportion de l’emploi, le secteur primaire est vital pour nombre de collectivités, surtout celles situées au Lac-Saint-Jean et à l’extérieur du noyau urbain de Saguenay. Or, d’ici 2009, le nombre de personnes occupées poursuivra son déclin au rythme de -2,3 % en moyenne annuellement. Cette situation touche aussi bien l’agriculture que l’exploitation forestière, laquelle fait face à l'impossibilité d'accroître la quantité de ressources à prélever et à transformer.
Le secteur manufacturier est peu diversifié et se concentre fortement autour des secteurs du bois, de la fabrication de papier et de la première transformation des métaux. Le secteur manufacturier devrait augmenter légèrement, soit de 1,7 % en moyenne annuelle d’ici 2009. Les projets de développement dans la deuxième et troisième transformation, principalement du côté de l'aluminium, favoriseront cette création d’emplois. Les autres secteurs majeurs du manufacturier que sont les pâtes et papier et la transformation du bois devraient afficher une relative stabilité dans leur niveau d’emploi au cours de l’horizon 2007-2009. Rappelons que le secteur manufacturier est extrêmement concentré dans le territoire alors que près de 70 % des emplois se retrouvent dans les seules industries de la transformation du bois, du papier et des métaux. Les impacts sur l’emploi de la réduction du potentiel de coupe de 20 % rattachés aux recommandations du Rapport Coulombe ont été importants. Cependant, le domaine de la construction devrait connaître une poussée intéressante avec les projets majeurs annoncés au cours des derniers mois. Parmi les principaux groupes industriels, la construction connaîtra la plus forte croissance annuelle au cours de l’horizon de prévisions avec un taux de 7,1 %.
Le secteur des services, qui occupe 73,7% des travailleurs de la région, profitera des retombées de la bonne performance anticipée dans le secteur de la construction. Le taux de croissance annuel moyen pour la période 2007-2009 sera de 0,5 %. Le sous-secteur des services à la production présentera les meilleures perspectives avec un taux de croissance annuel de 1,4 %. Les services professionnels, scientifiques et techniques, le transport et l’entreposage, ainsi que le commerce de gros sont les secteurs de base qui contribueront le plus à cette croissance prévue de l’emploi.
4.2 Les créneaux de développement26

Sur la base des études et des analyses menées dans la région, le comité régional ACCORD a identifié les créneaux d'excellence qui caractérisent la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean :

  • Transformation de l'aluminium

  • Tourisme d'aventure et écotourisme

  • Agriculture nordique axée sur le bleuet nain et la pomme de terre de semence

  • Transformation du bois de la forêt boréale

La plupart des stratégies de développement économique locales ou régionales s’inspirent de ces créneaux d’excellence, de même que les outils de financement qui y sont rattachés.

4.2.1 Transformation de l’aluminium

La région du Saguenay—Lac-Saint-Jean occupe une position stratégique dans la production et la transformation de l’aluminium, à un tel point qu’elle est reconnue comme la Vallée de l’aluminium.

La région est déjà à l’origine de plus de 40 % de la production d’aluminium du Québec, ce qui correspond à près de 4 % de la production mondiale.

Voici les éléments importants du système productif de la région :

  • Une cinquantaine d’entreprises et près de 2 500 emplois dans la transformation de l’aluminium et la fabrication d'équipements spécialisés

  • Une abondante main-d'œuvre spécialisée

  • Une offre de formation professionnelle, technique et universitaire qui répond aux besoins de l’industrie:

    • Les DEP en fonderie et en modelage

    • Le DEC en technologie du génie métallurgique, procédé de transformation

    • Le BAC en ingénierie de l’aluminium

  • Un bassin de près de 400 chercheurs œuvrant au sein de plusieurs organisations :

    • Le Centre québécois de recherche et de développement de l’aluminium

    • Les deux chaires de recherche universitaires axées sur l’aluminium et sa mise en forme

    • Le Centre universitaire de recherche sur l’aluminium (CURAL)

    • Le Centre des technologies de l’aluminium rattaché au Conseil national de recherches du Canada

    • Le Regroupement stratégique en recherche de l’aluminium (REGAL)

    • Le Centre de recherche d’Arvida – Alcan


La région désire, au cours des prochaines années, continuer à mettre en place un environnement favorable à l'implantation et à la croissance des entreprises du créneau de l'aluminium. Ce faisant, elle vise à développer une base solide d’entreprises performantes, à forte valeur ajoutée, et capables de se démarquer à long terme sur le plan international.

4.2.2 Tourisme d’aventure et écotourisme

La région dispose d’un potentiel « nature » remarquable, qui permet le développement d’une offre touristique distinctive répartie sur les quatre saisons :

  • Réseau de rivières qui alimentent le lac Saint-Jean, véritable mer intérieure

  • La rivière Saguenay, unique fjord du Québec

  • Beautés boréales de l'arrière-pays de la région

  • Une offre de formation qui répond aux besoins de l’industrie:

    • DEP en Protection et exploitation de territoires fauniques

    • DEC en Milieu naturel

    • BAC en Plein air et tourisme d’aventure

    • DEC en Tourisme

  • Le Laboratoire d’expertise et de recherche en plein air (LERPA)

  • Le Laboratoire de recherche en aventure thérapeutique

Il faut mentionner aussi l’Alliance de recherche université-communauté monts Valin-monts Otish, qui effectue une étude d’opportunité concernant l’implantation éventuelle d’un Axe médio-nordique de développement récréo-touristique entre les monts Valin et les monts Otish.

Le tourisme d’aventure et l’écotourisme représentent donc pour la région un véritable créneau d’excellence en émergence, dans le contexte de la demande croissante que connaît ce type d’activité, spécialement sur le marché international.
Ce créneau vise à faire découvrir un milieu naturel tout en préservant son authenticité. Ces domaines comprennent des activités d’aménagement et d’interprétation du patrimoine naturelle, reposent sur des notions de développement durable, et entraînent des bénéfices socioéconomiques pour les communautés locales et régionales.
Le développement de ce créneau s’appuie sur une offre diversifiée de services et d’activités de plein air dont le tourisme d’aventure. Au Saguenay—Lac-Saint-Jean, les acteurs du créneau misent sur une expertise régionale reconnue dans ces activités, de même que sur les attraits propres à la région.
4.2.3 Agriculture nordique

La région présente des caractéristiques géographiques et climatiques favorables au développement de productions associées à l’agriculture nordique :

  • Les conditions écologiques sont propices à la croissance de petits fruits

  • L'isolement géographique de la région favorise la protection des cultures contre les maladies

  • La tendance vers les produits biologiques et ceux du terroir soutient le développement d'un savoir-faire reconnu dans la production et la transformation de produits végétaux dont les caractéristiques biologiques associées au climat contribuent à leur valeur ajoutée.

L’UQAC offre maintenant un certificat en Gestion de l’hôtellerie et de la restauration des terroirs. Pour la transformation des produits végétaux, un baccalauréat en Sciences des produits naturels sera offert à partir de l’automne 2008.
En ce qui concerne la recherche dans ce secteur, mentionnons le Groupe de recherche sur les ressources renouvelables en milieu boréal (GR3MB) dont un des thèmes de recherche, parmi d’autres, porte sur la chimie des produits naturels d’origine végétale et leur potentiel pharmacologique, le Laboratoire d’analyse et de séparation des essences végétales (LASEVE) et le Laboratoire d’écologie végétale. Mentionnons également l’alliance de recherche entre l’UQAC et le Centre de formation professionnelle de Jonquière.
De plus, le Centre d’aide régional sur les aliments du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CARA) offre des services en recherche et développement et de contrôle de qualité dans le domaine de la nutrition. Les installations sont situées aux Cégep de Chicoutimi.

4.2.4 Transformation du bois de la forêt boréale

Ce créneau représente un secteur pour lequel la région entend jouer un rôle prépondérant dans l'économie du Québec. Les travaux sont en cours afin de cerner les avenues présentant un potentiel prometteur pour la région.

Voici les avantages qui permettront à la région d'assurer le développement d'une véritable filière de la transformation du bois :

  • Disponibilité et proximité de la matière première

  • Offre de formation adaptée aux besoins des entreprises

  • Présence d'organismes de recherche :

    • Consortium de recherche sur la forêt boréale commerciale

    • Groupe de recherche sur la thermotransformation du bois

  • Une offre de formation qui répond aux besoins de l’industrie:

    • DEC en Transformation de produits forestiers

    • DEC en Technologie forestière

    • DEC en Techniques du milieu naturel

    • DEC en Technologie de l’architecture

    • DEC en Métiers d’arts – ébénisterie artisanale

    • DEP en Modelage

    • Maîtrise en ressources renouvelables

Le créneau vise particulièrement l'utilisation des essences propres à la forêt boréale que sont l'épinette noire, le sapin baumier, le pin gris, le mélèze, le peuplier et le bouleau pour la fabrication de produits finis et semi-finis.
La région compte également consolider le développement des activités de fabrication d'équipements spécialisés destinés à l'industrie forestière et aux entreprises de transformation.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   30

similaire:

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProgramme : a préciser (Xm² logements et Xm² activités/commerces)...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPlan de cours – Formation tdd

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMS92, ingénieur de formation, rejoint cc en qualité de consultant...
«interprenariat» pour le distinguer de l’entreprenariat habituel, relatif à une seule entreprise. Opf articule dans son offre les...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMarche public de maîtrise d’Œuvre
«offre pour la mission de maîtrise d’œuvre relative à la réhabilitation et l'aménagement d'un logement communal» et portera la mention...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSolution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services...
«Alcuin Talents» est une solution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services : gestion des compétences, revue...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconLe rapport annuel 2008-2009 est en ligne
«de regrouper les travailleurs et les petites organisations aux fins d’organiser l’offre de formation continue», avec l’encouragement...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPremier Ministre du Québec Monsieur Philippe couillard
«Marchés public» de la cci paris Ile-de-France, du Conseil Régional Ile-de-France, de l’ugap, de l’oif, du Conseil Régional Auvergne,...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconCe cours illustre la partie décrite dans le plan de formation par
«web 0», tels des blogs, des wikis, des listes de discussion ou de diffusion consacrés à la documentation juridique

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSur le programme de Géographie de Terminale
«Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire» et plus particulièrement sur la situation «Un aménagement dans une communauté...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com