Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation








titrePlan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation
page12/30
date de publication24.12.2016
taille2.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   30






En mai 2008 au Saguenay–Lac-Saint-Jean, le taux de chômage était à 8,0%, le taux d’activité à 60,0% et le taux d’emploi à 55,2%.

Graphique 12




Source : Statistique Canada, Enquête population active. Traitement Emploi-Québec


La population de 15 ans et plus est en baisse au Saguenay–Lac-Saint-Jean depuis quelques années, et devrait poursuivre dans la même voie pour l’année 2007 et les deux suivantes. Ce constat est bien réel car la région a perdu 2 % de sa population totale depuis 2001. Cette diminution graduelle de la population constitue un frein à la croissance du niveau d’activité en période d’expansion économique. Le taux d’activité s’est inscrit à la hausse en 2006 pour passer au-dessus de la barre des 60 %, affichant 61,4 % de moyenne annuelle. La part de la population adulte qui occupait un emploi en 2006 s’est établie à 54,9 %, en hausse de 1,6 point sur un an. Le nombre de chômeurs n’a que légèrement augmenté entre 2005 et 2006, car la vitalité affichée par l’économie du territoire en 2006 aura permis à la très grande majorité des nouveaux actifs de trouver du travail. C’est pourquoi cette augmentation annuelle du nombre de chômeurs n’influence pas à la hausse le taux de chômage qui a atteint 10,6 % en 2006, en baisse de 0,1 point par rapport à l’année précédente.

4.4 L’entrepreneuriat au Saguenay–Lac-Saint-Jean28
Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’indice d’activité entrepreneuriale affichait en 2004 la faible performance de 4,4%, soit l’une des plus faibles du Québec après la Côte-Nord et la Gaspésie. Le déclin démographique explique sûrement en bonne partie cette faible performance. Il apparaît, selon l’analyse de Nathalie Riverin29, qu’il s’agit largement dans la région, d’un entrepreneuriat de nécessité, qui est généralement plus intense lors des récessions et qui se résorbe lorsque la conjoncture économique est plus favorable. Dans le cas de la région, cette dite « nécessité » caractérise l’entrepreneuriat même en période de conjoncture favorable puisque le taux de chômage demeure élevé.
Selon le bulletin BMO (vol. 4, octobre 2005) de la Banque de Montréal, la Communauté métropolitaine de Saguenay témoigne de la pire performance canadienne, après Saint-John, Terre-Neuve, en matière de croissance de sa masse d’entreprises étant donné notamment une perte nette de -5% de ses entreprises avec employés rémunérés. Saguenay ne compte que 50 PME par tranche de 1 000 habitants, alors que ce ratio atteint 92 à Calgary, 69 à Montréal, 66 à Sherbrooke et 57 à Trois-Rivières.
Les entrepreneurs locaux et régionaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont traditionnellement excellents. Certaines entreprises comme celles des Sirois, Godin, Morin, Lamarre et Tremblay sont même devenues de grandes entreprises nationales et internationales. Mais il faut reconnaître que la population régionale n’est désormais que peu entrepreneuriale, particulièrement à Saguenay où l’indice entrepreneurial est négatif depuis plusieurs années.
Les conditions contemporaines faites à l’entrepreneuriat sont certes bien différentes. Alors que 60% des entreprises au Canada sont créées par des gens âgés entre 18 et 35 ans, cette catégorie démographique quitte massivement la région. Parmi ceux qui restent, seulement 13,6% ont l’intention de créer leur entreprise, alors que ce ratio atteint 18% pour l’ensemble du Québec.
En réalité, l’entrepreneuriat local et régional s’est affaibli au fil des années. Récemment encore on a constaté un très faible indice comparatif à propos des travailleurs autonomes qui représentent une forme d’entrepreneuriat possédant pourtant de nombreuses vertus.

4.5 Le secteur culturel30

La région est reconnue comme une véritable pépinière de talents ; le dynamisme des 200 organismes artistiques professionnels, la force des réseaux et des services de proximité favorisent une pratique culturelle diversifiée. La région a notamment développé une culture de grands spectacles qui contribue au développement de l’offre touristique. Ce secteur d’activité entraîne annuellement des retombées économiques de près de 100 M$.
Le ministère de la Culture et des Communications (MCC) a réalisé, conjointement avec la Conférence régionale des élus et le Conseil régional de la culture, un diagnostic culturel de la région. Voici quelques faits saillants et constats :


  • Au niveau municipal, les investissements en culture par habitant pour 2003 de trois des cinq principales villes de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean (Saguenay, Alma et Saint-Félicien) dépassaient la moyenne québécoise des dépenses culturelles des municipalités.




  • Cependant, la moyenne des investissements en culture pour l’ensemble des municipalités de la région (40,81$/citoyen) était inférieure à la moyenne québécoise (49,20$/citoyen) pour cette même année.




  • Malgré une augmentation de 23,9 % des effectifs des professions culturelles en 10 ans au Québec (1991-2001), la région a conservé sensiblement les mêmes effectifs (1 831 travailleurs culturels, artistes inclus).




  • Les indicateurs sur la fréquentation montrent que, même s’il y a des gains entre l’enquête sur la fréquentation de 1999 et celle de 2004, il s’avère que la région demeure en-dessous de la moyenne québécoise.

.

  • Le taux de fréquentation des musées est largement inférieur à la moyenne québécoise. Les domaines du livre et du spectacle montrent une situation proche ou légèrement inférieure à la moyenne québécoise.




  • Notons la présence de cinq politiques culturelles municipales sur le territoire :

    • Les cinq plus importantes municipalités de la région (Saguenay, Alma, Dolbeau-Mistassini, Roberval et Saint-Félicien) ont organisé des consultations publiques et ont adopté une politique culturelle municipale entre 1995 et 2005.

    • Le ministère a conclu des ententes de développement culturel avec Chicoutimi (1998-2002), puis avec Saguenay (2003-2006) et Alma (2006-2008).

    • La politique culturelle de Saguenay a débouché sur la mise en place d’un Conseil des arts, ce qui est perçu par le milieu culturel comme un avantage pour la région.


Également, les quatre commissions scolaires de la région ont adopté une politique culturelle, ce qui représente une première au Québec.

4.6 L’immigration au Saguenay−Lac-Saint-Jean31
Au cours des dernières années, les personnes immigrantes ont représenté plus de 60 % de la croissance de la population active québécoise, contribuant ainsi à atténuer les effets du vieillissement. Aussi, en raison de la demande accrue de main-d’oeuvre et de la pénurie prévisible de compétences, cette contribution est appelée à s’accentuer. Le Québec reconnaît donc plus que jamais l’apport stratégique de l’immigration à son développement social, économique et culturel.
En ce sens, la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean n’est pas en reste puisque depuis plusieurs années elle manifeste un intérêt marqué pour l’immigration. Sur la base des services d’accueil des personnes réfugiées et des programmes de francisation s’est développée une concertation dynamique entre intervenants de tous les milieux. Outre les partenaires ministériels, plusieurs organisations du milieu, soit l'École de langue française et de culture québécoise de l'Université du Québec à Chicoutimi, le Centre linguistique du Cégep de Jonquière, le Service externe de main-d'oeuvre du Saguenay, les commissions scolaires de la région, Portes ouvertes sur le Lac, et l'Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean se sont concertés pour établir des assises solides afin de permettre la régionalisation de l'immigration sur notre territoire. Ce partenariat a donné des résultats concluants puisqu'en avril 2003 la région signait une Entente spécifique de régionalisation de l'immigration.
Pour les intervenants régionaux impliqués au sein de la toute nouvelle table régionale reconnue par la CRÉ comme organisme-conseil en matière d’immigration, l’attraction de personnes immigrantes devra se faire avec mesure, en considérant les besoins des entreprises en matière de main-d’oeuvre qualifiée. De plus, elle devra s’appuyer sur les acquis de la région, notamment la présence de nombreux établissements d’enseignement et de recherche de pointe (une université, quatre cégeps, des centres de recherche sur l’aluminium, la forêt, l’agroalimentaire, et des laboratoires de recherche).
Le Saguenay–Lac-Saint-Jean compte près de 2 000 personnes immigrées. Les partenaires régionaux sont conscients de l’apport important des personnes immigrantes au développement de la région et s’entendent pour mettre en place ou consolider des actions de promotion et de recrutement afin de répondre, en particulier, à des besoins spécifiques de main-d’oeuvre. La région s’est fixé comme objectif l’établissement de 250 immigrants par année, dont la majorité serait des travailleurs immigrants.


Population immigrée dans la région

Totale : 1 980

Femmes : 1 140 (0,8% des femmes de la région et 0,3% des femmes immigrées au Québec)

Hommes : 840 (0,6% des hommes de la région et 0,2% des hommes immigrés au Québec)

Cinq principaux pays de naissance de la population immigrée

France (12,9 %), Chine (11,9 %), États-Unis (7,6 %), Allemagne (6,8 %), Belgique (5,3 %)

Nouveaux arrivants de 1996 à 2001

510 (25,8 % de la population immigrée de la région)


6. Condition de vie de la population régionale32
Le niveau de vie d’une population reflète directement la richesse d’une région et demeure un indice majeur de bien-être économique des gens. Ainsi, plus une population augmente son niveau de vie et son niveau de développement, plus cette population acquiert de l’autonomie et une plus grande marge de manœuvre quant à son développement.
6.1 Des indicateurs économiques révélant une situation difficile pour la région
Le revenu personnel disponible par habitant est l'un des principaux indicateurs généralement utilisés pour comparer le niveau de vie des populations.
De 1995 à 2004, le Saguenay–Lac-Saint-Jean a connu une augmentation de 2% de son revenu personnel disponible par habitant. Cependant, en comparaison avec l’ensemble du Québec, la région a connu une régression. Bien que les dernières données publiées démontrent que cet écart s’est amenuisé, celui-ci demeure encore significatif. Or, nous savons qu’une façon d’améliorer cet indice passe nécessairement par une augmentation du niveau de scolarisation de la population.


Tableau 16

Revenu personnel disponible par habitant*




Revenu personnel disponible par habitant

Variation**

Indice







1995

2004

1995-2004

1995

2004




En $

En %

(Québec=100)

Région

15 740 $

18 760 $

2,0%

96,6

86,7

Le Québec

16 294 $

21 649 $

3,2%

100,0%

100,0%

* Estimations. ** Taux de croissance annuel composé. Sources : Institut de la statistique du Québec; Statistique Canada; ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.









Revenu personnel disponible par habitant*




Revenu personnel disponible par habitant

Variation**

Indice







2003

2007*

2003-2007

2003

2007




En $

En %

(Québec=100)

Région

18 688 $

22 397 $

2,0%

88,2

91,8

Le Québec

21 191 $

24 386 $

1,5%

100,0%

100,0%

* Estimations. ** Taux de croissance annuel composé. Sources : Institut de la statistique du Québec; Statistique Canada; ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   30

similaire:

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProgramme : a préciser (Xm² logements et Xm² activités/commerces)...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPlan de cours – Formation tdd

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMS92, ingénieur de formation, rejoint cc en qualité de consultant...
«interprenariat» pour le distinguer de l’entreprenariat habituel, relatif à une seule entreprise. Opf articule dans son offre les...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMarche public de maîtrise d’Œuvre
«offre pour la mission de maîtrise d’œuvre relative à la réhabilitation et l'aménagement d'un logement communal» et portera la mention...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSolution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services...
«Alcuin Talents» est une solution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services : gestion des compétences, revue...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconLe rapport annuel 2008-2009 est en ligne
«de regrouper les travailleurs et les petites organisations aux fins d’organiser l’offre de formation continue», avec l’encouragement...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPremier Ministre du Québec Monsieur Philippe couillard
«Marchés public» de la cci paris Ile-de-France, du Conseil Régional Ile-de-France, de l’ugap, de l’oif, du Conseil Régional Auvergne,...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconCe cours illustre la partie décrite dans le plan de formation par
«web 0», tels des blogs, des wikis, des listes de discussion ou de diffusion consacrés à la documentation juridique

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSur le programme de Géographie de Terminale
«Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire» et plus particulièrement sur la situation «Un aménagement dans une communauté...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com