Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation








titrePlan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation
page30/30
date de publication24.12.2016
taille2.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   22   23   24   25   26   27   28   29   30

LES ENJEUX ASSOCIÉS AU PLAN D’AMÉNAGEMENT DE L’OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Introduction
On définit un enjeu par ce qui peut être gagné ou perdu dans un projet. Les membres du Conseil interordres de l’éducation au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont conscients que la réalisation d’un plan d’aménagement de l’offre de formation professionnelle et technique comporte des risques mais présente aussi des opportunités. Afin de guider l’identification des actions, ils ont choisi d’illustrer le sens général de leurs travaux de planification sous l’angle de quatre enjeux qui inspirent la trame suivante :
Afin d’assurer le développement de l’accessibilité à des services d’éducation de qualité en région, nous devrons collectivement veiller à maintenir la vitalité du réseau régional de services publics d’éducation et ce, au bénéfice du support au développement des collectivités. Ce choix nécessitera le développement d’une meilleure concertation notamment dans le but de maintenir, voire développer la diversité de la carte mais aussi la qualité des programmes dans une perspective ultime de supporter le développement de la compétitivité de notre économie.










Après avoir vécu une période de croissance relativement continue, le Saguenay-Lac-Saint-Jean fait aujourd’hui face à une importante décroissance démographique. À l’instar de plusieurs autres régions du Québec, elle a su profiter d’une intense période de développement économique fondée sur l’exploitation des ressources sur son territoire afin de se doter d’un réseau de services à la hauteur des aspirations collectives qui ont projeté le Québec dans le monde contemporain. Dans le contexte actuel, où plusieurs de ces services sont tributaires d’un mode de financement qui repose sur le volume d’activités générées, le phénomène de décroissance démographique chronique auquel elle fait face, prend la forme d’un spectre qui menace non seulement la vitalité de nos collectivités mais aussi celle du Québec dans son ensemble. C’est d’ailleurs ce qui fait dire aux membres du Conseil interordres de l’éducation que, nonobstant l’urgence et la pertinence de mener en région d’importants travaux de concertation pour reconfigurer certains services à la population, cela ne doit pas avoir pour effet d’éluder l’exercice d’une gouverne « nationale » qui a le devoir de maintenir opérationnels les outils de développement collectif qui permettent d’assurer une occupation dynamique du territoire québécois. À cet égard, le Conseil est d’avis que le financement de programmes fréquentés par de petites cohortes constitue un bel exemple. Ainsi, bien qu’il reconnaisse que cette réalité nécessite aujourd’hui une révision de nos choix dans une perspective régionale, il insiste pour que cet effort collectif soit inspiré par une meilleure adaptation des modes de financement actuels de sorte que ceux-ci nous permettent de continuer à répondre aux besoins de nos collectivités locales et régionales jugés prioritaires. La nécessaire asymétrie des modes de financement est aujourd’hui essentielle au maintien d’une équité en matière de qualité de services publics sur l’ensemble du territoire québécois.
Par ailleurs, lors de leur analyse des trois chapitres précédents, les membres d’un comité « aviseur », mandaté par le conseil interordres de l’éducation afin de réagir à son projet de planification régionale, se sont dits inquiets des modifications que pouvait induire l’évolution démographique de la région notamment en matière de transformation des pouvoirs tant administratifs que politiques. Dans ce contexte, bien que le Conseil reconnaisse que le présent exercice pourrait donner lieu à des réflexions de nature structurelles, il préfère miser sur les capacités de soutien au développement des collectivités démontrées par chacune des institutions et faire porter cet exercice sur la nécessité d’établir de meilleurs rapports de complémentarité entre elles.
C
Maintenir la vitalité de notre réseau régional de services d’éducation
’est pourquoi il estime qu’un des enjeux associés à la réalisation d’un plan régional d’aménagement de l’offre de formation professionnelle et technique doit porter sur la vitalité des réseaux d’éducation et des institutions en région qui en assument les services. Ainsi, prenant acte des expertises particulières que les organisations ont su bâtir au fil des ans et qu’on leur reconnaît au delà de leurs frontières, constatant leur capacité à soutenir l’accessibilité, la persévérance et la diplomation de nos populations et considérant enfin l’impact structurant qu’elles exercent autant sur le plan éducatif, sportif, social que culturel, il importe de tout mettre en œuvre pour que nos efforts de concertation, combinés au soutien nécessaire de l’État, fassent en sorte de maintenir la vitalité de notre réseau régional de services d’éducation, dans le but de soutenir le développement et l’adaptation de nos collectivités au regard des défis posés par les transformations en cours. Par ailleurs, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de place pour des changements. Bien au contraire, puisque le maintien d’une accessibilité à des services de qualité sur tout le territoire du SLSJ nécessitera la mise en place de meilleures synergies de services et c’est dans cette perspective qu’entend travailler le Conseil interordres.


Si tout le monde reconnaît que face aux perspectives démographique et financière observées, le maintien du statut quo n’est pas envisageable, ce constat n’a pas par ailleurs pour effet de faire émerger une vision commune des modifications à apporter à nos façons de faire en matière de prestation de services. Ainsi, si l’exercice de planification triennale de 1998 menée sous les auspices du CRCD s’est avéré bénéfique pour la gestion de l’offre en formation professionnelle, le résultat n’aura pas été le même pour les cégeps et collège de la région. Bien que nous ayons abordé ce nouveau rendez-vous de façon différente, notamment en partageant dès le départ nos visions de la situation régionale, nous demeurons toujours imprégnés des pouvoirs institutionnels, des intérêts et des besoins qu’ils défendent. Par ailleurs si, comme nous l’avons précisé précédemment, ces dynamiques institutionnelles qui témoignent de la vitalité de développement de chaque milieu doivent conditionner nos travaux de concertation, de quelle manière ceux-ci transformeront-ils nos mécanismes de planification et de prestation de services? Nul ne saurait le dire pour le moment. Ce que l’on sait par contre, c’est que ces modifications devront être respectueuses de nos responsabilités juridictionnelles, légales et réglementaires que l’ÉTAT a choisi de maintenir. Précisons aussi que le Conseil estime essentiel que cet effort de concertation et de recherche d’une meilleure complémentarité repose sur la reconnaissance, le respect voire la mise en valeur, par tous, des expertises particulières acquises par chacune des institutions.


Transformer nos rapports interinstitutionnels de manière à instaurer une gestion régionale concertée de l’offre de formation



Bien avant l’invitation du MELS de mettre en œuvre le Plan de rapprochement en formation professionnelle et technique, le Conseil interordres en éducation du Saguenay-Lac-Saint-Jean avait déjà exprimé son parti pris pour un nouvel « ordre » régional. Le plan d’aménagement de la formation professionnelle et technique constitue le premier véritable chantier de cette table de concertation qui met en évidence un autre enjeu soit celui de transformer nos rapports interinstitutionnels de manière à instaurer une gestion régionale concertée de l’offre de formation.
Dans cette perspective, rappelons que le Conseil interordres en éducation travaille dans le respect de quatre principes soit : assurer l’accessibilité, renforcer et développer l’offre, chercher à optimiser l’utilisation des ressources et s’assurer du respect des fondements humanistes propres à nos réseaux publics. Soulignons enfin qu’à ce stade-ci des travaux, le Conseil considère que la situation dans laquelle se retrouve actuellement le SLSJ exige que nous fassions collectivement preuve d’un nouveau leadership susceptible de créer les alliances nécessaires au relèvement de l’ensemble des défis auxquels nous sommes dès aujourd’hui confrontés.

F
Maintenir, voire développer, la diversité de la carte régionale ainsi que la qualité des programmes
ortement conditionné à la fois par les modes de financement actuels des services d’éducation, mais aussi par l’impact implacable de la décroissance démographique scolaire vécue et anticipée, un autre enjeu de cette concertation régionale est le maintien et le développement de la diversité de l’offre et de la qualité des programmes. De l’avis du Conseil interordres, si notre carte est aussi diversifiée, c’est possiblement lié à la situation géographique de la région qui influence probablement les comportements de mobilité des clientèles étudiantes. Rappelons que les données présentées au chapitre 1 en rapport avec l’évolution des conditions de vie de la population et plus précisément celles sur l’évolution des indicateurs économiques qui révèlent une situation difficile pour l’ensemble de la région, ne militent pas nécessairement en faveur d’une augmentation de mobilité de nos clientèles régionales, du moins en formation professionnelle et technique. En fait, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’accessibilité géographique demeure un défi constant et celui-ci s’avère d’autant plus d’actualité du fait de la dégradation de notre situation économique.
Par ailleurs, il faut aussi reconnaître qu’en période de croissance, plusieurs établissements ont su contribuer à l’élargissement de cette carte en développant des créneaux particuliers de formation. Ces expertises particulières et exclusives représentent aujourd’hui un levier stratégique important puisqu’elles assurent un apport d’intrants extrarégionaux qui contribuent de façon significative à compenser, en partie pour le solde migratoire déficitaire chez les jeunes observé depuis plusieurs années.
En conséquence, le conseil estime primordial, tout en reconnaissant que l’aménagement de l’offre en région nécessite un certain nombre de modifications, de veiller à maintenir, voire développer, la diversité de la carte des programmes et ce, afin de répondre adéquatement aux aspirations diversifiées et légitimes des Saguenéens et Jeannois, qu’ils soient d’origine ou d’adoption, mais au bénéfice du développement des compétences professionnelles et techniques qui répondent aux besoins du marché du travail.


Au chapitre du développement économique et du marché du travail, la région fait aussi face à de profondes transformations. Les grandes entreprises qui ont pignon sur rue se transforment sous l’impact de déterminants qui s’expriment à l’échelle mondiale et pour demeurer compétitives, elles doivent miser sur des environnements hautement technologiques. Il en est de même pour plusieurs autres entreprises qu’elles soient de services ou manufacturières et cela conditionne les besoins de formation de la

main-d’œuvre. Parallèlement, notre économie peine à se diversifier et la relève entrepreneuriale fait malheureusement souvent défaut.
Dans cette perspective, la capacité des institutions d’enseignement de soutenir la compétitivité de notre économie régionale représente aussi un enjeu associé au plan d’aménagement de l’offre en formation professionnelle et technique. Pour certains, les défis à relever à cet égard sont importants puisque les institutions d’enseignement ont collectivement le devoir de mériter la confiance des entreprises et des investisseurs si l’on veut que ces derniers misent sur les atouts de la région.

Assurer la compétitivité de notre économie régionale

Les membres du Conseil interordres de l’éducation considèrent qu’ils comptent parmi les acteurs principaux susceptibles de supporter de façon significative le développement de la compétitivité de nos entreprises. Bien sûr, ils doivent prendre des mesures pour permettre à leur institution de raffiner leur capacité d’adaptation et se rapprocher davantage du monde du travail. Toutefois, pour ce faire, ils doivent miser sur de nouveaux partenariats non seulement entre eux, mais aussi avec d’autres organisations qui partagent des missions connexes en lien avec le développement du marché du travail.

Conclusion
L’appropriation générale de ces défis et enjeux par l’ensemble des intervenants touchés par le plan d’aménagement de la formation professionnelle et technique doit nous permettre d’identifier des actions à mettre en œuvre. Cela constitue la tâche que nous avons confiée aux participants du forum régional du 26 septembre 2008.
C’est à partir du fruit de cet exercice d’appropriation que sera pour la suite conçu le plan de travail faisant l’objet du chapitre 5. Celui-ci traitera de quatre chantiers à mettre en œuvre soit :

  • Destination de formation

  • Développement de l’entrepreneuriat

  • Etablissement de partenariats stratégiques

  • Aménagement de Ia carte régionale des programmes d’études








3 PROULX, Marc-Urbain, Vision 2025, Le Saguenay−Lac-Saint-Jean face à son avenir, Presses de l’Université du Québec, 2007, p. 36-37

4 Source : Institut de la statistique du Québec. Perspectives démographiques, Québec et régions, 2001-2051, édition 2003

5 GAUTHIER, Madeleine, Patrice LEBLANC, Serge CÔTÉ, Frédéric DESCHENAUX, Camil GIRARD, Claude LAFLAMME, Marie-Odile MAGNAN et Marc MOLGAT, La migration des jeunes au Québec. Rapport national d’un sondage 2004-2005 auprès des 20-34 ans du Québec, INRS Urbanisation, Culture et Société, Montréal, 2006, 167 p.

6 Idem, p.82

7 Source : Institut de la statistique du Québec. Perspectives démographiques, Québec et régions, 2001-2051, édition 2003


8 Plan quinquennal de la Conférence régionale des élus du Saguenay−Lac-Saint-Jean 2007-2012, Juin 2007

9 Plan quinquennal de la Conférence régionale des élus 2007-2012, Juin 2007, p.4-9

10 Plan quinquennal de la Conférence régionale des élus 2007-2012, Juin 2007, p.4

11 Le chapitre III sera consacré exclusivement au portrait de la formation professionnelle et technique de sorte que l’information sur les commissions scolaires, les cégeps et sur l’éducation en générale y sera plus développée,

12 Ministère du Développement économique, Innovation et Exportation http://www.mdeie.gouv.qc.ca et Le Portail gouvernemental du Saguenay–Lac-Saint-Jean http://www.saguenaylacsaintjean.gouv.qc.ca/portrait_regional/Bref/index_fr.htm#savoir

14 Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire Saguenay–Lac-Saint-Jean, Rapport annuel 2006-2007

15 Idem

16 Idem

17 Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire Saguenay–Lac-Saint-Jean, Rapport annuel 2006-2007

18 MELS, DSEQ, 23 novembre 2006

19 Idem

20 Analyse statistique des données de la Direction de la recherche, des statistiques et des indicateurs.

22 MEQ, Enseignement supérieur, DERU, SA, 8 mars 2000

23 http://www.cyberpresse.ca/article/20070829/CPACTUALITES/708290446/5276/CPACTUALITES

24 ARSENAULT, Claude, économiste, Perspectives sectorielles 2007-2009 Saguenay–Lac-Saint-Jean , Service Canada, Mars 2007, p. 9-10

27 ARSENAULT, Claude, économiste, Perspectives sectorielles 2007-2009 Saguenay–Lac-Saint-Jean , Service Canada, Mars 2007

28 PROULX, Marc-Urbain, Saguenay 2025, Le Saguenay–Lac-Saint-Jean …, PUQ, 2007, p.47-48

29 RIVERIN, Nathalie (2005), « Les dix maux de l’entrepreneuriat au Saguenay–Lac-Saint-Jean », présentation Power Point devant le groupe Vision Saguenay 2025, www.uqac.ca/vsag2025

30 MCC, Diagnostic culturel Saguenay–Lac-Saint-Jean, Octobre 2006, http://www.mcc.gouv.qc.ca/fileadmin/documents/publications/regions/diagnostic-saguenay.pdf

33 Les six indicateurs sont l’évolution annuelle de la population, la proportion de la population en âge de travailler (15 ans et plus), le taux d’emploi de la population âgée de 15 ans et plus, le revenu d’emploi par habitant, la proportion du revenu personnel qui provient des transferts gouvernementaux et la proportion de la population active de 15 ans et plus possédant une scolarité postsecondaire.

34 Portail gouvernemental Saguenay-Lac-Saint-Jean, http://www.saguenaylacsaintjean.gouv.qc.ca/portrait_regional/Bref/index_fr.htm#specificite

35 Emploi-Québec, DESBIENS, Clément, Direction de la planification et du partenariat de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Le marché du travail dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Perspectives professionnelles 2006-2010, 2007, p. 6-7. http://emploiquebec.net/publications/pdf/02_imt_pp_20062010.pdf

36 Ce qui représente une belle opportunité de développement pour les collèges et les centres de formation professionnelle

37 Société d’aide au développement de la collectivité LSJE, Une priorité régionale, la relève entrepreneuriale, mai 2005

38 Emploi-Québec, DESBIENS, Clément, Direction de la planification et du partenariat de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Le marché du travail dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Perspectives professionnelles 2006-2010, 2007, p. 8-11. http://emploiquebec.net/publications/pdf/02_imt_pp_20062010.pdf

39 Pas d’exigences scolaires particulières; Formation en cours d’emploi

40 La formation est peu déterminante dans la majorité des cas mais l’expérience dans le domaine est importante

41 Diplôme universitaire requis

42 Voir encadré à la page suivante

43 De un à quatre ans d’études secondaires ou jusqu’à deux de formation en cours d’emploi

44 Pas d’exigences scolaires particulières; Formation en cours d’emploi


45 Cette section s’appuie sur les informations contenues dans : ARSENAUTL, Claude, économiste, Perspectives sectorielles 2007-2009 Saguenay–Lac-Saint-Jean, Service Canada, Mars 2007, p.12-23, http://www150.hrdc-drhc.gc.ca/imt/saguenay/francais/persp_sec/2007-2009/introduction/index.html

46 ARSENAUTL, Claude, économiste, Perspectives sectorielles 2007-2009 Saguenay–Lac-Saint-Jean , Service Canada, Mars 2007, p.18

48 ARSENAUTL, Claude, économiste, Perspectives sectorielles 2007-2009 Saguenay–Lac-Saint-Jean , Service Canada, Mars 2007, p.21

49 MELS, « La formation professionnelle et technique au Québec, un aperçu », 2007, avant-propos et p.26

50 À noter qu’à l’Annexe I chacun des programmes de formation professionnelle et technique offert dans la région est mis en perspective selon la tendance des inscriptions au cours des dernières années, les taux de placement des diplômés et les emplois reliés.

51 À noter qu’à l’Annexe I chacun des programmes de formation professionnelle et technique offert dans la région est mis en perspective selon la tendance des inscriptions au cours des dernières années, les taux de placements des diplômés et les emplois reliés.

52 MELS, DRSI, SIPECC, mai 2006 (SIGDEC filtré, version du 3 mars 2006)

54 Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CRÉPAS), Rapport annuel 2006-2007

55 DRSI, MELS, Banque des cheminements scolaires (BCS) au 10 février 2006

56 Signifie pour nous un programme qui a été offert au moins trois fois entre 2002 et 2006.

57 L’éducation citoyenne a trait à l’apprentissage des règles, des normes, des droits, devoirs et responsabilités convenant à la vie civique et publique, ainsi qu’à l’exercice raisonnable des droits et libertés de la personne.



DOCUMENT DE TRAVAIL

Version du 2016-12-22
1   ...   22   23   24   25   26   27   28   29   30

similaire:

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProgramme : a préciser (Xm² logements et Xm² activités/commerces)...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPlan de cours – Formation tdd

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMS92, ingénieur de formation, rejoint cc en qualité de consultant...
«interprenariat» pour le distinguer de l’entreprenariat habituel, relatif à une seule entreprise. Opf articule dans son offre les...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMarche public de maîtrise d’Œuvre
«offre pour la mission de maîtrise d’œuvre relative à la réhabilitation et l'aménagement d'un logement communal» et portera la mention...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSolution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services...
«Alcuin Talents» est une solution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services : gestion des compétences, revue...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconLe rapport annuel 2008-2009 est en ligne
«de regrouper les travailleurs et les petites organisations aux fins d’organiser l’offre de formation continue», avec l’encouragement...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPremier Ministre du Québec Monsieur Philippe couillard
«Marchés public» de la cci paris Ile-de-France, du Conseil Régional Ile-de-France, de l’ugap, de l’oif, du Conseil Régional Auvergne,...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconCe cours illustre la partie décrite dans le plan de formation par
«web 0», tels des blogs, des wikis, des listes de discussion ou de diffusion consacrés à la documentation juridique

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSur le programme de Géographie de Terminale
«Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire» et plus particulièrement sur la situation «Un aménagement dans une communauté...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com