Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation








titrePlan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation
page6/30
date de publication24.12.2016
taille2.1 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30
Graphique 4
Graphique 5


Dans les deux graphiques précédents, la barre représente le scénario de référence de l’Institut de la statistique du Québec. Ce scénario trace l’évolution de la population régionale si la tendance se maintient. Il retient un indice de fécondité de 1,5 enfant par femme et un solde migratoire déficitaire qui suit la tendance des dernières années, c’est-à-dire qu’il augmente lentement vers le point zéro sans l’atteindre en 2026 (-367).Le pointillé représente deux scénarios plus optimistes qui font varier un des deux indicateurs de mesure. D’abord, dans le graphique 6 le pointillé tient compte d’un taux de fécondité de 1,65 enfant par femme. Ce scénario « plus optimiste » prévoit que la population régionale sera supérieure de 11 715 individus en 2026 (262 276) comparativement au scénario « de référence » (250 561). Ensuite, dans le graphique 7 le pointillé tient compte d’un solde migratoire neutre. Ce scénario « plus optimiste » prévoit même une croissance de la population par rapport à 2006 (286 923 comparativement à 274 095 aujourd’hui). Selon l’Institut de la statistique du Québec, ce sont des soldes migratoires interrégionaux déficitaires qui sont le plus souvent au coeur d’une évolution démographique défavorable. Ce scénario de migration zéro le démontre bien.

À

l’aide des graphiques 6 et 7, nous voulions présenter aux lecteurs les possibilités qui s’offrent à la région pour faire mentir les prévisions démographiques. Déjà, les données provisoires de 2005-2006 vont en ce sens. En effet, le taux de fécondité en 2006 est de 1,64 enfant par femme au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce qui se rapproche davantage du scénario « plus optimiste » que du scénario « de référence » de l’ISQ. De plus, le solde migratoire interrégional va en s’améliorant depuis 2001-2002 comme nous l’avons exposé avec le tableau 4 à la page 9. En 2005-2006, ce solde était supérieur de 366 individus par rapport au scénario de référence des prévisions démographiques de l’ISQ. Est-ce là des tendances qui feront mentir ces prévisions ?





Tableau 8

Comparaison entre les prévisions 2026 et les données réelles en 2005-2006




 

Scénario de référence ISQ

Scénario taux de fécondité 1,65

Scénario migration zéro

Données réelles 2005-2006

Taux de fécondité

1,50

1,65

1,50

1,64

Solde migratoire interrégional

-1 741

-1 741

0

-1 375

Source: Institut de la statistique du Québec





Voici comment la Conférence régionale des élus interpelle les acteurs du développement à propos des prévisions démographiques dans son Plan quinquennal de développement 2007-2010 :

(…) il est plausible que des solutions à notre mesure et à notre portée puissent être mises de l’avant afin d’en contrer certains effets pervers. Cela va exiger un effort collectif de réflexion et une action concertée de tous les acteurs peu importe leur champ de compétence.
Certes inverser la tendance à la décroissance démographique demeure un chantier gigantesque et un pari audacieux. Bien qu’aucune garantie de succès ne puisse être assurée, il nous faut prendre conscience que l’inaction et l’attentisme confineraient la région à un déclin social et économique inéluctable et dévastateur. Une seule option est envisageable, se retrousser les manches et confronter ce problème. 10

Une population qui prend conscience de ses problèmes et qui se mobilise pour passer à l’action peut espérer. La région pourra-t-elle renverser la tendance démographique ? Certaines solutions sont à la portée des acteurs du développement. La région, avec ses quatre cégeps et son université, peut devenir une terre d’accueil pour bon nombre d’étudiants désirant poursuivre des études postsecondaires dans un milieu dynamique. Plusieurs migrants ayant quitté la région depuis 1991 sont maintenant de jeunes parents, la région peut donc prendre un virage famille pour favoriser le retour de ces jeunes et en attirer d’autres. En ce sens, des employeurs d’importance, institutionnels et privés, pourraient développer des politiques innovatrices en matière de conciliation famille-travail. De toute façon, faut-il rappeler que plusieurs entreprises de la région devront relever le défi de recruter au cours des prochaines années une main-d’œuvre qualifiée pour pallier ces nombreux départs à la retraite.

3. Éducation, formation et société du savoir11
L'éducation et la formation sont deux éléments primordiaux du développement économique et social d'une région. Les régions qui offrent un bassin de travailleurs hautement scolarisés et adéquatement formés sont attrayantes et incitent les entreprises à s'y installer.12




Le Saguenay–Lac-Saint-Jean possède l’un des réseaux interordres le mieux déployé au Québec alors que nous pouvons accéder en région à tous les niveaux de formation. Avec son université, ses quatre collèges, ses quatre commissions scolaires et leurs centres de formation professionnelle, des centres de recherche d'importance sur l'aluminium, la forêt, l'agroalimentaire et des centres de formation et d'expérimentation spécialisés axés sur l'innovation et le développement technologique, des laboratoires d'essais, des laboratoires de recherche, des services d'étalonnage, de conception rapide de produits et de procédés, la région possède la masse critique du savoir pour prendre le virage de la nouvelle économie.
Notons également les efforts intenses qui ont été déployés et les succès exceptionnels enregistrés au cours des dernières années en regard de la réussite et de la persévérance scolaires et cela, supporté admirablement par les travaux et la concertation régionale issus des actions du Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CRÉPAS). La région a ainsi fait sa marque à l’échelle nationale.
Enfin, soulignons l’existence du Consortium régional de recherche en éducation (CRRE) qui se consacre depuis 1998 au développement d’une culture de recherche dans l’ensemble des milieux éducatifs. Le CRRE a pour but général de contribuer, par le biais de la recherche, à l’amélioration de l’éducation en région à tous les ordres d’enseignement. 13

CÉGEP DE ST-FÉLICIEN
Historique

En 1968, une étude fut acheminée aux autorités ministérielles demandant l’implantation d’un troisième cégep au Saguenay—Lac-St-Jean. Celle-ci misait sur le droit à l’accessibilité géographique aux études postsecondaires ainsi que sur l’importance de supporter le développement socio-économique, industriel, social et culturel du milieu. C’est dans ce contexte que le Cégep de St-Félicien a vu le jour à l’automne 1971. À l’automne 1981, il établissait un centre d’études à Chibougamau dans le but de mieux répondre aux besoins de la Région Nord-du-Québec.
Fréquentation scolaire

À l’automne 2007, le Cégep de St-Félicien comptait 984 étudiants inscrits à temps plein. L’offre de formation du Cégep de St-Félicien comporte 4 programmes de formation préuniversitaire et 7 programmes de formation technique.
Budget

Le budget annuel du Cégep de Saint-Félicien pour l’année 2006-2007 était de 18 700 000$.
Particularités

Le Cégep de St-Félicien offre le programme Techniques du milieu naturel unique au Québec.
Programmes au niveau régional :

Techniques de santé animale

Techniques de tourisme

Technologie de la transformation des produits forestiers
Créneaux de développement

À venir
Organismes associés

Le Centre d’Innovation et de Développement du Lac-Saint-Jean Ouest (CIDEL)



CÉGEP DE CHICOUTIMI

Historique

Le Cégep de Chicoutimi a vu le jour en juillet 1967, dans le contexte de la réforme en profondeur du système d’éducation qui a marqué la révolution tranquille. Il est le premier cégep du Québec à avoir obtenu ses lettres patentes. Il est né de la fusion de plusieurs institutions privées et publiques telles que : le Séminaire de Chicoutimi, l’Institut de Technologie, le Collège du Bon Pasteur, l’Institut familial du Bon-Conseil, l’École des Infirmières, l’École de Commerce et de l’École Normale Cardinal-Bégin.
Fréquentation scolaire

Pour l’année 2006-2007, le nombre total d’étudiants inscrits était de 2 900 dont 2 600 étaient à l’enseignement régulier. Le Cégep de Chicoutimi offre l’ensemble de la formation préuniversitaire et seize programmes de formation technique menant au marché du travail. Il est à noter que le Cégep de Chicoutimi opère un centre de formation à Forestville qui compte une trentaine d’étudiants.
Budget

Le budget annuel du Cégep de Chicoutimi pour l’année 2006-2007 était de 35 152 700 $
Particularités

Programme exclusif au niveau national :

  • Pilotage d’aéronefs (hydravion, multimoteur aux instruments, hélicoptères)

Programmes au niveau régional :

  • Techniques d’hygiène dentaire

  • Techniques de diététique

  • Technologie d’analyses biomédicales

  • Techniques d’inhalothérapie

  • Techniques de réadaptation physique

  • Technologie forestière

  • Technologie de l’architecture

  • Technologie du génie civil

  • Technologie du génie métallurgique

  • Soins préhospitaliers d’urgence


Créneaux de développement

À venir.
Organismes associés

Le Centre de géomatique du Québec (CGQ)

La mission du Centre de géomatique est d’accroître la performance des organisations publiques et privées en y favorisant l’utilisation et le développement de la géomatique par un soutien actif faisant appel à des activités de recherche appliquée, d’aide technique et de diffusion d’information.

Le centre d’aide régional sur les aliments du Saguenay―Lac-St-Jean―Côte-Nord (CARA)

Le CARA a pour mission de créer et de soutenir une synergie nouvelle entre les structures de formation du domaine de l’agroalimentaire et les entreprises œuvrant dans ce secteur. Il entend ainsi contribuer au développement de l’industrie agroalimentaire en fournissant le support qu’elle souhaite en termes de formation, recherche et développement, contrôle de qualité et gestion.




CÉGEP DE JONQUIÈRE
Historique

Le Cégep de Jonquière est né de la fusion du Collège classique de Jonquière fondé en 1955 par la communauté des Oblats et de l’École technique d’Arvida fondée en 1948. Cette école avait comme mission de former des jeunes dans des domaines techniques et d’offrir des cours de perfectionnement aux adultes. Le 29 juin 1967, le Gouvernement du Québec a adopté la loi des collèges d’enseignement général et professionnel menant à la création du Cégep de Jonquière, un des premiers cégeps à voir le jour dans la province.
En 1992, le Cégep de Jonquière procède à l’ouverture officielle du Centre d’études collégiales sur les rives du Saint-Laurent dont le siège social fut localisé à la Malbaie. De plus, un Centre de coordination de l’enseignement aux adultes fut installé à Baie-Saint-Paul.
Fréquentation scolaire

Le nombre d’étudiants inscrits au Cégep de Jonquière en 2006-2007 était de 3 013 étudiants, soit 2 275 dans un des 20 programmes de formation technique et 738 dans un des 5 programmes de formation préuniversitaire. À cela, il faut ajouter les 197 étudiants inscrits au Centre d’études collégiales de Charlevoix.
Budget

Le budget pour l’année 2006-2007 était de 50, 242,720.$
Particularités

Programmes exclusifs au niveau national

  • Techniques de communication dans les médias

  • Techniques de production télévisuelle et de postproduction

Programmes au niveau régional

  • Techniques d’intégration multimédia

  • Gestion de commerces

  • Technologie de la mécanique du bâtiment

  • Environnement, hygiène et sécurité au travail

  • Techniques de génie chimique

  • Techniques de laboratoire (Chimie analytique)

  • Techniques d’aménagement et d’urbanisme

  • Techniques de génie mécanique

  • Technologie du génie industriel

  • Techniques d’éducation à l’enfance

  • Techniques d’éducation spécialisée

  • Techniques de travail social


Créneaux de développement

À venir
Organismes associés

Le Centre national d’animation et de design (Centre NAD)

Créé en 1992 en continuité avec le programme d’Art et technologie des médias, le Centre NAD, situé à Montréal, a pour mission de faire du développement dans les domaines de la post-production et des jeux vidéo. Il assure également la formation de professionnels de haut calibre de l’industrie du cinéma au niveau  international. Le Centre NAD fait partie des Services aux entreprises et aux organisations du Cégep de Jonquière.
Le Centre linguistique

Avec des bureaux à Ottawa, Hull et à Saint-Jean-sur-Richelieu, le Centre linguistique de Jonquière offre divers programmes de formation en français langue seconde ainsi que des programmes d’immersion anglaise à l’intention de la clientèle francophone. Le Centre Linguistique fait partie des Services aux entreprises et aux organisations du Cégep de Jonquière.
Centre de recherche, de développement et d’innovation en communication (CRDIC)

Le CRDIC constitue un lieu de convergence des savoirs dans les domaines des communications. Il se dédie au développement et au soutien des entreprises dans les secteurs  de la production et de la postproduction télévisuelles, de la radio, du journalisme, de la publicité et du multimédia.
Le Centre de production automatisée (CPA)

Créé en 1984 comme centre de transfert technologique en automatisation et robotisation, le CPA met au service des petites, moyennes et grandes entreprises régionales son expertise dans le domaine de l’automatisation. Le CPA opère en synergie avec certains départements techniques du collège dont les départements du génie électrique et du génie mécanique. Membre du réseau québécois des centres de transfert technologique de la Fédération des cégeps du Québec, le CPA fait partie des Services aux entreprises et aux organisations du Cégep de Jonquière.
Le Service de coopération et de développement international (SCDI)

Mis sur pied en 1986, le Service de coopération et de développement international, a comme mandat de développer et de rendre accessible l’expertise du Cégep en vue de soutenir l’évolution et l’innovation au sein d’organismes publics et privés d’autres pays. Les interventions du SCDI  sont surtout concentrées en Mauritanie, au Sénégal, au Tchad, en République Centrafricaine et au Laos. Le SCDI fait également partie des Services aux entreprises et aux organisations du Cégep de Jonquière.

Le Groupe d’Étude des COnditions de vie et des BESoins de la population (ÉCOBES) C’est un organisme dédié à la recherche en sciences sociales appliquées rattaché au Cégep de Jonquière. Depuis 1982, il réalise des recherches portant sur des problématiques d'éducation, de développement social et de santé. Le Groupe ÉCOBES contribue à la progression des connaissances et des méthodes scientifiques notamment dans le domaine de la prévention de l'abandon scolaire et des maladies génétiques.





COLLÈGE D’ALMA
Historique

En 1970, le Collège du Lac-St-Jean succède à l'Externat classique d'Alma alors affilié à l’Université Laval; on ne dispensait à l’époque que l'enseignement préuniversitaire. En 1972, le Collège d’Alma prend racine au cœur de la région et devient un collège d’enseignement général et professionnel (cégep) au Lac St-Jean.
Fréquentation scolaire

En 2006-2007, le Collège d’Alma accueille à l’enseignement régulier 1238 élèves venus de partout au Québec. Le Collège offre à l’intérieur du curriculum de formation dix (10) programmes préuniversitaires dont quatre (4) sont en double DEC étant associés au programme de musique et huit (8) autres programmes techniques dont deux (2) en collaboration avec deux autres institutions collégiales.
Budget

Le budget annuel du Collège d’Alma pour l’année 2006-2007 était de 15 776 992$
Particularités

Le Collège d’Alma est le seul collège avec le Cégep de Drummonville à offrir le programme de Sonorisation et enregistrement à l’enseignement régulier.

Programmes exclusifs au niveau régional :

  • Techniques de Gestion et exploitation d’entreprise agricole

  • Techniques policières

  • Techniques professionnelles de musique et chanson

  • Techniques de génie métallurgique

  • Techniques de métiers d’art- ébénisterie artisanale


Créneaux de développement

À venir
Organismes associés

En juillet 1996, le Collège d’Alma a mis sur pied un Centre collégial de transfert de technologie en agriculture en continuité avec le programme de Techniques de Gestion et exploitation d’entreprise agricole. Implanté depuis plus de dix ans, AGRINOVA se démarque comme étant le seul centre de transfert de technologie dédié à l’agriculture à l’intérieur du réseau des centres collégiaux de transfert de technologie du Québec (CCTT). Son centre principal est situé à Alma mais AGRINOVA possède aussi deux centres de services, l’un en Montérégie et l’autre en Chaudière-Appalaches. AGRINOVA assure son développement et remplit sa mission particulièrement au niveau de la recherche appliquée, du transfert technologique et de l’innovation. Il accomplit désormais son action à l’intérieur de six créneaux d’excellence, soit 

  • La Biodiversité et environnement

Les Petits fruits

Les Services agronomiques en milieu industriel 

L’Optimisation du potentiel agricole d’un territoire 

Les Plantes fourragères et cultures émergentes 

L’Efficacité énergétique et énergies renouvelables





COMMISSION SCOLAIRE DES RIVES-DU-SAGUENAY
Historique

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay existe depuis le 1er juillet 1998 et est née de la fusion des Commissions scolaires Baie-des-Ha! Ha!, Chicoutimi et Valin.

 

Fréquentation scolaire

Pour l’année 2006-2007, le nombre total d’élèves inscrits était de 12 491 en formation générale répartis ainsi : 944 au préscolaire, 5 486 au primaire et 5 629 au secondaire. De plus, 786 élèves étaient inscrits à la formation des adultes et 1 116 à la formation professionnelle. La commission scolaire offre 29 programmes menant à l’obtention d’un DEP et 6 programmes menant à l’obtention d’une ASP dans 6 centres de formation générale et professionnelle.
Budget

Le budget de fonctionnement 2006-2007 était de 133,9 M $.
Particularité

Un guichet unique en formation professionnelle et technique existe au centre La Baie où l’on retrouve entre autre le programme de formation professionnelle Fonderie (associé à la métallurgie) et le programme technique de génie métallurgique. Aussi, il faut souligner le centre spécialisé en assemblage mécano-soudé des alliages d’aluminium qui confirme la cohésion des maisons d’enseignement et des entreprises vouées aux technologies reliées à la transformation de l’aluminium.
La Commission scolaire Rives-du-Saguenay détient l’exclusivité régionale dans les programmes suivants :


Menant au DEP

  • Secrétariat juridique

  • Mécanique de véhicules lourds routiers

  • Secrétariat médical

  • Vente de pièces mécaniques et d’accessoires

  • Vente conseil

  • Pâtes et papiers (opérations)

  • Carrosserie

  • Ferblanterie-tôlerie

  • Modelage

  • Épilation à l’électricité

  • Soudage haute pression

  • Réparation d’appareils électroménagers


En partenariat avec d’autres commissions scolaires extrarégionales, elle offre également les programmes suivants : Ébénisterie, Finition de meubles, Service conseil à la clientèle.
Créneaux de développement

La commission scolaire entend participer au développement régional par une offre de formation qui s’adaptera à la réalité du marché et de son territoire. Déjà, des projets d’obtention d’autorisations permanentes sont ciblés pour les programmes de Protection et exploitation de territoires fauniques et Mécanique de moteurs diésels et de contrôles électroniques. De plus, un ASP en Carrosserie ainsi qu’un DEP en Production d’aluminium primaire sont à développer.
Organismes associés

CFEER+: Le centre de formation en employabilité, environnement et récupération a pour objectif l’intégration de jeunes adultes au marché du travail dans le domaine de la récupération.

IFVQ : L’institut de formation en vente du Québec qui donne accès à un guichet unique aux entreprises ayant un besoin de formation ou d’expertise associés à la vente et à la représentation.

CFIE : Le centre de formation intégré en entreprise a comme objectif principal de procurer un lieu d’apprentissage dans des entreprises regroupées en institution.




COMMISSION SCOLAIRE DE LA JONQUIÈRE
Historique

La Commission scolaire De La Jonquière existe depuis 1988 et est née de la fusion des commissions scolaires régionale Lapointe, Les Deux Rives, Jonquière et Arvida, son territoire couvrant la MRC du Fjord du Saguenay.
Fréquentation scolaire

Pour l’année scolaire 2006-2007, le nombre total d’élèves inscrits était de 12 005 élèves répartis ainsi :

  • 676 au préscolaire

  • 4 013 au primaire

  • 4 113 au secondaire

  • 1 427 en formation générale des adultes

  • 1776 en formation professionnelle


Budget

Le budget annuel pour l’année 2006-2007 était de 86 907 179 $.
Particularité

La Commission scolaire De La Jonquière offre 30 programmes de formation professionnelle dont 24 DEPet 6 ASP.
La Commission scolaire détient l’exclusivité régionale de la diffusion des programmes suivants :


Menant au DEP

  • Arpentage et topographie

  • Entretien général d’immeubles

  • Boucherie de détail

  • Mécanique industrielle de construction et d’entretien

  • Briquetage-maçonnerie

  • Pâtisserie

  • Charpenterie-menuiserie

  • Plomberie-chauffage

  • Confection sur mesure et retouche

  • Réfrigération

  • Cuisine d’établissement

  • Réparation d’appareils électroménagers

  • Décoration intérieure et étalage

  • Réparation d’appareils électroniques audio-vidéos

  • Dessin industriel

  • Service de la restauration

  • Électricité

  • Vente de produits de quincaillerie

  • Électromécanique de systèmes automatisés






Menant à une ASP

  • Cuisine actualisée

  • Mécanique d’entretien en commandes industrielles

  • Gestion d’une entreprise spécialisée de la construction

  • Mécanique d’entretien préventif et prospectif

  • Lancement d’une entreprise

  • Pâtisserie de restaurant



De plus, la Commission scolaire offre la formation Mécanique de machines fixes en emprunt avec la Commission scolaire de la Capitale.

Créneaux de développement

Voici les créneaux de développement identifiés par la Commission scolaire De La Jonquière et les programmes qui y sont liés :


Secteur

Programme

Alimentation et tourisme

Boulangerie




Pâtisserie de restaurant




Sommellerie

Bâtiment et travaux publics

Calorifugeage




Carrelage




Préparation et finition de béton




Pose de revêtements de toiture




Pose de revêtements souples




Pose de systèmes intérieurs




Mécanique de machines fixes

Électrotechnique

Installation et entretien de systèmes de sécurité




Installation et réparation d’équipement de télécommunication

Cuir, textile et habillement

Production industrielle de vêtements

Métallurgie

Tuyauteur industriel – DEP

Services sociaux, éducatifs et juridiques

Agent de sécurité


Organismes associés

  • CFER

  • Éducation Internationale







COMMISSION SCOLAIRE LAC-SAINT-JEAN
Historique

Fondée en juillet 1991 suite à la fusion des Commissions scolaires d’Alma, Delisle, Belle-Rivière et régionale Lac-Saint-Jean, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, corporation légalement constituée en vertu de la Loi sur l’instruction publique, gère un réseau d’écoles primaires et secondaires, un centre de formation générale des adultes, un centre de formation professionnelle et un centre des services aux entreprises sur un territoire déterminé. Son territoire recouvre essentiellement celui des MRC Lac-Saint-Jean-Est.
Fréquentation scolaire

Pour l’année 2006-2007, le nombre total d’élèves inscrits était de 6 801 en formation générale jeune répartis ainsi : préscolaire : 459 élèves, primaire : 3 190 élèves et secondaire : 3 152. De plus, 1 772 élèves étaient inscrits en à la formation des adultes et de 959 à la formation professionnelle. La commission scolaire offre 16 programmes menant à l’obtention d’un DEP et 1 programme menant à l’obtention d’une ASP.
Budget

Le budget annuel de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean pour l’année 2006-2007 était de 79 268 092 $.
Particularité

La commission scolaire détient l’exclusivité régionale de la diffusion des programmes suivants :


Menant au DEP

  • Dessin de bâtiment

  • Soutien informatique

  • Fleuristerie

  • Procédés infographiques

  • Horticulture ornementale

  • Techniques d’usinage

  • Production de bovins de boucherie

  • Usinage sur machines-outils à commande numérique

  • Production laitière






En 2006-2007, elle a dispensé sur son territoire 5 programmes empruntés à des commissions scolaires de l’extérieur de la région : Assistance technique en pharmacie, Camionnage, Ébénisterie, Finition de meubles, Réalisation d’aménagements paysagers.
Créneaux de développement

La Commission scolaire du Lac-Saint-Jean désire obtenir l’autorisation permanente à dispenser les programmes suivants et ceux-ci présentent un potentiel récurrent de demande de formation :

  • Assistance technique en pharmacie

  • Ébénisterie

  • Transport par camion


Organismes associés

CFER : le centre de formation en environnement et recyclage.





COMMISSION SCOLAIRE DU PAYS-DES-BLEUETS
Historique

La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets est née le 1er juillet 1998 du regroupement de quatre commissions scolaires : la Commission scolaire de Roberval, la Commission scolaire La Vallière, la Commission scolaire Louis-Hémon et la Commission scolaire de Normandin. Son territoire recouvre essentiellement celui des MRC Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy.
Fréquentation scolaire

Pour l’année 2006-2007, le nombre total d’élèves inscrits était de 8 121 en formation générale jeune répartis ainsi : passe-partout : 397 élèves, préscolaire : 585 élèves, primaire : 3 456 élèves et secondaire : 3 683 élèves.
De plus, 2 032 élèves étaient inscrits en à la formation des adultes et 1 123 à la formation professionnelle. La commission scolaire offre 33 programmes menant à l’obtention d’un DEP et un programme (Lancement d’une entreprise) menant à l’obtention d’une ASP dans deux (2) centres de formation professionnelle.
Budget

Le budget annuel pour l’année 2006-2007 était de102 M $.
Particularités

La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets détient l’exclusivité des programmes de formation professionnelle (DEP) suivants :


Menant au DEP

  • Mécanique agricole

  • Classement des bois débités

  • Mécanique d’engins de chantier

  • Sciage

  • Aménagement de la forêt

  • Travail sylvicole

  • Abattage et façonnage des bois

  • Conduite de machinerie lourde en voirie forestière

  • Affûtage





Créneaux de développement

Les créneaux de développement de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets concernent les programmes suivants: Réception en hôtellerie, Conduite d’engin de chantier, Conduite d’engin de chantier nordique.
Organismes associés

La commission scolaire développe en collaboration avec le Cégep de Saint-Félicien un pôle d’excellence pour la filière bois.



UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI
Historique

Intégrée au réseau de l’Université du Québec comme établissement à vocation générale, l’UQAC jouit d’une autonomie qui lui permet de se considérer comme une université à part entière. Elle assure donc des activités d’enseignement aux premier, deuxième et troisième cycles et réalise des projets de recherche et de création dans les domaines de sa compétence.
Comme toute université, l’Université du Québec à Chicoutimi a un double rôle à jouer : le développement de la connaissance et la dissémination du savoir. À cette double mission d’enseignement et de recherche, se greffe également la notion de service à la collectivité qui lui permet de partager avec la population qu’elle dessert (le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Charlevoix et la Côte-Nord) et les organismes qui la représentent, les objectifs de développement et d’innovation visés par la communauté régionale. C’est pourquoi l’UQAC a finalement intégré à sa vocation générale sa mission de service à la collectivité. Elle peut alors supporter les projets du milieu avec des ressources compétentes et diversifiées et ainsi favoriser le développement de la région en lui permettant d’atteindre une plus grande autonomie socioéconomique et culturelle.
Lors de sa création, en 1969, l’UQAC a également été investie d’une mission particulière, soit la formation des maîtres qui demeure, encore aujourd’hui, une préoccupation essentielle de la société québécoise puisqu’elle apporte régulièrement des modifications à son système d’éducation, Mentionnons enfin que l’Université du Québec à Chicoutimi exerce également une fonction critique sur la société et sur elle-même.
Fréquentation scolaire

Pour les inscriptions, les universités les traitent par trimestre (session) d’inscription. Pour l’année 2006-2007, voici les données :


Premier cycle : 37 baccalauréats, 53 certificats, 35 mineures et 12 programmes courts
Études de cycles supérieurs : 16 maîtrises, 9 doctorats et 8 diplômes d’études supérieures spécialisées
Budget

Le budget 2006-2007 de l'UQAC était de 67 441 391$.
Particularités

L'UQAC est la seule université au Québec à offrir les programmes suivants :

  • Baccalauréat en ingénierie de l'aluminium

  • Baccalauréat en plein air et tourisme d'aventure

  • Baccalauréat interdisciplinaire en arts

  • Baccalauréat avec majeure en conception de jeux vidéo

  • Diplôme d'études supérieures spécialisées en éco-conseil


Créneaux de développement

Au fil des ans, l'UQAC a réussi à se distinguer en apportant au développement de la recherche universitaire québécoise une contribution significative dans divers domaines d'avenir :

  • Les recherches interdisciplinaires sur les populations humaines

  • L'aménagement durable de la forêt boréale

  • L'ingénierie de l'aluminium

  • L'ingénierie du givrage atmosphérique

  • L'exploration et la mise en valeur des ressources minérales

  • L'environnement

  • Le développement régional

  • Les recherches en éducation


Organismes associés

L’UQAC a de nombreux partenaires de recherche, d’études et de formation. Les commissions scolaires et les cégeps de la région en font partie. Pour consulter la liste des principaux partenaires veuillez vous référer au site Internet de l’UQAC http://www.uqac.ca/partenaires/



session

cycle

étudiants

Été 2006

1

2099

2

521

3

144




session

cycle

étudiants

Aut 2006

1

4303

2

927

3

186




session

cycle

étudiants

Hiver 2007

1

5059

2

930

3

189






3.1 La concertation autour de la prévention de l’abandon scolaire rapporte

P

our une deuxième année consécutive, le Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire (CRÉPAS) diffusait la plus récente compilation des indicateurs de persévérance scolaire. Bonne nouvelle ! Les jeunes du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont encore parmi les plus persévérants au Québec.14

F

  • Le taux de décrochage chez l’ensemble des jeunes des commissions scolaires de la région est de 14,2% en 2004-2005, comparativement à 15,8% en 2003-2004. Il s’agit du plus bas taux au Québec.




  • Si le taux de décrochage au Saguenay–Lac-Saint-Jean était le même que dans le réseau public québécois, ce serait 353 jeunes de plus qui décrocheraient à chaque année.




  • Le taux de diplomation après sept ans est passé de 73,4% pour la cohorte de 1998 (diplômés en 2005) à 74,1% pour celle de 1999 (diplômés en 2006). La moyenne du réseau public québécois est de 67,6%.


1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   30

similaire:

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProgramme : a préciser (Xm² logements et Xm² activités/commerces)...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPlan de cours – Formation tdd

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMS92, ingénieur de formation, rejoint cc en qualité de consultant...
«interprenariat» pour le distinguer de l’entreprenariat habituel, relatif à une seule entreprise. Opf articule dans son offre les...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconMarche public de maîtrise d’Œuvre
«offre pour la mission de maîtrise d’œuvre relative à la réhabilitation et l'aménagement d'un logement communal» et portera la mention...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSolution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services...
«Alcuin Talents» est une solution de gestion des talents qui comprend une large gamme de services : gestion des compétences, revue...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconLe rapport annuel 2008-2009 est en ligne
«de regrouper les travailleurs et les petites organisations aux fins d’organiser l’offre de formation continue», avec l’encouragement...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconPremier Ministre du Québec Monsieur Philippe couillard
«Marchés public» de la cci paris Ile-de-France, du Conseil Régional Ile-de-France, de l’ugap, de l’oif, du Conseil Régional Auvergne,...

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconCe cours illustre la partie décrite dans le plan de formation par
«web 0», tels des blogs, des wikis, des listes de discussion ou de diffusion consacrés à la documentation juridique

Plan régional d’AMÉnagement de l’offre de formation iconSur le programme de Géographie de Terminale
«Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire» et plus particulièrement sur la situation «Un aménagement dans une communauté...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com