La Bibliothèque électronique du Québec








télécharger 365.11 Kb.
titreLa Bibliothèque électronique du Québec
page8/37
date de publication24.12.2016
taille365.11 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   37

Pierre


Pas un seul.

La jeune fille


Mon Dieu ! vous ne pensez donc qu’à ceux qui ont de la joie au cœur, vous autres ! Voilà plus de trois mois que je mets de l’argent dans ma poche espérant qu’un jour ou l’autre, je pourrai acheter un fichu noir. Moi, je ne vais pas me promener dans les villes.

Pierre éprouva une sorte de confusion du reproche qui lui était adressé si naïvement. Il promit à la jeune fille d’avoir des fichus noirs, lorsqu’il repasserait, et d’aller jusqu’à la chaumière qu’elle lui indiqua. Il lui demanda si elle ne voudrait pas d’un chapelet de Marienthal.

« Oh ! non, merci, j’ai celui de ma mère », dit la pauvre enfant, en tirant de sa poche un chapelet, dont la croix usée témoignait de la loi de celle à qui il avait appartenu.

Cette rencontre plongea Petit Pierre dans des réflexions sérieuses : « Sans doute, se dit-il, c’est une pauvre orpheline ; bien sûr qu’elle n’a pas un frère comme Christine en a un. Pauvre enfant ! »

Mais ses réflexions n’étaient jamais bien longues.

Dans la belle saison, de Marienthal à Bischwillers, le pays n’est qu’un vaste champ de houblon ; et Petit Pierre qui en s’éloignant du pays songeait au retour, croyait déjà voir, dans ces plaines couvertes de neige, les vertes feuilles du houblon s’enroulant autour des longues perches.

Bischwillers est un chef-lieu de canton à quatre lieues de Strasbourg. On y fabrique du drap. À l’époque où arrivait Pierre, cette ville, sans avoir l’importance qu’elle a acquise aujourd’hui par le développement de ses manufactures, fit une certaine impression sur le colporteur. À mesure qu’il s’éloignait, il sentait la responsabilité qui pesait sur lui. La solitude de la campagne ne l’avait point effrayé ; mais comme il approchait de Strasbourg, terme de son ambition, il n’était plus si sûr de lui-même.

L’auberge où il entra était pleine de monde, car c’était un jour de marché. Une trentaine d’hommes étaient attablés, parlant tout haut de leurs affaires, discutant avec le ton qui annonce une querelle inévitable, d’autres jouaient aux cartes, aux dominos et n’étaient guère plus paisibles. Tous les regards se portèrent sur le petit marchand, lorsqu’il entra.

L’apparition d’un enfant excite toujours l’intérêt ou la curiosité : les plus indifférents ne purent s’empêcher de considérer le petit marchand de bonne mine, bien équipé ; mais il est rare que dans une de ces réunions bruyantes, il ne se rencontre quelque méchant qui trouve son plaisir à opprimer l’innocence.

Pierre, les yeux baissés, assis au bout d’une longue table, mangeait sa modeste pitance, lorsqu’un homme vint l’interrompre, lui demandant en quoi consistait son commerce. Pierre suspendit son repas pour répondre à l’individu, et, sur sa demande, il ouvrit son ballot, étala sa marchandise.

Quand ce méchant homme eut tout vu, tout examiné, il dit à l’enfant avec un cruel sourire : « c’est bien, mon petit, tu peux serrer tout cela, j’ai voulu m’assurer de ta complaisance, parce que, vois-tu, je protège la jeunesse, et, quoique je ne sois pas du pays, j’ai voulu te donner un bon conseil. Maintenant, je te payerai un petit verre d’eau-de-vie ; ça fera rentrer les larmes que j’aperçois à la fenêtre de tes beaux yeux. »

Un gros rire termina cette belle tirade ; mais il n’eut point d’écho. L’aubergiste leva les épaules, et sa femme dit tout bas à Petit Pierre : « Vous entrerez à la cuisine en vous en allant. »

Pierre n’avait plus de larmes dans les yeux. Il remit en ordre son ballot, acheva son dîner, et, sans mot dire, il passa à la cuisine.

L’aubergiste


Mon enfant, ne perdez pas courage ; mais croyez-moi, à votre âge, c’est imprudent d’entrer dans des maisons comme les nôtres. Ayez vos petites provisions et n’entrez que pour boire un verre de bière ; car vous avez pris un état bien dangereux, mon ami. Êtes-vous sans parents ?

Et, sur l’invitation de l’hôtesse, Pierre s’assit et lui raconta son histoire.

« Après tout, dit la bonne femme, vous pouvez réussir !... on a vu cela ; mais, puisque vous allez à Strasbourg, je vais vous indiquer les bons endroits : vous entrerez par la porte de pierre ; allez à la Haute-Montée. Ce sont de braves gens qui ménageront votre bourse ; vous vous laisserez guider par eux pour vos achats, et surtout, lorsque vous repasserez, ne manquez pas d’entrer chez nous ? »

Ce cordial discours fut terminé par l’achat d’un cent d’aiguilles et d’une paire de bas blancs. C’était plus que n’avait osé espérer Petit Pierre.

Bischwillers ne manque pas de boutiques, et notre voyageur avait remarqué, en traversant la ville, plus d’un marchand lui lançant un regard de pitié.

Petit Pierre suivit le conseil de l’hôtesse ; il mit dans sa poche quelques provisions, et bien il fit, car trois lieues de plaines arides le séparaient de Hert où il devait faire sa prochaine étape.

La méchanceté de l’homme de l’auberge lui revint en mémoire, il pressait le pas comme pour le fuir. Pierre était incapable de comprendre quel plaisir cet homme avait pu trouver à le mortifier ainsi. « Ah ! pensait-il, quand je serai grand, je me souviendrai d’avoir été petit ; je protégerai les petits marchands, les petits bergers,... tout le monde. » Ensuite il se mit à pleurer sans ralentir le pas ; car la vue de ce pays si différent du sien, lui serrait le cœur.

Il commençait à se remettre de son émotion, lorsqu’un vieillard, marchant avec des béquilles, parut au détour d’un chemin pour prendre la grande route. Pierre l’attendit et le salua respectueusement.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   37

similaire:

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com