4. Interviews 37








télécharger 325.47 Kb.
titre4. Interviews 37
page6/7
date de publication26.03.2017
taille325.47 Kb.
typeInterview
ar.21-bal.com > économie > Interview
1   2   3   4   5   6   7

le piégeage du CO2 et son stockage afin d’éviter son émission dans l’atmosphère






6.1 Réduire la consommation des technologies


Certaines innovations améliorent l’efficacité énergétique des électroménagers. Les chinois ont inventé une machine sans lessive à l’aide d’un procédé d'électrolyse séparant les composants de l'eau. Les ions OH- attirent et retiennent les salissures, tandis que les ions H+ stérilisent le linge. Quant aux britanniques, ils développent une machine fonctionnant avec seulement une tasse d’eau, grâce à l’utilisation de petites pastilles de plastique. Non seulement, ces petits morceaux enlèvent la saleté du linge, mais en plus elle les laisse presque secs. A la fin du cycle, le plastique est évacué, et réutilisé pour la prochaine fois.





6.2 Développer les énergies renouvelables


Certaines techniques pourraient permettre de développer l’utilisation des énergies naturelles. La société Dickson développe un store composé d’une toile recouverte de cellules photovoltaïques. Ce produit permettant de protéger sa maison du rayonnement tout en produisant de l’électricité, devrait être commercialisé fin 2010.
Un bureau d’ingénierie allemand travaille sur la possibilité de combiner l’énergie du vent et l’énergie hydraulique. De cette idée, un concept est né : la pile hydro-éolienne qui produirait de l’énergie verte. Une pile fonctionne par charge et décharge. En présence de vent, l’éolienne produit du courant, alimentant des pompes qui remontent de l’eau dans un bassin. Lorsqu’il n’y a plus assez de vent, la turbine alimentée par la réserve d’eau prend le relais, et vide le réservoir. Le cycle se poursuit à l’infini.






6.3 Piéger le CO2


En premier lieu, il importe de savoir que l’atmosphère ne peut pas être filtrée pour en retirer le gaz déjà émis. La recherche ne semble rien pouvoir faire sur ce plan.
Le piégeage et le stockage du CO2 (PSC) consistent à séparer le dioxyde de carbone de ses sources industrielles, puis à le transporter dans un lieu de stockage pour l’isoler définitivement de l’atmosphère. Trois méthodes existent pour isoler le CO2 dégagé par un combustible fossile primaire (charbon, gaz naturel ou pétrole) des autres produits gazeux :
Le procédé postcombustion sépare le CO2 des autres gaz dans l’air. Un solvant liquide (de 3 à 15% en volume) capture la partie de CO2 présente dans le courant gazeux. Un solvant organique plus naturel (tel que la monoéthanolamine) peut être utilisé dans les centrales récentes, au charbon pulvérisé ou au gaz naturel à cycle combiné.
La méthode précombustion traite le combustible dans un réacteur, en utilisant de la vapeur, de l’air ou de l’oxygène, de façon à créer un mélange constitué de monoxyde de carbone et d’hydrogène. Dans un deuxième réacteur, le monoxyde de carbone réagit avec la vapeur et permet d’obtenir plus d’hydrogène que de CO2. Ensuite, les deux flux sont séparés grâce à une forte pression. L’hydrogène est réinjecté dans l’industrie pour produire de l’énergie. Ce procédé est employé dans les centrales à cycle combiné avec gazéification intégrée.
La technique d’oxycombustion utilise de l’oxygène (pur à 95-99%) afin de produire un gaz constitué de vapeur d’eau et de CO2. Le refroidissement et la compression du flux gazeux permet d’extraire la valeur d’eau. Un traitement ultérieur des gaz est nécessaire pour supprimer les polluants atmosphériques et les gaz non condensés avant de transporter le CO2 vers le lieu de stockage. Cette méthode est encore au stade de la recherche dans les chaudières, et dans les turbines à gaz.
La plupart du temps, le CO2 est acheminé par gazoduc (canalisation pour le transport du gaz). Le gaz est amené à une haute pression afin d’accroitre sa densité, ce qui facilite le transport et réduit les coûts. Il peut également être transporté en liquide par voies maritimes, routières ou ferroviaires, stocké dans des citernes isothermes à faible température (plus basse que l’air ambiant) et à faible pression.
Pour stocker le CO2, les réceptacles possibles doivent l’emprisonner. Il peut s’agir :

  • De nappes phréatiques salines profondes

  • D’anciens gisements de pétrole ou de gaz naturel

  • Des mines de charbon non exploitées

  • Autre réservoir géologique étanche


Actuellement, la même technique est utilisée pour injecter du CO2 pour la prospection du pétrole et du gaz naturel. D’autres techniques sont en cours d’études. Lors de l’injection sous terre, le gaz se comprime et occupe les espaces vides en déplaçant une partie des fluides présents.
Toutefois, la séquestration présente aussi quelques inconvénients. Tout d’abord, pour le piégeage du gaz carbonique, il faut utiliser de l’énergie (de l’ordre de 10 à 20%). De plus, ce procédé permet de capturer seulement les sources concentrées de CO2 (production d'électricité des grosses usines, soit environ 50% des émissions provenant de l’énergie). Par ailleurs, cela ne résout en rien le problème de l’épuisement des énergies fossiles. Néanmoins, la recherche doit continuer dans cette voie. Cette technologie pourrait devenir une passerelle entre le système énergétique actuel, fondé sur les énergies fossiles et le système futur qui tend vers l’émission nulle.

IX. Sources






1. Bibliographie


Livre « La maison à énergie zéro » de Brigitte VU (juin 2008)
Hors Série Sciences & Vie « La maison du XXIe siècle» (décembre 2007)
Magazine Le Guide de la Maison Positive (n°1)
Magazine Le Guide de la Maison Positive (n°2)
Magazine Le Guide de la Maison Positive (n°3)
Magazine Le Guide de la Maison Positive (n°4)
Journal La Tribune – Cahier spécial développement durable (1er avril 2009)
Journal Courrier International (du 26 au 31 mars 2009)






2. Webographie


Site Internet de l’ADEME (l’Agence De l’Environnement Et de la Maîtrise de l’énergie)

www.ademe.fr
Site Internet du ministère du Logement et de la Ville

www.logement.gouv.fr
Site Internet du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire

www.developpement-durable.gouv.fr
Site Internet du Grenelle de l’Environnement

www.legrenelle-environnement.fr
Site Internet de l’ANIL (Agence Nationale d’Informations sur le Logement)

www.anil.org
Site Internet de l’association HQE (Haute Qualité Environnementale)

www.assohqe.org
Site Internet de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat)

www.anah.fr
Site Internet de l’AFNOR (Association Française de Normalisation)

www.afnor.org

Site Internet de la règlementation pour l’éco-habitat

www.rt-batiment.fr
Site Internet de l’effinegie

www.effinergie.org
Site Internet de l’Observatoire des énergies renouvelables

www.energies-renouvelables.org
Site Internet de l’habitat durable

www.habitat-durable.com
Site Internet Inies, base de données française sur les caractéristiques environnementales et sanitaires des produits de construction

www.inies.fr
Site Internet, propriétaire d’une maison positive

www.michamps4b.be





1. Matériaux



XI. Annexes






1.1 Vitrages




Type de Vitrage

Coefficient de transmission thermique maximale

(en W/m².K)

Vitrage simple

5,7

Vitrage double classique

2,7

Vitrage double VIR, air

2,2

Vitrage double VIR, lame d’argon

1,1

Vitrage triple, lame d’argon

0,8

Vitrage triple, krypton

0,6






2. Règlementation







2.1 Isolation RT 2005 (Source ADEME)




Type de Paroi

Résistance thermique minimale

(en m².C°/W)

Régions H1 et H2

Régions H3

Mur extérieur, toiture de pente > 60°

2,3*

2

Mur ou plancher bas donnant sur un local non chauffé

2

2

Plancher bas donnant sur l’extérieur ou sur un parking collectif

2,3

2

Comble perdu

4,5

4,5

Comble aménagé, toiture de pente < 60°

4**

4**

Toiture terrasse

2,5

2,5

* : R = 2 possible, si la diminution de surface habitable est supérieure à 5 %.

** : R = 3 possible si la diminution de surface habitable est supérieure à 5 %.



Type de Paroi

Coefficient de transmission thermique maximale

(en W/m².K)

Cas général

2,3

Menuiserie coulissante

2 ,6


Carte visualisant les régions h1, h2 et h3 :









3. Financement







3.1 Crédits d’impôts (source ADEME)




Equipements

Depuis le 1er janvier 2009

Chaudières à condensation, individuelles ou collectives, utilisées pour le chauffage ou la production d'eau chaude

25 % ou 40 %

Matériaux d'isolation thermique et coût de la main d'œuvre pour les parois opaques

25 % ou 40 %

Appareils de régulation et de programmation des équipements de chauffage

25 % ou 40 %

Equipements de production d'énergie utilisant l'énergie solaire, éolienne ou hydraulique

50 %

Appareils de chauffages au bois

40 %

Pompes à chaleur à capteur enterrés ou air / eau

40 %

Equipements de raccordement à certains réseaux de chaleur

25 %

Frais engagés pour la réalisation d'un diagnostic de performance énergétique, en dehors des cas où la réglementation le rend obligatoire

50 %

Intérêts d'emprunt pour l'acquisition d'une résidence principale neuve dont la performance énergétique correspond à la norme "Bâtiment Basse Consommation 2005"

40 % sur les 7 premières annuités

Le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d'impôt est plafonné à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple soumis à imposition commune. Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge. Ce plafond vaut pour les dépenses effectuées au cours d'une période de cinq années consécutives comprises entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012. Le contribuable qui effectue des dépenses à plus de 5 ans d'intervalle pourra bénéficier du plafond à deux reprises. Le crédit d'impôt est calculé sur le montant des dépenses éligibles déduction faite des aides et subventions reçues par ailleurs. Les travaux doivent être réalisés par l'entreprise qui fournit les matériaux.
Le diagnostic de performance énergétique ne peut bénéficier du crédit d'impôt qu'une seule fois sur une période de 5 ans. Pour une chaudière à condensation, raccordement à un réseau de chaleur et travaux d'isolation, le taux de 25 % est porté à 40 % à la double condition que ces équipements soient installés dans un logement achevé avant le 1er janvier 1977 et que leur installation soit réalisé au plus tard le 31 décembre de la deuxième année qui suit celle de l'acquisition du logement.






3.2 Eco PTZ (Source Testé pour vous en partenariat avec ADEME)


L’Etat, 11 établissements financiers et les fédérations professionnelles de l’immobilier et du bâtiment ont signé fin février la convention officielle annonçant le lancement de l’Eco PTZ, créé par la loi de Finances pour 2009. Comme son nom l’indique, cet Eco PTZ vous permettra de financer à 0% des travaux de réhabilitation thermique dans votre résidence principale construite avant le 1er janvier 1990.
Pour obtenir ce prêt, il faut faire réaliser un « bouquet de travaux », c'est-à-dire au moins 2 des rénovations suivantes :

- Isolation performante de la toiture ;

- Isolation performante des murs donnant sur l'extérieur ;

- Isolation performante des fenêtres et portes donnant sur l'extérieur ;

- Installation ou remplacement d'un chauffage ou d'une production d'eau chaude sanitaire ;

- Installation d'un chauffage utilisant les énergies renouvelables ;

- Installation d'une production d'eau chaude sanitaire utilisant les énergies renouvelables.

 D’une durée de 10 ans, pouvant être étendue à 15 ans par la banque prêteuse, cet éco PTZ permet de financer jusqu’à 30 000 euros de travaux. Ceux-ci doivent être réalisés dans les deux ans suivants l’octroi du prêt.
Ce prêt devrait être mis en place à partir du 1er avril par les établissements financiers suivants : BNP Paribas, Crédit Agricole, LCL, Société Générale, Caisse d’Epargne, Banque Populaire, Crédit Mutuel, la Banque Postale, Crédit Foncier, Crédit Immobilier de France, Banque Solfea et Domofinance.






3.3 Tarif Electricité (source EDF)



puissance
souscrite

(kVA)

réglage
disjoncteur

(A)

abonnement
annuel TTC

contrat de base


abonnement
annuel TTC

contrat heure creuse / heure pleine

Contrat de base /

Heures
Pleines TTC
pour 1 kWh

Heures
Creuses TTC
pour 1 kWh



3

15

24,84




0,1350 (seulement contrat de base)




6

30

62,99

109,06

0,1106

0,0673

9

45

124,18

195,78

0,1106

0,0673

12

60

177,88

282,36

0,1106

0,0673

15

75

231,58

368,95

0,1106

0,0673

18

90

285,28

455,53

0,1106

0,0673

24

40

476,76

762,73

0,1106

0,0673

30

50

668,24

1069,93

0,1106

0,0673

36

60

859,72

1377,13

0,1106

0,0673






3.4 Tarif revente électricité (source EDF)




Filières des contrats

Durée

Tarifs

Biogaz et méthanisation

15 ans

Entre 7,5 et 9 c€/kWh selon la puissance, + prime à l'efficacité énergétique comprise entre 0 et 3 c€/kWh, + prime à la méthanisation de 2c€/kWh.

Énergie éolienne

15 ans (terrestre) 

Éolien terrestre : 8,2 c€/kWh pendant 10 ans, puis entre 2,8 et 8,2 c€/kWh pendant 5 ans selon les sites.
Dans les DOM, Saint-Pierre-et-Miquelon et Mayotte, le tarif d’achat est de 11 c€/kWh.

 

20 ans (offshore)

Éolien en mer : 13 c€/kWh pendant 10 ans, puis entre 3 et 13 c€/kWh pendant 10 ans selon les sites.

Énergie photovoltaïque

20 ans

Métropole : 30 c€/kWh, + prime d'intégration au bâti de 25 c€/kWh.
Corse, DOM, Mayotte : 40 c€/kWh, + prime d'intégration au bâti de 15 c€/kWh.

Géothermie

15 ans

Métropole : 12 c€/kWh, + prime à l'efficacité énergétique comprise entre 0 et 3 c€/kWh.
DOM : 10 c€/kWh, + prime à l'efficacité énergétique comprise entre 0 et 3 c€/kWh.






4. Interviews







4.1 Propriétaire d’une maison positive en Belgique

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

4. Interviews 37 iconInterviews d’artistes

4. Interviews 37 iconInterviews and Writings

4. Interviews 37 iconInterviews réalisées pour

4. Interviews 37 iconInterviews 44
«refuge d’écosystèmes naturels», participant à la biodiversité des agglomérations urbaines [4]. IL est donc nécessaire de préserver...

4. Interviews 37 iconHistoire | terminale | devoir sur table n°1
«s'associe avec des extrémistes de droite qui font la promotion du néo-nazisme [ ]. Le contenu de ses discours et de ses interviews...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com