Rapport de la Mission conduite par








télécharger 4.72 Mb.
titreRapport de la Mission conduite par
page1/137
date de publication27.03.2017
taille4.72 Mb.
typeRapport
ar.21-bal.com > économie > Rapport
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   137


Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie

Ministère délégué

à l'Industrie

Conseil Général des

Conseil Général des

Mines

Technologies de l'Information

Internet et Entreprise

mirages et opportunités ?

Pour un plan d'action

Contribution à l'analyse de l'économie de l'Internet

Rapport de la Mission conduite par

Jean-Michel YOLIN, Ingénieur Général des Mines

avec

Jean Berbineau, Ingénieur Général des Télécommunications

Christian Scherer Ingénieur Général des Mines

Gérard Biette Ingénieur en Chef des Mines

Mise à jour 1er novembre 2005

Préambule.

Ce rapport 2005 est la neuvième édition depuis la première demande du Ministre, en 1997 nous chargeant

  • d'examiner de quelle façon Internet pouvait participer à la compétitivité de nos entreprises

  • de proposer des actions pour que nos entreprises tirent le meilleur parti de cette évolution.

Après un développement fulgurant durant la période 1995 - 2000, suivi de 3 années paradoxales associant une croissance très forte des usages et un effondrement boursier des entreprises liées aux télécom et au commerce électronique (qui payaient les excès de la spéculation et de certains investissements) nous constatons depuis 2003

  • une nouvelle phase de développement pour les "champions" rescapés de la tempête. Peut-être avec une bataille de titans en perspective car les leaders hégémoniques dans chacuns des grands secteurs ayant acquis une marque, des clients par centaines de millions, et des capitalisations par dizaines de milliards de $ commencent à sortir de leurs domaines pour devenir des acteurs globaux.

  • Une nouvelle génération de start-up : nombreuses sont les nouvelles opportunités technologiques (haut débit, nomadisme, numérisation des transactions. Le Capital Risque est reparti de l'avant depuis le point bas de début 2003 avec néanmoins une pénurie dramatique des Business-Angels dans notre pays pour le financement des jeunes entreprises de croissance, que le venture Capital, bien que regorgeant d'argent est culturellement incapable de financer

  • et surtout l’instauration progressive de la "nouvelle économie" au cœur des entreprises "ordinaires" avec la numérisation progressive de l’ensemble des flux de transactions dans tous les domaines (conception de produits, transactions financières, commerciales, logistique, gestion des flux de production,…)

Il apparaît aujourd'hui clairement qu'Internet ce n'est ni du contenu, ni du contenant (ce n'est ni un "média" ni des télécom et encore moins une synergie entre ces deux métiers profondément différents), ni pour l'essentiel de la Technologie, ni de la Communication, ni de l'Information (dans NTIC, seul N devrait être conservé!), : Les sites web et le commerce électronique ne sont qu'une infime partie des potentialités del'Internet, outil extrêmement puissant et qui fera la différence dans la compétition. Celui-ci n'est pas pour autant un "gri-gri" qui dispenserait d'avoir un vrai métier avec des vrais produits ou services, avec des vrais clients et un vrai compte d'exploitation

Internet est un outil de réseau, l'outil des transactions qui transmet des instructions opérationnelles autant que des informations. Il change en profondeur l'organisation des entreprises et permet des gains considérables de compétitivité en écrasant les coûts: coûts administratifs permettant un redéploiement du personnel vers les clients, coûts d'achat, coûts de formation, coût du SAV et augmentation de son efficacité, en limitant les stocks et en-cours et donc les besoins de capitaux pour opérer une entreprise, en réduisant temps et coût de conception d'un nouveau produit, (2005 a vu la sortie du premier avion français entièrement conçu ainsi avec une division par deux des délais et des couts) en donnant les moyens d'un suivi logistique performant et en assurant aux "nomades" une connexion à ce réseau aussi efficace qu'aux sédentaires

C'est un outil de compétitivité de flexibilité et de réactivité: c'est en fait le nouveau système nerveux de nos entreprises: son appropriation n'est ni un problème technique, ni financier, mais culturel (organisation autour de la satisfaction du client) et organisationnel (accent sur un fonctionnement en réseau autour de projets avec un déplacement fort des mécanismes de pouvoir)

C'est un outil a la porté des PME par son cout et sa facilité d'usage : on parle de simplexité pour souligner cette simplicité de l'usage permis par la complexité des technologies

C'est aussi un outil de modernisation des administrations, leur permettant d'être plus efficaces, d'avoir des guichets électroniques disponibles en permanence (le 24/7), générant moins de frais pour les administrés grâce à des procédures en ligne et à visage plus humain, les tâches "de bureau" étant automatisées les fonctionnaires devraient pouvoir être davantage disponibles pour leurs concitoyens

Internet, loin de "déshumaniser" réduit toutes les tâches automatisables dans le cadre de process (comptabilité, approvisionnement, organisation de la production, suivi client, archivage, suivi qualité,…) et permet à l'inverse de redéployer les personnes vers des fonctions d'écoute client, de développement de partenariats, d'innovation, de conduite de projet

Internet entraîne également une mutation profonde de l'organisation du tissu industriel: réduisant les coûts et les délais des transactions interentreprises (production ou conception d'un produit nouveau) permettant l'indispensable traçabilité exigée des processus qualité, il conduit les entreprises à se spécialiser sur leur cœur de métier et à se configurer en réseaux, "entreprise virtuelle" autour de projets (conception et construction d'un avion, chantier petit ou grand de BTP, tourisme,..), en accroissant sa capacité à s'adapter aux fluctuations chaque jour plus brutales du marché (jusqu'au cas extrême de la Fabless Company): à tel point, comme nous l'avons observé aux US, que symboliquement le "firewall", protection des informations sensibles contre les intrusions, n'est plus autour de l'entreprise à travers les entreprises mais autour du projet

Bien entendu, cela implique qu'une entreprise ne peut véritablement tirer bénéfice d'Internet que si cette évolution concerne simultanément ses fournisseurs, clients et partenaires : c'est une des grandes difficultés qui confère aux pouvoirs publics et aux grands donneurs d'ordre une responsabilité particulère à travers le lancement d'action collective comme ce fut le cas, avec succès, dans le domaine de la qualité il y a quelques années

2003 a vu le lancement du programme Boost-Aéro (et sa composante e-pme) visant à "numériser" l’ensemble de la filière aérospatiale et défense, déployant à l'échelle nationale l'initiative prise en Midi-Pyrénées en 2000, et en 2005 la Direction Générale des Entreprise a lancé le programme TIC et PME 2010 qui vise a étendre progressivement cette approche à l’ensemble des filières…

Ce programme a mis en évidence une nouvelle fois le cruel retard de nos infrastructures (disponibilité, capacité, qualité et prix : malgré des progres significatifs nous avons encore pu voir de nombreuses entreprises dont la localisation était mise en péril par le déficit des infrastructures) et la difficile montée en puissance d'une véritable concurrence. La mise en œuvre progressive des directives européennes et la capacité d'initiative conférée aux collectivités locales avec le vote de la loi L1425-1devrait, espérons le, permettre de remédier à ce très préjudiciable état de fait dans les prochaines années. L'arrivée à maturité du Wimax offre en outre une nouvelle technologie de réseau local. Notons l’organisation tres originale que constitue le réseau RANT (Reseau pour l’aménagement Numérique du Territoire) qui réunit tant les administrations concernées que les collectivités locales et les opérateurs alternatif et qui contribue grandement à l’efficacité de cette action

Par ailleurs l'arrêt des investissements provoqué par la situation financière dégradée des opérateurs (qui ont consacré leurs moyens financiers à des acquisitions déraisonnables à l'étranger plutot qu’à entretenir et développer leurs réseaux) ont conduit les producteurs d'équipement, détenteurs de la technologie, au bord de la faillite handicapant leurs efforts de R&D, ce que nous risquons de payer très cher à l'avenir avec l'émergence de la Chine dans ce secteur, qui elle a "mis les bouchées doubles"

Sur un autre plan, Internet introduisant de nouveaux modèles d'organisation, de nouveaux produits ou services, continue à offrir des opportunités nombreuses de création d'entreprises et la folie des start-up de la "bulle" ne doit pas occulter l'importance toujours actuelle de cet enjeu. Mais créer une entreprise redevient ce qu'elle a toujours été, une aventure passionnante difficile et risquée, indispensable à la vitalité et au renouvellement de notre tissu économique et qui en tant que tel, mérite une attention d'autant plus soutenue des pouvoirs publics que les financements se font rares.

Aujourd’hui dans ce domaine les créations sont nombreuses grace à la "love money" (épargne du créateur et moyens réuni auprès de ses proches mais qui ne dépassent que rarement 100k€), les ressources du capital risque sont abondantes (mais ils n’interviennent pas en dessous de 2M€) et pour autant nous avons 10 fois moins d’entreprises de croissance, les "gazelles" que les anglo-saxons: le problème dramatique que connaît notre pays est sa quasi incapacité de faire émerger des "busines angels" managers confirmés, capables de juger d’une équipe et d’un projet, crédible auprès des marchés et des financiers et disposant de quelques moyens financiers pour investir et qui seuls sont capables d’investir efficacement dans la phase de décollage en assurant un role de coach. Des initiatives ont été prises en 2005 mais encore très insuffisantes

Les entreprises leaders créées autour de vraies innovations ont pour beaucoup survécu et retrouvent en 2005 des valorisations de plusieurs dizaines de milliards de $

Parmi les innombrables start-up qui ont disparu, certaines avaient développé des concepts qui ne nous paraissent pas pour autant condamnés: sans doute en avance sur leur temps elles avaient anticipé une adoption plus rapide de leurs produits ou technologies en sous-estimant la lenteur des évolutions des esprits, ou dans d'autres cas elles ont été poussées à un développement trop rapide, notamment à l'international par des investisseurs impatients et elles n'ont pas tenu le choc. Nous n'avons pas voulu gommer ces aventures qui seront sans doute reprises plus tard par d'autres, ni nous gausser de ces échecs, car même si le succès n'est pas au bout du chemin, le fait d'avoir oser créer mérite notre respect

Malheureusement nos nombreux déplacements à l'étranger, tant dans les pays du Nord qu'aux Etats Unis ou en Asie nous ont montré le creusement de l'écart entre nos entreprises et leurs compétiteurs: notre modèle sociologique d'entreprise, issu, comme dans les autres pays latins, de l'agriculture est basé sur "la défense de territoires", et donc sur le modèle hiérarchique, ou la fidélité est plus reconnue que la compétence, se révèle peu adaptée à une organisation en projets partenariaux en réseau. Nos entreprises ont vu arriver Internet non comme une opportunité mais comme une menace et n'ont pas caché leur satisfaction devant ce qu'ils ont cru être l'effondrement de la "nouvelle économie" qui ne concernait en fait que les aspects superficiels et excessif, et ont totalement détourné leur attention de ce qu'elles considèrent encore parfois aujourd’hui aujourd'hui comme un mirage dissipé

Le rapport du World Economic Forum 2003 portant sur 82 pays situe la France au 4ème rang mondial pour la qualité de ses ingénieurs et scientifiques mais seulement en 19ème position en terme de capacité à utiliser les réseaux de technologie de l'information (critère ou la Finlande occupe la 1ère place et les Etats Unis la seconde). Cette analyse confirmerait l'hypothèse que notre retard est structurel et correspondrait à une question culturelle et non à un retard technologique

Selon toutes les analyses passées en revue dans ce rapport notre économie est en retard sur ses compétiteurs tant vis à vis des pays Européens vis à vis pays asiatiques … et cette situation perdure d’année en année

Sur le plan géopolitique, à côté de la domination des Etats Unis et du niveau d'excellence de l'Europe du Nord on note que le Japon (en dehors des technologies nomades) souffre des mêmes difficultés culturelles que nous pour pouvoir pleinement exploiter les potentialités de l'Internet, mais qu'à l'inverse émergent de nouveaux foyers de développement de très haut niveau technologique en Inde et dans le "monde Chinois" (périphérie du pacifique et Asie du Sud-Est) : ce serait comme nous le répétons chaque année une très grave erreur d'analyse que de ne considérer ces pays que comme simplement des "pays à bas couts". Allant un cran plus loin, ces dernières année la Chine a décidé de développer ses propres normes pour s'affranchir des technologies américaines (DVD, Téléphones, systèmes d'exploitation,…)

L'internet a entrainé une mutation encore plus profonde résumée par le patron de Reuter : "le monde est en train de se réorganiser en communautés dont les membres vivant à des milliers de km les uns des autres ont plus à partager qu'avec leurs plus proches voisins" : il serait dangereux de sous estimer cette évolution profonde qui voit les solidarités "tribales" se substituer aux solidarités nationales

Les classements du World Economic basés sur le jugement des businessmen de la planète, sont certes très contestables, mais, avec un positionnement de notre Pays autour de la 30ème place alors que les pays ayant misé sur Internet caracolent en tête (Amérique du Nord mais aussi, Pays du nord et Dragons asiatique) doit néanmoins nous inciter à la reflexion.

Certains philosophes ont même idéalisé cet état de fait dans une apothéose de "french arrogance" en déclarant "la France ne prend pas du retard, elle prend du recul": espérons que le précipice n'est pas juste dans notre dos

Des technologies don’t nous parlions dans les dernières éditions arrivent enfin à un stade commercial nous noterons en particulier la percée spectaculaire de la technologie WiFi et l’arrivée du WIMAX qui permettent un accès sans fil beaucoup plus rapide que l'UMTS et infiniment moins cher : arriveront-elle à se compléter? certains en doutent et craignent de nouvelles difficultés pour la "3G" au moment ou on commence déjà à parler de la 3,5G voire de la 4G.

Notons aussi, grace au "débridage" de l’ADSL (Alcatel vend du 20Mbps aux US …) , le décollage spectaculaire du "triple play" qui permet d’utiliser la connection Internet tout à la fois pour l’ordinateur, la télévision et le téléphone, rendant celui-ci enfin quasi gratuit et frappant d’obsolescence le modèle économique traditionnel des opérateurs historiques (heureusement pour eux la force des habitudes rendra très progressive la disparition du téléphone classique : il n’est que de voir la lenteur de l’agonie du minitel pour mesurer l’importance de inertie dans les comportements).

Par ailleurs les "blogs" en démocratisant les sites web personnels ont fortement accru la capacité d’expression des particuliers bouleversant quelque peu l’univers des "médias" avec textes, photos et video.

Le téléphone portable, de son coté, surnommé "la kalashnikov" du marketing, a aussi montré par son pouvoir d’ubiquité, ses capacités de radioreportage et ses fonctions nouveau terminal internet dans les entreprises

Enfin on ne peut passer sous silence le lancement commercial du haut débit distribué à travers les fils électriques (CPL : courants porteurs en ligne) qui ouvrent une brèche dans le monopole de la distribution jusque chez l’abonné : n'est-ce point le premier pas vers une réorganisation radicale des "utilités" (eau, gaz, électricité, téléphone, télévision, maintenance, surveillance/ sécurité, …) traditionnellement organisées dans notre pays en "services publics" monopolistiques spécialisés agissant tout au long de la chaine (production, transport, distribution) et qui pourraient muter vers des sociétés de "multi-services" ne s'occupant que du service au client et lui offrant avec un seul interlocuteur toute la palette des services laissant à d'autres entreprises le transport (RTE, infrastructures en DSP pour les télécom, …) ou la production (énergie, ..)

Plus inquiétant pour terminer le développement des nanotechnologies a permis la jonction entre NTIC et biotechnologie, permettant pour le meilleur comme pour le pire le mariage entre l'inerte et le vivant ouvrant un nouveau chapitre des sciences les NBIC (Nano,Bio, Info, Cogno) ou Bang (Bits, Atoms, Neurons, Genes)

Par ailleurs les problèmes de sécurité ont été au cœur des préoccupation tant des Etats que des entreprises vu le rôle clé que jouent maintenant ces technologies dans le fonctionnement de notre société et de notre économie : la plus grande efficacité apportée par celles-ci se traduit aussi par une plus grande vulnérabilité, ("dans une économie en réseau chaque membre dispose d'un potentiel de catastrophe croissant" (Favilla) et de difficiles arbitrages doivent être faits entre sécurité et respect de la vie privée (débats sur le programme "National Strategy To Secure Cyberspace" le projet "Carnivore" ou "total information awareness" par exemple). Notons aussi depuis l'été 2003 une véritable explosion du SPAM (courriers non sollicité ou "pourriels") qui ont littéralement envahi les messageries

Ces années 2003, 2004 et 2005 ont également été marquées par de nombreux et importants textes législatifs qui répondent à des question importantes dans des domaines très variés comme le thème essentiel de la confiance, de la responsabilité, de la sécurité et de la liberté d’initiative pour les collectivités locales en matière d’infrastructure

Le premier janvier 2005 a vu la mise en application de la directive européenne sur les marchés publics : ces marchés représentant de l’ordre de 700 milliards d’Euros sont dorénavant accessibles par internet et il est possible d’y soumissionner par ce canal, globalisant le marchéce qui ne va pas sans conséquences en terme de concurrence pour les entreprises concernées

Enfin notons que la proposition de directive sur la brevetabilité des logiciels, qui risquait, a l’inverse du but poursuivi, de handicaper sérieusement la capacité d’innovation de nos entreprises, et sur les conséquences de laquelle nos rapports précédents avaient attiré l’attention a été définitivement rejetée, à une quasi unanimité (c’est une première) par le parlement de Strasbourg

Confucius disait "l'ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance mais le fait que l'on croit savoir": ce rapport se donne comme objectif d'essayer d'aller au delà des apparence et de mettre le projecteur sur les éléments clé de cette mutation et les actions à entreprendre par les acteurs concernés

Un grand nombre de personnes (entreprises, sociétés de conseil, organismes de formation,…) nous ont suggéré d'assurer la mise à jour d'un rapport qu'ils utilisent comme document de référence (support de cours, source d'exemples d'application pour la sensibilisation et le conseil, guide méthodologique, …).

La présente version essaye de répondre à cette demande: Comme la précédente, celle-ci est consultable à l'adresse www.ensmp.fr/industrie/jmycs (depuis sa première publication ce rapport a reçu plus d'un million de requêtes provenant de 103 pays), il est possible de la télécharger ou de l'utiliser en format html comme plate-forme de navigation pour accéder à toutes les sources citées (le sommaire très détaillé essaie de faciliter un accès direct et rapide à la préoccupation du lecteur).

En outre une page de News - www.yolin.net - permettra de continuer à l'enrichir progressivement par des développements spécifiques (formation, intelligence économique, développement économique local, création d'entreprises dans les NTIC, infrastructures et aménagement du territoire, Internet et collectivités locales, sécurité, les nouveaux métiers, la e-santé, la "soft-war", les clubs d'entreprise, les actions collectives comme Boost-Aéro, les rapports de mission,…) et de rester à votre écoute pour continuer à capitaliser notre expérience collective

Merci à tous

Sommaire du Rapport

1 L'Internet en deux mots 7

1.1 Le fruit étrange de la liaison entre la rigueur des militaires et la créativité libertaire des chercheurs sur fond de guerre froide 7

1.2 Au-delà du mail et de la navigation, les multiples fonctions d'internet: 14

1.3 Un développement explosif: une "Hot-Technologie". Quelques statistiques¤ 30

1.4 Internet et les technologies traditionnelles de transfert de données électroniques 61

1.5 jamais une nouvelle technologie ne s'était imposée aussi rapidement 85

2 Des mutations majeures dans l'organisation des entreprises 87

3 Les entreprises dont le métier repose sur le traitement de l'information 98

3.1 Les entreprises directement concernées par le fonctionnement d'Internet 98

3.2 Les industries dont le métier consiste à produire ou à traiter de l'information : des clients naturels...mais qui vont devoir repenser leur métier 98

3.3 les professions où l'information est au cœur de la valeur ajoutée, mais qui, néanmoins, nécessitent un contact physique ou la livraison d'un objet : 110

4 Quelles opportunités pour les PME "ordinaires" 117

4.1 Emettre de l'information : Site Web, Commerce électronique 117

4.2 Réception d'information : recevoir, se faire livrer ou aller chercher l'information 177

4.3 travail coopératif : l'apport majeur de l'Internet 188

5 Comment saisir les opportunités offertes par l'Internet? 235

5.1 Les freins et les moteurs 235

5.2 Une profonde mutation pour tous les métiers dans tous les secteurs et pour les entreprises de toutes tailles 245

5.3 Ni un problème financier Ni un problème technique : Internet est au premier chef un défi stratégique, un problème d'organisation et de gestion du pouvoir 252

5.4 Par où commencer ?. 256

5.5 Comment conduire cette évolution : quelques pistes 258

6 Les grandes évolutions technologiques : le haut débit et l'Internet nomade 264

6.1 Le haut débit: Les autoroutes de l'information, l'Internet large bande 264

6.2 L'Internet nomade 284

6.3 Des techniques permettant de limiter les volumes d'information à transmettre 291

6.4 Une saturation constante quelle que soit la largeur de bande? 292

7 Internet : une chance à saisir pour développer création d'entreprises et emploi 293

7.1 La création d'entreprises dans les NTIC: un enjeu majeur, un problème spécifique 293

7.2 Typologie des opportunités de création liées au développement de l’Internet 311

7.3 Les difficultés à surmonter pour accroitre le nombre de création d'entreprises 312

7.4 Une piètre connaissance de la création d'entreprises en France 323

7.5 Autres problèmes méritant d'être signalés 324

8 Propositions pour un plan d'action 327

8.1 Les pouvoirs publics ne peuvent pas ne pas agir 327

8.2 Améliorer l'environnement global pour créer les conditions du décollage 329

8.3 Des mesures spécifiques pour les PME 365

8.4 Des mesures pour favoriser la création d’entreprises 405

9 CONCLUSION 410

Sommaire détaillé

1 L'Internet en deux mots 7

1.1 Le fruit étrange de la liaison entre la rigueur des militaires et la créativité libertaire des chercheurs sur fond de guerre froide 7

1.2 Au-delà du mail et de la navigation, les multiples fonctions d'internet: 14

1.3 Un développement explosif: une "Hot-Technologie". Quelques statistiques¤ 30

1.4 Internet et les technologies traditionnelles de transfert de données électroniques 61

1.5 jamais une nouvelle technologie ne s'était imposée aussi rapidement 85

2 Des mutations majeures dans l'organisation des entreprises 87

3 Les entreprises dont le métier repose sur le traitement de l'information 98

3.1 Les entreprises directement concernées par le fonctionnement d'Internet 98

3.2 Les industries dont le métier consiste à produire ou à traiter de l'information : des clients naturels...mais qui vont devoir repenser leur métier 98

3.3 les professions où l'information est au cœur de la valeur ajoutée, mais qui, néanmoins, nécessitent un contact physique ou la livraison d'un objet : 110

4 Quelles opportunités pour les PME "ordinaires" 117

4.1 Emettre de l'information : Site Web, Commerce électronique 117

4.2 Réception d'information : recevoir, se faire livrer ou aller chercher l'information 177

4.3 travail coopératif : l'apport majeur de l'Internet 188

5 Comment saisir les opportunités offertes par l'Internet? 235

5.1 Les freins et les moteurs 235

5.2 Une profonde mutation pour tous les métiers dans tous les secteurs et pour les entreprises de toutes tailles 245

5.3 Ni un problème financier Ni un problème technique : Internet est au premier chef un défi stratégique, un problème d'organisation et de gestion du pouvoir 252

5.4 Par où commencer ?. 256

5.5 Comment conduire cette évolution : quelques pistes 258

6 Les grandes évolutions technologiques : le haut débit et l'Internet nomade 264

6.1 Le haut débit: Les autoroutes de l'information, l'Internet large bande 264

6.2 L'Internet nomade 284

6.3 Des techniques permettant de limiter les volumes d'information à transmettre 291

6.4 Une saturation constante quelle que soit la largeur de bande? 292

7 Internet : une chance à saisir pour développer création d'entreprises et emploi 293

7.1 La création d'entreprises dans les NTIC: un enjeu majeur, un problème spécifique 293

7.2 Typologie des opportunités de création liées au développement de l’Internet 311

7.3 Les difficultés à surmonter pour accroitre le nombre de création d'entreprises 312

7.4 Une piètre connaissance de la création d'entreprises en France 323

7.5 Autres problèmes méritant d'être signalés 324

8 Propositions pour un plan d'action 327

8.1 Les pouvoirs publics ne peuvent pas ne pas agir 327

8.2 Améliorer l'environnement global pour créer les conditions du décollage 329

8.3 Des mesures spécifiques pour les PME 365

8.4 Des mesures pour favoriser la création d’entreprises 405

9 CONCLUSION 410


"Ce qui est marginal mais croît de façon exponentielle peut devenir majeur"

Jean-Claude Pelissolo

"we haven't seen anything yet"

Jean-François Abramatic

Internet et Entreprises: Mirages et opportunités ?

Quelles initiatives prendre ?
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   137

similaire:

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de la Mission conduite par

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de la Mission conduite par

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de mission : a l’issue de la mission qui m’est confiée, et...

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de la Mission conduite par
«jeunes pousses» et l’émergence des «Business Angels». Comme tout phénomène brutal une telle croissance ne pouvait se produire "à-coups"...

Rapport de la Mission conduite par icon1. Rapport moral
«les arbres des Graviers» conduite par Alain Bonneton (et moi pour l’Epine Montain et les paysagistes). Bonne participation

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de mission

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de Mission

Rapport de la Mission conduite par iconRapport de mission 16 février 6 mars 2016
«piller» par les taxes de l'administration. Le comité sera composé des 4 masters (Sanu, président, Madhu, Ramesh, secrétaire, Shilpakar),...

Rapport de la Mission conduite par iconLa mission d'une maîtrise d'œuvre est de
«mission de base» fait l'objet d'un contrat unique et comporte au minimum les éléments de mission esq, aps, apd, pro, act, det, visa,...

Rapport de la Mission conduite par iconCe rapport de mission doit être lu conjointement avec le document suivant








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com