I-le vaste sujet des technopoles








télécharger 32.37 Kb.
titreI-le vaste sujet des technopoles
date de publication29.03.2017
taille32.37 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
I-Le vaste sujet des technopoles

1) Différenciation entre les différents types de technopole

- Un technopôle, ou un parc technologique, est une zone d’activités qui rassemble des entreprises de fabrication ou de services dans le secteur des technologies de pointe.

Les technopôles sont la plupart du temps situés dans la périphérie ou à proximité des grandes villes de façon à bénéficier de structures de recherche (universités, laboratoires privés …) et d’une communication directe avec le pouvoir politique, et décisionnaire, puisque les grandes villes sont bien souvent des préfectures départementales ou régionales. Cette implantation permet aussi une utilisation accrue des moyens de transport modernes et internationaux tels que les avions et les trains à grande vitesse.

- Une technopole est de plus grande envergure qu’un technopôle puisqu’il s’agit d’une ville entière spécialisée dans les technologies de pointe. Le Comté de Santa Clara est le symbole Mondial des technopoles puisque cette région comporte 2 Millions d’habitants, avec comme chef-lieu la ville de San José. Le PIB de ce comté équivaut au PIB du Chili alors que le Chili compte 17 Millions d’habitants. Il est donc explicite que les technopoles concentrent des personnes socialement élevées qui ont des connaissances accrues. En effet la Silicon Valley (= le comté de Santa Clara) concentre énormément de multinationales produisant des composants électroniques ou informatiques. En réalité cela n’est pas un hasard puisque la Silicon Valley signifie littéralement la Vallée du Silicium. Le silicium est un composé essentiel à tous les circuits imprimés nécessaires en électronique et en informatique.

Robert Noyce, co-fondateur d’ Intel, est l’inventeur des circuits imprimés et est originaire du Comté de Santa Clara. Ce qui prédestinait la Silicon Valley était en partie sa proximité avec San Francisco et avec donc une partie du pouvoir financier mais aussi ses richesses naturelles en silicium qui permettait donc aux entreprises d’électronique Américaines d’extraire du silicium à moindre coût puisqu’elles étaient directement sur place.

Hewlett-Packard est la société la plus ancienne à s’être implantée en Silicon Valley, mais d’autres entreprises connues s’y sont implantées telles qu’Intel, Apple, Sun Microsystems, Symantec, Google, nVidia, Facebook, Yahoo, Adobe Systems, AMD, SanDisk, eBay ou ElectronicArts.

En réalité, la taille différencie une technopole d’un technopôle mais pas seulement. Un technopole est implanté en périphérie d’une grande ville pour faire la renommée d’une ville mais sans raison particulière concernant l’endroit précis de son implantation.

Une technopôle quant à elle est implantée à proximité d’un centre politico-financier important, en l’occurrence San Francisco et San José pour la Silicon Valley ou Nice et Monaco pour Sophia-Antipolis, mais aussi car son implantation géographique a un sens. Si le Comté de Santa Clara n’avait pas comporté de ressources naturelles en silicium aussi riches, il n’est pas acquis que les entreprises s’y soient installées.

2) Un cas précis: Bordeaux.

a) Présentation de la ville de Bordeaux.

La ville de Bordeaux est une commune du Sud-ouest de la France, chef-lieu de la région Aquitaine et préfecture du département de la Gironde. Son agglomération comporte 900 000 habitants et son rayonnement urbain compte plus d’un million de personnes.

La ville de Bordeaux est connue pour son vignoble dans le Monde entier depuis le 18ème siècle.

b) Une ville à forte connotation universitaire.

Bordeaux accueille 80 000 étudiants tous les ans, ce qui en fait la 6ème ville universitaire de France. Le campus Bordelais, essentiellement concentré sur le plus vaste campus d’Europe situé entre Pessac, Talence et Gradignan est divisé en quatre grandes universités :

  • L’université Bordeaux-I qui regroupe plutôt les études liées aux Sciences et aux Technologies.

  • L’université Bordeaux-II « Victor Segalen » regroupant les travaux sur la médecine, les sciences de l’homme et l’œnologie.

  • L’université Bordeaux-III « Michel de Montaigne » accueillant les travaux sur les sciences humaines, de lettres et de langues.

  • L’université Bordeaux-IV « Montesquieu » regroupant les élèves sur le thème du droit, des sciences politiques, des sciences économiques, des sciences sociales, et des sciences de management.

c) La dépendance économique et sociale à l’agriculture, et particulièrement à la viticulture.

Comme nous l’avons rappelé plus haut, Bordeaux est la capitale Mondiale du vin. On y trouve quelques-uns des vins les plus prestigieux du Monde, communément appelés « vins de Bordeaux » sans différenciation particulière avec les vins de moindre qualité. Dans la grande périphérie Bordelaise on retrouve 14 000 producteurs viticoles, 120 000 hectares de vigne, 400 négociants qui rapportent un chiffre d’affaires annuel de près de 15 Milliards d’euros en produisant près de 700 Millions de bouteilles chaque année.
Il est évident que la viticulture a un poids primordial dans l’économie Bordelaise et dans le prestige que la ville a pu avoir dans le passé.

Encore aujourd’hui la ville rayonne grâce à son vin même si la concurrence des vins produits à bas coût en Asie commence à gêner la prospérité de l’activité puisqu’effectivement chaque année des viticulteurs sont obligés de cesser leur activité par faute de revenus.

Même si les Français sont de gros consommateurs de vins, c’est à l’étranger que le vin de Bordeaux se vend le mieux, et la concurrence des vins étrangers combinée à l’avènement récent du vin rosé contribuent à la baisse de l’activité.

d) Une industrie heureusement présente.

Heureusement Bordeaux n’est pas une ville exclusivement dépendante de la viticulture et la ville peut compter sur ses 28 000 salariés de l’industrie, dont 15 000 dans le bois et le papier.

La holding HZ, en partenariat avec l’équipementier automobile Johann Hay, a racheté l’entreprise de fabrication de transmissions automatiques qui appartenait auparavant à Ford Aquitaine Industries et qui était le premier employeur de la région avec 1 600 salariés. Le groupe Michelin possède aussi une usine de fabrication de pneumatiques dans la région Bordelaise.

Le gros point fort de Bordeaux est en réalité assez méconnu. Bordeaux est le deuxième pôle aéronautique, spatial et de défense de France après Toulouse avec 28 000 emplois liés à l’aéronautique dans le Grand Bordeaux.

Dassault Aviation, Thales, EADS et Safran sont notamment présents sur la zone.
Les avions Falcon, le cockpit de l’A380, les propulseurs de la fusée Ariane ainsi que le M-51, un missile nucléaire, sont fabriqués en périphérie de Bordeaux.
En effectifs plus réduits, on note la présence d’industries pharmaceutiques, notamment Sanofi-Aventis, et d’industries pétrochimiques.

e) Une façade maritime touristique

Le Grand Port Maritime de Bordeaux est le deuxième port de croisière de la façade Atlantique en France. Cela confère à Bordeaux une forte attractivité touristique puisque 2.5 millions de personnes visitent Bordeaux chaque année. Cette forte attractivité touristique et commerciale, puisque le port de Bordeaux accueille plus de 1 600 navires par an, sous-entend un grand nombre de salariés dans le secteur tertiaire. En effet, 80% des Bordelais travaillent dans le secteur des services dont 52% pour les services marchands et non marchands et 15% dans le commerce.

Le tourisme à Bordeaux est renforcé par le classement au patrimoine Mondial de l’UNESCO du Port de Lune, un quartier de Bordeaux. Bordeaux est la ville Française ayant le plus de monuments classés après Paris.

Cette attractivité culturelle incite les financiers à travailler à Bordeaux et à en faire un lieu de villégiature pour leur famille. C’est pourquoi Bordeaux est souvent considérée comme une « petite Paris ».

2) Les Technopôles Bordelaises :

Le Grand Bordeaux compte en réalité 4 technopôles, même si l’un d’entre eux est en fait partie prenante des technopôles déjà existants :

  • Bordeaux Unitec

Localisé sur le campus universitaire, son objectif est de favoriser la création et l’évolution d’activités innovantes.
- Bordeaux Technowest

Situé au cœur du centre ASD Bordelais, ce technopole vise à soutenir les innovations liées à l’aérospatiale et à la défense.

  • Bordeaux Montesquieu

Technopôle dédié aux sciences du Vivant, principalement la viticulture, l’agronomie et la santé, il est situé au cœur du vignoble de Pessac Léognan.
On note aussi la présence d’un incubateur régional pour les projets hautement scientifiques liés à la recherche en laboratoire, cet incubateur se situe sur deux sites. Le premier est à Bordeaux Unitec tandis que le deuxième est à l’université Bordeaux II et au CHU de Bordeaux.


  1. Bordeaux Unitec

Bordeaux Unitec est une association loi 1901 créée à l’intiative des villes de Pessac, Talence et Gradignan en 1990.

plan_bordeaux_unitec.jpg

Son objet est de favoriser l’implantation de nouveaux laboratoires de recherche, de provoquer du développement industriel par l’organisation des transferts de technologie, de détecter et d’accompagner la création d’entreprises de technologies innovantes et de faciliter l’implantation d’unités de R&D, de PMI et filiales de grands groupes.

180 entreprises ont pu voir le jour grâce à Bordeaux Unitec, principalement dans les domaines suivants :

  • Biotech-santé, équipements médicaux

  • Optique-laser

  • Informatique

  • Electronique

  • Telecom

  • Multimédia

  • Ingénierie

  • Environnement

Pour cela, Bordeaux UNITEC a mis en place divers moyens pour permettre aux jeunes entrepreneurs de réussir :

  • Un incubateur de projets

  • Une pépinière d’entreprises

  • Le centre Condorcet qui permet de bénéficier de salles de réunion, d’un centre de congrès, de salles de visioconférence …

Bordeaux UNITEC propose un accompagnement complet au jeune entrepreneur selon une démarche bien définie.

demarche.jpg

A partir de l’idée, l’équipe va proposer une phase d’incubation qui consiste à faire toutes les études de viabilité et de faisabilité concernant le projet, on établit le business plan de l’entrepreneur jusqu’à faire le montage financier en passant par les études de marché, les études juridiques …

Une fois la phase d’incubation terminée et validée par l’équipe, UNITEC met à la disposition des entrepreneurs sa pépinière d’entreprises qui permet d’avoir des locaux avec un loyer modéré et des services mutualisés pour tous les adhérents, notamment :

- secrétariat courant
- accès Internet - possibilité de haut débit
- accueil téléphonique, réception personnalisée de vos appels
- accueil de vos visiteurs
- gestion du courrier
- matériel bureautique : photocopieur, télécopieur, relieur de documents
- salle de réunion équipée
- accès prioritaire aux services du Centre Condorcet (salles de réunion et auditorium, cafétéria, restaurant, club Condorcet, exposition…)
- appui à votre communication
- un club de partenaires pour avoir accès à des tarifs préférentiels auprès de fournisseurs

La pépinière n’est accessible que durant 23 mois, l’utilisateur doit ensuite être capable de voler avec ses propres ailes, cependant UNITEC ne laisse pas complètement ses usagers dans la nature puisqu’il propose un suivi à la croissance en aidant dans la recherche de partenaires institutionnels, de partenaires scientifiques ou de partenaires industriels.

Une fois ce stade passé, UNITEC propose une aide à l’implantation sur les communes de Talence, Pessac et Gradignan voire même directement au sein de Bordeaux UNITEC .
Partenaires essentiels du transfert de technologies, les universités, écoles et organismes de recherche de l'agglomération bordelaise ouvrent leurs portes aux entreprises et aux créateurs. Tous membres fondateurs de Bordeaux Unitec, ils permettent un accès privilégié à leurs compétences.

Bordeaux UNITEC travaille avec toutes les universités Bordelaises et aussi avec l’ENSAM, l’institut polytechnique de Bordeaux, le CNRS, l’INRA et le CESTA/CEA ect.

Implanté depuis 1965 sur la commune du Barp, entre Bordeaux et Arcachon, le CESTA (Centre d'études scientifiques et techniques d'Aquitaine) est un établissement public de recherche de la Direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Il réunit un millier de collaborateurs sur un site de 740 hectares. Sa mission première est d'assurer l'architecture industrielle des armes de la force de dissuasion nucléaire. Le centre abrite également les grands lasers LMJ (Laser MégaJoule) en cours de construction, LIL (Ligne d'Intégration Laser), PETAL (Laser Petawatt) et ALISE.

Le développement du laser Mégajoule est mené de front avec le développement d’un pôle d’envergure européenne en industrie optique. Cependant à ce point de vue le technopole Bordeaux UNITEC fait concurrence au technopole Bordeaux TECHNOWEST qui aimerait aussi pouvoir travailler avec le CESTA compte tenu de l’investissement consenti par l’Etat Français à ce sujet, puisqu’il s’agit d’un investissement de 2 Milliards d’euros.


  1. Bordeaux Technowest

Bordeaux Technowest est une association loi 1901 créée en 1989 sur le territoire de Mérignac, Saint-Médard-en-Jalles, Le Haillan, Martignas, Saint Jean d’Illac, Le Taillan, Saint Aubin de Médoc et Blanquefort. Elle est gérée par une équipe de 12 personnes et une somme de conseillers indépendants. Il y a aujourd’hui 17 créateurs d’entreprises dans ce technopôle.
localisation_technowest.jpg

Bordeaux Technowest, labellisé Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation (CEEI) orienté Aeronautic Spatial Defense (ASD) s’intègre dans une dynamique favorable à son implantation :

  • Le secteur ASD est l’une des quatre grandes filières de l’industrie Bordelaise regroupant plus de 10 000 emplois directs.

  • Le technopole se trouve à proximité de l’aéroport et a un accès piste direct, ce qui représente un critère d’attractivité pour les industriels de l’aéronautique tels que Dassault, Thalès ou EADS.

  • C’est une bourse d’échanges entre des créateurs potentiels d’activités industrielles et des entreprises disposant de technologies innovantes, mise à disposition collective de logiciels spécialisés dans l’aéronautique très onéreux.

Bordeaux Technowest met à la disposition de ses clients le même type de services que Bordeaux UNITEC en termes de soutien à la création d’entreprises.
On retrouve les mêmes services mutualisés, à savoir une salle de réunion équipée multimédia, un support R&D avec les universités Bordelaises, des contacts institutionnels, un service de web conférence et des services d’ingénierie financière.
On retrouve aussi une pépinière d’entreprises et un incubateur pour aider les jeunes entrepreneurs à réussir leurs démarches, sur le même modèle que celui d’UNITECH .

Le choix de Bordeaux pour accueillir la technopole s’est fait en raison du fait que Bordeaux est une ville phare de la façade Atlantique au cœur des échanges Nord-Sud/Est-Ouest.
L’arrivée d’une ligne grande vitesse en 2016 confortera sa position de porte d’entrée à la Péninsule Ibérique au cœur de l’axe Européen Sud-Atlantique en la positionnant à 2h de Paris, à 1h de Toulouse et à 1h40 de Bilbao.

De plus, Bordeaux est relié par l’autoroute à toutes les grandes villes Françaises, notamment à Paris grâce à l’A10.

L’aéroport de Mérignac, à proximité directe de Bordeaux TECHNOWEST, place Paris à 1h00 de Bordeaux, Madrid à 1h15, Genève à 1h20, Bruxelles à 1h35.

Bordeaux Technowest possède un Aéroparc qui est le plus grand parc technologique français dédié aux technologies issues de l’aéronautique.

De nombreuses entreprises ont choisi de travailler au sein de l’Aéroparc dont l(objectif est de maintenir et développer la grappe aéronautique et en favorisant l’innovation.
Le développement du laser Mégajoule par le CEA représentant un investissement de 2 milliards d’euros est un facteur très important pour le développement de ce technopôle.


Bordeaux Technowest ne travaille pas en revanche pas beaucoup avec les universités Bordelaises car c’est un technopôle nécessitant un savoir accru et des connaissances précises qui ne sont pas forcément maitrisées par des étudiants en début de cycle.

similaire:

I-le vaste sujet des technopoles iconNote originelle du 15/02/2009
...

I-le vaste sujet des technopoles iconOrgelet, l’Hôtel de Ville
«un bâtiment vaste, régulier, bien aéré, des prisons et des cachots sains, des halles suffisantes pour le marché au blés, des magasins,...

I-le vaste sujet des technopoles iconAu sujet des Olympiades canadiennes des métiers et des technologies 2015

I-le vaste sujet des technopoles iconSn (syntagme nominal) «the crag» (fonction : sujet
«the crag» (fonction : sujet du verbe «protected»), composé d’un nom commun (noyau du sn) singulier, neutre, dont le référent est...

I-le vaste sujet des technopoles iconActivité À partir des extraits ci-dessous, issus du document, faites...

I-le vaste sujet des technopoles iconI. Le soudan, La première civilisation de l'univers
Quel sujet de méditation de voir la barbarie et l'ignorance actuelle des coptes, issus de l'alliance du génie profond des égyptiens...

I-le vaste sujet des technopoles icon«Du 12 au 15 mai 2014»
«le plus vaste ensemble tissé médiéval au monde est sous vos yeux, à l’abri dans son écrin royal»

I-le vaste sujet des technopoles iconMontréal accorde un premier contrat pour la réalisation des travaux...
«La requalification de cette vaste friche industrielle au cœur de la ville offre une occasion unique d’aménager un espace urbain...

I-le vaste sujet des technopoles iconLe rapport de Catherine barbaroux au sujet de l’entreprise individuelle,...
«classiques» (+13%), nettement moins bonne pour les autoentrepreneurs (-21%), se traduisant par un recul de 4,7% de l’ensemble des...

I-le vaste sujet des technopoles iconSujet : Croiser culture numérique, compétences mobilitaires et analyse...
«culture», au sens que donnent les anthropologues à ce terme. Cette culture possède des dimensions sociales et politiques, sans lesquelles...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com