Principes de la science sociale








télécharger 2.05 Mb.
titrePrincipes de la science sociale
page8/61
date de publication01.07.2017
taille2.05 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   61
§ 4. — L'homme est un être créé pour le développement et le progrès. Le progrès est le mouvement qui exige l'attraction, qui dépend d'une action et d'une réaction, et implique l'individualité et l'association. Le progrès a lieu en raison de ces conditions.

En dernier lieu, l'homme se distingue de tous les autres animaux, par sa capacité pour le progrès. Le lièvre, le loup, le boeuf et le chameau, sont encore aujourd'hui les mêmes que ceux qui existaient au temps d'Homère, ou de ces rois d'Égypte qui ont laissé, après eux, dans les pyramides, la preuve manifeste de l'absence d'individualité chez leurs sujets. L'homme seul se souvient de ce qu'il a vu et appris, seul il profite des travaux de ses devanciers.
Pour atteindre ce but il a besoin du langage, et à cet effet il doit former une association.
Pour qu'il y ait progrès il faut qu'il y ait mouvement. Le mouvement est lui-même le résultat de la décomposition et de la recomposition incessante de la matière, et l'oeuvre de l'association n'est autre chose que la décomposition et la recomposition incessante des diverses forces humaines. Dans une collection de journaux à deux sous nous retrouvons les portions du travail de milliers d'individus, depuis l'ouvrier qui a extrait de la mine le fer, le plomb et la houille, et le ramasseur de chiffons, jusqu'aux individus qui ont fabriqué les caractères et le papier, aux fabricants de machines et au mécanicien, au compositeur, au pressier, à l'écrivain, à l'éditeur, au propriétaire du journal, et finalement aux enfants qui le distribuent ; et cet échange de services continue chaque jour, sans interruption, pendant toute l'année, chacun de ceux qui concourent à l'oeuvre recevant sa part de rétribution et chaque lecteur du journal sa part de l'oeuvre.
Pour qu'il y ait mouvement il faut qu'il y ait chaleur, et plus celle-ci sera intense, plus le mouvement sera accéléré, ainsi qu'on peut le constater dans la rapidité avec laquelle, sous les régions tropicales, l'eau se décompose et se transforme de nouveau en pluie, ainsi que dans la croissance et le développement si prompt des végétaux de ces régions. La chaleur vitale est le résultat de l'action chimique, le combustible c'est la nourriture, et la substance dissolvante, quelqu'un des sucs qui résultent de la consommation des aliments : Plus l'opération de la digestion s'accomplit promptement, plus est régulier et parfait le mouvement de la machine. La chaleur du corps social résulte de la combinaison de divers éléments, et pour que celle-ci ait lieu, il doit y avoir une différence dans ces éléments. « Partout, dit un auteur que nous avons déjà cité, une simple différence, soit dans la matière soit dans les conditions, ou la position provoque une manifestation des forces vitales, un échange mutuel de relations entre les corps, chacun d'eux donnant à l'autre ce que celui-ci ne possède pas (8). » Et ce tableau des mouvements qui s'accomplissent dans le monde inorganique est également vrai appliqué au monde social.
Plus est rapide la consommation des aliments matériels ou intellectuels, plus la chaleur qui doit en résulter sera considérable, et plus aussi sera rapide l'augmentation de puissance pour remplacer la quantité consommée. Pour que la consommation suive de près la production, il faut qu'il y ait association et celle-ci ne peut exister sans la diversité dans les modes d'occupation. La réalité de ce fait deviendra évidente pour tous ceux qui constatent combien se répandent promptement les idées dans les pays où l'agriculture, l'industrie et le commerce sont réunis, si on le compare avec ce qu'on observe dans les pays purement agricoles : l'Irlande, l'Inde, l'Amérique, la Turquie, le Portugal, le Brésil, etc. Nulle part, cependant, la différence n'est plus fortement manifeste que dans les États du nord de l'Union comparés à ceux du sud. Dans les premiers, il existe une grande chaleur et un grand mouvement correspondant, et plus il y a de mouvement, plus il y a de force. Dans les seconds, il y a peu de chaleur, très peu de mouvement et une force insignifiante.
Le progrès exige le mouvement. Le mouvement vient avec la chaleur et la chaleur résulte de l'association. L'association implique l'individualité et la responsabilité, et chacune d'elles aide au développement de l'autre, en même temps qu'elle profite du secours qu'elle en reçoit.

§ 5. — Les lois qui régissent les êtres sont les mêmes à l'égard de la matière, de l'homme et des sociétés. Dans le monde solaire, l'attraction et le mouvement sont en raison de la masse des corps et de leur proximité; dans le monde social, l'association, l'individualité, la responsabilité, le développement et le progrès, sont directement proportionnés l'un à l'autre. Définition de la science sociale.


Les lois que nous venons de présenter sont celles qui régissent la matière sous toutes ses formes, sous celle de charbon de terre, ou d'argile ou de fer, de cailloux, d'arbres, de boeufs, ou d'hommes. Si elles sont vraies à l'égard des sociétés elles doivent l'être également à l'égard de chacun des individus et de tous ceux dont elles se composent, de même que les lois relatives à l'atmosphère, prise en masse, le sont à l'égard de tous les atomes qui la forment. Cette assertion deviendra évidente pour tout lecteur qui réfléchira dans quelle proportion considérable il profite, physiquement et intellectuellement de son association avec ses semblables et qui songera que la peine la plus sévère, de l'aveu général, est la privation des rapports qu'il est habitué à entretenir grâce à cette association. De nouvelles réflexions le convaincront que plus est complète son individualité, c'est-à-dire plus sa richesse matérielle et intellectuelle est considérable, plus est complet le pouvoir qu'il possède de déterminer pour lui-même, dans quelle mesure il lui convient de s'associer avec ceux qui l'entourent. En outre, il s'apercevra que sa responsabilité à l'égard de ses actes augmente en raison de l'augmentation de son pouvoir de déterminer pour lui-même quelle sera sa marche dans la vie ; que s'il est pauvre et meurt de besoin, il ne peut être tenu à la responsabilité rigoureuse qu'on serait en droit d'exiger de lui, avec raison, s'il vivait dans l'opulence. Enfin il se convaincra que son pouvoir d'accomplir des progrès est proportionnel à son aptitude à combiner ses efforts avec ceux de ses semblables, et qu'au point de vue matériel et intellectuel, sa puissance de produire tend à s'accroître avec tout accroissement dans la demande de produits ou d'idées, résultant de l'accroissement de la capacité de ses semblables pour fournir en échange d'autres produits ou d'autres idées.
Si le lecteur venait à se demander maintenant à lui-même à quoi il a dû d'être l'homme qu’il est en réalité, sa réponse serait qu'il en est redevable au pouvoir de s'associer avec ses semblables du temps présent, et avec ceux du temps passé qui nous ont légué les leçons de leur expérience. S'il poursuivait son enquête, dans le but de déterminer de quel bien il désirerait le moins d'être privé, il trouverait que c'est la puissance d'association. Puis et seulement, en second lieu, il désirerait la volition complète, c'est-à-dire le droit de déterminer, quand, comment, et avec qui il veut travailler et de quelle manière il entend disposer de ses produits : Dépourvu de la faculté de vouloir il sentira qu'il est un être irresponsable. Avec la faculté de vouloir, sachant que son avenir dépendra de lui, il se sentira responsable de l'usage convenable des avantages qu'il possède ; et il aura toute espèce de motif pour développer ses facultés et se rendre capable de prendre lui-même dans le monde une place plus élevée et de pourvoir aux besoins de sa femme et de ses enfants ; chaque pas dans cette direction sera un acheminement vers de nouveaux progrès.
La science sociale traite de l'homme considéré dans ses efforts pour la conservation et l'amélioration de son existence et peut être définie aujourd'hui : La science des lois qui régissent l'homme dans ses efforts pour s'assurer l'individualité la plus élevée et la puissance la plus considérable d'association avec ses semblables.

CHAPITRE III.

DE L'ACCROISSEMENT DANS LA QUANTITÉ DE L'ESPÈCE HUMAINE.

§1. — La quantité de matière n'est pas susceptible d'accroissement. Elle ne peut être changée que de forme ou de lieu. Elle revêt constamment des formes nouvelles et plus élevées, passant du monde inorganique au monde organique et aboutissant à l'homme. La puissance de l'homme est bornée à la direction des forces naturelles. Loi de la circulation illimitée.


Pour que la puissance d'association prenne de l'accroissement, et qu'il y ait parmi les hommes une augmentation d'activité, accompagnée d'un accroissement de la faculté de disposer en maître des forces de la nature, il faut qu'il y ait augmentation dans la quantité des individus occupant un espace donné, c'est-à-dire qu'en d'autres termes, la population doit augmenter en densité. Un fait démontre qu'il en a été ainsi ; c'est que la population de la France a doublé depuis le commencement du dernier siècle, ainsi que celle de l'Angleterre dans le siècle actuel, et que celles de New-York et de Massachusetts, qui, il y a soixante ans, ne comptaient que 700 000 habitants, en comptent aujourd'hui plus de 4 000 000.
La quantité de matière n'a pas cependant augmenté, et elle n'est pas susceptible d'augmentation. L'homme ne peut lui en ajouter aucune ; sa puissance se borne à effectuer des changements de lieu et de forme. Puisqu'il en est ainsi, il est évident qu'une partie de la matière qui existait antérieurement a revêtu des formes nouvelles et plus élevées, passant des formes simples du granit, du schiste, de l'argile ou du sable, aux formes compliquées et hétérogènes qui se manifestent dans les os, les muscles et le cerveau de l'homme.
Avec l'accroissement dans la quantité des individus qu'il fallait nourrir, il a fallu un accroissement correspondant dans la quantité de nourriture animale et végétale ; et pour que cette quantité pût être fournie, il est devenu nécessaire que d'autres parties des rochers, ou de l'argile et du sable, résultant de leur décomposition, prissent la forme de blé et de seigle, d'avoine et d'herbage, tandis que d'autres parties se transformaient encore en moutons et en veaux, en porcs et en boeufs. La réalité de ce changement devient évidente dans ce fait, que, quelque considérable qu'ait été l'augmentation dans la quantité d'individus à nourrir, la facilité pour se procurer de la nourriture est plus grande aujourd'hui qu'à aucune autre époque antérieure. Quelle a été cependant, pouvons-nous demander aujourd'hui, l'action exercée par l'homme pour amener ces résultats ?
« Les phénomènes de l'univers visible se résolvent en Matière et en Mouvement. L'union de tous deux constitue la Force ; et la matière elle-même a été envisagée, au point de vue de l'analyse métaphysique, comme le résultat et la preuve d'un équilibre de forces. Ces forces accomplissent un mouvement de circulation et de va-et-vient perpétuels. L'homme ne peut ni créer ni détruire une parcelle de matière, ni modifier la quantité de force existante dans l'univers. Sa puissance se borne à modifier le mode selon lequel elle se manifeste, se dirige et se distribue. Cette force existe dans la matière à l'état latent, et il peut la mettre en liberté, en détruisant l'équilibre d'autres forces qui maintenaient celle-ci en repos. L'homme peut arriver à ce résultat en donnant une direction convenable à quelque force indépendante existant en réserve dans la Nature, qui, après l'accomplissement de sa mission, vient former un nouvel équilibre avec une ou plusieurs forces libres, pour demeurer en repos jusqu'à ce qu'elles soient encore évoquées tour un nouveau travail. Tout développement de force entraîne une consommation de matière et non son anéantissement, mais son changement de forme. Pour produire dans la batterie voltaïque une somme donnée de lumière ou de chaleur, ou bien encore une certaine quantité de mouvement électro-magnétique, pour transmettre un message sur les fils métalliques de New-York à Buffalo, il faut qu'une certaine quantité de zinc soit brûlé par un acide et convertie en oxyde.
Pour donner l'impulsion au bateau à vapeur qui doit parcourir des centaines de milles, il faut qu'une quantité donnée de houille se décompose en gaz et en cendres, et qu'une certaine quantité d'eau se transforme en vapeur. Pour effectuer une action musculaire dans le corps humain, le cerveau, c'est-à-dire la batterie galvanique de l'organisme humain, doit transmettre son message par l'intermédiaire des fils télégraphiques animaux, les nerfs, et, dans cet acte, abandonner une partie de sa propre substance ; le muscle, en obéissant à cet ordre, subit un changement en vertu duquel une portion de sa substance perd ses propriétés vitales et se sépare de la partie vivante, en s'unissant à l'oxygène et se transformant en une matière inorganique qui doit être rejetée hors de l'économie animale. Les gymnotes, ou anguilles électriques de l'Amérique du Sud, si on les stimule pour leur faire donner des décharges électriques répétées, s'épuisent au point de pouvoir être touchées impunément. Il leur faut un repos prolongé et une nourriture abondante pour remplacer la force galvanique qu'elles ont dépensée. Les choses ne se passent pas autrement par rapport à l'homme, si ce n'est eu égard aux proportions.
Le télégraphe électro-magnétique a familiarisé la plupart de nos lecteurs avec la batterie qui le fait mouvoir. On dispose, en les faisant alterner, une certaine quantité de plaques de zinc et de cuivre dans un vase contenant un acide. Lorsque les extrémités de l'appareil sont réunies au moyen d'un fil métallique, quelle que soit sa longueur, une action chimique commence à se manifester à la surface du zinc, et le long du fil se propage une force capable de soulever des fardeaux, de mettre des roues en mouvement et de décomposer des corps composés, dont les éléments ont l'un pour l'autre l'affinité la plus puissante. Au moment où la continuité du fil est interrompue et le circuit suspendu, la force disparaît et la réaction qui s'opérait entre l'acide et le zinc s'arrête immédiatement. Lorsque la communication est rétablie, l'action de l'acide sur le zinc se renouvelle, et la force qui s'était évanouie se manifeste de nouveau avec toute son énergie primitive. La substance qui forme le fil métallique n'est pourtant que le conducteur de la force et ne contribue pas, pour la part la plus minime, aux manifestations de celle-ci. Il se passe quelque chose d'analogue dans le rôle que remplit l'homme à l'égard de la matière et des forces de la nature. L'homme ne sert qu'à les mettre en circulation, sans rien ajouter ou rien ôter à leur quantité même. Sa personne n'est qu'une scène dans le théâtre de leur action, théâtre où ces forces ont leurs entrées et leurs sorties, où chacune d'elles, à son moment donné, joue plusieurs rôles tour à tour, subissant ou causant des métamorphoses ; mais elles sont immortelles dans leur essence et parcourent, à travers des vicissitudes infinies, un cercle immense d'applications diverses pour l'entretien de la vie et les ressources qui l'alimentent 1. »
Nous avons ici une circulation perpétuelle, et plus le mouvement est rapide, plus la force produite est considérable. Cette circulation a existé de tout temps, mais à chaque progrès que la terre a fait pour arriver à sa condition actuelle, on a vu un développement plus considérable dans le mécanisme de la décomposition et de la recomposition, avec une tendance constamment croissante vers le développement des forces qui existent toujours dans la matière à l'état latent, et qui attendent le moment où l'homme les dégagera. Les géologues nous apprennent que, dans la période Silurienne, le continent actuel de l'Europe n'était guère représenté que par quelques îles indiquant les points qu'occupent, aujourd'hui, l'Angleterre, l'Irlande, la France et l'Italie. La Russie et la Suède étaient alors un peu plus nettement définies ; mais ni l'Espagne, ni la Turquie n'existaient encore, et ce qu'on y rencontrait, dans la vie végétale ou animale, avait un caractère uniforme et n'atteignait que le plus humble degré de développement. Plus tard, nous arrivons à l'époque de la formation de la houille, époque où la vie végétale était exubérante, mais cependant n'offrait encore que le caractère le moins varié. Les formations houillères de l'Angleterre, et celles de la Belgique et des États-Unis, présentaient alors partout le même genre de plantes et offraient toutes l'absence totale de véritables fleurs, ce qui caractérise un développement végétal très-peu avancé.
Or, quel pouvait être, demanderons-nous, le but de toute cette végétation ? de produire la décomposition et de dégager les forces latentes de la matière. « C'est dans l'estomac des plantes, dit Goethe, que le développement commence. » Sans cet estomac, sans cette opération de la digestion, on n'aurait jamais vu commencer cette phase du changement qui a fait passer le monde inorganique, des formes anguleuses aux formes ovales et magnifiques de l'organisme développé au plus haut point ; et jamais la terre n'aurait pu devenir la résidence de l'homme qui a besoin, pour se soutenir, d'une nourriture à la fois animale et végétale (2).
« Les animaux qu'il consomme (pour citer ici le même auteur) se nourrissent eux-mêmes d'aliments végétaux. Les végétaux, à leur tour, digèrent les éléments inorganiques qui leur sont fournis par le soleil et l'air. La chimie moderne a prouvé que les éléments ultimes de tous les corps sont le carbone, l'oxygène, l'azote et l'hydrogène, qui forment les quatre principaux éléments de la création organique, ainsi que le soufre, le phosphore, le chlore, la chaux, le potassium, le sodium, le fer et quelques autres substances inorganiques. Ces éléments doivent être introduits dans le corps du végétal, ou de l'animal, afin que celui-ci puisse vivre et se développer. De ce petit nombre d'éléments, combinés en quantités et en proportions diverses, sont formés l'air et l'eau, les rochers et les terres qui sont le résultat de leur décomposition.
Des expériences nombreuses ont démontré que les éléments qui entrent dans la formation des végétaux et des animaux sont empruntés à l'air, à l'eau, à la terre et au rocher ; elles révèlent ce fait, que les quantités exactes des éléments identiques acquises par ceux-là avaient disparu de ceux-ci, sous l'empire de circonstances préparées de telle sorte que ces quantités ne pussent être tirées d'autres sources que celles dont la disparition était soumise à l'examen. Pour le rapport détaillé des expériences et des raisonnements à l'aide desquels on rend ces conclusions évidentes, nous renvoyons celui qui étudiera ces matières aux ouvrages de Liebig et des autres auteurs qui ont écrit sur la chimie organique, et qui ont poursuivi la voie de recherches ouverte et parcourue par lui avec tant de succès.
La propriété fondamentale de la vitalité, commune à tous les corps organisés, consiste dans leur constante rénovation matérielle ; attribut qui les distingue des corps inertes ou inorganiques, dont la composition est toujours fixe. Ceux-ci peuvent toujours être recomposés artificiellement en réunissant leurs parties constituantes ; tandis qu'aucune habileté chimique ne suffit pour produire du bois, du sucre, de l'amidon, de la graisse, de la gélatine, de la chair, etc., dont les éléments, bien qu'également simples, également bien connus, se refusent à se combiner pour former des composés organisés, autrement que sous les influences de cette puissance mystérieuse que nous appelons la force vitale. La formation d'un cristal, l'opération de l'ordre le plus élevé qui s'accomplisse à notre connaissance dans un corps inorganique et qui n'implique qu'un seul acte, celui de l'agrégation moléculaire, peut être dirigée artificiellement par le chimiste ; tandis que la formation d'une simple cellule telle que celles qui composent le champignon, et les algues microscopiques qui colorent les eaux des étangs, bien que l'opération organique soit de l'ordre le plus infime, implique la double action de l'agrégation et de la désagrégation, et défie la science de pouvoir la produire. Il est au-dessus de la portée de l'homme de créer la forme la plus chétive et la moins compliquée de la vie.
Tandis que les éléments constituants de la vitalité sont abondamment répandus dans le monde naturel, les végétaux seuls ont une puissance d'assimilation suffisante, pour composer leurs tissus en les tirant directement des matières inorganiques, à savoir les matières liquides et gazeuses, et les molécules terreuses, qui sont des minéraux décomposés. Non-seulement les choses se passent ainsi, mais aucune partie d'un être organisé ne peut servir d'aliment aux végétaux, jusqu'à ce que, par suite de la putréfaction et de la décomposition, elle ait pris la forme d'une matière organique. C'est cette propriété qui fait de l'organisation végétale la base essentielle de toutes les autres. En l'absence de végétaux, il faudrait que tous les animaux devinssent carnivores et obtinssent leur subsistance en se détruisant réciproquement, ce qui aboutirait promptement à l'extermination de leur espèce. C'est pour cette raison que la vie végétale a dû nécessairement précéder la vie animale. Que les choses se soient passées ainsi, c'est ce qui est prouvé surabondamment par les recherches des géologues, qui, en retrouvant dans les roches l'histoire des siècles passés, démontrent qu'une longue période s'est écoulée, postérieurement à la croissance des lichens et des fougères dans les premiers âges du monde, avant que l'espèce la plus humble d'animaux fît son apparition sur la terre.
L'organisme animal, au contraire, exige, pour se soutenir et se développer, des atomes fortement organisés. La nourriture des animaux, en toute circonstance, est composée de parties d'organismes. Tandis que quelques-uns d'entre eux se nourrissent directement de substances végétales, d'autres auxquels il est nécessaire que la matière se soit élevée à un plus haut degré d'existence vitale, avant de se l'assimiler, se repaissent d'animaux d'un ordre inférieur. Possédant une moindre faculté d'assimilation, il faut que leur nourriture, à l'aide d'agents intermédiaires, ait formé des combinaisons plus en harmonie avec celles de leurs propres tissus que l'organisation végétale même. Sans un arrangement et une gradation de cette espèce, les êtres d'une nature plus élevée seraient condamnés à périr par défaut d'aliments, ou à dépenser toute leur activité en transformations chimiques, sans en réserver aucune partie pour la locomotion ou tout autre effort musculaire. Nous pouvons remarquer ici, qu'avec cette nécessité de vaincre et de capturer sa proie, naît un degré de puissance intellectuelle, qui rend les animaux carnivores capables de former certains plans, et d'accomplir, par suite de leur association avec leurs semblables, des choses qui dépasseraient leur pouvoir s'ils étaient privés de ce secours. L'araignée tisse sa toile avec art pour attraper des mouches, et les loups se réunissent en meute pour chasser. Partout les fonctions supérieures s'allient à une énergie moindre dans les fonctions inférieures. Les êtres chez lesquelles ces dernières prédominent se suffisent à eux-mêmes et sont indépendants ; mais ils ont peu de portée dans l'instinct et peu de pouvoir, au delà de ce qu'exige la satisfaction des grossiers besoins primitifs. En remontant l'échelle des êtres jusqu'à l'homme (sommet et couronnement de toutes choses), nous trouvons en lui, le plus dépendant de tous, le plus porté à l'association (à laquelle le rend si éminemment propre la faculté de la parole) ; et quoique, isolé, il soit de tous les êtres celui qui peut le moins se suffire à lui-même, au moyen de l'association, il établit sa souveraineté sur la nature et sur toutes ses forces animées ou inanimées.
Il existe une autre distinction entre la vie animale et la vie végétale : La croissance et le développement des végétaux dépendent de l'élimination de l'oxygène, des autres parties qui composent leur nourriture. Les végétaux exhalent continuellement ce gaz dans l'air par la surface de leurs feuilles. La vie des animaux se manifeste dans la continuelle absorption de l'oxygène de l'air, et dans sa combinaison avec certaines parties constituantes du corps. Son office consiste à produire la chaleur animale, en brûlant les parties combustibles de l'organisme. Il se combine avec le carbone des aliments, et, dans cette opération, il se dégage exactement la même quantité de chaleur que s'il eût brûlé directement en plein air. Le résultat donne du gaz acide carbonique qui est rejeté en dehors des poumons et de la peau ; ce gaz est absorbé par les feuilles des plantes, le carbone se sépare et s'incorpore à leur substance, et l'oxygène s'exhale de nouveau dans l'atmosphère pour recommencer à circuler.
Décrivons plus complètement cette évolution : Le carbone en s'unissant avec l'eau, dans la plante, forme, entre autres choses, l'amidon que la sève charrie vers la partie de l'organisme qui en a besoin. On en trouve abondamment dans les graines. L'amidon forme dans le blé la moitié du poids du grain, et n'est composé que de carbone et d'eau. L'homme se nourrit de blé, mais on ne trouve pas d'amidon dans le corps humain. Lorsqu'il pénètre dans notre estomac, il subit un changement chimique, une combustion lente, réelle, pendant laquelle le carbone de l'amidon se combine avec l'oxygène et forme du gaz acide carbonique qui, joint à l'eau, mise en liberté sous la forme de vapeur, est rejeté dans l'atmosphère, en abandonnant l'organisme humain, pour se transformer, de nouveau, sous l'influence de l'élaboration que lui fait subir la plante, en cet amidon d'où ils étaient tirés. Après avoir servi à conserver la chaleur interne, base de la vie animale, ces deux éléments séparés, en se rapprochant, recomposent une partie de la substance des plantes qui, lorsqu'elle est complétée de nouveau, fait l'office de combustible dans l'économie animale.
Les exemples que nous avons présentés, suffisent, en tant que cela concerne les parties constituantes organiques, pour démontrer cette loi, que les animaux et les végétaux se transforment réciproquement et dépendent l'un de l'autre pour leur subsistance. L'échange de leurs éléments s'accomplit par l'intermédiaire de l'air atmosphérique, qui fournit aux plantes la plus grande partie de leur nourriture. On a constaté en brûlant toute matière végétale sous une forme quelconque, à l'état sec, que la partie organique, qui est combustible et disparaît dans l'air, est de beaucoup la plus considérable. Elle forme ordinairement, en poids, de 90 à 97 livres sur 100. Cette partie de la plante ne peut avoir été primitivement formée que par l'air, sinon directement, au moins au moyen de composés dont les éléments sons eux-mêmes empruntés à l'air, existant dans le sol et absorbés par les racines. Pour nous servir des expressions du professeur Draper, dans sa Chimie des Plantes, l'air atmosphérique est le grand réservoir où toutes choses prennent leur source et vers lequel toutes choses retournent. C'est le berceau de la vie végétale et le tombeau de la vie animale.
En moyenne, environ une livre sur dix, du poids net de plantes cultivées, y compris leurs racines, tiges, feuilles et graines, est formée d'une matière qui existait comme partie de la substance solide du sol sur lequel la plante croissait. Chaque organe de la tige, des bourgeons et des feuilles de la plante a une charpente réticulée de matière inorganique dont la base est le silex ou la chaux. Le silex qui nous est familier sous les diverses formes de sable blanc, de caillou et de quartz cristallisé, constitue plus de 60 et quelquefois 95 p. 100 (3) de la totalité des terrains. C'est le silex qui donne au sol sa porosité, afin que l'air et l'eau puissent en pénétrer la texture. L'alumine, au contraire, base de l’argile, rend le sol dur et compacte. L'office du silex, dans les plantes, est de donner de la force, comme dans la paille du blé, par exemple. Il sert de charpente osseuse dans toute la famille des graminées ; Il faut de 93 à 150 livres de silex soluble pour environ une acre de blé. »

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   61

similaire:

Principes de la science sociale iconI. Qu’est-ce que la sécurité sociale ? La sécurité sociale, c’est...
«Toute personne en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»

Principes de la science sociale iconEt construction de l'unité européenne
«Si la science n'a pas de patrie, l'homme de science en a une» témoigne du poids de l'environnement socio-politique sur les comportements...

Principes de la science sociale iconChapitre 1: generalites sur le concept informatique
«informatique» et «ordinatique» qui désigne science de l’ordinateur, et le mot fut choisi par l'Académie française en 1967 pour désigner...

Principes de la science sociale icon«segregation sociale et habitat»
«ségrégation sociale et l’habitat». IL en résulte l’analyse présentée dans l’ouvrage, qui est publiée depuis mai 2004

Principes de la science sociale iconPremière partie : Principes

Principes de la science sociale iconCours d'Analyse : principes et méthodes

Principes de la science sociale iconCours d'Analyse Principes et Méthodes

Principes de la science sociale iconÉnoncé de politique et principes directeurs

Principes de la science sociale iconPrincipes d’Installation des Cascades

Principes de la science sociale iconSecurite sociale et protection sociale
«sociétés de secours mutuels», qui seront reconnues et strictement règlementées par une loi Humann du 22 juin 1835. Elles seront...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com