Résumé Première partie Dans un «Avis»








télécharger 250.61 Kb.
titreRésumé Première partie Dans un «Avis»
page1/6
date de publication05.02.2018
taille250.61 Kb.
typeRésumé
ar.21-bal.com > histoire > Résumé
  1   2   3   4   5   6




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut”

(1731)
roman de l’abbé PRÉVOST
(230 pages)
pour lequel on trouve un résumé
puis successivement l’examen de :
les sources (page 3)
l’intérêt de l’action (page 7)
l’intérêt littéraire (page 11)
l’intérêt documentaire (page 13)
l’intérêt psychologique (page 16)
l’intérêt philosophique (page 24)
la destinée de l’œuvre (page 28)

Bonne lecture !
Résumé
Première partie
Dans un «Avis» initial, un «homme de qualité», Renoncour, explique qu’il a placé cette histoire après la conclusion de ses mémoires, parce qu'elle était trop longue et qu'elle n'avait joué aucun rôle dans sa vie, tout comme il n'avait joué qu'un rôle mineur dans le destin des deux amants dont l’histoire allait suivre, lui se contentant en effet d'introduire le récit qui occupe l'essentiel du roman.

En octobre 1720, à Pacy-sur-Eure, il fut impressionné par la grâce d’une jeune femme qui faisait partie d’un convoi de filles de mauvaise vie enchaînées, prêtes à être déportées en Louisiane, et qui était acompagnée d’un jeune homme affligé. Touché par sa détresse, il lui ouvrit sa bourse.

Or, en 1723, à Calais, il rencontra pour la deuxième fois le jeune homme, qui était en fort mauvais état, pleurant, inconsolable, à la fois sa maîtresse et ses fautes, dramatiquement conscient de l'irréparable, traînant, comme une âme en peine, une existence sans but. À l'auberge du Lion d'or, le jeune homme se présenta (il était le chevalier des Grieux, cadet de bonne famille), et entreprit  le récit de ses malheurs, les cinq années de son aventure.
En 1717, âgé de dix-sept ans, destiné par son père à l'ordre de Malte, ordre religieux de moines-soldats, le jeune chevalier venait d'achever ses études de philosophie à Amiens, et se disposait à rentrer dans sa famille, lorsqu'il vit, à un relais de poste, une jeune fille «charmante» qui «l’enflamma tout d’un coup jusqu’au transport», qu’il considéra aussitôt comme «la maîtresse de [son] coeur». Il apprit d’elle que ses parents, pour arrêter «son penchant au plaisir», l’envoyaient en un couvent où il lui déplaisait d’aller enfermer sa jeunesse, sa beauté et sa gaieté. Grâce à son «éloquence scolastique» et malgré les remontrances de Tiberge, son vertueux ami, il n'eut aucune peine à la convaincre de se laisser enlever, de s'enfuir avec lui qui lui offrait de la conduire à Paris où ils se divertiraient et se marieraient.

À Paris, le couple s'installa rue Vivienne. Manon, prétendument du fait de son origine plus modeste, refusa l'offre de mariage que lui fit des Grieux, même s’il était trop jeune pour obtenir de l’épouser ou même pour l’entretenir. Devant ce refus, il eut de premiers soupçons. En effet, alors que c’était l’amour qui le menait, c’était l’attrait d’une existence de luxe et de plaisir qui menait Manon. Aussi, éblouie par le luxe et les divertissements de la vie parisienne, elle disparut un soir pour rejoindre le «fermier général» (le financier), M. de B., avec lequel elle le trompait. Le chevalier fut alors enlevé par les laquais de son père, qui le railla de sa naïveté, et le séquestra. Des Grieux finit par se rendre à ses objurgations, entra au séminaire à Amiens, avec Tiberge, et se plongea dans l'étude.

Mais, un jour d'exercice public à Saint-Sulpice, Manon, enrichie, réapparut au parloir, et, dissipant ce zèle religieux, «enleva» des Grieux. Il lui pardonna, se défroqua, et reprit l'épée. Le couple s'installa à la campagne, mais Manon s'y ennuyant, ils louèrent aussi un appartement à Paris. Ils y menèrent joyeuse vie tant que l'argent ne manqua pas. C'est alors que Lescaut, le frère de Manon, se fit connaître : débauché et tricheur, ce truand contribua au gaspillage de l'argent du couple, qu'un incendie acheva de dilapider. Lescaut conseilla alors à des Grieux, qui avait déjà eu recours à l'aide fraternelle de Tiberge, d’en gagner en se livrant au jeu. Craignant d'être à nouveau quitté par Manon, le chevalier devint un tricheur redoutable. Mais, dévalisés par leurs domestiques, les deux amants finirent par être totalement ruinés.

Son frère conseilla alors à Manon de profiter de ses charmes en acceptant les caresses du vieux et libidineux M. de G... M.... Elle en avisa des Grieux, qui fit taire ses scrupules, et accepta de voler le vieillard en compagnie de Manon et de Lescaut. Mais M. de G... M... ne tarda pas à retrouver la trace du couple, et le fit arrêter.

À la prison de Saint-Lazare, destinée aux fils de famille, des Grieux, s'évertua à jouer un rôle d'hypocrite qui ne lui réussit pas trop mal : touché, le vieux M. de G... M... lui rendit visite. Mais, ayant appris par le vieillard que Manon croupissait à l'Hôpital général, le jeune homme manqua l'étrangler. Il lui fallait s’évader. Il se fit procurer par Lescaut un pistolet, et en usa pour se faire ouvrir les portes de sa prison, tuant malencontreusement le portier. Grâce à l'amitié que lui manifestait le fils d'un administrateur, M. de T., il fit évader Manon. Reconnu par une victime de ses tricheries, Lescaut fut abattu dans la rue. Le couple se cacha dans le village de Chaillot. Aidé à nouveau par Tiberge, des Grieux apprit que le scandale était étouffé. Il pouvait respirer, peut-être reprendre ses études. Mais il rompit avec son père.

Renoncour indique : «Le chevalier des Grieux ayant employé plus d’une heure à ce récit, je le priai de prendre un peu de relâche et de nous tenir compagnie à souper.»
Deuxième partie
À Chaillot, le couple s'installa à l'hôtellerie du village, où, un jour, descendit le fils de M. de G... M.... Il s'éprit de Manon, qui le suivit, envoyant à des Grieux une courtisane, pour qu’il patiente. Furieux, il fit enlever le jeune G... M..., et retrouva Manon chez lui : la réconciliation canaille se fit dans les draps du monsieur. Mais un domestique avait donné l'alerte au vieux G... M... : le couple fut arrêté. Des Grieux, conduit au Châtelet, fut vite libéré, mais apprit que son père, qui voulait le ramener à ses devoirs sociaux et à sa vocation de chevalier de Malte, et M. de G... M.... avaient obtenu la déportation de Manon en Louisiane.

Même s’il était désespéré et à bout de ressources, il envisagea de recourir à la force pour arracher sa maîtresse des archers qui l'amenaient au Havre, enchaînée avec d’autres filles de joie. Cependant, les braves qu'il avait recrutés s'enfuirent lâchement. Il décida alors d'accompagner la petite troupe, obtenant, moyennant finance, quelques conversations avec Manon. Au Havre, il décida de s'embarquer comme volontaire.

En Louisiane, des Grieux et Manon s'installèrent au «nouvel Orléans» dans la pauvre petite cabane qu'ils avaient obtenue, le gouverneur ayant fait preuve de bienveillance à leur égard. Et commença, pour le couple qu'on croyait marié, une vie neuve, avec un bonheur plein en perspective, leur amour étant épuré par les épreuves, régénéré dans le paradis américain. Encouragés dans la vertu par la simplicité de leur vie, ils pensèrent pouvoir accomplir enfin leur premier projet, qui était de se marier, de régulariser leur situation devant Dieu et d’être à jamais l'un à l'autre. Mais, apprenant que Manon était libre, le neveu du gouverneur, Synnelet, la demanda en mariage à son oncle qui la lui accorda. Les deux rivaux s'affrontèrent en duel : des Grieux, blessé au bras, blessa lui-même son adversaire. Il crut l’avoir tué, et il lui fallut fuir. Mais il eut la satisfaction de voir Manon s'enfuir avec lui. Cependant, peu faite pour une vie rude et des émotions violentes, épuisée par une longue marche dans le désert, elle mourut soudainement, et, inconsolable, le cœur torturé et les yeux brûlés de larmes, il creusa sa tombe de ses propres mains.

Ramené à La Nouvelle-Orléans, disculpé sur la demande même de Synnelet, qui était bien vivant, des Grieux mena une vie lamentable, sans but, jusqu'à l'arrivée de Tiberge, l’indéfectible ami qui était venu lui porter secours, mais avait été capturé par des corsaires espagnols qui l’avaient «conduit dans une de leurs îles». Dès qu'ils le purent, les deux amis prirent le bateau pour la France.

Des Grieux y apprit la mort de son père, miné par le chagrin, y retrouva sa famille et la vertu, Dieu l’ayant fait «retourner à Lui par les voies de la pénitence».
Analyse
Sources
On les a cherchées dans la vie de l’abbé Prévost et dans les lectures qu’il a pu avoir faites.
Il semble bien que le roman est uni à son auteur par des liens particuliers, son intensité et sa sincérité, qu’il laisse deviner une grande part d'autobiographie. Différents petits indices permettent de supposer que Prévost a mis beaucoup de lui-même dans le roman, en a fait un témoignage intime. Ne serait-ce pas le récit, agrémenté de quelques inventions dans le détail, d’un amour authentique qu’il aurait vécu, d’une de ses passions malheureuses de sa jeunesse. Dans la préface du ‘’Doyen de Killerine’’, il présenta une des raisons qui peuvent pousser les romanciers à écrire : «quelque vue d'intérêt propre, qui leur fait souhaiter que certains faits obscurs ou équivoques auxquels ils ont eu part, soient expliqués dans un sens honorable pour eux-mêmes et pour leur parti. »

On peut penser que Prévost se cachait derrière des Grieux car tous deux sont des hommes du Nord (où des Grieux était un nom fréquent en ce temps-là), tous deux sont orphelins de mère, tous deux sont des fils prodigues maudits par leur père, tous deux ont fréquenté un collège de jésuites, tous deux se destinent aux ordres mais s'enfuient du séminaire, tous deux montrent un tempérament ardent et succombent aisément aux tentations sans renier cependant leur formation morale et religieuse, tous deux se tournent à nouveau vers la carrière ecclésiastique sans enthousiasme, tous deux sont assagis après les malheurs et avec le temps. C’est donc en grande partie du point de vue psychologique que “Manon Lescaut” contient de nombreux éléments d'autobiographie. Mais il faut se garder de pousser trop loin l'assimilation : si l'auteur a largement transposé son drame personnel, on ne saurait préciser la part de la fiction et celle de la réalité. Et les plaintes de des Grieux, qui auraient été lamentables si elles n'avaient été qu'une confession de l'abbé Prévost lui-même, sont devenues une histoire parfaitement littéraire.
Quant à la véritable Manon Lescaut, on est d’abord tenté de la croire inspirée par Hélène Eckhardt, dite «Lenki», l’aventurière qui fut sa maîtresse. Mais Prévost ne la rencontra qu’en mars 1731, alors que le roman a été livré à l’impression au plus tard en février 1731. La relation avec cette femme ne commença donc qu'à une époque où l’“Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut” était déjà composée. En fait, elle n'apparaît que dans la quatrième partie de “Cleveland”, parue en juillet 1733, représentée par Fanny qui n'a d'ailleurs rien de commun avec Manon. On peut évidemment penser que c’est une ironie de la création littéraire que de voir un créateur faire preuve de prescience, d’avoir une sorte de vision prémonitoire, en affectant un de ses personnages de traits de caractère dont il éprouvera l’effet pernicieux à titre personnel.

Une autre hypothèse, qui échappe aux difficultés chronologiques, donne pour modèle de Manon la jeune Anglaise Mary Eyles. Mais les circonstances de cette aventure sont trop différentes de celles du roman pour qu'on puisse raisonnablement penser qu’elle ait laissé quelque trace dans l'œuvre de fiction.

Il faudrait donc plutôt remonter plus haut dans la vie de Prévost pour trouver la trace d’une relation amoureuse dramatique. Or, comme on l’a vu, en 1734, dans “Le pour et le contre”, il parla de lui en ces termes : «Vif et sensible au plaisir, j'avouerai, dans les termes de M. de Cambrai, que la sagesse demande bien des précautions qui m'échappèrent», évoqua la crise qu’il traversa «depuis l'âge de vingt jusqu'à vingt-cinq ans» et où il connut un «engagement trop tendre» dont la «malheureuse fin» le «conduisit au “tombeau“», c’est-à-dire chez les bénédictins. Aussi, même s’il est extrêmement hasardeux de vouloir donner plus de précisions que n'en comporte ce morceau, on peut se demander si ce n’est pas là que se trouve la clef de l'histoire de des Grieux et Manon Lescaut, d’autant plus que les faits auxquels il fit allusion se placèrent en 1720, ce qui est précisément l'époque à laquelle se déroule le roman. De plus, alors qu’il était à Saint-Ouen, il écrivit à son frère une lettre où il avouait la faiblesse de son cœur, et parlait de «certaines images» troublantes dont il redoutait la séduction : les a-t-il fixées sur le papier pour se débarrasser d’elles, et a-t-il fait de son récit une confession avec, ainsi qu’il le prétendra dans son “Avis au lecteur”, une intention moralisatrice?

Mais celui qui fut le traducteur allemand de “Manon Lescaut” en 1957, M. Lernet-Holenia, pense que l’histoire serait celle d’une certaine Manon Aydou, fille d’une certaine Antoinette, dite Toinon, qui l’eut d’un nommé Aydou, échappé des galères. Elle fut récupérée par son grand-père qui l’éleva de son mieux. Mais sa mère la fit enlever à douze ans par un soldat du régiment des gardes. Son premier amant fut Louis-Antoine de Viantaix, fils, âgé de vingt et un ans, d’un conseiller au présidial de Besançon. Il enleva à son tour celle qu’il appelait sa femme, mais dont, malgré son amour sincère, il se fit le proxénète. Fille, mère et amant se chamaillèrent jusqu’à ce que le grand-père y mette le holà avec un placet qu’il adressa au lieutenant de police, en sollicitant une lettre de cachet pour faire enfermer Manon pour sa vie, et en demandant le secret, de peur de représailles de l’amant ainsi déconfit. En 1721, à l’âge de quatorze ans, Manon Aydou fut enfermée à la Salpêtrière. Mais l’amant s’obstina : il supplia le grand-père de lui la laisser épouser, accumula démarche sur démarche, et finit par se retrouver relégué à Besançon où, assagi, il se maria et finit en respectable vieux soldat. Manon fit, en 1724, une première demande de mise en liberté qui échoua malgré la mort du grand-père. Trois ans plus tard, la supérieure de la Salpétrière la lui refusa, à cause de «sa grande corruption, même dangereuse avec son sexe». Elle n’en sortit qu’en 1731, soit dix ans plus tard, sur l’intervention inattendue du chevalier de Sarrobert, capitaine des chasses du duc de Bourbon. Il est de fait que, dans un ton plus sordide, les rapports de Manon Aydou et de Viantaix, attestés par des documents authentiques, rappellent quelque peu ceux des héros de Prévost. Mais M. Lernet-Holenia veut aussi qu’il ait lui-même connu Manon Aydou en tant que confesseur des filles de l'hôpital de la Salpêtrière, et qu'il soit devenu son amant. Cela paraît de la plus haute fantaisie. Ce n'est qu'en déformant les termes de la lettre de Prévost au supérieur de Saint-Germain, lorsqu'il quitta le couvent en 1728, que le chercheur donne quelque fugitive apparence de plausibilité à sa thèse. Il est, du reste, formellement établi que jamais les bénédictins de Saint-Germain-des-Prés n'ont eu à confesser les recluses de la Salpêtrière, ce qui était du ressort de prêtres spécialement attachés à l'établissement.

Un autre chercheur, Marc de Villiers, a découvert qu’une certaine Forget, surnommée Quantin, fut chassée d’Angers pour mauvaise vie, se réfugia à Nantes d’où elle s’embarqua pour la Louisiane en compagnie d’un gentilhomme, Avril de La Varenne, qui la fit passer pour sa femme bien qu’elle ne le fût pas. Or un Louis Tiberge (nom qui aurait donc été repris par Prévost pour le donner à l’ami de des Grieux), qui était directeur des Missions étrangères, et eut à s’occuper des affaires ecclésiastiques de la Louisiane, n’a pu manquer d’être au courant des démêlés qu’ils eurent avec le curé.
À côté de la recherche des sources autobiographiques, s’est effectuée celle de sources littéraires de l‘’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut‘’. On s’est d’abord contenté d’en voir un modèle dans le roman ‘’The fortunes and misfortunes of the famous Moll Flanders’’ (“Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders”) de Daniel Defoe qui avait été publié en 1722, et qui est l’histoire d’une prostituée scandaleuse. Le franc réalisme de cette oeuvre aurait pu inciter Prévost à se préserver du ton noble du roman de tradition française, tare dont souffraient les ‘’Mémoires d’un homme de qualité’’.

Mais on a découvert le roman de Robert Challe, “Les illustres Françaises”, publié pour la première fois en 1713 et réédité en 1959, que Prévost avait pu lire à Londres dans la traduction anglaise de Pénélope Aubin, une protestante réfugiée. C’était un recueil d’«histoires véritables» de couples d'amoureux contrariés par le destin, dans lequel on peut relever toute une série de ressemblances avec le roman de Prévost. S’y trouvaient les accents passionnés qui lui étaient chers. La première héroïne des sept histoires se nomme Manon Dupuis (à ce propos, alors que le texte français évoquait le ressentiment de des Ronais qui croit sa Manon infidèle, par une courte phrase : «J’estime vos faveurs à l’égal de celles des courtisanes», la traductrice en anglais ajouta : «ingrateful, deceitful Manon…»). Deux de ces histoires ont pu avoir particulièrement marqué Prévost :

- “L'histoire de M. Des Prez et de Mlle de Lépine” qui annonçait directement par certains traits “L’histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut”. Des Prez, fils d'un magistrat, est amoureux de Madeleine de Lépine, orpheline d'un pauvre émigré italien, et dont la mère a un procès dont l'issue dépend du père de Des Prez. Celui-ci, qui est, comme le père de des Grieux, indulgent pour son fils mais intraitable sur le chapitre des mésalliances, lui interdit, non seulement d'épouser Madeleine, mais même de la revoir. Il l'épouse alors secrètement. Les jeunes gens sont unis depuis un an quand le père est mis au courant par une imprudence. Dissimulant sa colère, il prépare soigneusement l'enlèvement de son fils, qu'il fait enfermer à Saint-Lazare. Au même moment, il va reprocher à la mère de Madeleine la conduite de sa fille. Furieuse à la pensée qu'elle va perdre son procès, la mère s'emporte contre sa fille, et la chasse brutalement. La malheureuse, qui est enceinte, tombe évanouie, et se blesse. On la transporte à l'hôpital, où elle se retrouve parmi les filles de mauvaise vie, et où elle meurt en mettant au monde un enfant mort. Des Prez, après avoir tout tenté pour avoir de ses nouvelles, connaît le désespoir et la rage quand il apprend son sort. Il est un peu calmé par les bons pères de Saint-Lazare, mais ne pardonne pas à ceux qui ont fait le malheur de sa femme et le sien ; il n'a de cesse d'en avoir tiré vengeance. Et le jeune homme raconte avec émotion cette histoire, deux ans après l’événement, comme des Grieux.

Ce résumé ne donne qu'une faible idée du caractère à la fois tragique et réaliste de cette histoire. Prévost a pu être surtout sensible à l'émotion qui se dégage du dénouement, quand Des Prez, enfermé à Saint-Lazare, comme des Grieux, connaît, comme ce dernier, les affres de la rage et du désespoir en apprenant, impuissant, que la femme qu'il aime se meurt à l'hôpital. La plus grande différence entre les deux histoires réside dans les personnages féminins. Madeleine est héroïque, peu sensuelle, et parfaitement désintéressée : autant de traits qui l'opposent à Manon.

- “L’histoire de Monsieur des Frans et de Silvie” présente un personnage de femme proche de celui de Manon. Des Frans, jeune homme de famille plus distinguée que fortunée, refuse les métiers qui pourraient l'enrichir, et rêve de devenir officier. Assistant un matin à la première messe à Notre-Dame, il fait la connaissance de Silvie à l'occasion d'un enfant trouvé, dont ils acceptent l'un et l'autre de devenir parrain et marraine. La scène, d'une fraîcheur et d'une émotion frappante, est à peine égalée par la scène de rencontre, pourtant si réussie, de l'auberge d'Amiens dans le roman de Prévost. Dès cet instant, des Frans, qui n'avait jamais aimé, aime Silvie «de toute sa tendresse». Il cherche à l'épouser, mais se heurte à un refus, dont il ne peut comprendre les raisons. Sur ces entrefaites, une lettre anonyme lui apprend que Silvie est une intrigante : enfant trouvée, accusée d'avoir dépouillé sa bienfaitrice, elle essaierait, à prix d'or, de se faire passer pour la fille d'un gentilhomme, afin de pouvoir l’épouser. Après quelques heures de désespoir et de rage, il se rend chez elle pour l'accabler de son mépris. Au moment où il va sortir, elle se jette à ses genoux : «Que voulez-vous, perfide?… Je jetai les yeux sur elle dans ce moment ; je me perdis. Elle était encore à mes pieds, mais dans un état à désarmer la cruauté même. Elle était tout en pleurs ; le sein qu’elle avait découvert, et que je voyais par l’ouverture d’une simple robe de chambre, ses cheveux qu’elle avait détachés pour se coiffer de nuit et qui, n'étant point rattachés, tombaient tout du long de son corps et la couvraient toute ; sa beauté naturelle que cet état humilié rendait plus touchante, enfin mon étoile qui m'entraînait, ne me firent plus voir que l’objet de mon amour et l’idole de mon cœur. Le puis-je dire sans impiété? Elle me parut une seconde Madeleine. J’en fus attendri ; je la relevai. Je lui laissai dire tout ce qu'elle voulut. Je ne lui prêtai aucune attention, je n'étais plus à moi. J'étais déchiré par mille pensées qui se formaient l'une après l'autre dans mon esprit, et qui se détruisaient mutuellement ; ou plutôt j’étais dans un état d’insensibilité qui, tout vivant que j’étais, ne me laissait pas plus de connaissance qu’à un homme mort…» Prévost rivalisa deux fois avec cette scène, une fois dans la «scène du parloir» de Saint-Sulpice, une seconde fois lorsque des Grieux retrouve Manon chez le jeune G... M... . Silvie peut se justifier partiellement en montrant qu'elle a été victime des calomnies d'un amoureux éconduit. Des Frans l'épouse secrètement, et vit heureux avec elle. Il se prépare même à déclarer son mariage, lorsqu'il est forcé de partir pour la province. Après un séjour écourté, il revient de nuit sans l’avertir. Il la trouve chez elle, endormie dans les bras de son meilleur ami, Gallouin. Dissimulant sa colère contre elle, il songe d'abord à se venger de son rival, et le blesse grièvement. Puis il attire Silvie dans sa maison de province, la séquestre et la maltraite. Enfin, il la force à entrer dans un couvent, et part lui-même se battre à l'étranger. En route, il tombe gravement malade de chagrin. Lorsqu'il revient quelques mois après, c'est pour constater qu’elle s’est laissée mourir dans son couvent. Il n'a plus, comme des Grieux, qu'à lui rendre les derniers devoirs.

L'influence de ce récit sur “Manon Lescaut” est sensible non seulement dans les scènes, mais aussi dans les personnages. Quoique des Grieux soit d'un tempérament moins brutal que des Frans (la similitude des noms est à noter), leur passion trahie leur fait adopter parfois les mêmes accents. Mais les rapprochements les plus frappants concernent Manon et Silvie, du moins la Silvie telle qu'elle apparaît en première analyse, car son attitude renferme un mystère qui n’est dévoilé que dans une autre section du roman. L'héroïne de Challe a «plus d'esprit que toutes les femmes fourbes n'en ont jamais eu ensemble». Elle est capable de «changer naturellement de visage et de discours, avec autant de promptitude qu'aurait pu le faire la meilleure comédienne». «Double, inconstante et volage», elle «aime les plaisirs, surtout ceux de l'amour, jusqu'au point de leur sacrifier toutes choses, honneur, vertu, richesses et devoirs». Elle dissimule si bien qu'après deux ans de fréquentation, des Frans la jugerait «sincère, fidèle et désintéressée».
Ainsi, l’“Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut” serait le fruit d’un mélange de souvenirs personnels d’amours ardentes et malheureuses, et d'exemples littéraires.

Intérêt de l’action
Comme on vient de le constater, le roman de Prévost correspond au genre de l’«histoire» dont “Les illustres Françaises” lui avaient donné un bel exemple. Ce genre se distinguait du roman traditionnel, issu de la nouvelle, par un mode de présentation, un cadre, des types de personnage, une forme favorite d'intrigue, un style oral, naturel et familier, comportant des audaces d'expression, des phrases relâchées. La longueur des «histoires» était limitée, du fait qu'il s'agissait de récits oraux (les plus longues ne dépassaient pas deux cents pages, et étaient coupées par une pause). Leur contenu était plus ou moins fixé par une tradition : à la différence des romans, elles étaient à peu près contemporaines, et se situaient dans le pays même. Elles étaient soumises à un certain schéma préfiguré par le titre lui-même : “Histoire de M... et de Mlle...”. On retrouve bien toutes ces caractéristiques dans l'”Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut”. Cette aventure pitoyable d’un fils de famille dévoyé avec une charmante et inconsciente catin rejoignait la tradition catholique des «histoires galantes et tragiques» en montrant «un exemple terrible de la force des passions».

Comme les «histoires», qui étaient traditionnellement «encadrées», d'où le nom de «frame novels» que leur donnent des critiques anglais ou américains, le récit de des Grieux est enchâssé dans celui de «l’homme de qualité». Celui-ci lui confère toute l'autorité qu’il tire de son âge, de sa grande sagesse et de son humanité, de ses propres aventures. Il est le garant de la véracité de ce qui est dit ,et induit un préjugé favorable à l’endroit des deux héros. Entre des Grieux et nous, il est un intermédiaire créateur de compréhension et de sympathie. Ce Renoncour fait deux rencontres : d’abord, celle de Manon, enchaînée avec d'autres filles de joie, et de des Grieux, à bout de ressources et prêt à la suivre en Amérique, première image des amants, à la fois pathétique et énigmatique, car il remarque le contraste entre leur évidente qualité et leur situation de proscrits ; puis, deux ans plus tard, celle du héros revenu de La Nouvelle-Orléans, enseveli dans la douleur, et auquel, par sa curiosité, il donne l'occasion de revivre son amour, de ressusciter Manon par la parole. Cette présentation du récit permet des anticipations sur un triste avenir.

Puis, à travers son expérience et son repentir, des Grieux, narrateur éploré qui ne quitte jamais la scène, lui conte ses aventures, livre une confession orale à cet auditeur extérieur assez attentif pour la retranscrire et la publier. Au lieu d’un auteur omniscient et lointain, le lecteur fait face à un simple conteur, soumis aux besoins communs, comme la nécessité de prendre «un peu de relâche», de se reposer ou de se restaurer (d’où le souper qui coupe le récit, et répond surtout à un souci de vraisemblance), qui commente l’histoire, se permet des effets d’annonce, qui a le droit à l’erreur et à l’ignorance de faits dont il n’a pas été le témoin direct, qui peut hésiter sur les motifs secrets qui poussent les autres. Le choix par Prévost d’un narrateur partie prenante, voire essentielle, des actes décrits permet aussi de doubler l’émotion, puisque il la revit en même temps qu’il l’évoque… Ce point de vue est essentiel : la même histoire, racontée par Tiberge, par Manon elle-même, par Lescaut ou par le père du chevalier, ne serait plus la même, les personnages ne seraient plus les mêmes.
Prévost, peut-être par un désir de perfection littéraire, a fait de des Grieux un admirable conteur, dont le récit est bien «rodé», car il l'a déjà livré plusieurs fois (au commandant du bateau, au gouverneur...), qu’à chaque répétition, l'amour passé s'est épuré, s’est magnifié, que sa sincérité est en fait devenue une rhétorique de la sincérité. Il contrôle parfaitement son discours, réglant à chaque fois ses effets en fonction de son interlocuteur (Tiberge, Lescaut, le supérieur de Saint-Lazare...). S’il s’exprime avec une grande noblesse, avec cette «meilleure grâce du monde» que l'«homme de qualité» a notée, il procède aussi de manière alerte. Incomparable dans l'art de l’anticipation, il assure, par exemple : «Je n'eus pas le moindre soupçon du coup cruel qu'on se préparait à me porter» ; le lecteur est ainsi mis dans une situation de tension et d'attente qui le prépare aussi à excuser un héros si constamment victime. Des «je fus étonné», «ma consternation fut grande», etc. émaillent souvent le récit. Dans sa prison, il apprend de la bouche du vieux G... M... que Manon est enfermée à l'«Hôpital général», mais il s'était bien gardé de nous en informer jusque-là, laissant à la nouvelle tout son poids de surprise et de désolation. Enfin, il ne manque pas d'interpeller fréquemment son auditeur, comme pour maintenir son attention et quêter une approbation : «Vous le connaîtrez par les meilleures dans la suite de mon histoire», annonce-t-il ainsi de Tiberge. Il dramatise le récit car, non content de commenter l'histoire de son point de vue, il la revit en la racontant. Il termine sur cette note exaltée : «Pardonnez, si j’achève en peu de mots un récit qui me tue ; je vous raconte un malheur qui n’eut jamais d’exempleToute ma vie est destinée à le pleurer. Mais, quoique je le porte sans cesse dans ma mémoire, mon âme semble reculer d’horreur chaque fois que j’entreprends de l’exprimer
Le roman de Prévost contient aussi tous les ingrédients du roman d’aventures picaresques, les péripéties de ce fait divers tragique étant nombreuses, et tenant souvent du mélodrame.

On trouve le traditionnel conflit du fils avec le père qui marque la toute-puissance des vieillards et de l'ordre social.

Avec la rencontre impromptue et le coup de foudre, le roman devient celui d’un amour qui est un mélange d'amour fou, de libertinage et d'amour «fraternel», les héros ne profitant toutefois de leur bonheur qu’à quelques occasions (vie commune ; évasion de prison ; fuite dans le désert pour assurer leur bonheur futur).

Or l’amante est une femme fatale qui entraîne l'amant à la déchéance, qui commet des tromperies, la même situation se reproduisant trois fois : Manon trompe des Grieux avec M. de B., avec le vieux G… M…, puis avec le fils de ce dernier. Après chaque trahison, qui est due au manque d’argent, des Grieux se doit d’oublier le passé pour pardonner ; or, les trois fois, Prévost réussit à remplir ces deux conditions : les soixante mille francs de M. de B. devraient suffire un certain temps ; qu’à cela ne tienne : la maison brûle, l’argent est volé ; l’argent gagné au jeu est aussi vite dérobé.

Les ruptures entre les amants sont dues soit au hasard (exemple, au début, l’incendie et le vol à Chaillot), soit aux infidélités de Manon (plus nombreuses), soit aux réactions des autres (comme le père du narrateur). On s’étonne de la singulière coïncidence qui fait qu’entre tous les jeunes gens de Paris est conduit vers Manon le fils de ce M... G... dont elle avait déjà été la maîtresse !

S’accumulent des événements violents : deux enlèvements, des poursuites, des arrestations, cinq vols ou tentatives, trois meurtres (celui du portier, celui du supérieur de Saint-Lazare, celui de Lescaut), un incendie, quatre emprisonnements, une séquestration, une déportation, le projet d’attaque du cortège des enchaînées pour la Louisiane.

Aux crimes que sont les meurtres s’ajoute la tricherie au jeu.

Les évasions sont bien aisément machinées, mais ne sont toutefois pas vraiment invraisemblables : elles montrent que des Grieux a fait tout ce qu’il a pu pour s’évader et pour faire évader Manon, et que, quelle qu’ait été la manière, il y a réussi, l’audace, l’habileté et l’argent aidant. Mais est étonnante la complaisance avec laquelle le fils d’un des administrateurs de l’Hôpital général se fit en une telle circonstance le complice de des Grieux qui lui était inconnu ! Après la sortie de l’hôpital de Manon, le meurtre est étouffé, et la police perd la trace de Manon. En fait, à chaque fois, des Grieux peut revenir à la vertu, et Manon ne plus céder à son penchant. Rien n’y fait : ils reviennent à leurs turpitudes.

On assiste à un voyage en Amérique, à une fuite dans le désert où Manon trouve la mort, scène remarquable par la vérité des sentiments, la précision des détails vécus, et la sobriété du pathétique : il n’y a aucun débordement de sensibilité ; certes, les sentiments sont violents, et certains gestes qu’ils inspirent, étrangers à l’idéal du XVIIe siècle, annoncent le romantisme ou le réalisme. Mais l’analyse est empreinte d’une réserve et d’une lucidité toutes classiques.

Avec la capture de Tiberge par des corsaires, Prévost sacrifia au goût de son temps. Mais l’épisode a toutefois un intérêt narratif : il est important que Tiberge ne puisse arriver avant la mort de Manon, qu'il ne puisse entendre ses dernières paroles, qu’il ne puisse encore moins la sauver du trépas.
Ces événements très romanesques sont si nombreux que le fil conducteur est souvent noyé. Comme dans les romans picaresques, les personnages se déplacent beaucoup, et ces déplacements marquent clairement les étapes de leur déchéance. Du fait d’accélérations ou de coups de frein, une durée inégale est accordée aux épisodes. Le déroulement est marqué par des réitérations : l'apparition de Manon à Saint-Sulpice répète l'apparition d'Amiens, le convoi des filles déportées réapparaît deux fois. Les rebondissements perpétuels resserrent progressivement la narration en la rendant plus haletante, et séduisent le lecteur.

Pourtant, ce tome est assez sobre, présente moins d'aventures que les autres tomes des ‘’Mémoires et aventures d'un homme de qualité qui s’est retiré du monde’’. D’ailleurs, si l’histoire y fut insérée, elle put aussi en être facilement détachée, Prévost ayant d’ailleurs reconnu qu’il n’y a point entre eux de «rapport nécessaire» (‘’Avis de l’auteur’’). Après les autres histoires, il découvrit enfin sa voie avec celle-ci : au lieu de juxtaposer l'observation du monde et le récit de la passion, il les intégra, et fit des conditions objectives des amants un facteur essentiel de leur destin. Et, au lieu de multiplier des anecdotes diverses, il fit apparaître cette diversité à l'intérieur d'une même histoire brève et dépouillée, en changeant les points de vue, et en ménageant des interprétations et des évaluations contradictoires. L’architecture labyrinthique des ‘’Mémoires’’ laissa soudain, pour deux cents pages, la place à une ligne pure de parabole. Cette brièveté fut précieuse pour cet écrivain trop fécond qu'était Prévost, qui avait coutume de «pousser» ses romans au gré des demandes des libraires. L'un des secrets de la puissance de l'œuvre est cette «restriction» qui évite tout développement accessoire, et laisse au récit des événements toute sa tension.

L'’’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut’’ est composée selon un plan serré, sans intrigue annexe, avec une rigueur et une simplicité classiques. Le moteur de l’action tient d’abord du hasard ; puis plusieurs allusions sont faites ensuite à la providence divine (ainsi, au moment de la mort de Lescaut : «C'est quelque chose d'admirable que la manière dont la Providence enchaîne les événements»). On peut y déceler quatre épisodes principaux qui sont tous construits sur le même schéma : trahison, réconciliation, fuite. Le premier, avec M. de B..., est un prélude et un avertissement : des Grieux aurait pu sortir indemne d'une aventure sans lendemain ; mais son destin était arrêté depuis qu'il avait reconnu en Manon, à Amiens, «la souveraine de [son] cœur». L'épisode avec le vieux G... M... et celui avec son fils sont symétriques dans chaque détail. Enfin, l'épisode avec Synnelet est une sorte de contre-épreuve : accepté tant qu'il semble se plier aux conventions, l'amour de Manon et de des Grieux est pourchassé par l'égoïsme des puissants dès qu'il apparaît comme irrégulier. L'épisode du prince italien, ajouté en 1753 pour prouver que Manon est fidèle et loyale dès que les circonstances le lui permettent, est une parodie sur le même schéma : la trahison est feinte, et au lieu de fuir le protecteur riche, on le chasse.
Prévost eut l'originalité de faire de son roman une «confession». Aussi le livre est-il plus centré sur le souvenir des événements que sur l'aventure elle-même. Pour donner une impression de continuité, cette confession n’est pas découpée en chapitres. On ne ressent toutefois pas de monotonie, puisqu'il y a de nombreux rebondissements. Confier la narration au héros malheureux d'une passion funeste, c'était, à l'évidence, l’inviter à donner une vision favorable de Manon, à dégager des circonstances atténuantes. Par ailleurs, la mémoire de des Grieux fonctionne de manière non pas oublieuse, mais sélective : deux pages sont utilisées pour résumer deux années sans Manon, plusieurs pages, pour s'attarder sur un instant de bonheur... Et ces souvenirs affluent dans un ordre complexe.
Cependant, la chronologie de l’histoire peut être établie avec suffisamment de précision :

- 1700 : naissance de des Grieux ;

- 1717 : au début des vacances, sa rencontre de Manon, qui est d’un an plus jeune que lui ;

- six semaines de bonheur (mais, selon le père de des Grieux, qui prétend établir un compte rigoureux, il n’aurait été aimé qu’«environ douze jours») ;

- six mois de séquestration dans le château paternel.

- 1718-1719 : année passée par des Grieux à Saint-Sulpice jusqu’à la soutenance de sa thèse en Sorbonne en août 1719 ;

- 1719 :

- reprise de la vie avec Manon, à Chaillot ;

- affaire du vieux G... M... qui conduit à l’enfermement des deux héros, à Saint-Lazare et à la Salpêtrière, et à leur double évasion ;

- hiver : peur de Manon de s’isoler à Chaillot ;

- 1720 :

- été : retour de des Grieux et de Manon à Chaillot ;

- fin de l’été : arrestation au Châtelet, libération de des Grieux au bout de quatre jours, déportation de Manon le surlendemain ; c’est alors qu’à
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé Première partie

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 2ème partie
«portes d’entrées» des agents pathogènes, formant une première barrière de défense

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé Première partie
«Cet argent lui brûlait la main, IL voulait le rendre; mais IL fut forcé de le garder comme un dernier stigmate de la vie parisienne.»,...

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconBibliographie de la première partie 50
...

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconPremière partie 1 Dans lequel Van Mitten et son valet Bruno se promènent,...

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 16 Première partie repenser le gouvernement 21 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Résumé Première partie Dans un «Avis» iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com