I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf








télécharger 173.2 Kb.
titreI l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf
page1/5
date de publication06.02.2018
taille173.2 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5

I L’ABBAYE DE MONTIERNEUF - EGLISE DE SAINT-JEAN-DE-MONTIERNEUF 2

A Histoire de la construction de l’abbaye 2

B Evolution des bâtiments 2

1L’église 2

2 Descriptif de l’église actuelle 3

3 Evolution de l’abbaye 3

II LA CASERNE DE MONTIERNEUF 5

A Evolution des bâtiments 5

1 Implantation de la caserne 1788 - 1824 5

2 Première étape : réalisation par la ville de deux pavillons 1824 - 1827 8

3 Fin de la première étape par le ministère de la guerre 1827-1844 12

4 Construction des écuries supplémentaires et d’un manège couvert 1845-1864 18

5 Achèvement de la caserne 1865-début Xxéme siècle 20

6 Fermeture de la caserne et séparation du terrain et vente 21

B Les acquisitions de terrains successives pour l’agrandissement du site. 23

III L’ECOLE 25

IV ANNEXES 26

A Histoire de la cavalerie 26

B Evolution des casernes de cavalerie 26

1 Avant le règlement de 1790 26

2 Le reglement de 1824 29

3 Les casernes du second empire 31

C HISTOIRE DE LA CAVALERIE 33



I L’ABBAYE DE MONTIERNEUF - EGLISE DE SAINT-JEAN-DE-MONTIERNEUF



A Histoire de la construction de l’abbaye


Montierneuf est une corruption de Moutier Neuf, ainsi nommé par opposition au Moutier Vieux (abbaye de Saint Cyprien fondée vers 828), bénédictine elle aussi mais non clunisienne et « embourgeoisée »).

Le VI comte de Poitou, Guy-Geoffroy-Guillaume, duc d’Aquitaine sous le nom de Guillaume VIII (1058 - 1086), fut le principal instigateur de cette fondation vers 1069 - « pour le pardon de ses péchés » ou pour le prestige de donner à sa ville résidentielle une importante abbaye clunisienne avec le secret désir d’y être inhumé.

Guy-Geoffroy-Guillaume VIII est un homme d'action dont le principal fait d'armes fut sa victoire sur les Sarrasins en 1063 à Barbastro (Espagne). Après avoir répudié sa deuxième femme, Guy-Geoffroy épousa une de ses cousines éloignées. Ceci constituait une faute dont la réparation aurait eut pour prix la construction de l’abbaye.

Autorisée en 1076 par le pape Grégoire VII, cette fondation fut placée en 1076 sous l’autorité de l’abbaye bourguignonne de Cluny qui y délégua en 1081 un prieur et dix-huit religieux pour la mettre en œuvre et terminer la construction de l’église. Placée sous le patronage de Saint Jean l’évangéliste, l’abbaye est ainsi appelée Saint-Jean-de-Montierneuf.

En 1086 les travaux étaient déjà bien avancés puisqu’on construisait une tour au-dessus de la croisée du transept, mais pas assez pour qu’on pût établir dans la nef la sépulture du compte qui mourait cette année là. Ce fut possible l’année suivante. Il est probable que les travaux étaient achevés ou peu s’en faut lorsque le Pape Urbain II, venu prêcher la croisade en Poitou, la consacra en 1096.

B Evolution des bâtiments



1L’église


L’église est bâtie par le moine Ponce et le maître maçon Mainardus.

Elle présente un plan très simple, fréquent en Poitou, d’une nef flanquée de bas côtés, ayant transept et chœur à déambulatoire avec chapelles rayonnantes. Mais elle a subi de très nombreuses modifications qui ont en grande partie altéré son aspect primitif. :

  • Au XIV° siècle, on adjoint la haute abside centrale « lanterne », la partie haute du chœur est reconstruite en style gothique.

  • les parties hautes du chœur s’effondrent au XIII° s (foudre) et sont alors reconstruites en gothique.

  • En 1562 les protestants y pénètrent, détruisent les cloîtres, brisent les tombeaux des ducs d’Aquitaine que l’église abritait, et y mettent le feu en 1562. L’édifice reste dans un état déplorable ce qui probablement suscite en 1643 l’effondrement partiel du clocher roman. Les travaux de restauration apportent de notables modifications dans l'architecture initiale : en 1643-44 la façade primitive occidentale et les trois premières travées de la nef ont été abattues ; une nouvelle façade est construite et l’espace ainsi dégagé devient une cour plantée d’arbres.

  • réhabilitée, l’église est à nouveau dévastée à l’époque révolutionnaire ; en 1789 l’Armée occupe les bâtiments abbatiaux, l’église désaffectée devient logement de la cavalerie et parc à fourrage ou écurie. Elle ne sera rendue au culte qu’en 1805 mais en fort mauvais état et en 1817, une nouvelle chute du clocher central endommage la croisée et les parties proches.

  • Vers 1802, démolition du clocher remplacé par une couverture en ardoise. A la suite des effondrements de 1643 et 1804, il ne reste que 2 clochetons.

  • En 1815 : nef reconstruite partiellement.

  • C’est de 1817 à 1819 que, grâce à la générosité du Comte Artois et d’un abbé, l’église est remise en état (croisée du transept est restructurée).

  • En mai 1905 sont réalisés l’aménagement des abords de l’église et la reprise des murs de l’abside.

  • En 1913 : isolement des chapelles absidiales à demi envahies par les bâtiments militaires.

  • En 1990 : reconstruction du clocher par F. Jeanneau.


2 Descriptif de l’église actuelle


De la construction d’origine subsistent les piliers de la nef, les murs latéraux des bas côtés, les croisillons, le rond-point et le déambulatoire (très marge pour l’époque) avec ses trois chapelles ainsi que deux clochetons du clocher original.

Les proportions de Montierneuf, en particulier dans le déambulatoire à chapelles rayonnantes, sont très impressionnantes. L'église abrite également un orgue romantique classé monument historique.

Une triple nef d'une grande clarté, un chœur gothique surélevé et de larges verrières donnent à l'église une étonnante lumière.

Le chœur s'appuie sur les parties romanes du vaste déambulatoire ainsi que les colonnes et quelques chapiteaux. L'édifice, épaulé d'arcs-boutants, présente une abside gothique.

Enfin, deux clochetons rappellent étonnamment le clocher de Notre-Dame.

Malgré l'ensemble de ces réfections, l'église Saint-Jean-de-Montierneuf a gardé les caractéristiques propres aux églises romanes du Poitou :

  • richesse décorative qui se révèle dans la sculpture et la dissymétrie des arcatures ;

  • un transept et un déambulatoire à chapelles rayonnantes ;

  • éclairage indirect distribué par les fenêtres des collatéraux.


3 Evolution de l’abbaye


L’abbaye est prospère du XII° au XIV° siècle.

Elle subit un certain nombre d’avanies au cours du XV° siècle, ce qui l’oblige à se fortifier. Sa décadence est alors entamée. Elle va être précipitée au XVI° siècle en raison des guerres de religion.

Une partie des bâtiments monastiques qui s’étendent au sud de l’abbatiale sont construits au XVII° siècle

Le bâtiment central actuel et construit au XVIII° siècle.

En 1788 l’ordre de Cluny est réformé et l’Armée occupe les bâtiments abbatiaux. A cette date, l’abbaye comprend les bâtiments abbatiaux construits aux XVII° et XVIII° siècles et des bâtiments annexes, dont des écuries.

Le vieux bâtiment abbatial datant du XVII° siècle et les écuries qui y touchent sont démolies en 1824 au moment de l’aménagement de la caserne de cavalerie

Ne reste de l’abbaye à partir de cette date que le bâtiment central, qui connaît des aménagements successifs pour répondre aux besoins de la caserne puis de l’école et enfin du rectorat
  1   2   3   4   5

similaire:

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconThèse de doctorat d’histoire, université Paris I
«Une abbaye jurassienne au xiiie siècle : l’abbaye de Saint-Oyend de Joux (1175-1262)». Mention Très Bien

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconI- la présence l’Abbaye de Thélème dans le roman
«une constitution écrite, la désignation du détenteur de l’autorité par élection…» La vie monastique de Rabelais l’a beaucoup influencé,...

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconBasilique Saint-Jean-de-Latran
«mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde». Dans ces murs se déroulèrent plus de 250 conciles (assemblée d’évêques...

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconAdresse de départ
«Abbaye de Mamelis» (1923) et sur l’église haut perchée dans la petite ville allemande d’Orsbach)

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconL'église Saint-Dalmas
«Sanctus Dalmaticus Selvatius», son étymologie vient de «silva» désignant la forêt. L'histoire du village sera au Moyen-Age celle...

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconEglise Saint Evroult, Damville

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconLandes (17) église Saint-Pierre

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconEglise Saint-Mercurial de Vielle-Louron

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconEglise saint-laurent notre-dame d’ondres

I l’abbaye de montierneuf eglise de saint-jean-de-montierneuf iconN° 5 9 octobre 2016
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com