Préface








télécharger 0.77 Mb.
titrePréface
page16/44
date de publication07.02.2018
taille0.77 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   44

II


Troisième personnage ; le docteur Aloysius, maître de la maison. Pour parler de lui, la transition est facile. Car seul, on le voyait quatre ou cinq fois par an sortir de la maison fermée. Ce jour-là la porte laissait passer une sorte d’émaciation vivante qui avait une tête, des bras et des jambes et qui devait avoir évidemment la prétention d’appartenir à la race humaine. La tête était pointue, anguleuse : il y avait au-devant de cette tête un visage jaune qui, si la peau eût été grattée, aurait peut-être révélé le plus curieux de tous les palimpsestes ; ce visage avait une proéminence dans laquelle on avait quelque peine à reconnaître un nez, tant les narines serrées faisaient ressembler la chose à un morceau de lame de couteau, fichée entre deux joues, d’ailleurs plates et creuses. La bouche était un trou pale, au fond duquel on eût en vain cherché des dents. Les gencives avaient la couleur des lèvres, id est, point de couleur. Les yeux étaient noirs comme de l’anthracite, le crâne pelé, la barbe absente. Rien de l’oiseau de proie cependant : dans toute la physionomie, une bonasserie morne, une inertie peut-être inoffensive, mais peut-être cachant l’indifférence la plus absolue pour le bien comme pour le mal.

Les jambes, véritables types de fuseaux, sortaient d’un sac sans forme, qui avait dû être noir mat, mais était lustré par l’usure et la vieillesse. Les mains osseuses s’étendaient hors des manches élimées et toutes frangées.

Donc le docteur Aloysius paraissait au seuil de la maison : un autre personnage l’accompagnait jusqu’au perron. C’était le quatrième : maître Truphêmus.

Antithèse vivante de chair et d’os. De chair surtout. Truphêmus était rond : il représentait le cercle comme Aloysius la ligne droite. Et, en vérité, moins le cercle que la sphère. Tout était rond en Truphêmus, ensemble et détails. Agglomération de boules formant boule.

La tête d’abord, ronde avec des yeux ronds, bombés ; une bouche ronde, des joues rondes, un menton rond, un nez rond. Les épaules fuyaient dans une douce déclivité pour encadrer un thorax qui ne faisait qu’un avec le ventre, proéminent et se fondant avec les hanches, les cuisses et le reste. Le dos voûté ne déparait pas cette sphéricité : rien de droit ne brisait cette courbe. Les jambes complétaient, pôle sud, la tête qui figurait le pôle nord. On eût dit une outre qu’un verrier venait de remplir d’un souffle vigoureux.

Les deux docteurs causaient un instant sur le pas de la porte. Maître Aloysius tirait de sa poche un papier qu’il déroulait, puis lisait quelque chose que maître Truphêmus écoutait avec l’attention la plus profonde. C’était une liste. Truphêmus hochait la tête, approuvait ou avançait les lèvres, comme pour dire : Heu ! heu ! peu utile ! Alors Aloysius biffait. Ce travail de vérification achevé, Aloysius remettait le papier dans sa poche, tendait à Truphêmus sa main longue qui enserrait les doigts potelés de son compagnon.

La porte se refermait, Aloysius partait.

Son absence durait jusqu’au soir. Vers six heures, on voyait sur la route quelque chose d’insolite. C’était une voiture à bras, tirée par un homme. Maître Aloysius marchait derrière, couvant de son regard noir la cargaison du véhicule.

Cargaison bien étrange. Un amas de ferraille. Des débris de métaux de toute sorte ; puis pêle-mêle des flacons, pleins de matières de toutes couleurs, du bleu, du jaune, du vert, du rouge, voire même du blanc. La voiture était lourde, car l’homme suait et ses épaules, tendues en avant, s’arquaient sous la pression des bridelles de cuir. Par bonheur, la route était plane.

Le cortège arrivait devant Quiet-House. Maître Aloysius enjoignait au portefaix de s’arrêter quelques pas avant la maison. Puis il allait frapper lui-même de façon particulière, et on lui ouvrait de l’intérieur sans retard.

Maître Truphêmus apparaissait de nouveau, comme ces personnages des horloges qui sortent de leurs niches à certains moments de la journée.

Il venait avec son confrère, enlever successivement de la voiture les objets qu’elle renfermait : c’était un assez long travail, car elle était bondée au-dessus des ridelles. Et puis maître Truphêmus s’arrêtait parfois en chemin pour contempler le précieux fardeau qu’il portait dans ses bras : c’étaient par exemple de vieux morceaux de gouttières ou des barreaux rouillés, arrachés à quelques rampes d’escalier. Il les couvait amoureusement du regard, et, n’était le respect humain, on comprenait qu’il les eût baisés.

Mais Aloysius entendait qu’on se hâtât. Et, s’apercevant du trouble de son compagnon :

– Allons, vieux gourmand, lui criait-il, un peu plus vite que cela ! Vous savez bien que le dîner attend.

Dame Tibby se mettait de la partie : et les objets passaient par les mains des trois personnes, comme les briques que les maçons montent d’un étage à l’autre. Netty elle-même avait son rôle. Aloysius lui donnait les plus petits morceaux avec une tape amicale sur le front.

On payait l’ouvrier qui repartait avec un air visible de satisfaction, preuve que le travail était grassement rétribué.
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   ...   44

similaire:

Préface iconPRÉface

Préface iconPréface

Préface iconPréface

Préface iconPRÉface

Préface iconPreface

Préface icon[modifier] préface

Préface iconEssai préface de Vittorio prodi

Préface iconPreface by Sam pitroda (to be confirmed)

Préface iconPréface du catalogue Bernard Moninot Galerie nationale du jeu de paume Paris 1997

Préface iconPreface™ Système d’aide à la décision pédagogique et opérationnel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com