Préface








télécharger 0.77 Mb.
titrePréface
page6/44
date de publication07.02.2018
taille0.77 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   44

VII


Cette conclusion, la voici, telle qu’elle sort tout armée de mon cerveau.

Golding doit tous les soirs aller retrouver les deux gentlemen. Il ne peut s’en dispenser. Eux de leur côté ne peuvent rester séparés de Golding.

Et cela ne dépend pas d’un caprice, d’une fantaisie de vieillards : il y a plus que désir, plus qu’habitude, il y a nécessité. Ce n’est pas une liaison qui existe entre ces trois hommes, c’est un lien, plus serré que le nœud d’Alexandre, et l’épée s’émousserait sur lui. Une pareille amitié, fatale, involontaire, n’a qu’un nom. J’hésite à le prononcer... elle s’appelle (bast ! personne ne lira ceci) complicité !

VIII


Le lendemain, de bonne heure, j’étais chez Golding. Je ne vous dissimulerai pas qu’il m’avait fallu une certaine audace pour me rendre chez le sollicitor.

Mais la curiosité fut plus forte que l’inquiétude. Je voulais savoir s’il se souviendrait. Pourquoi ce doute ? Il était bien évident qu’il ne pouvait avoir oublié ce qui s’était passé la veille au soir, à moins que...

Eh bien ! c’était justement cette idée qui me tourmentait. Je croyais – mais ceci ne venait d’aucune déduction, c’était un instinct – qu’il n’avait pas eu conscience de ce qui s’était produit après six heures.

Et tenez, j’avais raison. Voilà maître Golding qui me reçoit avec la plus grande affabilité. Bien mieux. Il me parle de notre petit repas et d’une certaine sauce, comme si rien que de très naturel n’avait accompagné son départ. Il est toujours le même, teint fleuri, œil émerillonné. Je crois qu’au besoin il accepterait une seconde invitation.

Je me retire. Mon plan est fait. Vous l’avez deviné. Pour procéder par ordre, il faut maintenant connaître deux autres points importants :

1º Où va maître Golding ?

2° Quels sont les deux gentlemen en question ?

Ceci me paraît facile. À six heures, je serai là.

Oh ! je vous avoue que j’ai la fièvre. C’est une rude tâche que j’ai entreprise ; mais aussi que son accomplissement me promet de jouissances !

Je saurai tout... Quand je prononce ces trois mots, je sens que je serai payé au centuple de mes peines.

Aussi, dix minutes avant que l’heure sonne, je suis là, blotti dans un coin, à quelques pas de sa porte. Je sais qu’il est dans son étude. Je n’aurais pas commis cet enfantillage de ne pas m’en assurer.

Ces dix minutes me paraissent un siècle. Elles passent cependant – trop lentement – mais elles passent. L’attention prête même à mes sens une telle finesse que j’entends – je suis sûr que je l’entends – le timbre fêlé de sa pendule.

Je ne m’étais pas trompé. C’est lui. Il marche, et moi je marche derrière lui. J’ai l’air d’un détective attaché au pas d’un coupable. Après ? Peut-être est-ce bien un coupable.

Il ne va pas vite. Non. C’est un pas bien régulier, sec, cadencé. J’ai pris le pas, moi aussi, si bien que les deux bruits se confondent. Oh ! il ne peut se douter de rien. Et de fait, il ne paraît pas préoccupé de ce qui se passe derrière lui. C’est devant lui que se trouve son intérêt. Ni à droite, ni à gauche, car il ne regarde rien, et la plus jolie fille de l’État peut passer à ses côtés sans qu’il remarque son bas bien tiré ou sa taille cambrée. Parfois quelqu’un vient en sens inverse, et le heurte. Le choc – sec – ne le fait pas dévier d’un iota de la ligne directe.

Nous avons suivi Broadway quelque temps. Nous sortons de la ville. Nous allons au faubourg. Nous arpentons la route – arpenter est le mot, car chacun de ses pas a une dimension fixe, implacable.

J’aperçois une maison, presque en plaine. D’un étrange aspect, sur mon âme. Les briques ont une teinte d’un rouge brun comme le front d’un homme frappé d’apoplexie. La maison est entourée d’un parc ; on y entre par une grille. Il tend à cette grille...

Mais voici du nouveau : de deux routes viennent – en même temps – oh ! absolument en même temps – deux gentlemen. Ils sont exactement à la même distance de la grille, ils y arriveront exactement à la même seconde. Même pas, même rectitude dans la marche. Les voilà qui touchent la grille ensemble... La grille s’ouvre, ils entrent... ces trois points convergents se sont confondus en un seul groupe... et ils disparaissent dans la maison...
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   44

similaire:

Préface iconPRÉface

Préface iconPréface

Préface iconPréface

Préface iconPRÉface

Préface iconPreface

Préface icon[modifier] préface

Préface iconEssai préface de Vittorio prodi

Préface iconPreface by Sam pitroda (to be confirmed)

Préface iconPréface du catalogue Bernard Moninot Galerie nationale du jeu de paume Paris 1997

Préface iconPreface™ Système d’aide à la décision pédagogique et opérationnel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com