Préface








télécharger 0.77 Mb.
titrePréface
page7/44
date de publication07.02.2018
taille0.77 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   44

IX


Jusqu’ici, je n’ai pas un seul instant fait fausse route. Malgré mon impatience – malgré l’attraction qui s’exerce sur moi – je ne veux pas, je ne dois pas me hâter.

La grille est fermée, Golding et ses deux amis... amis ? Voici d’abord un mot qui mérite examen. Pourquoi amis ? Et cette idée est-elle juste ? En tout cas, est-elle prouvée ? Loin de là, donc je la réserve. Golding et les deux gentlemen sont enfermés dans la maison. Examinons la maison. La carapace peut souvent indiquer la nature du crustacé.

C’est un grand bâtiment carré – lugubre. Qu’est-ce qui le rend lugubre ? Rien et tout. Il y a sur ces pierres brunes comme une transsudation de mystère. De toutes les fenêtres une seule est ouverte. On dirait l’œil borgne d’un visage. Le parc a de hautes murailles ; par la grille seule, le regard peut pénétrer à l’intérieur. Les arbres sont touffus, les allées sont mal entretenues... Mon œil marche à travers ces allées. Rien que des feuilles mortes ou des branches dépouillées ? Si fait : quelque chose. Je distingue à peine une sorte de chapelle basse, petite, étroite. Pourquoi cette découverte me fait-elle frissonner ? C’est que, comme les hommes, les choses ont un rayonnement qui tombe d’aplomb sur le sens qui m’est particulier et dont j’ai parlé. Cette chapelle – bâtisse ou monument – s’est imposée à mon attention, à mon examen, à mon esprit d’investigation. Il y a là quelque chose. Mais j’y songerai plus tard. Voici déjà deux heures que je rôde autour de la maison et du parc. Aucun des trois gentlemen n’est sorti. Il est huit heures et demie. La nuit est profonde, et, seule, la fenêtre que j’ai d’abord remarquée a été éclairée. C’est là qu’ils sont.

Si je pouvais m’approcher, si je pouvais plonger mon regard dans cette chambre ! Mais il n’y faut pas songer. La grille est bien fermée. Les murs sont trop élevés. Oh ! si de la puissance de mon œil – rivé à cette fenêtre – je pouvais percer cette épaisseur qui me les cache. Non, il ne faut rien livrer au hasard. Demain je verrai, demain je ferai un pas de plus dans le labyrinthe où je me suis engagé.

Tout à coup – ce fut une terrible surprise, en vérité – un grand cri parvint jusqu’à moi.

Ce n’était pas un cri de douleur. Je ne supposai pas un seul instant que quelqu’un pût avoir besoin de secours. C’était une clameur longue – longue – comme l’ululation du chat en amour. Et, de fait, c’était moins un cri qu’un son. Il n’avait pas été proféré, comme l’est un cri dans un arrachement de l’âme. Il avait commencé voilé, presque timide, puis avait grossi dans une expansion sinistre. Puis au moment même où il allait s’éteindre, deux autres sons s’étaient élevés, et le premier avait recommencé comme pour se joindre à eux – parallèlement. Quelque chose comme la tonique, la tierce et la quinte.

Hou... ou... ou... ou !... C’était à peu près cela, et cependant nulle voix humaine ne pourrait, à mon avis, proférer le même son. À la fenêtre que j’observais, je vis un notable changement. L’ombre succédait à la lumière, puis la lumière à l’ombre. Il me semblait encore – avec les hou ! qui ne s’arrêtaient pas, – entendre d’autres bruits, ceux-là sourds, lourds, comme si une masse sans cesse relevée eût été sans cesse rejetée sur le plancher... Puis les hou ! s’interrompaient, et alors je percevais des éclats de voix, – de vrais éclats. Cela ressemblait au bruit des bâtons des Irlandais, quand ils s’assomment à la porte de quelque bouge.

Ces voix avaient l’air de frapper, tant elles étaient sèches et rauques.

Puis les lumières bondissaient encore, puis elles disparaissaient sous l’interposition de quelque corps opaque...

X


Mon parti était pris : dussé-je vivre cent ans, j’aurais employé le reste de ma vie à percer le mystère.

Je passerai sur quelques détails qui cependant nécessitèrent de ma part un véritable travail. Oh ! je ne reculai devant aucune fatigue.

Je sus d’abord quels étaient les deux gentlemen, amis de Golding.

L’un était le révérend Pfoster, qui édifiait ses chères brebis par ses prêches pleins de douceur et de charité. Je l’écoutai, comme jamais prédicateur ne fut écouté. Et, en vérité, c’était un habile parleur... mais que m’importe sa faconde ou son habileté ? Je le suivis tout un jour, je le vis entrer dans la maison des pauvres et porter des secours aux malades. Je le vis, d’un pas calme et mesuré, parcourir les rues et saluer d’un signe de tête les enfants qui passaient. Mais ce que je vis aussi – et que me faisait tout le reste ? – c’est qu’à six heures il quittait l’endroit où il se trouvait, quel qu’il fût, et que de son allure qui devenait alors saccadée – comme saccadé était le pas de Golding à six heures – il allait, sans s’arrêter, vers la maison de briques rougeâtres.

L’autre – le troisième – était un bon vivant. Sur mon âme, il fallait avoir l’esprit bien soupçonneux pour ne pas croire à la vertu de cet excellent homme, toujours souriant, passant sa vie au cercle, à table ou au jeu, aimant les jeunes gens et se mêlant volontiers aux parties que nos jeunes flirters organisent avec les blondes filles de l’Union. Comme il savait galamment – et avec quel sourire ! – offrir son bras à la plus rose de nos adorables misses...

Oui, jusqu’à six heures !

Car – décidément – cette heure est fatale.

Elle sonne dans la vie de ces trois hommes comme tombe le battant sur la cloche de cuivre. Et leur âme tinte sous ce coup, et frissonne longtemps encore après que le son s’est éteint !

Comme je les tenais bien tous les trois ! J’avais tracé autour d’eux un cercle cabalistique dont mon regard était le centre, dont leur vie était la circonférence. Je les voyais s’agiter. Je les couvais de l’œil. Oh ! ils m’appartenaient bien, et quelle jouissance j’éprouvais à me dire : Ils ne se doutent de rien.

J’étais dans leur ombre, dans l’air qui les environnait. Je surgissais auprès d’eux alors qu’ils ne soupçonnaient pas – et comment l’auraient-ils soupçonné ? – que quelqu’un les épiait...

Je remarquai encore ceci.

Avant six heures ils ne se connaissaient pas. Feignaient-ils de ne pas se connaître ? Je ne pourrais pas l’affirmer et, cependant, quand, plusieurs fois, je les vis se rencontrer, se croiser en se touchant du coude, ou se cédant mutuellement le pas sur un trottoir trop étroit, jamais je ne surpris – et il fallait qu’il fût impossible de rien surprendre – un regard, un clignement d’yeux.

À Golding, je parlai du révérend Pfoster, du joyeux Trabler (c’était le nom du troisième gentleman) : pas un pli de son visage ne tressaillit, pas une fibre de son front ne s’agita... Une fois – oh ! c’était hardi ! – je lui demandai où il demeurait. Je crois, Dieu me damne ! qu’il n’entendit pas d’abord ma question. J’insistai avec un sauvage plaisir. Lui, délibérément, me répondit : Là-bas, au Black-Castle.

Au château noir ! c’était bien le nom de la maison de briques !

Et il continua de causer, comme si question et réponse eussent été des plus simples.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   44

similaire:

Préface iconPRÉface

Préface iconPréface

Préface iconPréface

Préface iconPRÉface

Préface iconPreface

Préface icon[modifier] préface

Préface iconEssai préface de Vittorio prodi

Préface iconPreface by Sam pitroda (to be confirmed)

Préface iconPréface du catalogue Bernard Moninot Galerie nationale du jeu de paume Paris 1997

Préface iconPreface™ Système d’aide à la décision pédagogique et opérationnel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com