I un principe de dénomination








télécharger 320.57 Kb.
titreI un principe de dénomination
page1/10
date de publication23.03.2018
taille320.57 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10
Sensibilisation à l’Histoire de l’Art contemporain du XXe siècle

L1 – COURS MAGISTRAL – LE MERCREDI
Annie CLAUSTRES

AXES DE TRAVAIL
Soyez attentif aux dates des évènements historiques (exemple : 1919, institution de la République de Weimar en Allemagne. Il faut le savoir) qui sont des repères essentiels, soyez aussi attentif aux dates et aux titres des œuvres. L’histoire de l’art demande un travail important de mémoire car la dimension historique est une donnée essentielle de notre discipline. Les œuvres prennent tout leur sens, leur valeur, leur identité au regard du contexte historique dans lequel elles apparaissent. Je vous recommande par ailleurs de vous entraîner au commentaire de document pour lequel vous trouverez en fin de document un plan de référence. Ne faire que quatre, cinq, exercices, vous sera très utile. Certaines œuvres (ŒUVRE)) bénéficient d’une analyse détaillée, d’autres, moins. Cela ne signifie pas que ces dernières soient moins importantes, mais que vous êtes invités à produire par vous-même cette analyse. Nous nous concentrerons sur six axes de travail :


  1. Introduction générale et succincte : la notion d’avant-garde

  2. Le fauvisme (1905-1907) : Matisse et Derain

  3. Le cubisme (1908-1913) : Braque et Picasso

  4. Le futurisme italien (1909-1914)

  5. Naissance de l’abstraction (1911-1920) : Kandinsky et Malévitch

  6. Marcel Duchamp (1910-1921)

  7. DADA (1916-1922)


0. Les avant-gardes
Le cours est fondé sur une histoire des avant-gardes au XXe siècle. Il s’agit d’une problématique spécifique de l’historiographie qui envisage l’histoire selon le déroulement de différents mouvements : les « ismes » de l’art.


I Un principe de dénomination




Au départ, l'avant-garde, dans sa dénomination singulière, relève du vocabulaire militaire. Son usage appartenait au contexte politique : "en-avant". Il désigne une marche en avant politique, les francs-tireurs qui militent pour le monde de demain. Ils désignent des agitateurs politiques.
La nouvelle idéologie du progrès qui s'abat au milieu du XIX va s'étendre peu à peu au domaine artistique.
Le passage du singulier (l’avant-garde) au pluriel (les avant-gardes) marque précisément le tournant de ce passage dans le domaine artistique. Il correspond dès lors en histoire de l'art à l'ensemble des mouvements successifs, voire contemporains — les "ismes" de l'art — qui apparaissent à partir de la fin du XIXe siècle dans la création artistique. Ces mouvements — fauvisme, expressionnisme, futurisme, cubisme minimalisme (années soixante-dix) — correspondent à des regroupements par affinités esthétiques et éthiques.
La modernité artistique, dès la fin du XIXe siècle et durant presque tout le XXe siècle, jusqu’à une époque récente, a trouvé son expression la plus spectaculaire, la plus provocante et revendicative dans des mouvements dits d’avant-garde, chacun de ces courants développant sa propre vision prospective de l’art moderne.
On a coutume, aujourd’hui, à juste titre, de voir dans le poète et critique d’art Baudelaire le précurseur de la modernité artistique actuelle. Toutefois, on ne saurait, dissocier l’émergence de cette modernité du contexte social, historique et politique qui n’est autre que celui de la révolution industrielle. L’œuvre de Baudelaire, critique lucide de son temps, témoigne du moment où la modernité prend conscience d’elle-même, de son ambiguïté, et pressent que tout n’est pas nécessairement moderne dans l’individu.


II La structure des avant-gardes : une logique de la rupture et du renouvellement




A - Le monde moderne : un nouvel état du monde



Au milieu du XIXe siècle, l'industrialisation et la technique ont envahi le monde moderne qu'il convient de célébrer. Cette situation engendre une rupture due aux bouleversements de la réalité socio-économique.

C'est le mot d'ordre de Baudelaire, poète de la sensibilité avant-gardiste, dans son célèbre texte "Peintre de la vie moderne" (écrit en 1859, paru en 1863 dans Le Figaro – A LIRE DANS LES ECRITS DE BAUDELAIRE – VOIR LIVRE DE POCHE): il faut être moderne, il faut célébrer le monde moderne, c'est la mission de l'artiste.

Selon Baudelaire, il y aurait une beauté moderne, qui se définit par un caractère éphémère compte tenu de l'incessant mouvement de la vie moderne, de son exigence constante de nouveauté. Les artistes et les intellectuels de l'époque vont avoir une prise de conscience aigüe d'une nouvelle apparence du monde qui modifie la perception même de l'homme. Il convient donc de trouver les nouvelles formes artistiques correspondant à ce nouvel état.
L’adhésion au mythe nouveau de l'industrialisation prend souvent l'accent de la rébellion entraînant souvent une violence dans l'expression du renouvellement. Les artistes avant-gardistes cherchent à rompre avec les tabous éthiques et esthétiques, ce qui prend souvent la forme de la provocation. Les avant-gardes possèdent toutes un caractère révolutionnaire.

Cet engagement va se concrétiser dans de nombreux courants avant-gardistes par des manifestes — manifeste du futurisme, manifeste de l'expressionnisme allemand, manifeste du surréalisme. Le manifeste détermine le mot d'ordre auquel se rallie une école nouvelle. Il convient de cristalliser autour de thèmes précis les enjeux philosophiques, politiques et esthétiques. Les artistes avant-gardistes sont de remarquables théoriciens. Leurs manifestes sont des textes de grande qualité littéraire.

B La rupture avec l'académisme
C'est tout au long du XIXe siècle que va se produire progressivement l'anéantissement du modèle académique. Le romantisme (1820-30), le réalisme (1840-50), l'impressionnisme (1860-70)... vont permettre peu à peu l'éclatement de la pratique artistique qui s'accélère avant-guerre.
A l'institution académique correspond une peinture académique : art pompier, art d'exécution où l'on met en pratique des règles établies à l'avance. Le peintre Bougereau en est l'exemple parfait.

- L'art académique doit répondre à des canons. (voir le thème du nu)

- La recherche plastique porte sur un contenu littéraire. (on célèbre une allégorie, on prend appui sur une histoire du domaine de la littérature)

- Le style est léché. Une perfection glacée est recherchée et valorisée.

- L’esthétique du fini qui fait disparaitre la moindre trace de la main, est privilégiée. La touche est bannie : on ne doit pas la voir.

C'est la peinture du bourgeois. C'est l'art officiel.
L'enseignement académique demande à l'artiste de reproduire parfaitement les règles établies. Il assure une promotion de modèles tous à l'identique pour lesquels la consécration définitive est l'attribution du Prix de Rome.
C'est contre cet art que les artistes avant-gardistes vont s'opposer. Contre cette répétition à l'identique des mêmes schémas, contre le "beau idéal" trompeur qui masque la réalité du monde moderne, réalité mouvante et souvent douloureuse compte tenu des bouleversements économiques et des guerres qui s'annoncent.

C - Les paradoxes des avant-gardes
- Dans cette défense du nouveau, les avant-gardes sont contraintes de se dépasser en permanence. Il y a un enchaînement incessant des 'ismes" qui, dans sa logique même, finit par être prisonnier d'un même système. Il y a répétition d'une volonté permanente de révolution novatrice, ce qui devient une contrainte.
- Les destinataires des avant-gardes, ce qui reçoivent leur production, vont se trouver appartenir à une élite. Le bourgeois en est exclu, mais le peuple aussi. Tous les artistes avant-gardistes vendront leurs œuvres à des initiés, par opposition à la masse des profanes. Ce qui est en contradiction avec la pensée développée dans leurs manifestes. Le pouvoir économique de l'élite est lié au capitalisme. Il y a donc une récupération des avant-gardes par les classes favorisées.

On peut donc dire que les avant-gardes relèvent en partie de l'utopie, du leurre.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

I un principe de dénomination iconForme objet- denomination siege duree

I un principe de dénomination iconIslamique de Développement (bid) et Gouvernement de la République...

I un principe de dénomination iconDevant le tribunal de grande instance de toulon
«Université» réservé par le Code de l’Education, la défenderesse a modifié sa dénomination d’usage en substituant le terme – non...

I un principe de dénomination iconPrincipe de fonctionnement

I un principe de dénomination iconPrincipe de construction du Galup 40

I un principe de dénomination iconChapitre 1 denomination conditions de production
«Côte Vermeille», initialement reconnue vin de pays de la Côte Vermeille par le décret du 17 mars 1986, les vins répondant aux dispositions...

I un principe de dénomination iconPrincipe de fonctionnement de la tête d'impression

I un principe de dénomination iconColloque organisé par Démosthène
«prisons sans barreaux» sont aussi appelées «prisons ouvertes», une dénomination qui semble paradoxale, mais ouvre aussi, non seulement...

I un principe de dénomination iconEmile Zola «2008-2010»
«C'est grâce au principe de la concurrence que l'économie politique peut avoir la prétention de se considérer comme une science»

I un principe de dénomination iconProgramme d’innovation Construire au Canada ap 006 Volet militaire
«présélectionnées», ce qui signifie qu'elles sont approuvées «en principe». Toutefois, cette présélection ne garantit pas l'attribution...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com