I un principe de dénomination








télécharger 320.57 Kb.
titreI un principe de dénomination
page2/10
date de publication23.03.2018
taille320.57 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Conclusion



Cette pensée de l'avant-gardisme a d'ailleurs été relevée dans le champ de l'histoire de l'art et par les artistes eux-mêmes dès la fin des années 1970. C'est ce que certains théoriciens ont appelé le post-modernisme, une notion qui n'est pas unique dans sa définition. La chute des idéologies politiques, et plus particulièrement, la chute de l’idéologie communiste remet aujourd'hui en question le système progressiste inhérent aux avant-gardes. La modernité et les avant-gardes par leurs heureuses contradictions nous permettent aujourd'hui de reconsidérer les acquis et les failles du XXe siècle.

Il serait abusif de considérer comme synonymes, la modernité, processus historique global, et l’avant-garde, expression momentanée d’une révolte contre le conservatisme. Il est plus juste, en revanche, de voir dans chaque avant-garde une forme extrême et paroxystique de la modernité.
Les avant-gardes ont vu le déploiement de nouveaux médiums artistiques (assemblage, collage, sculpture d’objets, photomontage, performance, etc.). Elles ont engendré un potentiel créatif exceptionnel dont l’art actuel en est encore l’héritier.
Nous étudierons chacun des mouvements selon la logique des avant-gardes, ce qui donne une durée de vie très courte à chacun. Ainsi, le fauvisme, en tant qu’avant-garde, ce développe de 1905 à 1907, ce qui ne veut pas dire que le fauvisme se termine en 1907, mais il se poursuit sur un mode moins radical, moins progressiste, moins révolutionnaire.

1. LE FAUVISME : 1905 - 1907

I - LE CONTEXTE LIÉ L’ÉMERGENCE DU FAUVISME : LA FIN DU XIX SIECLE



A la fin du XIXe siècle, l’enseignement de l’art en France se développe via deux pôles, et selon deux attitudes. D’un côté, l’académisme, de l’autre, la modernité.
L’Académisme est un système officiel couronnant les œuvres académiques par des récompenses prestigieuses (exemple : le Prix de Rome)

La Modernité : Monet, Pissarro et Renoir étaient encore inadmissibles aux yeux de nombreux peintres. Leurs œuvres étaient mal acceptées et suscitaient de très nombreux débats à la fin du XIXe siècle. Disciple de Seurat, Signac incarnait le néo-impressionnisme, qui était à la fin des années 1890 un mouvement puissant, très répandu et dominant l'art contemporain.


II DE L'AVANT-GARDISME ET DE LA MODERNITÉ DU FAUVISME



Le fauvisme est le premier mouvement qui affirme la logique interne du tableau comme dictant la forme. Ce n’est donc plus la mimesis, c’est-à-dire l’imitation du monde extérieur, qui l’emporte. Il s’agit d’une rupture avec une conception classique du tableau comme espace illusionniste. Affirmer les composants même de la peinture, c’est-à-dire l’espace-plan, les coups de pinceau, la couleur, s’impose. Ne pas oublier que la peinture en tant qu’acte artistique est un acte de recouvrement (le peintre recouvre avec des couleurs, des outils, une surface plane, la toile).
L’influence des post-impressionnistes : Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Seurat, sont des peintres qui avaient déjà révélé que la peinture même, la couleur, ainsi que les touches posées sur la toile (construction architectonique), pouvaient véhiculer la puissance de l'expression.
Le langage plastique du fauvisme :
- Accent mis sur les couleurs pures afin de libérer la couleur, de lui donner une autonomie. Le tableau est construit uniquement sur la couleur ; la ligne est absente, ou mineure.

- Organisation des couleurs pour valoriser la surface, le plan de la toile

- Abandon du rapport traditionnel fond/forme

- TRANSPOSITION. Il ne s'agit plus de restituer un fragment du monde réel tel qu'il est vu du point de vue rétinien mais d'exprimer une sensation liée à la perception du réel. La sensation d'un objet quel qu'il soit doit être traduite sur la toile.

- Prise de conscience moderne que la peinture est d'abord une image avant d'être une représentation.
Au monde de la vitesse, de la frénésie et de l'intensité va correspondre une peinture affirmant une exaltation de la couleur pure, la rapidité de l'exécution, la violence de la touche. Les thèmes vont être ceux de la vie moderne : la vie des bords de Seine, par exemple.


1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

I un principe de dénomination iconForme objet- denomination siege duree

I un principe de dénomination iconIslamique de Développement (bid) et Gouvernement de la République...

I un principe de dénomination iconDevant le tribunal de grande instance de toulon
«Université» réservé par le Code de l’Education, la défenderesse a modifié sa dénomination d’usage en substituant le terme – non...

I un principe de dénomination iconPrincipe de fonctionnement

I un principe de dénomination iconPrincipe de construction du Galup 40

I un principe de dénomination iconChapitre 1 denomination conditions de production
«Côte Vermeille», initialement reconnue vin de pays de la Côte Vermeille par le décret du 17 mars 1986, les vins répondant aux dispositions...

I un principe de dénomination iconPrincipe de fonctionnement de la tête d'impression

I un principe de dénomination iconColloque organisé par Démosthène
«prisons sans barreaux» sont aussi appelées «prisons ouvertes», une dénomination qui semble paradoxale, mais ouvre aussi, non seulement...

I un principe de dénomination iconEmile Zola «2008-2010»
«C'est grâce au principe de la concurrence que l'économie politique peut avoir la prétention de se considérer comme une science»

I un principe de dénomination iconProgramme d’innovation Construire au Canada ap 006 Volet militaire
«présélectionnées», ce qui signifie qu'elles sont approuvées «en principe». Toutefois, cette présélection ne garantit pas l'attribution...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com