Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle








télécharger 22.09 Kb.
titreLes jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle
date de publication09.06.2018
taille22.09 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
LES JARDINS DE GARE RÉALISÉS PAR LES FRÈRES RODA : NAISSANCE D’UN NOUVEAU TYPE PAYSAGER EN ITALIE À LA FIN DU XIXe SIÈCLE
Les frères Marcellino et Giuseppe Roda, jardiniers de la famille royale de Savoie, après un voyage de formation en Europe sont nommés en 1843 jardinier en chef et premier jardinier du parc royal de Racconigi, près de Turin. Ils acquièrent une grande expérience et notoriété et réalisent ainsi plusieurs parcs et jardins privés et publics. Parmi ces derniers ils créent notamment des jardins attenant à la gare du chemin de fer. Leurs réalisations s’effectuent selon le développement du réseau ferroviaire : de Turin à Novare, Plaisance, Crémone, Bologne, Carrare…

Un nouveau type paysager s’affirme ainsi et va bientôt s’imposer dans la plupart des villes italiennes, même les plus petites : le « jardin du chemin de fer  », dont parle aussi Édouard André dans son traité sur l’art des jardins. Il s’agit d’un « jardin moderne » avec des caractères esthétiques précis et des valeurs symboliques, sociales et culturelles spécifiques. Une sorte de fil rouge relie le jardin et le chemin de fer, les voyageurs et les promeneurs.
MOTS CLÉS

Aménagement paysager / chemin de fer / gare / Giuseppe Roda / Marcellino Roda / Italie / paysage / promenade / urbanisme / voyage

L’ÎLE VERTE : LE GÉNIE DU JARDIN
L’Île Verte, située à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine), rentre dans la catégorie des jardins d’artistes. Il a été aménagé au xixe siècle par le poète et librettiste Jules Barbier (1825-1901) et habité par le peintre Jean Fautrier (1898-1964) qui en a fait un véritable jardin « sauvage ». Dans une approche qui se veut phénoménologique, le lieu est analysé en tant qu’espace existentiel à partir d’une analyse de ses structures concrètes et de son caractère. L’histoire du jardin est présentée afin de comprendre de quelle manière le site a été habité et quel idéal de vie il a su incarner, notamment à l’époque de Fautrier.
MOTS CLÉS

Genius loci / jardin sauvage / jardin d’artistes / Jules Barbier / Jean Fautrier / jardins arts and crafts / John Ruskin / peinture / jardinage / art « informel »

Comme je m’assieds se conçoit le jardin,

prÉmices à une histoire typologique des corps en Hortésie
Point de départ d’une histoire typologique des corps au jardin, le texte s'attache aux Vierges au jardin de la peinture d’Europe du Nord, dans la seconde moitié du xve siècle. La posture de la Vierge, assise, est mise en relation avec la symbolique, le culte marial, la poésie du xve siècle : quel sens est donné à la position assise dans un jardin, pourquoi la Vierge l’adopte-t-elle ? Dürer, Barthélemy van Eyck, le Maître au Feuillage brodé et quantité de petits maîtres confèrent à la Vierge, en l’asseyant au jardin, une majesté, une constance, mais aussi un isolement et un repli inquiet qui, en retour, connotent le lieu représenté.

Qu’en reste-t-il aujourd’hui, chaque fois qu’appelés par les bancs, les pergolas, les salles de verdure, on vient s’asseoir un instant ; quel sentiment naît, chez celui qui s’assied au jardin, hérité de cette iconographie nombreuse ?
MOTS CLÉS

Vierge au jardin / corps / assis / acédie / renoncement / Maître au Feuillage brodé / banc de verdure / Flamands / xve siècle / drap d’honneur.
First sketch of a typology of bodies in the garden, the text deals with the Virgins in a garden in North Renaissance European painting, in the second half of the fifteenth century. The posture of the Virgin, sitting, is linked to symbolism, cult, poetry in the fifteenth century : what is the meaning of the sitting posture in the garden, Why is the Virgin sitting ? Dürer, Bartelemy d’Eyck, the Master of the Embroidered Foliage and other minor masters give the Virgin, by depicting her sitting in a garden, a majesty, a constancy, but also an isolation, a concerned withdrawal witch, in return, connote the place represented.

What remains, nowadays, each time we are called to a bench, pergolas, greenery rooms, and we sit for a moment ; what feeling arises, when one sits in a garden, inherited of this current iconography?

Un jardin de Jean-Claude-Nicolas Forestier À Saint-Cloud
Le jardin du 7-9 avenue Pozzo di Borgo à Saint-Cloud est à ce jour le seul témoignage connu subsistant de l’activité privée de Jean-Claude-Nicolas Forestier en Île-de-France. Il est aussi l’un des derniers jardins des années trente à Saint-Cloud. Le jardin est situé sur la terrasse inférieure de l’ancien parc du château de Montretout, traversée depuis 1840 par le tunnel du chemin de fer Paris-Versailles. Il a été dessiné par Forestier et réalisé par l’entreprise Roussel de 1926 à 1928 pour Alice Stern, artiste peintre et handicapée physique, qui avait acheté une maison construite en 1919 par l’architecte Georges Bénezech. Ce jardin est caractérisé par d’importants travaux de terrassement consistant en un double mur de soutènement supportant une dalle sur laquelle repose une pergola terminée par un pavillon d’angle d’où s’offre la vue sur Paris. La restauration de la pergola, des parterres et de la roseraie qui l’accompagnent est en cours. Le jardin est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 14 septembre 2006.
MOTS CLÉS

Jardin privé / jardin des années trente / Saint-Cloud / Montretout / Alice Stern / murs de soutènement / jardin sur dalle / terrasse / tunnel de chemin de fer / pergola / roseraie / paysage urbain
A Garden by Jean-Claude-Nicolas Forestier in Saint-Cloud
The garden located at 7-9 avenue Pozzo di Borgo in Saint-Cloud is so far the only remaining example of the private activity of Jean-Claude-Nicolas Forestier in Ile-de-France. It is also known as one of the last 1920-1930 gardens in Saint-Cloud.The garden is situated on the lower terrace of the former park of the Château de Montretout, which has been crossed by the Paris-Versailles railway tunnel since 1840. It was designed by Forestier and carried out by the Roussel company from 1926 to 1928 for Alice Stern a disabled artist who had bought a house built in 1919 by the architect Georges Bénezech. This garden's specificity is the important terracing work for a double retaining wall supporting a slab on which is built a pergola ending with a corner pavillion overlooking Paris. The restoration of the pergola, the flowerbeds and the rose garden is under process.

The garden was listed on the Historical Monuments List on September 14th, 2006.


LE NYMPHÉE DU BOIS DE LA BARTHE



Guy du Faur est un humaniste aux multiples compétences. Diplomate, parlementaire, Chancelier de la reine de Navarre et écrivain talentueux, ses écrits ont atteint la postérité avec « Les Quatrains ». Également amoureux de la nature, sa culture va le pousser à édifier une « maison à bouteille » dans le petit bois de la Barthe appartenant au château de Pibrac, vraisemblablement dans les années 1550-1580. La maison est construite selon les « tendances nouvelles » touchant l’architecture et plus généralement le monde de l’Art au xvie siècle. L’inspiration est puisée à la Cour - avec le chantier royal de Fontainebleau -, à Pau, en Italie mais également dans les ouvrages vulgarisateurs de l’époque comme Les Plus Excellents Bastiments de France de Jacques Androuet Du Cerceau. L’intérieur du bâtiment comprenait à la fois une grotte artificielle et une pièce réservée aux thermes. Le décor était, semble-t-il, proche des peintures et boiseries ornant le « Cabinet des Quatrains » abrité dans l’une des tours d’angle du château seigneurial. L’ensemble architectural consacré aux plaisirs de la vie rustique a aujourd’hui disparu. L’aspect général de la construction est cependant connu par un inventaire de 1676 et une maquette confectionnée après des fouilles archéologiques réalisées en 1900.
MOTS CLÉS

Guy du Faur / « Les Quatrains » / Bois de La Barthe / Château de Pibrac / 1550-1580 / grotte artificielle.

Guy du Faur is an humanist with numerous abilities. Diplomat, Member of Parliament, chancellor of the Navarre queen and talented author, his writings are very famous thanks to “Les Quarains”. As he was also fond of nature, his knowledge led him to build a “maison à bouteille” in the little wood of la Barthe depending on the castle of Pibrac, certainly between 1550-1580. The house is built with “news tendances” touching architecture and more generaly the world of Art in the xvie century. The inspiration is drawn from the Court – with royal building of Fontainebleau -, from Pau, from Italy and from populars books of the period as Les Plus Excellents Bastiments de France from Jacques Androuet Du Cerceau. The inside of the building consisted in an artificial cave and a room reserved for thermal baths. The senery seems nearly to paintings and panellings decorating the “Cabinet des Quatrains” sheltered from one of towers of the castle. Architectural unity devoted to the life’s pleasures of the country doesn’t exist anymore today. The general looking of the building is yet known by an inventory of 1676 and a model made after archeologics excavations from 1900.
CLAUDIUS PETIT
FRED

RADIOGRAPHIE D’UN JARDIN. LE DOMAINE DE PORTABÉRAUD À MOZAC (PUY-DE-DÔME)
MOTS CLÉS : Portabéraud / folie / plan de gestion / prospection géophysique / Gabriel Mercier

similaire:

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconNée le 06/12/1985 à Liège
«La Prima Linea» de Renato de Maria en co-production belge avec “les films du fleuve” (Les Frères Dardenne). Tournage en Italie durant...

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconEditorial
Malvoyants de naissance, les frères baka se sont fait un nom à Rio en dépassant les athlètes olympiques. Arrivés premier et quatrième...

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconDiplômé d’histoire et ancien auditeur à l’École normale supérieure...
«maisons des champs» et folies occupent une place centrale dans l’histoire de l’architecture, du décor intérieur et des jardins....

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconRevolution industrielle et vie quotidienne au xixe siecle
«révolution industrielle» pour le xixe siècle. A quoi te fait penser cette expression ?

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconCalendrier Fin des travaux 2004 S’inscrivant dans un tissu pavillonnaire,...
«hameau» entièrement piéton, traversé par un réseau de venelles et ponctué par des placettes et de cours-jardins

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconProgrammes Histoire des arts Lycée 2010
«gothique international», les échanges entre Italie et Flandres au xve s et leurs conséquences sur la peinture et la musique; la...

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconArtisanat et métiers d'art
«Jardins remarquables», créations d'artistes les jardins dans tous leurs états !

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconAcquisition de systèmes pédagogiques pour la section sti2D du Lycée Mireille Grenet
«bonne matière» type abs, produite par extrusion thermoplastique de type fdm (dépôt de filament en fusion par ajout de matière),...

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconCours. Le bonapartisme est-il de droite ?
«Le xixe siècle fut le siècle de Napoléon iii» phrase de Anceau. IL faut capter la bienveillance du correcteur

Les jardins de gare réalisés par les frères roda : naissance d’un nouveau type paysager en italie à la fin du xixe siècle iconSamedi 20 juin 2015
«peint’à Ganne» grâce aux meubles et aux décors laissés dans leur état d’origine, avec les murs recouverts de dessins et de pochades...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com