Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca)








télécharger 19.24 Kb.
titreArticle figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca)
date de publication10.06.2018
taille19.24 Kb.
typeBulletin
ar.21-bal.com > histoire > Bulletin
article figurant dans le Bulletin Scientifique (région PACA).

HAUTES-ALPES (co. BARRET-SUR-MEOUGE)

LE CLOS DE L’AURE/SAINT-LAURENT

Responsable d’opération : Marie-Pierre ESTIENNE chargée de recherche UMR 5672 L.A.M.M.

Date : 1-04 au 30-04 2007

collaboration de Catherine Rigeade (l’UMR 6578, CNRS, Université de La Méditerranée, Service d’Anthropologie biologique, Faculté de Médecine de Marseille.)

Stagiaires bénévoles : Jérôme Rigaud , Rémi Corbineau, François-Xavier Simon, Anaïs Viennot, Baptiste Vapero, A. Faure, Jean-Pierre Brun (son homonyme), Marie-Noëlle Montfraix, J.ulienDelemarle,

SITE : 512 126 701
Le site du Clos de l’Aure, implanté à quelques 25 km au nord de Sisteron permet d’appréhender la lecture d’un terroir au sein d’un massif de moyenne montagne : Les Baronnies, territoire quadrillés de châteaux aux XIIe et XIIIe siècle, et implantée sur un itinéraire reliant jadis vallée du Rhône au sillon durancien tout proche (Estienne 2004, 2008). Les vestiges d’une église située au quartier du Clos de Laure sur la commune de Barret-sur-Méouge (Hautes-Alpes), identifiés comme étant ceux d’une église saint-Laurent, propriété de l’évêque de Gap puis dépendance de la prestigieuse abbaye de Villeneuve-lès-Avignon dès 1080 (Estienne 1999), ont fait l’objet de quatre sondages programmés en 2001, 2002 ; les deux récentes opérations (2006, 2007) se sont développées dans un contexte d’urgence en raison d’un projet de construction finalement non abouti. Ce fut l’opportunité d’inscrire la fouille dans une problématique plus large, à l’échelle d’un terroir, humanisé avant l’édification de l’église.

Cette opération s’est concentrée sur deux secteurs d’intervention,implanté respectivement à 30 et 50 m au sud-ouest de l’église (Fig. 1). L’espace entre les deux secteurs ne pouvait quant à lui être touché par la fouille en raison de la prévision d’une dalle de béton prévue en cet emplacement 1.

Cette opération a également bénéficié de l’intervention d’un des membres de l’UMR 6578, CNRS, Université de La Méditerranée, Service d’Anthropologie biologique, Faculté de Médecine de Marseille.
A l’ouest : Une occupation domestique de l’antiquité tardive/ Haut Moyen Âge, investie par des tombes

Secteur 2

La fouille d’une partie du secteur 2 a permis d’attester la présence d’une occupation domestique du VIe-VIIe siècles2, implantée à proximité de structures hydrauliques type bassin. Un sol de béton de tuileau (Fig. 2), et plusieurs canalisations en terre cuite, ainsi que la délimitation d’une rigole de récupération mis au jour à la fin de la fouille suggèrent la présence d’un grand bassin à l’ouest et d’un système lié soit à l’irrigation soit à une activité artisanale. Cet ensemble se prolonge plus à l’ouest (secteur 3) et abrite un ensemble hydraulique lié à une activité qu’une prochaine campagne de fouille se fixerait de préciser par un agrandissement du secteur 2  à l’ouest : secteur 3.
Cet espace domestique a été investi postérieurement par une série de sépultures anthropomorphes à coffrage de moellons calcaire, et de dalles de couverture type lauses calcaire avec parfois un type mixte tegulae, imbrex moellons calcaire pour la couverture . Deux d’entre elles ont été fouillées dans le secteur 1, par l’anthropologue Catherine Rigeade qui s’est également livrée en post-fouille à l’étude d’une dizaine de sujets (Rigeade, DSF 2007).

Une tombe en pleine terre a été implantée sur l’espace du bassin. Ce dernier type de tombe se retrouve également à un niveau supérieur (US décapée sous le niveau d’humus). Ces dernières sont séparé des niveaux d’occupation les plus anciens par un épais remblais de sédiments chargés en mortier jaune. Ce type de sépultures est très dense dans la partie comprise entre le secteur 1 et 2 (campagne 2006), non fouillée.
Une dépendance de l’église prieurale édifiée à partir d’un édifice plus ancien

Secteur 1



Un corps de bâtiment implantée à une 30e de m au sud de l’église a été mis au jour. Sa fouille très partielle, (un seul sondage autorisé dans le cadre du projet de construction) a permis néanmoins de relever une distinction dans la destination de deux espaces : au nord, de M. 25, subsistent deux niveaux de sols XIIe et début XIVe siècle ; l’espace méridionale semble réservé à une zone d’inhumation. En effet, ce dernier, ceint de murs relativement larges, mais de facture peu soignée, (type construction ou enclos) est venu s’appuyer contre un corps de bâtiment édifié à l’aide de petits moellons standardisés, régulièrement assisés, et de facture proche des structures bâties relevant de l’antiquité tardive, dégagées dans le secteur 2. Seul un tesson de DSP, a été relevé sur le substrat, dans l’espace imparti par le sondage ; résiduel ou non,.une fouille plus extensive de cette pièce s’impose au regard des découvertes effectuées dans le secteur 2 et doit à la question de l’éventuelle réoccupation d’un édifice plus ancien, et de son extension au sud parallèlement à l’aménagement ou la pérennisation d’un lieu d’inhumation ?
L’analyse des sépultures doit être élargie à un plus grand nombre de sujets pour nourrir l’étude statistique d’une population rurale. Elle doit s’ouvrir à l’étude des rites d’inhumations qui se sont intégrées ou ont investi un lieu d’occupation « domestique ». En somme il s’agit , en zone rurale et de moyenne montagne de répondre à l’équation de l’association église, habitat, cimetière, et de leurs modalités d’implantations, sur une large fourchette chronologique IVe-XIVe siècle, avec un regard plus précisément porté sur la période antérieure à l’an mil. La question de la christianisation des campagnes est au cœur du sujet .

Les prochaine campagnes de fouilles se fixe d’éclairer la lecture du terroir du Clos de l’Aure et de sa place au sein des terroirs ou territoires environnant en point de contact entre diocèse de Gap, de Sisteron et de Vaison.
M-P ESTIENNE Dct Es Archéologie médiévale (L.A.M.M., chercheur associé, UMR 5672)
Bibliographie
Estienne 2008 (à paraître 1er trimestre) : ESTIENNE (Marie-Pierre), Châteaux médiévaux dans les Baronnies, Xe-XIVe siècle, Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, A.L.P.A.R.A., Lyon, 2008.
Estienne 2004 : ESTIENNE (Marie-Pierre), Châteaux, villages, terroirs en Baronnies Xe-XVe s., Université d’Aix-en-Provence, Presses Université de Provence, 2004, 287 p.
Estienne 2001 : ESTIENNE (Marie-Pierre), "Le temporel de l'abbaye de Saint-André au haut Moyen-Age dans la vallée de La Méouge", L'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon : histoire, archéologie, rayonnement, Actes du Colloque interrégional tenu à l'occasion du Millénaire de la fondation de l'abbaye : 999-1999 (Villeneuve-lès-Avignon, 24-25 septembre 1999), 2001, p. 311-320.
Estienne 1999 : ESTIENNE (Marie-Pierre), Les réseaux castraux et l’évolution de l’architecture castrale dans les Baronnies de Mévouillon et de Montauban de la fin du Xe à 1317, thèse Nouveau Régime, Université de Provence, 5 t., 990 p.
Estienne 1997 : ESTIENNE (Marie-Pierre), Les Baronnies au moyen âge, femmes, hommes, châteaux, églises, villages, Mane, Alpes de Lumière n°123, 1997, 167 p. (ouvrage collectif, sous la direction de Guy Barruol, directeur de recherche au C.N.R.S.).
Rigeade 2007 : RIGEADE (Catherine), Etude anthropologique des sépultures du Clos de l’Aure, Barret-sur-Méouge, DFS, 2007, 74-120 (non publié).Liste figures :

Fig. 1 : Implantation des sondages (Chardon, Estienne)

Fig. 2 : secteur 2 et 3 : béton de tuileau et mur M. 20 , antiquité tardive, (Estienne)

Fig. 3 : Petit bassin et rigole d’évacuation Fait 40 (Estienne)

Fig. 4 : Plan : Implantation des sépultures (Chardon, Estienne)

Fig. 5 : secteur 1 : seau en plomb,, dans tranchée de fondation du bâtiment médiéval situé au sud de l’église

1 Elle ne sera finalement pas réalisée, le projet de construction n’ayant pas lieu.

2 Faune domestique comestible, liées à des niveaux charbonneux, et la forte proportion de coquillages types huître, moules et coquilles Saint-Jacques, affichent une tradition des uses et coutumes des VIe-VIIe siècles, bien datée par de la céramique (productions d’Apt et mobilier céramique de Ganagobie ), et par des fragments de verre (bouteille à goulots début Ve siècle, coupes larges à décors de filets blanc VIe siècle ; notons également la présence d’éléments de récipients en pierre ollaire (provenance Briançon), utilisé principalement au VIe siècle apr. J-C). On relève également de la DSP en mobilier résiduel.


similaire:

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconArticle 2 origine de propriete le terrain figurant aux plans ci-annexés...
«Plan de composition d’ensemble du projet». Les distances de cette zone constructible aux différentes limites entre lots, aux propriétés...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconBulletin n° 11 septembre 2014
...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconAteliers environnement et développement durable
Rff a fait valoir à juste titre que ce n’était pas à lui de définir les objectifs en la matière. Les deux acteurs pouvant porter...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconPrésident du Conseil scientifique du département
«axes». Nous étions en tout cas convenus, fin juillet, de porter cette discussion devant la communauté scientifique tout entière...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) icon28 décembre 2016 journal officiel de la république française texte 55 sur 189
«pour les procédures ouvertes avant le 1er janvier 2006 aux documents figurant à l’annexe 8-5 au présent livre» sont remplacés par...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconLes principes fondamentaux de l’Organisation Scientifique du Travail
«démarche scientifique» permettant d’améliorer la productivité du facteur travail

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconMission scientifique dans la Haute Asie

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconMission scientifique dans la Haute Asie

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconCancún est la destination touristique la plus importante du Mexique...

Article figurant dans le Bulletin Scientifique (région paca) iconCercle azilal article : caidat tabant paragraphe : cr tabant ligne
«Séance publique» en vertu des dispositions de l’alinéa 2 paragraphe 1 de l’article 16, paragraphe 1 de l’article 17 et l’alinéa...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com