Livre V : La civilisation des Arabes








télécharger 1.49 Mb.
titreLivre V : La civilisation des Arabes
page9/21
date de publication21.01.2020
taille1.49 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21
Des Commencements et des Fins, traduit en partie par Sédillot. Il contient des renseigne­ments précieux sur les instruments astronomiques des Arabes.
Les Arabes ne connurent que les cadrans solaires comme moyen de mesurer le temps avec précision. Le pendule n'ayant pas encore été de leur temps appliqué aux horloges, ces dernières ne pouvaient posséder la précision nécessaire aux recherches astronomiques.
Ils observaient les angles avec des quarts de cercle et des astrolabes ; plusieurs de ces derniers instruments sont venus jusqu'à nous. La bibliothèque nationale de Paris en possède trois. L'un d'eux est reproduit dans cet ouvrage. Leur construction révèle une habileté très grande. Aujourd'hui même il serait fort difficile de faire mieux.
Le principe de l'astrolabe est fort simple : c'est un disque métallique divisé en degrés, et sur lequel peut tourner une alidade percée d'un trou à chaque extrémité. L'instrument étant suspendu par l'anneau qui le surmonte, et par conséquent maintenu verticalement, on dirige l'alidade sur le soleil, et quand les rayons lumineux passent à travers les deux trous qui la terminent, on n'a qu'à lire la hauteur de l'astre sur le point où elle s'est arrêtée.
Les quarts de cercle qui figuraient dans les observatoires atteignaient parfois des dimensions énormes. Elles seraient inutiles aujourd'hui, parce que nous possédons, grâce à l'ingénieuse invention du vernier, le moyen de lire les minutes et même les secondes sur de petits instruments ; mais pour avoir un cercle sur lequel les divisions des degrés en minutes et à plus forte raison en secondes puissent être représentées, il faut naturellement que son rayon soit très grand. Les constructeurs musulmans se contentaient habituellement de diviser la minute en douze parties, c'est-à-dire de faire des divisions représentant cinq secondes.
Les Arabes mesuraient aussi la hauteur du soleil par la longueur de l'ombre qu'un style de dimension connue projette sur un plan horizontal. L'observation est assez exacte lorsqu'on donne à l'instrument une grande hauteur.
On peut résumer les découvertes astronomiques des Arabes dans l'énumération suivante : introduction dès le dixième siècle des tangentes dans les calculs astrono­miques ; construction de tables du mouvement des astres ; détermination rigoureuse de l'obliquité de l'écliptique et de sa diminution progressive ; estimation exacte de la précession des équinoxes ; première détermination précise de la durée de l'année. On leur doit enfin la constatation des irrégularités de la plus grande latitude de la lune et la découverte de la troisième inégalité lunaire désignée aujourd'hui sous le nom de variation, et qu'on croyait avoir été déterminée pour la première fois en 1601 seule­ment, par Tycho-Brahé.

Gustave Le Bon, La civilisation des Arabes (1884)
Livre cinquième: La civilisation des Arabes

Chapitre IV
Sciences géographiques

1. – Explorations géographiques des Arabes

Retour à la table des matières
Les Arabes ont toujours été d'intrépides voyageurs ; les distances ne les ont jamais effrayés. De nos jours encore, on les voit venir à la Mecque des contrées les plus éloignées ; et les Européens, qui ont tant de peine à pénétrer dans l'intérieur de l'Afri­que, y rencontrent le plus souvent des caravanes accomplissant ce voyage comme une chose fort simple.
Dès les premières années de la formation de leur empire, les Arabes étaient en relations commerciales avec des régions à peine soupçonnées alors des Européens, telles que la Chine, certaines contrées de la Russie, les parties inexplorées de l'Afri­que, etc.
Les pays avec lesquels les musulmans ont été en rapports commerciaux, et les routes qu'ils ont suivies pour s'y rendre devant être indiquées dans le chapitre consa­cré à leurs relations commerciales, je me bornerai à donner maintenant un aperçu sommaire de leurs travaux géographiques, et de leurs explorations.
Les premiers explorateurs arabes furent des marchands voyageant pour leur commerce. Bien que les individus de cette classe ne possèdent guère habituellement les aptitudes nécessaires pour les observations scientifiques, leurs relations peuvent fournir quelquefois cependant des indications utiles. Tel est précisément le cas de la plus ancienne relation qui nous ait été laissée par les Arabes : celle du voyage en Chine que fit au neuvième siècle de notre ère un marchand nommé Soleyman. Parti de Siraf, port du golfe Persique où abordaient assez fréquemment des jonques chinoises, il dépassa la mer des Indes et arriva sur les cotes de la Chine. Sa relation, écrite en 851, fut complétée, en 880, par un de ses compatriotes, Abou-Zeid, qui y ajouta des renseignements fournis par d'autres Arabes ayant visité la Chine.
Le livre de Soleyman fut le premier ouvrage publié en Occident sur la Chine. Il a été traduit en français au commencement du dernier siècle.
Soleyman n'était qu'un observateur fort ordinaire ; mais il en était tout autrement du célèbre Maçoudi, né à la fin du neuvième siècle de notre ère à Bagdad. Ce dernier consacra vingt-cinq ans de sa vie à parcourir l'immense empire des khalifes et les provinces environnantes, y compris l'Inde. Ses observations furent publiées dans plusieurs ouvrages importants, dont le plus remarquable est celui connu sous ce nom : Les Prairies d'or. Le savant historien arabe, Ibhn Khaldoun, que nous avons eu occasion de citer plusieurs fois, et qui écrivait quatre siècles après Maçoudi, l'apprécie de la façon suivante :




Dans l’édition papier de 1980

apparaît à la page 368
la figure # 233 : CARTE
Carte arabe du milieu du douzième siècle, dessinée au Caire, par Prisse d'Avesne.
téléchargeable sur le site web : Les Classiques des sciences sociales,
section Auteurs classiques : Gustave Le Bon (1841-1931) :
La civilisation des Arabes (1884).
Retour à la table des figures (ordre numérique sur le site web)



« Dans les Prairies d'or, Maçoudi a dépeint l'état où se trouvaient les peuples et les pays de l'Orient et de l'Occident à l'époque où il écrivait, c'est-à-dire en l'an 330 de l'hégire (941 de J.-C.). Ce traité nous fait connaître leurs croyances, leurs mœurs, la nature des contrées qu'ils habitaient, leurs montagnes, leurs mers, leurs royaumes, leurs dynasties, les ramifications de leur race et celles des nations étrangères ; aussi est-il un modèle sur lequel les autres historiens se règlent, un ouvrage fondamental sur lequel ils s'appuient pour montrer la vérité d'une bonne partie de leurs ensei­gnements. »

Ibhn Haukal, né à Bagdad comme Maçoudi, commença ses voyages lorsque ce dernier venait de finir les siens. Il a donné lui-même de son livre la description suivante :


J'ai décrit la terre en long et en large, et j'ai fait connaître les provinces musul­manes. Chaque région particulière est accompagnée d'une carte qui en offre la situation respective. J'indique les limites de chaque région, les villes et les cantons qui s'y trouvent, les rivières qui l'arrosent, les dépôts d'eau qui en modifient la surface, les ressources qu'elle présente, les impôts de diverse nature qu'elle paye, les routes qui la traversent, les distances qui la séparent des contrées voisines, le genre de commerce qui y réussit le mieux ; en un mot, j'ai rassemblé tous les renseignements qui ont fait de la géographie une science qui intéresse les princes et les personnes de toutes les classes.


Albirouni, qui accompagna Mahmoud le Ghaznévide dans son expédition dans l'Inde en l'an 1000, publia de bonnes observations sur la province du Sindh et le nord de l’Inde, et chercha, par ses calculs astronomiques, à rectifier la carte de la contrée.
Aboul Hassan, dont nous avons parlé comme astronome, et qui vivait au commen­cement du treizième siècle, peut être rangé parmi les voyageurs. Il parcourut en effet toute la côte nord de l'Afrique, du Maroc à l'Égypte, et releva astronomiquement la position de quarante-quatre points importants, dans le but de rectifier la carte des contours de l'Afrique de Ptolémée.
Le dernier des grands voyageurs que nous citerons, fut Ibhn Batoutah. Il commen­ça ses voyages en 1325. Parti de Tanger au Maroc, il visita l'Afrique septentrionale, l'Égypte, la Palestine, la Mésopotamie, le nord de l'Arabie jusqu'à la Mecque, la Russie méridionale, Constantinople, etc. ; puis se rendit dans l'Inde à travers la Boukharie, le Khoraçan et le Kandahar. À Delhi, alors capitale d'un royaume musul­man, le sultan lui confia une mission pour l'empereur de la Chine. Il s'y dirigea par mer, et, après avoir visité Ceylan, Sumatra, Java, il arriva dans la ville actuellement connue sous le nom de Pékin, puis revint par mer dans sa patrie. Ces premiers voya­ges avaient duré vingt-quatre ans. Ne se sentant pas encore fatigué, Batoutah visita l'Espagne, pénétra dans l'intérieur de l'Afrique et atteignit Tombouctou. Il mourut à Fez, en 1377, après avoir ainsi, visité la presque totalité du monde alors connu. De nos jours même, de telles explorations suffiraient à illustrer un voyageur.


2. - Progrès géographiques réalisés
par les Arabes

Retour à la table des matières
Les explorations dont je viens de parler, et les connaissances astronomiques des Arabes, eurent pour résultats des progrès géographiques importants. Lorsqu'ils com­mencèrent l'étude de cette science, ils prirent d'abord pour guides les auteurs grecs qui les avaient précédés, et surtout Ptolémée ; mais, suivant leur habitude, ils eurent bientôt dépassé leurs maîtres.
Les positions géographiques qu'assignait Ptolémée aux diverses villes étaient fort erronées. Rien que sur la longueur de la Méditerranée, il se trompait de 400 lieues. Pour mettre en évidence les progrès réalisés par les Arabes dans cette branche de la géographie, il suffit de comparer les positions déterminées par eux avec celles données par les Grecs. Cette comparaison prouve que chez les premiers les latitudes sont exactes à quelques minutes près alors que les Grecs commettaient des erreurs de plusieurs degrés. Pour les longitudes dont la détermination était fort difficile à une époque où on n'avait ni chronomètres ni tables exactes de la lune, les erreurs sont plus fortes, mais elles dépassent rarement 2 degrés, c'est-à-dire beaucoup moindres que celles commises par les Grecs. Les positions déterminées par ces derniers étaient entachées parfois d'erreurs énormes. La longitude de Tanger, ramenée au méridien d'Alexandrie, serait en effet de 53° 30' suivant Ptolémée, alors qu'elle est de 35° 41' en réalité, soit près de 18° d'erreur. Dans les tables arabes le grand axe de la Méditer­rannée de Tanger à Tripoli en Syrie est déterminé avec une erreur inférieure à 1 degré. Dans les tables de Ptolémée la longueur du même axe est de 19° trop grande, ce qui constitue une erreur d'environ 400 lieues.
Les Arabes nous ont laissé des ouvrages de géographie importants, dont quelques-uns ont servi pendant plusieurs siècles à enseigner cette science en Europe.
Le plus ancien traité de géographie arabe que nous connaissions est un manuel publié en 740 de notre ère par un nommé Nadhar de Bassora. Cet ouvrage traite de sujets fort variés, souvent étrangers à la géographie, et semble surtout destiné à des nomades.
Le traité de géographie d'Istakri, publié au milieu du neuvième siècle, est très supérieur au précédent. Il n'est cependant encore qu'une énumération des rivières, villes, montagnes, etc., des diverses provinces.
Les livres de Maçoudi, contemporain d'Istakri, et de Mokadacci, qui écrivait en 985, sont plutôt des relations de voyages que des ouvrages de géographie proprement dits.
Le plus célèbre des géographes arabes est l'Edrisi. Ses oeuvres, traduites en latin, apprirent la géographie à l'Europe du moyen âge.
L'Edrisi était né en Espagne. Des aventures diverses le conduisirent à la cour de Roger, roi de Sicile, peu après la conquête de cette île par les Normands. C'est en 1154 qu'il écrivit son grand ouvrage de géographie. Ce dernier contient, non seule­ment tous les travaux de ses prédécesseurs, mais encore une foule de renseignements recueillis par lui de la bouche des voyageurs. Il était accompagné de nombreuses cartes. Pendant plus de trois siècles, l'Europe se contenta de le copier servilement.
Parmi ces cartes d'Edrisi, il y en une très curieuse, que je reproduis ici, sur laquelle on voit figures comme sources du Nil les grands lacs équatoriaux 1 dont la découverte par les Européens n'a été faite qu'à une époque récente. Elle prouve que les connaissances géographiques des Arabes, en Afrique, furent très supérieures à ce qu'on a supposé pendant longtemps. Parmi les autres géographes arabes, je citerai encore Kazwiny et Yakoût, qui vivaient au treizième siècle. Le livre de ce dernier est un dictionnaire rempli de documents sur tous les pays qui composaient le khalifat.
Aboulfeda, prince de Hamah (1271-1331) est connu également comme géogra­phe ; mais il ne fit guère que résumer d'autres travaux. Il en est de même de Makrisi et d'el Hassan.
Il serait fort long, d'ailleurs, d'énumérer les noms et les oeuvres des principaux géographes arabes : Aboulfeda à lui seul en cite soixante qui vivaient avant lui. L'aperçu qui précède suffit à montrer leur importance, et, sans la ténacité particulière des préjugés héréditaires qui règnent encore contre l'islamisme, on s'expliquerait difficilement que des géographes aussi instruits que M. Vivien de Saint-Martin aient pu la méconnaître. L'apport des Arabes est tellement considérable qu'il suffit de le mentionner pour en montrer la valeur. Au point de vue scientifique, ils font ces déterminations astronomiques exactes qui sont la première base des cartes, et rec­tifient les erreurs énormes de positions commises par les Grecs. Au point de vue des explorations, ils publient des relations de voyages qui font connaître diverses parties du monde à peine soupçonnées avant eux, et où les Européens n'avaient jamais pénétré. Au point de vue de la littérature géographique, ils publient des livres qui remplacent tous ceux qui les avaient précédés, et que les peuples de l'Occident se sont bornés à copier pendant plusieurs siècles.




Dans l’édition papier de 1980

apparaît à la page 371
la figure # 234 : CARTE
Carte arabe d'Edrisi (1160) ; d'après V. de Saint-Martin.
téléchargeable sur le site web : Les Classiques des sciences sociales,
section Auteurs classiques : Gustave Le Bon (1841-1931) :
La civilisation des Arabes (1884).
Retour à la table des figures (ordre numérique sur le site web)



Gustave Le Bon, La civilisation des Arabes (1884)
Livre cinquième: La civilisation des Arabes

Chapitre V
Sciences physiques
et leurs applications

1. – Physique et mécanique

Retour à la table des matières
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21

similaire:

Livre V : La civilisation des Arabes icon7e Biennale des cinémas arabes à Marseille

Livre V : La civilisation des Arabes iconCours de M. Jérôme Kerlouegan () Mme Christine Nguyen Tri chi 003...
«Initiation à la civilisation et à l’histoire de la Chine ancienne et impériale». Ce n’est pas que l’histoire politique mais aussi...

Livre V : La civilisation des Arabes iconLes conquêtes arabes

Livre V : La civilisation des Arabes iconLa civilisation de l'âge du fer, deux grandes périodes
«période de Hallstatt» ou «civilisation de Hallstatt» (du nom d’un site archéologique autrichien). La production et l’utilisation...

Livre V : La civilisation des Arabes iconEssai sur L’Esprit de l’Azerbaïdjan
«dépassés» par les océans et ceux-ci par l’espace interplanétaire et bientôt intersidéral a donné lieu à l’émergence d’une civilisation...

Livre V : La civilisation des Arabes iconCours et séminaire de monsieur le professeur Jean-Marie Delmaire...
«Langue, civilisation hébraïques et histoire du judaïsme», Université de Lille III, 1986-1987 à 1988-1989

Livre V : La civilisation des Arabes icon1 Histoire des arts/ Civilisation

Livre V : La civilisation des Arabes iconL’utilisation de l’arche en architecture commence dès l’antiquité....

Livre V : La civilisation des Arabes iconL'Institut du Monde Arabe est un lieu de culture fruit d'un partenariat...

Livre V : La civilisation des Arabes iconI. Le soudan, La première civilisation de l'univers
Quel sujet de méditation de voir la barbarie et l'ignorance actuelle des coptes, issus de l'alliance du génie profond des égyptiens...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com