Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique








télécharger 183.79 Kb.
titreLe lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique
page4/4
date de publication23.03.2017
taille183.79 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4

Hamlet et le cinéma : Hamlet et l’écran, cours en deux partie

1)    Le passage d’Hamlet à l’écran et son passage sur la scène

2)    Le passage d’Hamlet au cinéma

 

  • William Shakespeare, The Tragedy of Hamlet, Prince de Denmark, 1602

 

  • Film de Bill Colleran et John Gielgud avec Richard Burton

-       En 1964, John Giegud met en scène l’acteur de Richard Burton dans Hamlet au Lunt-Fontaine Theater de Broadway à New York

-       3 représentations sont filmées par Bill Coleran grâce à la technique de l’ « Electronovision. »

-       Le film est ensuite joué quatre fois fans mille théâtres du monde

 

L’idée était de convier les personnes au théâtre, sauf qu’il voyait un film. Pour Burton il s’agissait là du théâtre de l’avenir, sauf que la théorie du théâtre c’est l’assemblage des acteurs avec le spectateur, ils sont coprésents. Ambition un peu veine, car elle allait finalement à l’encontre du théâtre. Projet fou qui a inspiré la Wooster Group.

 

  • Mise en scène du Wooster Group

-       Il a été créé au début des années 1970 à New York par Elizabeth LeCompte, Spalding Gray (1941-2004à, Jim Clayburgh, Ron Vawter (1948-1994), Williem Dafoe, Kate Valk, Peyton Smith.

-       Il est dirigé par Elizabeth LeCompte

-       Il crée Hamlet en 2007 au Public Theater de New York, à partir du fim de Bill Colleran et John Gielgud avec Richard Burton (1964)

 

Extrait de la bande annonce, puis la scène qui suit l’arrivée du spectre. (Burton)

Scène tourné vers le spectateur, décor semblable à un décor de répétition. Monologue d’Hamlet dans lequel il contemple la possibilité du suicide.

 

Extrait du Wooster groupe : espace ; on a au fond de la scène un écran qui permet la diffusion du film de Burton, et au-devant on a un acteur, il mime le texte et les gestes de tous les autres personnages, Hamlet acteur, Hamlet qui orchestre toutes les mises en scène et qui connait parfaitement l’histoire comme-ci elle avait été écrite par lui-même. Appareil branché qui permet les gros plans, on a placé une caméra sur le plateau qui diffuse l’image de comédien en gros plan sur le moniteur, à la base au théâtre on a qu’un point de vue contrairement au cinéma, ici la mise en place d’un gros plan avec le moniteur est intéressante.

Le déplacement de la table, il s’agit de calquer les déplacements du mobilier, comme le déplacement du mobilier à l’écran, car on a des changements de point de vue avec la caméra qu’on a pas au théâtre, on substitue le cadre de l’écran au cadre de la scène.

Jeu sur le film, on met en scène le film et non le texte de Shakespeare, jeu sur le matériau avec sa spécificité, possibilité d’accélération et de ralenti qui aboutissent à un brouillage de l’image mais aussi du son, Comment il s’agit de reproduire ce film en reproduisant les mouvement de caméra et de point de vu en les produisant directement sur le plateau, travaille aussi sur la source sonore, travaille de superposition des voix, ou parfois passage d’une voix à l’autre.

Travaille sur le gros plan avec le moniteur et la caméra : travaille sur la mémoire vidéographique, mémoire d’une mise en scène qui est censé être éphémère subsister dans la tête du spectateur, cependant avec la possibilité de captation cette mémoire peut devenir concrète, mais en aucun cas une vidéo ne peut remplacer une représentation, la captation d’un spectacle ne permet pas d’assister au spectacle lui-même. Réflexion sur le théâtre lui-même et la mémoire, réflexion qui va très bien avec la pièce de Shakespeare qui est elle-même une réflexion sur le théâtre qui permet de dévoila la culpabilité de roi, la critique d’Hamlet sur l’apparence, ce n’est pas son habit noir, qui porte le deuil, ni son visage triste mais bien lui, distinction entre l’être et le paraître, cette distinction formé dans cette extrait lorsque Hamlet s’adresse à sa mère, dégoût d’Hamlet à l’égard des apparences, sa mère aurait juste simuler une tristesse, ainsi que Claudius. Réflexion sur le jeu théâtral, parce que Hamlet joue le rôle du fou pour arriver à ses fins, lui aussi est donc dans les apparences. Même gestuelle des Wooster group, alors les gestes deviennent aussi apparence, finalement ils font semblant d’être les acteurs de Burton, on est donc en plein dans la réflexion dramaturgique sur la pièce de Shakespeare elle-même.

Mise en abyme théâtrale, on multiplie ici cette mise en abyme avec l’écran. On a donc bien une réflexion sur le théâtre lui-même, théâtre entièrement expérimentale qui a pour but de mener des expériences. Et d’ailleurs cette dimension expérimentale, est encore dans le déplacement de la table semblable à une table de dissection, et d’ailleurs c’est ce qu’est la pièce. Cette mémoire vidéographique peut s’effacer, réflexion sur le théâtre.

 

  • Deux adaptations cinématographiques d’Hamlet

1-    Les salauds dorment en paix, film d’Akira Kurosawa (Japon-1960)

2-    Hamlet goes business, film de Aki Kaurismaki –Finlande -1987)

Relations différentes avec la pièce de Shakespeare, on a une transformation du titre qui indique déjà qu’on a une transformation/une adaptation de l’œuvre d’Hamlet, pour le premier, lorsque l’on voit le titre on ne peut supposer qu’il s’agit d’une adaptation de Shakespeare, degré d’adaptation majeur, on est loin de l’original, et cela se traduit dans le titre même du film.

 

Hamlet goes business : transposition de la pièce dans le monde de l’entreprise, choix dramaturgique audacieux, voir contestable, idée que finalement le père d’Hamlet était un tyran et que finalement Claudius a rendu service au peuple en l’assassinant, il pousse en mettant en scène Hamlet scénique, semblable à son père, qui n’aime pas Ophélie et qui veut seulement coucher avec elle, même tyran que son père. Choix catégorique parce que l’on est dans un genre de film noir avec des éléments comiques récurrents, interprétation plus tranchée. Le film s’ouvre sur le meurtre du père d’Hamlet. (Présent dans beaucoup de mise en scène). A la fin de ce film on comprend une substitution de poison d’Hamlet, qui échange un poison léger contre un poison fort pour que la mort de son père soit plus rapide.

Rupture dans le ton dès l’intermède lancé par Hamlet. Rupture des codes du théâtre, Théâtre dans le cinéma, mais confusion dans les codes de jeu de la pantomime et du cinéma muet. Référence au cinéma expressionisme.

 

Kurosawa : Le titre ne porte pas le nom d’Hamlet, et aucun des personnages ne porte le nom des personnages de la pièce de Shakespeare. Hamlet veut venger son père, dont les supérieurs l’ont poussé au suicide, il usurpe alors son identité avec « Nishi » pour devenir secrétaire du plus haut responsable de la mort de son père, sauf qu’il va tomber amoureux de sa fille. Complexité des relations entre les employés.
1   2   3   4

similaire:

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique icon2 II- architecture du dispositif de formation

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconTout dispositif qui permet à un groupe humain de s’adapter à son environnement
«couper» avec la notion de cible et de cœur de cible. On est encore loin d’un message universel

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconNote sur le dispositif scénique

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconNote sur le dispositif scénique

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconDispositif de mobilité exceptionnelle d’urgence organisationnelle

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconMémoires Dispositif capable de mémoriser et/ou de stocker et de restituer l’information

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconUne campagne de communication qui a du chien
«Lyon Welcome Attitude», dispositif d’accueil unique en Europe, pour les grands congrès, comme cette année ifla (Congrès mondial...

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconLa généralisation de l'attribution d'un statut aux troupeaux de bovinés...

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconRésumé Cette contribution mobilise le courant expérientiel (Holbrook...
«dispositif interactif de médiation» englobe un large éventail d’outils. La typologie que nous retenons distingue notamment

Le lieu theatral comme dispositif rapide parallele avec le dispositif cinematographique iconLe processeur, la mémoire et le dispositif de gestion des entrées-sorties
«Ordinateur» en précisant que le mot «Ordinateur» était un adjectif provenant du Littré signifiant «Dieux mettant de l'ordre dans...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com