La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même








télécharger 20.75 Kb.
titreLa fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même
date de publication26.03.2017
taille20.75 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > histoire > Documentos

Jacques Lacarrière, définition du mythe :


« La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même »1

  • depuis les temps anciens, le mythe a été percu comme un récit sacré sur l’homme et sur tout ce qu’il ignore par la force des choses, à savoir ce qui s’est passé avant lui et ce qui se passera après lui sur la terre et le reste du monde

  • ce qui distingue le mythe des contes et des fables, c’est qu’il s’agit d’expliquer le destin de l’homme dans ce monde et dans l’autre

  • en révélant à l’homme d’où il vient, le mythe lui révèle aussi où il va ou, du moins, où il peut aller, s’il obéit aux prescriptions comme aux interdits du récit

  • problème de la transmission orale et écrite

  • les plus anciens sont le résultat d’une longue élaboration orale


Ethymologie :


Mûthos, en Grec ancien, signifie « pensée qui s’exprime, avis »

C’est Platon qui, le premier et une fois pour toutes, fixe le sens de mûthos comme « mythe »

Mythologie : logos – le mot

André Jolles, Formes simples :


« Le mythe est un récit, d’origine religieuse, qui raconte les événements tels qu’ils se seraient produits dans des temps antérieurs à ceux du temps présent. Au-delà des très nombreuses acceptions du mot, les spécialistes s’accordent pour voir dans le mythe une histoire symbolique, simple et frappante. Par rapport à l’allégorie et au symbole, par exemple, le mythe possède plus une forme descriptive, il possède une forme narrative. »2

Claude Lévi-Strauss


relève que les événements rapportés par les mythes sont éloignés dans le temps, situés dans un temps avant l’histoire, « avant la création du monde » ou « pendant les premiers âges ».

Lévi-Strauss : tout mythe est une recherche du temps perdu3

Lévi-Strauss : « la pensée mythique procède de la prise de conscience de certaines oppositions et tend à leur médiation progressive », « l’objet du mythe est de fournir un modèle logique pour résoudre une contradiction ».4

l’origine (archè) est perdue, seuls nous parviennent les reflets, les rayons brisés lointains et énigmatiques

Paul Ricoeur :


Le mythe : „un symbole développé en récit“ - fortement structuré et fortement symbolique, il donne á penser5.

Sigmund Freud :


mythe et conte peuvent être rapprochés du rêve6

André Green :


Le mythe se présente toujours comme appelant l’interprétation, ce en quoi il rejoint le rêve : „ils sont tous deux porteurs d’une extraordinaire sollicitation à l’interprétation - ils sont eux-êmes les produits d’une interprétation - ils interprètent un donné inconnu sans savoir ni ce qu’is interprètent ni comment ils l’interprètent - création d’un sens qui ne fut ni donné ni révélé, mais transformé :
« Depuis toujours, le rêve et le mythe ont possédé au moins un trait en commun : ils sont tous deux porteurs d’une extraordinaire sollicitation à l’interprétation. L’incessante opération de déchiffrement qu’ils appellent tient moins au caractère énigmatique de leur contenu qu’au fait qu’ils sont eux-mêmes les produits d’une interprétation : ils interprètent un donné inconnu sans savoir ni ce qu’ils interprètent ni comment ils l’interprètent. Un sentiment obscur fait sentir à leur contact que le savoir qu’ils véhiculent est la création d’un sens qui ne fut ni donné ni révélé, mais transformé. Les stratégies interprétatives peuvent différer et, avec elles, le résultat de l’interprétation, mais le fait de la compulsion à interpréter demeure. Interpréter un rêve ou un mythe, c’est donc interpréter du déjà interprété […] Rêve et mythe font « comme si » l’histoire qu’ils racontaient offrait la même signification qu’une histoire intelligible au niveau du sens commun et pourtant cet enchaînement, cette pseudo-intelligibilité, déclenche une impression à la fois d’incohérence et de mystère. »7

Mircea Eliade :


« Le mythe raconte une histoire sacrée ; il relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements. »

Mircea Eliade, Aspects du mythe ; une histoire inventée pour répondre à une question ou à une angoisse - le rêve d’enfance tel que le pratique R serait le mythe individuel que construit l’adulte pour répondre à ses problèmes, exactement comm les mytges religieux de l’origine sont, sur le plan collectif, des réponses que les groupes apportent à leur angoisse : il faut expliquer la déchéance actuelle, et mémager l’eventualité d’un salut, d’un retour à la perfection de l’origine8
Souvent, un mythe est un récit d’origine (d’abord oral, puis écrit) qui décrit métaphoriquement le passage du désordre à l’ordre en racontant l’affrontement primordial entre la nature et la culture
Est-ce que nos socitétés contemporaines n’ont pas remplacé le mythe religieux par des mythes laiques (Adidas, Elvis, David Bowie, les Doors, …) ?

Quelle est la différence entre le rêve et le mythe ?

Roland Barthes, Mythologies


Le rêve est individuel, le mythe est social – point de départ de Barthes dans son livre

Mythologies9  :

« Le mythe ne nie pas les choses, sa fonction est au contraire d’en parler ; simplement, il les purifie, les innocente, les fonde en nature et en idéntité, il leur donne une clarté qui n’est pas celle de l’explication, mais celle du constat : si je constate l’impérialité francaise sans l’expliquer, il s’en faut de bien peu que je ne la trouve naturelle, allant de soi : me voici rassuré. En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité des essences, il supprime toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradictions parce que sans profondeur, un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse : les choses ont l’air de signifier toutes seules. »


  • Pour Roland Barthes, le mythe est, avant tout, une parole – un système de communication

  • Naturellement, ce n'est pas n'importe quelle parole : il faut au langage des conditions particulières pour devenir mythe

  • Tout se passe comme si le mythe décalait d'un cran le système formel des premières significations ; cette translation est capitale pour l'analyse du mythe


Le mythe ne cache rien : sa fonction est de déformer, non de faire disparaître

Le mythe ne cache rien et il n'affiche rien

Le mythe déforme !

Le mythe n'est ni un mensonge ni un aveu : c'est une inflexion

Placé devant l'alternative du mensonge ou de l'aveu, le mythe trouve une troisième issue

Menacé de disparaître s'il cède à l'une ou à l'autre des deux premières accommodations, il s'en tire par un compromis

Problème : le langage ne peut qu'effacer le concept s'il le cache, ou le démasquer s'il le dit

Le mythe échappe au dilemme en décalant le système langagier

Le mythe transforme l'histoire en nature, il transforme une contingence en éternité

En dernière instance, le mythe peut toujours signifier la résistance qu'on lui oppose

Le mythe est constitué pat la dépérdition historique des choses : les choses perdent en lui le souvenir de leur fabrication !

La fonction du mythe, c'est dévacuer le réel !

Le mythe ne nie pas les choses, au contraire : sa fonction est d'en parler

Simplement, il les purifie, il les innocente, les fonde en nature et en éternité

Le mythe donne aux choses une clarté qui n'est pas celle de l'explication, mais celle du constat

En passant de l'histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des actes humains, il leur donne la simplicité des essences, il supprime toute dialectique


Filiations – et coupures – qu’est-ce que le mythe antique raconte aujourd’hui ? Car, s’il y a évidemment des mythes modernes, les mythes anciens ont survécu dans le langage, la littérature, la peinture, la sculpture, l’architecture…

  • Comment est-ce qu'un thème traverse les siècles ? Pourquoi est-ce que certains sujets fascinent plus que d’autres ?

  • Sous quelles formes est-ce que les mythes traversent les cultures ? Comment est-ce qu’elles s’influencent vice-versa ?

  • Comment est-ce que les artistes recourent aux mythes, et pourquoi ?

  • Quel fonction a le mythe dans l’art, et comment est-il utilisé ?



1 Lacarrière, Au cœur des mythologies.

2 Jolles, Formes simples, p. 34.

3 Lévi-Strauss, Mythologiques I, Le cru et le cuit, ; Mythologies III, L’origine des manières de table.

4 Lévi-Strauss, La Potière jalouse, p. 227.

5 Ricoeur, Finitude et culpabilité II, p. 25.

6 Freud, L’Interprétation des rêves, p. 125.

7 Green, « Le mythe : un objet transitionnel collectif », p. 100-101.

8 Eliade, Aspects du mythe, p. 30.

9 Barthes, Mythologies, p. 217.

similaire:

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconLe passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut...
«Le passé ne meurt jamais complètement pour l'homme. L'homme peut bien l'oublier mais IL le garde toujours en lui. Car tel qu'il...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconBibliographie 12 construire ma fonction de formateur «L’homme se...
«L’homme se caractérise avant tout par le dépassement d’une situation, par ce qu’il parvient à faire, de ce qu’on a fait de lui-même...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconVoltaire Histoire des voyages de Scarmentado écrite par lui-même
«grand tour», c’est-à-dire un voyage que les jeunes aristocrates du xviiiè siècle faisaient à travers l’Europe pour parfaire leur...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconDevenir Balzac L’invention de l’écrivain par lui-même
«La Grenadière», et autres récits tourangeaux de 1832, édition établie et présentée par Nicole Mozet, 1999

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconThe names have been changed to protect the guilty I
«Le capitalisme a survécu au communisme. IL ne lui reste plus qu'à se dévorer lui-même.»

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconSurtout ‘’La ronde de nuit’’ qui est étudiée dans un dossier à part
«Un ami lui avait donné ses papiers après en avoir déclaré la perte. Ils étaient deux à posséder la même identité. Malgré cela, ils...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconDéclarait être lui-même «le procureur et le soutien» dans cette machination,...
«opérations de complot». Alors, qu’il déclarait être lui-même «le procureur et le soutien» dans cette machination, le Président de...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconAtelier d’Histoire
«quelqu’homme instruit qui s’occupe de l’histoire, des antiquités ou des curiosités du pays». IL répondit : «Mr Laforest, notaire,...

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconThème nº 1
«Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds» L'homme est le champ de bataille bien que la bataille soit celle du Seigneur....

La fabuleuse et mystérieuse histoire de l’homme révélée et narrée par lui-même iconRésumé 12é partie. (Scénario 13) Retour à Eliandrilh
«Héros» Machin fini par lui faire confiance et lui avoue qu’il est à la recherche du groupe de Claudius et qu’ils vont arriver par...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com