Grandir en s'inscrivant dans une collectivité








télécharger 195.04 Kb.
titreGrandir en s'inscrivant dans une collectivité
page3/15
date de publication27.03.2017
taille195.04 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > histoire > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

Approches psychosociologiques



Le groupe est un outil de socialisation avec une entité psychique spécifique, doté de lois d’organisations, de processus et de contenus psychiques qui lui sont propres. Il y a une continuité entre le groupe primaire (la famille) et les groupes secondaires (groupes de pairs, d'apprentissage, de pression…). De nombreuses études ont été menées sur les bandes, les équipes sportives, les partis politiques, les sectes… Dans ces groupes s'établissent et se transmettent des contrats qui organisent les croyances et les savoirs communs, les idéaux partagés, les systèmes de défense, etc.
Chaque groupe serait régit, dans son fonctionnement, par la "mentalité" qui lui est propre. Cette "mentalité du groupe" correspond à l'ensemble de représentations peu ou pas conscientes qui s'imposent à ses participants, comme autant de règles à respecter pour en être un membre légitime. Plus profondément, elle est l'agrégat des constructions et des défenses de chacun des participants face aux angoisses qui naissent de toute tentative d'évolution, vécue comme un danger.

L’analyse psychosociale est appliquée aux processus institutionnels traversant les formations sociales.
Le psychologue Kurt LEWIN (1890-1947) a utilisé les concepts de la Gestalt et des Sciences physiques pour expliquer la dynamique de toute situation sociale. Il définit le groupe comme un champ de forces qui s’exerce à l’intérieur d’une zone de liberté laissée par des institutions sociales. Il a créé la théorie du champ psychologique en considérant trois champs d’analyse et leurs interdépendances :

  • l’individuel

  • le groupe

  • le social.

C’est le système des interdépendances d’un groupe donné qui explique ses conduites à tel moment. L’étude du groupe permet de débrouiller la complexité des phénomènes individuels dans les groupes et permet de construire des groupes expérimentaux. Le groupe est une entité spécifique dans laquelle le sujet disparaît dans ce qui le singularise. LEWIN mettra en œuvre un dispositif de traitement de la résistance au changement et il dégagera les axes méthodologiques de la dynamique des groupes, mais un peu avant sa mort, il reconnaîtra les limites de son modèle explicatif. Ses disciples mettront l’accent sur l’amélioration de l’efficacité individuelle et sociale par le biais du petit groupe.

Avec MORENO, K.LEWIN est un des pères de la dynamique des groupes, foyer fécond de recherches sur la communication, les normes de groupe et la résistance au changement.

La dynamique des groupes est une discipline psychosociale privilégiant l’action du groupe restreint conçu comme une totalité dynamique au sein de laquelle se produisent des phénomènes différents des processus individuels. Cette discipline spécifique est issue de la rencontre fortuite entre :

  • une approche expérimentale de la personnalité, aboutissant à la théorie du champ de K.LEWIN

  • la recherche d’un style idéal d’animation par un ancien chef scout (Ron LIPPIT).


Les pratiques proposées par MORENO sont assez différentes de celles des autres. Elles s'inscrivent dans le contexte des grands courants de la psychologie clinique des groupes. :

  1. il renoue avec les grandes conceptions de la dramatique : le groupe est une scène où le corps et les émotions sont en jeu

  2. il donne à ses recherches une expression quantitative avec la sociométrie. Il mesure les affinités et les rejets entre les membres d'un groupe. Il prétend proposer une alternative aux conceptions freudiennes de la vie collective en centrant son projet sur l'action comme facteur de transformation.



Approches psychanalytiques du groupe



Autre champ théorique qui s'intéresse au groupe, la psychanalyse. Nous allons aborder certains courants qui, après FREUD, seront classés ici par ordre alphabétique.
S.FREUD, le premier, a proposé de considérer le groupe comme constituant la scène d'une part de la vie psychique, et il a développé la question du groupe et de ses articulations dynamiques avec le monde privé de chacun. Dès 1914, écrit dans un texte qui s'appelle "Pour introduire le narcissisme" :

"Dans la vie psychique du sujet singulier, l'Autre intervient très régulièrement en tant que modèle, objet, soutien et adversaire, et de ce fait, la psychologie individuelle est aussi, d'emblée, et simultanément, une psychologie sociale, en ce sens élargi, mais parfaitement justifié". Cependant, FREUD n'a jamais imaginé une pratique psychanalytique en situation de groupe, même si le groupe a été durant toute sa vie une question spéculative, l'objet d'hypothèses fortes, il ne les a jamais mises à l'épreuve, sauf en posant peut être la famille comme un prototype de groupe (oedipien).
Mais FREUD a appliqué la psychanalyse à la vie collective (Totem et tabou (1913), Psychologie collective et analyse du Moi (1920), Malaise dans la civilisation (1930). Il a élaboré le mythe de la horde primitive selon lequel les frères s’unissent pour procéder ensemble au meurtre du père eu au festin où ils se partagent son corps. Le meurtre du père fondateur est un travail psychique interne que tout groupe a à effectuer sur le plan symbolique pour accéder à sa propre souveraineté et devenir son propre législateur.
FREUD a subordonné l'histoire des groupes à une rencontre entre le désir et l'autorité. La collectivité est une contrainte vis-à-vis du désir individuel, et c'est à travers le renoncement de ce qu'il a d'instinctif que l'homme devient un être social. Ses spéculations sur la psychologie collective, ses rapports avec l’inconscient, et les grandes organisations de la vie psychique ont inspiré de nombreux travaux , essentiellement à partir des années cinquante. Depuis près d’un demi-siècle, des psychanalystes de différentes orientations théoriques ont considéré le groupe comme un moyen remarquable de traitement de la souffrance et de certains troubles pathologiques du psychisme.

Le recours au groupe apparaît le plus souvent :

  • comme limite de la cure individuelle (FOULKES)

  • comme dispositif approprié à des troubles névrotiques spécifiques (BION : travail avec des militaires souffrant de traumatismes de guerre)

  • comme moyen de réadaptation, de renforcement du moi, de remobilisation des processus de socialisation (conception fonctionnaliste aux Etats-Unis).


Didier ANZIEU est un pionnier de l'approche psychanalytique des groupes au début des années 1960. Il a montré qu'un groupe est vivant, qu'il se construit et évolue au fil du temps. Il a un rôle de contenant, c’est une enveloppe qui fait tenir ensemble des individus sans jamais être fusionnelle car des règles de fonctionnement sont posées au départ.

"Le groupe exerce des effets psychothérapeutiques sur les personnes qui le composent. Il peut rétablir la situation fantasmatique intra-subjective, et avec elle, les dispositions au jeu, à la créativité, à la symbolisation. Il peut défaire les identifications imaginaires, et reconstruire de nouvelles identifications narcissiques et symboliques. Il permet, mieux que la psychothérapie individuelle de retrouver et perlaborer les traumatismes précoces". (D.ANZIEU)
D.ANZIEU a décrit trois organisateurs inconscients du groupe, qui sont: le fantasme individuel inconscient, l’imago et les fantasmes originaires.
Le fantasme individuel :

Il n’y a pas de fantasme commun au groupe, il n’y a que des fantasmes individuels et ce sont eux qui organisent le groupe. Il y a des résonances fantasmatiques. L'appareil psychique groupal se construit à partir des appareils psychiques individuels.
Les imagos :

Elles constituent le deuxième organisateur du groupe, ce sont des représentations archaïques générées par le groupe. Les imagos ont un caractère universel, elles constituent un "socle corporel" (GORI) pour le groupe. Ce qui explique leur prédisposition à fournir au groupe son unité psychique profonde. ANZIEU en distingue deux:

- l’imago paternelle (en référence à FREUD)

- l’imago maternelle de la bonne et de la mauvaise mère (référence à M.KLEIN)

Les imagos assurent l'unité intérieure et extérieure du groupe, le fond commun du groupe. Mais ces imagos ne sont pas les seules représentations psychiques inconscientes communes, il existe aussi :
Les fantasmes originaires :

C’est le troisième organisateur. Les fantasmes originaires touchent à la mémoire archaïque de l'espèce. Certains fantasmes individuels peuvent avoir un caractère universel, ils correspondent à l’une des questions que l’homme se pose depuis tout temps, à savoir la question des origines:

- aux origines de l’individu (fantasme de scène primitive)

- aux origines de la différence des sexes (fantasme de castration)

- aux origines de la sexualité (fantasme de séduction)
Contrairement à S.FREUD qui pense que le complexe d’Œdipe est un organisateur du groupe, D.ANZIEU réfute l'idée que le complexe d'Œdipe pourrait être le quatrième organisateur inconscient du groupe. Pour lui, seule la famille peut faire accéder l’individu à une organisation oedipienne, aucun groupe, aucune institution ne le peut.
C'est Wilfred.R. BION qui a ébauché une théorie pour expliquer les phénomènes qui apparaissent dans les groupes. Il pense que le groupe forme une totalité psychologique qui possède une expression. Le groupe fonctionne d'après une interaction entre :

  • des nécessités individuelles

  • une mentalité groupale contenant de toutes les contributions des membres du groupe

  • et une culture de groupe (sa composition, son organisation et sa tâche).

D'après Bion, l'organisation inconsciente du groupe autour d'un système de représentations, qu'il appelle mentalité, s'originerait dans la constitution d'un binôme, plutôt fusionnel, de même sexe ou de sexe différent, posant "l'hypothèse de base" à partir de laquelle s'organise le fonctionnement grégaire.

L'apport original de Bion se situe dans la comparaison très juste entre la relation de l'individu au groupe et celle du nourrisson à sa mère. En effet, la vie au sein d'un groupe provoque, par le biais de processus inconscients de régression, des mécanismes archaïques de défense comme l'identification projective, le clivage ou l'idéalisation.
Le groupe fonctionne toujours d'après trois présupposés de base qui alternent mais ne coexistent jamais. Ils sont les représentants de trois états émotionnels spécifiques, ils expriment des fantasmes inconscients :


  • la dépendance à un leader, objet externe dont la fonction est de garantir la sécurité du groupe. L'objectif premier est la réalisation, l'affirmation et la pérennisation de l'appartenance au groupe Cette dépendance correspond à une position régressive comparable à celle du nourrisson à l'égard de ses parents, elle correspond à l’angoisse de la dépression. Les échanges à l'intérieur du groupe s'organisent par rapport à un leader qui s'adresse lui-même à chacun des membres du groupe. Le groupe est alors représenté comme un organisme immature, qui se manifeste par la passivité et la perte du jugement critique. La colère et la jalousie s'expriment assez facilement aussi. Le passage du savoir préformé à "l'apprentissage par l'expérience" s'opère par l'acceptation de la dépression. Un groupe qui n'autorise pas la déprime, ou même la dépression, à ses membres est un système qui risque tôt ou tard de se fossiliser. Seule l'acceptation des moments dépressifs de l'ensemble ou de chacun des participants permet d'explorer les limites des représentations ("hypothèse de base" du groupe notamment) et, individuellement, de se re-situer par rapport à son désir et aux frustrations qu'implique la présence des autres avec leurs propres désirs.
    Les moments dépressifs rendent également possible le repli sur soi, qui assure à la personne un contact avec sa réalité intérieure, seul vrai baromètre des actions qu'elle est à même de poser, des initiatives qu'elle est capable de prendre en fonction des qualités qui sont les siennes, et non plus pour répondre à la demande réelle ou supposée du groupe (idéal du moi groupal et surmoi du groupe).
    L'apprentissage par l'expérience, au plus près de ce qui est vécu, et donc la transformation du groupe, son évolution, sont possibles lorsque le groupe a confiance dans les réussites et les échecs, les hauts et les bas de chacun de ses membres, tout autant que de l'ensemble humain qu'il constitue.



  • l'alternative attaque-fuite, le groupe est persuadé qu'il existe un mauvais objet qu'il faut combattre ou éviter (un élément du groupe, une personne extérieure, une idée…). L'organisation se construit sur la base de l'exclusion de tout élément étranger au groupe Ce comportement constitue un signe de solidarité entre les membres du groupe rapprochés face à un danger commun, un ennemi interne ou externe qu'il faut fuir ou combattre. Elle correspond à l’angoisse de persécution. L'agressivité qui se manifeste peut mettre le groupe et les enfants en danger, l'attaque d'autrui revient en boomerang à l'intérieur de soi. Le groupe qui fonctionne selon une telle hypothèse trouve son meneur parmi les personnalités paranoïdes aptes à alimenter cette idée




  • le couplage, par la formation de sous-groupes. Le rassemblement se fait autour d'un couple (lui-même constitué sur la base d'une attirance sexuelle réciproque) considéré comme incarnation d'un modèle parental ou familial idéal. Dans de nombreuses circonstances le groupe fonctionne comme une unité, même si ses membres n'en ont pas l'intention ou n'en sont pas conscients.

Le groupe attend l'heureux événement résultant du fantasme de couplage : une idée, un sauveur qui redonneront de l'élan au groupe. Il correspond à l’angoisse oedipienne.
Le groupe est témoin, contenant, garant de la continuité du discours de chacun. Pour chacun, il est l'occasion d'interactions et d'émotions partagées.

BION : "le groupe en tant que somme d'individus réunis n'ajoute rien à l'individu, mais il permet de révéler quelque chose qui, sans lui, demeurerait invisible. Dans le groupe, l'individu découvre en lui des aptitudes qui demeureraient latentes aussi longtemps qu'il est relativement isolé".

La pertinence des propositions de BION s'est trouvée confirmée dans l'analyse des groupes primaires naturels et artificiels, comme dans l'analyse des groupes institutionnels.
Pour René KAËS, la situation de groupe a constitué un nouveau champ de recherche. Il a été avec ANZIEU un des pionniers de l'approche psychanalytique des groupes dans les années 60. Dans "Crise, rupture et dépassement, il a décrit la vie comme une succession de crises où la continuité du dedans dépend pour beaucoup de la suppléance psychosociale qui établit une fonction de conteneur. Pour lui, les trois étayages fondamentaux sont le corps, le code et le groupe. Il insiste sur la solidarité entre ces étayages. Une aide, un soutien au niveau de l'un de ces ordres peut permettre des réaménagements de l'ensemble de la structure individuelle.

"Le groupe est le support sur lequel prennent appui, s'accrochent, (dé)pendent les membres du groupe : il est le représentant externe d'une fonction étayante primaire défaillante"(1994).

L'idée est que l'autre (ou un ensemble d'autre) peut effectuer pour un sujet un travail de liaison et de transformation qu'il ne peut pas faire lui-même à ce moment précis. Les contenants de pensée s'édifient par une intrication entre corps-code-groupe.
Le groupe est porteur d'illusions, il y a toujours un espace imaginaire du groupe, et les techniques de groupe permettent un remaniement des identifications imaginaires individuelles qui sont remplacées par des identifications symboliques.

Passer de l'imaginaire (représentations personnelles, investissement pulsionnel et affectif) au symbolique (systèmes de langage et de signes), c'est bien une mise en œuvre de la rééducation. C'est le cadre rééducatif de groupe, qui sera pour les enfants organisateur et système de contraintes dans la réalité
L'invention psychanalytique du groupe a été une réponse aux grandes ruptures de la modernité : elle s'inscrit dans une représentation anthropologique qui élargit, ou estompe les limites de l'identité ; c'est en quoi elle propose un traitement de la souffrance : pathologie des limites et des formations intermédiaires, des défauts de symbolisation. La pratique psychanalytique de groupe est en plein essor créatif.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Grandir en s\Modalité des journées de préparation au Service Civique à l’international...

Grandir en s\Calendrier Fin des travaux 2004 S’inscrivant dans un tissu pavillonnaire,...
«hameau» entièrement piéton, traversé par un réseau de venelles et ponctué par des placettes et de cours-jardins

Grandir en s\Fax. 02. 99. 74. 01. 04 – descriptif technique ‘elsys'
«elsys nouvelle génération tout électrique», permettant ainsi de s'affranchir de la contrainte du local machinerie (sauf appareil...

Grandir en s\Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Pendant six ans j’ai été pensionnaire à une époque où on rentrait chez soi une fois par trimestre.» Mais l’internat lui donna le...

Grandir en s\En atelier soin, organisation, propreté
«Préparation au métier de Peintre en décor du patrimoine» ne se substitue pas aux tests de sélection obligatoires conditionnant l’admissibilité...

Grandir en s\Communication L1 S1
«informations» sans origine déterminée mais dont l’incidence peut être forte et qui révèle la nature du climat qui prévaut dans telle...

Grandir en s\Jean Albouy demande ce que prévoit le code dans le cadre de l’urgence ?
Par délibération en date du 14 novembre 2005, le Conseil Municipal a décidé la mise en place des Commissions Administratives Paritaires...

Grandir en s\Une question suivie d’un astérisque signifie que la réponse est à chercher dans une signalétique
«Aux Couleurs du temps»; Dans le conte de Perrault et dans le film de de Jacques Demy, Peau d’Âne demande une robe couleur du temps,...

Grandir en s\Les relations publiques et les relations presse
«Ce sont des activités professionnelles visant à informer l’opinion sur les réalisations d’une collectivité (entreprise) et à les...

Grandir en s\Résumé : Cette recherche est une réflexion théorique centrée sur...
«brevet a changé de statut et s’apparente de plus en plus à une arme cruciale dans le jeu de la concurrence» entretenant de fait...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com