Grandir en s'inscrivant dans une collectivité








télécharger 195.04 Kb.
titreGrandir en s'inscrivant dans une collectivité
page8/15
date de publication27.03.2017
taille195.04 Kb.
typeBibliographie
ar.21-bal.com > histoire > Bibliographie
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   15

3. Articulation entre le groupe et les mythes



« Nous ne prétendons pas montrer comment les hommes pensent dans les mythes, mais comment les mythes se pensent dans les hommes, et à leur insu ». Claude LEVI-STRAUSS (Le Cru et le cuit. Plon)
Les mythes cherchent à rassembler. Ils transmettent à l’homme les histoires primordiales qui l’ont constitué. Ils cherchent à remplir une fonction de nature sociale. Ils tendent fonctionnellement vers l’unité, vers la réconciliation du sujet avec le monde. Ils favorisent ainsi la cohésion du groupe en fournissant un langage commun ; leur fonction principale est de fonder l’unité du groupe humain.

Ils proposent un chemin qui permet de rencontrer les autres et de se rencontrer soi-même. Les mythes favorisent la prise de conscience de sa propre identité à travers un récit qui renvoie chacun à un idéal.
Le fonctionnement d’un groupe implique l’acceptation d’un mythe ou d’un ensemble de mythes (ex de la famille). C’est ainsi que la plupart des enfants vont pouvoir sortir de la dissociation entre la filiation (transmission par sa famille) et l’affiliation (appartenance à un groupe). C’est en évoquant « le grand théâtre divin » que les êtres humains ont défini les rites de leur vie ordinaire, et ce, quelque soit la religion.

Le mythe appartient à la fois

  • à chaque individu

  • à une communauté à laquelle il sert de ciment.


Il s’agit donc pour nous d’inventer des situations, ateliers, démarches favorisant une interaction entre les individus de diverses cultures de telle façon à promouvoir des compétences développant de multiples identités individuelles (professionnelle - ou d’élève - , familiale, de sexe, ethnique) et d’une certaine façon à « jouer » avec elles, selon les situations. La différence n’est plus ainsi une donnée naturelle statique, mais elle s’inscrit dans un rapport dynamique entre individus, à identités plurielles qui se donnent mutuellement un sens.
PONTALIS affirme que le groupe est l’objet de représentations imaginaires, et René KAËS a distingué quatre formes d’imaginaire groupal :

  • l’espace onirique commun et partage

  • le mythe

  • l’utopie

  • l’idéologie.


Selon René KAËS, le mythe a plusieurs fonctions dans les groupes :

  • il véhicule et élabore les grands rêves de l’humanité

  • il survient comme auto-représentation résolutive et reconstitutive de l’identité du groupe

  • il fixe les frontières de l’exclusion-inclusion

  • il soutient le sentiment d’appartenance à un ensemble, car il a une valeur refondatrice de l’origine, de l’ordre du monde et de sa finalité.



4. Mythes et cultures



« Toute recherche comparative portant sur des civilisations ou des milieux différents amène à soulever le problème de la délimitation des facteurs propres au développement spontané et interne de l’individu et des facteurs collectifs ou culturels de la société ambiante considérée. » PIAGET
L’association mythe et culture renvoie à d’autres notions :

  • mythe et identité,

  • mythe et religion,

  • mythe et fiction (ou mythe et création),

  • mythe et science

  • mythe et apprentissage.


Un échec dans les apprentissages se ramène-t-il, pour l’essentiel, à un problème de représentations mentales (entre autre sur l’écrit), représentations nourries des expériences familiales ? Ou la pensée s’enracine-t-elle dans une sorte de mémoire ancestrale que la langue véhicule, par ses structures mêmes, par ses images, par ses résidus symboliques, comme autant de points d’appuis, de « trésors du signifiants », qui sont les « matrices mêmes de l’idée » - selon Bachelard - , sans lesquelles la pensée n’est plus qu’une suite de réponses réactionnelles à des stimulations diverses, une agitation mentale, coupée de l’essentiel des processus de l’hominisation ?

Les questions existentielles se posent de la même manière dans presque toutes les cultures. Chaque culture dispose de mythes, de légendes, de croyances mais des similitudes sont facilement repérables. Une approche comparative montre que chaque culture produit des archétypes que l’on retrouve dans les mythes, c’est par exemple, tout ce qui concerne la création du monde.
Dans les zones difficiles dans lesquelles j’ai été amenée à travailler, les familles arrivaient de différents pays, de différentes régions, mais tous avaient en commun d’avoir vécu des problèmes de chômage, des revers politiques dans leurs pays, des mouvements des migrations internationales ou nationales. A la douleur de l’exil s’ajoutent les difficultés personnelles parfois antérieures à leur arrivée (familiales, sociales, économiques, administratives, juridiques …).

La vulnérabilité des enfants en difficulté scolaire tient souvent au clivage sur lequel ils se structurent :

  • leur monde interne lié à l’affectivité et à l’univers familial

  • le monde extérieur régi par des règles qu’ils ne comprennent pas, trop en rupture avec leur milieu.

Les mythes, comme les contes, permettent de revenir à des questions universelles qui permettent de trouver des réponses aux énigmes existentielles.

Prenons l’exemple du mythe de la genèse qui permet d’interpréter le travail. Il y est raconté qu’Adam et Eve, tentés par le démon, commettent le péché de goûter aux fruits de l’arbre de la connaissance. Le serpent parvient à tenter Eve et celle-ci persuade Adam de goûter aux fruits. Dieu se met en colère. C’est La Faute. Adam et Eve sont châtiés, ainsi que tous leurs descendants humains, donc le genre humain. Leur punition est d’être chassés du paradis céleste. Leur châtiment sera pour l’homme de travailler à la sueur de son front. Ainsi s’explique dans la conscience religieuse la permanence de la malédiction du travail.

Quel est l’effet de cette représentation sur la conscience commune, la conscience religieuse ? Le mythe fournit une justification, une explication simple de ce qui est, mais sans recourir à des antécédents historiques. Il justifie la fatalité du travail. Il pose une croyance arrêtée, il donne un sens définitif, indiscutable à une nécessité, celle du travail. Le mythe rassure là où la conscience pourrait s’inquiéter. Il éloigne ce qui passerait pour une absurdité. Il donne la satisfaction de savoir pourquoi les choses sont ainsi et depuis toujours. Il rassure en posant que l’ordre des choses est éternel : « c’est comme cela, on ne peut rien y changer ». « Depuis l’Origine Dieu a voulu que ». Le mythe a bien un rôle. Il remplit une fonction dans la conscience collective. Il est là pour tisser dans l’imaginaire des assurances pour suppléer au vide des angoisses éternelles ; il est là pour donner des réponses définitives à des questions qui restent sans réponse. Il donne la parole à des croyances pour répondre aux questions les plus graves.

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   15

similaire:

Grandir en s\Modalité des journées de préparation au Service Civique à l’international...

Grandir en s\Calendrier Fin des travaux 2004 S’inscrivant dans un tissu pavillonnaire,...
«hameau» entièrement piéton, traversé par un réseau de venelles et ponctué par des placettes et de cours-jardins

Grandir en s\Fax. 02. 99. 74. 01. 04 – descriptif technique ‘elsys'
«elsys nouvelle génération tout électrique», permettant ainsi de s'affranchir de la contrainte du local machinerie (sauf appareil...

Grandir en s\Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Pendant six ans j’ai été pensionnaire à une époque où on rentrait chez soi une fois par trimestre.» Mais l’internat lui donna le...

Grandir en s\En atelier soin, organisation, propreté
«Préparation au métier de Peintre en décor du patrimoine» ne se substitue pas aux tests de sélection obligatoires conditionnant l’admissibilité...

Grandir en s\Communication L1 S1
«informations» sans origine déterminée mais dont l’incidence peut être forte et qui révèle la nature du climat qui prévaut dans telle...

Grandir en s\Jean Albouy demande ce que prévoit le code dans le cadre de l’urgence ?
Par délibération en date du 14 novembre 2005, le Conseil Municipal a décidé la mise en place des Commissions Administratives Paritaires...

Grandir en s\Une question suivie d’un astérisque signifie que la réponse est à chercher dans une signalétique
«Aux Couleurs du temps»; Dans le conte de Perrault et dans le film de de Jacques Demy, Peau d’Âne demande une robe couleur du temps,...

Grandir en s\Les relations publiques et les relations presse
«Ce sont des activités professionnelles visant à informer l’opinion sur les réalisations d’une collectivité (entreprise) et à les...

Grandir en s\Résumé : Cette recherche est une réflexion théorique centrée sur...
«brevet a changé de statut et s’apparente de plus en plus à une arme cruciale dans le jeu de la concurrence» entretenant de fait...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com