Transformations au fil du temps








télécharger 7.93 Kb.
titreTransformations au fil du temps
date de publication04.07.2017
taille7.93 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Transformations au fil du temps

Antiquité : (utilisation, rénovations)

Moyen Âge :

Coupole : (toute première crée)

Antiquité :

Edifié en 27 avant Jésus-Christ par le général et politicien Agrippa, aussi gendre et ami fidèle du célèbre empereur romain Auguste (le premier). Agrippa voulait contribuer au bien-être des citoyens de la Ville ; embellir Rome par la construction de grands monuments et célébrer la gloire et la grandeur de l’Empire et d'Auguste.

Le nom du panthéon prend sa source dans l’adjectif grec « pàntheion » signifiant « tous les dieux ». De ce fait, ce bâtiment était dédié aux 7 divinités planétaires de la dynastie des Julio-Claudiens nommés : Mars ou Arés, Vénus ou Aphrodite, Jupiter ou Zeus, Mercure ou Hermés, Neptune ou Poséidon, Saturne ou Cronos, Pluton ou Hadés.

Auguste refuse l’honneur d’avoir sa sépulture et statue exposées aux côtés des divinités olympiques et de ses prédécesseurs. Il préféra exposer sa statue ainsi que celle d’Agrippa dans le vestibule du panthéon.

Ce temple essuya deux incendies, mais les principales modifications apportées à sa structure apparurent après le second.

Après un incendie qui dévasta entièrement l’édifice, c’est à Hadrien, empereur romain, que nous devons sa reconstruction totalement différente de la version originale entre 118 et 125. Cependant, il a gardé l’inscription originelle de l’édifice religieux « Marcus Agrippa, consul pour la IIIème fois, l’a fait ». De plus, il a innové l’architecture par ce bâtiment. En effet, le temple fut construit non plus en lignes droites mais en forme circulaire et son caractère lumineux fut remplacé par la pénombre. De plus, il fit surmonter ce temple d’une coupole, la toute première au monde, un exemple d’originalité, d’ingéniosité et d’innovation.

Hadrien se servit de ce temple, de temps en temps, comme tribunal en compagnie de quelques sénateurs.

Il est peu à peu abandonné par le christianisme se propageant dans toute l’Europe et n’est perçu que comme un lieu de culte païen dont il faut interdire l’entrée (début IVème siècle après J-C).

Moyen Âge :

Lorsque les Byzantins prirent le contrôle de Rome (empire byzantin = nom donné à l’un des deux Etats issus du partage au IVème siècle de l’Empire romain et représente l’Empire romain d’Orient qui survit à l’Empire romain d’Occident d’environ mille ans), ils firent don du temple au Pape Boniface IV qui le transforma en église catholique qu’il consacra à la Vierge Marie et aux martyrs. Il fut donc nommé « Sainte Marie aux Martyrs », nom qu’elle porte encore de nos jours.

Cette nouvelle église se vit donc pourvoir d’un autel pour célébrer les offices religieux. Cependant, il ne fut pas placer à l’est du monument comme la tradition chrétienne le prévoyait, mais au sud car sa structure ne pouvait permettre que cette solution. Nous pouvons y voir un exemple de l’aspect unique de cet ancien temple qui « transgressa » les « règles » chrétiennes.

Certains éléments architecturaux disparurent au fil du temps comme les tuiles de bronze dorées qui furent enlevées et utilisées comme financement au cours d’une guerre. Ou encore le marbre couvrant l’extérieur de l’église qui disparut aussi.

Renaissance :

A cette époque, ce sont les papes qui s’occupèrent de sa restauration ou, au contraire, de son démantèlement.

Ainsi, le Pape Urbain VIII (XVIIème siècle), fit enlever et fondre les marbres décorant l’intérieur et le portique de l’église pour décorer la nouvelle basilique Saint-Pierre.

Le même Pape et son successeur s’occupèrent de reconstruire les colonnes qui s’effondrèrent, même si une petite erreur fut faite : l’une fut restaurée grâce à du granite rose alors que toutes les autres sont de couleur gris clair. Evidemment, cela altère quelque peu la régularité du monument et créé un effet « bancal ».

En 1747, le peintre et architecte baroque Luigi Vanvitelli restaura le décor intérieur de la rotonde (définir !) et créa encore plus de pénombre au sein de l’église en remplaçant les fenêtres sous la coupole par des fausses.

Coupole :

similaire:

Transformations au fil du temps iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«inavouables», en se félicitant de ce que l’expression «jeunesse délinquante» n’ait pas encore été inventée. Un temps, IL fut au...

Transformations au fil du temps iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Jeune, j'aimais lire à l'ombre des arbres, participer à des séances de la salle paroissiale où l'on jouait Molière ou Labiche avec...

Transformations au fil du temps iconObjet : pré-livre «Transformations Mondiales»

Transformations au fil du temps iconProgrammer xml/xsl et les transformations serveur

Transformations au fil du temps iconSolutions M2M sans fil
«Digi JumpStart Kits™», qui intègrent plus de performance, plus de fonctionnalités sans fil et une interface graphique, sont désormais...

Transformations au fil du temps iconLe nom de la commune provient de l'anthroponyme gaulois
«ville», ce qui a donné Ézanville. Iticiniscoam s'est contracté en Iscoam ce qui a donné, au fil du temps, Écouen.». L'acte de don...

Transformations au fil du temps iconI-pourquoi l’Europe se découvre-t-elle alors une vocation coloniale ? (1830-1910)
«réparation», reconnaissance des méfaits du système colonial (loi Gayssot, puis loi Taubirat de 1997, puis loi de 2005 sur le «rôle...

Transformations au fil du temps iconNote du promoteur
«couches» se sont construites à travers le temps, qu’elles ont donc acquis leurs caractères distinctifs, décisifs, à travers, c’est-à-dire...

Transformations au fil du temps iconLes familles québécoises depuis la Révolution tranquille Mutations...

Transformations au fil du temps iconBruxelles. Le radioconcentrisme en question
«couches» se sont construites à travers le temps, qu’elles ont donc acquis leurs caractères distinctifs, décisifs, à travers, c’est-à-dire...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com