Discours de Jean-Pierre blazy








télécharger 38.4 Kb.
titreDiscours de Jean-Pierre blazy
date de publication06.07.2017
taille38.4 Kb.
typeCours
ar.21-bal.com > loi > Cours

VŒUX 2007

Discours de Jean-Pierre BLAZY

Au nom du Conseil municipal de Gonesse



Monsieur le Préfet,

Madame la Sous-Préfète,

Madame la Vice-Présidente du Conseil régional,

Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux,

Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,

Mesdames et Messieurs les Maires et les Elus,

Mesdames et Messieurs les élus de Leonessa,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Corps constitués,

Mesdames et Messieurs les Responsables associatifs,

Mesdames et Messieurs les entrepreneurs, commerçants et artisans,

Mesdames et Messieurs, chers amis,
Au nom du Conseil municipal de la Ville de Gonesse, je suis heureux de vous présenter tous mes meilleurs vœux pour vous, pour votre famille et pour vos proches.
J’espère que la Ville de Gonesse, ses élus et ses agents vous accompagneront pour le mieux dans la réussite de vos projets.
Et j’adresse des vœux particuliers à nos amis de Leonessa.
A Gonesse, l’année 2007 s’ouvre en même temps que la nouvelle médiathèque de Coulanges.
Nous venons de l’inaugurer officiellement aujourd’hui, elle ouvrira au public dès demain, des animations s’y dérouleront toute la semaine et samedi aura lieu une grande journée portes ouvertes de 10h à 17h avec visites et animations dans toute la médiathèque.
Ce nouvel équipement culturel est une chance pour notre ville, pour ses habitants et pour tout l’est du Val d’Oise.
C’est tout d’abord un accès pour tous à une culture de qualité. Pour un prix modeste, tous les Gonessiens pourront s’inscrire et consulter un fond documentaire de plus de 60.000 documents incluant en particulier des CD, DVD et vidéos. Le tout complété par un auditorium de 80 places conçu à la fois pour l’écoute musicale, le théâtre et les lectures publiques.
Pour que tout le potentiel de cet équipement culturel bénéficie au maximum aux habitants, la médiathèque de Coulanges et son annexe George Sand de la Fauconnière « sortiront de leurs murs », iront dans les quartiers, à la rencontre des enfants, des ados et des jeunes. Les scolaires seront invités, des initiations à internet pour tous seront organisées et de nombreuses animations autour du livre, du son et de l’image proposées au public.
La médiathèque, c’est aussi la chance de préparer l’avenir en renouant avec nos racines et notre histoire.
Car avant d’être un pôle culturel, Coulanges était ce que l’on appelle la maison de maître d’une ancienne ferme. Aujourd’hui, grâce aux investissements réalisés, elle accueille dans ce cadre historique non seulement la culture et les technologies du XXIième siècle, mais aussi les archives municipales, la mémoire de notre ville.
Enfin la médiathèque est un atout pour le quartier du centre ville. Ce lieu de vie et de culture contribuera à redonner l’élan de dynamisme que nous voulons insuffler au centre ville de Gonesse.
Les abords extérieurs et intérieurs, et en particulier la cour pavée, seront achevés au printemps, le Conseil Local de la Vie Associative et la Direction des Affaires Culturelles prendront place dans le bâtiment de l’ancienne bibliothèque. Un nouvel espace d’exposition y sera aménagé et un gardien s’installera dans les locaux actuels de la DAC.
Evidemment, un tel équipement culturel a un coût. La réhabilitation du bâtiment, l’acquisition des fonds documentaires, du mobilier, du matériel informatique, les équipements pour l’auditorium et les archives représentent un coût total de 6,3 millions € (HT).
Je tiens à remercier les partenaires de ce projet sans lesquels la médiathèque n’aurait pas pu voir le jour : l’Etat, et plus précisément la Direction régionale des Affaires culturelles d’Ile-de-France, le Conseil régional d’Ile-de-France et le Conseil général du Val d’Oise qui, ensemble, ont apporté 50% des financements nécessaires (soit 3,132 millions € HT).
Mon intime conviction est que chacun d’entre nous a droit à une culture de qualité. Non pas parce qu’il s’agit d’un loisir ou d’un divertissement, mais parce que la culture fait de nous des citoyens, des hommes, des femmes libres et des esprits indépendants. Et cet épanouissement personnel, tout le monde y a droit sans distinction.
C’est à ce titre que nous avons particulièrement veillé à l’accès des personnes handicapées aux nouveaux équipements culturels, qu’il s’agisse de la médiathèque ou du cinéma Jacques Prévert. Celui-ci en particulier est équipé d’un dispositif pour les malentendants qui permet d’amplifier le son pour les personnes munies d’appareils auditifs.
Aussi, chacun ici se reconnaîtra dans les paroles d’André Malraux qui affirmait en 1945 qu’il « dépend de chacun de nous de donner à chaque Français une sorte de droit privilégié d’atteindre à la culture s’il le désire ». « La démocratie – ajoutait-il – c’est la volonté d’un nombre toujours plus grand d’hommes d’accéder à la culture ».
Et cette volonté est la nôtre à Gonesse. C’est un choix important qui s’inscrit largement dans notre projet culturel et notre projet éducatif local.
Enfin, je tiens à adresser mes remerciements à tous ceux qui ont pris part à la réalisation de cet équipement culturel, et en particulier au cabinet d’architectes Badia-Berger, à toutes les entreprises participantes ainsi qu’à Gérard Grégoire, adjoint au maire en charge de l’urbanisme et la Direction de l’urbanisme, Jean-Pierre Picard, adjoint au maire chargé de la culture et toute l’équipe de la DAC ainsi que Michel Jaurrey, adjoint au maire en charge du Logement, du Cadre de vie et des Travaux et l’ensemble des services techniques de la Ville.
Lors de la cérémonie des vœux de janvier 2006, nous avions initié ensemble la démarche du Projet de Ville, une démarche de démocratie participative et de consultation des Gonessiens sur l’avenir de notre ville pour les 10 prochaines années.
Nous avons beaucoup discuté et nous avons beaucoup écouté.
Voici, présenté dans un film d’une dizaine de minutes le résultat d’un an de débats entre Gonessiens.
** **
FILM

**

Je tiens d’abord à remercier tous ceux – et ils sont nombreux – habitants, bénévoles associatifs, commerçants, artisans ou encore agents municipaux qui ont participé aux réunions, aux ateliers, à cet effort d’écoute et de dialogue.
Vous pourrez retrouver toutes ces interventions et la synthèse du projet de ville dans la sixième édition des Cahiers de Gonesse qui vous a été remise à l’entrée.
Je tiens aussi à adresser un remerciement particulier aux 150 enfants des écoles qui ont dessiné la ville telle qu’ils l’imaginent dans l’avenir. Ces dessins, que vous avez pu découvrir dans le film, sont présentés dans la salle et je vous invite à aller les voir car chacun d’entre eux présente un intérêt. Et c’est pourquoi un cadeau sera remis ce soir à chacun des enfants participants à l’issue de la cérémonie des vœux.
Qu’avons nous donc retenu de cette démarche de concertation ?
Le premier enseignement est que la démocratie participative est un art difficile mais nécessaire. Les élus connaissent leur ville et ses habitants. Mais la vertu du dialogue et de la concertation est d’entretenir un lien fort et permanent avec les habitants. D’assurer à tout moment que les décisions prises correspondent à un besoin de la population.
C’est pour cela que les Conseils de quartier, le Conseil Local de la Vie Associative, le Conseil municipal des Jeunes et le Conseil des sages nous sont précieux. Et c’est pour cela que nous avons souhaité élargir en 2006 la pratique de la démocratie participative au plus grand nombre grâce au projet de ville.

Mais il y a un second enseignement essentiel qu’une habitante exprime dans le film avec force et simplicité : « la banlieue, ce n’est pas la banlieue ».
Les enfants répètent ce message à travers leurs dessins : chacun d’entre eux a un rêve pour sa ville, chacun a la vision d’un monde meilleur et plus beau pour le futur.
Autrement dit, « oui » il y a des difficultés, « oui » les contraintes sont fortes, mais Gonesse, c’est notre ville, c’est notre avenir, et tous ensemble nous pouvons la changer parce que nous en avons la volonté et le potentiel.
Cette consultation devra déboucher sur des projets et c’est aux élus de traduire les préoccupations et les idées des Gonessiens en initiatives concrètes. Le résultat de cette concertation doit nous guider dans la conduite de nos nouveaux projets.
Mais ces mois de réflexion sur notre avenir collectif ont également achevé de nous convaincre, au vu des préoccupations exprimées, de la pertinence d’un certain nombre de projets déjà en gestation.

En matière d’emploi et de formation tout d’abord.
Les Zones d’Activités Economiques des Tulipes Nord et de l’Entrée Sud sortiront de terre à partir de 2008. Je me félicite en particulier du choix confirmé par l’entreprise Manutan de se développer en face de l’aéroport du Bourget.
Pour améliorer la formation de nos jeunes et leur insertion professionnelle dans le tissu économique local, un lycée d’enseignement général à section hôtelière ouvrira ses portes, cette fois-ci c’est confirmé, en 2012.
La question des transports constitue une autre préoccupation majeure pour les habitants de Gonesse.
Nous continuerons d’agir pour la réalisation d’une liaison entre le RER B et le RER D avec une gare à la hauteur du Triangle de Gonesse pour desservir les emplois du futur. Le Conseil régional d’Ile-de-France inscrira ce projet dans son nouveau schéma directeur régional. L’Etat et le Conseil général partagent la même volonté. Mais aujourd’hui, nous attendons des décisions effectives de chacun des partenaires et en particulier l’inscription du barreau de raccordement dans le prochain contrat de projet.
En troisième lieu, la solidarité et la santé doivent guider noter action.
Les Gonessiens et les habitants de l’est du Val d’Oise auront la chance de bénéficier en 2012 d’un nouvel hôpital, entièrement neuf et moderne. A la fois à la pointe de la technologie et spécialement conçu pour offrir une grande qualité d’accueil des patients et de meilleures conditions de travail pour l’ensemble des personnels hospitaliers.
Près de 11 ans se seront alors écoulés depuis 2001, date à laquelle Elisabeth Guigou, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, m’avait confirmé le lancement de ce projet.
La solidarité, c’est aussi le logement et en particulier en direction des plus démunis.
Vous le savez, à Gonesse il est impossible de construire plus de logements à cause de la contrainte du Plan d’Exposition au Bruit et la question du manque de logements dépasse largement notre ville.
Mais notre volonté est néanmoins d’offrir des solutions d’urgence pour ceux qui en ont le plus besoin. Aussi, je propose de lancer une réflexion avec l’Etat et les partenaires de l’est du Val d’Oise pour qu’une solution globale soit envisagée et que chacun accepte sa part de responsabilité dans ce défi. Le foyer ADEF et le projet de Maison des Actions Solidaires de Gonesse pourraient être partie intégrante de cette solution globale.
En termes de solidarité, l’accent devra également être mis sur le lien entre les générations. Et c’est pourquoi, en 2009, nous ouvrirons une résidence intergénérationnelle à Saint-Blin – La Madeleine.
En quatrième lieu, la ville continuera de faire peau neuve avec la réalisation des programmes de logement de la ZAC multisites de Saint-Blin – La Madeleine – Centre ville. Ils seront accompagnés par la construction d’un nouveau gymnase et d’un nouvel équipement culturel consacré à la musique.
Notre cadre de vie gagnera beaucoup à l’ouverture du Parc urbain de la Patte d’Oie d’une superficie de 140 ha. Il est aujourd’hui possible d’envisager une ouverture partielle au cours de l’année 2009.
Mais imaginer l’environnement de demain, c’est penser l’avenir de Roissy – Charles-de-Gaulle et exiger la maîtrise des nuisances sonores aéroportuaires.
Cinq ans ont été perdus depuis l’abandon du projet de troisième aéroport par le Gouvernement. Certains pensent pouvoir limiter le trafic en créant une gare de TGV fret. C’est le projet Carex. Mais les trains ne remplaceront jamais complètement les avions et les TGV ne doivent pas nous leurrer face à la nécessité d’interdire les vols de nuit.
Plus que jamais, l’interdiction des vols de nuit et le plafonnement du trafic aérien sont indispensables : il en va de notre santé. Plus de 1000 courriers ont été envoyés par les Gonessiens dans le cadre de l’enquête publique sur le projet de Plan d’Exposition au Bruit. Car en effet, concilier le développement économique de notre territoire avec la préservation de l’environnement et de la santé des riverains est aujourd’hui une urgence.
En dernier lieu, à Gonesse, nous voulons enfin porter un projet de territoire et bâtir une communauté de destin avec tous les habitants de l’est du Val d’Oise. Cela passe par l’intercommunalité et des choix à faire immédiatement après les élections municipales de 2008.
Voici donc présentés rapidement les grands projets déjà en cours pour les prochaines années. Mais l’avenir, c’est déjà 2007 et beaucoup de choses changeront encore cette année.

Comme tous les ans, 2007 verra de nouveaux équipements et de nouvelles réalisations.
Les travaux pour la requalification de la rue Gabriel Péri et la déviation de la RD 370 s’achèveront tandis que la mise en sécurité de la RD 317 se poursuivra. Le prolongement du BIP débutera avec la réalisation d’un nouveau giratoire à l’entrée de la zone industrielle tandis que sera construit le rond-point du futur hôpital.
Le nouveau centre socio-culturel des Marronniers et la Maison de l’enfance de la Fauconnière ouvriront leurs portes. La nouvelle perception sera construite dans le centre ville à l’angle de la rue de Paris et de la rue Furmanek. L’extension des jardins familiaux sera achevée et les abords du centre commercial de La Madeleine seront réaménagés.
En concertation avec les Conseils de quartier, nous poursuivrons l’amélioration de la voirie et des trottoirs dans chaque quartier.
Au sujet la création du nouveau lycée, j’engage en concertation avec les riverains une étude sur l’insertion de cet établissement scolaire dans son quartier afin de dissiper les craintes des habitants. Ce lycée sera une chance pour nos jeunes et je souhaite qu’il soit reconnu comme tel. Mais il faut préalablement donner aux habitants toutes les garanties légitimes qu’ils souhaitent.
L’activité économique conservera son dynamisme. Le groupe EADS installera sa filiale SECA sur le site du Groupe Arcelor. Nous poursuivrons la remise en état de l’éclairage public de la zone industrielle et nous entrons aujourd’hui dans la phase active de préparation du réaménagement de la voirie qui débutera en 2008. Enfin la zone industrielle devrait également accueillir d’ici la fin de l’année la déchetterie tant attendue pour développer mieux encore l’écocitoyenneté.

En 2007 se poursuivront aussi les programmes de réhabilitation de l’habitat et du logement.
A Saint-Blin – La Madeleine débutera la construction de logements sur les terrains de La Madeleine et la résidentialisation des logements réhabilités de Saint-Blin sera engagée.
A la Fauconnière, ICADE cèdera une partie importante de son patrimoine à deux nouveaux bailleurs. La ville a demandé à l’ensemble de ceux-ci d’effectuer d’importants investissements pour la réhabilitation des logements et l’amélioration du chauffage.
Enfin, la requalification du centre-ville se poursuivra dans le cadre de la ZAC multisites avec, cette année, la démolition d’îlots d’habitat dégradé en vue de la reconstruction prochaine de logements plus accueillants.
Ces projets qui verront le jour en 2007 visent à répondre aux attentes nombreuses et légitimes des Gonessiens pour leur ville. En dépit des responsabilités toujours plus importantes qui incombent aux maires et aux communes, la Ville de Gonesse s’efforce de limiter l’évolution de la fiscalité à un rythme inférieur à celui de l’inflation.
Mais au-delà des réalisations, des projets urbains et des réalités budgétaires, je voudrais insister sur les enjeux de la vie en société et en particulier sur les question de la sécurité et du vivre ensemble.
La sécurité constitue une préoccupation forte des Gonessiens et c’est la raison pour laquelle un nouveau Contrat Local de Sécurité sera prochainement signé par les différents partenaires et de nouvelles actions seront mises en œuvre.
La question qui nous préoccupe n’est pas uniquement celle de la délinquance, des mineurs en particulier, mais de plus en plus les manifestations de la violence dans notre société.
A Gonesse, il y a quelques semaines, un jeune de 17 ans a tiré avec une arme à feu dans des circonstances encore mal déterminées sur un autre jeune de 17 ans. Aujourd’hui, la victime est paralysée et l’auteur présumé se trouve en détention provisoire.
S’agit-il d’un affrontement entre jeunes pour le contrôle d’un territoire ? Ou bien s’agit-t-il d’un affrontement entre deux communautés, entre deux religions identitaires, comme certains le suggèrent ? Et si c’est le cas, à qui la faute ?
Nous le savons, le système français d’intégration fonctionne mal depuis deux décennies. Plus récemment, les Anglais et les Néerlandais ont découvert brutalement que leur modèle multiculturaliste et communautaire était un leurre. Je pense pour ma part que le modèle français, républicain et laïc, reste le meilleur sur le principe. Mais aujourd’hui, c’est son application qui fait défaut.
La France est menacée par le développement d’un modèle mixte communautaire et individualiste où les valeurs universelles, celles des droits de l’homme, sont détournées pour justifier des particularismes. Pour reprendre le titre du dernier ouvrage d’Elie Barnavi, éminent historien des Guerres de religion en France et ancien Ambassadeur d’Israël en France, il n’est pas question de laisser les « religions meurtrières » s’affronter sur notre sol.
Il faut dialoguer ensemble sur des bases claires et fermes, celles de la République. Aussi, je propose à ceux qui croient, aux représentants des cultes, mais aussi à ceux qui ne croient pas de participer à la création dans les prochaines semaines d’un comité d’éthique, instance de dialogue et d’échange dans l’esprit laïc et républicain de la loi de 1905.
Enfin, si l’année 2007 s’ouvre avec l’inauguration de la médiathèque, elle se refermera avec la pose de la première pierre du nouvel hôpital. C’est là une nouvelle page de l’histoire de notre ville qui s’écrira. Ce nouvel hôpital sera l’héritier de l’Hôtel Dieu, premier établissement hospitalier de la ville construit en 1208 à côté de l’Eglise Saint-Pierre-Saint-Paul et dont nous célèbrerons le huitième centenaire l’année prochaine.
Notre histoire sera également à l’honneur avec l’exposition Gonesse antique qui retracera notre passé entre la fin du néolithique et le Vième siècle après J.-C. telles que les fouilles des équipes de l’INRAP ont permis de le mettre à jour.
En 2007, avec les élus du Conseil municipal, je souhaite que nous continuions d’écrire cette histoire, de la médiathèque au nouvel hôpital, de la réalisation d’infrastructures nouvelles à notre volonté de vivre ensemble, je souhaite que nous tous, habitants de tous âges, entrepreneurs et salariés, responsables d’associations et bénévoles, agents communaux que je remercie pour leur engagement au service de la collectivité locale, je souhaite que nous tous, Gonessiens, soyons fiers de notre ville.
Encore un fois, je vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2007, prometteuse d’avenir.





similaire:

Discours de Jean-Pierre blazy iconJean-Pierre bonduelle jean-Marc lancry

Discours de Jean-Pierre blazy iconLa Police Nationale d’Haïti (pnh): Une institution mangeuse d’hommes....

Discours de Jean-Pierre blazy iconJean-pierre rodrigo subirana

Discours de Jean-Pierre blazy iconIntervention du Président de la fnmf jean-Pierre davant

Discours de Jean-Pierre blazy iconAdresse : 5, cité de Phalsbourg 75011 paris
«Approches comparées de l´enseignement des langues», à l´initiative de Jean-Pierre Benoit

Discours de Jean-Pierre blazy iconMaîtres Jean-Pierre lelievre pascal maiche alain paris
«Portrait de femme noire debout en studio», «Petite fille et sa poupée», et «Vue d’un grand magasin»

Discours de Jean-Pierre blazy iconI. ale dialogue ou la double médiatisation du discours I. A. 1Absence de discours commentatif
«je» puisque chaque personnage perle à la première personne, interdit toute possibilité d’autobiographie. (Mch)

Discours de Jean-Pierre blazy iconDiscours de pierre au service de la monarchie
«gothiques». Les idées italiennes les plus novatrices et les formes françaises les plus «nationales» se trouvent ainsi associées,...

Discours de Jean-Pierre blazy iconJean-Pierre Chrétien-Goni
«facile», une «fille facile»…Non, nous on tape dans le dur. Ad augusta per angustam, devise d’artiste s’il en est : IL n’y a pas...

Discours de Jean-Pierre blazy iconEt moi, je te dis aussi que tu es Pierre [grec petros, pierre, caillou],...
«Et moi, je te dis aussi que tu es Pierre [grec petros, pierre, caillou], et que sur cette pierre [grec petra, roc, rocher] je bâtirai...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com