Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium








télécharger 44.39 Kb.
titreCette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium
date de publication07.07.2017
taille44.39 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos


Des mots pour dire les maux.

Jo Cassen

Cette pièce fait partie du recueil collectif « Les mots tus tuent » du Proscenium-

Ce texte a été téléchargé à partir du site http:/www.jocassen.com

Il est protégé par les droits d’auteur. En conséquence, avant son exploitation, vous devez obtenir l’autorisation de l’auteur, soit directement près de lui, soit auprès de l’organisme qui gère ses droits (la Sacd par exemple pour la France).

Pour les textes des auteurs membres de la SACD, la SACD peut faire interdire la représentation le soir même si l’autorisation n’a pas été obtenue par la troupe. Le réseau national des représentants de la SACD (et leurs homologues à l’étranger) veille au respect des droits des auteurs et vérifie que les autorisations ont été obtenues, même a posteriori. Lors de la représentation la structure de représentation (théâtre, MJC, Festival…) doit s’acquitter des droits d’auteur et la troupe doit produire l’autorisation de jouer. Le non- respect de ces règles entraîne des sanctions (financières entre autres) pour la troupe et pour la structure de représentation.

Ceci n’est pas une Recommandation, mais une OBLIGATION, y compris pour les troupes amateurs.

En effet : les compagnies de théâtre amateures ne seraient pas des zones de non droit !

Merci de respecter les droits d’auteur afin que les troupes et le public puissent toujours profiter de nouveaux textes.

Vous voulez lire cette pièce dans son intégralité, éventuellement la jouer, j’en suis heureux. Un auteur est toujours comblé de voir « ses enfants » prendre vie sur scène.

Jo Cassen http://www.jocassen.com jo.cassen@yahoo.fr

Prétexte

Deux adolescentes discutent au vestiaire après une séance de danse classique habituelle.

L’une, Aurélie laisse transparaître une souffrance, un mal de vivre… Elle révèle presque sous la contrainte son combat intérieur, ses questionnements. Cette situation affecte sa copine Aïcha qui cherche à savoir, à comprendre… Les mots pour décrire sont difficiles…

Aïcha veut aider sa copine, elle va alerter la hiérarchie de son Lycée… Aurélie serait-elle en danger ?

Personnages

Aurélie 17 ans, jolie jeune fille blonde, discrète. Elle est élève de terminale S et pratique la danse.

Aïcha 17 ans, Brune de type méditerranéen. Elle est en terminale S et pratique la danse

Sylvain Benedetti, 45 ans, sportif, architecte, compagnon de Carmen. Père d’Aurélie.

Carmen Coelho, 40 ans, mince, brune, infirmière en milieu hospitalier, mère d’Aurélie, épouse de Sylvain.

Ali Zingourat, Père d’Aïcha, il est professeur de mathématiques en classes prépa.

Marie-Olympe Romanczuk, 50 ans, Proviseure du Lycée d’Aurélie et Aïcha.

Commissaire Hadroit-Thensortant, Officier de la police nationale.

Guylaine de Saint-Olive, psychothérapeute.

Durée

20 minutes

Décor

Plateau nu

Plan 1

(Après le cours de danse, deux adolescentes en tutu, se relâchent après leur séance habituelle… Elles parlent… Ce pourrait être banal…)

Aïcha

Je suis contente que tu sois revenue…

Aurélie

(Elle est très réservée, presque sur la défensive.)

Je n’étais pas partie…

Aïcha

Non… Enfin… Je ne t’avais pas vue… depuis longtemps… Un mois ? Davantage ?

Aurélie

Très occupée… Il ne faut pas se rater… Cette année est la bonne !

Aïcha

Avec 17, 35 de moyenne générale… Tu ne cours pas dans l’inconnu…

Aurélie

Oui… Oui… Il faut travailler, s’impliquer… Rien n’arrive simplement…

Aïcha

Sans doute…

(Long silence)

Tu es triste…

(silence)

Tu as des soucis ?

Aurélie

Non…

Aïcha

Je te connais depuis la maternelle, Lili, je vois bien au bahut… Je sens bien…Tu peux me parler… J’ai toujours été ta meilleure amie, non ?

Aurélie

Je n’ai rien à dire…

Aïcha

Mais si tu as à dire… C’est bien pour cela que te questionne… Je suis inquiète… Tu es bizarre…

Aurélie

(Elle se renferme, ironique…)

Bizarre…

Vous avez dit bizarre ?

Aïcha

Tu te moques ?

Aurélie

Non… Tu m’amuses… J’ai dépassé le stade des futilités, vois-tu… Le travail sur soi-même est long, sans doute, peu gratifiant au départ… mais très vite, on se rend compte… On n’est pas seule au monde… Il y a d’autres horizons, d’autres valeurs, d’autres gens, d’autres souffrances… Je veux marcher dans la lumière… Et pour cela, il ne faut pas se fourvoyer… Je me suis lassée des mirages, des hallucinations individuelles et collectives, des mensonges… De tous les mensonges… Alors, j’avance, sereine et confiante, j’avance… Tu vois que nous ne surfons pas la même vague !

Aïcha

Ouah hou ! C’est moi qui hallucine. Tu as été cherché tout ça où ?

(Elle devient très douce et gentille)

Tu m’as l’air très heureux… Qui te guide ? Tu as eu la révélation… C’est super… C’est ton ami, un copain ?

(Elle s’inquiète)

Tu n’es pas en train de te laisser séduire par une secte ? Dis-moi ?

Aurélie

Tu me connais, non ? J’ai les pieds sur terre même si regarde haut… Je suis libre, étonnamment libre… Mais, j’ai appris à voir, à comprendre, à mesurer toute la médiocrité de modèles dépassés, faux, outranciers… Aujourd’hui, je sais que je veux travailler à un meilleur avenir… J’existe ! Même si les bourgeois qui m’entourent, tellement stéréotypés sont presque convaincus du contraire… J’existe ! Je crois que je suis parvenue à les ignorer ces personnages d’opérette qui se prétendent mes références… Je ne les déteste même pas de m’avoir niée, je les ignore…Il n’est pas trop tard ! Il n’est jamais trop tard pour agir…Je dois participer au grand chambardement, je dois balayer les écuries d’Augias. Là-bas des gens meurent dans l’indifférence générale. Dans « Notre » indifférence… Bouzid, lui, il se bat, tous les jours… Il apporte sa pierre…Il a bien cerné ma situation, il m’estime pour ma valeur, lui, pas pour des contingences opaques et matérialistes.

Aïcha

Bouzid ?

Aurélie

Quoi Bouzid ?

Aïcha

Mais… Mais… ma chérie…

Aurélie

(Elle ne s’emporte pas, c’est froid, net, cinglant)

Ouvre les yeux toi aussi… Tu verras… Moi, j’ai peut-être eu la chance de croiser un jour Bouzid… Je ne suis plus « ta » chérie… Oublie-moi, oublie-moi veux-tu. C’est facile, tu vois, je suis déjà partie…

(Elle sort)

NOIR

Plan 2

(Une réunion organisée quelques semaines plus tard chez le Proviseur de l’établissement scolaire d’Aurélie et Aïcha : Le proviseur fait entrer dans son bureau, elle passe derrière son bureau côté jardin et fait s’asseoir toutes les protagonistes sur des chaises placées l’une à côté de l’autre milieu de scène, face au public ; Il y a 6 chaises. Une septième est placée côté cour, à l’avant-scène face au public)

Marie-Olympe Romanczuk

Madame, Monsieur Benedetti, entrez je vous prie asseyez-vous… Madame de Saint-Olive, merci d’avoir pu vous libérer… M. Zingourat, est le père de la demoiselle dont je vous parlé… Elle passera nous voir dès la fin de ses cours…Vous pouvez vous asseoir cher Monsieur… Normalement, Monsieur le commissaire de police devrait nous rejoindre à 18 heures C’est-à-dire dans 10 minutes… Voilà, tout le monde se connaît ; Nous allons pouvoir aborder le fond du sujet… Aurélie ne s’est plus présentée au Lycée depuis quinze jours…

Sébastien Benedetti

Aurélie a disparu depuis quinze jours… Nous avons alerté la police…

Carmen Coelho

Ma fille est très équilibrée, sage, elle n’a aucune mauvaise fréquentation…

Marie-Olympe Romanczuk

Je n’en ai jamais douté Madame…

Sébastien Benedetti

Je suis intraitable sur ses amitiés… Ma fille ne sort pas avec n’importe qui… Et elle sait que j’ai raison.

Marie-Olympe Romanczuk

Evidemment. Mademoiselle Zingourat, sa meilleure amie, m’a rapporté des conversations qu’elle a eues avec Aurélie, des échanges qui ne laissent planer aucun doute… Aurélie a subi de mauvaises influences… Aujourd’hui, les risques sont évidents… Des jeunes peuvent être la proie de « recruteurs »… en vue d’adhérer à des idées… dangereuses…

Carmen Coelho

Mais c’est impossible !

Marie-Olympe Romanczuk

Si Madame, c’est possible… Certes, nous ne devons pas sombrer dans la psychose… Une fugue n’est pas une… radicalisation…

Carmen Coelho

Oh !

Ali Zingourat

Aïcha… Aïcha c’est ma fille… Elle est très inquiète. Elle m’a parlé aussi de ce Bouzid…

Sébastien Benedetti

Mais enfin, revenez les pieds sur terre, ma fille n’est pas folle…

Ali Zingourat

Assurément… Mais, vous savez les « recruteurs » comme Madame les désignait n’approchent pas les crétins, ils sont en quête de talents, d’ingénieurs, de jeunes à fort potentiel… Ce n’est pas un jeu !

Carmen Coelho

Aurélie est une lycéenne très brillante…

Marie-Olympe Romanczuk

Personne ne met en doute la qualité d’Aurélie, au contraire… C’est justement ce profil qui en fait une cible…

Guylaine de Sainte Olive

Si vous le permettez… Je suis psychothérapeute. Depuis vingt ans, dans mon cabinet ou à l’hôpital, je reçois beaucoup de monde… Depuis trois ans, je vois bien que les jeunes qui se sentent souvent fragiles et marginalisés sont en quête d’identité et d’adhésion à un projet…

Sébastien Benedetti

Mais ma fille n’est pas fragile ! Un projet ? Quel projet ?

Guylaine de Sainte Olive

Les professeurs les médecins, les infirmiers, les assistantes sociales font chaque jour des signalements plus nombreux. Toutes les régions sont concernées et tous les milieux sociaux… L’enjeu, c’est l’embrigadement politique… Ce n’est pas une dérive sectaire comme d’autres, ici, ce sont les jeunes qui sont visés, ils sont le public cible.

Sébastien Benedetti

Vous rêvez ma parole… Vous êtes en plein psychodrame ! Je vais vous dire une évidence… Ma fille Aurélie, ma fille unique, elle ne ramènera jamais n’importe quel mec à la maison… Je ne suis pas raciste, loin de là, Bouzid… Bouzid ! Et pourquoi pas Mohamed ?

Guylaine de Sainte Olive

Ne nous égarons pas, s’il vous plaît ; En toutes choses, il faut raison garder.

Sébastien Benedetti

Ma fille a été enlevée, kidnappée, c’est simple ! Maintenant il suffit que chacun fasse son boulot, et d’abord les flics. Ils sont payés pour ça, non ? Je vous dis que ma fille ne s’est jamais acoquinée avec un cul en l’air ! C’est simple ! C’est im-po-ssible !

Marie-Olympe Romanczuk

Nous voulons bien partager vos certitudes. Si je vous ai invités à venir aujourd’hui, c’est dans l’intérêt d’Aurélie… Pour essayer de cerner la jeune fille, ses aspirations, ses questionnements…Ce n’est pas pour contester ni même critiquer son éducation…Mademoiselle Aïcha est inquiète, très inquiète pour Aurélie. Elle a constaté de grands changements au fil des semaines dans le comportement d’Aurélie, jusqu’à sa disparition… C’est de cela qu’il convient de parler.

Guylaine de Sainte Olive

Si Aurélie a été approchée par un agent recruteur, la démarche de celui-ci emprunte toujours les mêmes itinéraires : Séduire, influencer, convaincre pour asservir. Il s’agit d’une aliénation mentale… Le « gourou » si je peux oser le qualificatif va d’abord anesthésier l’esprit critique de sa victime… Lentement, lentement parce qu’il entretient des peurs, des inquiétudes, parce qu’il développe la culpabilité mais qu’il se présente tel celui qui est riche de promesses et de certitudes, parce qu’il valorise par le compliment, parce qu’il répond à un besoin de sécurité, d’appartenance à un groupe, à une famille d’idées, il se fait fort de faire que la personne regagne l’estime et la reconnaissance de soi. Et petit à petit, s’efface l’identité personnelle au profit de groupe : « On est bien ensemble, on forme un super groupe, solidaire, on a un bon chef ! »

Avez-vous constaté des changements dans le comportement d’Aurélie ?

Sébastien Benedetti

Mais non, rien ! Sa grand-mère se retournerait dans sa tombe !

Carmen Coelho

Pourtant… Peut-être…

Sébastien Benedetti

Mais non ! Rien ! Qu’est-ce que vous croyez ? Que ma fille va se laisser prendre au jeu d’un… d’un…

(Il s’emporte)

Mais enfin… Si on est dans la merde, c’est à eux qu’on doit ! Non seulement ils sont feignants mais en plus ils pompent les aides sociales… Ils n’ont qu’à rester dans leur pays… Ou y retourner !

Guylaine de Sainte Olive

(Elle continue comme si elle n’avait rien entendu)

Le processus d’embrigadement passe par des phases ou le nouvel « adepte » abandonne ses repères habituels et ses références antérieures, il se coupe des autres, de ses amis, de sa famille… Déstabilisé au départ, vivant ses émotions amères, il va s’isoler petit à petit puis rompre… Avez-vous été témoin de ces modifications même succintes ?

Sébastien Benedetti

(Il n’écoute plus, il est dans la colère)

Vous voulez que je vous parle de la circoncision ?

Carmen Coelho

Seb… S’il te plaît…

Ali Zingourat

(Il se lève)

Cette discussion prend un tour qui me dérange. Je n’étais pas venu pour entendre des insultes… Je vais vous prier de m’excuser, mais je dois m’en aller… Je ne veux pas risquer une riposte inadaptée.

Marie-Olympe Romanczuk

Non, non, restez Monsieur Zingourat. Je vous présente nos plus vives excuses…

Ali Zingourat

Madame, je suis navré de constater que chaque jour un peu plus, notre pays bascule dans un fascisme banal inacceptable.

Sébastien Benedetti

(Il n’a rien écouté ni entendu)

Et l’odeur ? Vous voulez que je vous en parle de l’odeur !

Carmen Coelho

Seb… Mon chéri… Mon chéri… Excusez-le, il est vraiment trop triste…

(Aïcha se présente sur le pas de porte, fond de scène)

Marie-Olympe Romanczuk

Entrez Aïcha, entrez… Aïcha… Je vous présente les parents d’Aurélie…

(Le Commissaire se présente sur le pas de porte, fond de scène entre et salue)

Commissaire Hadroit-Hensortant

Madame La proviseure, Mesdames, Messieurs, Bonjour, commissaire Hadroit-Hensortant, Officier de police judiciaire, je suis en charge des missions d’investigation dans les cas avérés de radicalisation ; J’ai lu votre note chère Madame et je vous en remercie… Nos services ont tout mis en œuvre pour retrouver Aurélie. Nous saurons demain si elle quitté le territoire national

Ali Zingouratx

Et ce Bouzid ?

Marie.-Olympe Romanczuk

Merci Monsieur le Commissaire de votre diligence.

Ali Zingourat

Et ce Bouzid ?

Commissaire Hadroit-Hensortant

Il n’est pas fiché à aucun titre. Il est médecin, plus exactement il termine son internat et a déjà effectué plusieurs missions humanitaires en zones exposées…

Sébastien Benedetti

(Il semble s’être calmé… Peut-être suite à l’arrivée du commissaire)

Evidemment… Un islamiste…

Commissaire Hadroit Hensortant

Rien ne permet de l’affirmer… Nous en saurons davantage dans les heures qui viennent.

Sébastien Benedetti

Je vais lui casser la gueule à ce moricaud

Carmen Coelho

C’est la première fois que l’on ne fête pas son anniversaire en famille.

Commissaire Hadroit Hensortant

Jusqu’à preuve du contraire, ce… moricaud est français.

(Il sort une fiche qu’il lit)

Il est né à Joinville-Le-Pont le 14 juillet 1989 d’un père français, lui-même né à Paris le 18 juin 1959 et d’une mère franco-camerounaise née à Douala au Cameroun, alors sous tutelle française le 25 décembre 1958.

(Il s’adresse à Aïcha)

Mademoiselle, votre alerte est précieuse. Même si rien ne permet d’établir un embrigadement, une dérive sectaire se manifeste souvent par une manipulation. Le manipulateur utilise toujours un masque séduisant, il s’appuie sur les aspirations des personnes susceptibles d’être intéressées… Il est malin et le niveau de vigilance de sa proie mise en confiance risque fort d’être tombé au plus faible

Aïcha

Je vous remercie Monsieur le Commissaire.

Guylaine de Sainte Olive

Vous voyez Aïcha, il fallait oser parler…

Aïcha

Elle avait tellement changé… Elle ne parlait plus à personne…Elle ne faisait même plus la bise aux copains…

NOIR

Plan 3

(Une salle nue au commissariat de police…

Le commissaire a convoqué tous les protagonistes de cette affaire. Tous sont assis, au milieu de la scène, de jardin à cour, Guylaine de Sainte-Olive, Marie-Olympe Romanczuk, Sébastien Benedetti, Carmen Coelho, Ali Zingourat ; Le commissaire Hadroit-Hensortant est debout avant-scène côté jardin, à ses côtés Aïcha)

Commissaire Hadroit-Hensortant

Mesdames, Messieurs, nous vous avons réunis aujourd’hui, parce que nous avons une nouvelle pour vous, une bonne nouvelle… Je vais laisser le privilège de vous l’annoncer à Aïcha… C’est bien la moindre des choses…

…/…

Voilà ! Vous souhaitez lire la suite, lui répéter, la jouer ? Ecrivez moi, parlez-moi de votre projet, je vous adresserai le texte intégral par retour…

Au revoir

A bientôt

Jo Cassen

jo.cassen@yahoo.fr


similaire:

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconNotes de l’auteur
«ex» maintenant !, et sans doute pas pour beaucoup de joueurs. J’ai donc fait des choix arbitraires, liés aussi à la contrainte définie...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconTranscription Ça fait quelques années que j’ai la chance d’appartenir...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconActivité Regardez la première partie du reportage. Cochez les mots entendus

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconLa grande nouveauté de cette nouvelle collection : le satin imprimé
«jour venise», ce duo d’unis fait partie des indémodables à avoir dans son linge de maison

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconHabitat collectif / Chaufferies p > 85 kW habitat collectif / Installations à usage collectif

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconSurtout ‘’Roman’’, ‘’Le dormeur du val’’, ‘’Ma bohème’’, ‘’Voyelles’’
«caractère de femme, de fille, nativement méchant et même féroce». En fait, on peut plutôt penser que cette femme de peu de mots...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconRésumé Depuis quelques années, la gestion des risques est devenu...
«danger éventuel plus ou moins prévisible». Le risque fait partie intrinsèque de la condition humaine, à fortiori dans les champs...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconRésumé Contrairement à une «révolte»
«pouvoir neuf». Mais le changement ne se fait pas selon un programme préétabli. De ce fait, les répercutions sont nombreuses et diverses...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium icon0Table des matières
L’Angleterre est à la Révolution Industrielle ce que les balcons fleuris de géraniums sont à Grimentz Aux mots, nous joindrons les...

Cette pièce fait partie du recueil collectif «Les mots tus tuent» du Proscenium iconChapitre I reglement applicable a la zone 1AU
«orientations d’aménagement» (voir cette pièce du présent dossier de P. L. U.) doivent être respectées








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com