Synopsis








télécharger 128.62 Kb.
titreSynopsis
page1/4
date de publication07.07.2017
taille128.62 Kb.
typeSynopsis
ar.21-bal.com > loi > Synopsis
  1   2   3   4



ATELIER D’ÉCRITURE

COURBEVOIE — 2011-2012

SYNOPSIS
Ce synopsis est décomposé en unités narratives numérotées, ce qui facilitera la répartition des missions d’écriture entre les classes. Les productions des élèves ont été corrigées pour être intégrées au synopsis. Il est donc impératif de partir des versions figurant sur ce document et non des travaux déposés sur la plateforme Netvibes. Vous remarquerez que certains textes sont prêts à l’emploi quand d’autres doivent être rédigés, approfondis ou prolongés. Le récit doit avoir pour temps de base : passé simple et imparfait.

CHAPITRE 1

D’ÉTRANGES DISPARITIONS


1A. Le 14 septembre 2011 au matin, la presse du monde entier se fait l’écho d’événements étranges et simultanés : les disparitions de quelques-uns des héros les plus connus de notre héritage culturel.
Le JDJ (Le journal du jeudi) édition du 14 sept. 2011
Incroyable mais vrai !

La nuit dernière, des héros mythologiques comme Pygmalion ou Narcisse se sont volatilisés de leurs œuvres. Mais ce n’est pas tout ! Des personnages de contes comme le Petit Poucet ou le Petit Chaperon Rouge ont également disparu. Plus aucune trace d’eux dans les illustrations et l’on rapporte que leurs noms mêmes se sont effacés des livres. Les directeurs de musées et de bibliothèques s’inquiètent déjà des conséquences auxquelles leurs établissements vont devoir faire face. Toutes sortes de rumeurs courent déjà le Net, entretenant la plus grande confusion : certains prétendent que de la poudre violette a été trouvée dans les livres concernés ainsi que sur les cadres des tableaux. D’autres que des traces de sang ont été découvertes et qu’elles sont en cours d’analyse. La police ne sait plus où donner de la tête tant les témoignages plus troublants les uns que les autres se succèdent : un passant dit avoir vu hier soir une femme aux allures d’homme, vêtue d’un costume d’un autre temps, rôder près de la Bibliothèque Nationale de France. D’autres déclarent avoir croisé un petit garçon bizarre, habillé de vêtements trop grands, les cheveux pareils à des spaghettis. C’est ce que confirme une boulangère qui, prise de pitié, lui aurait donné du pain. Un enfant rapporte aussi avoir ramassé un morceau de tissu, d’une robe probablement, sur lequel était inscrit un appel au secours formulé dans une langue désuète. Aux dires du Ministre de la Culture, une cellule d’enquête internationale vient d’être créée. Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de la situation dans nos prochaines éditions.
1B. The Monday Morning (édition du 14 sept. 2011)
Robert Chambers, notre envoyé spécial en France, vient de nous faire parvenir cette information surprenante : ce matin, à Paris, aux alentours de 10 heures, une famille de touristes anglais l’a contacté pour lui signaler que la sculpture de Thésee combattant le Minotaure, avait disparu du Jardin des Tuileries!  Pour s’en assurer, Robert Chambers s’est rendu sur place et a confirmé la nouvelle. Du sang aurait été retrouvé sur le socle en marbre de la statue. Des promeneurs ont été interrogés. Ils n’ont rien vu, ni rien entendu. Les échantillons de sang sont en cours d’analyse. Nous avons reçu de nombreux appels d’autres musées du monde entier. Des personnages aussi bien de livres, que de tableaux ou encore des sculptures ont également disparu ! On évoque les noms de Pygmalion qui se serait évaporé du Metropolitan de New-York, de Narcisse qui aurait quitté la Walker Art Gallery de Liverpool. Orphée semble également concerné puisque l’œuvre d’Alexandre Séon (Lamentation d’Orphée), conservée au Musée d’Orsay, est désormais privée de sa figure centrale. Enfin, les illustrations que Gustave Doré avait faites des Contes de Perrault sont également affectées. Le Petit Poucet et Le Petit Chaperon rouge s’en seraient libérés. Où sont-ils donc passés ? Pour l’instant, c’est l’incompréhension et la confusion qui dominent. Nous attendons impatiemment de plus amples informations de notre envoyé spécial.
1C. Flash info (Télécultura)
« Chers téléspectateurs, nous interrompons nos programmes pour vous informer d’une nouvelle stupéfiante : cette nuit, le personnage d’une toile a disparu ! Il s’agit de Pygmalion, qui est sorti d’une œuvre peinte par Jean-Léon Gérôme en 1890 et exposée depuis 1927 au musée Métropolitan de New York.  J’en reviens à l’instant et je peux vous confirmer que le célèbre sculpteur amoureux de sa statue a fini par la lâcher. Il n’y a aucun trou ni aucune déchirure, mais l’on a retrouvé quelques traces de sang sur la cadre du tableau. Le plus stupéfiant, c’est que Pygmalion n’est pas juste effacé : on peut apercevoir maintenant les objets et le mur que son corps cachait.  Certains visiteurs disent avoir croisé très tôt ce matin un homme étrange et bizarrement vêtu d’une sorte de tunique bleue. Il avait l’air pressé et désorienté. S’agissait-il de Pygmalion lui-même ? La police de New York est sur les dents. »
CHAPITRE 2

COMME UNE TRAÎNÉE DE POUDRE
2A. Les témoignages se multiplient au fil des heures : ainsi, au Collège Vigny de Courbevoie, des élèves qui avaient à faire un exposé sur les Contes de Perrault ont été surpris de constater en empruntant au CDI les Contes de ma Mère l’Oye que le Petit Poucet et d’autres personnages avaient disparu des pages et des images.

« Monsieur, monsieur ! Venez voir ! Le Petit Poucet et d’autres personnages se sont échappés de leur livre ! Les pages sont pleines de blancs, dirent-ils au documentaliste.

— Voyons, ce n’est  pas possible !

— Regardez ! Vous verrez !

— C’est IMPOSSIBLE ! Comment cela a-t-il pu arriver ?! 
Mais ce n’est pas tout : M. Feugère, le professeur de musique du même collège, chantait une chanson dont le couplet était : « Un jour, sur un piano un P...bwwwah... ? » Or, à ce moment-là, les paroles n’ont pas voulu sortir de sa bouche, au grand amusement de ses élèves. Sans doute parce que cette chanson parlait du Petit Poucet. Le lendemain, dans le journal municipal, on trouvait un article dont le titre était : «Incident au collège Alfred de Vigny à Courbevoie. Un professeur et ses élèves dans l’incompréhension totale après la disparition du Petit Poucet en plein milieu d’une chanson. La chorale est annulée !» La couverture du journal était illustrée d’une gravure de Gustave Doré où le Petit Poucet était comme gommé.
2A2.  À Montmartre, il y a une place qui s’appelle la place du Tertre avec plein de peintres. Les gens viennent pour se faire dessiner leur portrait. Quand un jeune peintre annonce aux autres la disparition des héros sur les œuvres, tous les peintres essaient de les redessiner, pensant gagner de l’argent. Mais en vain car les peintures disparaissent aussitôt. Les peintres décident de montrer leurs peintures mystérieusement disparues aux policiers qui croient que l’on se moque d’eux en voyant les toiles blanches.
2B. Et puis les langues se délièrent rapidement, de témoins pour le moins surprenants : ainsi du perroquet d’une vieille dame qui habitait au 5ème étage en face de la Bibliothèque Nationale :
« Je volais quand soudain j’ai vu un tout petit garçon, pas plus grand que l’envergure de mes deux ailes déployées. Il portait un minuscule chapeau et des bottes marron, une veste claire et un pantalon bleu. Je me suis rapproché d’un battement d’ailes, il m’a regardé d’un air bizarre. Et je suis allé me percher sur un arbre un peu plus loin. Là, il y avait une petite fille tout habillée de rouge, avec les cheveux roux et des tresses qui volaient au vent. Elle me rappelait un conte que ma maîtresse avait lu à sa petite fille, le Petit Chaperon rouge. Je me suis dit que si cette fille était bien le Petit Chaperon rouge, l’autre garçon pouvait bien venir lui aussi d’un conte, alors j’ai volé jusqu’à lui. Et en effet, sa taille m’a rappelé cette histoire de pouça, de pouci, de pouçou, de poucet ! Oui, le Petit Poucet ! Avec ses parents qui les abandonnent lui et ses frères dans la forêt ! »
Un pigeon grincheux donna lui aussi de la voix pour se faire entendre des journalistes :

« Bah, il avait une drôle de tête, je vous assure ! Et puis ses habits, n'en parlons pas. Il avait des chaussures de clown, on voyait son nombril et il marchait sur son pantalon! Il avait des cheveux blonds tout bouclés. Il regardait partout et ne cessait de tourner la tête dans tous les sens. À un moment, il est même tombé de la barrière et s'est retrouvé dans les hautes herbes. »

2C. Cet événement fit la une des journaux nationaux et prit même une dimension internationale sur Internet car des événements similaires furent constatés aux quatre coins du monde. Le soir même des disparitions, le Ministre de la Culture annonçait au journal de 20h00, la disparition de sept personnages : Le Petit Chaperon rouge, le Petit Poucet, la Belle au Bois dormant, Thésée, Pygmalion, Narcisse et Orphée. « C’est un défi pour la France et pour le monde, lançait-il très solennellement. Il en va de la survie de notre culture. Nous allons résoudre ce mystère et retrouver nos héros disparus. »

CHAPITRE 3

L’INCARNATION
Dans ce chapitre, il s’agit d’évoquer les premières minutes qui suivent l’incarnation des personnages et leur sortie des œuvres. Leur libération est un immense soulagement. On évoquera d’abord leurs premières sensations physiques liées à ces métamorphoses. Ils ne vont pas se priver de manifester leur joie à haute voix, formulant tout haut les raisons pour lesquelles ils veulent prendre part au monde moderne. La Belle au Bois dormant les a libérées [on ne sait pas encore que c’est elle] et ils comptent bien en profiter pour régler quelques problèmes liées à leur situation. Des monologues à la 1ere personne qui ont pour destinataires eux-mêmes ou bien leurs voisins de musée, c’est-à-dire d’autres personnages toujours prisonniers de leur toile dans la même salle de musée. On passera subtilement de l’un à l’autre des personnages par des formules comme : « au même moment, à deux cents kilomètres de là », « alors que X… , Y lui aussi…. », etc. Ne pas oublier de prendre en compte leur lieu d’exposition.
3A. Pour le Petit Chaperon rouge, partir de ceci :

Elle en a assez d'aller chez sa mère-grand, de porter cette cape rouge ridicule. Elle veut rencontrer des enfants de son âge.

La raison essentielle est la suivante, mais il ne faut pas mentionner la Belle au Bois dormant :

La Belle au Bois dormant lui a dit qu’elle était trop naïve, qu’elle était une petite fille insouciante qui ne pensait qu’à s’amuser. Il ne faut pas faire confiance aveuglément aux inconnus, sans quoi l’on pourrait tomber dans la gueule du loup. Elle veut grandir, gagner en maturité pour éviter les dangers et surtout changer ainsi le cours du conte si elle doit y revenir, et échapper au dénouement tragique inventé par ce cruel Perrault.
3B. Pour Thésée, partir de ceci :
Thésée, dans le jardin des Tuileries, en a assez de subir des actes d’incivilités (combien de chewing-gums lui a-t-on collés sur les pieds). Plus grave, il en a assez d’entendre les visiteurs dire : « Tu vois, mon petit, lui, c’est Thésée ! C’est lui qui a abandonné Ariane ! ». Thésée déteste cette rumeur car il sait ce qui s’est vraiment passé ! Les écrivains ont beau être des intellectuels, ils ont déformé son histoire.

Ariane ne voulait plus de lui, et comme il n’avait pas voulu se séparer d’elle, car il l’aimait intensément, il l’avait forcée à rester près de lui. Alors Ariane s’était jetée à l’eau. Poséidon, qui désirait Ariane depuis toujours, voulut punir Thésée, car il croyait que Thésée avait fait exprès de la précipiter dans la mer.. Poséidon déchaîna les vagues. Sur les huit bateaux en mer, il ne resta que celui de Thésée. Rentré chez lui et voyant que son père s’était suicidé en sautant d’une falaise, il en eut assez et se demanda quel autre malheur lui réservait la vie. Il décida de partir dans un pays voisin et quand il arriva devant le roi, il fut pris d’un coup de foudre pour l’épouse du roi. Son coup de foudre fut si grand qu’il tua le roi de son épée et emmena sa femme avec lui. Quand elle mourut, Thésée, trouvant la vie trop cruelle, se tua comme son père l’avait fait auparavant.

En sortant de son œuvre, Thésée n’a qu’une volonté en tête, punir les spécialistes de mythologie qui ont lancé cette fausse rumeur au sujet de lui et d’Ariane, qui lui fait une si mauvaise réputation. : les pendre sur un temple de l’Acropole ! Il se promet aussi qu’il ne reviendra jamais dans sa statue, même s’il doit le regretter.
Lorsqu’il retrouve ses fonctions vitales, il songe si fortement à sa colère, qu’il n’est pas assez fort pour retenir sa rage. Il ressent alors un sentiment de liberté. Ses doigts se mettent à bouger, puis ses bras qu’il étire. Ses paupières commencent à cligner, il peut bouger ses jambes, puis ses pieds. Ses premiers pas sont difficiles et il a mal aux jambes.


3C. Pour Narcisse, partir de ceci :

Il se pose de nombreuses questions sur ce monde qu’il ne connaît que par les visiteurs du musée qu’il voit défiler dans l’aile de la galerie. Y aurait-il quelqu’un à la hauteur de sa beauté dans cet autre monde ? Quelle place occupe t-il dans la mémoire des gens ? Il lui semble que peu de personnes s’intéressent à lui, regardent son tableau, il sent une forme de mépris quand on l’évoque. Le mot narcissisme est un mot péjoratif et il ne le supporte pas. Il souhaite que sa beauté soit reconnue de tous car il comprend d’après les commentaires des visiteurs que la beauté est primordiale dans le monde actuel. Il veut également retrouver son amour perdu, ce reflet qui a disparu.
3D. Pour le Petit Poucet, partir de ceci :

Il n'en peut plus de semer des cailloux depuis qu’en 1867, Gustave Doré l’a dessiné dans cette attitude de semeur. Il a le bras totalement ankylosé et souhaite retrouver ses parents. Il en a assez de gaspiller tout ce pain. Il a fait le calcul : avec tout le pain jeté depuis sa première parution dans un livre, s'il additionnait tout ces bouts de pain, il n'y aurait plus de famine dans le monde.

Qui plus est, on s’est permis de réécrire son histoire, de la moderniser, de l’adapter, sans lui demander son avis.

Là, ça va trop loin ! Personne ne peut me remplacer ! Combien d’auteurs et d’éditeurs se sont fait de l'argent sur mon dos en utilisant mon image et mon histoire ! C’est intolérable ! Je ne le permettrai pas ! Quelle honte de réécrire un conte aussi parfait que le mien ! »

De plus, il voyait et entendait les réactions des personnes qui lisaient son conte et à la fin de leur lecture, les lecteurs  priaient souvent pour que le Petit Poucet vienne les aider pour avoir une vie meilleure. La moralité du conte mettait en valeur la générosité du Petit Poucet qui avait aidé toute sa famille malgré sa petite taille. Alors il aimerait leur venir en aide.
Ses premières sensations :
Ce sont d’abord les sensations qu’il éprouve dans la bibliothèque, en sortant de son livre. Décrivez-les. [Il regarda une dernière fois son livre qui était rangé dans une étagère de la bibliothèque et dit « Adieu, mon livre ! » Pour le faire passer de la salle de lecture à la rue, rédigez un bref récit au cours duquel le Petit Poucet va entrer dans la poche d’un lecteur et sortir ainsi de la bibliothèque. Pour les sensations qu’il éprouve lorsqu’il se retrouve dans la rue, appuyez-vous sur ceci :
« Où suis-je ? Quel est ce bruit ? Quelle est cette forêt de métal inondée de gens ? Quels sont ces monstres qui roulent et qui crachent une fumée sombre et épaisse ? Quelles sont ces choses métalliques et bruyantes qu'ils collent à leurs oreilles et ces petits bâtons fumants nauséabonds qu'ils portent à leur bouche ? Quels sont ces gens habillés en deuil qui ont une longue bande de satin nouée bizarrement autour du cou ? Quelle est cette matière noire qui recouvre le chemin ? Comme c’est triste ! Quelle est cette voie de métal sur laquelle circule ces immenses serpents d’acier ? »
  1   2   3   4

similaire:

Synopsis iconSynopsis court

Synopsis iconSynopsis de l’Appel d’Offres

Synopsis iconSynopsis Table des matières

Synopsis icon1. Synopsis: Nouvelle opportunité pour le territoire?

Synopsis iconSynopsis Mélodrame en 3 actes de Vincenzo Bellini (1801-1835)

Synopsis iconSynopsis Burletta per musica en 2 actes de Joseph Haydn (1732-1809)

Synopsis iconSynopsis Opéra-bouffe en 2 actes de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Synopsis iconSynopsis installation «Défilé(e)»
«Lili Bel et Sylvina Bravo ne s’enfargent pas dans les fleurs du tapis», Paris 10e

Synopsis iconSynopsis reproduction du tableau
«Organisation de l’enseignement de l’histoire des arts» ( cette liste peut être complétée si les professeurs le souhaitent )

Synopsis iconSynopsis Organisation des cours d’audit informatique
«Progrès» bouleverse le rapport au temps : le présent est dorénavant occupé à construire l’avenir








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com