Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur»








télécharger 1.54 Mb.
titreThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur»
page17/32
date de publication24.10.2016
taille1.54 Mb.
typeThèse
ar.21-bal.com > loi > Thèse
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   ...   32

Les Echecs et le Go 48 comme l’Analogie et le Numérique

Le texte de Gille DELEUZE 49 décrit bien la différence existant entre le processus de l’analogie et du numérique, ainsi que entre occident et asie.
[PLAGIÉ, Gilles DELEUZE. Mille plateaux]

[ http://www.grand-menhir.org/index.php/Je_me_souviens_plus ]

Il faudrait prendre un exemple limité, comparer la machine de guerre l’appareil d’Etat suivant la théorie des jeux. Qu’il s’agisse des Echecs ou Go, et, du point de vue des pièces, des rapports entre celle-ci et l’espace concerné.

page 436

Les échecs sont un jeu d’Etat, ou de cour, l’empereur de Chine y jour. Les pièces d’échecs sont codées, elles ont une nature intérieure ou des propriétés intrinsèques, d’où découlent leurs mouvements, leurs situations, leurs affrontements. Elles sont qualifiées : le cavalier reste un cavalier, le fantassin, le voltigeur un voltigeur. Chacune est comme un sujet d’énoncé, doué d’un pouvoir relatif : et ces pouvoirs relatifs se combinent dans un
____________________________

48 Go : Echecs chinois, né il y a plus d 4.000 ans, le go est un jeu subtil de stratégie et de tactique ; Il est découvert aujourd’hui par les informations.
49 Gille Deleuze, Mille plateaux,
PAGE 177

sujet d’énonciation, le joueur d’échecs lui-même ou la forme d’intériorité du jeu.

pages 436

Les pions du Go au contraire sont des grains, des pastilles, de simples unités arithmétiques, et n’ont d’autre fonction qu’anonyme, collective ou de troisième personne : « il » avance : ce peut être un homme, une femme, une puce, un éléphant. Les pions de go sont les éléments d’un agencement machinique non subjectivité, sans propriétés intrinsèques, mais seulement de situation.

Aussi les rapports sont-ils très différents dans les deux cas ; Dans leur milieu d’intériorité, les pièces d’échecs entretiennent des rapports biunivoques les unes avec les autre, et avec celles de l’adversaire. Leurs fonctions sont structurales. Tandis qu’un pion de go n’a qu’un milieu d’extériorité, ou des rapports extrinsèques avec des nébuleuses, des constellations, d’après lesquels, il remplir des fonctions d’insertion ou de situation, comme border, encercler, faire éclater. A lui tout seul, un pion de go peut annihiler synchroniquement tout une constellation, tandis qu’une pièce d’échecs ne le peut pas.

page 437

Enfin, il ne s’agit pas du même espace : dans le cas des échecs, il s’agit de distribuer un espace fermé, donc d’aller d’un point à un autre, d’occuper un maximum de places avec un minimum de pièces. Dans le go, il s’agit de se distribuer dans un espace ouvert, de tenir l’espace, de garder la possibilité de surgir en n’importe quel point : le mouvement ne va plus d’un point à un autre, mais devient perpétuel, sans but ni destination, sans départ ni arrivée. Espace lisse du go, contre espace strié des échecs. Nomos du go contre état des échecs, nomos contre plis. Cela vient du fait que les échecs codent et décodent l’espace, tandis que le go procède tout autrement,le territorialise et le déterritorialise (faire du dehors un territoire dans l’espace, consolider ce territoire par construction d’un second territoire adjacent, déterritorialiser l’ennemi par éclatement interne de son territoire, se déterritorialiser soi-même en renonçant…)
PAGE 178

Rubicks4s Cube
« Le combinatoire cubique ( Rubicks’ Cube) permet de passer d’un état désordonnée à un état ordonnée dans une approche globale. En effet, la stratégie de résolution passe par une appréciation générale non linéaire. Il est impossible de reformer l’état d’origine du cube face en considérant chaque face complète comme un acquis définitif sur l’objectif. Pour résoudre une deuxième face, il faudra nécessairement détruire l’ordre de la première. Ainsi, l’apparition de l’organisation finale passe par des phases de désorganisation. L’ordre ne se construit ici pas de façon linéaire mais globalement avec, localement, des gains ou pertes d’organisation.

L’organisation est un processus qui n’est pas le résultat d’une somme séquentielle d’organisations locales indépendantes. Un système morpho fonctionnel émergera sous l’influence d’un principe organisateur qui influencera l’ensemble des éléments vers un comportement d’ensemble de ces éléments, sans traitement particulier de zones ou du moins sans préjuger de la valeur d’un moment d’ordre.

Il semblerait qu’une diversité est générée par la juxtaposition, et que la sécurité d’une corrélation forte et linéaire entre les éléments juxtaposés unidimensionnalité l’ensemble. Une sorte de vicariance sémantique nous permet de reconstituer les éléments fortement corrélés. (C’est la complétion au niveau du lange, théorie de la communication).C’est probablement la condition d’apparition d’une science du vrai, mais d’une seule. D’un autre coté la conscience de la diversité des représentations s’appauvrirait.

Ainsi, l’interaction ne s’envisagerait pas comme une grammaire de corrélations, mais comme moteur d’une juxtaposition nouvelle, en tout…. »50

---------------------------------------

50 Stéphane RIDEAU,

Virtuel et visuel

[PLAGIÉ, Hervé FISCHER ???? ] (source 2010 ?)

Aujourd’hui, il existe deux modes technologiques de production et de diffusion culturelles ; matérielle et immatérielle, analogique et numérique, sur support local ou en réseaux. Et plusieurs ont cru pouvoir réduire la diffusion et la conservation des objets du premier mode (qui devrait devenir archaïque) aux technologies du deuxième mode, qui promet l’éternité et une accessibilité universelles dans l’espace comme il en est du monde virtuel.

_______________________
Le monde virtuel est devenu un lieu commun de notre environ »nement réel.

Les êtres numériques qui y circulent possèdent une identité intermédiaire entre le talent et le manifeste.

En effet le réel et le virtuel, le visible et l’invisible, sont intimement liés pour façonner le monde. Pour comprendre l’interpénétration de ces modes d’être, on peut faire appel à la pensée chinoise de faon à percevoir que le réel est organisé en un processus dynamique qui fait alterner le manifeste et le latent effaçant l’opposition entre l’être et le non-être.

Au mi-lieu il y a toujours eu les diverses formes des scénographies sacrées, étoffées aujourd’hui de la simulation hyperréaliste.

Le rêve du papillon de Tchouang-Tseu* (Zhuangzi)

Un jour j’ai rêvé que j’étais un papillon

A présent, j’ai un doute. Je ne sais plus :

Si je suis Moi qui rêve qu’il était un papillon

Ou bien si je suis un papillon qui rêve que je suis Moi.
Tchouang-Tseu rêva qu’il était papillon, voletant, heureux de son sort, ne sachant pas qu’il était Tchouang-Tseu. Il se réveilla soudain et s’aperçut qu’il …

_____________________

LE REVE DU PAPILLON »TCHOUANG-TSEU, traduction de Jean-Jacques Lafitte, 1994

PAGE 180

Etait Tchouang-Tseu. Il ne savait plus s’il était Tchouang-Tseu qui venait de rêver qu’il était papillon ou s’il était un papillon qui rêvait qu’il était Tchouang-Tseu. La différence entre Tchouang Tseu et un papillon correspond à la transformation de l’être.

Cet aphorisme est fréquemment cité pour exprimer la relativité de toute chose, l’aléatoire de la réalité attachée à un moment, l’expérience intérieur de Tchouang-Tseu est une prise de conscience intuitive et immédiate.

Le paragraphe de Tchouang-Tseu pose la question de la frontière entre le rêve et la réalité, entre le virtuel et l’actuel.
[PLAGIÉ, DUC LÊ QUANG]

Pour le sage chinois, écrit Anne Cheng, le monde est à prendre tel qu’il est, car il impossible de savoir si l’on est dans le rêve ou dans la réalité, de même qu’il est impossible de savoir si l‘acte de connaître est connaissance ou ignorance.
Le concept central de la philosophie de Tchouang-Tseu est le Tao ( ) * que l’on peut définir comme le cours de choses naturel et spontané.

La recherche d’une position cosmique s’incarne dans le fait qu’il ne s’agit pas de nier l’existence du réel mais d’adopter vis-à-vis de celui-ci une posture particulière qui consiste à essayer de s’en détacher plutôt que de chercher à l’influencer.

Le croisement de deux mondes : Ici et là-bas ;
[PLAGIÉ, DUC LÊ QUANG]

L’expérience, virtuelle par nature, peut être répétée à l’infini. Dans ce sens elle est toujours traumatique, car étant capable de démultiplier sans fin la représentation du soi, elle affadit la conscience de l’être.
Le virtuel offre un surcroît d’intelligibilité sur le monde en donnant accès à des modèles interprétatifs inédits du réel, jusque-là inaccessible de par sa nature (manipuler des atomes dans l’infiniment petit ou visiter des espaces non-euclidiens).La virtualisation crée des liens neufs entre ce qui a été analysé et disséqué. Elle questionne le modèle physique du réel au nom de la représentation.

_____
PAGE 181-182

-Si l’on est sûr que Tchouang-Tseu a réellement existé, on ne sait cependant que très peu de choses sur la personne de ce philosophe taoïste chinois qui vécut à l’époque des Royaumes Combattants (IVe siècle avec .J.-C.).Les « Annales Historiques » de Sima Qian rapportent qu’il appartenait à la culture méridionale de Chu, qui s’épanouissait dans le bassin moyen du fleuve Bleu. Il occupa des charges administratives et refusa le poste de premier ministre que lui offrait le Seigneur Chu.

- La pensée de Tchouang-tseu nous est parvenue grâce à un texte écrit dans une prose d’une grande qualité littérale composé de 33 chapitres dont seuls les 7 premiers (dits chapitres internes) sont attribués avec certitude à Techouang- Tseu lui –même.
[ http://www.asialain.be/livre/tao.htm ]

-Le Taoïsme est initialement une philosophie basée sur l’observation de la nature et des énergies vitales, où les contraintes s’engendrent et se complètent dans un mouvement infini.

Ses principes de base ont notamment influencé certaines écoles de pensée telles que le confucianisme et le bouddhisme.

-Le yin et yang et l’aphorisme du papillon sont universellement connus.
[ http://www.asialain.be/livre/tao.htm ]

-Tao (dao actuellement) est un mot chinois qui signifie voie, chemin. Il implique aussi une idée de mouvement. En fait, le Tao n’a ni début ni fin, il contient tout : le temps, les choses et leur contraire .pour un taoïste, l’univers englobe chaque être dans un courant infini qui s’écoule inexorablement en équilibrant les forces opposée : rien n’est stable ni indépendant, toutes choses sont mouvantes et interdépendantes.
Aujourd’hui, notre environnement est considéré comme un ensemble d’images, avec le virtuel, l’image est devenu un élément essentiel qui constitue un environnement de la perception humaine. L’opération de virtualisation consiste d’abord à ignorer le symbolique. Le virtuel exo territorialise toute chose pour se consacrer à une recomposition synthétique et quasi fantastique.
PAGE 183

Le virtuel n’est pas que visuel, que apparition obligé par l’écran. Le virtuel s’exprime comme l’énergie mentale, à la faculté de mettre en forme les événements ou les situations à partir de points de rupture ou de correspondance. Il s’érige comme le jeu indéfini d’annulation de forces ou de tensions au profit du signal, du contact de masse et de l’ordre mondial.
Le mot virtuel (<-t) 51 désigne ce qui est en puissance, qui reste à l’état potentialité dans un être réel, ce qui possède déjà les conditions de sa réalisation future. Le virtuel est une potentialité intelligente, admirable Ce n’est pas le néant. C’est un vide déjà plein. Aristote explique que le rôle du temps, c’est justement de faire passer à l’acte ce qui était en puissance. Le virtuel enveloppe un réseau de possibles qui n’attend que des circonstances déterminées pour se manifester en tant que rée. Dans la vision d’Aristote, le passage de l’actuel au virtuel est l’opération de la Nature, qui agit en tant qu’inte lligence créatrice promouvant ce qui est en puissance pour le mener à l’acte.

Le virtuel possède une double nature : c’est une sorte de néo-réalité venant s’immiscer dans le réel, c’est aussi l’outil de l’intelligibilité du réel.
[PLAGIÉ, Philippe QUÉAU. Le virtuel, vertus et vertiges]

http://queau.eu/?cat=17

Le virtuel est le lieu de déploiement d’une nouvelle manière d’être au monde, de penser le monde et d’agir sur lui.
Le virtuel se caractérise par une « labilité » des niveaux de représentation et des niveaux d’hybridation avec le monde réel. Ceci entraîne une confusion, et aussi une aliénation concernant les articulations entre la réalité et ses diverses représentations virtuelles.

Le réel possède une certaine virtualité. C’est ce qu’Aristote appelait la puissance. il y a du réel dans le virtuel et du virtuel dans le réel.
Le virtuel possède une certaine réalité mi-lieu ».C’est une réalité à la fois nulle part en réalité, et pourtant quelque part virtuellement. Le virtuel est un
________________________________

51 Fernando Pessoa, « LE VIRTUEL : UN ETAT DU REEL »
PAGE 184

lieu fait de non-lieux, non pas parce qu’ils n’auraient pas d’existence mais parce que cette existence ne s’inscrit pas dans l’espace classique perdant dans le contexte virtuel une partie de leur pertinence, de leur capacité à rendre la vérité des phénomènes.

Le virtuel n’a pas de position, il est trans-position. L’espace virtuel est, à la différence de l’espace réel, capable de s’hybrider à l’espace réel. L’espace virtuel est une situation, l’occasion d’une présence.

Parce que la simulation est un état et une instance intermédiaire entre conception et les représentations morales.

Virtuel dans l’architecture

Lorsque l’on parle de production assistée par ordinateur, de la simple image au monde en réseau, le terme « virtuel » vient aussitôt à l’esprit l’accusation de matérialisation va ordinairement de paie avec une opposition explicite entre réalité virtuelle et réalité pour de bon.
[SOURCE PLAGIAT : [(r)évolution numérique] http://membres.multimania.fr/migi/Rea/Memplom/revol.html#Anchor-23449]

Aujourd’hui, on assiste au développement d’une architecture virtuelle, libérée des contraintes matérielles et propre à accueillir des activités dématérialisées.

L’enjeu majeur pour les architectes est de ne pas se laisser déposséder de la conception de ces nouveaux espaces qui, s’ils n’obéissent pas à des contraintes physiques, exigent la maîtrise de la hiérarchisation, de l’adaptation entre le lieu et sa fonction, de l’expression des relations sociales, des recherches formelles, qui sont toutes du domaine de l’architecture.
Le virtuel n’est pas un mot nouveau dans l’histoire de l’architecture. En effet, un projet d’architecture est, d’abord et avant tout, représentation d’un objet virtuel. Il se révèle d’autant plus virtuel qu’il anticipe, non pas une …. (!!!)
PAGE 185

Le virtuel n’est pas une chose actualisée mais il possède les attributs pour le devenir. Il est potentiel, parce qu’on a amélioré le virtuel en architecture : du projet sur papier à la maquette.
[PLAGIÉ, Jean BRANGÉ. …Architectures virtuelles, numériques, liquides, etc. ]

On peut imaginer que l’ensemble des données élaborées pendant un projet, les données graphiques, l’organisation du projet d’architecture, (elle-même déjà préfigurant), préfigure l’architecture. Cette architecture cessera d’être virtuelle quand le projet sera construit, et que la réalité construite reflétera le projet. Le virtuel concerne la définition du projet d’architecture. Il met le projet en situation de devenir. Plus généralement, tout projet d’architecture est une actualisation sur l’espace existant qui nécessite un relevé topographique. Par ailleurs, l’activité du projet architectural suppose une manipulation de l’espace ou des modèles consignés dans l’espace de la représentation. La représentation architecturale a donc une fonction d’enregistrement du réel, même si cela ne suffit pas à la différencier du virtuel. Pour P. Boudon, c’est la fonction de médiatiser un travail de projet aboutissant à une simulation réalisable qui fonde la spécifié de la représentation architecturale. Dans « l’échelle du schéme », il distingue dans le dessin, l’effet de réel, et l’effectuer de réel.

« …La fonction de vraisemblance, ou l’effet de réel, ne suffit pas à rende compte de ce qui se joue spécifiquement dans le cas de l’architecture en ce que celle-ci doit être réalisée .Le « réalisme » du dessin d’architecture est donc à la fois teinté de «  réalisation » entendue comme prise de conscience de l’esprit devant un dessin qui fonctionne ainsi comme renvoi à une représentation et une »réalisation » entendue comme actualisation concrète, réalisation à laquelle se doit également de renvoyer le dessin en ce qu’il constitue une médiation par rapport à l’édification d’un bâtiment »*.

Le concept de virtualité a mis beaucoup de temps à exister. C’est déjà une idée cohérente et utile dans les écrits de Platon où les idées et le simulacre existent dans un état de virtualité. Au lieu de trop attentivement identifier l’invention des nouvelles technologies – en tant qu’obsession courante – nous devons nous rendre compte de la condition nécessaire de la culture en…

____________________________

* P.BOUDON,  « l’échelle du schème »
PAGE 186

elle –même, qui se rapporte au concept de virtualité. Un texte que nous avons lu peut correspondre à l’espace réel, mais à une ampleur qui nous est compréhensible, il correspond aussi au concept de virtualité. Nous avons du attendre l’écran des ordinateurs ou le projecteur de films pour entrer dans l’espace virtuel.

La figuration est donc inséparable d’une situation de conception dans laquelle l’architecte se représente l’objet tel qu’il l’actualise de son virtuel.

Dans ce point de vue, on peut considérer que toute figure de projet est à la fois matérialisation d’une pensée et actualisation d’une virtualité. Donc, grâce a la figuration, non seulement l’architecte relève et manipule, mais il produit l’espace architectural. Comment sont alors mises à profit les propriétés perceptives de l’espace graphiques ? Aujourd’hui, le numérique est un concept essentiel du virtuel.
[PLAGIÉ, Jean BRANGÉ. …Architectures virtuelles, numériques, liquides, etc. ]

Mais depuis longtemps l’architecture utilise des méthodes numériques relevant des mathématiques ou de l’algorithmique. L’architecture n’a pas attendu l’ordinateur pour devenir numérique et l’histoire de l’architecture est jalonnée d’œuvres dont la conception mathématique ou géométrique préside la définition de la forme et de l’espace, ( Pyramides d’Egypte). Les proportions numériques faisaient référence à l’immuable ordre perçu du monde ordinaire. Leur présence dans l’architecture démontrait la vérité naturelle des constructions culturelles. Il n’est gère surprenant de constater que la présence des proportions numérique en architecture s’est reflétée dans les traités théoriques.

L’architecture traditionnelle représentait, pour l’ensemble de la société, l’ordre du cosmos.
[PLAGIÉ, Jean BRANGÉ. …Architectures virtuelles, numériques, liquides, etc. ]

En outre, ce n’est pas le recours à l’ordinateur, pendant la phase de conception ou de dessin, qui permet aux machines et aux outils numériques de concourir à l’élaboration du projet. En général, une planche à dessin électronique ne fait que remplacer le dessinateur et ne sert que très rarement d’outil de conception. Un projet réellement assisté se substitue à l’architecte dans le processus créatif en réalisant automatiquement, à sa place, des taches pour lesquelles ils auront été programmés : analyses de données, simulations d’événements ( naturel, artificiels ou imaginaires),
PAGE 187

[PLAGIÉ, Jean BRANGÉ. …Architectures virtuelles, numériques, liquides, etc. ]

études formelles, etc. Actuellement, les projets numériques font appel à deux approches distinctes etc. complémentaires.

Il s’agit d’une part, de l’étude de formes géométriques, mathématiques, différentes des formes que nous a transmises la géométrie euclidienne.
La manipulation des hyper cubes, rubans de mobius, bouteilles de Klein, forme de mandala et autres curiosités géométriques ou topologiques à trois ou quatre dimensions était jusqu’à présent réservé aux scientifiques, du fait la difficulté de représentation par les méthodes traditionnelles. Les outils informatiques mettent désormais à la disposition de tous les créateurs des concepts formels complexes. Les méthodes numériques sont intégrées, depuis longtemps, dans différentes industries, notamment à travers des robots à commandes numériques. L’adaptation aux éléments architecturaux pose le problème de la possibilité de leur industrialisation.

D’autre part, le travail transversal dans des champs disciplinaires autres que l’architecture traditionnelle et son système de proportion, grâce à la capacité de l’ordinateur à dissocier l’information de son support et à traiter, de manière homogène, des données ou des informations de type et de nature, a priori, très disparates .Les expérimentations les plus avancées dans ce sens travaillent les formes en utilisant les effets de la physique sur la dynamique des champs de force. Elles témoignent de l’évolution du concept d’espace-temps, élaborée au débit du siècle, dont la manipulation n’est plus réservée aux seuls physiciens et mathématiciens. L’espace-temps est souvent caractérisé comme possédant quatre dimensions : trois d’entre elles sont de l’ordre de l’espace, calquée sur les dimensions des nombres réels, la quatrième, de l’ordre du temps, est mieux représentée par les nombres complexes.

Une approche simplifiée de ce mode opératoire repose sur l’étude de fonctions paramétriques dans un espace vectoriel. En choisissant avec soin les données sur lesquelles vont porter les analyses et en y appliquant des algorithmes innovants, on obtient des représentations animés en quatre dimensions, qui peuvent être ramenées dans notre espace euclidien tridimensionnel pour se plastifier en formes tridimensionnelles texturées. Les…
PAGE 188

travaux de l’architecte Américain Marcos Novak illustrent parfaitement cette approche. Un autre aspect de cette dernière approche consiste à détourner des logiciels à des fins de création formelle. De nombre travaux actuels se rapportent à la filière utopique ou dystopique qui a émergé à la fin des années cinquante, prétendant elle aussi s’adapter aux changements technologiques, à la société de l’information et à l’informatique naissante. Plus encore, ce retour de l’utopie – mais de quelle utopie s’agit-il, sinon celle d’un architecte capable d’agit sur le réel – aura du surmonter l’oubli ou l’omission. C’est indirectement que ces messages auront été, en partie transmis à la génération actuelle, par des groupes tels que Coop Himmelblau ou OMA. Partisan de l’import-export, Bernat Tschmi a intégré la littérature, la philosophie, le cinéma comme des composants indissociables de la discipline architecturale.

Suite à de nombreuses années de recherche théorique entre l’Association Architecturale à Londres et l’école d’architecture de Princeton, BVernar Tschumi, devenu le directeur du département architecture de l’Université Columbia à New York, y a naturellement développé le premier Atelier sans papier (paperless Studio).
[PLAGIÉ, Bernard TSCHUMI]

[ http://www.dub40.be/simnia/ntca/memoire/projet/tschumi/tschumi.htm ]

Concevant l’architecture comme un système de montage d’effets dissociés et séquentiels, Bernard Tschumu conçoit l’espace virtuel comme le prolongement logique de notre univers, et la confusion inévitable entres les deux mondes.
[PLAGIÉ, Jean BRANGÉ. …Architectures virtuelles, numériques, liquides, etc. ]

Qu’est ce que l’idée de virtualité offre à l’architecture. Le virtuel n’est pas seulement une architecture imaginaire ou de l’imaginaire dans l’architecture. C’est une architecture dynamique, (l’espace et le temps, le continuum de cette dynamique implique une technologie approprie : les TIC), au sens où elle est pas figée. Le virtuel est défini comme devenir possible, grâce à une certaine souplesse formelle. Si l’on définit la forme en opposition avec la structure, en définissant la structure comme une forme capable de générer d’autres formes, ce dynamisme est prolongé par son inscription diversifiée dans l’espace : La couleur des saisons et l’éclairage nous la font redécouvrir.

La persistance d’un virtuel dans l’architecture peut être assurée par une forme forte ou par une forme souple, en réaction avec son environnement.
PAGE 189-190

En utilisant la technologie numérique pour situer l’interface entre réel et virtuel, la notion de l’espace et du temps a aussi été influencée par l’arrivée de l’électronique. Loin d’être une question simplement technologique, la numérisation a introduit une différence dans la réorganisation culturelle. Au sujet de cette question, les architectes enquêtent sur plusieurs environnements architecturaux multimédias. Plusieurs de ces thèmes concernent le rapport entre une architecture virtuelle et ses manifestations physiques actuelles. La Technologie numérique de l’information est explorée à partir de sa relation à l’hyper surface architecturale et des calculs servant à contrôler d’espace. Le codage génétique devient un moyen de forme architecturale en voie de développement

Comme dit Bachelard, « où s’opère un échange .L’indiscernabilité du réel et de l’imaginaire, ou du présent et du passé, de l’actuel et du virtuel, ne se produit donc nullement dans la tête ou dans l’esprit, mais est le caractère objectif de certaines images existantes, doubles par nature. » L’espace hybride entre le virtuel et l’actuel est prédominant dans la création des nouvelles formulations architecturales. Dans ce nouvel environnement, il y a un accès privilégié à l’espace hybride à l’aide d’outils spécifiques. Cela induit es conséquences influant la pratique des architectes. Ainsi à long terme, il s’agit de constituer de véritables espaces virtuels qui pourront être mis en œuvre sous forme d’ateliers en ligne, d’équipes de télétravail, de nouvelles organisation, etc…

Les « espaces hybrides » privilégient d’abord la vue, puis l’ouie, au détriment des autres sens. A l’architecture de proposer une expérience sensorielle complète, usant de lumières et de sons, pour combler l’habitant ou le visiteur de sensations physiques et lui faire prendre conscience du plaisir ressenti à mouvoir son corps dans l’espace, à rencontrer l’autre.

Comme auparavant le théâtre, l’opéra…. Et les cérémonies religieuses.
[PLAGIÉ, Frédéric NANTOIS,  TransArchitecture 02]

[ http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/arts/copiesitefrac/pagnantois.htm ]

L’architecture n’est plus tant la conception d’un espace physique localisé que…
PAGE 191

l’initialisation de protocoles d’échange appropriables, par lesquels peut s’exprimer le niveau d’intérêt commun. L’enjeu pour l’architecture se situe peut être au-delà même de la notion d’espace qui ne vaut que comme métaphore.
PAGE 191-192
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   ...   32

similaire:

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse soutenue par Emmanuel-Théodose de La Tour d'Auvergne, Duc d'Albret,...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconNé à Paris, le 22 novembre 1869, IL était issu, par son père d’une...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2008
«un jugement éclairé» doit demeurer l’une des qualités premières du futur professeur, au-delà de sa capacité (appréciée par les autres...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconPrologue La ville d’Avignon
«Voilà le sang des Albigeois; voilà le sang des Cévennois; voilà le sang des républicains; voilà le sang des royalistes; voilà le...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconJuillet 2011 Communiqué de presse
«Droit de l’économie sociale et solidaire» proposé par l’Université d’Aix-Marseille

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2009
«un jugement éclairé» et qui doit demeurer l’une des qualités premières du futur professeur, au-delà de sa capacité (appréciée par...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse de la Faculté des Lettres de l'Université de Paris. Éditions...
«Le goût chinois» à Trianon. — III. Les étoffes, les broderies et les fleurs de Chine. — IV. Les laques. — V. Les porcelaines

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconLe site portail du professeur de fle
«rues commerçantes». La recherche peut se faire par adresse, par thème et par recherche cartographique

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconQoros Auto Co. Ltd. 观致汽车有限公司
«Remarquable» par le jury du Red Dot, qui a particulièrement apprécié l’originalité et la réalisation originale de certains détails....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com