Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur»








télécharger 1.54 Mb.
titreThèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur»
page31/32
date de publication24.10.2016
taille1.54 Mb.
typeThèse
ar.21-bal.com > loi > Thèse
1   ...   24   25   26   27   28   29   30   31   32

Hyperville 139

Les nouvelles technologies apportent leur lot de progrès technique. Elles modifient si profondément certains aspects de notre environnent et en remettent d’autres en question.
PAGES 373 à 376 [PLAGIÉ, ????. (r)évolution numérique]

http://membres.multimania.fr/migi/Rea/Memplom/revol.html#Anchor-23449

Les nouvelles technologies dématérialisent de plus en plus d’activités humaines Elles effectuent peut à peu une réelle déterritorialisation des fonctions de l’environnement.

Actuellement, l’évolution des comportements va vers une demande de toujours plus de facilité, de rapidité dans tous les domaines.

L’interconnexion des réseaux ouvre la voie à d’autres services qui nécessitaient jusque-là un déplacement de l’usager.

L’effet délocalisant des nouvelles technologies, intelligemment mises en ouvre, peut contribuer à amorcer un rééquilibrage du territoire. Il est possible de favoriser une implantation différente d’activités tertiaires ou de services, qui, avec la progression des réseaux, peuvent désormais avoir lieu n’importe où.
Les contacts nécessaires à toute activité sont loin de se limiter à des simples échanger numériques. Les réseaux de télécommunications ne se substitueront pas aux infrastructures existantes, mais chacun d’eux a ouvert des possibilités d’implantations nouvelles.

Les nouvelles technologies participent ainsi à la tendance de rapprochement de points distants, de la même manière que les avions ou les trains rapprochent les grandes villes entres elles. La différence se trouve simplement dans le rapprochement de tous les points du réseau au lieu de celui des seuls centres.

Pour bien comprendre tous les espoirs d’égalité et d’équilibrage du territoire dus aux nouvelles technologies, il est nécessaire de remonter au siècle …
_________________________________

139 Jean-Philippe Poirée Ville, Architecture intérieure Cree 319 Avril – Mai 2005 p 54PAGE 374-375

dernier : « C’est vers 1869 que la communication devint agent de civilisation.

Son universalité était celle de l’empire victorien en Grande-Bretagne. A partir des réseaux de chemin de fer, du télégraphe électrique et du câble sous-marin, ainsi que de la nouvelle voie interocéanique de Suez et de la navigation à vapeur, se tissait une représentation du monde vu comme un vaste organisme dont toutes les parties seraient solidaires. Les réseaux deviennent le symbole d’un monde interdépendant ou les économies nationales ont cédé la place à une nouvelle division internationale du travail. (….) postes et télégraphes deviennent le support des discours sur la vertu d’universalisation pacifique des techniques de communication, comme il en était , dès 1839, des réseaux de chemins de fer. C’est donc dès le dix-neuvième siècle que s’établit le règne de l’idéologie rédemptrice de la communication ».140
[PLAGIÉ, ????. (r)évolution numérique]

http://membres.multimania.fr/migi/Rea/Memplom/revol.html#Anchor-23449]

Il est donc nécessaire de dépassionner les discours sur les nouvelles technologies en les remplaçant à leur juste place parmi les potentialités d’évolution de la société.
Sur l’aménagement du territoire, les nouvelles technologies portent en elles des potentialités encore une fois ambivalentes qui doivent être canalisées.

La déterritorialisation progressive de pans entiers de la société doit être considérée comme une chance d’harmonisation et d’équilibrage du territoire.

Repenser la ville en réintégrant les activités dans des ensembles de logements, organier chaque quartier comme un « mini-centre » riche d’événement, réinsuffler de la vie dans les champagnes, sont autant de pistes ou les nouvelles technologies peuvent avoir un rôle positif et déterminant.
Au niveau architectural, il est également nécessaire de prendre en compte la dématérialisation progressive des fonctions. L’affirmation de l’architecture …

____________________________

140 Armand Mattelart, les enjeux de la globalisation des réseaux in Internet, l’extase et l’effroi. P10-14. Manière de voir n°32. Paris, le monde diplomatique, 1996. 114p.

[FIGURE]
PAGE 376-377-378-379-380-381-382-383-384-385

contemporaine face à l’architecture virtuelle naissante, passe par la valorisation de ses aspects sensuels et de la rencontre physique.

L’architecture devient le symbole de la réunion physique : celle des hommes sous un même toit, du passé et de l’avenir, du local et du global.
Dépliment de l’hypercube

[FIGURE]

PAGE 386

« Dans un espace rien n’est vide, rien n’est plein, tout se traverse »
Conclusion Transcubique
Nous avons traversé ces niveaux dispersés dans les cultures du passé et qui n’ont pas déserté le vingtième siècle. Pour certain (e)s, c’est le moment d’une perception nouvelle, gratifiant celle ou celui qui a eu la patience de suivre le parcours des prédécesseurs, et d’ouvrir sa propre voie, quelques jalons plus loin…
Cette actualisation des savoirs et des savoir-faire est aussi le moment émouvant d’une « mise en présence » : elle concerne ceux qui sont re-évoqués dans la soutenance, moment de souvenance.
Un des chercheurs qui a le plus œuvré au cheminement vers les usages de l’hypercube fut Marcel Dumont 141, mathématicien voué à cette pédagogie.

Ecoutons-le à nouveau :
« Comme tous les concepts mathématiques, les hypercubes font partie de systèmes de langages ou théories, plus ou moins dépendants les uns des autres et adaptées à :


  • Véhiculer certains types d’informations,

  • Traiter ces informations (résolution de problèmes par exemple),

  • Faire apparaître de nouveaux types de problèmes… »


Nous espérons que cette thèse contribuera à faire émerger de nouvelles problématiques, débordant le champ de l’architecture et de l’urbanisme où nous avons particulièrement vocation de nous situer.

_______________________________________________

141 (Dumont 94) A propos de l’Hypercube, Marcel Dumont, E(X/S) 0 ; 1994
PAGE 387

Après le temps des analyses vient celui de la synthèse où les mots ne sont plus nécessairement opérants. Marcel Dumont avait une opinion à ce propos « Toutes choses qu’une langue naturelle ne permettrait pas, sinon très difficilement, mais dés que, par le biais de diverses représentations, modulations, concrétisations, diffusions, utilisations, etc.. Ces concepts prennent leur indépendance, alors la langue naturelle les récupère, dans son souci d’universalité.
Pour l’être humain, l’environnement est un miroir qui lui permet de s’identifier et de communiquer avec les autres. Le »je » engendre le « tue » : La perception de soi s’exprime à travers la prise en compte de l’autre, l’éthique. La construction de la réalité prend sa forme à partir des traditions, des outils et des manières de penser la culture.

C’est l’ensemble de ce processus, que le constructivisme appelle la connaissance. Avec l’expansion des T.I.C l’environnement artificiel collabore à cette découverte des uns par les autres. Le paradigme numérique lance un défi puissant à notre environnement réel, parce qu’il redéfinit la réalité en y incluant sa médiatisation, associée à une notion élargie de la simulation.

Mac Luhan 142 insiste sur le conditionnement perceptif qui en découle. Ainsi l’actualisation est une figuration ou une transfiguration du virtuel, relative à l’environnement de la conscience commune. L’actualisation du virtuel est une transformation du virtuel même.

Comme « Alice au pays des merveilles », les héros modernes se retrouvent souvent face à des mondes parallèles séparés par une interface, solde en apparence, mais que l’on peut traverser sans résistance. Ce type d’image (possiblement hyperréalistes) implique une nouvelle interprétation de l’objet, de sa matière et de sa signification avec des statuts aussi divers que la prothèse, le leurre, le simulacre (…)

A travers cette fusion, on transcende de l’interface, on cesse d’être à l’extérieur pour entrer dans la matière même de l’information. Ce rapport à la matière …

_____________________________

142 (Mac Luhan 72) Pour Comprendre les Médias, Marshall Mac Luhan, Seuil, 1972
PAGE 388

est important à plusieurs niveaux. Il marque d’abord une transformation fondamentale par rapport à la logique moderne selon laquelle la matière est réduite à sa fonction au profit de sa structure. Ce que l’on appelle virtuel revient à doter d’une densité, d’une matière, ce qui n’en a pas à l’origine, tel un modèle mathématique, abstrait.

En ce qui concerne le problème de l’Objet, il existe une transformation essentielle par rapport à la « modernité »143. L’objet a été considéré jusqu’ici comme une structure signifiante, et la surface des objets comme un élément perturbateur. Mais aujourd’hui les matériaux numériques n’ayant plus de structures complexes, il n’y a plus grand-chose à voir, et on fabrique des fausses surfaces. On entre ainsi dans une phase de fusion plutôt que d’analyse objective. Le sens n’a plus la même valeur puisqu’il n’évolue plus dans le même type d’espace mental.
La nécessaire réintégration de l’expérience du virtuel dans l’espace hybride matérialisé, est, selon moi, ce qui constitue »le retour au réel ».

Comment procéder, cependant,

On constate des conflits de plus en plus difficiles à arbitrer entre les divers niveaux de réalités et de virtualités superposées. Les réalités artificielles ne sont manifestement pas vouées à rester des illusions, à privilégier des fantasmes inopérants, mais peuvent nous préparer à mieux saisir le réel.

___________________________________________________

143 « Modernité » au sens précis et historique que lui donnent les architectes

Philipe Madec « Urbanité et générosité »

Plagiat : Philippe Madec "Du temps de celui qui parle..." A propos de la tradition et de la modernite

[PLAGIÉ, Philippe MADEC ???] À VÉRIFIER

Pour la définition de la modernité et du Modernisme, Tous deux proviennent de l’adjectif moderne, mais leurs sens divergent fondamentalement.

Le modernisme est une période de l’histoire au même titre que la période classique, celle renaissance ou celle médiévale, son nom n’apparaît que vers 1900 alors que le début de son développement effectif est au passage entre le XVII° et le XVIII° siècle. L’adjectif « moderne », lui, se forme au Moyen-Âge pour signifier ce qui est du temps de celui qui parle. Très vite on l’emploie pour signifier ce qui appartient à une époque postérieure à l’Antiquité (…) On n’est plus moderne par rapport à l’ancien, on est moderne en soi quand on est sur la crête du présent. Cet état d’être moderne en soi et non pas relativement à l’ancien est la modernité. 

L’adjectif « moderne », lui, se forme au Moyen-Âge pour signifier ce qui est du temps de celui qui parle. Très vite on l’emploie pour signifier ce qui appartient à une époque postérieure à l’Antiquité (…) On n’est plus moderne par rapport à l’ancien, on est moderne en soi quand on est sur la crête du présent. Cet état d’être moderne en soi et non pas relativement à l’ancien est la modernité.
PAGE 389

Le terme informatique de « réalité augmentée » sous-entend cette relation.

Cette globalité de moyens change rapidement et se complexifie, dans un processus conjoint d’évolution matérielle et logicielle. Grâce à ce dynamisme, les TIC peuvent apparaître comme une sorte de procédure de construction de notre environnement, qui relie deux mondes différents à l’origine, mais que la modélisation et les algorithmes peuvent relier sans rupture discernable.
Après avoir, dans les années 80, amorcé avec le multimédia et les Dataland leur « sommation » (maintien de l’identité des composantes), cette globalité de moyens réalise progressivement, dix ans plus tard, avec les hypermédias et les Métaphore Rooms, leur « mixage » (fusion ou hybridation des composantes). La technologie n’est plus considérée comme un objet étranger à nous même, mais comme une extension faisant intégralement partie de notre appareil sensoriel, et déterminant non seulement la manière de véhiculer l’information, mais également la manière de percevoir et de comprendre notre environnement, enfin de le communiquer, entre art et science.
Ne se matérialisant à la limite qu’à travers le stéréo lithographies, les « Architectones » de Nicolas Reeves 144, font ainsi partie d’un processus de corrélation entre les formes plastiques, la musique et un certain nombre de paramètres physiques, qui activent des « aotomates cellulaires ». La relation au monde y devient « indirecte » et s’établit à partir de points de vue très différents

La manipulation des tores, cross-cap, rubans de mobius, bouteilles de Klein, mandalas (hypercubes 4d) , et autres singularités géométriques ou topologiques, était jusqu’à présent réservée aux scientifiques et aux philosophe. La difficulté était de les représenter par les méthodes …
_________________________________________________________

144 Des œuvres 3D et tridimensionnelles (autostérépremioef) de ce plasticien furent présentées à la Citée des Sciences (ASTI) par Patrick Curran en 2001.
PAGE 390

traditionnelles. Seuls des mathématiciens dans la mouvance de Lacan 145, quelques artistes comme Escher Flocon ou Dali (….) s’y aventuraient vraiment grâce à leur virtuosité conceptuelle ou graphique.



[FIGURE]

La sphère, forme parfaite, mais également forme élémentaire entre toutes, où la loi d’économie trouve une de ses expressions les plus radicales, puisque la symétrie, possibilité de se répéter sans invention nouvelle, rencontre ici son épanouissement total : la forme de la sphère ne reste-t-elle pas identique et superposable dans toutes les positions, en nombre infini, qu’on peut lui donner par, rotation autour de son centre ?

Le tourbillon, avec dispositif spiralé dans le plan, hélicoïdal dans la profondeur, atteste ce retournement. il gaspille l’espace puisque, pour une surface donnée : Un cercle où elle s’inscrirait, la spirale, à l’inverse de la circonférence, et en usant, elle aussi, de la courbe, tendrait à tracer la ligne la plus longue possible : elle n’a pas de raison de s’arrêter, elle est théoriquement infinie.

Commenous l’avons vu, ces pratiques se sont aujourd’hui étendues ; Ainsi, tout en respectant l’essence du « Mandala », qui est «  de faire lien », des projets comme le  « Continuum Culturel » s’efforcent
(HUYHES 69) Formes et Forces, Reéné Huyghes, Gallimard 1969.

(MOEBIUS 79) F.Mobius ( la première bande), préface de Jacques-Alain Miller, Ornicar, N° 17/18 391 l’excercice, pour l'ouvrir aux dimensions du continent humain146. Le Mandala pourrait se présenter comme une scénarisation hollistique: le cosmos, le corps, la conscience, permettant au méditant d'entrer dans cet univers en
percevant sa nature réelle : l'absence d'existence propre, l'abolition du temps et du lieu. Epanouie surtout en Orient, cette démarche rejoint la pratique occidentale des labyrinthesl4'.

Un des meilleurs amis de Marcel Dumont, Marcel Maarek 148 , ancien
Directeur du Département Mathématique de Paris 8 notait : Il y a bien un lieu d'où le labyrinthe peut être vu en entier, mais ce lieu n'est pas directement inscrit dans la configuration, mais dans un "texte " extérieur qu'il faut construire. C'est selon ce schéma qu'on peut comprendre le désordre qu'on est obligé d'introduire pour remettre de l'ordre. Ce deuxième discours, souvent très abstrait, servira de grille de lecture pour le Ier (le Cube lui-même). Une des solutions possibles est d'utiliser la théorie mathématique des groupes sur les déplacements (et non sur les configurations). La nécessité d'un "double discours" n'est pas exceptionnelle. On peut en donner d'autres exemples. C'est peut être cette exigence qui fait du cube hongrois (le Rübiks'Cube) une métaphore sur laquelle il est intéressant de s'arrêter. »

Jusqu'au début du vingtième siècle, l'éther qui a été nommé « cinquième élément » par Aristote, était considéré comme la matière de l'espace. Mais après la théorie de la relativité, la matière de l'espace ne peut plus être considérée comme une « chose » solide. Elle apparaît comme en-dehors du temps et de l'espace, bien que corrélée à l'un et à l'autre, au « continuum» espace-temps. Les réseaux virtuels deviennent l'environnement actuel même. Cet environnement gère des réseaux ouverts, lesquels s'ouvrent sur d'autres réseaux, et transforment profondément l'ensemble de la topologie.

146 [CURRAN 99] Des Interfaces pour le continent Humain, Patrick Curran, Colloque international
147 ATTALI 96] Les Chemins de Sagesse, Jacques Attali, Fayard, 1996



148 [MAAREK 95] Le Rubik's Cube est un labyrinthe, Marcel Maarek, E(X/S)O, 1995.


PAGE 392

Le processus de l’hypercube est une sorte de réorganisation des configurations spatiales, qui englobe l’environnement des réseaux et l’environnement architectural, jusqu’à son échelle urbanistique.
L’environnement est la version décomposée et recomposée de la nature. La ville ne se reproduit pas dans la continuité, mais dans l’actualisation d’une multi dimension, que constitue l’hyper environnement. Le processus de l’hypercube est considéré comme le moteur de cette actualisation qui réalise l’extension de parcours et la juxtaposition des dimensions. Les systèmes d’interdépendance traitent les collectivités urbaines comme des processus hyper cubes fonctionnels. Et les configurations spatiales des canaux de communication et de transport, des bâtiments et des activités, traitent leurs corrélats processuels comme des phénomènes de forme structurelle hypercubique.

L’hypercube comme l’hyper sphère simulés et expérimentés dans leurs transformations sont capables d’engendrer, à la longue, des représentations d’un type nouveau. Nous manquons de recul pour évaluer leur rémanence et leur évolutivité, mais des explorateurs attestent que la science a conquis, en la matière n, certains des privilèges de la mystique et de l’art.

Des pionniers nous ont indiqué la voie indirecte de ces apprentissages : ainsi la corrélation multimodale est capable, comme nous l’avons indiqué, d’ouvrir la porte du multidimensionnel. Il s’agit d’une très ancienne intuition que les hypermédias , aujourd’hui, expérimentent. Ce que Erno Rubik, Hinton, Escher (…) ont tenté avant l’ère des simulations informatiques, est attesté aujourd’hui par des explorateurs scientifiques de la quatrième dimension.

Davis et Hersch, les auteurs de The Mathematical Expérience 149 , rapportent leur émerveillement devant l’impression de la familiarité qui envahit peu à peu l’utilisateur d’un ordinateur programmé pour faire tourner en perspective des coupes d’objet 4-D sur l’écran. Il s’agit bien de corréler des expériences kinesthésiques inédites pour franchir, à l’aide de notre corps, un seuil autrement invisible, autant qu’inaudible….

___________________________

[RUCKER 84] La Quatrième Dimension, Rudy Rucker, Seuil ; 1984

PAGE 393

Notre conclusion coïncidera presque avec une action, cette modélisation de l’hypercube étant, dans un premier temps, au service de la « dynamique des groupes », du travail collaboratif. Cette composante centrale, anthropomorphe du Synergiciel, sera présente pour la première fois au Salon Mondial de la Simulation, en juillet 2006.Interface entre le monde réalisées au sein du groupe @ Prospective, dont le logo (12) comporte une arrowbase modifiée, équilibrant significativement sa spirale d’une contrespirale. Laissons à ce « grapho-langage » le dernier mot.
Résumé de la Thèse
Depuis la fin du vingtième siècle, les progrès spectaculaires des Technologies de l’information et de la Communication (T.I.C.) créent une différence notoire entre la vie quotidienne des acteurs de la société actuelle et celle de leurs prédécesseurs nés cinquante ans auparavant.
Facilitant la vie physique, concevant l’existence comme un organisme dynamique, les TIC ouvrent de Nouvelles perspectives à la perception
Aujourd’hui notre environnement est construit selon des réseaux de perceptions qui sont dans une relation d’interdépendance avec les TIC. Celles-ci ne sont considérées comme un objet étranger à nous même, mais comme une extension de notre appareil sensoriel, déterminant non seulement la manière de véhiculer l’information, mais également la manière de percevoir et de comprendre notre environnement.

En ce qui concerne la vision, la perspective se situe au niveau de la science, de la culture humaniste et de la pratique artistique, échappant ainsi à un traitement conceptuel univoque. Dans son acceptation technique, le terme moderne de perspective désigne un système particulier de projection, sur un plan bidimensionnel, des objets à trois dimensions et de leurs diverses rapports spatiaux, de telle sorte que la vision de l’image représentée correspondre à la vision des objets dans l’espace, ce qui en privilégie l’aspect géométrique et mathématique.

Il s’agit aujourd’hui de concevoir d’une autre manière la perspective de ‘l’environnement.

La perspective ne revient plus, en effet, à représenter l’espace à trois dimensions, c’est-à-dire les objets, l’espace ou l’environnement. Il s’agit de représenter un collectif communicant de manière horizontale par la juxtaposition de surfaces en mouvement temporel.

Dans la vie actuelle, nous savons que nous habitons à la fois le monde actuel et le monde virtuel. Comme le dit Toyo Ito, « Nous, les hommes contemporains sommes dotés de deux types de corps, le corps réel, relié au monde réel au moyen de fluides circulant en son sein, et le corps virtuel, relié au monde par le biais d’un flux d’électrons»150 En réalité, ces deux corps ne sont pas séparés .ils sont plutôt à la base de ce qui constitue aujourd’hui le type de présence propre à l’être humain.

En ce qui concerne les deux états différents, l’actuel et le virtuel, beaucoup d’architectes, quand ils proposent leur travaux- surtout lorsqu’il s’agit de projets prospectifs- les interprètent selon la définition de Gilles DELEUZE.
[Plagiat : Philippe QUÉAU. Le virtuel, vertus et vertiges]

http://queau.eu/?cat=17

On touche là au paradoxe des mondes virtuels, à leur caractère essentiellement hybrides : ils sont, à la fois, concrètement fondés sur le modèle des espaces réels, mais également structurés selon la nature abstraite des contenus informatiques : ce qui explique la parution de conflits de plus en plus difficiles à réduire entre divers niveaux de réalité et de virtualité superposées. Les réalités artificielles ne sont cependant pas condamnées à demeurer des illusions, des fantasmes inopérants, car elles peuvent, tout au contraire, nous préparer à mieux saisir le réel. Et cette réalité potentielle du virtuelle peut aussi, en retour, nous amener à réfléchir sur l’essence de la réalité tangible.

Les TIC constituent sans doute une extension de l’esprit, mais elles transforment également notre perception des objets, en étendant le monde des sensations. Nos schèmes moteurs vont se trouver affectés, à leur tour, par les nouvelles interfaces que l’on développe aujourd’hui.

L’espace architectural est l’actuel invisible, et l’architecture est construite grâce à l’organisation de l’information. L’espace instrumental se trouve suspendu entre le silence et le virtuel.

Une dématérialisation électronique de nos corps étendus et flous, est inscrite sur l’horizon de l’événement.

Le processus de l’hypercube correspond, tout d’abord, à une multiplicité de juxtapositions, en une sorte de connexion parallèle avec une machine et entre machines.

L’extension d’un hypercube est un processus auto- semblable, qui présente essentiellement la même structure à toutes les échelles, propriétés qui lui permet de mesurer l’irrégularité d’un ensemble.

L’environnement est une version décomposée et recomposée de la nature. La ville ne se reproduit pas dans la continuité, mais dans l’actualisation d’un multi dimension, que constitue l’hyper environnement. Le processus de l’hypercube est considéré comme le

___________________________________________

150 Toyo-Ito, Tarzans in the Media Forest, in 2G, N°2, 1997, pp.121-144,p.132 in particular.
P. 408
Moteur de l’actualisation, qui réalise l’extension du parcours et la juxtaposition des dimensions. Les systèmes d’interdépendance traitent les collectivités urbaines comme des processus d’hypercubes fonctionnels, et ls configurations spatiales des canaux de communication et de transport, des bâtiments et des activités, traitent leurs corrélats processuels comme des phénomènes de forme structurelle hypercubique.
La ville actuelle ne se construit plus dans la continuité , mais dans une conception utopique qui se réalise plus particulièrement au sein des réseaux de »virtualité incarnée » (Centre Xerox), qui constitue la forme probablement la plus évoluée de l’hypermédialisation. L’omniprésence des T.I.C se fait particulièrement discrète dans l’ « espace servi », l’ « espace servant », est dissimulé ou plutôt camouflé dans l’environnement matériel familier, sa puissance ne s’affiche plus !

A ce stade donc, les réseaux virtuels deviennent l’environnement actuel, qui gère des réseaux ouverts, lesquels, s’ouvrent sur d’autres réseaux en interpépendance.

L’environnement nouveau- intégrant l’architecture et l’urbanisme- ne fait plus q’un avec ces réseaux, où bilocation et ubiquité, téléprésence, tiennent de la sophistication audio-visuo-kinesthésique, parfaitement simulée.

PAGE 394

Bibliographie

Codes couleurs

Ouvrage, sources des plagiats : xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxx xxxxxx xxxxx xxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxxxx xxx xxxxxxxxx xxxx

Ouvrages référencés à l’intérieur des textes plagiés : xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxx xxxxxx xxxxx xxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxxxx xxx xxxxxxxxx xxx

ABBOTT. Edwin A., Flatland, éditions Denoël, Paris, 1968, 1984

Ardalan. Nader and Bakhtiar. Laleh, The Sense of Unity ; The Sufi Tradition in Persian Architecture, éditions The University of Chicago Press, Chicago and London, 1973
BACHELARD. Gaston, La poétique de l'espace, éditions Quadrige, Paris 1998
BACHELARD. Gaston, Le nouvel esprit scientifique, édition Quadrige, Paris, 1934
BAILLY. Antoine / BAUMONT. Catherine / HURIOT. Jean-Marie / SALLEZ. Alain, Représenter la ville, éditions ECONOMICA, Paris, 1995


BARBEY. Gilles, Horizons de l'esprit; étapes d'une recherche, éditions infolio, Dijon-Quetigny, 2002
BAUDRILLARD. Jean, Simulacres et Simulation, éditions Galilée, Paris, 1981

BECKMANN. John, The Virtual Dimension, éditions Princeton Architectural Press, New York, 1998
Savinieri de Cyrano de Bergerac, Histoire Comique des Etats et Empires de la lune et du soleil, 1657, rééditions J.-J. Pauvert, 1962, Paris
BERGSON. Henri, Essai sur les données immédiates de la conscience, editions PUF, Paris, 1982
BERGSON. Henri, Matière et mémoire, éditions PUF, Paris 1999 (1939)
BERQUE. Augustin, Ecoumène, 'introduction à l'étude des milieux humains', éditions Belin, Paris, 2000
BERQUE. Augustin, être humains sur la terre, éditions Gallimard, Paris, 1996
BITOL. Michel, Le corps matériel et l'objet de la physique quantique dans une collection de Jean-Paul Enthoveri 'Quest-ce que la matière ?' éditions, librairie Générale Française, Paris, 2000
BOITARD. M., L'architecte des jardins, éditions chez Leonce Laget, Paris. 1979.
PAGE 395

BOUDON Phillipe, L'échelle du schème, 'Image et imaginaire d'architecture, éditions du Centre Pompidou, Paris, 1984

BOUDON. Philipe, De l'architecture à l'épistémologie. La question de l'échelle, éditions La Villette, Paris, 1994

BOUQUIAUX. Laurence, L'HARMONIE ET LE CHAOS ; Le rationalisme leibnizien et la « nouvelle science », édition de l'institut supérieur de philosophie Louvain-la-neuve / éditions Peeters Louvain - Paris, 1994. [En ligne], extraits à http://books.google.fr .
Boutot. Alain, L'invention des formes; éditons-Odile.lacob Paris

1993.
CADOZ. Claude, Les réalité virtuelles, éditions dominos, Paris, 2002
CARBONE. Mauro, La visibilité de l'invisible, éditions (1'4'MERL2)

CLOTHIER. Peter, HOCKNEY, éditions Modern Masters séries v17, 1995
CORBOZ. André, Deux capitales françaises Saint-Pétersbourg et Washington, éditions infolio, Dijon-Quetigny, 2003
COUSIN. Jean, L'espace vivant, éditions du MONITEUR, Paris, 1980
Gouvion. Colette / François van de mert, Le symbolisme des rues et des cités, éditions « l'homme et ses symboles » berg international, (913.31 GOU)
CURRAN. Patrick, Dess(e)in) ; Rapport sut trois ans de Recherche-action en Hypermédia , 1995
CURRAN. Patrick, Ergosphère, inscription scientifique, artistique et sociologique d'une métaphore, 1996
Le réel et ses dimensions, édité par Gilles Cohen-Tannoudji et Emile Noël, éditions EDP science, Les Ulis, 2003
??? DAUPHINE André, Chaos, fractales et dynamiques en géographie, éditions GIP RECLUS, Montpellier, 1995
DELEUZE. Gilles, Différence et répétition, éditions Puf, Paris, 1997.
DELEUZE. Gilles, La philosophie critique de Kant, éditions 'Puf, Paris, 2004
PAGE 396

DELEUZE. Gilles, Logique du sens, éditions de Minuit, Paris, 1969.
DELEUZE. Gilles, Mille plateaux, éditions de Minuit, Paris, 1980
DELEVOY. R. L., Dimensions du XX. Siècle 1900-1945, éditions D'ART ALBERT SKIRA, GENEVE, 1965
DESCARTES. R., Principe de philosophie, II, éditions Paleo Eds, 2000 (1647)
Collection dirigée par Robert Dumas, Voies d'accès, la ville, éditions du ellipses, Paris, 1996
Le monde de M. C. ESCHER, traduction en français des textes hollandais par Jeanne A. Renault, éditions CHENE, Paris, 1986
La vie et l'oeuvre de M. C. ESCHER, Bool F. / Kist J.R. / Locher J.L. / et Wierda F. traduction en français par Jeanne A. Renault, éditions CHENEH/ACHETTE, Paris, 1981 `
La vie et l'aeuvre de M. C. ESCHER, éditions Chêne / Hachette,
FAREL. Alain, Architecture et complexité Le troisième Labyrinthe, éditions de la Passion, Paris, 1991, 1999
Field. Michael / Golubitsky. Martin, La Symétrie du Chaos - à la cherche des liens entre mathématique, art et nature, éditions Oxford University (Symmetry in Chaos), 1992, pour la traduction française InterEditions, Paris, 1993
FISCHER. Hervé, La planète hyper - De la pensée linéaire à la pensée en arabesque, éditions vib, Montréal, 2004
FISHMAN. Robert, L'utopie urbain au vingtième siècle, éditeur Pierre MARDAGA, Bruxelles, 1977.
LE PROJET TECTONIQUE introduction de Kenneth Frampton, Textes réunis et présenté par Jean-Pierre Chupin et Cyrille Simonnet, éditions infolio, Villefontaine, 2005
FRANKHAUSER. Pierre, La Fractalité des Structures urbains, éditions Anthropos, Paris, 1994
FRIEDMAN. Yona, pour l'architecture scientifique, éditions Pierre Belfond, Paris, 1971
GLEICK. James, La théorie du CHAOS vers une nouvelle science traduit de l'anglais par Christian Jeanmougin, éditions Flammarion, Paris, 1989
PAGE 397

GOUHIER. Henri, Le théâtre et l'existence, éditions Vrin, Paris, 1990
GUENDOUZ. Caroline, La philosophie de la sensation de Maurice Pradines, éditions OLMS, Hildesheim / Zurich / New York, 2003
GUERZONI. Stéphanie, Ferdinand Hodler, éditions Pierre Cailler, Genève, 1957
Hall. Edward T., La dimension cachée, édition originale : Doubleday & c° à New York, 1966, édition du Seuil, 1971, pour la traduction française

Heidegger. M., (1928), Interprétation phénoménologique de la
« Critique de la raison pure » de Kant, éditions Gallimard, Paris, 1982.

HEINLEIN. Robert A., La maison Biscornue (1941), dans Longue vie, éditions Presses-Pocket, Paris, 1989

??? HENDERSON. Linda Dalruple, The Fourth Dimension and Non-Euclidean Geometry in Modern Art, editions Princeton N.J. 1983
Hinton. Charles Howard, FOURTH DIMENSION, éditions ARNO PRESS, New York, 1976
Hinton. Charles Howard, Selected Writing of C.H. Hinton, R. Rucker dir.
New York, Dover, 1980
Hockney. David, Hockney by Hockney, éditions Thames & Hudson,
traduction originale Londres 1981 /1987, traduction française : Paris, 1991
Hockney. David, That's the way I see it, editions Nikos Stanges Thames & Hudson, Londres, 1999.
Ferdinand Hodler, Le Paysage : exposition, Genève, Musée RATH, 4 septembre 2003 - 1er février 2004, Somogy éditions d'art, Paris, 2003
Humbert Elie G., L'homme aux prises avec l'inconscient (Réflexions sur l'approche jungienne), éditions Albin Michel S. A., 1994, Paris
Köln, Ceed de long / Erik Mattie, Concours d'architecture 1950 à nos jours, éditions Benedikt Taschen, 1994
Direction Guy Jalabert, Utopie urbain ; villes et territoires, éditions Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1998
PAGE 398

JEENER Patrice, Espaces Gravés, éditions Cedic Nathan, Paris, 1986
JUNG. C.G., Psychologie et orientalisme, éditions Albin Michel S. A., Paris, 1985
JUNG. C.G., Psychologie et alchimie, éditions Bouchet / Chastel, Paris, 1970, Pour la traduction française
JUNG. C.G., Mémoires, rêves, réflexions, éditions Aniela Jaffe/Pantheon Books, traduction par Richard et Clara Winston, New York, 1963
Derrick de Kerckhove, The architecture of intelligence, éditions Birkhauser, Basel, Boston, Berlin, 2001
[ !  ] LAFFONT. Robert, L'homme numérique (Being digital), Traduction française : éditions Robert Laffont, S.A., 1995 (édition originale : Alfred A. Knopf, Inc., New York)
L. de Lanzac de Labore, Administration Grands Travaux, éditions Pion­ Nourrit et Cie, Paris, 1905
LASZLO. E., Science et réalité, La vision émergente, traduit de l'anglais par Thierry Piélat, éditions Rocher, Paris, 1996
LECHAT. Jean, Méditations métaphysique de René Descartes
, éditions Nathan, Paris, 1996
LOBATSCHEWSKY. N. . La théorie des parallèles, éditions NONOM, Coubron, 1957
LOUBES. Jean-Paul, Architecture et urbanisme de Turfan, éditions l'Harmattan, Paris, 1988
Lurçat. François, L'AUTORITE DE LA SCIENCE; Neuroscience. Espace et temps. Chaos. Cosmologie, éditions du CERF, Paris, 1995
LUMINET Jean-Pierre, L'Univers chiffonné, éditions Fayard, Saint-Amand, 2001 et
LUPASCO Stéphane, L'énergie et la matière psychique, éditions JULLIARD, Paris 1971
LYNCH. Kevin, L.'image de la Cité, traduit par Marie-Françoise Vénard et Jean-Louis Vénard, éditions DUNOD, Paris, 1998
LYOTARD. Jean-François, Matière et temps dans 'matière et philosophie. Éditions centre du Pompidou, Paris, 1998
PAGE 399

MANDELBROT. Benoît, Les objets fractals, éditions Flammarion, Paris, 1975, 1984, 1995
MATTELART. Armand, Les enjeux de la globalisation des réseaux in Internet, l'extase et l'effroi. Manière de voir n°32. Paris, Le monde diplomatique, 1996.
Alain Le Méhauté / Raoul R. Nigmatullin / Laurent Nivanen, Flèches du temps et géométrie fractale, éditions HERMES, Paris, 1998
Merleau-Ponty. M., L'œil et l'esprit, éditions Gallimard, Saint-Amand, 1964
Merleau-Ponty. M., Phénoménologie de la perception, éditions Gallimard, Paris, 1945
Patrice De Moncan / Claude Heurteux, Le Paris d'Haussmann, éditions Mécène, Paris, 2002
Patrice de MONCAN, Villes utopiques, villes rêvées, éditions du Mécène, 2003
Minkowski, Hermann, Teuburen, 1911, Lire P. Tourrec, Relativité et gravitation, Armand colin, 1992
MONNOYEUR. Françoise, Qu'est-ce que la matière ? Regards scientifiques et philosophiques, éditions Le livre de poche, Paris, 2000
PANSHIN. Alexei, Heinlein in dimension, éditions Advent: Publishers, Inc. Chicago, 1968 P PAS BNF
Sous la direction de Thierry Paquot et Chris Younès, Géométrie mesure du monde philosophie, architecture, urbain, éditions La Découverte, Paris, 2005
???? Françoise Paul-Lévy - Marion Segaud, Anthropologie de l'espace, éditions Centre Georges Pompidou, Paris, 1983
GOMEZ. Alberto, L'espace de l'architecture : la signification en tant que présence et représentation dans Le Sens du Lieu, éditions MANGEMATIN, Michel, Paris, 1996
POINCARE. Henri, La science et l'hypothèse, éditions Flammarion, Paris 1968

PAGE 400

POINCARÉ Henri, La valeur de la science, éditions Flammarion, Paris, 1970
POINCARE. Henri, Pourquoi l'espace à trois dimension ?, dans le revue de Métaphysique et de Morale, N° 4, p. 483-504, 1912
POISSON. Georges, Napoléon Ier et Paris, éditions Tallandier, Paris, 2002
Centre Pompidou - Metz, éditions Le Moniteur / amc / centre Pompidou, 2004
Christian PONGRATZ / Maira Rita PERBELLINI, Natural Born Caadesigners, éditions Birkhauser, Basel, Boston, Berlin, 1999
POUSIN. Frédéric, L'architecture mise en scène ; Essai sur la représentation du modèle grec au dix-huitième siècle, éditions ARGUMENTS, Paris, 1995
PUGLISI.' Luigi Prestinenza, Hyper Architecture, éditions Birkhauser, Basel, Boston, Berlin, 1999
QUEAU. Philippe, Le Virtuel, éditions Champ Vallon/INA, Paris, 1997
RHEINGOLD. H., La réalité virtuelle, éditions Dunod,.Paris 1993

RITTAUD. Benoît, Espaces et dimensions ; Introduction à la linéarité, éditions Le Pommier, Paris, 2002
ROUILLARD. Dominique, SUPERARCHITECTURE ; le futur de l'architecture 1950 - 1970, édition de la Villette, Paris, 2004.
Colin Rowe, Fred Koetter, COLLAGE CITY, traduit de l'américain par Kenneth Hylton, éditions du Centre Pompidou, Paris
RUCKER. Rudy, La quatrième dimension, pour la traduction française édition du Seuil, Paris, 1985
RUSSELL. Bertrand, L'analyse de la Matière, éditions PAYOT, Paris 1965
SANSOT P., « Antigone et Créon », dans Penser la ville, éditions
SAPOVAL. Bernard, Les Fractales, éditions Aditech, Paris, 1990
SCHMITT. - Gerhard, Information Architecture, éditions Birkhauser, Basel, Boston, Berlin, 1999
PAGE 401

R. E. SOMOL, Peter EISENMAN - Diagram diagram diaries, éditions Thames and Hudson, London, 1999

Sous la direction de SYLVAIN MISSONNIER et HUBERT LISANDRE Le
virtuel la présence de l'absent, (L 1.4-M4-9823), EDK, Paris, 2003

TAFURI. Manfredo, Projet et utopie de l'Avant-garde à la Métropole,
éditions Dunod, Paris, 1979


TAFURI. Manfredo, Architecture et Humanisme de la Renaissance aux réformes, (Architetture dell' Umanesimo par éditions Laterza, Rome, 1980) traduit de l'italien par H. Berhauer et O. Seyler, éditions Dunod, Paris, 1981

Tchouang-Tseu, Le REVE du PAPILLON,' traduction de Jean-Jacques Lafitte, éditions Albin Michel, Paris, 1994

TUCCI. Giuseppe, Théorie et -pratique du mandala, (Casa Editrice
Astrolabio Ubaldini Editore, Roma, 1969.), traduction française :éditions Fayard, Paris, 1974

URLBERGER. Andrea, Parcours artistiques et virtualités urbaines, éditions L'Harmattan, Paris, 2003

WEBBER. Melvin M., [WEBBER] L'urbain sans lieu ni bornes, Traduit de l'américain par Xavier Guillot, Préface et annotations Françoise Choay, Editions de l'aube, 1964

ZARTARIAN. Vahé, l'esprit dans la matière vers une autre science, éditions Médecine et Hygiène, Chêne-Bourg, 1998

Zeiton Jean, Trames planes ; Introduction à une étude architecturale des trames, éditions Bordas, Paris, 1977

Architecture intérieure Cree 319 Avril - Mai 2005

2004 Métamorphoses durables jeu prospectif pour un projet de ville durable, Commissariat : Françoise-Hélène lourda, Architecte, Biennale de Venise Exposition Internationale d'Architecture 2004, éditions Le Moniteur, Paris 2004

Quaderns d'arquitectura 1 urbanisme n° 245 avril 2005, édition Quaderns, Catalunya

L'univers virtuel : miracle ou mythe ? (A virtual new world ?), éditions du Conseil de l'Europe, Strasbourg,



BIBLIOGRAPHIE DES PLAGIATS :
AUBER Olivier. 2003. Du "générateur poïétique" à la perspective numérique. [En ligne] site Archée, url : http://www.archee.qc.ca
AUBER Olivier. 1997. Esquisse d’une position théorique pour un art de la vitesse. [En ligne] url : http://nideffer.net/proj/_SPEED_/1.4/articles/auber.html
AUBER (Olivier), "Esquisse d'une position théorique pour un art de la vitesse", in Differentiated / Speed, Santa-Barbara, Université de Californie, 1997.. [En ligne], url :http://proxy.arts.uci.edu/~nideffer/_SPEED_/1.4/articles/auber.html
BECKER KONRAD, 1998, L’art de l’évasion. [En ligne], site “Anthologie de l’Association des astronautes autonomes QUITTER LA GRAVITÉ. url : http://www.lyber-eclat.net/lyber/aaa/evasion.html

BERENSTEIN-JACQUES Paola, 2005. Les sens du labyrinthe, in Géométrie, mesure du monde. Paris : éditions de la Découverte. [En ligne], site Cairn.info, url :

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DEC_PAQUO_2005_01_0205 /
BOISSIER Jean-Louis, 2000. L'hyper-estampe comme tentative. in Nouvelles de l’Estampe n° 167-168 ; pp 44-47. [En ligne], site du CIREN, url : http://www.ciren.org/ifi/jlb/04.HTM
BOISSIER Jean-Louis, 2000. La perspective interactive (Visibilité-Lisibilité- Jouabilité). Tables rondes Le récit interactif  organisées par ENSAD-ARi, labEi, CIREN. [En ligne], site du CIREN, url :

http://www.ciren.org/ciren/colloques/061200/boissier.html
BRANDT-DIÉNY Robert (Vénérable SHINJIN). 2001 [En ligne, site SÂDHANA, url : http://www.bouddha.ch/

mail@bouddha.ch
1   ...   24   25   26   27   28   29   30   31   32

similaire:

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse soutenue par Emmanuel-Théodose de La Tour d'Auvergne, Duc d'Albret,...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconNé à Paris, le 22 novembre 1869, IL était issu, par son père d’une...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2008
«un jugement éclairé» doit demeurer l’une des qualités premières du futur professeur, au-delà de sa capacité (appréciée par les autres...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconPrologue La ville d’Avignon
«Voilà le sang des Albigeois; voilà le sang des Cévennois; voilà le sang des républicains; voilà le sang des royalistes; voilà le...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconJuillet 2011 Communiqué de presse
«Droit de l’économie sociale et solidaire» proposé par l’Université d’Aix-Marseille

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconRapport de jury capeps ecrit 1 2009
«un jugement éclairé» et qui doit demeurer l’une des qualités premières du futur professeur, au-delà de sa capacité (appréciée par...

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconThèse de la Faculté des Lettres de l'Université de Paris. Éditions...
«Le goût chinois» à Trianon. — III. Les étoffes, les broderies et les fleurs de Chine. — IV. Les laques. — V. Les porcelaines

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconLe site portail du professeur de fle
«rues commerçantes». La recherche peut se faire par adresse, par thème et par recherche cartographique

Thèse soutenue publiquement par Sang-Ha S. le 10 Juillet 2006 Le jury de soutenance était présidé par Gilles bernard, Professeur à l’Université Paris 8 version word intégrale, surlignée et coloriée l’ «auteur» iconQoros Auto Co. Ltd. 观致汽车有限公司
«Remarquable» par le jury du Red Dot, qui a particulièrement apprécié l’originalité et la réalisation originale de certains détails....








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com