Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise








télécharger 0.59 Mb.
titreCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
page10/12
date de publication31.01.2018
taille0.59 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12


En 2010, les PME ont perçu 1,4 Md€ de soutien indirect (crédits d’impôt, exonérations fiscales et de charges sociales) au titre de leur activité de R&D, soit 27 % du soutien indirect total (dont le dispositif destiné exclusivement aux PME, pour 152 millions d’euros d’exonérations, composées de 134 M€ d’exonérations de charges sociales et de 18 M€ d’exonérations d’impôts sur les bénéfices).
Sur les 2,5 Md€ de soutien direct à la R&D perçus par les entreprises en 2010, 1,4 Md€ provient du ministère de la défense, soutien qui bénéficie à 91 % aux grandes entreprises (construction aéronautique et spatiale, fabrication d’équipement de communication ou d’équipement d’aide à la navigation).

Pour ce qui est des ETI et des grandes entreprises, rapporté à leur chiffre d’affaires, le soutien public s’élève à moins de 1 % tandis que leurs dépenses de R&D sont proches de 3 % ; l’appui public est financé à 59 % par le CIR, 33 % par le ministère de la défense et 8 % par des soutiens directs civils.

Pour les ETI, 81 % du soutien public provient d’un seul dispositif, le CIR.

Le "Cambridge Innovation Center", une entreprise rentable au service de l'innovation

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72470.htm
Il existe aux Etats-Unis une multitude de structures d'aide au développement, dont des incubateurs d'entreprises ; ils ne bénéficient d'aucune aide publique et l'accompagnement des entreprises qui s'y trouvent est généralement inexistant.

Créé en 1999 par Tim Rowe, l'établissement doit son origine à un donateur du "Massachusetts Insitute of Technology" (MIT). Tim Rowe et son équipe ont alors cherché à déterminer les éléments clés du succès d'une jeune entreprise pour mettre en place un concept simple : héberger les startups dans des locaux en leur fournissant des services adaptés et modulables, le tout à moindre coût.

La localisation a alors été un élément clé pour attirer les meilleures entreprises ; situé en plein cœur du cluster technologique Harvard/MIT, les entreprises profitent de la présence de grands comptes technologiques (IBM, Oracle, VMware) et de l'arrivée de nouveaux acteurs influents (Microsoft en 2007, Google en 2008).
Actuellement, le CIC héberge environ 600 entreprises, dont 500 startups, dans ses locaux de 14 400 m2 étalés sur sept étages (l'établissement qui héberge le plus grand nombre d'entreprises aux Etats-Unis). Les locataires rassemblent généralement entre une et quinze personnes pour une durée moyenne de location de 27 mois.
Le tarif appliqué dépend du type et de la taille de l'espace voulu. A titre d'exemple, un bureau dans l'espace commun coûte 535 dollars par mois par personne ; il faut compter 3 250 dollars pour une salle privée pour trois personnes. Ces tarifs incluent un ensemble de prestations : mise à disposition de salles de conférences pour les rendez-vous professionnels ou les événements (50 salles avec une capacité moyenne de 8 personnes, dont une salle pouvant accueillir 45 personnes), cuisines équipées et ravitaillées (café, sodas, snacks, etc.), cours de yoga, etc. Les règlements sont mensualisés, ce qui permet aux entreprises de déménager quand elles le souhaitent.

Un des objectifs importants est de connecter les entrepreneurs et les financeurs. Banquiers d'affaires, capitaux-risqueurs, investisseurs providentiels sont en contact permanent avec le CIC. La vraie richesse de l'établissement réside donc dans son incroyable densité d'entrepreneurs et de financeurs, en constante interaction. Le CIC organise ainsi tous les jeudis après-midi un évènement de réseautage ("networking"), appelé "Venture Café", qui est devenu le point de ralliement de tous les professionnels de l'entrepreneuriat local. Les entreprises installées ont réussi à attirer plus de 1,9 milliard de dollars d'investissements privés depuis la création de l'établissement en 1999.

Le CIC est aussi un important lieu de veille technologique et scientifique ; des organismes liés à des institutions publiques y sont représentés telle la Mission pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis
Le CIC va prochainement augmenter sa capacité d'accueil (en augmentation de 33%).
Fort de son succès, le modèle du CIC va prochainement être décliné à Baltimore et peut-être à Saint Louis, deux écosystèmes entrepreneuriaux en devenir.
Secteurs d’activité
La coiffure connait de fortes transformations : coiffure à domicile, régime des auto-entrepreneurs, franchise, baisse des reprises

ISM, Sondage par téléphone auprès de 506 entreprises immatriculées entre le 1er avril 2009 et le 31 mars 2012 sur la base d’un fichier source de 24 357 entreprises ; les ¾ sont des salons indépendants, 5,7% des salons en franchise et 19% des hors salon. Le questionnaire comprenait 72 questions réparties en trois chapitres (démarrage de l’activité depuis l’installation, organisation de l’entrepris, résultats-perspectives).
Au 31 décembre 2011, 76 700 entreprises exerçaient une activité de coiffure contre 60 305 en 2004 ; deux raisons expliquent cette hausse de 27%, la hausse de l’exercice hors salon (on passerait de 11,7 à 24% si l’on intègre ceux pour lesquels on ne connait pas le type d’activité) et l’apparition du régime de l’auto-entrepreneur en 2009 (en moyenne 44% des nouvelles immatriculations entre 2009 et 2011), alors que les immatriculations autres bougent peu ; mais on constate aussi une baisse du nombre de reprises, notamment en 2009-2011 :


Source FNC

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Nombre d’entreprises en stock

60 305

61 211

62 717

65 990

66 124

70 342

74 536

76 658

Dont coiffure en salon

53 267

53 485

54 446

55 763

55 942

55 244

57 675

58 052

Dont coiffure hors salon

7 038

7 726

8 271

10 227

10 182

9 117

11 331

13 699

Dont type d’activité inconnu
















5 981

5 330

4 907

Nombre d’immatriculations

5 020

5 586

5 628

6 359

6 723

9 331

9 946

9 541

Créations

2 826

3 088

3 543

4 441

4 703

7 566

8 262

7 783

Dont auto-entrepreneurs
















4 082

4 546

4 101

Reprises

2 089

1 949

1 769

1 918

2 020

1 765

1 684

1 758

Taux de reprise

41,6

34,9

31,4

30,2

30,0

18,9

16,9

18,4


La franchise représente 25 à 30% du chiffre d’affaires des salons.

68% des entreprises sont en nom individuel, contre 30% en franchise.
Le conjoint est présent dans 7% des entreprises. 14% des indépendants et 33% des franchisés ont un ou des associés. 52% des indépendants et 81% des franchisés ont dés le démarrage un salarié au moins. La structure d’emploi évolue encore par la suite à la hausse pour 28% des indépendants et

50 % des salons franchisés. Par rapport à 2008, la part des entrepreneurs en salon exerçant seuls tend à augmenter ; c’est pour moitié un choix et pour l‘autre moitié le fait que l’activité ne permet pas d’embaucher.

71% des franchisés ont un apprenti contre 36% des salons indépendants (et 10% un jeune sous une autre forme).
Le chiffre d’affaires moyen annuel pour un franchisé est de 95 100€, celui d’un indépendant de 75 804€ et celui d’un hors salon de 14 340€. La répartition estimée des chiffres d’affaires mensuels est la suivante :





Moins de 12 000€

De 12 à 24 000€

De 24 à 60 000€

De 60 à 120 000€

Plus de 120 000€

Moyenne annuelle

Franchisés







25

5

65

95 100€

indépendants




2

29

42

23

75 804€

A domicile

40

43

14

2




14 340€


Un tiers des entrepreneurs ont des revenus inférieurs à leurs attentes (un sur deux pour les franchisés), en ce sens qu’ils gagnent moins que dans leur activité salariée précédente ; par contre 1/3 gagnent davantage. Si c’était à refaire, les ¾ créeraient à nouveau (81% pour ceux qui exercent à domicile).
92 à 94% selon le type d’activité ont une clientèle mixte. 17% des franchisés et 11% des indépendants disent avoir une clientèle haut de gamme (18% dans la coiffure artistique/studio), alors que 24% des franchisés font du discount (2% pour les indépendants). 93 % des salons développent une activité complémentaire à la coiffure (bijoux fantaisie, esthétique, onglerie/manucure)

Les franchisés sont davantage que les autres installés dans des villes de 20 000 à 200 000 habitants, alors que les indépendants le sont davantage dans les villes de plus petite taille, et les hors salons surtout dans les communes de moins de 5 000 habitants 

Pour attirer leurs clients, les coiffeurs proposent :





Carte de

fidélité

Fichier client

Promotion

de produit

Encart publicitaire

Autres promotions

Assoc locale

de commerçant

Email, SMS

Franchisés

62

21

38

21

17

10

17

indépendants

80

25

22

19

13

4

4

A domicile

48

29

11

24

8

1

2


Les atouts jugés concurrentiels différent grandement selon le type d’exercice de la coiffure, le savoir-faire étant davantage mis en avant par les franchisés et l’accueil/disponibilité et les produits/services par les indépendants :





Savoir-faire, qualité

Prix attractif

Emplacement, notoriété

Produits /services

Accueil, disponibilité

Franchisés

27

23

19

12

8

indépendants

22

13

10

18

30

A domicile

18

34

1

8

25


Les dirigeants s’installant en franchise ont des salons de plus grande superficie (32 % possèdent un local de 70 à 89 m²) que les dirigeants exerçant en salon indépendant (15 % seulement ont un local de 70 à 89 m²) ; plus la commune est petite, plus le salon sera de taille réduite ; ainsi, 38 % des entreprises situées dans les villes de plus de 200 000 habitants ont des salons d’une taille supérieure à 70 m², contre 19 % en communes rurales.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
«l’industrie» et les services aux particuliers, Analyse André letowski à partir des données insee

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
«On voit, à côté du modèle classique du salariat, se développer les autoentrepreneurs, les créateurs de start-up, les microentreprises,...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconLe rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat)
«dangereuse»; les enseignant travaillant en lien avec les entreprises ont une représentation bien plus positive. Réseau National...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconDes Vies minuscules aux Récits de la Kolima, de résidence de reprise en résidences de création…

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d'un projet de type Entreprise Application

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconPreface™ Système d’aide à la décision pédagogique et opérationnel...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconIntroduction (Gilles Pacaud, Directeur Général, Rockwell Automation France)
«Nous devons donc leur expliquer que la vision de l'Entreprise Connectée inclut la création de valeur.»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com