Programme accompagnateur suisse








télécharger 51.51 Kb.
titreProgramme accompagnateur suisse
date de publication31.01.2018
taille51.51 Kb.
typeProgramme
ar.21-bal.com > loi > Programme




line 10
CONTACT DE PRESSE: AUGUSTIN PR | Yven Augustin | Littenstrasse 106-107 | 10179 Berlin
T +49.30.240 88 28 21 | F +49.30.240 88 28 28 | info@augustinpr.de| www.augustinpr.de




DOSSIER DE PRESSE

HATE RADIO

Reconstitution d’une émission de la RTLM, la radio rwandaise génocidaire.
EXPOSITIONS

29 Octobre 2011 AU 22 Janvier 2012, Kunsthaus, Bregenz

25.-29. Janvier 2012 Migros Museum, Zurich
REPRESENTATIONS

2., 4.-6. Novembre 2011, Kunsthaus Bregenz

17. – 20. Novembre 2011, Memorial Centre, Kigali

1.-4. Décembre 2011, HAU Berlin

25., 27.-29. Janvier 2012, Migros Museum, Zurich

8.-9. Février 2012, Südpol Luzern

21.-23. Mars 2012, Beursschouwburg, Bruxelles

19.-21. Avril 2012, Kaserne, Bale

25., 27.-29. Avril 2012, Schlachthaus, Berne


PRODUCTION

Hate radio

UNE PRODUCTION du “iipm – international institute
of political murder”

TEXTE & MISE EN SCENE: Milo Rau

DRAMATURGIE & GESTION CONCEPTUELLE:Jens Dietrich

SCENOGRAPHIE & COSTUMES: Anton Lukas

AVEC: Afazali Dewaele, Sébastien Foucault, Dorcy Rugamba, Estelle Marion, Nancy Nkusi

ASSISTANAT A LA MISE-EN-SCENE: Eva-Maria Bertschy VIDEO: Marcel Bächtiger SON & ASSISTANAT A LA VIDEO: Jens Baudisch CONSEIL SON: Peter Göhler PRODUCTION: Milena Kipfmüller RELATIONS PUBLIQUES: Yven Augustin CORPORATE DESIGN: Nina Wolters DOCUMENTATION DU PROJET: Lennart Laberenz CONSEILS: Assumpta Muginareza, Simone Schlindwein, Marie-Soleil Frère PROGRAMME ACCOMPAGNATEUR SUISSE: Hayat Erdogan DISTRIBUTION (Bruxelles/Genève): Sebastiâo Tadzio DISTRIBUTION (Kigali): Didacienne Nibagwire

Partenaires:







HATE RADIO est une coproduction du IIPM Berlin/Zurich avec les institutions suivantes : Hauptstadtkulturfonds Berlin, le Migros-Kulturprozent Schweiz, Pro Helvetia – Schweizer Kulturstiftung, le Kulturamt St. Gallen, le Kunsthaus Bregenz, le Ernst Göhner Stiftung, dem HAU Berlin, le Schlachthaus Theater Bern, le Beursschouwburg Bruxelles, le migros museum Zurich, la Kaserne Bale, le Südpol Lucerne, le Verbrecher Verlag Berlin, le Kigali Genocide Memorial Centre.
Avec le soutien des institutions suivantes: kulturelles.bl Basel, Amt für Kultur Luzern, le Goethe-Institut Bruxelles, le Goethe-Institut Johannesburg, Brussel Airlines, Spacial Solutions, la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG), dem Deutschen Entwicklungsdienst (DED), Contact FM Kigali et IBUKA Rwanda (Dachorganisation der Opferverbände des Genozids in Ruanda), la Hochschule der Künste Berne (HKB), la fondation Friede Springer Stiftung.

TABLE DES MATIERES

1 hate radio 4
2 Iipm 6
3 realisation 7
4 L’équipe / Biographies 11

1.
HATE RADIO


Si on avait cherché un moyen efficace et rapide d’empêcher le génocide au Rwanda, nous dit le journaliste américain Philip Gourevitch, arrêter les émissions de la radio RTLM aurait pu être un bon début. Durant des mois, et avec un cynisme incroyable, les animateurs et les responsables de cette radio ont préparé le génocide comme on met en place une campagne publicitaire. Pendant des mois, entre des programmes de musique pop, des reportages sportifs, se sont glissés des pamphlets politiques et des appels explicites au meurtre. Dans ce laboratoire sombre, les derniers tubes de la musique congolaise se sont alors entremêlés à la pire idéologie raciale. Le projet « HATE RADIO » reprend de vraies émissions de la RTLM et les restitue en direct, sur scène, dans un studio reconstruit d’après le studio original – avec des survivants du génocide.

Lorsque l’avion du président rwandais Habyarimana est abattu par deux missiles le 6 avril 1994, peu avant l’atterrissage, c’est le signal de départ du génocide le plus cruel jamais enregistré depuis la fin de la guerre froide. Au cours des mois d’avril, de mai et de juin 1994, on estime qu’entre 800 000 et 1 million de personnes appartenant à la minorité Tutsi ainsi que des milliers de Hutu modérés sont assassinés dans cet Etat de l’Afrique centrale.

Le génocide s’opére, en un laps de temps très court, et implique toutes les couches de la population. Les cadavres bordent les rues, remplissent les églises, les écoles et les hôpitaux. Des actes de barbarie inimaginables accompagnent cette hécatombe. Des citoyens de classe moyenne torturent leurs voisins, des professeurs noient leurs élèves, des enfants tuent leurs camarades de jeu.

Comme l’holocauste, un demi-siècle auparavant, ce déchaînement de violence ébranle la confiance en l’humanité. L’apparente absence de transition entre une normalité prospère et un état d’exception barbare questionne. La jovialité de carnaval et le complet non-sens politique du génocide rwandais font de l’ancienne république modèle du Rwanda une sorte de cas exemplaire d’une politique de développement ratée.

En effet, ce qui apparaît aux observateurs étrangers comme une rupture de civilisation inattendue a été prévu et préparé de longue date.

Bien avant les “100 jours”, la station de radio la plus populaire du pays, la “Radio-Télévision Libre des Mille Collines” (RTLM) a pratiqué, quotidiennement, avec des techniques innovantes, un véritable lavage de cerveau chez ses auditeurs. Elle a savamment travaillé à la déshumanisation progressive des uns (Tutsi et Hutu modérés) et à la radicalisation sauvage des autres. La programmation mêlait à la musique pop, aux reportages sportifs, des pamphlets politiques et des appels explicites au meurtre. Le studio de RTLM est ainsi devenu en quelques mois, un laboratoire de propagation d’idées racistes, égrenées au milieu d’émissions de divertissement. Il a activement œuvré pour la naissance du premier génocide réellement “postmoderne”.

Le projet HATE RADIO donne à penser cette dichotomie entre vie quotidienne et atrocité meurtrière, entre divertissement et extermination. A travers le jeu théâtral, le projet pose les jalons d’une tentative de compréhension de l’incompréhensible. La reconstitution d’une émission de la “Radio-Télévision Libre des Mille Collines”, animée par trois animateurs d’origine rwandaise et un animateur d’origine belge, figure au centre du projet. L’installation scénique, constituée à partir de documents et de témoignages, doit rendre perceptible la manière dont se développe le racisme et le processus par lequel certains êtres humains voient leur humanité niée par d’autres, en paroles et en actes. Les spectateurs séjourneront dans le laboratoire d’une pensée raciste en pleine maturation. Parallèlement, à travers la présentation de récits choisis d’anciens coupables et de victimes du génocide, dans les différents halls d’entrée du studio de radio reconstitué, ils seront les témoins des conséquences destructrices et indélébiles d’une telle pensée.

Un épais recueil de documents, un groupe de recherche et différentes manifestations parallèles accompagnent HATE RADIO pour en faire un projet interdisciplinaire. Le public est ainsi convié à s’interroger sur les formes d’apparition des violences racistes en Europe et en Afrique et sur la question de leur représentation dans l’art.

2.
INTERNATIONAL INSTITUtE OF POLITICAL MURDER – iipm

L’IIPM – Institut international du crime politique – dont le siège est à Berlin et à Zurich, a été fondé fin 2007 afin d’intensifier les échanges entre le théâtre, les arts plastiques, le cinéma et la recherche dans le domaine du reenactment – la reconstitution d’évènements historiques – et d’y adjoindre une réflexion sur le plan théorique. Les coproductions internationales et les thèmes intéressant la société dans son ensemble y occupent le devant de la scène.

Lors de ses reconstitutions artistiques, l’IIPM est soucieux de rester le plus possible fidèle aux faits. Un travail de recherche approfondi sur les archives et des interviews avec des témoins de l’époque constituent la base sur laquelle l’institut élabore ses projets. A travers des installations théâtrales, filmiques, littéraires et artistiques, des évènements majeurs sur le plan historique sont rendus accessibles au spectateur de façon à la fois pédagogique et exigeante sur le plan esthétique.

Les membres de l’IIPM travaillent ensemble depuis de nombreuses années au sein d’équipes mouvantes. Leurs précédentes productions, qui ont été présentées dans de nombreux théâtres d’Allemagne, de Suisse et de Roumanie (HAU de Berlin, Theaterhaus Gessnerallee de Zurich, Teatrul Odeon de Bucarest, sophiensaele de Berlin, kampnagel de Hambourg, Maxim Gorki Theater de Berlin, Staatsschauspiel de Dresde, Schlachthaustheater de Berne, Südpol de Lucerne, etc.), ont reçu une large résonance sur le plan international et sont synonymes d’une nouvelle forme d’art politique.

Le dernier projet théâtral en date produit par l’IIPM – Les derniers jours des Ceausescu (10/2009) – est une reconstitution de la condamnation et de l’exécution du couple Ceausescu en décembre 1989, une reconstitution ayant fait l’objet de recherches minutieuses. Il a été représenté en Roumanie, en Allemagne et en Suisse et y a rencontré un large succès auprès du public et de la critique. Il a été nominé aux rencontres théâtrales berlinoises (Berliner Theatertreffen) et salué par les médias européens. Une série de tables rondes, de colloques et de manifestations parallèles ainsi qu’une version filmée, produite par une équipe internationale, et un épais catalogue documentaire ont accompagné le projet pour en faire un évènement interdisciplinaire intéressant la société dans son ensemble (première du film du 11 au 16 juillet 2010 au Festival d’Avignon, Maison Jean Vilar).

En sus du traitement artistique exigeant de moments-clés historiques, le dépassement des frontières entre les médias (entre théâtre et cinéma, arts scéniques et littérature, art et politique, théorie et pratique) est donc un objectif déclaré de l’IIPM.

3.
REALISATION

recherches

Comme pour les projets précédents de l’IIPM, HATE RADIO est basé sur une recherche approfondie et critique. Le texte, le jeu et la scénographie s’appuient sur des entretiens avec des spécialistes et des témoins, l’analyse de nombreux documents et des recherches menées sur place au Rwanda.

La reconstitution des émissions et du studio de la RTLM ont fait l’objet d’intenses recherches menées par les concepteurs du projet.


Valérie Bemeriki, la présentatrice la plus connue de la RTLM (Central Prison, Kigali)
Ces recherches ont été menées en collaboration avec Simone Schlindwein, correspondante en Afrique centrale, le spécialiste de la RTLM : Hervé Déguine, la linguiste rwandaise : Assumpta Muginareza, la spécialiste des médias : Soleil Frère et d’autres partenaires locaux et internationaux tels que le Service Civil pour la Paix (SCP) et la Direction du Développement et de la Coopération (DCC).

HATE RADIO a été réalisé en collaboration étroite avec le TPIR (Tribunal Pénal International pour le Rwanda), le CNLG (Commission Nationale de Lutte contre le Génocide), le Ministère de la Justice du Rwanda ainsi qu’avec d’autres associations, dont l’IBUKA .

Une évaluation détaillée des archives du TPIR, où sont conservés de nombreux supports photo, vidéo et audio, a été faite.

Les transcriptions des procès contre les anciens animateurs et responsables de la “Radio-Télévision Libre des Mille Collines” ont été analysées, et des entretiens individuels ont été menés avec d’importants collaborateurs de la RTLM, dont Valérie Beremiki, la présentatrice féminine la plus populaire de la radio (qui purge actuellement une peine de prison à vie).

Comme pour Les derniers jours des Ceausescu le lien biographique des comédiens avec les événements représentés joue un rôle principal.

Avec Dorcy Rugamba, par exemple, on a gagné le soutien d’un comédien internationalement connu (avec, entre autres, Tierno Bokar de Peter Brook et Rwanda 94 du Groupov), dont la biographie est en relation étroite avec le génocide. Dorcy Rugamba est né et a grandi à Kigali, il a survécu au génocide, par hasard, alors que sa famille a été presque entièrement massacrée par les « génocidaires ». Après ces événements frappants et décisifs, il a commencé des études de metteur en scène et de jeu à Liège en Belgique. Son œuvre artistique se consacre donc de façon intense à l’histoire de son pays.

Reenactment / Reconstitution


La RTLM était la voix du génocide, et comme si c'était un commentaire sportif, un des modérateurs annoncait: »Vous tous qui nous écoutez, levez-vous pour qu'on se batte tous ensemble pour le Rwanda. Il faut finir les Tutsi, les exterminer, les jeter hors du pays. Qu'il n'y ait aucun refuge pour eux, nulle part.«




Parmi les milices hutu, écouter la RTLM était obligatoire pour pouvoir recevoir les ordres. Les Tutsi, quant à eux, écoutaient la station pour être informés des actions prévues. Il n’y avait donc pour ainsi dire personne qui ne faisait pas partie des auditeurs de la “Radio-Télévision Libre des Mille Collines”. La radio RTLM a été la voix du génocide et la reconstitution du studio de radio se doit de rendre perceptible l’ambiance profondément dérangeante de la station. Une atmosphère faite de divertissements légers et d’incitation hystérique au meurtre. Le lieu est central. Il s’agit de restituer, avec une exacte conformité aux faits, l’étroit et minuscule centre de commandement d’un des plus grands génocides de l’histoire mondiale. Les évènements rejoués, dans leur présence brutale et intacte, doivent rendre sensible et compréhensible pour le spectateur le caractère menaçant de l’histoire réelle et lui faire sentir qu’il en est le témoin.

Dans le même temps, le caractère expérimental de l’installation est volontairement souligné. L’action est mise en scène en français et en kinyarwanda. La traduction dans la langue du lieu de la représentation apparaît sous forme de surtitrage sur un tableau d’affichage situé au-dessus du studio. Le troisième et le quatrième mur sont matérialisés sous forme de cloisons de verre. Le véritable lieu de l’action est donc à la fois ouvert et fermé à l’espace réservé aux spectateurs, ce qui souligne volontairement le caractère d’exposition de HATE RADIO. Les voix des présentateurs et du DJ sont réellement radio-diffusées ; chaque spectateur dispose d’un poste de radio relié à des écouteurs pour les écouter.

L’installation vidéo

Aujourd’hui encore, la voix de la RTLM accompagne les cauchemars de millions de personnes. En effet, ce que les présentateurs exigeaient de leurs auditeurs, ce dont ils les menaçaient devenait immédiatement réalité.

La deuxième partie du projet HATE RADIO, complémentaire de la première, se consacre à cette réalité brute, physique et presque indicible d’un racisme menant au génocide. Ce que le racisme veut vraiment dire, ce qu’il signifie se révèle en effet seulement dans ses conséquences.

Durant ses recherches, l’IIPM a collecté de nombreux témoignages de survivants et de coupables, des hommes et des femmes qui ont vécu le génocide durant leur enfance ou à l’âge adulte.

Certains de ces témoignages sont restitués par les comédiens, sous forme de vidéos projetées sur les murs du studio durant les pauses de l’émission radiophonique.

HATE RADIO alterne donc entre la reconstitution d’émissions de la RTLM et des témoignages saisissants de témoins de l’époque.

Le Documentaire

Les recherches menées sur place au Rwanda, mais aussi les représentations en Allemagne, Autriche, Belgique et Suisse seront filmées et présentées sous forme d’un film documentaire. Lennart Laberenz est le réalisateur de ce documentaire. Il a, entre autres, tourné pour Christoph Schlingensief et Kristian Smeds.

Le catalogue

Un catalogue détaillé accompagnant les installations scéniques paraîtra aux éditions Verbrecher Verlag Berlin. Ce catalogue sera distribué aux spectateurs mais pourra également être lu indépendamment de la représentation. En sus d’une reconstitution précise des évènements et d’une documentation détaillée sur le projet, une discussion autour des enjeux de la reconstitution fera partie intégrante du catalogue. Le catalogue sera l’occasion d’un échange avec des sociologues et des spécialistes des médias ainsi qu’avec les personnes impliquées dans le travail de recherche sur le génocide.

4.
L’équipe / Biographies

Milo Rau (scénario & mise en scène)

Milo Rau est né à Berne (Suisse) en 1977 et partage aujourd’hui sa vie entre Zurich et Berlin. Il a effectué des études de littérature française et allemande, de linguistique et de sociologie à Paris, Zurich et Berlin. Il prépare actuellement un doctorat sur “L’esthétique de la reconstitution”. Les 10 pièces de théâtre qu’il a créées, ses reportages et textes littéraires ont été récompensés par de nombreux prix internationaux. En dehors de son travail pour le théâtre et le cinéma, il est, entre autres, enseignant et essayiste.

Jens Dietrich (dramaturgie & production)

Jens Dietrich né à Hessen en 1976, vit à Berlin. Il a effectué des études de sciences théâtrales appliquées à Gießen et a travaillé, à l’issue de ses études, au Richard Foremans Ontological Theater de New York, aux Städtische Bühnen de Cologne et au théâtre de Fribourg. Il est, depuis 2004, dramaturge free-lance pour le théâtre et pour des productions de danse en Allemagne, Autriche, Suisse, Roumanie et Italie.

Marcel Bächtiger (Video)

Marcel Bächtiger, né à Saint-Galles en 1976, a effectué des études d’architecture à l’ETH de Zurich. Depuis l’obtention de son diplôme en 2002, il travaille en free-lance en tant que réalisateur de films et en tant qu’architecte. Il a été réalisateur et monteur de nombreux films, entre autres des films d’architecture, des vidéos de pièces de théâtre pour le Schauspielhaus de Zurich, des films documentaires, des vidéos musicales et des films publicitaires

Anton Lukas (scénographie/costumes)

Anton Lukas est né à Neumark en Allemagne. Après des études de graphisme à la Fernakademie Hambourg, il a fait des études  en  Innenarchitektur à la Fachhochschule Rosenheim (Diplomabschluss). Après un apprentissage de menuisier et de formations diverses dans le domaine de la scénographie (TU Berlin) et de la création de costumes (Deutsche Oper Berlin), il est scénographe (intermittent) depuis 2002. Depuis il a développé et créé de nombreuses scénographies. Il travaille régulièrement avec les chorégraphes Constanza Macras et Anna Konjetzky et participe aux productions des Rossini-Festivals à Wildbad. En 2009/10 il a été scénographe pour la production de l’IIPM  Les derniers jours des Ceausescus.

Dorcy Rugamba (comédien)

Dorcy Rugamba est né en 1970 au Rwanda et a émigré en Belgique après le génocide, où il a fait des études théâtrales (jeu et mise en scène). Ici commença une confrontation intense avec les événements de 1994. Il a participé à la pièce de théâtre et au film du même nom Rwanda 94 sous la direction de Jacques Delcuvellerie. De retour à Kigali il a fondé la compagnie de théâtre Urwintore et réalisé la mise en scène de la pièce L’Instruction de Peter Weiss. En 2004 il a joué dans la pièce Tierno Bokar (Bouffes du Nord) de Peter Brooks. En 2007 il a présenté sa pièce Bloody Niggers, en France, en Belgique, en Suisse et au Mali. Dans Hate Radio, Dorcy Rugamba incarne le rôle du présentateur redouté Habimana Kantano.

Afazali Dewaele (comédien)

Afazali Dewale est né en 1978 au Rwanda. Il a été adopté par une famille belge durant son enfance. Il a fait des études de jeu et de mise en scène au Conservatoire de Bruxelles (BE). Il a joué dans de nombreux films et pièces de théâtre de Dominique Serron, Arne Sierens, René Georges et Ismail Saidi. Il a été le protagoniste du long-métrage Le jour où Dieu est parti en voyage de Philippe van Leeuw ; ce film traite du génocide rwandais. Grâce à cela il a pu retourner au Rwanda pour la première fois depuis son départ et il y a fait la connaissance de sa famille. Dans Hate Radio, Afazali Dewaele joue le rôle du DJ de la station de radio, il passe les tubes congolais et la pop internationale de l’époque, mais aussi les chansons incendiaires, qui étaient émis par la RTLM.

Sebastien foucault (comédien)

Après des études de Littérature et de Psychologie à la Sorbonne, Sébastien a fait des études de jeu et de mise en scène au Conservatoire de Liège. Au cours de sa longue collaboration avec la metteuse en scène belge Françoise Bloch (jeu et assistanat à la mise en scène, Grow or go, Société de Services…), il s’est spécialisé dans le théâtre documentaire. En 2010 il a fondé le collectif de théâtre Que faire? ainsi que la pièce éponyme avec laquelle il est parti en tournée en Belgique et en France. Dans Hate Radio Sébastien Ruggiu joue le rôle du présentateur belge Georges Ruggiu. Georges Ruggiu a émigré au Rwanda trois mois avant le génocide et a, de suite, commencé à travailler à la RTLM.

Estelle Marion (comédien)

est née à Bruxelles, mais depuis son enfance, elle a établi un lien fort avec le pays natal de sa mère qui est rwandaise. Elle a fait des études de jeu théâtral à Bruxelles et commencé sa carrière en 1973. Elle a commencé une analyse artistique et critique des événements au Rwanda, depuis que des membres de sa famille sont morts durant le génocide. Comme Dorcy Rugamba elle a participé en tant que comédienne et auteur à la pièce de théâtre Rwanda 94 de Jacques Delcuvellerie qui a été jouée en Europe et en Afrique.

N

ancy Nkusi
(COMEDIEN)

Nancy Nkusi a fui le Rwanda pendant les événements de 1994. Après des études de psychologie, elle a fait des études de jeu au Conservatoire de Liège (BE). Ella a joué dans plusieurs films et productions théâtrales, entre autres dans le projet de théâtre Gamblers (2011) de Dorcy Rugamba. Dans Hate Radio elle incarne le rôle de Valérie Bemeriki, la présentatrice la plus connu de la RTLM.


similaire:

Programme accompagnateur suisse iconAvec ses 26 000 visiteurs et 280 exposants, l’unique Foire forestière...
«L’économie forestière suisse est une branche moderne exposée au rude climat de l’économie mondialisée, c’est pourquoi IL est si...

Programme accompagnateur suisse icon8 d e s a n d e s a u X c a r a ï b e s
«El Dorado» de Bogotá (2 640m d’altitude) et accueil par notre guide accompagnateur francophone

Programme accompagnateur suisse iconSommaire
«accompagnateur d’équipe» est gérée et organisée par les Comités départementaux

Programme accompagnateur suisse iconLes hébergements insolites en Suisse

Programme accompagnateur suisse icon2 Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, Autriche

Programme accompagnateur suisse iconTour de suisse 2004: petit alphabet sans guillemets ni majuscules

Programme accompagnateur suisse icon1 alb tp europe. St Martin, Serbie, Suède, Suisse, Tchéquoslovaquie, Thrace

Programme accompagnateur suisse icon2005 Le projet Andy 1996-2002, Galerie Skopia, Genève, Suisse 2003

Programme accompagnateur suisse iconAteliers Nomades Genève, Suisse Avril 2015 Août 2015 (5 mois)

Programme accompagnateur suisse iconVotre revue de presse du lycée !
...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com