Comme une évidence (Grand corps malade)








télécharger 10.27 Kb.
titreComme une évidence (Grand corps malade)
date de publication02.02.2018
taille10.27 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Comme une évidence (Grand corps malade)

En fait, ça fait un moment que se croisent dans ma tête
Des mots et des douceurs qui pourraient faire un texte
Un truc un peu différent, je crois que ça parlerait d'elle
Faut avouer que dans mon quotidien, elle a mis un beau bordel

Mais j'ai un gros souci, j'ai peur que mes potes se marrent
Qu'ils me disent que je m'affiche, qu'ils me traitent de canard
C'est cette pudeur misogyne, croire que la fierté part en fumée
Quand t'ouvres un peu ton coeur, mais moi cette fois je veux assumer

J'ai un autre problème, il est peut-être encore plus lourd
C'est que t'as pas droit à l'erreur quand t'écris un texte d'amour
Moi, les trois prochains couplets, je voudraient que ça soit des bombes
Si j'écris un texte sur elle, je voudrais que ça soit le plus beau du monde

Elle mérite pas un texte moyen, j'ai la pression, ça craint
Fini de faire l'intéressant, avec mes voyages en train
Là c'est loin d'être évident, moi je sais pas comment on fait
Pour décrire ses sentiments, quand on vit avec une fée

Il faut avouer qu'elle a des yeux, ils sont même pas homologués
Des fois ils sont verts, des fois jaunes, je crois même que la nuit ils sont violets
Quand je m'enfonce dans son regard, je perds le la je n'touche plus le sol
Je me perds profondément, et j'oublie exprès ma boussole

Depuis que je la connais, je ressens des trucs hallucinants
Je me dis souvent que j'ai eu de la chance de lui avoir plu, sinon
J'aurais jamais su qu'un rire pouvait arrêter la Terre de tourner
J'aurais jamais su qu'un regard pouvait habiller mes journées

Je comprends pas tout ce qui se passe, y a pleins de trucs incohérents
Depuis qu'elle est là rien n'a changé, mais tout est différent
Elle m'apporte trop de désordre, et tellement de stabilité
Ce que je préfère c'est sa force, mais le mieux c'est sa fragilité

Ce n'est pas un texte de plus, ce n'est pas juste un poème
Parfois elle aime mes mots, mais cette fois c'est elle que mes mots aiment
Je l'ai dans la tête comme une mélodie, alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n'est écrit, mais tout sonne comme une évidence

J'ai redécouvert comme ça réchauffe d'avoir des sentiments
Mais si tu me dis que c'est beaucoup mieux de vivre sans, tu mens
Alors je les mets en mots et tant pis si mes potes me chambrent
Moi je m'en fous, chez moi y a une sirène qui dort dns ma chambre

J'avais une vie de chat sauvage, elle l'a réduite en cendres
J'ai découvert un bonheur tout simple, c'est juste qu'on aime être ensemble
On ne calcule pas les démons du passé, on n'a pas peur d'eux
Moi si un jour j'suis un couple, je voudrais être nous deux

Y a des sourires et des soupires, y a des fou rires à en mourir
On peut s'ouvrir et s'en rougir, déjà se nourrir de nos souvenirs
Les pièges de l'avenir nous attendent, mais on n'a pas peur d'eux
Moi si un jour j'suis un couple, je voudrais être nous deux

Et si c'est vrai que les mots sont la voix de l'émotion
Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction
J'ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace
On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

Et si c'est vrai que les mots sont la voix de l'émotion
Les miens prennent la parole pour nous montrer sa direction
J'ai quitté le quai pour un train spécial, un TGV palace
On roule à 1000km/h, au dessus de la mer, en première classe

À Montréal (Grand corps malade)

Comme j’suis quelqu’un d’pas compliqué
J’écris des textes sur c’que j’vois
Alors assis dans un café
J’regarde la vie autour de moi
Derrière la vitre il fait bien jour
Et y’a du vent dans les arbres
J’regarde le speed auprès des tours
Et mes toasts au sirop d’érable
J’me suis levé bien avant 7h
C’est un exploit temporaire
Habituellement ça m’ferait trop peur
Mais j’suis en décalage horaire
J’apprécie mon nouveau réel
J’ai fait voyager mon moral
Je sens qu’la journée sera belle
Me revoici à Montréal
On m’a dit qu’ici l’hiver est dur
Alors j’suis venu au printemps
Six mois dans l’froid c’est la torture
Si j’peux éviter, j’aime autant
Mais ce matin l’ciel est tout bleu
Et j’sens qu’mon cœur est tout blanc
J’vais connaître la ville un peu mieux
Je veux voir Montréal en grand
J’ai plutôt un bon apriori
Parce que les gens sont accueillants
Y’a plus de sourires qu’à Paris
Et puis surtout y’a leur accent
Mis à part quelques mots désuets
Ils parlent le même langage que nous
Mais pour l’accent j’sais leur secret
Ils ont trop d’souplesse dans les joues

Niveau architecture, Montréal c’est un peu n’importe quoi
Y’a du vieux, du neuf, des clochers, des gratte-ciel qui s’côtoient
Mais j’aime cette incohérence et l’influence de tous ces styles
J’me sens bien dans ces différences, j’suis un enfant de toutes les villes
Y’a plein d’buildings sévères, y’a des grosses voitures qui klaxonnent
Et des taxis un peu partout, c’est l’influence anglo-saxonne
Y’a des vitraux dans les églises et des pavés dans les ruelles
Quelques traces indélébiles de l’influence européenne
Y’a des grands centres commerciaux, et des rues droites qui forment des blocs
Pas de doute là-dessus, Montréal est la p'tite sœur de New York
Y’a des p'tits restos en terrasse, un quartier latin et des crêperies
Pas de doute là-dedans, Montréal est la cousine de Paris
Dans les lumières d’l’après-midi, j’ai chillé sur Sainte Catherine
Et là j’ai magasiné, pas question d’faire du shopping
Moi j’aime bien la rue Saint-Denis, c’est p’tet pas juste un hasard
Et sur l’plateau des bobos j’ai pris l’soleil à la Place des arts
J’ai bien aimé l’vieux port et ses fantômes industriels
Et bizarrement le quartier des musées j’le visiterai la fois prochaine
Je prétends pas connaître la ville, j’suis qu’un touriste plein d’amitié
Mais j’aime ce lieu, son air, et ses visages du monde entier
J’me suis arrêté pour observer la nuit tomber sur Montréal
Et l’dernier clin d’œil du soleil changer les couleurs du Mont-Royal
Les phares des voitures ont rempli les interminables avenues
J’me suis senti serein, un peu chez moi, un peu perdu
J’me suis réfugié dans un Starbucks afin d’finir de gratter
Mon p'tit hommage sur cette ville où j’me suis senti adopté
Sur ces habitants ouverts qui parlent un drôle de patois
Et qui m’ont offert leur écoute, à 6000 bornes de chez moi
Je reviendrai à Montréal car j’ai eu ben du fun
Cette ville où les chums ont des blondes et où les blondes ont des chums
J’ai pas encore vu grand-chose, j’veux découvrir et j’sais pourquoi
Je reviendrai à Montréal voir les cousins québécois


similaire:

Comme une évidence (Grand corps malade) iconLa sculpture contemporaine, a choisi d’organiser l’exposition archi-sculpture....

Comme une évidence (Grand corps malade) iconLe corps éthérique (du mot éther, ou état entre l'énergie et la matiére)...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconA la gloire du grand architecte de l’univers a deus Meumque jus rite ecossais ancien et accepte
«Évoluer ou mourir», comme IL en est de quelque chose de transitoire : le lévite est symboliquement une fonction, celle de l’intelligence,...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconLes carburants préférés de notre organisme sont le glucose et les...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconFace au Mystère. Table des Matières
«moi» au fond de mon être. Je suis donc un esprit qui transcende le corps. Le corps meurt, mais l'esprit, transcendant le corps,...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconAg insurance choisit le logiciel isis papyrus pour la gestion intégrée...
«Nous sommes impatients de déployer une solution avancée de gestion de cas qui répondra à nos objectifs opérationnels et conduira...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconI. Christianisme et humanisme : les arts visuels entre recherche d’expressivité et idéal antique
«canôn» de Polyclète, mesure, proportion des corps → idéalisation du corps à travers la sculpture. Période dite classique. Oui

Comme une évidence (Grand corps malade) iconA la Gloire du Grand Architecte de l’Univers Francs-Maçons de Rite Ecossais Ancien et Accepté
«Ce que les philosophes s’efforcent d’atteindre par une voie détournée et comme par tâtonnement, IL faut y parvenir immédiatement,...

Comme une évidence (Grand corps malade) iconI où sont proférées diverses considérations sans grand intérêt ni...

Comme une évidence (Grand corps malade) icon1. Complète au Passé Composé
«Cinq semaines en ballon», début de la production du grand auteur, considéré comme le père de la science fiction. IL a écrit aussi...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com