Profession de santé, paramédicale








télécharger 88.23 Kb.
titreProfession de santé, paramédicale
date de publication02.02.2018
taille88.23 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
Présentation de l’Ergothérapie

Assemblée Générale ARIMC

14 juin 2008



  1. Définition de l’ergothérapie :


Source Synfel

« L'ergothérapie est une profession de santé, paramédicale, évaluant et traitant les personnes au moyen d'activités significatives pour préserver et développer leur indépendance (capacités à faire) et leur autonomie (capacités à gérer et à décider) dans leur environnement quotidien et social.
L'ergothérapie se pratique au travers de la rééducation (cognitive, motrice, sensitive, sensorielle ...) ou de la réadaptation (aides techniques, compensations motrice ou cognitives, aménagement de domicile, domotique ...) par et pour l'activité (du Grec, Ergon).

Sa fonction consiste à permettre aux patients l'acquisition d'une plus grande autonomie en recourant à différentes techniques et activités. Toujours dans une optique d'autonomie, il donne des conseils à la personne et à son entourage en vue d'une meilleure intégration dans son environnement matériel et humain.

L'ergothérapeute intervient autant sur le nourrisson, l'enfant, ou l'adulte. Il exerce sa profession sur prescription médicale, en centre, en service commercial, dans les assurances, les instances administratives ou en libéral »

2) Historique

Source ANFE

«  L'ergothérapie trouve son origine au début du XX° siécle en Amérique du Nord, grâce aux médecins psychiatres qui définissent l'activité comme thérapie.
L'influence des guerres mondiales favorise le développement de la profession en France et tout d'abord dans le domaine de la médecine physique. L'activité est utilisée pour son utilité dans la restauration des capacités physiques.

C'est dans les années 70 que le concept de handicap voit le jour et que l'on commence à considérer le contexte environnemental et social de la personne comme facteurs de santé. L'ergothérapie prend alors toute sa dimension en agissant sur les liens étroits entre la personne, l'activité et le contexte dans lequel elle est réalisée.

Aujourd'hui la profession connaît un essor important lié entre autre au vieillissement de la population, l'augmentation de l'espérance de vie, l'émergence de nouvelles pathologies (troubles de l'apprentissage, autisme, maladie d'Alzheimer, maladie rares.), le développement des technologies médicales, le développement des actions de promotion de la santé entraîne une hausse importante de la demande de service en ergothérapie »
3) Actions

Source ANFE

« L'ergothérapeute est un professionnel de la santé. Membre d'équipes pluridisciplinaires, il est l'intervenant central dans le processus de réadaptation, d'adaptation et d'intégration sociale des personnes aux prises avec des problèmes de fonctionnement dans leur quotidien.

Les ergothérapeutes croient dans le fait que vos activités sont le reflet de ce que vous êtes et qu'elles donnent du sens à la vie. Si vous êtes incapable d'accomplir les choses que vous souhaitez ou devez réaliser, votre bien-être général et donc votre santé en seront affectés. Les occupations d'une personne se retrouvent ainsi étroitement liées à sa qualité de vie et au sens qu'elle donne à son existence !

L'ergothérapie vous permet de résoudre les problèmes qui vous empêchent d'accomplir les choses qui vous tiennent à cœur. Si une blessure, une maladie, une déficience ou un autre problème limite vos capacités :

  • d'effectuer vos soins personnels

  • de vous déplacer, de communiquer, de vous divertir

  • de travailler

  • de réaliser toutes les tâches qui vous sont propres

 Alors un ergothérapeute peut trouver avec vous des solutions pour relever le défi du quotidien, faire disparaître les barrières et vous permettre d'agir, de retrouver votre rôle social et ainsi de mener une vie satisfaisante.

L'ergothérapeute examine non seulement les effets physiques d'une lésion ou d'une maladie, mais ils se penchent également sur les facteurs psychosociaux et environnementaux qui influencent votre capacité d'agir. »

4) Modes d’interventions

Source ANFE

« Par le biais d'entrevues, d'évaluations et de mises en situations concrètes, l'ergothérapeute obtient des informations au niveau de vos forces et de vos déficits. Il recueille également des renseignements sur la manière dont vos activités se déroulent et sur le contexte environnemental dans lequel elles s'exercent. Enfin, il s'enquiert de vos rôles sociaux et tâches particulières en ce qui concerne les soins personnels, la vie domestique, l'école, les loisirs, la famille et le travail.

C'est dans le cadre d'une relation thérapeutique et par l'intermédiaire d'activités adaptées, d'enseignements et d'apprentissages, que l'ergothérapeute intervient » pour une rééducation et / ou une réadaptation lors de plusieurs séances. « Il vous guidera vers l'identification de vos difficultés, la récupération optimale de vos capacités fonctionnelles physiques et psychiques, l'adaptation à vos limites et à votre potentiel, ainsi que vers le réinvestissement de vos activités et rôles sociaux antérieurs. Cette démarche permettra également l'identification de vos besoins en tierce personne.

L'intervention en ergothérapie peut aussi impliquer des conseils au niveau de l'aménagement des tâches ou de l'environnement. Ces recommandations ont pour but d'atténuer ou d'éliminer les obstacles et de rétablir l'équilibre avec votre environnement.

L'ergothérapie peut aussi permettre de prévenir un problème ou d'en réduire les effets. Il participe aussi aux actions de promotion de la santé, de prévention ou d'enseignement concernant les populations à risque de perte d'autonomie. » 

Exemple de protocole de prise en charge :

Source ANFE

« Tout d'abord, l'ergothérapeute tentera de découvrir pourquoi vous ne pouvez accomplir ce que vous voulez ou devez accomplir.
Selon votre situation, il vérifiera :

  • ce que vous pouvez et ne pouvez pas accomplir physiquement (votre force, votre coordination, votre équilibre ou autres capacités physiques)

  • ce que vous pouvez et ne pouvez faire mentalement (votre mémoire, vos habiletés d'organisation, vos stratégies d'adaptation ou autres habiletés mentales)

  • le matériel que vous utilisez pour participer à vos activités (par exemple, outils de travail, meubles, ustensiles, vêtements et autres matériels)

  • le soutien dont vous pouvez disposer dans votre entourage (famille, amis, professionnels.)

  • L'architecture de votre maison, de votre école, de votre milieu de travail. Selon le problème, l'ergothérapeute peut vous aider à le résoudre en :

    • vous aidant à retrouver les habiletés et capacités nécessaires à vos activités

    • vous enseignant des moyens de " faire autrement "

    • adaptant les articles ou l'équipement que vous utilisez

    • recommandant des changements dans l'environnement où vous effectuez vos activités. 

      Un ergothérapeute peut vous aider à surmonter vos problèmes grâce, par exemple, aux interventions suivantes :

  • vous apprendre comment enfiler vos vêtements ou cuisiner avec un seul bras

  • vous apprendre comment gérer votre temps et votre argent

  • vous apprendre à vous déplacer à l'aide d'un fauteuil roulant

  • améliorer votre confiance et votre foi en vous-même

  • améliorer votre force et votre coordination

  • vous permettre d'écrire et de communiquer

  • réduire ou prévenir la déformation de vos mains après une lésion

  • vous conseiller des sièges adaptés pour la toilette et le bain

  • définir des sièges adaptés et positionnements spéciaux pour améliorer votre posture

  • définir les adaptations nécessaires de votre voiture comme un volant adapté pour une seule main ou un accélérateur ou des freins actionnés par la main

  • étudier les aménagement architecturaux nécessaires pour permettre une vie en toute autonomie et sécuritaire (réorganisation des pièces, rampes d'accès pour le fauteuil roulant, élargissement des cadres de portes, abaissement ou élévation des surfaces de travail, des comptoirs ou des armoires)

  • évaluer et argumenter vos besoins précis pour le financement des aides techniques par les organismes »


L'ergothérapie intervient auprès des personnes en situation de handicap ou susceptibles de l'être un jour (prévention).
Cela concerne les personnes de tous âges (enfants, adultes, personnes âgées) au prise avec des problèmes d'ordre physique et/ou psychologiques.
Tout d'abord, l'ergothérapeute tentera de découvrir pourquoi vous ne pouvez accomplir ce que vous voulez ou devez accomplir.
Selon votre situation, il vérifiera :

  • ce que vous pouvez et ne pouvez pas accomplir physiquement (votre force, votre coordination, votre équilibre ou autres capacités physiques)

  • ce que vous pouvez et ne pouvez faire mentalement (votre mémoire, vos habiletés d'organisation, vos stratégies d'adaptation ou autres habiletés mentales)

  • le matériel que vous utilisez pour participer à vos activités (par exemple, outils de travail, meubles, ustensiles, vêtements et autres matériels)

  • le soutien dont vous pouvez disposer dans votre entourage (famille, amis, professionnels.)

  • L'architecture de votre maison, de votre école, de votre milieu de travail. Selon le problème, l'ergothérapeute peut vous aider à le résoudre en :


    • vous aidant à retrouver les habiletés et capacités nécessaires à vos activités

    • vous enseignant des moyens de " faire autrement "

    • adaptant les articles ou l'équipement que vous utilisez

    • recommandant des changements dans l'environnement où vous effectuez vos activités.

 
Un ergothérapeute peut vous aider à surmonter vos problèmes grâce, par exemple, aux interventions suivantes :

  • vous apprendre comment enfiler vos vêtements ou cuisiner avec un seul bras

  • vous apprendre comment gérer votre temps et votre argent

  • vous apprendre à vous déplacer à l'aide d'un fauteuil roulant

  • améliorer votre confiance et votre foi en vous-même

  • améliorer votre force et votre coordination

  • vous permettre d'écrire et de communiquer

  • réduire ou prévenir la déformation de vos mains après une lésion

  • vous conseiller des sièges adaptés pour la toilette et le bain

  • définir des sièges adaptés et positionnements spéciaux pour améliorer votre posture

  • définir les adaptations nécessaires de votre voiture comme un volant adapté pour une seule main ou un accélérateur ou des freins actionnés par la main

  • étudier les aménagement architecturaux nécessaires pour permettre une vie en toute autonomie et sécuritaire (réorganisation des pièces, rampes d'accès pour le fauteuil roulant, élargissement des cadres de portes, abaissement ou élévation des surfaces de travail, des comptoirs ou des armoires)

  • évaluer et argumenter vos besoins précis pour le financement des aides techniques par les organismes




 

5) Population concernée
Source ANFELes ergothérapeutes peuvent travailler avec des personnes de tout âge porteuses de troubles fonctionnels, sensoriels, psychiques, ou intellectuels : une maison Départementale de la Personne Hnadicapée (MDPH) Un hôpital de jour

  • Un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles

  • Une clinique

  • Une maison de retraite

  • Un centre d'information et de conseils en aides techniques (C.I.C.A.T.)

  • Une association de personnes handicapées

  • Un service d'éducation et de soins spécialisés a domicile

  • Un Foyer d'aacueil médicalisé (FAM)

  • Une collectivité locale (CCAS)

  • Un centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP)

  • Un cabinet libéral d'ergothérapie

  • Un établissement et Service d'aide par le travail (ESAT)

  • Une assurance

  • Un centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (C.A.T.T.P)

  • Une centre local d'informations et de coordination (CLIC )

  • Un centre médico-psychologique (CMP)

  • Une entreprise commercial

  • Un établissement d'hébergement pour personnes agées dépendantes (EHPAD)

  • Un établissement spécialisé pour une vie autonome à domicile (ESVAD)

  • Un institut médico-éducatif (I.M.E)

  • Une maison d'accueil spécialisé (M.A.S)

  • Site pour la vie autonome (S.V.A)

  • Un service de soins spécialisés à domicile (SESSAD)

  • Un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

  • un Service d'Accompagnement médico-Sociaux pour adultes handicapée (SAMSAH)

  • Une unité d'évaluation, de réentrainement, et d'orientation sociale et/ou professionnelle (UEROS)

  • Unité Mobile d'Evaluation

  • Une unité de soins longue durée (USLD)

  • Une maison d'arrêt

De plus en plus, nos secteurs d'interventions se diversifient (travail en cabinet d'architecture et d'ergonomie, dans les cabinets d'appareillage, dans des services commerciaux de matériel spécialisé pour les personnes handicapés, .).
DECRET D'ACTES

23 novembre 1986

Journal Officiel de la République Française

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'EMPLOI

Décret n° 86-1195 du 21 novembre 1986 fixant les catégories de personnes habilitées à effectuer des actes professionnels en ergothérapie.
Le Premier ministre, sur le rapport du ministre des affaires sociales et de l'emploi, vu le code de la santé publique, notamment les articles L.372 et L.893 ; vu la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 modifiée portant réforme hospitalière ; vu la loi n° 75-535 du 30 juin 1975 modifiée relative aux institutions sociales et médico-sociales ; vu le décret n°70-1042 du 6 novembre 1970 portant création du diplôme d'état d'ergothérapeute ; vu l'avis de l'Académie nationale de médecine : Le Conseil d'état (section sociale) entendu, Décrète :
Art. ler - Les personnes remplissant les conditions définies aux articles 2 et 3 peuvent contribuer, lorsque ces traitements sont assurés par un établissement ou service à caractère sanitaire ou médico-social régi par la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 ou la loi n° 75-535 du 30 juin 1975, aux traitements des déficiences, des dysfonctionnements, des incapacités ou des handicaps de nature somatique, psychique ou intellectuelle, en vue de solliciter, en situation d'activité et de travail les fonctions déficitaires et les capacités résiduelles d'adaptation fonctionnelle et relationnelle des personnes traitées, pour leur permettre de maintenir, de récupérer ou d'acquérir une autonomie indiv[i]duelle, sociale ou professionnelle.
Les actes professionnels qu'au cours de ces traitements ces personnes sont habilitées à accomplir, le cas échéant, au domicile des patients, sur prescription médicale, sont :

1° Des bilans ostéo-articulaires, neurologiques, musculaires, trophiques, fonctionnels, d'autonomie ou d'évaluation des difficultés relationnelles

2° La mise en condition articulaire et musculaire ou la facilitation d'une fonction, à l'exclusion des actes mentionnes à l'article L. 487 du code de la santé publique, permettant d'accomplir les actes définis au 3° ;

3° Par l'organisation d'activités d'artisanat, de jeu, d'expression, de la vie quotidienne, de loisirs ou de travail :
  a) La transformation d'un mouvement en geste fonctionnel ;
  b) La rééducation de la sensori-motricité ;
  c) La rééducation des repères temporo-spatiaux ;
  d) L'adaptation ou la réadaptation aux gestes professionnels ou de vie courante ;
  e) Le développement des facultés d'adaptation ou de compensation ;
  f) Le maintien des capacités fonctionnelles et relationnelles et la prévention des aggravations ;
  g) La revalorisation et la restauration des capacités de relation et de création ;
  h) Le maintien ou la reprise de l'identité personnelle et du rôle social ;
  i) L'expression des conflits internes.

4° L'application d'appareillages et de matériels d'aide technique appropriés à l'ergothérapie.

Ces actes professionnels peuvent, le cas échéant, être assortis d'actions sur l'environnement.

Art. 2. - Peuvent accomplir les actes professionnels mentionnés à l'article 1er :
1° Les titulaires du diplôme d'état français d'ergothérapeute ;
2° Dans les centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie et dans les secteurs psychiatriques des établissements hospitaliers publics, les infirmiers et infirmières intégrés, en application des dispositions de l'article L.893 du code de la santé publique, dans un emploi d'ergothérapeute avant le 11 avril 1983.
Art. 3.- Peuvent également accomplir les actes mentionnés à l'article 1er les salariés ayant exercé, à titre principal, l'activité d'ergothérapeute pendant une durée au moins égale à trois ans au cours des dix années précédant la date de publication du présent décret, et qui auront satisfait, dans les trois ans suivant cette date, un contrôle de connaissances. Ce contrôle comporte d'une part, des épreuves communes à l'ensemble des candidats, d'autre part, sur option des candidats, des épreuves de vérification des connaissances en matière soit de rééducation et réadaptation fonctionnelles, soit de santé mentale, soit de gériatrie. Les modalités d'organisation du contrôle de connaissances, la nature et le contenu des épreuves ainsi que la composition du Jury sont défini par arrêté du ministre de la santé pris après avis du conseil supérieur des professions paramédicales. Les personnes ayant satisfait à ce contrôle ne peuvent, selon leur option, accomplir les actes énumérés à l'article 1er du précédent décret que dans les établissements ou services assurant des traitements, respectivement, de rééducation et réadaptation fonctionnelles, de lutte contre les maladies mentales ou de gériatrie.
Art. 4. - Le ministre des affaires sociales et de l'emploi et le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l'emploi chargé de la santé et de la famille sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le21 novembre 1986.

Par le Premier ministre : Jacques CHIRAC.

Le ministre des affaires sociales et de l'emploi : Philippe SEGUIN.

Le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l'emploi chargé de la santé et de la famille : Michèle BARZACH.

« L'ergothérapie intervient auprès des personnes en situation de handicap ou susceptibles de l'être un jour (prévention).
Cela concerne les personnes de tous âges (enfants, adultes, personnes âgées) au prise avec des problèmes d'ordre physique et/ou psychologiques. » dans le cadre de soins de tout type de pathologie et handicap : neurologie, traumatologie, psychiatrie, rhumatologie, troubles visuelles, troubles liés au vieillissement. »
6) lieux d’intervention

« Source ANFE

  • une maison Départementale de la Personne Hnadicapée (MDPH)

  • Un hôpital de jour

  • Un centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles

  • Une clinique

  • Une maison de retraite

  • Une association de personnes handicapées

  • Un service d'éducation et de soins spécialisés a domicile SESSAD

  • Un Foyer d'accueil médicalisé (FAM)

  • Une collectivité locale (CCAS)

  • Un centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP)

  • Un cabinet libéral d'ergothérapie

  • Une assurance

  • Un centre d'accueil thérapeutique à temps partiel (C.A.T.T.P)

  • Une centre local d'informations et de coordination (CLIC )

  • Un centre médico-psychologique (CMP)

  • Une entreprise commerciale

  • Un établissement d'hébergement pour personnes agées dépendantes (EHPAD)

  • Un établissement spécialisé pour une vie autonome à domicile (ESVAD)

  • Un institut médico-éducatif (I.M.E)

  • Une maison d'accueil spécialisé (M.A.S)

  • Site pour la vie autonome (S.V.A)

  • Un service de soins spécialisés à domicile (SSSAD)

  • Un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

  • un Service d'Accompagnement médico-Sociaux pour adultes handicapée (SAMSAH)

  • Une unité d'évaluation, de réentrainement, et d'orientation sociale et/ou professionnelle (UEROS)

  • Unité Mobile d'Evaluation

  • Une unité de soins longue durée (USLD)

  • Une maison d'arrêt

De plus en plus, nos secteurs d'interventions se diversifient (travail en cabinet d'architecture et d'ergonomie, dans les cabinets d'appareillage, dans des services commerciaux de matériel spécialisé pour les personnes handicapées, .). » L’activité en libéral est en pleine expansion depuis quelques années face aux politiques de maintient à domicile et aux temps d’hospitalisation de plus en plus courts.

7) Législation de la profession

DECRET D'ACTES

23 novembre 1986

Journal Officiel de la République Française

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'EMPLOI

Décret n° 86-1195 du 21 novembre 1986 fixant les catégories de personnes habilitées à effectuer des actes professionnels en ergothérapie.
Le Premier ministre, sur le rapport du ministre des affaires sociales et de l'emploi, vu le code de la santé publique, notamment les articles L.372 et L.893 ; vu la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 modifiée portant réforme hospitalière ; vu la loi n° 75-535 du 30 juin 1975 modifiée relative aux institutions sociales et médico-sociales ; vu le décret n°70-1042 du 6 novembre 1970 portant création du diplôme d'état d'ergothérapeute ; vu l'avis de l'Académie nationale de médecine : Le Conseil d'état (section sociale) entendu, Décrète :
Art. ler - Les personnes remplissant les conditions définies aux articles 2 et 3 peuvent contribuer, lorsque ces traitements sont assurés par un établissement ou service à caractère sanitaire ou médico-social régi par la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 ou la loi n° 75-535 du 30 juin 1975, aux traitements des déficiences, des dysfonctionnements, des incapacités ou des handicaps de nature somatique, psychique ou intellectuelle, en vue de solliciter, en situation d'activité et de travail les fonctions déficitaires et les capacités résiduelles d'adaptation fonctionnelle et relationnelle des personnes traitées, pour leur permettre de maintenir, de récupérer ou d'acquérir une autonomie indiv[i]duelle, sociale ou professionnelle.
Les actes professionnels qu'au cours de ces traitements ces personnes sont habilitées à accomplir, le cas échéant, au domicile des patients, sur prescription médicale, sont :

1° Des bilans ostéo-articulaires, neurologiques, musculaires, trophiques, fonctionnels, d'autonomie ou d'évaluation des difficultés relationnelles

2° La mise en condition articulaire et musculaire ou la facilitation d'une fonction, à l'exclusion des actes mentionnes à l'article L. 487 du code de la santé publique, permettant d'accomplir les actes définis au 3°

3° Par l'organisation d'activités d'artisanat, de jeu, d'expression, de la vie quotidienne, de loisirs ou de travail :
  a) La transformation d'un mouvement en geste fonctionnel ;
  b) La rééducation de la sensori-motricité ;
  c) La rééducation des repères temporo-spatiaux ;
  d) L'adaptation ou la réadaptation aux gestes professionnels ou de vie courante ;
  e) Le développement des facultés d'adaptation ou de compensation ;
  f) Le maintien des capacités fonctionnelles et relationnelles et la prévention des aggravations ;
  g) La revalorisation et la restauration des capacités de relation et de création ;
  h) Le maintien ou la reprise de l'identité personnelle et du rôle social ;
  i) L'expression des conflits internes.

4° L'application d'appareillages et de matériels d'aide technique appropriés à l'ergothérapie.

Ces actes professionnels peuvent, le cas échéant, être assortis d'actions sur l'environnement.

Art. 2. - Peuvent accomplir les actes professionnels mentionnés à l'article 1er :
1° Les titulaires du diplôme d'état français d'ergothérapeute ;
2° Dans les centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie et dans les secteurs psychiatriques des établissements hospitaliers publics, les infirmiers et infirmières intégrés, en application des dispositions de l'article L.893 du code de la santé publique, dans un emploi d'ergothérapeute avant le 11 avril 1983.
Art. 3.- Peuvent également accomplir les actes mentionnés à l'article 1er les salariés ayant exercé, à titre principal, l'activité d'ergothérapeute pendant une durée au moins égale à trois ans au cours des dix années précédant la date de publication du présent décret, et qui auront satisfait, dans les trois ans suivant cette date, un contrôle de connaissances. Ce contrôle comporte d'une part, des épreuves communes à l'ensemble des candidats, d'autre part, sur option des candidats, des épreuves de vérification des connaissances en matière soit de rééducation et réadaptation fonctionnelles, soit de santé mentale, soit de gériatrie. Les modalités d'organisation du contrôle de connaissances, la nature et le contenu des épreuves ainsi que la composition du Jury sont défini par arrêté du ministre de la santé pris après avis du conseil supérieur des professions paramédicales. Les personnes ayant satisfait à ce contrôle ne peuvent, selon leur option, accomplir les actes énumérés à l'article 1er du précédent décret que dans les établissements ou services assurant des traitements, respectivement, de rééducation et réadaptation fonctionnelles, de lutte contre les maladies mentales ou de gériatrie.
Art. 4. - Le ministre des affaires sociales et de l'emploi et le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l'emploi chargé de la santé et de la famille sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le21 novembre 1986.

Par le Premier ministre : Jacques CHIRAC.

Le ministre des affaires sociales et de l'emploi : Philippe SEGUIN.

Le ministre délégué auprès du ministre des affaires sociales et de l'emploi chargé de la santé et de la famille : Michèle BARZACH.

8) Formation initiale

Source ANFE et SYNFEL
« La formation est dispensée sur 3 années à temps complet, soit 35 heures par semaine environ, dont 9 mois de stage. Le programme des études est fixé par le Ministère de la Santé (arrêtés du 24/09/90, du 21/07/94) et du 25/02/04). Il comprend un enseignement théorique, pratique et clinique.

Les candidats doivent être âgés d’au moins 17 ans au 31 décembre de l’année d’entrée à l’Institut.

L'admission se fait sur concours.
Pour se présenter, les candidats doivent être titulaires :
- Du baccalauréat ou du titre équivalent
- ainsi que les candidats ayant satisfait au DAEU (Diplôme d'accès aux études universitaires).
- Etre élève de classe terminale (admission subordonnée à l'obtention du baccalauréat)

Les titulaires du diplôme d'état d'infirmier, de sage-femme, de masseur-kinésithérapeute, de psychomotricien et les personnes ayant validé le premier cycle des études médicales, peuvent avoir accès à la première année du deuxième cycle.

Chaque année doit être validée en ayant au minimum 10/20 dans chaque module.
L'examen de fin d'étude se compose d'une soutenance de mémoire et d'une mise en situation professionnelle.

Il existe huit instituts de formation en ergothérapie en France, certains sont privés, d'autres semi-publics.

L'entrée dans ces écoles, appelées Institut de formation en ergothérapie, se fait
- Soit après la première année de médecine :
Bordeaux
Lyon
Nancy

- Soit par concours :
Paris
Berck-sur-Mer
Créteil
Montpellier
Rennes »

9) Les organismes représentatifs de la profession

- L'ANFE est le principal organisme représentatif de la profession d'ergothérapeute en France. Il ne s'agit pas d'une organisation syndicale. Elle a pour but de défendre et promouvoir la profession d'ergothérapeute et se veut également un espace d'échanges et de rencontre des professionnels et des étudiants.

http://www.anfe.fr

L'ANFE représente 17% des ergothérapeutes exerçant en France.

Elle est :

  • membre de la C.O.T.E.C., Council of Occupational Therapists for the Europeen Countries.

  • membre de la W.F.O.T, World Federation of Occupational Therapy.

  • membre fondateur de l'UIPARM, Union Interprofessionnelle des Associations de Rééducateurs et Médico-technique.

Elle possède quatre sièges titulaires et quatre sièges suppléants au conseil supérieur des professions paramédicales.

Plus généralement, l'association représente la profession auprès de toutes les instances ministérielles, territoriales, politiques et associatives.

Promotion de la profession actuelle et en cours :

- Rédaction du livre blanc de l’ergothérapie suite aux premières assises nationales de l’Ergothérapie les 3 et 4 avril 2008 pour 10 propositions pour adapter l’ergothérapie aux besoins de santé de la population française

- 16 au 22 mars 2009 semaine nationale de l’ergothérapie

- Le Synfel a été créé en décembre 2002 avec une ouverture aux adhésions en janvier 2003 pour les objectifs suivants :

1/ Représenter les ergothérapeutes libéraux par un syndicat professionnel
2/ Développer le cadre de pratique
3/ Mettre en place et signer des conventions de partenariat pour les membres
4/ Soutenir le développement des ergothérapeutes libéraux.

http://www.ergolib.org/

Le nombre d'adhérents au SYNFEL-ERGOLIB atteint aujourd'hui 74 suivant une croissance
régulière chaque année. Nous représentons une part largement significative des ergothérapeutes libéraux en exercice (environ 40%).


10) L’Ergothérapie au CEM de Dommartin

Source site internet du CEM DOMMARTIN

http://www.cem-dommartin.fr

« Le service compte actuellement 4 ergothérapeutes dont plusieurs travaillent à temps partiel (3 équivalents temps plein) et un technicien à temps plein. Cette équipe réalise toutes les adaptations et personnalisations de matériel relevant de ses compétences.

 

Sur prescription des médecins du centre et dans le cadre de leur décret de compétence, elles assurent un travail de prévention, d’éducation et/ou de rééducation, d’adaptation et/ou de réadaptation, par les techniques propres à leur profession :

 

  - prévention des déformations, et installation de confort (et de sécurité ?) : réalisation de tablettes, attelles de membre supérieur, chaises avec accoudoirs, adaptations de poste de travail,…

  - rééducation fonctionnelle, sensitive, des troubles cognitifs, des dyspraxies… : par le biais de graphisme, jeux ou exercices divers de construction, de logique, de stratégie,… avec utilisation ou non de l’informatique et de logiciels adaptés, ou dans le cadre d’activités pluridisciplinaires : Equithérapie, groupes atelier, cuisine, makaton, vannerie….

Adaptation/ réadaptation en lien avec les possibilités et les désirs du jeune visant à développer son indépendance et son autonomie dans les activités de la vie courantes, ses déplacements, ses activités scolaires ou d’apprentissages en atelier, ses loisirs… :

           o  aménagement d’outils et apprentissage de l’utilisation : FRE – joystick - tablettes, ordinateurs – contacteurs - logiciels particuliers,…

           o  participation à des groupes classe, jeux, d’évolution au tapis…

La recherche d’accessibilité à une informatique pertinente et adaptée à chacun est très importante au CEM où nous avons la chance de pouvoir tester et essayer de nombreux matériels. Par exemple, une pastille de désignation sur le front remplace la souris. Un logiciel parlant permet d'envoyer des messages par outlook.

Cette prise en charge leur demande de collaborer avec les autres professionnels du centre (kinésithérapeutes, orthophonistes, professeurs des écoles, éducateurs d’internat, d’externat, ou techniques, moniteurs de sport, veilleuses, assistantes sociales….) et bien sur avec les familles qui doivent être informées des techniques ou moyens facilitateurs proposés ou utilisés par leur enfant.

Elles sont aussi à la disposition des familles pour les conseiller dans l’aménagement de leur domicile, réalisant un relais indépendant des revendeurs, dont elles testent et comparent les matériels.

Elles doivent donc être créatives, curieuses de toutes les découvertes ou nouveautés. Elles adaptent, inventent, fabriquent, essaient, puis proposent à l’essai aux jeunes au sein du CEM et dans leur famille, pour qu’ils valident ce choix… ou non ! Elles se mettent donc en permanence au service de chaque jeune et de son projet de vie personnalisé, recherchant toujours pour ce faire les moyens à mettre en œuvre les plus performants.

Contact :

Tél : 04 78 43 58 00 en demandant le service d’ergothérapie

Mail : ergos.cem@arimc-ra.org »

Le service d’ergothérapie a lancé une proposition de rencontre de l’ensemble des ergothérapeutes travaillant au sein de l’ARIMC, le 10 juillet 2008 prochain dans l’après-midi, dans le but de préparer la semaine nationale de l’ergothérapie du 16 au 22 mars 2009.




similaire:

Profession de santé, paramédicale iconLes interactions entre Initiatives Mondiales en matière de Santé...

Profession de santé, paramédicale iconDe l’Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires
«de définir et de mettre en œuvre au niveau régional la politique de santé publique mentionnée à l'article L. 1411-1»

Profession de santé, paramédicale iconDécret législatif N° 94-07 Exercice de la profession

Profession de santé, paramédicale iconLes 12 Signes Enfants & Profession

Profession de santé, paramédicale iconOrganisé le 1er février 2007 au Café le gambetta
«Les Insécurités» et avait sa place dans notre réflexion. En effet, la Santé doit être considérée comme un des piliers du système...

Profession de santé, paramédicale iconBibliographie sélective Table des matières introduction generale...
«Santé publique» et est destiné aux étudiants en deuxième année de graduat en Sciences Infirmières pour toute les orientations

Profession de santé, paramédicale iconCalendrier de la réforme
«Sport» et l’option «Arts visuels» qui viennent s’ajouter aux deux options principales acquises depuis la création de l’ecg, soit...

Profession de santé, paramédicale iconL'exercice d'une profession libérale en entreprise individuelle

Profession de santé, paramédicale iconCaractéristiques personnelles nécessaires pour exercer la profession

Profession de santé, paramédicale icon2011 Siège de la Présidence Chargée de mission et Secrétariat
«Viles durables et santé» avec le colloque sur les mobilités. Après la validation du bilan et du plan d’activités, le rapport financier...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com