Première partie En ballon dirigeable I








télécharger 0.69 Mb.
titrePremière partie En ballon dirigeable I
page1/14
date de publication02.02.2018
taille0.69 Mb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14


Gustave Le Rouge – Gustave Guitton

La Princesse des Airs

I

BeQ

Gustave Le Rouge – Gustave Guitton

La Princesse des Airs

I

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Classiques du 20e siècle

Volume 152 : version 1.0

Du même auteur, à la Bibliothèque :

L’esclave amoureuse

Le sous-marin « Jules Verne »

La reine des éléphants

Nouvelles

Le prisonnier de la planète Mars

La guerre des Vampires

La Vallée du Désespoir

Le mystérieux docteur Cornélius

La conspiration des milliardaires

La dame noire des frontières

L’Héroïne du Colorado

Les aventures de Todd Marvel,

détective milliardaire

La Princesse des Airs

I

Première partie



En ballon dirigeable



I



Le docteur et l’acrobate


À Saint-Cloud, dans son vaste cabinet de travail, dont les quatre fenêtres donnaient sur le parc, et qu’encombrait un pêle-mêle d’appareils électro-thérapiques, de flacons et de livres, le célèbre docteur Rabican était, depuis plus d’une heure, en grande conférence avec un de ses anciens clients, un gymnasiarque devenu aéronaute, et nommé Alban Molifer. Le fils du docteur, le jeune Ludovic Rabican, qui écoutait derrière la porte, et collait, de temps en temps, son œil au trou de la serrure, ne pouvait, malgré ses louables efforts, attraper que des lambeaux de conversation. Il savait qu’Alban, que son père avait, autrefois, guéri, grâce à une opération d’une hardiesse merveilleuse, s’occupait alors, dans le plus grand secret, de la construction d’un aérostat, conçu suivant des données toutes nouvelles.

Ce fait expliquait bien au petit curieux la présence d’une foule d’épures qu’Alban avait étalées sur la grande table de porcelaine du cabinet, et dont il discutait les détails avec le docteur. Ce que l’enfant comprenait moins, c’étaient les feuilles de papier timbré, couvertes d’une grosse écriture, dont Alban faisait la lecture à demi-voix. À ce moment, le jeune indiscret sentit une main se poser sur son épaule. Il se retourna, honteux de sa curiosité ; il se trouvait face à face avec sa sœur Alberte, une belle et sérieuse jeune fille de seize ans, pour laquelle Ludovic, son cadet de trois années, éprouvait autant de respect que d’affection.

– Tu n’as pas honte, dit sévèrement Alberte, d’espionner ainsi notre père !... Ce que tu fais là est mal. Il s’agit peut-être d’affaires très sérieuses, que tu ne dois pas connaître.

Ludovic balbutia des excuses et supplia sa grande sœur de ne pas instruire son père de la faute dont il venait de se rendre coupable.

– Je ne dirai rien pour cette fois, fit-elle en le menaçant du doigt ; mais que je ne t’y prenne plus. Justement, je viens chercher papa, que l’on demande en ville.

Pendant que Ludovic se retirait, tout penaud, Mlle Rabican, après s’être annoncée par trois coups discrètement frappés, pénétrait dans le cabinet de travail paternel.

Le docteur sourit à la vue de sa fille et mit un baiser sur son front. Alban Molifer, après un profond salut, s’était retiré à l’écart.

– Qu’y a-t-il donc, petite, demanda joyeusement le docteur, pour que tu viennes ainsi nous troubler dans nos savantes méditations ?

– Rien de bien grave, papa. C’est encore votre confrère, l’honorable professeur Van der Schoppen, qui a fait des siennes. En appliquant, à trop forte dose, une potion kinésithérapique à l’un de ses malades, M. Tabourin, il lui a démoli un tibia.

– Ce diable de Van der Schoppen est enragé. Avec sa fameuse méthode, et ses biceps de lutteur, il finira par écloper toute la population.

– Mais, interrompit Alban, vous ne devriez pas vous en plaindre. Van der Schoppen travaille à augmenter votre clientèle. Chaque fois qu’il estropie un de ses malades, c’est un client qu’il perd et un que vous gagnez.

– Je suis suffisamment occupé, dit le docteur, pour ne pas désirer un surcroît de travail... Mais je cours chez M. Tabourin. C’est à deux pas d’ici. Vous voudrez bien être assez aimable pour m’attendre un instant... Les journaux d’aujourd’hui sont sur ce guéridon.

Le docteur s’habilla en toute hâte et, suivi de sa fille, quitta le cabinet de travail. Mais à peine avait-il franchi la porte de la rue que Ludovic, toujours aux aguets, se glissait doucement dans la pièce, afin d’aller faire un bout de causette avec son ami Alban, et de découvrir, s’il était possible, tout ou partie du fameux secret.

Le docteur Rabican, une des gloires de la science française, avait fondé à Saint-Cloud, depuis une dizaine d’années, une maison de santé luxueusement aménagée et dont l’installation était renouvelée à de fréquents intervalles, selon les dernières découvertes de la médecine et de la chirurgie modernes.

L’institut Rabican était connu dans le monde entier. Le docteur avait toujours, parmi ses pensionnaires, un nombre respectable de lords splénétiques, d’Américains millionnaires, rois du pétrole ou du coton, de petits princes allemands atteints de maux d’estomac.

Le docteur Rabican méritait, d’ailleurs, l’universelle renommée dont il jouissait. Pour lui, il n’y avait guère de maux incurables ; on citait, à son actif, des guérisons véritablement miraculeuses.

Il tentait parfois des opérations d’une stupéfiante hardiesse, et il les réussissait presque toujours.

On lui avait amené, une fois, un Italien qui se mourait d’un cancer à l’estomac. Le docteur n’avait pas hésité à faire entièrement l’ablation de l’organe contaminé. L’estomac avait été enlevé, l’œsophage raccordé avec le duodénum par des points de suture et le malade nourri artificiellement pendant un mois. Au grand désappointement des confrères jaloux qui avaient, à l’unanimité, pronostiqué la mort du patient, celui-ci s’était rétabli ; et, résultat véritablement déconcertant, il avait repris l’usage des aliments solides, digérait bien, et se portait à merveille. La sorte de poche qui s’était formée dans le tube digestif, remplaçait d’une façon très satisfaisante le viscère absent.

Une autre fois, une grande famille anglaise lui avait confié un orateur, membre du Parlement, atteint depuis trois ans d’une folie qui paraissait incurable. Le docteur avait promptement reconnu qu’un épanchement sanguin s’était produit dans un des lobes cérébraux. Le baronnet avait été dûment chloroformé ; un fragment de la boîte crânienne avait été scié, et le cerveau mis à nu, consciencieusement nettoyé. Peu de semaines après, le noble lord, tout à fait rétabli, reprenait, au Parlement, la série de ses éloquentes invectives, contre les empiètements coloniaux de la France et de l’Allemagne en Afrique.

Le docteur Rabican faisait plus fort encore. Il avait inventé un appareil à rajeunir les vieillards.

La principale cause de la caducité est l’artériosclérose, c’est-à-dire le durcissement lent, le raccornissement graduel, la pétrification, en quelque sorte, des tissus élastiques, dont se compose le système artériel de l’homme. Ce durcissement peut être, sinon entièrement évité, au moins considérablement retardé, par l’application graduée et raisonnée d’un faible courant électrique, sur les centres vasomoteurs du cerveau. Partant de ce principe, le docteur faisait asseoir son malade sur une sorte de chaise longue munie d’appareils électriques spéciaux. Un bandeau entourait son front. Ses pieds, ses mains et son torse étaient pris dans des anneaux métalliques. Puis, on actionnait les piles. Les effluves électriques se répandaient dans tout le système nerveux, et cela pendant plusieurs heures chaque jour. Au bout de très peu de temps, le vieillard soumis à ce traitement commençait à recouvrer son énergie, redressait sa taille, reprenait des travaux depuis longtemps abandonnés, enfin se remettait à faire des projets d’avenir. Le docteur avait eu des clients qui, après une saison de cure électrique, s’étaient remariés à un âge invraisemblable, au grand désappointement de leurs héritiers.

La fortune que le docteur Rabican avait gagnée, grâce à ses cures fabuleuses, était considérable. Il en faisait, d’ailleurs, le plus noble usage, mettant indistinctement, au service des pauvres et des riches, le pouvoir presque surnaturel de sa science.

C’est ainsi qu’il avait fait la connaissance d’Alban Molifer.

Un jour, une femme, encore revêtue du maillot pailleté des acrobates, était venue, tout en larmes, frapper à la porte de l’institut. Son mari, dans un exercice de voltige aérienne, avait manqué le second trapèze ; et au milieu d’un long cri d’horreur poussé par la salle entière, était venu lourdement s’abattre sur le filet tendu au-dessous de lui, sur la piste. Dans sa chute, son poignet avait porté sur le globe d’une lampe électrique qu’il avait brisé. Les nerfs et les artères étaient coupés ; le sang coulait à flots. Le gymnasiarque pouvait périr d’un instant à l’autre.

Dans l’écurie du cirque, où, avec des couvertures de cheval, on avait improvisé un lit au blessé, le docteur se trouva en présence d’un homme, jeune encore, d’une physionomie remarquablement intelligente et noble, que le sang qu’il avait perdu faisait d’une pâleur mortelle.

Le docteur courut au plus pressé. Il procéda d’abord à la ligature des artères.

Puis il appliqua un premier pansement, et libella une ordonnance.

Très peu de jours après, l’acrobate alla mieux. Le bras en écharpe, il se présenta lui-même à l’institut. Il semblait profondément désespéré. Quand il eut remercié le docteur, qui refusa d’accepter toute espèce d’honoraires, le gymnasiarque enleva le pansement qui recouvrait son poignet malade, et montra anxieusement, au docteur, la blessure en voie de guérison.

– La section des vaisseaux sanguins, dit celui-ci, soignée à temps comme elle l’a été, ne laissera pas de traces.

– Mais, s’écria Alban avec angoisse, ma main est inerte ! En recouvrerai-je jamais l’usage ? Si elle demeure paralysée, c’est pour moi et les miens la ruine et la mort.

Le docteur eut une petite toux sèche, par laquelle il cherchait à dissimuler son émotion. Le ton navrant du blessé l’avait profondément touché.

– Hum !... fit-il, c’est vrai, le nerf est coupé. Il faudrait une opération très osée, très délicate, que je ne crois même pas qu’on ait encore essayée...

– Je suis prêt à tout risquer ; je me remets entre vos mains.

– Eh bien, soit, fit le docteur devenu pensif. Revenez après-demain. Si vous êtes encore décidé, j’essaierai de remplacer le nerf.

Malgré tout son courage, Alban ne peut réprimer un léger frisson de crainte quand on l’eut installé dans le fauteuil à opérations, et qu’il sentit un invincible engourdissement s’emparer de lui, lorsque l’appareil à chloroforme eut commencé de fonctionner.

Sitôt le malade endormi, le docteur rapidement, tira la tringle d’un rideau. Le corps, garrotté et anesthésié, d’un chien de forte taille, apparut sur une table d’amphithéâtre. Le docteur prit quelques instruments dans sa trousse étalée. Il y eut une lueur d’acier. En deux ou trois mouvements, aussi rapides que ceux d’un prestidigitateur, le docteur venait de fendre l’une des pattes du chien et d’en retirer un filament blanc, qui était un nerf encore plein de vie. C’est ce nerf qui fut greffé sur celui d’Alban et servit à en raccorder les deux bouts.

Quand Alban se réveilla, le cerveau endolori, la salle d’opération avait repris son aspect habituel.

– C’est fini, dit le docteur en souriant. Vous n’avez plus, maintenant, qu’à rester quelques jours dans une immobilité absolue. Vous n’enlèverez l’appareil plâtré que j’ai mis autour de votre poignet, sous aucun prétexte, d’ici quinze jours. Au début de ce temps, nous saurons si l’opération a réussi.

Elle réussit, et si bien qu’Alban put reprendre, quelques mois après, sans inconvénient, ses exercices ordinaires d’acrobatie.

Depuis ces événements, deux ans s’étaient écoulés. Alban, qui s’était entièrement voué à l’aérostation, avait, alors, une quarantaine d’années. À sa face complètement rasée, à ses yeux d’un bleu très doux, à ses vêtements entièrement noirs, on eût put le prendre indifféremment pour un acteur ou pour un ministre de l’Église anglicane, si la souplesse de sa démarche, la manière d’effacer les épaules et de bomber le torse, n’eussent révélé l’ancien gymnasiarque, l’homme rompu à tous les sports.

En somme, il y avait en lui quelque chose d’énigmatique, qu’accentuait encore, à certains moments, l’ironie du sourire. Pour un observateur, il eût été difficile à classer. On pouvait seulement être sûr d’une chose, c’est qu’Alban Molifer était un homme bâti pour l’action.

Cela se sentait, rien qu’à la franchise de son regard, à la courbe accentuée du nez, à la saillie de son maxillaire inférieur, et à la forme busquée de son front, que recouvrait une forêt de cheveux blonds taillés en brosse.

Alban, qui avait été autrefois à la tête d’une grande fortune, qu’il avait dépensée en expériences aérostatiques, possédait, d’ailleurs, une éducation et des manières que l’on rencontre rarement chez ses pareils. Il se trouvait, selon l’occasion, tout aussi à l’aise dans un salon que dans la coulisse d’un cirque ou dans la nacelle d’un aérostat.

En voyant entrer Ludovic, dont il connaissait l’espièglerie, il referma négligemment la serviette bourrée de plans et d’épures qu’il tenait ouverte sur la table, et le petit curieux éprouva de ce fait une première déconvenue.

Ludovic, dont les grands yeux noirs pétillaient de malice, et qui tenait de sa mère une délicatesse de physionomie et de tempérament presque maladive, s’avança vers Alban d’un air un peu boudeur.

– Est-ce que vous avez envie d’emmener papa en ballon ? demanda-t-il à brûle-pourpoint... Vous devez comploter tous deux un voyage dans votre Princesse des Airs.

– Attendez d’abord, enfant impatient, qu’elle soit construite.

– Mais quand elle sera terminée, est-ce que papa y montera avec vous ?

– Si le docteur me demande de faire une ascension, certainement que je ne le lui refuserai pas.

– Et moi, me permettriez-vous d’y aller aussi ?

– Si votre père vous y autorise. Seulement, je crains qu’il ne vous trouve encore bien jeune.

– Mais vous emmenez bien Armandine, qui n’est pas plus âgée que moi et qui est une petite fille !

– Elle, c’est bien différent. Elle a été habituée, tout enfant, aux ascensions. C’est une aéronaute de naissance.

Avec la mobilité d’esprit de son âge, Ludovic, voyant qu’il ne pourrait, ce jour-là, rien apprendre de plus sur son sujet favori, l’aérostation, passa brusquement d’une idée à l’autre.

– Vous savez, dit-il, que le docteur Van der Schoppen a encore endommagé un malade... C’est tout de même singulier qu’il conserve des clients avec sa kinésithérapie... Papa m’a expliqué ce que c’était ; mais tout ce que j’en ai retenu, c’est qu’on donne des coups aux malades pour les guérir... Vous savez ce que c’est, vous ?

– Oui. J’ai connu autrefois, très intimement, le docteur Van der Schoppen. La kinésithérapie, qui est une méthode médicale très en honneur dans les pays scandinaves et le nord de l’Allemagne, consiste à traiter toutes les affections par des coups brusquement décochés sur la partie malade... Ainsi, quand vous avez le hoquet, si on vous applique brusquement, sans prévenir, un grand coup de poing, vous êtes guéri.

– Tiens, c’est vrai !... constata naïvement l’enfant.

– Le docteur Van der Schoppen en agit de même avec toutes les maladies. Il a remarqué que les lutteurs et les soldats, qui passent toute leur vie à se battre, sont les hommes les plus vigoureux et ceux qui se portent le mieux... Partant de ce principe, si un vieux monsieur chétif vient le consulter pour des maux d’estomac, par exemple, Van der Schoppen l’interroge hypocritement, se fait indiquer exactement la partie souffrante ; puis, au moment où le malade est sans défiance... vlan !... il lui décoche un coup de poing à renverser un bœuf...

– Et que se passe-t-il ? demanda Ludovic.

– Généralement, le client se sauve en hurlant et va trouver un autre médecin ; mais il arrive pourtant à Van der Schoppen d’opérer des cures radicales... Ainsi, l’an dernier, il a guéri une dame anglaise, en lui cassant, d’un maître coup de poing, une molaire jusque-là rebelle au davier de tous les dentistes.

– Mais pourquoi M. Van der Schoppen est-il venu en France ?... Papa m’a dit qu’il avait été directeur d’un hôpital en Allemagne...

– C’est exact. Le docteur est un grand savant, quand il se contente d’écrire des livres et qu’il n’opère pas lui-même... Il a perdu sa place de directeur d’un hôpital militaire pour avoir ordonné, aux malades de toute une salle, le massage nasal et réciproque.

– Le massage nasal ?

– Oui. Admettons que nous soyons malades tous les deux... vous m’appliquez un coup de poing sur le nez, je vous en applique un autre ; et cela dure comme ça jusqu’à ce que nous soyons complètement guéris.

– Mais si je suis le moins fort ?

– Alors, je vous aplatis le nez, je vous brise les dents et je vous poche les yeux... C’est ce qui est arrivé à l’hôpital du docteur. Les malades les plus vigoureux ont rossé les autres. Il en est résulté une bagarre épouvantable ; et le scandale a été si grand que le docteur a été destitué...

– C’est sans doute pour cela que les huit petits Van der Schoppen, depuis Karl, l’aîné, qui a deux ans de plus que moi, jusqu’au jeune Ludwig, qui commence à épeler ses lettres, sont toujours déchirés, couverts de bleus et d’écorchures, et passent toute la journée à se battre avec leurs condisciples.

– Vous pouvez en être certain. Et s’il faut en croire les mauvaises langues, le docteur applique même, rigoureusement, sa méthode à Mme Van der Schoppen, chaque fois qu’elle a le malheur de se trouver malade. Le résultat, c’est qu’ils n’ont plus chez eux que de la vaisselle ébréchée, des tables boiteuses et des fauteuils à trois pieds... On leur donne congé tous les six mois ; et il faut vraiment que Van der Schoppen ait beaucoup de conviction et de philosophie pour ne pas envoyer à tous les diables sa méthode.

Ludovic partit d’un franc éclat de rire ; mais il s’arrêta net et demeura coi. Il venait de se sentir pincer par une oreille. C’était le docteur Rabican qui était rentré, sans faire de bruit, et s’était approché, à pas de loup, pour surprendre son fils en flagrant délit de paresse.

– Va donc faire ta version, ordonna-t-il, avec une sévérité que tempérait un ton plein de bonhomie.

Ludovic adorait son père. Il s’empressa d’obéir, Alban et le docteur purent reprendre leur entretien. L’aspect du docteur Rabican formait, avec celui de son interlocuteur, un contraste parfait.

De stature élevée, mais un peu voûté dans sa maigreur nerveuse, le docteur approchait de la cinquantaine. Son visage, d’un ovale très allongé, au front légèrement dégarni par les veilles, s’encadrait de favoris grisonnants et de longs cheveux, presque entièrement blancs, brillants et ténus comme de la soie. Les méplats du visage étaient fortement accusés ; le nez était long et effilé, un nez de flaireur et de chercheur. La bouche, aux lèvres délicates sans être minces, offrait, habituellement, un sourire plein de sérénité, le sourire de l’homme parfaitement conscient et sûr de lui. Le menton, aux rondeurs de médaille antique, les yeux, gris et malicieux, qui avaient conservé l’éclat et la pureté de la jeunesse, complétaient cet ensemble, où le physionomiste n’eût relevé aucun symptôme d’hypocrisie ou de méchanceté. Comme tous ceux qui se sont fait un devoir de consacrer leur existence à des recherches désintéressées, le docteur était, naturellement, très enjoué, et si modeste qu’il s’étonnait encore, avec un peu de naïveté, de cette gloire et de ce succès qui lui étaient venus sans qu’il les cherchât.

Le docteur s’était marié de bonne heure, avec une jeune fille sans fortune, une amie d’enfance qu’il avait épousée lorsqu’il n’était encore que simple chef de laboratoire d’un grand hôpital parisien.

Jamais union ne fut plus heureuse.

C’est grâce à l’affection dévouée et au désintéressement de Mme Rabican, que le docteur avait dû de surmonter les difficultés, toujours si âpres, d’un début scientifique.

Grâce à l’affection sûre dont il se sentait entouré, il avait résisté courageusement, d’abord aux privations, à l’insuccès de ses premières expériences ; ensuite, lorsqu’il commença à devenir célèbre, aux attaques envieuses de confrères jaloux et mieux rentés.

Présentement, le docteur Rabican jouissait, sans arrière-pensée, d’une fortune laborieusement conquise. L’institut de Saint-Cloud, que le docteur avait installé dans l’ancien hôtel des comtes de Lussac, était cité comme une merveille d’élégance moderne et de confort artistique. Un peu à l’écart de la ville, il était précédé d’une monumentale grille en fer forgé, du plus pur style Louis XIV, et entouré de superbes jardins, d’où l’on avait vue sur le parc.

C’est là, en écoutant gronder le tumulte affaibli de la ville lointaine, que les convalescents, miraculeusement arrachés à la mort par le docteur, se promenaient lentement, au bon soleil, appuyés sur leur canne d’ivoire. L’institut Rabican n’avait rien qui sentit l’hôpital ou la maison de santé ordinaires. Éclairées et chauffées à l’électricité, encombrées de meubles d’art et de bibelots précieux, toutes les pièces, depuis le grand salon, muni d’un orgue signé par un facteur célèbre, jusqu’à la salle d’opérations aux murs revêtus de porcelaine et pourvus d’antiseptisateurs électriques, répondaient à l’idéal de confort des malades les plus exigeants.

Le docteur était parfaitement heureux. Sa fille, Alberte, vivant portrait de Mme Rabican, montrait déjà la beauté, la parfaite distinction, la générosité de sentiments et d’intelligence, qui devaient faire d’elle, plus tard, une femme supérieure.

Seul, Ludovic donnait parfois quelques inquiétudes à son père. D’un cœur excellent, d’une mémoire prompte et sûre, d’une intelligence très vive, il montrait une telle pétulance, dans ses désirs et dans ses caprices, un tel entêtement dans ses plus folles imaginations, que le docteur craignait, parfois, d’avoir, plus tard, beaucoup de peine à le diriger.

– Vous avez vu ce petit bonhomme, dit-il, quand Ludovic eut refermé la porte, il m’effraie quelquefois par son trop d’imagination... Bon cœur, mais mauvaise tête... Il raffole de vous et de vos ballons.

– Mais il n’y a pas de mal à cela, reprit Alban, dont le sourire ironique s’accentua... Ne tient-il pas en cela de son père ?

– Vous me faites songer, dit le docteur dont les longues mains sèches s’égarèrent nerveusement dans le fouillis des papiers et des plans, que je vous ai déjà fait perdre une heure, et qu’il faut en finir au plus vite avec ces signatures...

Alban relut les papiers timbrés, qu’il avait mis de côté lors de l’arrivée de Ludovic, et que le docteur cherchait inutilement parmi les épures.

– Alors, dit Alban, il ne vous reste plus qu’à signer.

– C’est bien. Passez-moi la plume... Il est donc entendu que je prends à ma charge toutes les dettes que vous avez contractées pour la construction de vos premiers moteurs. De plus, pour compléter l’aménagement intérieur, et procéder au montage, au gonflement, aux essais de machines, et au lancement de notre aérostat, je vous crédite jusqu’à concurrence de sept cent mille francs. Je veux que la Princesse des Airs soit munie des appareils les plus perfectionnés. C’est une condition indispensable à notre succès. Il faut que l’aménagement intérieur en soit aussi assez confortable pour permettre de longs voyages ; il faut que le fonctionnement des accumulateurs électriques et des appareils producteurs d’air liquide soit impeccable. Ne vous hâtez donc pas, prenez votre temps...

– Je ne dépasserai pas la date que je vous ai fixée. Du moment que vous me commanditez si généreusement, tout ira très vite. Les derniers appareils vont m’être livrés, par les constructeurs, avant la fin de la semaine. Robertin et son aide procèderont immédiatement au montage et à l’ajustage. Nos essais seront très courts, puisque je suis sûr de mes plans. Avant trois semaines vous pourrez assister aux évolutions du premier « aéroscaphe » vraiment pratique et dirigeable qui ait jamais été lancé dans les plaines immenses de l’air.

– Les chemins de fer supprimés et rendus inutiles, les communications devenues presque instantanées, les guerres impossibles, les douanes sans objet, voilà, tout simplement, les résultats qu’aura produits votre découverte !...

– Il est certain que les cuirassés de vingt millions, les canons longs et courts, à freins hydropneumatiques, deviendront parfaitement inutiles lorsque, sans risques aucuns, un aéroscaphe, monté par une demi-douzaine d’ingénieurs, pourra, en lançant commodément quelques bombes électriques, anéantir toute une flotte, ou une ville grande comme New York ou Londres... J’oublie encore, ajouta Alban avec son sempiternel sourire d’ironie, les progrès considérables que fera la science météorologique...

– On arrive déjà à produire des pluies artificielles et à détruire les trombes, en tirant dessus à coups de canon... Le temps viendra où l’homme pourra faire, à sa guise, la pluie ou le beau temps.

– En attendant, je connais un météorologiste qui sera plutôt vexé, lors de la première ascension de la Princesse des Airs.

– Vous voulez sans doute parler de mon vieux camarade Bouldu ?...

– Précisément.

– Sans lui vouloir de mal, je vous avoue que je ne serai pas fâché de la contrariété qu’il éprouvera. Je lui garde rancune de la manière dont il a agi envers vous.

– Je ne lui en veux plus. Je suis persuadé que ce coquin de Jonathan, son âme damnée, a été pour beaucoup dans notre brouille... Enfin, je sais maintenant ce que c’est qu’une haine de savant.

– Prenez-y garde, Alban. Ce sont les plus terribles... Prenez-y garde.

Et le docteur répéta encore son avertissement, en reconduisant, jusqu’à la porte, le futur capitaine de la Princesse des Airs, qui avait soigneusement serré, dans son portefeuille, les contrats, maintenant revêtus de la signature de son généreux commanditaire.

Alban franchit la grille dorée de l’institut Rabican.

Un personnage, qui se tenait caché dans l’enfoncement formé par deux maisons voisines, se dissimula vivement pour n’être pas aperçu de lui.

Quand l’aéronaute eut fait une centaine de pas, l’espion sortit de sa cachette, et se mit à le suivre, à distance, en ayant soin d’utiliser les angles propices des maisons en retrait, les tournants de rues, les voitures, pour dissimuler sa marche à celui qu’il « filait ».

L’inconnu, d’un âge indécis, et d’une forte corpulence, était reconnaissable à ses moustaches rasées, à sa barbiche taillée en pinceau, pour un citoyen de la libre Amérique. Son teint, rougi par l’abus des boissons alcooliques, son profil anguleux et dur, la ruse et l’hypocrisie que reflétaient ses prunelles métalliques et froides, étaient loin de lui conférer une physionomie sympathique. Il était coiffé d’un chapeau haut de forme roussi, et vêtu d’un ample ulster, à carreaux jaunes et bleus. Il marchait lourdement, le dos courbé, en s’appuyant sur un énorme gourdin de bois de fer.

Alban descendit vers la ville basse, traversa la Seine, et alla frapper à la porte d’une maison de très modeste apparence.

C’est là qu’il habitait.

Quand l’Américain qui, toute la matinée, l’avait espionné, fut sûr qu’il était bien rentré chez lui, il poussa un juron étouffé et reprit, en sens inverse, le chemin qu’il venait de parcourir.

Ce Yankee n’était autre que Jonathan Alcott, à la fois domestique, préparateur et secrétaire du météorologiste Théodore Bouldu, un des camarades de jeunesse du docteur Rabican, et dont l’habitation était située à quelques pas de l’institut.

L’intérieur d’Alban Molifer, plus que sommairement meublé, offrait la preuve de ses préoccupations scientifiques.

Les murs étaient ornés de plans et de dessins d’appareils, de lavis de machines, de photographies d’aérostats et d’aéronautes célèbres.

À la place la plus en vue, un tableau noir, qu’un contrepoids permettait de lever ou d’abaisser à volonté, était couvert de signes algébriques. Dans un autre angle, un établi était encombré de délicates pièces d’acier, de cuivre et d’aluminium ; le sol y était jonché de limaille et de copeaux métalliques.

Quand Alban entra, Mme Molifer achevait de mettre le couvert, tandis que sa fille Armandine, armée d’un pinceau et de plusieurs godets à encre de Chine, achevait de colorier, en teintes plates, une épure de vaste dimension.

– Vous savez, cria joyeusement Alban dès le seuil de la porte, que j’ai les signatures... Le docteur a la foi !... Il m’ouvre un crédit presque illimité !... Enfin, je touche donc au succès ! Dans quelques jours, la Princesse des Airs nous enlèvera tous les trois dans les airs, pour la confusion des envieux et le plus grand triomphe de la science.

Armandine, une maigriote fillette qui gardait, de sa prime enfance, passée dans les baraques foraines, quelque chose d’étrange et d’un peu sauvage, sauta au cou de son père si brusquement, qu’elle renversa un des godets d’encre de Chine.

– Sois donc raisonnable, lui dit sa mère. Tu as failli gâter l’épure du grand moteur... Ne sois pas si folle... On dirait que tu apprends quelque événement inattendu... Moi, j’étais sûre que le docteur nous tirerait d’embarras. Il est trop bon, il aime trop la science pour ne pas s’être enthousiasmé pour les découvertes de ton père.

– Oh ! s’écria Alban, dans un élan de reconnaissance enthousiaste, le docteur m’a sauvé deux fois !... Malgré la certitude que j’ai de réussir, je tremble qu’un accident quelconque ne se produise au dernier moment... Les capitaux qu’il risque pour moi sont considérables. Je serais désolé qu’un échec, même partiel, entraînât de nouvelles dépenses.

– Pourquoi craindre ? s’écria Mme Molifer avec une belle confiance. Je suis, pour ma part, certaine de ton triomphe.

– Oh ! je n’ai pas de craintes sérieuses, fit Alban, dont le front s’assombrit un instant. Mais ce succès si inespéré, si rapide, si complet, m’effraie un peu. J’éprouve je ne sais quels étranges pressentiments.

Mme Molifer eut vite fait de rassurer son mari. Une minute après, il ne pensait plus à ces fâcheuses idées, et s’était plongé dans un calcul de volts, d’ohms et d’ampères qui l’absorbait tout entier.

Armandine s’était mise à orner la robe de sa poupée d’un morceau de paillon emprunté à un ancien maillot d’acrobate.

Mme Molifer arracha bientôt le père et la fille à leurs occupations, en annonçant que le déjeuner était servi.

II



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

Première partie En ballon dirigeable I iconSodome et Gomorrhe Première partie Première apparition des hommes-femmes,...

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie

Première partie En ballon dirigeable I iconRésumé Première partie

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie Combray

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie : Principes

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie I le «Franklin»

Première partie En ballon dirigeable I iconPremière partie I la mère et l’enfant








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com