SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté








télécharger 91.97 Kb.
titreSÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté
page7/9
date de publication17.03.2018
taille91.97 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

PRÉFÉRENCES TARIFAIRES LATINO-AMÉRICAINES ET CARIBÉENNES


Mettre au point des préférences tarifaires latino-américaines et caribéennes

  1. Prendre note des travaux du Groupe de travail sur les préférences tarifaires latino-américaines et caribéennes, compte tenu des progrès faits aux réunions de Buenos Aires (12 juillet 2012) et de Montevideo (15 août 2012), tout en évaluant l’utilité d’assurer leur continuité. Prendre note de l’intérêt de la République d’Haïti d’accueillir sa prochaine sa réunion en souffrance.

ÉNERGIE


Réaffirmer qu’il faut développer et appliquer des politiques qui garantissent l’accès à des livraisons d’énergie socialement inclusives, fiables, durables et compétitives, respectueuses de l’environnement, conformément aux cadres juridiques et aux normes des pays de la CELAC. Promouvoir une utilisation efficace des sources renouvelables, non renouvelables et non classiques dans une combinaison équilibrée, compte dûment tenu des besoins et des circonstances particulières de chaque pays.

  1. Appuyer la poursuite des activités prévues dans le Plan d’action de Lima, dont la conclusion des bilans énergétiques des pays membres de la CELAC réalisées par l’OLADE, afin de mettre au point le bilan énergétique de la CELAC.

  2. Organiser en 2014 la Troisième Réunion des ministres de l’Energie de la CELAC qui sera chargée de définir une Stratégie énergétique, avec l’appui de l’Organisation latino-américaine de l’énergie (OLADE).

  3. Conformément au Plan d’action de Montego Bay, valider la création d’un Groupe de travail spécial, coordonné par la présidence pro tempore de la CELAC et appuyé techniquement par l’OLADE, qui se réunira au Costa Rica au second semestre de 2014, avant la Troisième Réunion de nos ministres de l’Energie, afin de proposer et d’analyser des scénarios de politiques et de stratégies énergétiques de la CELAC. En coordination avec ces initiatives régionales, le Groupe de travail informera régulièrement tous les membres de ses activités à travers la PPT de la CELAC et présentera une analyse des scénarios et de ses résultats à la Troisième Réunion des ministres de l’Energie de la CELAC.

  4. Œuvrer pour la mise au point d’une conception d’intégration régionale qui, sans écarter les modèles déjà essayé ailleurs dans le monde, s’adapte aux particularités politiques, historiques et socioculturelles de l’Amérique latine et des Caraïbes, à partir d’un approche partagée et qui comprendra des accords qui nous permettent de consolider des principes communs et d’aborder d’une manière équitable les asymétries régionales.

ENVIRONNEMENT


Renforcer la coopération, la coordination, le dialogue, la convergence, l’articulation, l’harmonisation et la complémentarité des politiques publiques nationales en matière d’environnement, ainsi que la mise au point et en œuvre de plans, de politiques et de programmes régionaux qui nous permettent de faire face à des problèmes communs dans les domaines prioritaires, tels que : le développement durable, la coopération environnementale et l’élimination de la pauvreté à partir des principes d’équité et de responsabilités communes mais différenciées, en ce qui concerne les changements climatiques. Stimuler les politiques publiques dans le cadre d’Action 21, des résultats de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio + 20) et d’autres instruments pertinents, en harmonie avec la Nature et en respectant la Terre nourricière, tout en tenant du fait que ces droits doivent s’exercer selon une vision intégrale et indépendante de complémentarité.

  1. Poursuive la mise au point d’un programme environnemental à partir des résultats et des actions en cours dans la région, sans doublonnage avec d’autres efforts ni empiétement sur des structures existantes, en particulier le Forum des ministres de l’Environnement d’Amérique latine et de Caraïbes.

  2. Organiser la réunion du Groupe de travail sur l’environnement au Costa Rica au premier semestre de 2014.

  3. Coordonner avec les agences sous-régionales à la recherche d’une complémentarité des efforts et d’une mise en œuvre souple.

  4. Continuer d’analyser la pertinence de créer un Centre multidisciplinaire de la connaissance, de la recherche, du transfert de la technologie et du renforcement des capacités en vue d’une gestion intégrale des ressources hydrauliques qui intègre les efforts nationaux et sous-régionaux, et définir les champs de travail et les modèles de gestion dudit Centre.

  5. Engager des actions qui permettent la prompte entrée en vigueur de la Convention de Minamata sur le mercure et de la doter des ressources financières requises.

  6. Recommander, compte tenu des changements climatiques et de leurs retombées nuisible, de prêter plus d’attention aux régions côtières maritimes et aux sols, facteurs clefs du développement de nos pays.

  7. Faire reconnaître dans toutes les instances régionales et internationales pertinentes que le droit à l’eau potable et à l’assainissement est un droit de l’homme essentiel à la pleine jouissance et de tous les droits humains, conformément à la résolution A/RES/64/292 adoptée le 28 juillet 2010 par l’Assemblée générale des Nations Unies, et aux normes de chaque Etat.

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT POUR L’APRÈS-2015

Participer activement à la mise au point du Programme de développement pour l’après-2015 à partir de consultations sur les politiques et les priorités de développement durable de la région, afin, entre autres, d’éliminer la pauvreté et les inégalités dans nos sociétés.

    1. Continuer de coordonner les missions des États membres à New York par des échanges périodiques, afin de débattre des priorités régionales en vue du processus intergouvernemental de formulation du Programme de développement pour l’après-2015.

    2. Promouvoir une coopération avec des organismes internationaux, des universités et d’autres instances afin de contribuer au débat sur les positions régionales relatives au Programme.

    3. Engager des actions de coordination avec les différents sièges et instances multilatérales analysant le Programme de développement pour l’après-2015.

    4. Favoriser des échanges d’information entre les pays faisant partie du Groupe de travail de l’Assemblée générales sur les Objectifs du développement durable (ODD) et le Comité intergouvernemental d’Experts sur le Financement du Développement durable, ainsi qu’entre ces deux organes et les autres pays de la région.

    5. Tenir compte du sujet de l’élimination de toute sorte de violence contre la femme et l’enfant, à traiter lors des discussions du Programme de développement pour l’après-2015.

    6. Soumettre à la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères de la CELAC, dans le cadre de la soixante-neuvième session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, un rapport sur les progrès enregistrés dans la définition des priorités régionales et dans le processus de négociation du Programme de développement pour l’après-2015.
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconA-t-il permis une ouverture des marchés ?
...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconPour une étude de faisabilité technique, environnementale et socioéconomique...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconQuestions clés sur la sécurité
«cloud computing» et des principes de base de la sécurité du nuage. Son but n'est pas de répondre à toutes les questions relatives...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté icon1896-1948, poète, auteur dramatique et comédien français dont les...
«Le plus urgent ne me paraît pas tant de défendre une culture dont l’existence n’a jamais sauvé un homme du souci de mieux vivre...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconI. Qu’est-ce que la sécurité sociale ? La sécurité sociale, c’est...
«Toute personne en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconDéterminants de l’insécurité alimentaire dans huit communes de la région naturelle du Moso

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconLe programme national d’alimentation et de nutrition axe sur les resultats (panar)

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconPar extension, on parle aussi d'«hygiène de vie», «hygiène alimentaire»...
«hygiène de vie», «hygiène alimentaire» et d'«hygiène mentale» pour des actions et activités permettant de prévenir l'apparition...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconObjectif : Déterminer les adaptations évolutives de la nutrition...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconRapport Final
«Appui au renforcement de la capacité des caisses du réseau de l’anacaph dans la réduction de la pauvreté en Haïti»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com