SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté








télécharger 91.97 Kb.
titreSÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté
page9/9
date de publication17.03.2018
taille91.97 Kb.
typeDocumentos
ar.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

PROBLÈME MONDIAL DES DROGUES ILLICITES ET DE LA TOXICOMANIE


Continuer à identifier et à analyser les points communs de la CELAC, en sa qualité d’instance de dialogue régional sur le problème mondial des drogues, selon une approche intégrale qui tienne compte d’une manière équilibrée de tous ses facteurs, en vue des débats de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au problème mondial des drogues, qui se tiendra en 2016, afin, en dernière instance, de dégager un consensus régional concernant l’approche intégrale de ce point sous tous ses angles, la personne devant être au cœur de cette approche

  1. Organiser la Première Réunion ministérielle de la CELAC sur le problème mondial des drogues les 13 et 14 mai 2014 à Antigua (Guatemala).

  2. Demander aux représentants des organismes et mécanismes régionaux, sous-régionaux et internationaux correspondants d’apporter des éléments qui permettent de mettre au point un programme stratégique sur ce point, en générant des synergies et de la complémentarité, et en évitant le doublonnage d’efforts humains et financiers.

  3. Poursuivre un débat large et ouvert sur le problème mondial des drogues, qui parte des connaissances et des preuves scientifiques, qui permette de mener une lutte efficace contre ce fléau selon une approche intégrale et équilibrée, qui reconnaisse le principe des responsabilités communes et partagées, qui soit axé sur le bien-être de la personne et qui prenne comme perspective la prévention de la violence et du crime, conformément aux instruments internationaux des Nations Unies en la matière, et en tenant compte des expériences et des modèles nationaux de notre Communauté.

PRÉVENTION DE LA CORRUPTION ET LUTTE CONTRE CE PHÉNOMÈNE

  • Mener des actions et redoubler d’efforts pour améliorer, renforcer et promouvoir les politiques de prévention et de lutte contre la corruption adoptées par les Etats membres, en appliquant plus efficacement, à cet égard, les instruments internationaux et régionaux selon les principes de souveraineté et de respect de l’ordre juridique interne. A cet égard, promouvoir des politiques, de bonnes pratiques et des expérience de prévention et de lutte contre la corruption, fondées sur la participation des citoyens, le contrôle social, la transparence, l’obligation de rendre des comptes, l’éthique et l’intégrité publique. Renforcer de même l’accès à l’information publique et à la transparence pour encourager et garantir une gestion publique efficace, participative et démocratique dans notre Communauté.



  1. Créer un groupe de travail intergouvernemental spécialisé dans la prévention et la lutte contre la corruption, qui mettra au point un plan de travail permettant de promouvoir des grandes lignes d’action selon les normes et les priorités établies dans la déclaration de la Première Réunion spécialisée des ministres et des hauts fonctionnaire chargés de prévenir et de combattre la corruption, et dans ce Plan d’action, lequel groupe de travail servira de point d’échanges de bonnes pratiques et de promotion de l’aide technique, tout en reconnaissant le travail et les efforts réalisés par d’autres instances et mécanismes multilatéraux. A cet égard, le Groupe de travail fonctionnera comme instance complémentaire, en évitant le doublonnage d’efforts et en restant constamment en communication avec le Groupe d’examen de l’application de la Convention des Nations Unies contre la corruption et avec ses groupes de travail concernant la prévention de la corruption et le recouvrement d’avoirs.



  1. Faciliter et promouvoir l’application des instruments internationaux et régionaux auxquels sont partie les Etats membres de la CELAC, notamment la Convention des Nations Unies sur la corruption.



  1. Promouvoir et favoriser des mécanismes d’articulation et de coordination entre les institutions et les organes de contrôle chargés de prévenir et de combattre la corruption dans les Etats membres, afin de combattre la corruption, ainsi que l’utilisation de mécanismes permettant de recouvrer les avoirs issus de ce crime qui sont placés à l’étranger.

  2. Promouvoir des mécanismes de transparence gouvernementale basés sur le libre accès des citoyens à l’information publique et des initiatives de gouvernement ouvert, en garantissant une gestion publique participative et démocratique, et des espaces et des mécanismes de participation des citoyens aux décisions gouvernementales, où interviennent de concert la société civile dans son ensemble et les institutions publiques.

  3. Promouvoir la Coopération Juridique Réciproque entre les Etats membres de la CELAC au sujet des procédés et des actions judiciaires ayant à voir avec les crimes de corruption, tels que pots-de-vin, détournement des fonds publics et blanchiment d’avoirs, conformément aux accords souscrits par les Etats entre eux.

  4. Promouvoir aussi des principes communs qui favorisent l’intégrité du secteur public, le respect de la loi, l’honnêteté et la moralité dans l’exercice des fonctions publiques.

PARTICIPATION DES CITOYENS

Favoriser la participation active des citoyens, notamment des organisations et des mouvements sociaux, dans la mesure où ils sont des agents incontournables de l’intégration régionale, et encourager de même l’engagement des acteurs sociaux en tant que sujets ayant des droits et des obligations, dans le cadre des législations nationales.

  1. Evaluer la mise en place d’un mécanisme de participation des citoyens dans la CELAC pour influer sur l’intégration régionale.

SÉCURITÉ DES CITOYENS

Faire prendre conscience que la sécurité des citoyens est l’une des principales préoccupations des pays latino-américains et caribéens, et que son raffermissement est capital pour pouvoir promouvoir le développement de la région et pour améliorer décisivement la qualité de la vie et le bien-être des citoyens, ainsi que pour favoriser des politiques publiques en la matière.

1.Convoquer au second semestre de 2014, au Chili, une réunion de hauts fonctionnaire des Etats membres et de représentants des organismes et mécanismes régionaux, sous-régionaux et internationaux compétents, afin de mettre au point des recommandations permettant de préparer un programme stratégique de la CELAC sur la sécurité des citoyens qui engendre des synergies et de la complémentarité et qui évite le doublonnage d’efforts humains et financiers.

COOPÉRATION


Promouvoir la Coopération Sud-Sud mutuellement avantageuse, sans conditions ni diktats, en correspondance avec les stratégies, les programmes et les plans de développement économique et social de chaque Etat membre, dans le respect absolu de la souveraineté nationale et inspirée du principe de la solidarité, afin de mettre en place un programme qui reflète l’identité et les priorités de la région, qui contribue à y réduire les asymétries et les écarts en matière de développement national, qui stimule le développement durable et des associations innovatrices, par l’articulation des instances de coopération régionales et sous-régionales, et qui permette de concerter des positions et de présenter un programme commun dans les instances et les organismes internationaux.

  1. Organiser en 2014 la Deuxième Réunion du Groupe de travail de la CELAC sur la coopération internationale, en tant qu’instance spécialisée.

  2. Ledit Groupe de travail remplira, entre autres, les fonctions qu’il a définies à sa première réunion de Buenos Aires.

  3. Ledit Groupe recueillera les intérêts des pays membres afin d’identifier les domaines et les activités de coopération avec des partenaires non régionaux.

MÉCANISMES D’INTÉGRATION RÉGIONAUX ET SOUS-RÉGIONAUX


Continuer d’améliorer la complémentarité et la coopération entre les mécanismes d’intégration régionaux et sous-régionaux et de renforcer la coordination entre leurs secrétariats et présidences pro tempore, afin de contribuer à leur efficacité et d’éviter des doublonnages inutiles, conformément aux mandats de la CELAC.

  1. Organiser en 2014 la Quatrième Réunion des mécanismes d’intégration régionaux et sous-régionaux, afin d’évaluer et d’ajuster le progrès du tableau de propositions d’actions. Tenir de même au premier semestre de 2014 à Caracas (Venezuela), la Première Réunion des mécanismes régionaux et sous-régionaux sur des questions sociales, afin de préparer un projet de programme stratégique de coordination en fonction des priorités dégagées ans le Plan d’action sociale de la CELAC.

  2. Prendre note du document intitulé : « Propositions d’actions selon les priorités de chaque organisme » adopté par la Troisième Réunion des mécanismes d’intégration régionaux et sous-régionaux tenue à San José (Costa Rica) les 2 et 3 décembre 2013. Encourager les mécanismes et les organismes à poursuivre leurs travaux selon les thèmes et les accords dégagés à cette réunion et structurés selon les quatre domaines du Plan d’action de Caracas.

  3. Continuer d’améliorer la communication, la coopération, l’articulation, la coordination, la complémentarité et la synergie entre les organismes et les mécanismes d’intégration régionaux et sous-régionaux par l’intermédiaire de leurs organes de direction respectifs, en optimisant l’emploi des ressources et la complémentarité des efforts.

  4. Promouvoir la participation active des Etats membres à l’Expo ALADI 2014, qui se tiendra du 8 au 10 octobre 2014 à Montevideo (Uruguay), afin de favoriser le commerce dans la région.

POLITIQUE INTERNATIONALE


Continuer de faire connaître et de promouvoir les intérêts et les inquiétudes de l’Amérique latine et des Caraïbes au sujet des principaux points inscrits à l’ordre du jour international, et continuer de perfectionner au sein de la CELAC une coordination permettant d’établir des relations avec des pays et groupes de pays et avec des organismes internationaux.

A. POINT DE PORTÉE MONDIALE

Continuer de promouvoir des initiatives conjointes sur des points intéressant la région.

Continuer de concerter nos positions au sujet du désarmement nucléaire et de participer activement à la mise au point de propositions concrètes en vue de parvenir à éliminer totalement les armes nucléaires, selon un calendrier multilatéral, transparent, irréversibles et vérifiable. Continuer de suivre en tant que région la résolution A/RES/68/32 de l’Assemblée générale intitulée : « Suivi de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur le désarmement nucléaire de 2013 ».

Continuer de promouvoir la coopération entre la CELAC et l’OPANAL, organe régional spécialisé, afin d’articuler des positions communes et des actions conjointes en matière de désarmement nucléaire.

Consolider la région latino-américaine et caribéenne comme Zone de paix où les différends entre les nations se règlent pacifiquement, par le dialogue et la négociation ou d’autres formes de règlement, en plein accord avec le droit international.

B. RAPPORTS AVEC DES PARTENAIRES HORS DE LA RÉGION

Faire avancer l’élaboration de feuilles de route de la CELAC portant sur la promotion du dialogue et de la coopération avec ses contreparties hors de la région. A cet égard :

    • Faire avancer la mise en place de l’Instance de coopération Chine/CELAC et fixer la date de la réunion pour l’année 2014 .

    • Réaliser le Mécanisme de dialogue politique CELAC-Russie.

    • Promouvoir des formes viables de coopération concrète et efficace avec les pays et les organisations avec lesquels il existe des contacts à ces fins.

  1. Poursuivre les rencontres de la troïka élargie avec les partenaires prioritaires pour les membres de la CELAC afin de nouer un dialogue et une coopération avec elle, en permettant la participation de tous les Etats membres, à l’occasion de la soixante-neuvième session de l’Assemblée générale des Nations Unies ou d’une autre conférence internationale jugée pertinente.

  2. Intensifier les relations et la coopération avec le groupe BRICS, avec l’Union africaine et avec l’ANASE, entre autres.

1 Les conférences, les associations et les conseils de recteurs d’Amérique latine et des Caraïbes réunies à Belo Horizonte (Brésil), en novembre 2013, ont décidé de fonder l’Association des conseils de recteurs d’universités latino-américaines et caribéennes (ACRU-LAC), à la suite de coordinations avec les organismes et associations régionaux : l’Association des universités du Groupe de Montevideo (AUGM), l’Associaiton des universités des Caraïbes (UNICA), le Conseil supérieur des universités d’Amérique centrale (CSUCA), l’Institut internationale pour l’enseignement supérieur en Amérique latine et les Caraïbes (IESALC), l’Union des universités d’Amérique latine et des Caraïbes (UDUAL), ainsi que de réunions tenues au Nicaragua, au Panama et à Cuba lors de réunions de l’Organisation des Etats ibéro-américains pour l’éducation, la science et la culture (OEI) et du Conseil universitaire ibéro-américain (CUIB).


1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconA-t-il permis une ouverture des marchés ?
...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconPour une étude de faisabilité technique, environnementale et socioéconomique...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconQuestions clés sur la sécurité
«cloud computing» et des principes de base de la sécurité du nuage. Son but n'est pas de répondre à toutes les questions relatives...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté icon1896-1948, poète, auteur dramatique et comédien français dont les...
«Le plus urgent ne me paraît pas tant de défendre une culture dont l’existence n’a jamais sauvé un homme du souci de mieux vivre...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconI. Qu’est-ce que la sécurité sociale ? La sécurité sociale, c’est...
«Toute personne en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconDéterminants de l’insécurité alimentaire dans huit communes de la région naturelle du Moso

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconLe programme national d’alimentation et de nutrition axe sur les resultats (panar)

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconPar extension, on parle aussi d'«hygiène de vie», «hygiène alimentaire»...
«hygiène de vie», «hygiène alimentaire» et d'«hygiène mentale» pour des actions et activités permettant de prévenir l'apparition...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconObjectif : Déterminer les adaptations évolutives de la nutrition...

SÉcurité alimentaire et nutrition, et élimination de la faim et de la pauvreté iconRapport Final
«Appui au renforcement de la capacité des caisses du réseau de l’anacaph dans la réduction de la pauvreté en Haïti»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
ar.21-bal.com